Dragon Age : Les Légendes de Thédas

PROCHAIN NIV. :
avatarWell, well, well... look what we have here - Ft. Tullia D3ku
avatarWell, well, well... look what we have here - Ft. Tullia D3ku
Invité
Invité
Posté Mar 12 Déc - 23:01

Well, well, well...
... look what we have here


« Ferelden ? »
« Tu as très bien entendu Iola. Nous avons reçu des informations de la part de nos agents déployés là-bas. La rumeur court que les Gardes des Ombres disparaissent les uns après les autres. Nous aimerions que tu ailles enquêter... »
« Je suppose que je n'ai pas le choix. »
« En effet. »
« Splendide... Je te ramènerai un chiot pour l'occasion... »

_______________

* Et bien ce n'était pas une légende * se dit-elle marchant sur la route impériale en direction d'Amaranthine. L'humidité, la boue, la puanteur, les mabaris... Il ne restait plus qu'à s'assurer que la bouffe était infâme et la réputation de Ferelden se révélerait être réalité. Une bien triste réalité qui plus est... Pour avoir voyagé aux quatre coins de Thédas, des Anderfells à Antiva en faisant un crochet par Orlais, Iola n'avait jamais vu autant de pauvreté dans un pays. Elle avait presque l'impression d'être dans un Bascloitres déployé à l'échelle d'une nation. L'idée lui arracha un sourire en coin, à mi-chemin entre amusement et ironie. * Est-ce comme cela que finira la fière nation elfique Mien'Harel ? *. En deux ans, elle n'avait toujours pas surmonté son scepticisme initial au sujet du projet de la faction... Mais cela était une autre histoire, même s'il fallait avouer que Revassan avait plus de gueule que tout ce qu'elle avait pu voir depuis son arrivée au pays des mabaris.

Après encore une bonne heure de marche, elle arrivait enfin aux portes d'Amaranthine, ancienne capitale de Ferelden sous occupation Orlésienne, et surtout la ville la plus riche de la nation. Là elle espérait retrouver un semblant de civilisation développée, afin de mettre un peu de distance avec le quotidien déprimant des féreldiens...

_______________

« Je peux payer vous savez... » Insista Iola.
« Non, non et non ! Nous sommes un établissement respectable ici ! Nous ne servons pas les prost... »

Le tavernier s'arrêta net en voyant une paire d'yeux aux reflets de glace se planter dans les siens. Mal à l'aise, il commençait à se dandiner sur ses petites jambes dodues.

« Mais... mais... » Voyant que quelques regards de sa si noble clientèle commençait à aussi le regarder, il reprit un peu de contenance : « Je suis désolée mademoiselle, mais l'auberge est complète pour ce soir. Il vous faudra trouver un autre toit pour cette nuit. »

L'elfe aux cheveux roses se repoussa vivement du bar sur lequel elle s'était accoudée, son mouvement soudain faisant sursauter le tavernier. Elle fit volte-face lui lançant avant de sortir :

« Vous me voyez navrée de ne pouvoir séjourner dans un établissement aux moeurs si dignes et à l'ouverture d'esprit remarquable. »

Et voilà qu'elle était de nouveau dehors, le crépuscule commençant à poindre. * Et bien cela fait la cinquième taverne dont je me fais jeter... Je suppose qu'il va falloir que je révise mes ambitions pour aujourd'hui *. Elle sentit une goutte sur son visage. Levant les yeux, elle remarqua les nuages menaçants s'étant formés au-dessus de la ville. * Et vite...*. Sans tergiverser plus que de raison, elle se dirigea d'un pas rapide vers les quartiers les plus populaires de la ville. Arrivée à destination, ce ne fut pas les tavernes ou bordels qui manquaient à l'appel, mais plutôt le calme, que l'elfe chérissait tant en fin de soirée. Elle comprit rapidement qu'elle pouvait tirer une croix dessus pour ce soir. Elle jeta son dévolu sur un établissement installé sur les deux étages d'une maison surplombant la place du marché et qui répondait au nom de « L'ignare éclairé », avec pour sous-titre « Venez trouver la lumière dans nos alcools, garanti non frelaté ». Tout un programme...

Poussant à peine la porte, ce fut un tohu-bohu de discussions passionnées et d'éclats de rire tonitruants, accompagnés d'un fort relent d'alcool, qui accueillirent Iola. Elle entra à contrecoeur dans cette antre de la grossièreté. Jouant des coudes dans la taverne pleine à craquer et évitant de justesse une pinte lancée par un client trop éméché, elle se fraya non sans peine un chemin jusqu'au bar, à la vue duquel elle marqua une pause. Ce n'était pas tant le bar en tant que tel qui la retint momentanément d'avancer, mais plutôt la personne y étant assise et qui agitait frénétiquement sa pinte vide dans l'espoir d'attirer l'attention du serveur : Tullia Raijer... La personne qui l'avait « accidentellement » laissée pour morte dans une grotte il y a deux ans de cela, après avoir massacré tout un groupe de Corbeaux dont elle faisait elle-même partie. Apparemment, l'organisation ne semblait pas l'avoir retrouvée. Ceci dit, en vue de l'armure que Tullia portait aujourd'hui, l'elfe doutait que ce qui l'avait cueilli au final était bien mieux. Se souvenant de la raison pour laquelle elle avait été envoyée dans ce trou boueux et puant, elle décida de mettre de côté toute rancoeur avec la femme et s'avança déterminée vers le bar. Appuyant ses avants-bras sur le bord de celui-ci, elle lança d'un ton neutre à Tullia :

« Ce ne sont pas les Corbeaux qui t'ont attrapés à ce que je vois... »

Iola fit signe au tavernier qui passait de leur servir des pintes. Elle détailla du coin de l'oeil Tullia pour constater qu'elle n'avait pas changé d'un iota, hormis l'uniforme bien entendu. Les boissons arrivèrent, presque lancées à leurs visages tellement les serveurs étaient pressés et ne savaient plus où donner de la tête. Iola fit abstraction de cela et prit le godet dans sa main avant de se retourner pour s'adosser contre le bar, lui donnant le loisir d'observer le reste de la salle. Sans décocher un regard à la garde des ombres, elle continua très posément :

« Pour le meilleur ou pour le pire je suppose. »

Elle prit une gorgée du liquide dorée présent dans sa pinte. * Non frelaté ? Tu parles ! *.
PROCHAIN NIV. :
avatarWell, well, well... look what we have here - Ft. Tullia D3ku
avatarWell, well, well... look what we have here - Ft. Tullia D3ku
Invité
Invité
Posté Dim 17 Déc - 20:48




Well, Well, Well...
Ou " Tiens, t'es encore vivante ? "


9:42 du Dragon

Amaranthine n'était pas forcément mon endroit préféré pour ma balader et trouver de quoi repaitre ma lame. Une ville active, avec un bas-cloître remplis à craquer et une haute ville pleine de bonnes gens pleins aux as. Non, ce n'était pas un bon endroit pour trouver des Engeances, ni pour recruter. Enfin, je pourrais recruter, mais ce n'était pas ici que je trouvais les personnes spécialisées que je recherchais. Le seul intérêt de cet endroit, c'est le réseau d'information et d'informateurs que l'on peut se constituer. Véritable carrefour de commerce, nombreux sont les voyageurs à passer par cet endroit des plus puants. En tant que Corbeaux j'y avais été souvent pour affaires, mais en tant que Garde ce n'était pas ici que j'avais beaucoup d'intérêt. Cependant, à la recherche de Gardes disparus, je ne pouvais passer outre cette ville. Je ronchonnais à l'idée de revenir en ces lieux, surtout que j'avais plus de chance de croiser encore des corbeaux qui se mettaient en tête qu'ils pouvaient me tuer facilement. Rapidement en revanche, je retrouvais mon engouement et mes bonnes vieilles habitudes après quelques visites aux nombreuses tavernes et maisons de plaisirs. Je retrouvais des habitués, quelques connaissances, faisais affaires et essayais de récolter des bribes de rumeurs intéressantes. Hélas, rien de bien nouveau, pas de pistes concrètes. Après avoir visité deux ou trois enseignes de la haute ville, j'avais mes petits tickets d'accès, je revenais vers le centre névralgique des informations en tout genre... la Basse-ville.

Pour cette soirée, je jetais mon dévolu sur l'auberge de l'Ignare Eclairé. Toujours pleine, on y venait plus expressément pour la qualité de son ragoût de cochard que pour ses sois-disant alcools de bonne qualité. J'y avais pris une chambre pour la nuit, discuté avec le patron que je connaissais par le cousin d'une tante au troisième degré germain de mon pote contrebandier qui vivait à Kirkwall, et dont le bras était assez long dans ce genre d'endroit. On parlait ambiance, qualité des clients, promesse de ne pas mettre le bazar cette fois-ci et que non je n'allais pas dépouiller ses clients à la Grâce Perfide. Encore. Je prenais donc place au comptoir, prenant une chope alors que la salle était de plus en plus occupée. C'était l'heure de pointe, et à plusieurs reprises je dus me retenir d'aller chercher amusement auprès des tables de jeu et des clients qui lorgnaient sur moi d'un oeil étrange. Le tavernier me surveillait de près, et d'un oeil acéré comme un vautour. Je buvais donc, rongeant mon frein et pensant à ce que je ferais demain, au gré de mes envies. Ma chope fut rapidement vide, aussi j'essayais d'attirer l'attention du tavernier pour en avoir une seconde.

Une autre tournée, Bardiel !

Malheureusement, avec le bruit ambiant et son attention détournée par d'autres clients, il ne m'entendit pas. Je soupirais, posant ma chope sur le comptoir et prenant mon mal en patience. J'avais presque une mine boudeuse, m'ennuyant ferme et ne pouvant pour le moment me distraire à loisir. Si seulement Ered était là... Mais grâce fut rendue au Créateur, qu'un nouveau sujet de distraction vint à moi. Une voix féminine, calme et posée, d'une personne qui s'installait à côté de moi et m'interpellait de façon... familière. Je tournais la tête, posant mon regard perçant sur elle et souriant avec malice.

Tiens tiens, mais qu'avons nous là ~ ?

Une elfe, c'était une elfe comme on en faisait beaucoup. Je ne la connaissais pas, et me demandais un instant si ce n'était pas un de ces envoyés des Corbeaux qui vient encore soit pour négocier soit pour me tuer. Mais les vêtements n'étaient pas ceux des Corbeaux, tout comme la gestuelle ne correspondait pas. Pas d'odeur de poison également. C'était une elfe, mais par une Corbette. Les vêtements montraient également qu'elle n'était pas une elfe assignée à la ville, et semblait plutôt accoutrée pour les voyages. Intéressant... Je riais légèrement à sa mention des Corbeaux, la laissant commander à son tour avec plus de succès que moi.

Les Corbeaux ont bien essayé, mais je leur ai envoyé quelques... cadeaux dissuasifs.

Il est vrai que la tête de leur dernier Maitre Assassin avait du les calmer un peu. Je l'avais joliment décoré cependant, avec des fleurs et des petites heres de senteurs, à la mode Antivane. Bref, pas de mots en retour de ce petit présent, mais pas d'assassins non plus depuis plusieurs mois. Cette elfe elle n'était pas de ce bord là, mais que me voulait elle ? Elle me connaissait, mais à voir sa tête je n'avais aucun souvenir d'elle. Il faut dire, à moins d'avoir été dans une situation intéressante pour attirer mes instincts primaires, ou par intérêt et affaires, il est rare que je me souvienne de la tête des gens que je ne vois qu'une fois. Le problème restait donc le même... Qui était elle ? Et que me voulait elle ? M'accoster dans un endroit si fréquenté était une bonne chose, car la conversation n'est que plus intime et brouillée par le brouhaha général de la salle. Je me tournais légèrement vers elle, posant sur sa personne un regar curieux mais alerte. Je souriais toujours comme à mon habitude, parlant d'une voix suave et charmante.

Vous ne semblez pas être des leurs, donc pas là pour ma tête. A qui ais je l'honneur pour s'enquérir ainsi de mon humble personne ?

La question méritait réponse. Sans quoi, la conversation risquait d'être ou passionnante, ou de tourner court.
PROCHAIN NIV. :
avatarWell, well, well... look what we have here - Ft. Tullia D3ku
avatarWell, well, well... look what we have here - Ft. Tullia D3ku
Invité
Invité
Posté Sam 23 Déc - 19:02
Une chance, Iola ne prenait pas la mouche facilement, elle avait un orgueil quasi inexistant. Tullia semblait l'avoir totalement effacée de sa mémoire. Cela dit, il était rare que les gens gardent en mémoire les morts, surtout les inconnus, ce qu'elles étaient en réalité. Iola était entrée en contact avec l'ex Corbeau la veille au soir de l'expédition vers la grotte se situant dans un coin reculé d'Antiva. Le surlendemain, le rideau tombait. Tullia, après avoir récupéré ce qu'elle cherchait, se retourna contre le reste de l'équipe et élimina le plus grand nombre. Autant dire qu'elles n'avaient pas pu réellement faire connaissance, qui plus est Iola avait été particulièrement méfiante du fait d'être entourée de Corbeaux. Sentiment qui se vit confirmer en vue de la façon dont se déroula leur quête. Si les deux femmes étaient aujourd'hui toutes deux vivantes, cela était dû à la façon dont Tullia avait décidé de se débarrasser la chasseuse de trésor. Après avoir essayé de tailler Iola en petits morceaux, sans grand succès l'elfe sachant se défendre, elle finit par lui faire perdre l'équilibre et la pousser dans le vide se trouvant derrière elle. Chute de plusieurs mètres qui aurait dû se révéler mortelle si ce n'est que ce n'est pas un sol dur et rocailleux qui reçu Iola, mais un lac souterrain à l'eau sombre et froide. Ayant assisté en première ligne de la férocité détachée dont pouvait faire preuve Tullia, l'elfe n'était pas étonnée du sous-entendu sur le sort qu'elle réservait aux Corbeaux osant venir la chercher. Au moins, elle avait a jugeote de ne pas l'avoir prise comme telle. Sinon les choses auraient pu vite dégénérer. Quoique, cela n'était que le début de leur conversation...

« Qui ? Tu pourrais dire un fantôme. La dernière fois que tu m'as vue, tu me poussais sans aucun remord dans un précipice après avoir récupéré une sorte de talisman au fond d'une grotte. » Un léger sourire ironique se dessina sur les lèvres de Iola. « Même si cela semble être une fin bien ingrate, il semblerait qu'elle soit plus sûre que celles que tu as réservée à tes anciens collègues, qui ont dû tester en avant-première tes cadeaux dissuasifs si je ne me trompe. »

Iola reprit une gorgée de la pisse qui faisait office de bière, un léger rictus dégouté se dessinant furtivement sur son visage. Elle reposa sa pinte sur le bord du bar, décidée à ne pas retoucher à cette merde de la soirée. Quoiqu'il en soit, elle commençait à sérieusement douter que boire était une bonne idée pour ce soir. Outre le fait d'avoir retrouvé une femme qui avait tenté de la tuer par le passé, et qui potentiellement déciderait que maintenant était le moment de finir son œuvre inachevée, Iola remarquait les regards de plus en plus insistants que l'assistance lançait dans leur direction. Certains, curieux, étaient destinés à Tullia, déconcertés de voir une Garde ici. D'autres, haineux, à Iola, apparement la seule elfe présente dans tout l'établissement. Pour sûr, elles devaient faire un duo assez détonnant. D'un côté une Garde des Ombres à l'allure austère que conférait son uniforme bleu gris. Pourtant les manières de Tullia indiquait un tout autre caractère, ouvert et charmeur, sans doute lié au sourire généralement affiché sur ses lèvres. De l'autre, une elfe aux cheveux roses et à l'accoutrement franchement singulier pour Ferelden. On aurait pu croire à une elfe facile, voir à une fille joie comme cela était souvent le cas pour les elfes de ville cherchant à se faire un peu d'argent, si ce n'est pour l'expression dure et froide gravée dans les traits de l'elfe. En fait, un observateur de l'humaine et de l'elfe se serait sans doute dit qu'il aurait mieux valu qu'elles échangent leurs équipements respectifs. Continuant à observer calmement le reste des personnes peuplant la taverne, elle demanda à Tullia :

« Je suis curieuse à propos d'un point. As-tu rejoint la Garde juste pour échapper aux Corbeaux ? Je doute qu'ils s'amusent à s'aventurer dans les Tréfonds. »

Iola avait le sentiment que l'ambiance de l'auberge devenait de plus en plus bruyante et chaotique. Peut-être était-ce seulement la fatigue de la journée qui continuait à s'accumuler. Ou peut-être, et sans doute de façon plus probable, était-ce le niveau d'alcool des clients qui augmentaient petit à petit. Son regard bleu se baladant sur la clientèle, elle remarqua dans un coin à gauche, près du foyer, un groupe d'homme détourner les yeux lors les siens arrivèrent sur eux. Étrange... Elle ne fit aucunes remarques de cela à sa compagne de bar, mais elle eut l'intuition que la soirée n'allait pas être de tout repos.
PROCHAIN NIV. :
avatarWell, well, well... look what we have here - Ft. Tullia D3ku
avatarWell, well, well... look what we have here - Ft. Tullia D3ku
Invité
Invité
Posté Mer 27 Déc - 8:41




Well, Well, Well...
Ou "tiens, t'es encore vivante ?"


Le fait que je ne sache pas qui elle était ne sembla pas la vexer, elle souria simplement, me donnant quelques indices. Chope en main, buvant une gorgée de cette bière sans saveur, j'essayais de me remémorrer qui cela était. Mais à moins que cela ne soit relié à un évènement important, il y avait peu de chances que je me souvienne d'elle. Ma mémoire n'était plus la même depuis que j'avais cette malédiction sur moi. Je fronçais des sourcils, faisant un véritable effort pour fouiller dans ma mémoire peu efficace sur ce qui remonte à plus de 2 ans.

Un fantôme, la gro... Haaa ! Mais oui ! La petite elfes pour l'archéologie ! Ha ha ha ha ha ! Que de souvenirs !

J'eus un grand éclaircissement dans mon esprit, me rappelant ces cheveux roses, mais surtout cette mission marquant le début de ma liberté. Mais... Je l'avais pas tué ? Il me semblait l'avoir plus ou moins poussé dans un gouffre, mais avec les autres Corbeaux et les araignées excitées, j'avais du pain sur la planche et pas vraiment le temps de m'occupr du menu fretin. Le souvenir de cette mission fit revenir un sourire remontant jusqu'à mes oreilles. Ce coup monté par mes soins pour Flémeth, faisant d'une pierre deux coups, m'avait été un grand amusement et donné une sensation de liberté que je n'oublierais jamais. Je finissais ma chope, essayant de me rappeler avec plus de précision de ce qu'il s'était passé avec cette elfe. Car je n'avais toujours pas son nom en tête, juste son visage.

Je n'avais pas vraiment tête de m'occuper d'une petite elfe, les Corbeaux étant mon plus grand soucis. Mais ma négligence semble avoir été ta chance. La Mort n'a pas voulue de toi, c'est bon signe pour la suite ha ha ha !

Je riais, le regardant avec amusement et intérêt, levant ma chope en son honneur. Quelqu'un que la mort évite, c'est une bonne chose. Et j'en connaissais un rayon là dessus. En observant Iola, je ne voyais pas la posture ou l'attitude d'une personne venue pour chercher vengeance. Et moi, je n'avais rien contre elle. Les Corbeaux étaient au courant de ma survie depuis un moment déjà, et je savais que ce n'était pas de sa faute. Et même si ça l'était, quel serait l'intérêt de la tuer maintenant ? J'avais essayé de la tuer, sans réussir semble t'il, mais c'était le passé. Je recommandais un verre au barman, demandant cette fois ci une liqueur pour faire passer le goût de cette bière. La salle commençait à avoir un peu d'ambiance, je pouvais sentir la tension dans l'air et dans les paroles. Mon instinct me soufflait de rester à présent sur mes gardes, aussi je me montrais plus sensible et attentive à ce qui m'entourait. Pas en regardant les gens avec insistance, mais en... sentant leurs intentions, leur proximité... C'était comme un sixième sens, développé depuis longtemps. Talent développé en tant que Corbeau ou bien un des effets secondaires du sort que j'avais subis ? Aucune idée. En tout cas, c'était bien pratique. Iola semblait un peu tendue, à observer les alentours. Elle était... un peu trop visible, surtout sa tension. Il fallait qu'elle se détende le string un peu celle-là, sinon elle ne fera pas long feu dans le coin. Mais bon, elle n'avait pas vraiment l'air d'une elfe des cités, alors ça pouvait se comprendre. Aussi je la rassurais sur mes intention, mais également sur son ingratitude.

Ingrat ou pas, le passé c'est le passé, et je n'ai rien contre toi. Que tu m'en veuilles est une autre chose, mais pense que c'est sans doute ma petite rébellion qui t'a sauvée la vie. Car en temps normal, il était prévu que nous te supprimions après la mission. Et à 1 contre 5 Corbeaux entrainés, je ne sais pas si tu aurais eu plus de chances que le gouffre.

C'était la loi parmis les Corbeaux. Si on utilisait une aide extérieure qui devait en savoir un peu trop, on la zigouillait. Sauf si on savait qu'on pourrait avoir besoin de son aide plus tard, et pour Iola ce n'était pas le cas à cette époque. Donc en un sens, le fait d'avoir voulu la tuer avec ma rébellion lui avait sauvé la vie. Ironique, non ? Et drôle en même temps ce que la vie peut vous réserver. Destin, hasard, chance, malheur... tout était mélangé par hasard, par opportunité ou circonstances incroyables. Jusqu'à présent, ma vie était également un fil inextrcable se tordant entre les noeux du chaos, de la malchance et d'un cul incroyable. Je ne pouvais dire si j'étais chanceuse ou malchanceuse avec tout ce qui m'était arrivé, et je me demandais également si Iola n'était pas de la même espèce. Mais les autres Corbeaux de la mission.... Je souriais, amusée de penser que ceux là n'avaient jamais eu de la chance en m'ayant rencontré.

Quant aux autres, ils sont morts de manière tout à fait classique dans cette situation. Nuque brisée, gorge tranché, lame dans la rate, ou bien mangé par une araignée. Elles étaient marrantes celles là, elles m'ont bien aidé, fu fu fu ~....

Ces petites bestioles, je les aimais bien. Elles étaient moches, puaient un peu, avaient trop de pattes à mon goût. Mais elle savaient bien tuer dans leur milieu, et leurs glandes à venin étaient un excellent matériel à poison et à potion de guérison. Plus d'une fois je les avais utilisées pour m'aider à piéger des poursuivants dans des grottes. Quand on sait comment elles chassent, comment les tuer, il devient ensuite facile de prédire leur comportement et de l'utiliser à son avantage. Merci les Tréfonds, pour une fois. La conversation continua naturellement sur un autre sujet, qui revenait assez fréquemment quand je parlais à d'ancienne connaissances de quand j'étais Corbeau. Vu ma personnalité, on avait bien du mal à comprendre comment je pouvais être Garde des Ombres. Je souriais, buvant avec satisfaction ma liqueur qui venait d'arriver.

Haaaa, la Garde. Il est vrai que cela ne parait pas être le travail de reconversion le plus évident pour moi. C'est une histoire de circonstances, dirons nous.

Je repensais à ce qui m'avait amené à cette chance, ou ce coup du destin. J'avais déjà une malédiction sur moi, et l'on m'en rajoutais une autre avec cette Union. Corrompue et destinée à mourir jeune dans la folie et la souffrance. Quel programme joyeux en perspective, merci la Garde ~ ! Mais bon, c'était ça ou mourir immédiatement dans d'atroces souffrances aussi. Alors, à choisir...

Après avoir fait ma besogne et respecté ma promesse, je me suis mise à mon compte pendant un temps. Mais lors d'une de ces missions je suis tombée sur des engeances. Pas besoin de faire un dessin : je leur ais mis une rouste mais j'ai été contaminée par l'Enclin. Des Gardes étaient dans le coin et ont accepté de me sauver. J'ai survécu, et ils ne savaient pas les pauvres sur quoi ils allaient tomber ensuite. Même les Tréfonds n'ont pas voulu de moi, ha ha ha !

Je riais, pensant que les Gardes et les nains avaient été bien contents de me voir partir. Et moi aussi. Ne plus voir le ciel ou les bordels pendant 1 an, c'était... Mieux vaut ne pas y penser. Au final je ne m'en sortais pas si mal que ça. J'étais aussi libre, voir plus que quand j'étais Corbeau. Bon, la paye n'est pas la même, mais je compensais en pillant à loisir ceux que je tuais. Toujours dans le bon état d'esprit bien entendu. Je voyageais comme je voulais, pouvais en faire qu'à ma tête et tourmentais Fort Bastel à loisir quand j'y remettais les pieds. On pourrait dire que les Gardes sont plus coincés que les Corbeaux, mais j'étais là pour compenser justement. Je soupirais, prenant une autre gorgée qui me brûlait agréablement la gorge.

Mais cette vie me convient, je me sens... plus utile et à ma place. Je peux faire relativement ce que je veux, ou plutôt je n'écoute que moi même. Je peux tuer autant d'engeance que je veux, parfois quelques Corbeaux qui trainent dans les parages... Pour ce qui me reste à vivre, je trouve cela plutôt bien !

Je souriais, portant mon attention sur cette elfe atypique qui m'avait survécu. J'étais curieuse de savoir ce qu'il s'était passé ensuite. Et savoir ce qu'elle faisait ici également.

Et toi alors, raconte ! Comment as tu fait pour survivre ! Je suis curieuse de savoir ce qu'il s'est passé ensuite ~....


Je la fixais de mes yeux étranges, attendant un récit pour combler ma curiosité et mon ennui. Mais ce que je voulais savoir également, c'était ce qu'elle me voulait. Sans doute qu'elle ne m'avait pas abordé pour le simple plaisir de discuter avec son ancien bourreau, non ?

PROCHAIN NIV. :
Well, well, well... look what we have here - Ft. Tullia D3ku
Well, well, well... look what we have here - Ft. Tullia D3ku
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum