Dragon Age : Les Légendes de Thédas

PROCHAIN NIV. :
avatar Entre vieux grincheux et solitaires [pv. Selwyn] D3ku
avatar Entre vieux grincheux et solitaires [pv. Selwyn] D3ku
Invité
Invité
Posté Dim 18 Mar - 23:46




Entre vieux grincheux et solitaires
Une routine banale à la cour impériale.


Encore une petite routine à Halamshiral ; je me levai très tôt le matin, passai voir celles et ceux que j’avais arrêté la veille ou pendant la nuit, les menaçait du regard pour qu’ils daignent parler, avant de repartir, boire un petit quelque chose de chaud, manger un bon morceau de pain frais, pour finalement revenir vers cette pauvre petite marquise que j’avais attrapé la veille. Etant clément, mais surtout de bonne humeur, je lui avais laissé la nuit pour dormir. Bon, j’avais laissé un de mes hommes la surveiller pour s’assurer qu’elle ne file pas, et je fus relativement satisfait de constater qu’elle était encore là. Je passai le pas de la porte en constatant qu’elle regardait par la fenêtre, assise sur son divan. Elle tourna brutalement la tête vers moi, un air de panique passant sur son visage encore assez enfantin.

Sourceclaire .. !
Bien le bonjour marquise. Bien dormi ?

Ma question n’attendait nulle réponse, tandis que je prenais place face à elle, dans mon siège. Tenant ma canne à deux mains, je la fixai durement, au moins pour la déstabiliser un peu.

J-je ne sais pas ce que vous me voulez, mais sachez que je n’ai rien fait de mal !
Oh, mais je ne vous ferai rien .. étonnamment. Je cherche plutôt votre conjoint. Il était introuvable aux petites danses de la veille ; surprenant, n’est-ce pas ?
Mon mari qui .. ne danse pas.

En effet, je savais de sources certaines que son mari adorait la danse. Petit bémol : il dansait avec toutes les femmes de l’empire, mais certainement pas avec la sienne. Dur fardeau que d’être mariée et noble. Je hochai de la tête à sa remarque, attendant la suite des choses avec un regard moins appuyé sur ses épaules.

En effet. Ce même mari qui vous trompe chaque nuit, mais surtout ce mari qui transmet des petites informations à ses alliés encore inconnus. Ou presque inconnus. Enfin, rien de tout ça ne vous est vraiment étranger, je me trompe ?
Certes .. oh, je crois savoir dans le lit de quelle catin il a bien pu se fourrer.

Elle marqua alors une pause, ruminant la colère nouvellement allumée en elle. Chouette, j’aurais rapidement des réponses. Je n’aimais pas tant que cela perdre du temps. La marquise me parla d’une servante qu’il avait eu en vue la veille ; il devait donc se trouver dans l’aile des serviteurs. Parfait. Je la remerciai d’un hochement de tête, avant de me lever. Elle en fit tout autant, et m’attrapa le poignet – enfin, elle essaya, je la repoussai presqu’aussitôt.

Si vous le croisez Sourceclaire, surtout, soyez sans merci.
Je n’avais pas tant besoin de votre petit commentaire pour faire mon travail, merci.

A ces mots assez secs, je quittai la pièce, lui annonçant qu’elle pouvait partir. Ce qui était amusant était cette attitude nonchalante lors de notre entrevue : cela me changeait un peu, il fallait dire.

Je pris la direction du quartier des serviteurs, entouré de deux de mes hommes. Et qui fut une des premières personnes que j’y aperçues ? Haha, il était fait comme un cochard. D’ailleurs, un vent de grande panique l’enveloppa quand il aperçut le regard aiguisé que je lui lançais. Il recula un peu, avant espérer se cacher quelque part ; manque de bol, ma simple présence avait bien plus d’autorité sur ses épaules que le Créateur en personne.

Eh bien, petit marquis de pacotille, l’on fait une petite visite matinale aux servants ?
J-JE VOUS INTERDIS DE M..
Ah oui, et sinon quoi ?

Je m’étais grandement avancé vers lui, le dominant de toute ma taille, le bout de ma canne appuyée sur son torse. L’on pouvait voir sa sueur perler du front depuis Dénérim. Parfait, j’avais rapidement trouvé la personne que je cherchais, je pourrais tranquillement le malmener durant mes interrogatoires, et ..

Et il tomba à terre, la tête la première. Fronçant les sourcils, je m’approchai, le touchant de ma canne pour vérifier son état. Il ne répondait effectivement plus. Peut-être avait-il simplement perdu connaissance ? Nous nous approchâmes donc, absolument intrigués, avant que l’image d’une seule personne me revienne en mémoire.

Oh le saligaud, il a osé ..

Il avait osé toucher à MA cible. J’avais des informations cruciales à lui demander, par Andrasté !!!

PROCHAIN NIV. :
avatar Entre vieux grincheux et solitaires [pv. Selwyn] D3ku
avatar Entre vieux grincheux et solitaires [pv. Selwyn] D3ku
Invité
Invité
Posté Lun 19 Mar - 22:25

Entre vieux grincheux et solitaires
Mission n°26




Ce matin, Selwyn s’était levé de manière un peu impromptue et matinale : un de ses rats avait gratté les draps du lit pour réveiller l’assassin dans un but bien précis. Une lettre particulièrement urgente avait été déposée sur son bureau. Le genre d’urgence qui le réveillait avant le lever du soleil. Il prit juste le temps de se laver rapidement avant d’enfiler la tenue qu’il réservait toujours aux assassinats les plus discrets : son long manteau noir au col relevé cachait une partie du masque de fer en forme de crâne. Quelques sons stridents provoqués par ses rongeurs retentirent et une petite poignée d’entre eux le suivirent en dehors de la villa.
Son logement était une des rares choses qu’il s’autorisait : un sursaut de l’enfant démuni qu’il était autrefois. Une villa en U avec des balcons et un jardin derrière. Plutôt petite pour un noble, et carrément admirable pour un orphelin de la rue. Personne n’entrait ou ne sortait de sa villa. C’était sa forteresse avait juste deux domestiques dont il connaissait les moindres détails de leur vie. Il n’avait confiance en personne, il faisait juste confiance aux faits réels. Et les faits lui énonçait qu’une nouvelle mission relativement importante devait être effectuée dans les deux heures.
Il lut la fiche en chemin, entre deux toits de la cour d’Halamshiral :
« Marquis de Bojeune – A tuer
Commanditaire – Sœur Lilienne
Précision – qu’il ne parle pas »
Les rumeurs sur la fidélité inexistante du Marquis laissait songer que la commanditaire (qui n’avait même pas demandé à l’option d’anonymat) était très probablement une maîtresse délaissée. La demande d’assassinat sans révélation d’information laissait cependant songer que tout n’était pas aussi simple que cela : qui sait quelles informations avaient obtenues le Marquis en couchant à tout va... Faisant s’effriter le papier d’un mouvement de main, le mage de sang s’élança dans la cour qui s’étendait sous ses pieds. Quelques passages en vitesse dans les endroits les plus reculés des quartiers des domestiques lui apprirent que sa cible se trouvait justement non loin de sa position. Parfait.
En une demi-heure, il était sur place : le soleil commençait à se lever, et il arrivait juste à temps pour avoir le temps de ranger le cadavre en toute discrétion.
Seulement, il n’existait qu’une poignée de lève tôt dans tout Halamshiral. Et parmi ces lèves tôt : Fabien le chercheur, dont il était l’indicateur occasionnelle. Très clairement, son aîné n’était pas du genre à laisser la victime mourir sans qu’il ne parle au préalable. Et Selwyn avait une éthique de contrat très claire : l’assassinat serait sans qu’aucune information ne soit donnée. Levant la main, il prit garde à utiliser un sort de force : un mouvement de la main et il joua de la télékinésie dans les organes internes. Peut être un peu douloureux, mais tout à fait rapide. Quelques exclamations de frustration résonnèrent tout de même du côté de Fabien Sourceclaire, et le mage du sang se préparait déjà à régler ce léger détail à l’amiable.
Navré pour ce manque de politesse Fabien. J’ai eu des ordres.

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum