PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
— PSEUDOs : LadyNightmare
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Autant que je peux
— MISSIVES : 271
— DC&TC : Elian'Ha - Aerandir - Lucrecia
— PRESTIGE : 289
— CRÉDITS : Me

— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Je suis Orlésienne, je pense que cela ce voit non ? Bien, alors passons à votre demande suivante.
— ÂGE : Il n'est point poli de demander l'âge d'une femme. Mais soit, j'ai la trentaine. Je ne dirais pas le nombre exacte.
— PROFESSION : Je suis mère et épouse, ainsi que stratège à plein temps cela vous va ? Oh bien sur, je suis stratège pour mon propre compte. Sinon je suis noble.
— FACTION : Je fais partie des partisantes de Corypheus, mais c'est surtout pour protéger ma sœur. Si je trouve un meilleur parti, j'irai vers celui-ci.
— ARMES : Une longue épée fine, comme celle qu'on utilise pendant l'escrime, sauf que le bout est pointu et non rond.
— AMOUREUSEMENT : Plait-îl ? Mon fils tout simplement. Je ne m'attache pas. Je préfère voler de conquêtes en conquêtes. Enfin je dis ça, mais j'en ai pas beaucoup.
— O.SEXUELLE : Bien que j'aime les deux sexes, je suis plus attiré par les femmes. Les hommes m'ont trop déçus.
Posté Mar 20 Mar - 9:31

Je le regardais en gardant le silence. Selwyn donc. Je ne sais pas si c’était le vrai, mais je me contenterai. C’était surtout pour pouvoir l’appeler autrement que venatori ou qu’homme à rat ou je ne sais quel autre qualificatif ! J’acquiesçais, avant de serrer les accoudoirs du fauteuils pour me relever. La manœuvre était compliqué, mon corps n’était pas très coopératif. L’autre solution aurait été de le faire vomir, cependant je ne pouvais pas en sa présence. J’avais quand même une dignité.

Je me passais les mains sur ma robe afin de la remettre correctement, pour ensuite regarder ma coiffure. Elle était un peu en pagaille, ce qui me fit faire une moue. Soupirant, je décidais de la retirer, laissant ainsi mes longs cheveux miel retomber en cascade sur mes épaules. Ceux-ci étaient ondulés dû aux tresses. Ceci fait, je reportais mon attention sur Selwyn en lui faisant un léger sourire, avant de remettre mon masque sur le visage. Bien, maintenant il me faudrait profiter de la soirée avec mon époux… joie en perspective.

Je soupirais de nouveau, avant de me diriger vers la baignoire pour me laver les mains et surtout les lèvres, avant d’appliquer un brillant dessus avec mon auriculaire. Je me tournais ensuite vers l’homme, lui souriant doucement, pour ensuite me racler la gorge. Mon regard se porta sur le rat et je m’approchais pour aller le caresser. J’étais proche du venatori. Peut-être trop, mais je m’en moquait. C’était sûrement idiot à dire, mais je l’appréciais beaucoup. J’étais à l’aise avec lui. Continuant de gratter la tête de la petite bête, je tournais mon visage vers Selwyn, me permettant un peu mieux de le détailler.

J’aurais aimé retirer son masque pour voir vraiment son visage, mais je le sentais mal à l’aise. Donc je n’en dis rien et me reculais, lâchant le rat. Avec un léger sourire triste. Oui… maintenant je devais retourner dans les ténèbres de la cour avec leur faux semblants et leurs manières de petits courtisants. Ah… je ne le voulais vraiment pas.

Il le faut… Qu’allez vous faire pour votre part ? Je vois bien que vous n’êtes pas un homme de la lumière comme vous l’avez dit.

Je souriais doucement. Il me semblait avoir beaucoup de point en commun avec cet homme. Il m’intéressait beaucoup. Je voulais le connaître, mais je sentais qu’il était réticent. Je me permis de l’embrasser sur le joue, me mettant légèrement sur la pointe des pieds pour se faire, avant de faire pareil avec l’animal, l’embrassant sur le museau. Aller savoir pourquoi, mais je me sentais comme Cendrillon… Sauf que le prince charmant n’avait rien d’un prince.

Soupirant de nouveau, je me dirigeais vers la porte et posais ma main sur la poignée. Comme je ne voulais pas y retourner. Je voulais partir et retourner au près de mon fils. L’éduquer et le voir grandir. Mon petit Gabriel… mon rayon de soleil dans ce monde noir dans lequel on l’avait jeté. J’inspirais grandement, fermant les yeux avant de les rouvrir sur mon masque de la parfaite épouse, heureuse d’être présente et d’avoir le Grand Gaspard de Chalons comme époux. S’il savait.

Si seulement il pouvait mourir....

J’avais murmuré cette phrase. Oui, c’etait Mon plus grand désir. Voir Gaspard mourir. Je voulais le tuez moi. Voir sa vie défilez dans ses yeux, sentir son souffle s’eteindre, retrouver ma liberté arraché. Je n’attendais que ce jour et je savais qu’il allait venir. Un jour ou l’autre.

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 20 Mar - 17:59

Le jeu du Chat et du Rat

Mission n°25




La noble prit un certain temps pour se lever du fauteuil. Le mage de sang aurait préféré que son acolyte n’ai pas d’apparition publique à effectuer, mais tel était le fardeau de ceux qui vivaient dans la lumière. En échange, ces derniers étaient reconnus et rarement oubliés. A l’inverse, Selwyn pouvait partir du bal comme il l’entendait, mais son absence ou son départ ne serait rien dans la frénésie de la cour orlésienne. La Dame se refaisait un air plus sophistiqué, remettant correctement les plis de son jupon avec une moue agacé propre aux femmes insatisfaites de quelques détails de leur apparence. Elle se décoiffa, laissant tomber ses cheveux sur ses épaules. Selwyn se dit brièvement qu’il la préférait ainsi coiffée avant de se détourner vers une autre partie de la salle d’eau. Il ne pouvait décemment pas se laisser ainsi distraire : ce n’était ni le lieu, ni le moment, ni la personne.
Il croisa le regard clair de la jeune femme qui lui fit un sourire avant de remettre son masque, cachant la partie supérieure de son visage. Il continua de l’observer alors qu’elle se lavait les mains et les lèvres… Effectivement, mieux valait éviter de s’empoisonner une seconde fois dans la soirée surtout avec aucun allié pour lui administrer l’antidote nécessaire.
Lorsque la Grande Duchesse – non, Cathy – se rapprocha de lui, le mage de sang resta de marbre. Elle caressa doucement le rat sur son épaule et l’homme se sentit un peu mélancolique de voir à quel point une femme qu’il connaissait si peu s’occupait si bien de ses rats. Il n’avait pas l’habitude de voir ses rongeurs appréciés.
Il se sentit dévisagé mais ne dit mot. Il eut un instant la pensée d’ôter son masque, mais il ne souhaitait pas sortir de l’ombre où il avait l’habitude d’évoluer. Il n’était pas le genre d’homme à marcher à visage découvert.
Il eut envie de dire quelque chose, mais finit par se taire attendant la décision de Cathy qui allait tristement repartir dans la fosse au lions.
Il le faut… Qu’allez-vous faire pour votre part ? Je vois bien que vous n’êtes pas un homme de la lumière comme vous l’avez dit.

L’assassin eut un sourire triste en miroir à la sincérité étrange mais appréciée de Cathy. Comme il était étrange de surnommer aussi facilement une femme dont il avait l’habitude d’entendre le nom complet dans les rumeurs et échanges d’informations qu’il gérait.
Puis Cathy se hissa légèrement sur la pointe des pieds pour l’embrasser sur la joue. Le sourire de l’homme auparavant un peu triste se fit plus doux. La promiscuité était peut être étrange pour quelqu’un qu’il connaissait si peu, mais il savait qu’il venait de se faire une étrange alliée. Une alliée qu’il souhaiterait peut être revoir. Elle embrassa le rat, et l’homme eut un sourire envers la petite bête qui se faisait tant apprécier.
Elle allait partir et Selwyn allait la laisser aller quand un murmure caressa les oreilles de l’assassin.
Si seulement il pouvait mourir....

Il se retourna alors dans un mouvement fluide et lança d’une voix claire et décidée :
Si vous le souhaitez, Cathy… Si vous avez besoin d’aide : demandez Selwyn à la Maison du Repos.


PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
— PSEUDOs : LadyNightmare
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Autant que je peux
— MISSIVES : 271
— DC&TC : Elian'Ha - Aerandir - Lucrecia
— PRESTIGE : 289
— CRÉDITS : Me

— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Je suis Orlésienne, je pense que cela ce voit non ? Bien, alors passons à votre demande suivante.
— ÂGE : Il n'est point poli de demander l'âge d'une femme. Mais soit, j'ai la trentaine. Je ne dirais pas le nombre exacte.
— PROFESSION : Je suis mère et épouse, ainsi que stratège à plein temps cela vous va ? Oh bien sur, je suis stratège pour mon propre compte. Sinon je suis noble.
— FACTION : Je fais partie des partisantes de Corypheus, mais c'est surtout pour protéger ma sœur. Si je trouve un meilleur parti, j'irai vers celui-ci.
— ARMES : Une longue épée fine, comme celle qu'on utilise pendant l'escrime, sauf que le bout est pointu et non rond.
— AMOUREUSEMENT : Plait-îl ? Mon fils tout simplement. Je ne m'attache pas. Je préfère voler de conquêtes en conquêtes. Enfin je dis ça, mais j'en ai pas beaucoup.
— O.SEXUELLE : Bien que j'aime les deux sexes, je suis plus attiré par les femmes. Les hommes m'ont trop déçus.
Posté Mar 20 Mar - 18:28

Je m’arrêtais quand il me proposa son aide, avant de tourner mon visage vers lui. Le masque dont je venais de me parer venait de disparaître aussitôt après avoir entendu sa voix. Pourquoi ? Je… Je devais rester concentré. Je serrais un peu plus la poignée, avant de lui sourire d’un sourire véritablement chaleureux et sincère cette fois-ci. Je décidais de lâcher la poignée pour me rapprocher de nouveau de lui. Je serrais les poings, avant d’aller lui caresser doucement la joue tout en plongeant mon regard dans le sien.

Vous faites déjà beaucoup Selwyn… Je ne peux vous imposez plus. Mais je m’en souviendrais.

J’inclinais légèrement la tête, regardant le rat vers qui je me tournais.

Prend soin de ton maître d’accord ?

Je lui fis une nouvelle caresse sur le museau, mon regard se posant doucement sur Selwyn. Une idée me traversa : celle de l’embrasser et je fronçais légèrement les sourcils sans vraiment comprendre pourquoi. Cependant, comparé à l’idée de la main sur sa joue, je n’effectuais pas celle-ci. Pourtant, mon cœur s’affolait, car ce n’était pas l’envie qui m’en manquait. Ce n’était ni le lieu, ni le moment et rien ne me disait qu’il allait apprécier mon caprice. Alors autant me taire. Je lui fis donc un simple mouvement de tête pour au revoir, me dirigeant d’un pas hésitant vers la porte.

La main qui se posa sur la poignée fut tremblante et ce n’était pas dû à la drogue prise plus tôt. Je fermais les yeux et me ressaisis, ouvrant finalement la porte pour disparaitre dans l’encadrement. Je devais partir. Sinon mon mari s’inquiéterait et les rumeurs s’ébruiteraient. Et même si cela ne me dérangeait pas, je ne voulais pas qu’un homme de l’ombre soit mis de force dans la lumière, donc autant arrêter ici. Et pourtant, cette idée m’attristait. Ah… Je devais rester concentré et rester sur de moi. Je ne devais pas faiblir.

Je marchais d’un pas que je voulais assurer vers mon époux, prétextant un sentiment de malaise afin de partir. Nous quittions donc le bal et lorsque je fus dehors, mon regard ne put s’empêcher de le chercher ou l’un de ses compagnons. Je ne vis rien d’autres que les invités et les servants. Bien qu’il me semblât voir une âme s’échapper dans la nuit, je ne pus voir le visage de ce dernier. Une main à ma taille, Gaspard m’intima de monter dans la calèche et j’obéis docilement, enlevant mon masque lorsque je fus assise. Je soupirais, avant de regarder dehors, encore chamboulé de cette rencontre.

C’est alors que je l’entendis. Tandis que la calèche partait, un cri retentit dans la nuit. Un cadavre venait surement d’être trouvé. Je souris. En tout cas, nous faisions une bonne équipe et cela, personne ne pourrait dire le contraire.

PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum