PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 18 Mar - 15:58

Selwyn
Qui baigne ses mains dans le sang les lavera dans les larmes.
NOM & PRÉNOM(S) ✶ Selwyn SURNOM ✶ Sely, mais seulement pour ceux qui le connaissent vraiment bien, c'est à dire actuellement, personne AGE ✶ 55 ans   NATIONALITÉ & LIEU DE NAISSANCE ✶ Né à Kirkwall, dans les Marches Libres PROFESSION ✶Assassin à la Maison du Repos LIEU DE RÉSIDENCE ✶ Val Royeaux SITUATION AMOUREUSE ✶ Célibataire ORIENTATION SEXUELLE ✶ Hétérosexuel FACTION & RANG ✶ Partisan, Mage ARMES ET/OU MAGIE ✶Mage de sang LANGUE PARLÉE ✶ Universel, orlésien


Tout sur ton personnage
on veut tout savoir de lui.
CARACTÈRE + Rude, sophistiqué, droit, peut être coincé… C’est ce qui vient à l’esprit quand on croise le regard sérieux du mage. Mais croiser son regard n’est pas donné à tout le monde. Discret, secret, ce sont des mots plus justes pour le définir : peu de gens parviennent à l’apercevoir, et ceux qui y parviennent ne retiennent qu’un long manteau noir. Il n’aime pas les gens : il les trouve versatiles, futiles, agaçants, irritants et superficiels. Peu de choses l’affectent, ou bien, il laisse peu de choses l’affecter. Pourtant il ne peut pas nier cette colère qui l’habite, cette rage qui lui fait parfois perdre les moyens, brouillant sa manière d’être et son calme pourtant habituel et réconfortant. L’âge vient avec la maîtrise de soi, et son regard expérimenté en dit long sur ce qu’il sait et ce qu’il retient de toute l’impulsivité de sa jeunesse. Il était téméraire autrefois, se souciant et s’impliquant en tout, fouettant l’air d’un regard, blessant de quelques mots incisifs, tuant d’un mouvement d’air dans la magie. Aujourd’hui, il n’en reste quelques mots d’esprits bien placés, une froide détermination et la volonté de simplement tracer son chemin jusqu’à ce que la mort le rattrape. Cependant, derrière la carapace, remonte parfois à la surface quelques brindilles de cette curiosité d’autrefois qu’il savait entretenir : une envie de tout voir, tout savoir, tout connaître… Il était téméraire et assoiffé, il est devenu retenu et déterminé. Entre son ancien lui et ce qu’il est aujourd’hui, il ne reste que la rigueur qui le sauve chaque jour un peu plus.
Etre entouré d’amis ne lui est que rarement et occasionnellement arrivé : la loyauté est une réelle valeur qu’il a rarement eu le plaisir d’appliquer. Sa vie de solitaire lui convient parfaitement : pas d’amis pour qui se sacrifier, personne pour lui rappeler la conscience morale qu’il s’échine à enterrer… La vie suit son cours, semblant en tout point pareille à sa camarade plus funeste. A se demander pourquoi il ne se réveille pas. Il avait été idéaliste autrefois, il s’en souvient de temps à autre, quand la nuit se prolonge avant de se déchirer sous l’étreinte du soleil. Il est capable de dire tous les combats qu’il a mené au nom d’un but, d’une idée, d’une volonté. Mais il est fatigué, et lassé de se sacrifier encore et encore. Il a cessé d’avoir envie, d’être jeune, dans un seul et même endroit : en prison. Mais c’est une autre histoire…
✶✶✶
PHYSIQUE + De haute stature, Selwyn est un homme qui porte bien sa cinquantaine : ses cheveux noirs mêlés de sel tombent sur son front aux légères rides, sa peau pâle soulignant ses deux yeux d’un brun tellement clair qu’on les voit parfois dorés. Un nez droit, un air soucieux et une barbe plus blanche que noir complète le portrait. Certain ont eu la chance de voir le jeune garçon devenir un homme : lorsqu’il était jeune homme, le visage ne voyait pas l’ombre d’une barbe, ses cheveux courts et noirs et son apparence sérieuse lui donnait l’allure d’un garçon fiable et droit. Le passage à l’âge adulte a vu naître un chignon lâche sur sa nique, une ombre de poils sur le menton, une allure plus baroudeuse qui ne s’en est pas allée quand les quarante ans ont sonné. Des cheveux encore plus longs, la ride du lion apparaissait entre ses sourcils qui barraient son visage de deux traits noirs plus froncés à chaque année. Cinquante années avaient passées lorsque le chignon s’est défait, cachant un peu plus le visage pourtant flatteur. La colère semblait se lire dans ses yeux, la barbe noire et courte recouvrait tout son menton. Un ou deux cheveux blancs attirent l’attention. Et voilà que cinq ans plus tard, la barbe s’est éclaircie, les cheveux se sont raccourcis… Mais le changement le plus marquant reste le regard : autrefois droit dans sa jeunesse, colérique à la fin de son âge fort, il paraît maintenant investi d’un devoir, d’une détermination, d’une force qui le rend magnétique. L’âge le rend vénérable, bien plus qu’il ne l’a jamais été, et s’il a été autrefois beau, il l’est toujours aujourd’hui, s’est rajouté à cela son charisme venu accompagné d’une froide confiance en lui plus forte que jamais.
Son corps est sec. Il l’a toujours été, bien qu’un peu plus souple quand il était de prime jeunesse. Des épaules plus larges que ses hanches, il a pour habitude de cacher sa stature derrière un long manteau noir sans pour autant enfiler les manches, comme une cape. Derrière ce manteau, une chemise, un gilet, qui lui donnent parfois l’allure d’un vieux professeur. Il se fiche bien de l’apparence qu’il peut donner : le col noir remonté jusqu’à ses oreilles, c’est un luxe qu’il a pu obtenir bien tard, et il ne compte pas le lâcher. Un tatouage tout à fait particulier orne sa main gauche : c’est un symbole de magie du sang, qu’il a pris l’habitude de recouvrir d’une mitaine noire, sans se soucier de l’allure étrange qu’il donnait parfois avec sa mitaine solitaire. Ce symbole s’organise autour d’un point en son centre pour former quelques motifs géométriques et circulaires.
✶✶✶
ANECDOTES + Selwyn adore VRAIMENT les rats, et il y en a toujours deux trois rongeurs dans son appartement Le masque qu’il utilise pour ses assassinats vient de Kirkwall Il est curieux de la Dalatie, et aimerait bien en voir les paysages, mais il sait qu’il y serait mal accueilli Il a trois longs manteaux noirs, pour être sûr de ne jamais en manquer Il apprécie énormément la nourriture orlésienne Kirkwall lui manque de temps à autres, et il lui vient alors l’envie d’y retourner Il adore se balader sur les toits de Val Royeaux, et la moitié de ses assassinats s’effectue du ciel. Il s’est fait peu d’amis à Val Royeaux, mais beaucoup de connaissances plus ou moins lointaines Il dort peu, est toujours fatigué, mais souvent frappé d’insomnie Il est profondément athée, persuadé que si Andrasté existait, les mages n’existeraient pas Il déteste les templiers depuis son passage compliqué au cercle de Kirkwall, mais il reste tout de même quelqu’un de calme qui évite de rentrer dans les débats difficiles


Derrière l'écran
on veut tout savoir de toi.
NOM & PSEUDO ✶  Wuwu, Léli, oui Viator sur les autres forum, voire Constance de mon vrai nom ÂGE ✶  19 TES PASSIONS ✶  cf fiche Wuwu SÉRIES, FILMS, JEUX VIDÉO ✶  idem PRÉSENCE ✶ idem TON AVIS SUR LE FORUM ✶ Luv U guy COMMENT AS-TU CONNU DA:I ✶  idem TON DERNIER MOT, NIARK ✶  ~
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 18 Mar - 17:19
this is my story
Les rumeurs sont comme des rats, il est impossible de s'en débarrasser.


8 :86 de l’ère des Bontés

Un frisson, celui du vent qui s’insère dans la Basseville ; un murmure, celui du brouhaha sortant de l’auberge du pendu ; un cliquetis, quelques soldats marchant au pas… Un hurlement, celui d’une mère en couche exprimant la douleur d’enfanter. C’était une scène peut être courante, mais tout de même poignante de voir la tristesse d’une mère fille abandonnant son enfant sans le voir. Pas un regard. Pas une pensée. Un père peut être aimé aurait pu nourrir sa descendance, mais si elle a caché sa grossesse, s’il a refusé son fils, lui non plus ne verra jamais les deux yeux bruns, les cris déterminés et farouches de sa voix fluette. Et ce petit bout d’homme sera laissé le bord d’un quelconque trottoir. Parfois, les enfants abandonnés (les enfants mal aimés !) sont laissés sur les marches d’une Chantrie. Mais à Kirkwall, la Chantrie est réservée à ceux ayant accès à la Hauteville. Et l’on ne renie pas ses origines.
Et ces enfants abandonnés sont souvent ramassés par quelques organisations, plus ou moins bienveillantes, qui se chargeront de faire travailler ces deux petites mains dès que la marche et le langage auront été inculqués. Ce n’est pas le pire destin pour un enfant sans parents, pour un enfant sans nom. Ce n’est pas non plus le plus facile.

9 :00 de l’ère du Dragon

C’est un gamin d’un peu plus d’une douzaine d’années : filiforme, tout en os et en articulations, sa maigreur laisse cependant entrevoir un peu plus de force que les enfants qui l’accompagnent. Ils sont une demi-douzaine, ainsi, à courir pieds nus sur les pavés boueux et déformés de la Basseville. Se faufilant partout, il envahisse les rues sans se rendre compte de leur malheur. Tous ont leur spécialité : Caleb travaille dans la mine d’os, et ne passe à Kirkwall que rarement ; Lilith va bientôt être formée à la Rose en fleur, cela l’effraie un peu (elle dit souvent regretter d’être aussi jolie) ; Denerk s’occupe de récolter diverses informations sur les Docks et Selwyn travaille à l’auberge du pendu, servant les clients et s’occupant de surveiller ceux qui boivent trop.
Il s’y rend, d’ailleurs : ses pieds calleux tapent contre le sol et il surveille la position du soleil en espérant être à l’heure. Mais il s’arrête : un rat blanc est face à lui, ses deux yeux noirs le scrutant attentivement. Il s’accroupit, regardant de manière égale le rongeur avec un léger sourire. Tendant sa main, l’index pointé vers le rat, il s’adresse à lui :

Allez ! Viens !

Semblant l’obéir, le petit animal coure vers la main de l’enfant avant de grimper le long de son bras. Réprimant le rire provoqué par les chatouilles que font les pattes de l’animal sur sa peau sale, il pose son ami sur son épaule avant de reprendre sa course de manière plus précautionneuse.
Il aime les rats. Quelques adultes lui ont déjà dit que ces bestioles-là avaient la fâcheuse tendance de traîner les maladies, mais tant pis : il devait être bien plus pouilleux que les pauvres rongeurs. Et puis, les rats lui donnent la sensation qu’il est moins seul, moins désespéré. Il regarde parfois les rongeurs et leurs raconte des secrets : il ne peut pas dire des secrets aux autres. Caleb n’est pas souvent dans le coin, Lilith est trop pimbêche et Denerk rapporterait tout à l’Organisation. Et cela ne devait surtout pas arriver. Il savait trop bien ce qui adviendrait de lui : où il serait utilisé de manière trop cruelle pour lui, ou il serait confié au Cercle. Et Selwyn avait des frissons lorsqu’il songeait à la triste potence. Il ne voulait pas y aller, malgré tout le danger qu’il était : aucun démon ne s’emparerait de lui. Aucun. Jamais.

9 :11 de l’ère du Dragon

L’Organisation était démantelée : une quelconque histoire d’héritage, quelques broutilles parmi les dirigeants, et une armée de gamins des rues s’était déversée dans la Basseville. Sans canalisateur, sans aucun contrôle. Selwyn s’était rapidement retrouvé sans aucune attache, sans aucun travail. Caleb était mort, la fumée encombrant ses poumons délabrant sa gorge, et le jeune homme était parti sans atteindre la trentaine. Lilith avait fait ses marques à la Rose, fréquentant la Hauteville, s’habituant à la soie tandis qu’elle oubliait peu à peu la boue dont elle était sortie. Denerk était devenu un espion de qualité, vendant ses talents, ses oreilles et ses secrets aux plus offrants. Selwyn avait préféré la contrebande : rentable, cela donnait quelques ouvertures pour ceux qui savaient se débrouiller. Il avait 24 ans, et il avait appris la vie par la manière forte. Et la leçon était restée : gardant ses contacts, il tenait Lilith et Denerk au courant, de faux sourires derrière de réelles machinations : ils jouaient tous les trois à un jeu assez sanglant. La pute, l’espion et le contrebandier. Des informations, des trahisons… Et une complicité somme toute très malsaine. Lilith était parfois amante de l’un ou de l’autre. Mais tout trois étaient d’accord pour dire que la mort de leur ami Caleb avait sonné la fin de leur innocence.

9 :21 de l’ère du Dragon

Denerk et ses fâcheuses oreilles avait pris l’habitude d’écouter de trop près les agissements du contrebandier. Selwyn avait perfectionné sa magie, maîtrisant les forces. C’était le genre de secret qui le poussait à tuer ceux qui avaient le malheur d’être au courant. Mais Denerk avait été discret, et surtout plus rapide que lui : profitant de l’avènement de Meredith et de sa chasse aux apostats, il dénonce son ami d’enfance, jaloux de l’affection que lui porte Lilith.
Et puis le cercle. Le cercle, sa potence, ses barreaux… Selwyn a toujours eu une peur profonde des apaisés : leur voix monocorde, leur air ennuyé. C’est un sort qui l’effraie pire que la mort. C’est pourtant ce qu’il va frôler de nombreuses fois : des rebellions, de l’insolence, des insultes… Cette femme aux allures sévères, cet emprisonnement. L’homme se rend compte de liberté dont on l’a privé comme d’un membre manquant : voilà 34 années qu’il était né dans la boue et soudain on le privait de la seule richesse qu’il avait toujours eu. Son courage devint folie : bagarre, tentative de fuite, il n’en ratait pas une pour se faire remarquer. Il murmurait de rage le nom de Dernek dans la nuit. Leur jeu lui avait cramé les doigts. Et lui allait cramer la cervelle de cet enfoiré. Une bagarre de trop et Meredith elle-même se trouvait face à lui, le menaçant de le corrompre au Lyrium. Il lui cracha à la figure. La sentence fut définitive. Les barreaux se refermèrent devant lui alors que le lendemain, on le priverait de sa personnalité.
Ce fut la nuit la plus longue de toute sa vie : emmêlant ses cheveux longs, griffant ses bras, tournant en cage comme un forcené, ses derniers amis de toujours le rejoignaient dans sa cellule. Des rats, gris, blancs, noirs, grouillaient sur les pavés tandis que quelques bribes de magie involontaire s’échappaient de maître magicien pourtant expérimenté. Un rat se projeta au mur, mourant dans un couinement alors que son sang recouvrait une partie du mur. Une idée fusa dans la tête de l’orphelin. Il tenta d’abord de s’en dégager, secouant la tête comme il le pouvant, marmonnant à haute voix les valeurs qu’il avait toujours appliqué : il était fort, il ne se ferait pas corrompre, il n’userait pas de ce type de magie. Mais… Il était effrayé à l’idée d’être apaisé. Il était presque littéralement mort de peur. Une telle puissance lui permettrait à lui déjà si expérimenté, de s’enfuir. Il pourrait se réfugier auprès de Lilith à la Rose… Et se venger. Un signe apparait sur sa main alors qu’il en appelle à la magie du sang. Ce dessin ne le quittera plus jamais.
Le lendemain, un templier rejoignait le quartier des prisonniers : un de ses collègues était mort, la tête explosée sur le sol. Quelques traces de sangs menaient le survivant à un endroit bien précis. Dedans, une centaine de rats morts recouvraient le sol, teintant la cellule de rouge. Le cercle avait poussé Selwyn à bout. Et ce serait à Dernek d’en payer le prix.

9 :23 de l’ère du Dragon

La fuite n’avait pas été de tout repos : embarqué sur un navire à Kirkwall, il a enchaîné escales sur escales pour enfin se diriger, après quelques hésitations vers Orlaïs. Férelden le tentait peu : la rusticité du pays était certes séduisante, mais les cercles de mages avaient l’air rudes par là-bas. Et un secret semblait être plus facile à converser dans le jeu orlésien que dans la sincérité de son pays voisin. Et puis, le voyage sur la mer d’écume lui avait permis de faire le point : il ne voulait plus se conformer à l’image de l’apostat secret. Il ne voulait plus se forcer à des valeurs qui n’importaient personne. Après tout : les templiers faisaient peu de cas de la différence entre un apostat rempli de bonnes volontés et un mage de sang de la pire espèce. Pourquoi donc faire des efforts ?
C’est donc à Val Royeaux qu’une nouvelle vie commence. Et dans ce genre de conditions là, Selwyn sait parfaitement faire valoir ses droits et ses compétences : il ne fallut que peu de temps avant que la maison du repos de l’accueille comme une des meilleures assassins orlésiens. Pas le plus discret, pas le plus propre, mais très certainement le plus efficace. C’est dans ce contexte qu’il a connu Fabien, le chercheur qui chassait les complots de la cour : quelques informations par ci par là faisaient toujours plaisir à son aîné, et ils travaillèrent ensemble de temps à autre. Par ailleurs, il apprécie que le chercheur sache qu’il est mage et qu’il n’en dise mot. Il n’a pas non plus tenté le diable en dévoilant quel type de magie il utilisait.
Mais la vie continue et les assassinats deviennent habituels : Selwyn fait rapporter de Kirkwall un masque de métal en forme de crâne, dédaignant les grotesques déguisements des autres bardes et compagnie. Ce jour-là, en coiffant le visage morbide, le mage de sang avait la forte impression que ce monde avait eu raison de ses valeurs. Dans un sens, il ne s’en souciait plus : il n’avait strictement rien à perdre à part la vie. Et la raison. Et s’il ne craignait pas la mort, il évitait toujours comme la peste les cercles d’Orlaïs, pourtant plus distingués que ceux qu’il avait autrefois connu.

9 :31 de l’ère du Dragon

Les assassinats s’enchaînent, le temps passent, et Val Royeaux n’a plus une ruelle qu’il ne connait pas cœur. Il ne sait toujours pas très bien quel est son but, hormis la survie, mais l’ascension sociale (aussi étrange soit elle) continue : la maison à Val Royeaux, le pouvoir de plus en plus important à la Maison du Repos, et le voilà qui se retrouve à la tête d’une équipe d’assassins. Il connaît tout, sait tout de tout le monde, fait venir son vin de Kirkwall simplement pour se sentir un peu plus chez lui. Visage inconnu de tous, mais pourtant dans les murs : Selwyn est dorénavant dans le monde de l’ombre, et ceux qui sont au courant de son existence son très peu nombreux. Pourtant, certains murmurent avoir aperçu un homme dans un long manteau noir au col relevé, un masque en forme de crâne sur le visage. Mais ce ne sont que des rumeurs, des fables que l’on conte dans les couloirs de la cour pour les dissuader de s’attirer le courroux de quelqu’un assez puissant pour utiliser la Maison du Repos.
Un jour, le mage de sang avait entendu au détour d’une petite rue « Prend garde à toi, où le faucheur de la Maison du Repos viendra te voir… ». On parlait sûrement de lui, et cette simple déclaration lui a amené à la fois satisfaction et tristesse. Il était devenu un cauchemar.

9 :42 de l'ère du Dragon

Il y avait cette jeune barde, d’une vingtaine d’années. Il ne l’aimait pas, ou du moins pas de cette manière, mais elle avait apporté un souffle de fraîcheur à la Maison du Repos en devenant son apprentie. Des sourires, de la détermination, et pas de jugement. Jamais de jugement. Une fois, il lui avait confié qu’il aurait aimé avoir une fille comme elle. Elle avait souri en retour et répondu qu’elle aurait aimé avoir un père comme lui : il ne l’avait pas cru, mais cela lui avait fait plaisir.
Et puis les venatoris se sont infiltrés à la cour : des murmures que Selwyn entendait en premier. On lui avait parlé d’une voix doucereuse de l’avènement des mages au pouvoir… Il avait répondu de manière sanglante. La vie était suffisamment compliquée comme elle l’était pour qu’une engeance tévintide veuille en plus se mêler à tout cela. Mais sa réponse pourtant ferme n’avait pas plus à quelques hauts dignitaires, et Lehila avait été enlevée . Le chantage avait débuté, Selwyn (à contre cœur) avait marché. Dorénavant, il était partisan. Evidemment, il avait dû faire de nombreuses choses à contrecœur et livrer le seigneur chercheur Lucius aux templiers rouges faisait partie des regrets qu'il entretenait. Fabien allait lui en vouloir pour le reste de ses jours.
PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
— PSEUDOs : LadyNightmare
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Autant que je peux
— MISSIVES : 271
— DC&TC : Elian'Ha - Aerandir - Lucrecia
— PRESTIGE : 289
— CRÉDITS : Me

— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Je suis Orlésienne, je pense que cela ce voit non ? Bien, alors passons à votre demande suivante.
— ÂGE : Il n'est point poli de demander l'âge d'une femme. Mais soit, j'ai la trentaine. Je ne dirais pas le nombre exacte.
— PROFESSION : Je suis mère et épouse, ainsi que stratège à plein temps cela vous va ? Oh bien sur, je suis stratège pour mon propre compte. Sinon je suis noble.
— FACTION : Je fais partie des partisantes de Corypheus, mais c'est surtout pour protéger ma sœur. Si je trouve un meilleur parti, j'irai vers celui-ci.
— ARMES : Une longue épée fine, comme celle qu'on utilise pendant l'escrime, sauf que le bout est pointu et non rond.
— AMOUREUSEMENT : Plait-îl ? Mon fils tout simplement. Je ne m'attache pas. Je préfère voler de conquêtes en conquêtes. Enfin je dis ça, mais j'en ai pas beaucoup.
— O.SEXUELLE : Bien que j'aime les deux sexes, je suis plus attiré par les femmes. Les hommes m'ont trop déçus.
Posté Dim 18 Mar - 17:43
Rebienvenu cher Collègue ~

Au plaisir de te voir en rp fufufu ~
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 18 Mar - 18:12

⊱ Félicitations, tu es validé !
bravo, bravo et encore bravo !

L'AVIS DU STAFF SUR TA FICHE ✶ Je te l'ai dit sur discord, mais je te le redis ici. Selwyn me qscvijogdsqcv j'adore le personnage <3  j'ai hâte de voir comment il va évoluer

J'ai donc le plaisir de t'annoncer que tu es validé, Selwyn! Si tu as une question quelconque, ou quelque chose à faire savoir, n'hésites pas à contacter le staff. Bon jeu et encore bienvenue parmi nous ! #Elian'Ha.

Bravo, te voilà validé et fin prêt à te lancer à l'aventure sur les routes de Thédas ! Toutefois, voici un petit récapitulatif des sujets que tu devrais aller visiter pour pouvoir profiter pleinement de ton expérience de jeu sur notre petit forum.

la section administrative ;

Tout ce qui est Administratif est important. Si tu ne l'as pas fait, il te faudra signer le règlement du forum. Tu pourras aussi aller dire quel est le personnage de ton avatar sur le bottin d'avatar uniquement si tu as créé toi-même ton personnage.

gestion de personnage ;

Gérer son personnage est très important ! C'est un des meilleurs moyens d'étendre sa visibilité et son authenticité. Sur Dragon Age Infinity, nous n'avons pas fait les choses à moitié : Vous pouvez créer une fiche de lien, un journal intime, une gestion de rp et même une boite aux lettre pour envoyer des missives ! Tout cela est fortement conseillé mais non obligatoire, bien entendu.

la section role play ;

En ce qui concerne les rps, désormais, tu y as accès comme bon te semble ! Tu peux néanmoins aller demander un rp si tu n'as pas de compagnon, voir même t'inscrire à une quête pour pouvoir gagner des points de prestige en plus !

la section hors-jeu ;

Le hors-jeu est l'une des parties les plus importantes du forum. C'est dedans que tu peux jouer aux jeux, flooder, voter aux top site, poster ta galerie d'art ou de n'importe quoi d'autre ; en bref, tout ce qui te concerne toi ou tout ce qui tourne autour de l'amusement sans prise de tête. Le flood fait vivre le forum alors n'hésite surtout pas à spamer cette partie !

les aides & guides ;

Tout ce qui te sera utile tout au long de ton séjour ici se trouve dans ces liens raccourcis. Nous avons mis à ta disposition des montagnes d'informations afin que tu puisses t'y retrouver plus facilement dans l'univers de Dragon Age !
Le guide du novice est là pour toi si tu veux revoir les bases du forum rpg, ce que tu as d'exclusif sur Dragon Age Infinity ou si tu veux revoir quelques bases sur la saga de jeu ; les annexes sont ici pour t'indiquer les membres du staff et t'expliquer le fonctionnement de certains systèmes au sein du forum -sans oublier t'énumérer toute classe présentes dans Dragon Age ; et enfin, le guide de Thédas est fait pour tes recherches sur l'univers des jeux.


Sur ce, Selwyn... Je te souhaite une bonne aventure parmi nous ! Te joindras-tu avec les plus héroïques afin de sauver Thédas, ou au contraire, plongeras-tu le monde dans le chaos ?

Bienvenue sur Dragon Age Inquisition : Infinity !
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 18 Mar - 18:13
Okay, tout ceci a été d'une rapidement remarquable o/ Merci pour tout, je cours faire tout cela
PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum