PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 18 Mar - 14:39
La grande foire du printemps avait lieu tous les ans dans les grands quartiers de Denerim. L'événement était réputé dans tout le royaume, car les plus grands nouveaux talents s'y produisaient pour tenter de trouver des mécènes. La populace se mêlait alors aux nobliaux, le tout dans un joyeux tumulte que seul Férelden connaissait. Une bonne distraction donc, une parenthèse souhaitable pour Karlan. Le nain faisait face à se nouvelle charge comme il pouvait, et il ne s'en sortait pas moins mal que les derniers Commandeurs-Gardes. Mais de sombres nouvelles arrivaient souvent à ses oreilles, l'histoire sordide d'un Appel généralisé étant de loin la plus préoccupante.
Le Garde des Ombres avait décidé de s'octroyer quelques jours pour aller rendre visite à quelques connaissances dans la ville capitale, et il en profitait pour conclure par cet événement avant de s'en retourner à Ansburg. Il s'était convaincu que le pire était à venir, et qu'il ne pourrait pas y faire face efficacement sans faire le calme avant la tempête. Denerim était en liesse, et il déambula dans ses rues bondées un long moment, s'arrêtant à l'occasion pour regarder un dresseur faire un tour avec un ours imposant, ou un groupe de comédiens se produire accompagnés de quelques ménestrels. La bonne humeur qui régnait à cet endroit lui faisait le plus grand bien. Il avait presque l'impression d'être un citoyen parmi tant d'autres, à ceci près qu'il notait du coin de l’œil les quelques individus qui vagabondaient la foule pour alléger quelques bourses trop remplies. Naturellement, il ne portait pas son armure, car il ne voulait en aucun cas être au centre de l'attention : cette dernière était restée dans sa chambre, dans une chambre propre d'une auberge respectable. S'il avait su qu'il se mettrait à fréquenter de tels endroits.
Du coin de l’œil, il aperçut une chevelure rousse passer au loin, une naine sans doute possible. Intrigué, il fendit la foule, et finit par la repérer un peu plus loin, en pleine conversation avec ce qui semblait être un groupe de nobles. Crista. Il n'était pas si surpris de la voir à cet endroit, car le contexte se prêtait assez bien aux affaires et aux démonstrations farfelues. Il l'avait vue faire voler une paroi rocheuse en quelques minutes à peine, après tout. Karlan hésita un instant, figé. Il n'était pas sûr qu'elle ait très envie de le revoir, déjà parce qu'il avait amoché son père des années plus tôt, ensuite parce que sa présence lui rappellerait forcément leur expédition dans les Tréfonds et les souvenirs qui allaient avec. Il avait fait son deuil lui, il en avait vues d'autres. Mais elle ? Pas si sûr.
Finalement, il se décida à aller l'aborder. Dans le pire des cas, il pouvait prendre rapidement la poudre d'escampette. Dans le meilleur, il passerait un moment plus plaisant, et cela pourrait même lui changer ses idées. L'ancien voleur du Carta se décida à une approche discrète, et il se débrouilla pour arriver dans le dos de la naine aux cheveux de feu. Sa main se posa tranquillement sur son épaule. « Les affaires sont bonnes ? Me dis pas qu'ils vont t'acheter des trucs quand même, ou je vais devoir les convaincre du contraire pour ne pas qu'ils y passent. Pas que ça à faire. »
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 21 Mar - 11:48
Fusées, rires et fuite

Feat. Karlan Rurin ~


La naine posa la caisse de feux d’artifices et souffla longuement en passant le revers de sa main sur son front. C’était la dernière. Un homme lui serra la main puis lui tendit une bourse rempli de souverains. C’était une affaire rondement mené ! Chaque année, l’artificier arrivait à gagner une petite fortune en livrant ses fameux feux d’artifices, véritable clou de la foire de printemps de Dénérim. Elle rangea sa bourse et s’en alla, tout en se frottant les mains, ravie de cette transaction. Son travail était terminé, maintenant elle avait bien l’intention de profiter de la fête.

Crista adorait la foire de printemps. Depuis son retour des Marches Libres, elle avait passé son temps à travailler, ne comptant pas ses heures pour essayer d’oublier le fiasco de l’expédition dans les tréfonds. Alors cette fête c’était l’occasion pour elle de s’amuser à nouveau, de revoir de vieilles connaissances et de boire et manger en grande quantité -Surtout boire- sans que ça ne dérange personne. Mais le mieux, c’était toute cette foule qui lui permettait d’éviter toutes les personnes qu’elle ne voulait pas voir. A commencer par Krogan, son mari, qui lui sortait par les yeux. Il y avait Thran, son petit-frère, qui était grave chiant. Et aussi la Révérende Mère Patricia qui ne lui avait toujours pas pardonné d’avoir fait s’exploser le mur droit de la Chantrie, il y avait 4 ans de ça.

Le sourire aux lèvres, elle se dirigea vers l’une des nombreuses buvettes disséminées un peu partout. Elle y croisa son père, assis à une table, entouré de nains et d’hommes tout aussi vieux que lui. C’était là la table des anciens, qui comme tous les ans passeraient leur journée à ressasser le passé. Elle bu une gorgée dans la chope de son père puis l'embrassa en coup de vent pour continuer sa virée dans les rues de la cité. Après quelques instants à regarder une femme jongler avec des couteaux, un groupe de trois hommes richement vêtus l’interpella. Eux, elle les connaissait bien. Ils avaient chacun leur petite garde personnelle et étaient particulièrement friands de son artillerie légère. C’était donc avec plaisir qu’elle leur parla de sa toute nouvelle invention, leur mettant l’eau à la bouche. De bons clients comme eux, il ne fallait pas les laisser filer. Et bim ! Deux étaient déjà prêts à lui en commander en avance. Elle paraissait tellement passionnée quand elle parlait de son métier qu’il lui était très facile de convaincre n’importe qui d’acheter ses marchandises. Les nobles repartirent contents de leur petite affaire. La naine s’apprêta à partir elle aussi de son côté lorsqu’elle sentit une main se poser sur son épaule. Surprise, elle se retourna et en resta bouche bée. Un nain, qu'elle n'avait jamais réussi à oublier, se tenait devant elle. Ce n’était ni un client, ni un membre de son clan.

« Karlan ? »
« Les affaires sont bonnes ? Me dis pas qu'ils vont t'acheter des trucs quand même, ou je vais devoir les convaincre du contraire pour ne pas qu'ils y passent. Pas que ça à faire. »

Sans en avoir conscience, Crista le dévisagea un peu. Elle ne s'attendait tellement pas à le voir et il était même la dernière personne à qui elle aurait pensé en se retournant. Mais que faisait-il ici ? Un Karlan Rurin dans les parages ne présageait rien de bon car tous ses souvenirs associés à ce nain étaient plutôt mauvais. Mais elle se rappela tout de même qu’elle était toujours en vie grâce à lui. Du coup la naine ne savait pas trop si elle était contente ou non de le voir, une sensation bien étrange. Elle se racla brièvement la gorge pour reprendre contenance.

« Oh tu t’inquiètes pour ces messieurs ? Ne t’en fais pas, ils sont suffisamment intelligents pour se servir correctement de mes grenades. Mais en tout cas ça prouve que c’est surtout toi qui en a peur. Plutôt froussard pour un Commandeur-Garde. »

Un sourire en coin étira ses lèvres, le ton était moqueur. Cela lui rappela aussitôt leurs petites joutes verbales lors de leur descente vers les tréfonds. Ils n’avaient pas perdu la main. Mais une question en particulier lui taraudait l’esprit.

« Qu’est-ce que tu fais ici ? Je ne savais pas que les Gardes des Ombres des Marches Libres avaient le temps de venir faire les foires féreldiennes. »


Epicode
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum