PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 12 Mar - 16:17
Cullen reprit les choses en main avec une rapidité remarquable. Ses yeux se posèrent sur lui tandis qu'il changeait de sujet pour questionner le Garde des Ombres. Cet homme là dégageait une aura d'autorité naturelle, un charisme étrange mais implacable, tant et si bien que l'on pouvait se demander s'il n'était pas né pour cela, si le Créateur n'avait pas prévu que cette place lui revienne à se naissance. Puis, petit à petit, sans le quitter du regard, les sons qui reviennent à elle, et le sens. Les comportements étranges de la Garde des Ombres par son absence et celle de ses dirigeants, phénomène particulièrement préoccupant pour un Ordre de vigiles, gardiens contre un des plus grand maux de Thédas. Les questions étaient pertinentes, logiques même, mais Wulf semblait être une recrue trop fraîche encore pour pouvoir y répondre avec certitude.
Finalement, le Garde suggéra que l'Inquisition se rende elle même à Fort-Bastel pour aller voir, s'ils étaient incapables de répondre à ces questions par la voie diplomatique. En retrait, elle porta son attention sur le rouquin et le dévisagea un moment. Il faisait honnête, mais Coryphéus était habile, et il avait toujours des coups d'avance. Il n'y avait pas de hasard possible quant à l'apparition de cet Appel, et tout laissait à penser que l'Engeance était derrière tout cela. Pourquoi et comment étaient les véritables questions à se poser.
« Notre ennemi a des agents partout. » Regard appuyé sur le Garde des Ombres. « Je n'accuse personne, nous n'avons aucune preuve, mais nous savons que l'Inquisition est probablement infiltrée à certains endroits, et que quoi que nous fassions, notre ennemi aura un ou deux coups d'avance sur nous. Donc si cet Appel est lié à lui – ce qui est forcément le cas, étant donné qu'il s'agit d'une engeance – nous devons agir avec la plus grande prudence. Se précipiter dans une forteresse de Gardes des Ombres ne donnant aucune nouvelle peut-être un piège. Si une trentaine des plus grands guerriers et mages de Férelden ne répond plus, on a du soucis à se faire. » Jusque là, elle ne faisait pas vraiment avancer le débat, mais elle préférait que ses doutes quant à une intervention de la part de l'Inquisition soient clairs. « On ne peut y aller qu'en force dans ces conditions, ce qui veut dire laisser beaucoup de fronts plus exposés, par logique. J'imagine que notre Commandant à une meilleure vision technique de la chose cependant. »
Elle s'approchait à présent du Garde, le visage imperturbable. Il était temps pour elle de conclure, pour laisser s'exprimer Cullen et l'Inquisitrice, mais elle avait encore des choses à dire, malheureusement. « Je pense que nous devrions contacter immédiatement chaque Commandeur-Garde, pour tenter de savoir si le phénomène est global. S'il l'est, nous devons faire face à la disparition de plus d'un millier de Gardes, et que le Créateur nous vienne en aide si tel est le cas. S'il ne l'est pas, nous aurons peut être quelques réponses auxquelles Wulf ne peut pas répondre, et un renfort potentiel armé, donc un atout à jouer. » Elle saisit fermement le Garde à l'épaule et le força à se tourner vers elle. Il n'y avait plus rien de cordial dans ses yeux quand elle conclut. « Si vos copains se sont alliés aux engeances, j'espère que vous serez de notre côté pour les contrer Wulf. J'espère pour vous. »
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 16 Mar - 0:23




◇ Event : Confidence nocturne ◇






Alors que le garde répondit aux questions du Commandant, ce dernier se sentait de plus en plus bizarre. Déjà, ses jambes étaient lourdes, sa réflexion bien moins aiguisée qu’à son habitude, sans oublier une fatigue imprononçable. Il ne manqua pas à jeter un œil à la choppe dissimulée à ses pieds pour en observer la grandeur et se mettre à compter le nombre de verre qu’il avait bien pu avaler en l’espace de quelques heures. Et pauvre d’eux, même Cassandra semblait dans un état pareil. Aussi, se permit-il de se rasseoir pendant que Wulf continua la conversation l’air de rien.





《 - Aucune nouvelle de sa part, mais je ne le connais que de vue. Il faudrait se rendre à Fort Bastel pour prendre des nouvelles de vives voix, à moins que cela n’ait déjà été fait ? 》


S’appuyant contre le dossier de la chaise, Cullen se répéta sa dernière réplique, histoire d’avoir bien comprit, puis se remémora la dernière séance qu’ils avaient eu avec l’inquisitrice. Mais avant qu’il n’eut le temps de répondre quoi que ce soit, qui en un sens ne le regardait pas vraiment, Cassandra prit les devants la première et se confronta au garde.





《 -  Notre ennemi a des agents partout. 》


Les conseillers faisaient particulièrement attention à qui ils donnaient les informations du conseil d’état Major, et surtout qui faisait partie de leurs agents de confiance. S’il avait eu le temps de répondre, Cullen n’aurait pas amené d’avantages d’informations concernant leurs décisions au conseil. Il insistait sur ce qu’il pouvait savoir sur le héro, mais Wulf n’était pas un informateur des plus approprié… Aussi, Cassandra continua alors de s’exprimer.





《 -  … Se précipiter dans une forteresse de Gardes des Ombres ne donnant aucune nouvelle peut-être un piège. Si une trentaine des plus grands guerriers et mages de Férelden ne répond plus, on a du soucis à se faire. 》


Sur ce point-ci elle n’avait pas tort, mais l’inquisitrice s’était occupée personnellement d’y envoyer une délégation en compagnie de Blackwall avec l’approbation de Joséphine. Seulement, Wulf n’avait pas à le savoir. Y envoyer Cordélia sans savoir ce qui les attendait là-bas en connaissant les événements actuels, était bien trop risqué.

Mais la suite se bouscula rapidement dans l’esprit de Cullen qui demeurait silencieux. Cassandra se braqua et provoqua Wulf sans vraiment s’en rendre compte. Et bien avant que la situation ne dégénère, il lança un regard à l’inquisitrice cherchant presque du soutient moral dans cette situation.





《 - Si vos copains se sont alliés aux engeances, j'espère que vous serez de notre côté pour les contrer Wulf. J'espère pour vous. 》


Elle sous-entendait clairement -ou sans le vouloir, la connaissant – que Wulf ne leur était pas utile et qu’elle irait demander au reste des gardes pour obtenir ses réponses. Cependant, ce n’était pas le but de se le mettre à dos, bien qu’il agissait de manière très étrange lui aussi… A défaut de se lever, il haussa simplement la voix histoire d’avoir leur attention et ce, très rapidement.





《 - Il suffit … ! Le but n’est pas de se liguer les uns contre les autres. Si les gardes agissent bizarrement, nous devons tout de même garder à l’esprit que nous avons besoin de leur soutient pour affronter Corypheus. 》


Il lança un regard assez sombre destiné à Wulf, principalement. Car connaissant son penchant pour la violence – et le sang chaud de Cassandra - il voulait éviter que cela parte d’avantage en rixe générale.





《 - .. Même si leur comportement peut parfois paraître instable.. 》


Que ce soit lui ou Tullia, il n’avait jamais vraiment rencontré un qui était stable dans sa tête, d’où la question qui lui venait à l’esprit : était-ce l’enclin qui les rendait si particuliers ou étaient-ils donc tous dénué de raison ?





《 - Cassandra, revenez vous asseoir.. 》


Il ne se permettait pas de la Tutoyer dans une réunion comme celle-ci afin d’éviter les problèmes. Et puis, ce n’était pas chose aisée de calmer les tensions en sachant qu’une baril de bière avait été quasiment été vidée à deux en une soirée. Il se tourna donc vers Cordélia qui était toujours à côté de lui.





《 - Que faisons-nous, Inquisitrice ? La situation semble particulièrement délicate, et nous ne sommes pas plus avancés que cela. Ce que nous savons désormais c’est que les gardes vont gentiment commencer à partir combattre les engeances dans les tréfonds et qu’il ne nous reste que peu de temps pour obtenir l’aide de Cousland. 》


En espérant que l’entrevue entre Blackwall et les gardes de Fort Bastel était concluante. La réponse ne tarderait pas à arriver. Entre temps, ils ne pouvaient rien faire de plus. Mais l’entrevue pouvait être conclue que par l’inquisitrice, car elle seule avait l’habilité pour le faire.

#a52b2b
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 19 Mar - 8:16
Cordélia rendit à Cullen son regard mi-inquiet, mi-interloqué à la suite de l'échange entre Cassandra et Wulf ; elle leva les mains pour apaiser la tension naissante entre le Garde et la Chercheuse. Ah, Cassandra et la diplomatie... d'un côté, elle comprenait sa méfiance ; il était si facile pour un espion de se faire passer pour ce qu'il n'était pas afin de s'infiltrer au sein du Fort et de récolter des informations... Ils devaient bien choisir leurs alliés au sein de la Garde. Mais elle ne pensait pas que Wulf puisse être une menace, même si l'homme était... assez peu loquace.

- Inutile de le menacer, Cassandra. Wulf est venu pour nous aider, et jusqu'à preuve du contraire, je lui fais confiance.

Il était inutile de se mettre à dos le peu de Garde encore sains d'esprits qui venaient leur rendre visite. De plus, Wulf pouvait prouver sa bonne foi.

- Les Garde-Commandeurs restants seront peut-être à même de vous donner des informations. Si vous avez du temps libre pendant les prochaines semaines, que diriez-vous d'aller chercher ceux que vous connaissez afin d'en savoir plus sur l'état actuel de la Garde ? proposa-t-elle à Wulf. Vous saurez mieux les trouver que nous, et ils vous feront plus confiance qu'à nous. Cela nous serait d'une grande aide.

Elle sentait la fatigue et le sentiment d'impatience, deux compagnes régulières récemment, grandir en elle au fur et à mesure qu'elle parlait. Elle ne savait pas quoi proposer de plus ; ils étaient bloqués en attendant de recevoir plus d'informations. Mais il fallait agir rapidement. L'un des choses qu'ils pouvaient faire étaient d'envoyer un Garde en reconnaissance auprès des autres Gardes-Commandeurs, à condition qu'il accepte, bien sûr.

- Du reste... soupira-t-elle vers Cullen et Cassandra. Nous devons attendre le retour de Blackwall et décider en conséquence de ce qu'il nous dira.

Elle regarda Cullen et Cassandra alternativement, conscience que ce n'était peut-être pas la réponse qu'ils attendaient ; mais elle n'était pas un génie militaire, et leurs mains semblaient liées pour le moment.

- Nous pourrons en rediscuter demain, la tête claire. En attendant, Wulf, réfléchissez à ma proposition et donnez-nous la réponse demain, si nous acceptez. Votre aide serait précieuse.

En attendant, l'heure ne les attendait pas, et il serait bon pour eux tous de retourner à leurs pénates. Du travail et des soucis les attendaient, le jour d'après, et le jour suivant, et le jour encore après celui-là. Perspective heureuse s'il en était.
Cordélia soupira, se massant les tempes.

- Je vais... Retourner dans mes quartiers, si vous avez besoin de moi, vous savez où me trouver. Elle regarda les trois personnes présentes dans la salle d'un regard appuyé. Mais je pense que cela serait bien si nous prenions tous du repos. Ou si nous essayions, tout du moins.

Sur ces mots, Cordélia tourna les talons, l'esprit embrumé de fatigue et d'images mouvementées et priant intérieurement pour que l'étincelle de méfiance entre Cassandra et Wulf ne se rallume pas après son départ. Elle dormirait peu ce soir, comme toutes les nuits récemment.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 19 Mar - 18:53

Confidence nocturne

Ame vagabonde




Un regard envers le commandant lui fit comprendre que le blondinet avait du mal à tenir tout seul sur ses deux jambes. Le rouquin se retint d’une remarque incisive : il ne voulait pas non plus s’attirer de nouveau les foudres de l’ancien templier. De plus, Cassandra Pentaghast semblait dans un état presque similaire, et il était un peu près persuadé qu’elle avait un sens de l’humour un peu susceptible.
Alors qu’il répondait aux diverses questions tandis que le commandant s’asseyait, le regard de la chercheuse était des plus déplaisant envers lui. Quand elle s’approcha, il sentit l’hostilité émaner de la femme. Se tenant droit, il soutint son regard en attendant ce qui allait venir.
Notre ennemi a des agents partout.

Le rouquin se renfrogna. Le dos droit, la tête haute, il se remémora que la femme avait bu quelques pintes, et que ces accusations sous-jacentes n’avaient pas tant d’importance. Il se présentait en tant qu’allié à l’Inquisition. Si on ne voulait pas de lui, il repartirait : il n’était en rien demandeur.
Son regard verts scrutait le regard intransigeant de la chercheuse, les pintes sous la table et le regard trouble du templier. La fine équipe. Toujours stoïque, il attendit la suite.
… Se précipiter dans une forteresse de Gardes des Ombres ne donnant aucune nouvelle peut-être un piège. Si une trentaine des plus grands guerriers et mages de Férelden ne répond plus, on a du souci à se faire.

Et si la seule organisation capable de répondre à Corypheus préférait rester assise sur sa chaise face à la disparition de la seule armée à même de combattre l’archidémon qui venait de débarquer, on avait effectivement du souci à se faire. En tout cas, le Garde des ombres lui-même trouvait cette situation ridicule.
Si vos copains se sont alliés aux engeances, j'espère que vous serez de notre côté pour les contrer Wulf. J'espère pour vous.

Le rouquin sembla aussitôt être piqué sur le vif, et sa réponse ne tarda qu’à cause de l’intervention impromptue de l’inquisitrice qui semblait vouloir calmer le jeu.
Inutile de le menacer, Cassandra. Wulf est venu pour nous aider, et jusqu'à preuve du contraire, je lui fais confiance.

Mais le tempête n’y prêta pas garde : glacial, il se tint face à Cassandra Pentaghast avant de répondre d’un ton sec :
J’ignorais que l’Inquisition était dans une situation si plaisante qu’elle pouvait se permettre d’insulter ses alliées. Face à une telle arrogance, j’espère que vous arriverez à vous rendre utiles. J’espère pour vous.

La situation semblait prête à dégénérer et le féreldien était prêt à se lancer dans une véritable joute verbale, sa colère suffisamment réveillée pour une heure si tardive, quand Rutherford intervint.
Il suffit … ! Le but n’est pas de se liguer les uns contre les autres. Si les gardes agissent bizarrement, nous devons tout de même garder à l’esprit que nous avons besoin de leur soutien pour affronter Corypheus.

Le rouquin tourna son visage à la mâchoire serrée face au commandant. Il attendait la suite, et il ne fut pas surpris :
.. Même si leur comportement peut parfois paraître instable...

Se tournant avec un air nonchalant on ne peut plus faux sur le visage, il ne put s’empêcher de lancer une pique à l’ancien templier :
Curieuse remarque de la part d’un templier sans tour… Il n’est pas trop difficile se retourner ainsi contre son allégeance ?

Heureusement, le sujet de conversation dériva, et le tempête ne termina pas ce qu’il comptait dire (cela contenait pêle mêle : les préjugés, l’affaire Mireï et l’addiction au Lyrium).
Que faisons-nous, Inquisitrice ? La situation semble particulièrement délicate, et nous ne sommes pas plus avancés que cela. Ce que nous savons désormais c’est que les gardes vont gentiment commencer à partir combattre les engeances dans les tréfonds et qu’il ne nous reste que peu de temps pour obtenir l’aide de Cousland.

Les Garde-Commandeurs restants seront peut-être à même de vous donner des informations. Si vous avez du temps libre pendant les prochaines semaines, que diriez-vous d'aller chercher ceux que vous connaissez afin d'en savoir plus sur l'état actuel de la Garde ?  Vous saurez mieux les trouver que nous, et ils vous feront plus confiance qu'à nous. Cela nous serait d'une grande aide.
Du reste... Nous devons attendre le retour de Blackwall et décider en conséquence de ce qu'il nous dira.

Hochant la tete face à la proposition de l’Inquisitrice, il tendit l’oreille lorsque le nom de Blackwall fut évoqué : ainsi donc, les deux abreuvés avaient tentés de lui cacher que le Garde de l’inquisition avait été envoyé à Fort Bastel ?
Nous pourrons en rediscuter demain, la tête claire. En attendant, Wulf, réfléchissez à ma proposition et donnez-nous la réponse demain, si nous acceptez. Votre aide serait précieuse.

Sans se fatiguer d’un regard vers ses deux aînés, il se tourna vers la blonde et répondit avec un sourire poli :
Le temps de réflexion n’est pas nécessaire : j’accepte votre mission.

Sur ces mots, après un hochement de tête un peu sec face à l’assemblée, il s’en alla à son tour.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 20 Mar - 13:46
Cassandra attendait dans son coin, la mine renfrognée, les mains posées sur la gigantesque table pour conserver sa dignité. Cullen n'avait pas suivi dans ses propos, et il avait préféré faire un bilan mitigé à l'Inquisitrice, la conseillant du bout des lèvres d'attendre qu'ils aient plus de matière. Rester dans l'inaction la plus totale face à une situation aussi périlleuse la mettait hors d'elle, et elle se refusait à croire que se planquer et attendre était la meilleure option. Elle n'insista cependant pas en croisant le regard soucieux de l'Inquisitrice, et hocha la tête silencieusement quand cette dernière prit cette option, et décida de s'en retourner à sa chambre pour y trouver un semblant de sommeil. Son regard se reporta sur le Garde des Ombres, qui la toisait avec un air de défi sur le visage. Elle se mordit les lèvres pour ne pas rebondir sur ses dernières paroles, et le laissa suivre Cordélia sans dire un mot. Puis, alors que la porte se refermait derrière lui, poussa un profond soupir.
« Bon, on ne changera pas le monde cette nuit alors. On en était où ? » Cullen n'avait pas bougé, et à défaut de le voir partir à la recherche de sa bien-aimée, elle comptait bien finir avec lui ce qu'ils avaient commencé, avant que leur beuverie se transforme en conseil de guerre. Elle se pencha pour récupérer la défunte chope, et entreprit de la remplir à nouveau de bière brune, puis fit de même avec sa jumelle à moitié vide. Elle en fit glisser une vers le Commandant et s'assit à coté de l'autre, sur le rebord de la table, la main fermement posée dessus. Elle dévisagea son ami tandis que la boisson la délivrait d'une partie de la frustration. Il avait de toute évidence toujours le même sujet en tête, et les mêmes doutes aussi. On lui changeait difficilement les idées. « Tu sais, il faut parfois savoir affirmer autrement qu'avec des gestes et des sous-entendus son affection. J'entends par là que vous avez une relation professionnelle, et qu'elle te voit comme le Commandant, et son ami. Elle a besoin des deux. Elle a peut-être besoin d'un amant aussi, mais toujours faut-il que la porte soit ouverte à un moment, tu vois ? » Nan, pas clair. « Va la voir et parle lui. Comme les gens font. Les gens normaux. » Pas lui, pas elle, non. Mais ils pouvaient faire un effort. Cassandra profita du moment de flottement pour s'appuyer sur ses coudes et étendre ses jambes devant elle. Elle attendit que le sol se soit stabilisé pour reprendre. « Sinon – je sais que ça ne va pas te plaire parce que ce n'est pas ce que tu as envie d'entendre – il y a de nombreuses femmes qui seraient ravies d'un peu plus d'attention de ta part. » L'alcool déliait les langues, un peu trop. Cassandra garda sa mine sérieuse, mais elle ne put s'empêcher de se maudire intérieurement. Elle ajouta précipitamment : « Et pourquoi pas Lace Harding ? Elle est jolie, non, pour une naine ? »
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 21 Mar - 20:36




◇ Event : Confidence nocturne ◇





La porte se referma dans un bruit sec, qui résonna quelques instants avant que Cullen ne se laisse retomber contre la table dans un soupir dépassant l’entendement.





《 - Cette soirée ne pouvait pas mieux se finir.... 》


Tout se bousculait dans sa tête il ne savait pas vraiment par où commencer. D’abord l’intrusion de Cordélia en compagnie de ce garde des ombres – Cassandra ne savait pas encore qu’il était celui dont il a parlé plus tôt - mais rien que d’imaginer ce que les deux protagonistes faisaient ensemble le rendait fou. Mais alors qu’il avait le front collé contre la table, la chercheuse reprit la discussion.





《 -  Bon, on ne changera pas le monde cette nuit alors. On en était où ? 》





《 - Je ne sais plus de quoi on parlait… 》


S’il rembobinait la situation, il savait que la discussion était essentiellement centrée autour de ses déboires amoureux depuis qu’il était au fort. Il se redressa sur le siège et fixa sans un mot cette porte. Mais le Commandant aurait très bien pu quitter la salle pour aborder l’inquisitrice. Au lieu de ça il était resté assis bien sagement sur son siège.





《 - … Je ne sais pas quoi faire. Je n’aime pas l’idée qu’on profite de sa gentillesse pour obtenir des faveurs. 》


Il faisait allusion à wulf bien évidemment. Même si dans le fond il était probablement tombé au mauvais endroit au mauvais moment, l’inquisitrice ne pouvait pas admettre avoir sa confiance si elle ne le connaissait que très peu. Il suffirait qu’un espion fasse pareil et le tour est joué. Cassandra avait raison d’être méfiante, mais elle en avait peut-être trop fait.


Il sorti brutalement de ses pensées quand il vit la chope que Cassandra tenait se poser devant lui, puis sa compagne de route se rapprocher elle aussi.





《 -  Tu sais, il faut parfois savoir affirmer autrement qu'avec des gestes et des sous-entendus son affection. J'entends par là que vous avez une relation professionnelle, et qu'elle te voit comme le Commandant, et son ami. Elle a besoin des deux. Elle a peut-être besoin d'un amant aussi, mais toujours faut-il que la porte soit ouverte à un moment, tu vois ? 》


A tout bien y réfléchir, elle avait raison. Mais lui faire une telle révélation était à double tranchant : Cela pouvait tout aussi bien mettre en péril à la fois leur amitié, mais également leur relation au sein de l’inquisition. Et c’était presque pire d’en arriver là que de ne rien dire et la regarder agir.





《 - Bien sûr je le sais.. Mais je… Enfin... 》





《 -  Va la voir et parle lui. Comme les gens font. Les gens normaux. 》





《 - Haha… ! Les " gens normaux ".. ~ 》


Autant dire que les deux compagnons n’étaient pas des doués de la romance à proprement dit. Et cela faisait longtemps que le Commandant était resté insensible au charme des femmes d’un point de vue sentimental. Il se connaissait : Il se ferait trop de mourons pour un rien. Rien que de la savoir mal au point de ne plus dormir la nuit ne lui laissait pas la conscience tranquille, alors qu’il était adepte du travail nocturne. Mais c’était plus fort que lui de se soucier d’elle. Dans le fond, il ne se rappelait pas vraiment ce que c’était qu’aimer quelqu’un, sa relation avec Cathy ayant découlé d’autres circonstances. C’était plutôt elle qui était venu le voir que l’inverse.





《 - Je pourrais essayer de lui parler, mais.. Je ne sais pas vraiment ce qu’elle en pense, elle. Et je n’arrive pas à me convaincre que c’est une bonne idée.. Je ne sais pas. 》


Il mit alors ses pieds sur la table, et bu d’une traite le contenu de la chope pour observer son contenu ensuite.





《 -   Sinon – je sais que ça ne va pas te plaire parce que ce n'est pas ce que tu as envie d'entendre – il y a de nombreuses femmes qui seraient ravies d'un peu plus d'attention de ta part… Et pourquoi pas Lace Harding ? Elle est jolie, non, pour une naine ? 》


Sa remarque fit sourire le Commandant qui ne s’attendait pas à ce que Cassandra saute d’un avis à un autre. Là ce ne fut aucun doute sur ce à quoi il s’imaginait depuis quelques minutes.





《 - Haha, tu t’imagines bien que si j’avais juste envie de tirer un coup, j’ai qu’à tourner la tête pour me trouver une prétendante. Mais non, ce n’est pas vraiment dans mes habitudes. 》


De l’attirance physique pour des belles jeunes femmes il en avait, mais cela ne l’intéressait pas d’aller plus loin, il s’investissait trop dans son travail pour se permettre ce genre de choses, et il n’avait pas vraiment l’habitude de fricoter pour une histoire oubliée dès le réveil.





《 - Je n'ai eu qu'une seule conquête dans ma vie et c’était beaucoup centré sur les aventures charnelles. Enfin, j’étais très jeune, d'un côté mais là c’est différent et c’est pourquoi ça m’interpelle. Et avec Cordélia on a tellement en commun. Elle peut comprendre mon addiction mieux que quiconque sur cette terre. 》


Et le voilà à rêvasser, souriant béatement à ce qu’il venait d'expliquer. Et tout à coup il se redressa.





《 - Au fait : Ce wulf faisait exprès de faire les beaux yeux à Cordélia juste pour voir ma réaction, tu n’as pas remarqué ? Et au fait c’était lui qui tapait des civils avec Dorian l’autre jour. A mon avis, il ne va pas lâcher votre altercation de sitôt. 》


#a52b2b
PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum