PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— MISSIVES : 83
— PRESTIGE : 163
— CRÉDITS : Nipuni <3
hey i&#39;m new
— ICONE (100x100) : Icone — NATIONALITÉ : Comme on peut le voir avec son physique, Lindorie est une elfe et c'est aussi une dalatienne.
— ÂGE : La jeune femme est âgée de 29 ans purement et simplement. Elle se rapproche de la trentaine.
— PROFESSION : Espionne, Informatrice elle est touche à tout. A Revassan, c'est la cuisinière.
— FACTION : Elle fait partie de Mien'Harel. Bien que sa faction soit espionne de Fen'Harel.
— ARMES : Etant mage, Lindy se sert de sa magie de l'eau. Elle utilise aussi un arc de temps en temps, ne voulant pas se reposer dessus.
— AMOUREUSEMENT : Amoureusement parlant, Lindorie est fortement intéressé par Solas. Elle lui voue un amour sans faille et loyal.
— O.SEXUELLE : Notre demoiselle est tout ce qu'il y a de plus hétéro et elle n'est pas interessé par le fait d'aller voir ailleurs.
Posté Lun 19 Fév - 23:24

Cheveux noués, vêtements mis, ceinture bouclés et cape placée, Lindórie sortit de sa petite maison, avant de se diriger hors de Revassan. Elle s’arrêta devant les portes, respirant un grand bol d’air, avant de se mettre en route. Si elle sortait, c’était pour une mission bien précise. De temps en temps, en plus d’être cuisinière là-bas, elle aidait aussi en étant informatrice. Si elle était sortit, c’était d’ailleurs pour s’informer sur un groupe de Venatori.

Ainsi, elle se dirigea vers les Plaines Sifflantes. Cependant, comme cela faisait une trotte, elle alla prendre un cheval qu’elle paya, avant de commencer son périple. À plusieurs reprise elle se perdit, mais ne voulant pas demander de l’aide, elle se débrouillait. Sauf quand elle croisait des elfes, là elle questionnait ceux-ci pour savoir la route à suivre. Son voyage dura ainsi plusieurs jours, avant qu’elle n’arrive enfin à destination.

Là, la mission commençait vraiment. Lindórie laissa sa monture à un palefrenier, avant de continuer à pied vers sa destination. La difficulté de cette mission était de trouver un endroit où se cacher. Les plaines sifflantes était surtout un désert avec…des plaines. De ce fait c’était compliqué de trouver un endroit où attendre. Heureusement pour la blonde, le lieu où elle devait aller se trouvait près de ruines naines. Ainsi, elle trouva un endroits discret à l’abri des regards, pour s’y installer.

Sortant une cape couleur sable, elle l’enroula autour d’elle, la fermant au niveau du cou, avant de s’installer. Elle se mit de sorte à pouvoir déguerpir rapidement si on la trouvait, son bâton de bois prêt à assommer quiconque passerait sa barre d’intimité. Soufflant un grand coup, elle dirigea son regard bleu azur sur l’endroit où certains Venatori étaient déjà en train de travailler. Travailler quoi là était toute la question et le sujet de cette mission.

Alors qu’il ne se passait pas grand-chose, l’un des partisans de Corypheus sembla s’affoler pour aller chercher une personne. Plus haut gradé ? Peut-être. Le fait était que l’elfe commençait à avoir un frisson qui lui parcourait le dos, comme si quelque chose allait arrivé. Elle ne savait pas quoi, mais elle avait l’impression qu’elle devait partir. Maintenant. Hors c’était idiot, personne ne l’avait vu. Elle se doutait même de pouvoir l’être ! Surtout d’aussi loin.

Alors, que pouvait-il lui arriver ?





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 2 Mar - 17:48




Le chat se retrouve souris et la souris se retrouve chat
Ou tiens tiens, qu’avons-nous là ….


Dans les plaines sifflantes, il n’y avait que du sable, des ruines et des verghasts. Une frustration d’être ici dans ce vent et ces températures, alors qu’il y avait d’autres choses plus intéressantes comme à l’Emprise du Lion. Mais non, il a fallu qu’on lui dise de rechercher ces ruines naines pour « étudier les émergences de lyrium vicié ». Je préférais encore étudier l’expansion du lyrium rouge sur les êtres vivants, ou bien étudier leurs effets sur les mages. C’est ce satané Samson qui devait bien se gausser, à tous les coups c’est lui a chuchoté ces faits à Coryphéus. Car c’était sous son ordre direct que je devais lui fournir un rapport. En attendant, cet idiot et incapable de templier corrompu pouvait profiter pleinement de la place intéressante. Des choses allaient se passer, et j’allais retrouver ma place. Mais en attendant, je devais donner satisfaction et rendre un compte-rendu intéressant à l’Ancien.

Mais une simple visite de quelques jours dans cette contrée m’avait suffit à ne pas l’aimer, et à sentir qu’on ne sortira rien de très utile de ces ruines naines atypiques. Pour moi, une mage de haut rang aspirant à la connaissance et à l’amélioration de mes capacités, il n’y avait pas d’intérêt. Ne trouvaient leur compte que divers archéologues à moitié fous par la chaleur, des bandits qui trouvent en ces contrées inhospitalières un refuge, des démons de ça et de là non loin de failles, et puis des bestioles. Les bandits, on avait réglé le problème assez rapidement et utilisé leurs campements en dur comme nouvelle base. Avec moi se trouvait un Venatori chargé d’enquêter sur ces ruines, que soit-disant elles devaient mener à un trésor et une arme puissante. Bha, qu’il creuse la terre comme un chattemite celui-là, je lui laisse volontiers cette besogne si peu intéressante et glorieuse. Moi, j’avais mes résurgences de Lyrium corrompus à étudier. Avec un peu de chance, j’en aurais pour quelques semaines, tout au plus. J’avais avec moi un détachement de venatori et de quelques templiers corrompus. Nous bougions vite d’un site à un autre, les pics de lyrium se trouvant souvent près des failles ouvertes ou bien des ruines. Et c’est près d’un petit site de ruine que nous trouvions des difficultés. D’après les éclaireurs, un gisement intéressant se trouverait dans les ruines, mais l’accès n’est pas aisé. Nous avions donc décidé de poser le campement en marge, en attendant que l’on puisse faire évoluer la situation.

Sur Hassin, ma wyvern, j’avais fait un premier tour des lieux. Des dunes de sables mêlées à de petits canyons rocheux, alternant roche noire et rouge selon les caprices de la nature. Une faille de démon plus loin, mais ceux-ci restaient très proches de leur point d’origine et ne pouvaient venir nous tourmenter. J’étais tiraillée par l’envie d’aller les étudier, mais je devais m’acquitter de ma mission et partir de cette région au plus vite. Ma peau pâle n’appréciait pas vraiment le soleil trop intense. J’avais revêtu mon armure légère de mage, aux couleurs rouge et blanche de Vénatori. Des foulards et autres tissus venaient compléter le tout, autant pour me protéger du sable et de la chaleur le jour que du froid plus mordant la nuit. Capuche sur la tête et foulard barrant le bas de mon visage, j’observais le paysage de mes yeux perçants. Hassin était massif, et avait besoin de se nourrir en conséquence. Heureusement, la faune était pourvue de nombreux béliers augustes qui faisaient sa joie. Mais pour ce jour, pas de chasse de prévue. Je revenais vers le campement, ma wyvern se déplaçant avec facilité sur le sable. Dépassant une crête de dune, nous arrivions d’un pas tranquille vers le campement en contrebas. Je fronçais des sourcils en voyant les vénatoris esclaves agités. Arrivée dans le campement, je descendais du dos d’Hassin, et avais à peine le temps de poser le pied par terre que l’aide de camps vénatori vint me voir. C’était un esclave, mais qui avait prouvé ses compétences et avait été permis d’accéder à de nouvelles fonctions. Mais son historique, et me connaissant, faisait qu’il s’adressait toujours à moi avec prudence et respect. Enfin, avec de la peur quoi.

Maitresse Amladaris, nous avons trouvé de potentielles traces de dragons et d’engeances, ils gênent notre progression vers les ruines. Nous risquons de perdre trop d’hommes pour y accéder.

L’inquiétude était palpable dans sa voix. Mais cela ne réussit en rien à m’émouvoir ou à attiser ma pitié. Au contraire, l’exaspération me gagnait et je ne cachais nullement mon impatience. Je posais sur lui un regard froid et distant, parlant au travers de mon foulard avec détachement certain et sans aucune compassion.

Et alors ? Ce n’est pas mon problème… envoyez quelques esclaves disposer des appâts à dragons plus loin, et demandez un ou deux mages Gardes des Ombres. Ils s’occuperont des engeances. Nous devons entrer dans ce temple, je ne tolèrerais aucun délai.

J’étais d’apparence calme, mais ma voix froide et tranchante avait de quoi donner des sueurs froides. Surtout quand on savait ce dont j’étais capable. Mage du sang, adepte de la torture et des recherches barbares, rien n’allait assez loin pour assouvir ma soif d’ambition et de connaissances. Me mettre en colère ou me contrarier pouvait simplement se solder par une mort lente et douloureuse, pour le bien de la recherche bien entendu. L’aide de camps ne put qu’acquiescer en silence et serrer les fesses, espérant trouver une solution épargnant autant de ressources humaines que possible et sa propre vie. Mais soudain, Hassin se mit à s’agiter, grondant et grattant le sol. Je me tournais vers lui, alors que l’aide de camps reculait stratégiquement. Posant une main sur le cuir de ma bête, j’observais ses mouvements de tête et le claquement de sa machoire.

Qu’y a-t-il, Hassin ? Tu as senti quelque chose ?

La wyvern émit un grognement, qui pouvait sembler anodin mais que je savais différencier des autres. C’était son râle de chasse. Mais pas celui pour se nourrir, celui pour jouer. Je lui avais appris à pister les gens, à les attaquer sur demande. C’était pour lui un jeu pour lequel il était récompensé par de la viande ou des friandises, mais il n’avait pas le droit de vraiment manger les corps qu’il attaquait. On ne savait pas où ils avaient trainés, après tout. Son grognement était donc celui du jeu, et par conséquent il avait détecté la présence de quelqu’un. D’un intrus. Son nez au vent, il commençait à s’agiter et à s’impatienter. Je posais mes yeux violets sur l’endroit qu’il semblait indiquer, sans rien y voir. Je ne faisais pas toujours confiance aux rapports des éclaireurs, mais toujours à l’instinct de ma wyvern. Prenant une décision rapidement, je montais à nouveau sur Hassin, reprenant les rênes et distribuant les ordres d’une voix froide et autoritaire.

Mhh…. Unité 2, avec moi. Et vous, renforcez les tours de garde et faites-moi un rapport sur le périmètre et l’accès aux ruines. Quand je serais de retour, je veux le voir sur ma table. Allez !

Je talonnais Hassin, allant vers la limite de campement. La bête était excitée, il y avait donc bien quelque chose. Quatre esclaves venatoris me rejoignirent, ainsi qu’un templier corrompus. Moins rapide que la wyvern, je prenais la tête du convoi, sur la piste de notre intrus. Un bandit local ? Un mage en fuite ? Une personne de l’Inquisition ? Peu importe cette personne, au final. Elle avait juste intérêt à avoir de nombreuses réponses à mes questions, et à calmer mon impatience le temps que les ruines soient accessibles.

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum