PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 13 Fév - 20:55

Remonte ta garde !

Quand un vétéran grogne à voix haute



Le soleil peinait à se lever sur fort céleste, et seul une partie de la population était réveillée : quelques elfes que Wulf avait croisés aux cuisines, le gars qui s’occupait des écuries… et en fait c’était un peu près tout. Le roux était un lève tard, à l’origine, mais depuis quelques années, il avait des cauchemars la nuit. Alors entre ça et l’appel qui avait la fâcheuse tendance de s’insinuer dans son sommeil, il dormait de moins en moins. Et tant pis : il en profita pour faire un tour dans la cours, la lumière matinale et l’absence de gêneurs se révélant toutes deux parfaites pour une promenade.
Habillé comme un civil, il avait néanmoins ses deux lames d’assassins dans le dos, ainsi qu’un écusson de garde à sa ceinture : c’était mieux ainsi. On pouvait repérer son appartenance à la garde, mais on ne l’agressait pas pour le moindre poulet mort vivant, ou pour lui reprocher le manque de politesse de certains de ses collègues.
Il s’approcha de l’arène d’entraînement. C’était plutôt luxueux d’avoir un tel espace où les portes lames de Rutherford pouvaient défoncer du mannequin. Mais lui avait une activité autrement plus importante à effectuer : il sortit ses deux lames, et s’asseyant contre une barrière, il prit lentement le temps de les aiguiser.
C’était une activité à laquelle il était habitué, et c’était machinalement que les mains pleines de cales parcouraient la lame, la pierre à aiguiser contre sa paume. Ses armes semblaient plutôt communes, mais Wulf savait qu’il était bon de chérir ses armes comme il était bon de chérir son destrier : certaines choses devaient être bien entretenues et exigeaient un peu de rigueur si l’on voulait survivre dehors. Il continua d’aiguiser lorsqu’il entendit un bruit, quelqu’un venant d’arriver.
Mais alors qu’il allait passer à la seconde lame (ayant en prime nettoyé de fond en comble la première), la vision d’une elfe aux cheveux bruns roux l’arrêta. Ce n’était pas sa race qui l’étonnait, ni le manque flagrant d’uniforme, pas mal d’agents de l’inquisition travaillaient seuls, sous couverture ou en tant que mercenaire. Non : ce qui retenait son attention, c’était les mouvements de la jeune femme.
Si ses attaques étaient plutôt correctes quoique pas parfaites, sa défense était catastrophique. Le roux fronça les sourcils et prit le temps de l’observer attentivement. La jeune femme était probablement autodidacte : si elle se débrouillait très bien avec des parades plutôt complexes, les bases n’étaient pas solidement acquises. Pour un voleur de la trempe de Wulf c’était franchement agaçant, voire presque anxiogène à regarder.
Il finit par se redresser et s’approcher de l’elfe, scrutant les mouvements sans le cacher. Au bout de quelques minutes de ce régime, il finit par lancer, plus par instinct que par autre chose :
Remonte ta garde !

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Jeu 15 Fév - 11:44
C'était par une matinée ensoleillée que Kaldenis se décida à enfin descendre au terrain d'entrainement pour améliorer son jeu de dague. Ce qui l'avait poussée à se remuer le séant avait été un événement de la veille. Rentrée de patrouille sur les abords de Fort-Celeste, elle s'était laissée convaincre par ses collègues agents d'aller passer la soirée à la taverne. Ambiance faisant et l'alcool coulant à flot, il n'avait pas fallu longtemps pour que la jeune femme aie les joues rouges et le langage flanchant indus par la boisson.
Était-ce de sa faute si tout le monde voulait payer un verre à la plus jeune de la taverne ce soir là?
Toujours étant qu'elle en était à jouer à la grâce perfide avec un agent au service de Dame Rossignol quand entra dans la taverne une équipe de nuit, à en juger par leur démarches ils n'étaient pas très joyeux et s'en allèrent dans un coin se saouler pour oublier leurs ennuis.

Tous sauf un qui fut piqué d'intérêt pour la partie de cartes de notre jeune elfe. Cette dernière, ne se laissant pas intimidée par l'air sournois du soldat, lui proposa de jouer contre elle tout en empochant les gains de son prédécesseur. Il accepta de bonne grâce, peut être même de trop bonne grâce, car il perdit manches après manches sans s'agacer, rebattant juste le jeu d'un air patient. S'aurait du alarmer Kaldenis mais elle était un peu trop ivre pour s'en apercevoir.
Au bout de la 10 ième manche, quand une petite foule se fut formée autour des duellistes, le soldat changea d'attitude en un claquement de doigts et s'écria haut et fort:

"Cette catin triche depuis la première manche!" Et attrapant la jeune agente déboussolée par le col il la secoua en lui hurlant: "Donne moi toute ta thune ou je t'éclate contre la table".

Soudain la lumière, enfin une partie, se fit dans l'esprit de Kaldenis et elle comprit que le vilain avait fait en sorte de rassembler une foule pour lui faire pression par le chantage et l'humiliation. C'était un plan osé et il semblait qu'une partie de la taverne marchait, mais l'autre partie, principalement les camarades de notre amie et quelques agents isolés qui avait eu à travailler avec la jeune femme, s'insurgèrent contre ces calomnies, jurant de son honnêteté et certains en vinrent au mains avec les autres.
C'est que Kaldenis avait envoyé son poing dans la carotide du soldat et cela avait été le signal pour une bataille de taverne des plus mémorables, on ne sait comment mais la charge du taureau participa et.... bref ce fut un beau combat.

De son coté la jeune femme s'était faite entraînée par le soldat à l'extérieur de la taverne sans que personne ne le remarque et se retrouvait en face à face contre lui. Il était plus grand qu'elle, trapu, et large des épaules, on distinguait assez aisément à ses mains énormes et couvertes de cals sur les jointures qu'il était habitué au combat au corps à corps et qu'elle allait salement déguster si elle ne se réveillait pas un peu.
Le premier coup de poing dans son estomac lui fit reprendre conscience et elle s'appliqua à éviter les coups du molosse, mais il ne se laissa pas impressionner par ses pirouettes et sortit des replis de sa veste deux dagues acérées portant un sceau Orlésien.
C'était un assassin de toute évidence, et Kaldenis s'était faite avoir par sa stratégie de diversion. Elle même avait sortit sa dague et un combat de lames s'était engagé. Il était de toute évidence bien plus expérimenté qu'elle et ce ne fut qu'en réussissant par une habile roulade suivit d'un mouvement de poignet à lui sectionner un tendon qu'elle put s'en sortir. Point fol, l'assassin infiltré s'était enfuit n'avait point reparu.

Ainsi Kaldenis s'était rendu compte de ses lacunes à la dague et il lui apparu comme vital de les réparer, elle ne pouvait se plaindre à la garde Fort-Celeste de peur qu'on l'a livre à Orlais, mais il lui fallait se défendre.
C'est pourquoi aux aurores elle était déjà au terrain d'entrainement, un bandage couvrant sa main gauche là ou elle avait été entaillée, en train d'essayer de copier de mémoire les feintes et positions de l'assassin.
Elle ne portait qu'une simple chemise blanche ainsi qu'un pantalon de toile serré, ainsi que ses bottes de cuir noires déjà couvertes de poussières, mais elle ne ressentait pas la fraîcheur matinale, son cœur battait à 100 à l'heure depuis la veille et de larges cernes marquaient son visage.
Elle ne remarqua pas l'arrivée du garde roux, elle le vit uniquement quand il commença à s'approcher d'elle et à l'observer sans s'en cacher.
"Putain il veut quoi celui là" Songea t-elle en essayant de l'ignorer.
Soudain il s'exclama d'un air exaspéré:

"Remonte ta garde !"

Et elle s’exécuta avant de se reprendre, se tourna vers lui et le détailla du regard. Il était plus âgé et dégageait une certaine autorité, il portait l'insigne de la garde des ombres, ce qui piqua sa curiosité. Il était bel homme, pas son style cela dit, et plus important, il arborait deux dagues dans son dos.
A bout de souffle elle lui lança sans animosité:

"Et vous êtes?"
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 18 Fév - 23:35

Remonte ta garde !

Quand un vétéran grogne à voix haute




Et vous êtes?

Un instant, Wulf s’en voulut d’avoir interpellé ainsi la jeune femme : de toute évidence, elle avait toutes les raisons du mal de s’agacer d’une intervention comme celle-là. Tant pis, il eut envie de se dire : quitte à ce que son instinct de vieux de la vieille s’exprime, autant que ce soit jusqu’au bout : il s’approcha d’un pas vers la jeune femme, décroisant les bras, et tendit une main (la droite) vers elle.
Wulf Varatarg.

Mais ce n’était ni la présentation ni une quelconqe question de bienséance qui le taraudait : il ne pouvait empêcher tout ses poils roux de s’hérisser alors qu’il voyait quels risques prenaient la jeune femme en baissant ainsi sa garde en plein combat. Aussi, sans se préoccuper plus que cela de l’air rude qu’il pouvait donner, il dégaina ses deux lames et mima la position d’entraînement de la jeune inconnue. Il montra bien comment elle pouvait être démunie en plein combat.
Lui-même s’était quelque temps battu sans réel entraînement de base, avant d’entrer dans la garde. Et en plein milieu d’un enclin, cela lui avait valu de belles cicatrices qu’il aurait pu éviter facilement. Evidemment, toutes ses blessures ne venaient pas des combats : il avait la vilaine manie de jouer au chimiste pour agrémenter les premières lignes d’un peu de flammes et de glaces. Quand on jouait avec cela, il fallait s’attendre à que deux trois trucs explosent à la figure. Mais s’il pouvait éviter quelques erreurs fatales à sa cadette, c’était tant mieux.
Si vous vous positionnez ainsi, c’est presque une invitation à taillader vos flancs. Les assassins sont en première ligne, ce n’est pas une raison pour se montrer suicidaire.

Lui-même aimait être en plein cœur de la bataille, mais il avait vu nombre de voleur tomber sous le coup des pichenettes de guerriers. C’était le propre du voleur, et encore plus de l’assassin : il était fragile, mais son atout était l’agilité. Le voleur ne parait pas, il évitait. Un bon voleur ressortait sans une entaille de ses combats, contrairement aux mages et au guerriers.
S'étant néanmoins rendu compte qu'il avait instinctivement tutoyé la jeune femme, il rectifia le tir.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 19 Fév - 11:40
Le garde des ombres semblait ne pas lui vouloir de mal, il fit preuve de bonne volonté et sembla comprendre la méfiance de Kaldenis. Elle le scruta d'un regard suspicieux alors qu'il s'approchait et lui tendait la main:

"Wulf Varatarg" Fit-il simplement en attendant qu'elle lui rende la pareille.

Elle l'observa un court instant et prit la main qu'il lui présentait, en la serrant avec courtoisie elle lui répondit d'un ton pareil au sien:

"Kaldenis Tehvenan"

Soudain il dégaina ses lames, manquant de faire sursauter la jeune elfe, et se mit en position, enfin, pas en n'importe qu'elle position, il reproduisit à l'identique celle qu'elle prenait lorsqu'elle s’entraînait.
"Calme toi donc, tu es nerveuse comme un chat et c'est pas le moment. Tète froide" se morigéna Kal intérieurement. Cela dit, elle avait du mal à saisir les intentions du garde, si elle s'était relaxée ces dernières semaines après avoir rejoint l'Inquisition, l'évènement de la veille lui avait rappelé son passé et elle sentait ses vieilles habitudes de son temps en cavale sur les routes faire leur retour. Aussi elle ne lâchait pas l'homme du regard.

"Si vous vous positionnez ainsi, c’est presque une invitation à taillader vos flancs. Les assassins sont en première ligne, ce n’est pas une raison pour se montrer suicidaire" Dit-il calmement.

Alors elle comprit, Wulf voulait juste lui donner quelques conseils d'entrainement. Soulagée elle expira doucement et senti la commissure de ses lèvres se relever un peu, la providence semblait lui sourire enfin, elle avait cruellement besoin de s'améliorer au combat au corps à corps et comme par miracle un garde des ombres la prenait en pitié. Cela n'était pas étonnant en y réfléchissant bien, sa figure aux traits tirés et sa chemise mal lacée ce matin par ses doigts tremblants ainsi que les rides d'inquiétude qui plissaient son front trahissaient son état mental.

"Pardonnez mon incivilité Wulf, je suis quelques peu nerveuse en ce moment, j'aurais grandement besoin de vos conseils si vous avez un peu de temps à m'accorder"

Elle se mit en position à son tour et se prépara humblement à suivre ses instructions, Sylvia lui disait toujours qu'il fallait savoir saisir une opportunité quand elle se présentait, et là était un de ses moments. Les gardes des ombres étaient réputés pour être des combattants hors-paires, et elle avait toujours admiré les membres de cet ordre si mystérieux.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 21 Fév - 23:50

Remonte ta garde !

Quand un vétéran grogne à voix haute




Kaldenis Tehvenan

Il sentait la jeune femme tendue alors qu’il lui serrait la main : la paume de cette dernière démontrait un entrainement et le maniement d’arme, mais ses origines d’elfes lui donnaient des articulations extrêmement fines. Aussi, après la poignée de mains délicates, il passa à l’entraînement.
Une fois de plus, il put constater à quel point la jeune femme était nerveuse : depuis combien de temps n’avait elle pas fait équipe avec quelqu’un pour se tendre aussi facilement lorsqu’on dégainait une arme en territoire allié ? Mais quand il commença à expliquer les mouvements de la jeune femme, celle-ci sourit un peu, avant d’expliquer son comportement si méfiant :
Pardonnez mon incivilité Wulf, je suis quelques peu nerveuse en ce moment, j'aurais grandement besoin de vos conseils si vous avez un peu de temps à m'accorder.

Et Wulf se contenta d’hocher la tête, comme pour accepter les excuses de Kaldenis. Elle finit ensuite par se mettre en position pour commencer l’entraînement ce qui tira un léger sourire au rouquin. Ils allaient tout les deux voir s’il était possible pour eux de travailler ensemble. Ce n’était pas quelque chose de forcément évident, après tout.
Il était un enseignement intransigeant, et un peu rustre. Mais pour qui savait travailler avec ardeur, les résultats étaient efficaces. Aussi, de quelques mouvements, il rectifia la position de la jeune elfe : d’un mouvement de pied, il rectifia l’écart entre les jambes de Kaldenis, avant de relever le bras de cette dernière. Il observa la carrure et le positionnement de son élève improvisée avant de déduire après quelques coups d’œil :
Tu manies l’arc. Si tu souhaites apprendre les doubles lames, il faut adopter une posture plus agressive, et ne pas avoir peur du contact.

Ainsi, il entraîna la jeune femme quelques minutes, corrigeant patiemment cette dernière sur n’importe quel détail, de manière inlassable. Lui-même avait parfois quelques comportements au combat un peu casse-cou : en témoignaient ses blessures multiples qui résultaient souvent de ces moments où il se disait « je l’attaque vraiment, lui ? Oh, allons-y ! ». Mais il avait des bases excellentes enseignées chez les gardes des ombres, et il le savait.
La question était de savoir si Kaldenis avait la patience et l’endurance nécessaire pour profiter de son entraînement. Et c’était quelque chose qui n’était pas à la portée de tous : il avait entraîné quelques recrues, une ou deux fois, et il était du genre à supprimer la pause ou rallonger la durée de l’entraînement s’il trouvait cela utile. Cela ne plaisait pas toujours à tout le monde.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Jeu 22 Fév - 19:14
Le garde n'hésitait pas à corriger manuellement les erreurs de Kaldenis, elle ne s'en formalisa pas, la première surprise passée elle s'appliqua à retenir les remarques et corrections de l'homme. Il dégageait une certaine sagesse, une autorité professorale qu'elle admirait et qui lui rappelait maîtresse Tehvenan, et il était patient, il comprenait instinctivement d'ou venaient les lacunes de la jeune elfe. Certes cette dernière ne lisait pas les pensées mais elle le savait, non, elle le sentait.
Le roux lui inspirait un certain respect, de par la différence d'age et son aura, mais aussi par le savoir martial qu'il semblait détenir. Savoir qu'elle brûlait d'obtenir.

Tu manies l’arc. Si tu souhaites apprendre les doubles lames, il faut adopter une posture plus agressive, et ne pas avoir peur du contact

Elle leva un sourcil étonné, elle se demandait comment il avait deviné sa formation d'archère, elle n'avait pas emporté son arc. Est-ce que sa posture l'a trahissait d'une quelconque manière? Ou peut être l'avait-il déjà aperçue dans le Fort.
Kaldenis remarqua que les lames de Wulf étaient très bien aiguisées et semblaient avoir beaucoup servit, elle n'était pas surprise de cela, on apprenait rarement l'art des assassins pour l'oisiveté, ce n'était pas un entrainement prisé des nobles qui préféraient enseigner à leur marmaille les armes lourdes, avec une épée on pouvait parader, on inspirait le respect et l'histoire de son blason, et en général on envoyait ses soldats en première ligne. Les assassins ou voleurs faisaient souvent équipe avec leur seule ombre, le combat faisait partie de leur avenir, c'était un art utilitaire, ils n'apprenaient pas pour honorer leurs ancêtres.
L'entrainement se poursuivit encore un peu et au bout d'un moment elle s'enquit avec son accent chantant de son nouvel instructeur:

"Messire Varatarg, avez vous été formé au sein des gardes?"

Car son style était différent de ce qu'elle avait pu rencontrer jusque là, et elle s'était toujours interrogée sur l'ordre mystérieux. Puis elle ajouta peu après:

"Qu'est ce qui vous amène à Fort-Celeste?".
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 23 Fév - 10:45

Remonte ta garde !

Quand un vétéran grogne à voix haute




Lorsque Wulf déclara avec un air sur de lui que la jeune femme maniait l’arc, celle-ci prit un air étonné, levant un sourcil de questionnement. Il n’en fallut pas plus au garde pour qu’un léger sourire apparaisse sur sa figure alors qu’il répondait à l’interrogation muette :
Je peux voir ça à tes bras. Ils sont plus musclés que le reste de ton corps.

Aujourd’hui, Wulf pouvait deviner le style d’un combattant rien qu’en le regardant marcher. Cela n’avait pas toujours été le cas, bien évidemment, mais c’était maintenant un atout bien utile.
Messire Varatarg, avez vous été formé au sein des gardes?

Le rouquin commença à répondre à la jeune femme, n’interrompant pas l’entraînement pour autant : tout en montrant à Kaldenis comment avoir plus de prise sur le maintien d’une lame, il finit par lui dire :
Oui, toutes les recrues passent par une formation, même celles déjà expérimentées. J’avais déjà deux trois expériences avant de porter l’uniforme, mais c’est là bas que j’ai forgé mes connaissances.

Quand il était marin, il avait déjà été victorieux à quelques bagarres, mais c’est durant le cinquième enclin qu’il avait eu l’occasion de sortir ses lames sans réellement savoir les maîtriser : son instinct seul avait parlé alors qu’il ne connaissait aucune technique. Lors de son entraînement chez les gardes, il avait pu profiter de ce qu’il savait déjà, mais déconstruire certaines mauvaises habitudes qu’il avait prise.
 Qu'est-ce qui vous amène à Fort-Céleste?

Ce fut au tour de Wulf d’hausser un sourcil étonné : la réponse lui paraissait évidente, et le fait qu’il n’y ait pas plus de confrères que cela pour l’entourer était la réelle question. Après tout, la garde des ombres servait aussi dans un but en particulier, et les circonstances était telle que normalement Fort-Céleste devrait grouiller d’hommes et de femmes en uniforme bleu.
Mais c’est d’une voix nonchalante et un peu sarcastique qu’il répondit :
J’ai entendu que les engeances avait aujourd’hui la fâcheuse tendance de vagabonder hors des tréfonds… Cela te dit quelque chose ?

Il conclut sa phrase en sortant sa lame : afin de montrer l’équilibre qu’il fallait acquérir, il fit un des tours qui amusait toujours la galerie. Posant sa dague à plat sur deux de ses doigts, il lui fit prendre une impulsion de telle manière qu’elle sauta d’une bonne vingtaine de centimètres avant que Wulf ne la rattrape pas la garde.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 26 Fév - 15:05
Le garde lui répondit honnêtement et se moqua doucement de la naïveté de sa dernière question, elle rougit légèrement et lui répondit ainsi:

"Certes mais vous êtes seul et..." Elle s’arrêta pour observer la lame décrire un retournement parfait et admira encore une fois le savoir faire de Wulf, puis elle reprit "Je veux dire, vous êtes quasiment le seul garde présent, et j'ai toujours entendu que vous vous déplaciez en patrouilles"

Elle tenta de répéter le mouvement que Wulf venait d’exécuter mais la dague se ficha dans le sol à la verticale, elle l'avait manquée de peu cela dit. Elle jura intérieurement et récupéra son arme. Elle était loin d'atteindre un niveau satisfaisant et il lui faudrait un entrainement intensif pour y arriver. Elle observa Varatarg pensivement et d'un air correspondant lui fit:

"Messire, êtes vous particulièrement occupé au Fort en ce moment? Car moi non, à part participer aux patrouilles des soldats et éclaireurs je suis plutôt libre en attendant ma prochaine affectation..." Elle fit une petite pause le temps de copier la position des doigts qu'il lui indiquait et continua: "Aussi, si cela vous dit, peut être pourrions nous établir des séances d'entrainement quotidiennes? J'ai grand besoin de conseils, mon apprentissage a été...interrompu plutôt abruptement".

Elle ne précisa pas que cela était dû à un emprisonnement suite à un homicide involontaire puis à sa fuite des geôles orlésiennes, mais elle ajouta pour essayer de le convaincre: "En échange je vous devrait une fière chandelle".
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 28 Fév - 10:07

Remonte ta garde !

Quand un vétéran grogne à voix haute




La réponse qu’il donna à la jeune femme sur sa présence à fort Céleste la fit rougir. Elle était visiblement plutôt facile à taquiner puisqu’elle se justifia aussitôt :

Certes mais vous êtes seul et... Je veux dire, vous êtes quasiment le seul garde présent, et j'ai toujours entendu que vous vous déplaciez en patrouilles.


Il l’observa tranquillement essayer de faire la même chose que lui, mais la dague n’effectua que les trois quart du tour complet avant de se ficher dans le sol. Le rouquin devait avouer être plutôt soulager : c’était un petit tour qui pouvait blesser si on réceptionnait mal la dague, mieux valait s’y entraîner une ou deux fois avec des gants au début.
L’air pensif de la jeune femme présageait une question que le Garde vit venir, aussi il accorda toute son attention aux yeux verts songeurs de Kaldenis.

Ce n'est pas absolu. Je suis plutôt solitaire, et je manque parfois d'information de mes congénères... Comprendre leur absence est une question intéressante à laquelle je ne peux offrir de réponse.


Messire, êtes-vous particulièrement occupé au Fort en ce moment ? Car moi non, à part participer aux patrouilles des soldats et éclaireurs je suis plutôt libre en attendant ma prochaine affectation…Aussi, si cela vous dit, peut être pourrions-nous établir des séances d'entrainement quotidiennes ? J'ai grand besoin de conseils, mon apprentissage a été...interrompu plutôt abruptement.

Le vétéran jaugea un peu la fluette elfe devant lui avant de réfléchir. Un apprentissage interrompu ? très bien, ce n’était pas affaires. Un entraînement quotidien ? Il voulait bien aider de temps à autre la jeune femme, mais il ne souhaitait pas se coller un boulet accroché à la jambe pour le restant de son séjour ici. La question était de savoir si elle était un « boulet » ou non.

En échange je vous devrais une fière chandelle.

Posant ses deux doigts sur son visage pour caresser tranquillement sa barbe, il eut une idée qui le ft légèrement sourire. Il s’adressa à Kaldenis :
Je pourrais t’entraîner… A une condition.

Rangeant ses dagues dans son dos, il sortit un mouchoir de sa poche avant de le rentrer dans sa manche gauche. Il porta sa main droite dans son dos avant de regarder la jeune femme et de proposer ce qu’il avait en tête :
Si tu attrapes le mouchoir, je veux bien t’entraîner. Dans un souci d’égalité, je n’utiliserais pas ma main droite… Et je promets de ne pas fuir, cela risquerai de dégénérer en cache cache géant.

Le jeu pouvait être amusant. A voir si Kaldenis était d’humeur à prouver sa valeure.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 2 Mar - 11:29
"Je pourrais t’entraîner… A une condition." Commença le garde avant de rengainer ses dagues et de chercher quelque chose dans sa poche.

Kaldenis leva un sourcil interrogateur et rangea en miroir sa dague, elle attendit avec une légère appréhension qu'il termina son travail de fouille intense, il n'allait pas lui demander de....?
Avant qu'elle puisse terminer sa réflexion le rouquin extirpa un mouchoir et le cacha dans sa manche gauche, il plaça sa main droite dans son dos et lui lança d'un air amusé:

"Si tu attrapes le mouchoir, je veux bien t’entraîner. Dans un souci d’égalité, je n’utiliserais pas ma main droite… Et je promets de ne pas fuir, cela risquerai de dégénérer en cache cache géant."

Elle expira la respiration qu'elle n'avait pas remarqué retenir, pendant un instant elle avait cru qu'il allait lui demander des faveurs d'ordre intimes. Si elle n'était pas la dernière à se dénuder, elle pratiquait uniquement quand cela lui chantait. Aussi, la proposition de Wulf lui plu tout à fait, elle sourit largement et se mit à tourner tranquillement autour du garde, observant une faille éventuelle. Elle adorait les défis, elle se mettait parfois dans des pétrins innommables juste par esprit de compétition.

"Très bien, j’accepte votre défi" Fit-elle d'un air particulièrement intense.

Soudain elle s'élança avec vitesse sur Wulf, faisant mine de tendre la main vers sa manche gauche, mais au dernier moment elle se laissa choir sur le sol, se rattrapant avec ses deux mains l'a soutenant, car elle n'était fluette que de loin, l'archère était forte de ses deux ans vécus à la dure et de son entrainement de jeunesse. Ainsi elle utilisa son élan pour crocheter le garde, une jambe au creux de ses genoux, l'autre au niveau de sa taille.

Kal a écrit:
Alors concrètement elle tente un ciseau de jambes classique, comme chez les pratiquants de Viet Vo Dao
PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum