PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 28 Fév - 14:20

Un verre, camarade !

Premier soir du garde des ombres




Un instant, Dorian sembla regretter sa question. Mais le rouquin ne la regrettait pas : autant que les choses soient claires le plus rapidement possible, il préférait cela. Et ce, peu importe la suite.
N-non mais je .. Tu sais, si .. Huh .. Oublie ce que je viens de dire, c’est ..

Aussi il ignora les bafouements prévenant du mage, et si la réponse allait être brutale… Le Garde avait parfois l’impression que sa tristesse lui collait à la peau, créant une véritable barrière entre lui et le monde. Et des moments comme ceux-ci le culpabilisait parfois de toute la tristesse et le deuil qu’il dégageait.
Le regard du tévintide semblait à la fois perdu et hésitant après sa réponse. Le silence s’étirait et le froid les gagnaient tout les deux progressivement, même lui. Et puis le brun se jeta dans ses bras, le Garde réceptionnant plus ou moins adroitement ce corps lancé contre lui. Il le serra un bref instant, juste un instant, pour pouvoir reprendre contenance. Les mots de Dorian ne l’avaient pas blessé mais l’atmosphère n’était plus aussi légère qu’auparavant.
Non mais vraiment .. Bordel, mais quelle idée .. Huh .. Désolé Wulf, je .. sais pas ce qu’il m’a pris de parler de ça tout à coup.

Passant une de ses larges mains dans les cheveux brun de celui qu’il tenait dans les bras, il tint à rassurer un peu le mage, ce qu’il fit d’une voix néanmoins un peu faible.
C’est pas grave…

Dorian recula un peu, tournant la tête (évitant son regard ?), avant de sembler se diriger à nouveau vers leur but. Ce geste seul fit s’entrechoquer quelques pensées dans sa tête : le lendemain risquait d’être relativement étrange pour les deux hommes, et si Wulf était trop confus pour craindre quoique ce soit, il avait le pressentiment que la nuit avait rendu plus trouble l’envie pourtant originalement claire des deux hommes.
Oui .. donc .. Ma chambre ..

Et les deux hommes reprirent leur route, leurs deux mains désormais déliées. Le rouquin n’avait aucune idée d’où il allait : de Fort Céleste, il n’avait visité que la cour, les cuisines, quelques remparts et la bibliothèque étrangement cachée.
Un vent traversa la cour, et le rouquin regretta un instant de se balader torse nu. Tant pis, il avait connu bien pire avec les côtes orageuses, de ces climats où la pluie collait aux os et le froid à la chaire.
Un éternuement de Dorian le ramena à la réalité : le frileux tévintide montait les escaliers devant lui. Tentant de chasser l’ambiance morose que le mage avait installée sans le vouloir, il rattrapa de deux longues foulées celui qui le précédait.
Tu n’es pas habitués au climat des dorsales…

D’un mouvement de la main, il poussa tranquillement Dorian pour qu’il pénètre en premier dans le gigantesque hall. Il faisait meilleur à l’intérieur et Wulf ne se gêna pas pour observer tout ce qu’il pouvait voir : les rambardes à l’étage supérieur, le trône au fond, les diverses portes sur les côtés…
Je ne sais pas où aller… Je te suis.


PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 28 Fév - 15:19
Fort-Céleste, chapitre 6Ft. Wulf Varatarg

Un verre, camarade !



C’est pas grave…

Ben si, ça l’était, et Dorian le comprit davantage à travers cette réponse. Une autre parmi les mille raisons de le garder dans ses bras, sauf qu’il faisait un peu froid là ; il se rattraperait plus tard, quand ils seraient au chaud dans leur petit coin. Le thaumaturge se remit donc en route, essayant un minimum de garder ses pensées focalisées sur une idée, sur leur trajet ; chose rendue bien plus complexe maintenant quand il regardait le rouquin qui se tenait derrière lui. Mais d’ailleurs devait se poser : que se passait-il donc, maintenant ? Était-ce vraiment la fatigue qui pointait son nez ? Parce que si c’était le cas, elle se manifestait de façon étrange. D’ailleurs, il se demanda comment cela se faisait que ..

Tu n’es pas habitués au climat des dorsales…

Dorian sursauta, soudainement ramené à la réalité et au froid du coin. Grmbl. Il adressa un regard par-dessus son épaule, avant de directement regarder droit devant lui. Et voilà, il perdit le fil de ses pensées. Bravo. Le thaumaturge soupira, fixant la buée qui se dégageait en conséquence.

Je préfère le bon, grand et chaleureux .. soleil.

Fronçant les sourcils, il se demanda d’ailleurs pourquoi il marqua une pause entre le début et la fin de sa réponse. Pourtant c’était bien de cela dont il voulait parler. Sans doute la fatigue. Ou l’alcool, qui devait sérieusement commencer à lui faire tourner la tête, tellement qu’il disait n’importe quoi.

Et ce fut encore en sursautant que le Tévintide sentit la main de Wulf dans son dos, qui le poussa vers l’avant. Ah oui, il s’était arrêté. Être autant perdu dans ses pensées qu’on en oubliait ce genre de fait, c’était dire. Dorian se racla la gorge, avant de reprendre sa marche sur un rythme légèrement plus rapide. Cette situation commençait sérieusement à l’agacer. Soufflant par le nez, le thaumaturge se dirigea jusque devant une porte, au fond du hall d’entrée. Puis il se tourna, observant ce Wulf perdu au milieu de tant de décoration. Sans doute était-ce la première fois qu’il entrait par ici. Dorian siffla légèrement, les bras croisés.

Bon, tu viens ?

Ce n’était pas qu’il était fatigué, mais il était fatigué. Et puis, le laisser en plant dans l’entrée n’était pas franchement une bonne idée. Manquait plus qu’on retrouve un garde dormir dans le siège de l’Inquisitrice, et ce serait le bouquet. Il franchit donc la porte qui menait aux divers quartiers de l’Inquisition, prit un escalier et en monta deux étages. A un moment donné, il regarda derrière lui pour vérifier si Wulf avait réussi à suivre, quand même, sauf qu’il ne l’aperçut pas, ou du moins, pas tout de suite. Fronçant les sourcils, il était pourtant certain qu’il le suivait. ..

…Wulf ?

Il descendit un peu les escaliers, le regard attentif. Eh voilà, à se forcer à rester dans son coin, Wulf avait sans doute tourné les talons pour aller voir ailleurs. … Une véritable inquiétude avait vibré dans le ton de sa voix, soudainement présent et minutieux dans sa fouille visuelle. Ayant complètement redescendu un escalier complet, il observa dans les couloirs, en bas, mais toujours rien. .. Eh voilà, il avait filé, comme ces songes dont on voulait terriblement se souvenir, mais qui s’échappaient malgré tout. Le regard soudainement attristé, Dorian reprit donc lentement sa route vers sa chambre. Il avait donc filé .. Ses sourcils se froncèrent : mais non, ça n'avait pas de sens. Il finit par s'arrêter, réfléchissant attentivement.

Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 28 Fév - 15:57

Un verre, camarade !

Premier soir du garde des ombres




Entre sursauts et grognements, Wulf observait avec un amusement mêlé de curiosité les pensées presque visibles du mage : ce dernier semblait être en proie à de profondes réflexions, et l’alcool avec le froid ne semblait pas l’aider à obtenir les conclusions qu’il paraissait souhaiter.
Je préfère le bon, grand et chaleureux .. soleil.

Les propos même du moustachu devenaient confus, de toute évidence, la nuit dans un bon lit était plus qu’attendue.
Le tévintide avait peut-être suivit le même chemin de pensée puisqu’il accéléra le pas : un raclement de gorge produit par le thaumaturge fronça les sourcils du rouquin. Il avait le sentiment confus et imprécis que quelque chose n’allait pas.
Mais lorsqu’il se laissa happer par le décor dans cette salle toute en longueur, un sifflement lui fit tourner la tête : Dorian, bras croisés et sourcils froncés avait un air agacé sur le visage.
Bon, tu viens ?

Le Garde hésita un instant entre se fâcher d’être ainsi sifflé, où le prendre bien. Il décida comme c’était souvent son habitude de prendre la chose à la rigolade : peut être arriverait il à faire sourire le brun ?
Ouaf

Avec un léger sourire en coin, il accéléra le pas sans pouvoir s’empêcher de regarder autour de lui : les vitraux, les gigantesques murs de pierre… Il avait la sensation d’être dans une gigantesque Chantrie. En moins pète sec. Se laissant un peu distraire, il jeta un œil aux mosaïques dorées incomplètes qui recouvraient les murs. Ses yeux émerveillés parcouraient les reliefs des pièces s’emboitant comme des puzzles : c’était des contes ! Des histoires incomplètes disséminées et rassemblées ici pour être entièrement racontées !
Son esprit enthousiaste songea soudain à partager cette trouvaille avec son compère mage :
C’est des contes ! Dorian ! … Dorian ?

Un coup d’œil aux alentours suffit à modérer son enthousiasme : le mage n’était plus là. Soit il avait manqué de patience, soit il était parti sans vérifier que le rouquin le suivait. Merde. Ce n’était clairement pas le genre d’endroit où il souhaitait se perdre : pour un peu qu’un esprit méfiant le trouve, ou que le commandant décide de lui tomber dessus. Réprimant un bâillement, il fronça les sourcils avant de se diriger vers une porte : le mage avait eu l’air de marcher dans cette direction. Poussant une porte, il observa un escalier qui descendait, et un autre qui montait. Se fiant à sa logique toute simple, il conclut que les communs se trouvaient souvent dans les étages inférieurs tandis que quartiers plus nobles étaient en haut. Montant un étage, il décida de s’y arrêter avant de pousser une porte pour se trouver dans un couloir.
…Wulf ?

C’était peut-être comme la réverbération d’une voix, ou alors son imagination, mais le rouquin s’approcha d’une fenêtre ouverte : le bruit venait de là ? Passant la tête par la fenêtre il vit que l’étage du dessus avait lui aussi une vitre ouverte sur l’extérieure : conclusion, Dorian était à l’étage du dessus.
Retrouvant d’un coup toute son énergie, il partit de nouveau dans le couloir, monta un étage de plus et croisa avec un sourire assez alcoolisé le Dorian pensif qu’il cherchait. Et ses premiers mots envers le mage furent inattendus :
Dorian ! Les mosaïques, c’est des contes !

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 28 Fév - 17:08
Fort-Céleste, chapitre 6Ft. Wulf Varatarg

Un verre, camarade !


Complètement perdu dans ses pensées, le Thaumaturge finit par poursuivre son chemin, avant d’entendre des pas dans l’escalier. Fronçant les sourcils, il se retourna pour tomber sur un Wulf enjoué qui lui causa un arrêt cardiaque. Complètement sorti de sa bulle, le fait était que Dorian ne savait pas s’il était finalement soulagé de le revoir, irrité par son petit effet de surprise, ou simplement épuisé et impatient.

Dorian ! Les mosaïques, c’est des contes !

Son premier réflexe fut de s’approcher de lui, de l’attraper par le menton pour le rapprocher de lui, les sourcils froncés d’agacement. Il semblait avoir trouvé un juste milieu qui le satisfaisait.

Gueule encore plus fort, alors qu’il y a des GENS qui DORMENT dans cet endroit.

Il n’avait pas particulièrement crié, il avait seulement accentué certains mots qu’il jugeait importants. Puis il soupira, souhaitant se laisser aller contre lui, ou de s’emparer de ses lèvres, ne fût-ce que pour un bref instant .. ce qu’il fit à moitié. Le thaumaturge se braqua et le poussa légèrement, avant de continuer sa route dans la direction de sa chambre.

Vishante kaffas ..

Il n’ajoutait rien de plus, cela disait tout ; il sentit ses joues chauffer un peu. En revanche, il revint quelque peu en arrière pour attraper Wulf au poignet, dans le but de s’assurer de ne pas le perdre comme avant. Et toute sa fatigue se lisait dans ce juron. Puis Dorian soupira, avant de se tourner vers Wulf à nouveau, laissant sa main glisser dans la sienne. Il se colla un peu contre lui, décidément autant confus que saoul.

Désolé de tuer l’ambiance à chaque fois, mais .. Je ne sais pas, je ne comprends pas ce qui se passe. Et ça m'énerve.

Et la fatigue n’aidait pas ; Dorian bailla en silence, appuyant sa tête contre son épaule. Ah, s’il pouvait, il s’endormirait là. Mais il se rappela que sa chambre n’était pas loin : alors, il lâcha Wulf, continuant de tenir sa main, et reprit sa montée.

Enfin allons-y, je crois que la fatigue se fait toujours plus sentir. ..

Dorian finit de monter les escaliers, puis bifurqua sur la gauche. Atteignant alors la troisième porte depuis les escaliers, il l’ouvrit. Elle donnait bien évidemment sur sa chambre ; allumant une flamme dans sa main, il en garnit la bougie qui se tenait sur sa table de chevet, histoire d’y voir quelque chose.

Bon, mets-toi à l’aise .. ~

Il fit cependant un autre grand effort avant de se laisser choir dans le lit : il chercha de vue sa tenue pour dormir, puis s’en empara et la jeta sur le lit, avant de commencer à se changer, d’abord le bas, puis le haut. Alors qu’il enfilait sa large chemise beige, Dorian était une fois de plus pensif ; une question tournait dans sa tête, maintenant.

Wulf, combien de temps comptes-tu rester ici ?



Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 28 Fév - 18:03

Un verre, camarade !

Premier soir du garde des ombres




La tête du mage était assez amusante à voir : l’effet de surprise mêlé à l’agacement, tout cela avait pour conclusion l’infantilisation du rouquin qui s’amusait sans cesse des sursauts qu’avait le moustachu lorsqu’il se trouvait surpris.
Et quand le tévintide s’approcha de lui pour lui saisir le menton, avec une allure de parent mécontent, un léger sourire en coin borda les lèvres du voleur.
Gueule encore plus fort, alors qu’il y a des GENS qui DORMENT dans cet endroit.

Prenant un air penaud on ne peut plus faux, Wulf se contrefichait des personnes qui dormaient aux alentours. Et il ne manqua pas de le verbaliser :
J’ai failli te dire la même chose dans les écuries.

Son air goguenard fondit lorsque Dorian l’embrassa à la limite de ses lèvres. Se faisant pousser vers la chambre du thaumaturge plutôt docilement, essayant tout de même de mémoriser l’emplacement de la chambre du brun. Juste au cas où.

Vishante kaffas ..


Se faisant attraper par le poignet, le juron mêlé aux joues légèrement roses du thaumaturge fit sourire un peu le rouquin qui se sentait visiblement de meilleure humeur que son compère. Les deux mains des hommes se trouvèrent à nouveau, tout naturellement, comme elles l’avaient déjà fait dans la cour. Et la proximité revint à nouveau. Wulf regarda un peu plus attentivement le regard confus du mage… Décidément, Dorian avait l’air compliqué. Ou peut être aimait il les complications. Lui avait juste envie de dormir.
Désolé de tuer l’ambiance à chaque fois, mais .. Je ne sais pas, je ne comprends pas ce qui se passe. Et ça m'énerve.

Bon, si le mage avait été une femme, le rouquin aurait été tenté de répondre très finement « c’est les règles », mais ç’aurait été grossier. Puis il ne pouvait pas répondre cela au tévintide, définitivement non.
Tu as besoin de dormir.


Le bâillement de Dorian confirma ses propos. Ce dernier posa sa tête sur son épaule, et Wulf sentit son estomac descendre au niveau de la cave. Flûte. Lui aussi avait besoin de réfléchir, et peut être serait il confus, mais une chose après l’autre.
Et le chemin reprit son cours vers la chambre du moustachu. L’appel du matelas se faisait de plus en plus fort.

Enfin allons-y, je crois que la fatigue se fait toujours plus sentir. ..

Et la chambre se révéla : troisième porte après les escaliers. Avec ses talents de mage décidément très pratiques dans ces conditions, une bougie fut allumée.

Bon, mets-toi à l’aise .. ~

L’éducation de Wulf était ce qu’elle était : précaire. Et puis zut, il avait trop bu, il était trop fatigué et le lit avait l’air trop moelleux, il s’y jeta. Le brun faisait plus d’efforts que lui puisqu’il se changea. Le rouquin se rinça l’œil avant de décider de poser sur une commode non loin son haut… et tant pis : il enleva son pantalon pour dormir nu. Il préférait cela à dormir dans des vêtements sales, il n’avait pas vraiment songé à prendre ses habits de nuit lorsqu’il était parti à la taverne, il n’avait pas vu aussi loin.
Wulf, combien de temps comptes-tu rester ici ?

Complétement avachi sur le lit, le Garde des ombres fixait le plafond, fronçant les sourcils alors qu’il réfléchissait :
Eh bien… Je ne compte pas rester indéfiniment ici, mais ce sera un point de chute régulier jusqu’à ce que le problème des failles soit réglés…

S’appuyant sur ses coudes pour se relever un peu afin de mieux observer le brun, il posa la question en retour :
Et toi ?

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 28 Fév - 20:18
Fort-Céleste, chapitre 6Ft. Wulf Varatarg

Un verre, camarade !


L’éducation de Wulf était ce qu’elle était : féreldienne. Evidemment qu’il se mettrait à l’aise de la sorte, le thaumaturge aurait presque parié une pièce d’argent sur le fait. Quand il se retourna vers lui, il eut une somptueuse vue sur son corps naturellement dévoilé, comme ces cloches que l’on enlevait des plats et qui ne servaient pas à grand-chose, si ce n’était pour la mise en forme.

Eh bien… Je ne compte pas rester indéfiniment ici, mais ce sera un point de chute régulier jusqu’à ce que le problème des failles soit réglés… Et toi ?

Dorian avait écouté à moitié, complètement captivé par ce qu’il avait sous les yeux. Pas de doute, la rusticité de Férelden avait son charme fou. Le thaumaturge s’assit sur le lit, s’étirant un peu avant de se tourner vers lui. Il se rapprocha alors et, bien à côté de lui, il laissa une main parcourir ce torse qu’il osait laisser comme ça sous son regard à nouveau curieux.

Moi, je reste autant longtemps que je le veux bien. Malgré le froid et l’amabilité de certains, le sud est un endroit bien sympathique.

Là, il le poussa de cette même main, tandis qu’il se plaça au-dessus sur lui. Le sourire légèrement en coin, il perdit encore son regard sur lui. Ah, comment résister pleinement à ça. Dorian se pencha vers lui et s’empara de ses lèvres, gardant un certain appui contre lui. Le baiser ne dura pas tant longtemps que cela ; le thaumaturge se recula un peu, perdant ses yeux dans les siens, encore, toujours.

Bon, dormons. ..

Il se déplaça quelque peu, laissant sa tête s’appuyer contre son épaule, sa main la calant bien, et sa jambe au milieu des siennes. Il était trop fatigué pour se glisser sous la couverture. Puis Dorian se laissa un peu bercer par sa respiration régulière, par sa chaleur ou simplement par son parfum. Ah, qu’il était bien là, contre lui. D’une voix toujours plus endormie, devenant carrément suave, il s’adressa alors à Wulf.

Dors bien, Wulf .. ~


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Jeu 1 Mar - 14:35

Un verre, camarade !

Premier soir du garde des ombres




Le regard que Dorian portait sur lui était assez plaisant, et à se voir ainsi observé, le Garde eut un sourire en coin, qui cachait sa propre déception de voir son compère ainsi couvert. Tant pis. Une main effleura son torse, et il frissonna un peu. Mais ce n’était pas le froid qui lui hérissait ainsi les poils.
Moi, je reste autant longtemps que je le veux bien. Malgré le froid et l’amabilité de certains, le sud est un endroit bien sympathique.

Le jeu de mot qu’il avait fait lui revint aussitôt en tête et le rouquin eut un léger sourire plein de sous-entendu, laissant ses propres doigts parcourir légèrement le cou du brun, profitant des dernières miettes de tendresse que le plaisir leur avait laissé. Du moins, c’était sûrement cela. Et l’alcool, bien évidemment. Le regard clair de Dorian qui rendait Wulf si confus se posa contre le vert des yeux du féreldien. Un léger baiser réunit à nouveau les deux hommes, et le voleur eut le sentiment que si la fatigue ne les assommait pas, ils auraient pu passer la nuit à … certaines activités. Cette pensée était assez plaisante et le regard du Garde devint rêveur jusqu’à ce que la voix du thaumaturge le ramène à la réalité.
Bon, dormons...

Le tête du brun se posa contre son épaule, et le rouquin tenta d’ignorer l’étrange coup au cœur. Une de ses mains se posa contre la nuque de Dorian, dans un étrange geste un peu protecteur.
Dors bien, Wulf .. ~

Bonne nuit Dorian…

Et le sommeil l’engloutit.
Et puis… Une terre sombre, et rouge, qui somnolait sous un ciel verdâtre, une créature morte mais pourtant vivante à nouveau, des écailles qui filaient, toujours plus rapide que lui. L’obscurité n’était plus son alliée, et les ombres étaient trop dangereuse pour le féreldien pourtant invisible. Des rêveries, des cauchemars, un ogre ! Un ogre !
Trop de flash le secouaient alors que le cauchemar se poursuivait : les tréfonds se remuaient, la terre grouillait, le ciel tremblait, l’eau n’était plus que poison, l’air était chargé de vice.
Et au loin, une silhouette fantomatique mais chaque nuit plus présente, une ombre avec deux ailes géantes comme des doigts crochus l’emmenant à la mort…
Papa ! Papaaaa !

Wulf se retourna, juste à temps pour voir les yeux bruns de sa fille, ses boucles rousses… Et le sol engloutit la semi elfe, comme si elle n’avait été une vision éphémère.
Les deux lames dans sa main deviennent poussière, il n’est plus vêtu de l’uniforme bleu des Gardes des ombres mais… mais d’une armure comme celle que les Hurlocks portent.
Et au loin, la silhouette aux deux ailes hurle… Un Appel.
Wulf ouvre brutalement les deux yeux. Sa respiration précipitée se calme un peu. A ses côtés, Dorian dort paisiblement, toujours accroché à lui. Et la main de Garde serre à présent le flanc du tévintide. Le rouquin reste silencieux. Il a besoin de remettre de l’ordre dans ses pensées. Il se rappelle la taverne, même si quelques bribes de la discussion qu’ils ont eue lui ont peut-être échappées. Il se rappelle des écuries, et ce, avec une certaine précision. Il se rappelle de lui se perdant dans le Fort. Et il se remémore assez bien les mots de tendresse échappés au cours de la soirée.
Il reste immobile, respirant plus sereinement, ses yeux fixant le plafond.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Jeu 1 Mar - 15:59
Fort-Céleste, chapitre 6Ft. Wulf Varatarg

Un verre, camarade !


En un soupir et demi, Dorian sombra dans un sommeil vide, enfin pas complètement. Un mélange curieux de sensations et de murmures s’étaient alors emboîtés pour occuper le sommeil. Un classique, quand il y avait pas mal d’alcool dans le sang. Des frôlements, des frissons, le souffle même de l’hiver .. et une odeur, une présence, une chaleur. Un quelque chose qui le retournait complètement à chaque fois que cela refaisait surface dans ce théâtre pour aveugles. C’était doux, cela lui empoignait la poitrine. De l’étourdissement, de la confusion, mais également un sentiment de bienêtre étrange.

Et puis plus rien ; seulement une source de chaleur et de quiétude régulières toutes deux, quelque chose de doux. C’était étonnamment calme, Dorian avait connu des nuits plus agitées que ça après avoir passé une bonne partie de la soirée à s’arroser. Soudain, il y eut comme un changement ; quelque chose se bouleversa, et il le sentit. Cet équilibre béat était chamboulé, et cela le sortit d’ailleurs de son sommeil tranquille : il était bien trop curieux pour rester endormi après cela.

Avec peine, en gémissant légèrement, Dorian ouvrit à demi les yeux. Il pouvait sentir encore cette même chaleur qui le berçait, ce parfum qui l’enveloppait, ce souffle régulier à présent. Était-ce simplement son imagination ? Non non .. Attendez.

Était-il seulement contre quelqu’un à cet instant précis ?!

Ses yeux s’ouvrirent finalement pleinement, les sourcils rapidement froncés alors que les pièces commençaient à s’assembler. Il prit appui sur ses coudes, curieux avant tout de savoir sur qui il pourrait bien tomber .. .. Et il croisa le regard émeraude et désormais perturbant du rouquin qu’il avait rencontré la veille. D’une voix bien réveillée, Dorian lui posa la question la plus simple et la plus stupide de l’humanité.

… Wulf ?

Son pouls était déjà étonnamment enjoué pour dire qu’il venait de se réveiller .. Le Tévintide avait seulement prononcé son nom, et pourtant, il avait l'impression qu'elle avait déjà une saveur particulière dans sa bouche. Complètement à la ramasse, le thaumaturge tenta de balbutier quelque chose, perdant son regard un peu plus bas .. Puis il le redressa à nouveau vers le sien, avant de soudainement le dévier sur le côté. Qu’il s’amuse ou non de la situation, Dorian s’en fichait complètement. Quelque chose qui émanait de lui le mettait soudainement mal à l’aise, nerveux. … En plus de constater que son matelas de cette nuit – apparemment .. – était là, complètement nu sous lui : ce fut la goutte de trop, et le Tévintide roula sur le côté pour complètement s’enlever de lui. Il finit son trajet à l’opposé du lit, qui d’ailleurs était le sien .. Oui oui, il était bel et bien dans sa chambre, en tenue de nuit en plus. .. Les sourcils toujours autant froncés, il avait agrippé sa large chemise à la hauteur du cœur. C’était qu’il battait sérieusement vite, là .. Et pour rien, en plus. Le thaumaturge sentit alors que son visage entier avait drastiquement chauffé. C’était .. légèrement .. embarrassant .. Oui, c’était le bon mot.

Après un petit temps, Dorian inclina la tête dans la direction de Wulf, qui devait sans doute rien comprendre à sa réaction – mais bon, lui non plus ne comprenait pas trop, surtout la raison de sa présence dans cet état dans son lit, en plus.

Dis voir .. comment a-t-on atterri là, les deux ? J'ai .. possiblement un blanc ..

De la veille, il ne se rappelait que des sensations, des ressentis et peut-être aussi des bribes de paroles. Mais sinon, c’était le noir complet, quoiqu’il pouvait se faire une petite idée de quelle genre de nuit il venait de passer ; mince, elle devait être vraiment géniale. ..

Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Jeu 1 Mar - 16:27

Un verre, camarade !

Premier soir du garde des ombres




Alors qu’il songeait à se rendormir, ou peut être même à se lever (mais alors là, question ultime : se casser ou attendre comme un abruti que l’autre se réveille ?), le brun à ses côtés remua un peu. Visiblement le mage s’agitait un peu, le réveil l’attendait sûrement. Et il croisa alors le regard confus, ce même regard qui oscillait entre le gris et le vert sans savoir précisément de quel couleur il était.
… Wulf ?

Cette simple question présageait déjà une matinée plus mouvementée que l’avait espérée le roux. Flûte. C’était sa malédiction à lui : l’alcool pouvait le rendre malade, con, sentimental, mais il n’oubliait jamais rien. Enfin, si le mage avait oublié, bien sûr… Les quelques secondes du réveil pouvaient toujours être confuses.
Non, c’est mon double maléfique.

Des balbutiements, un air confus… Wulf regrettait presque sa petite blague un peu trop matinale pour l’esprit égaré du tévintide. Et ce dernier venait visiblement de constater que le rude féreldien n’avait pas pris la peine de recouvrir son corps de quelques tissus. Patiemment, sans se moquer, le roux observa le brun éviter son regard. Là, lui-même ne savait pas comment réagir.
Le moustachu semblait extrêmement tendu. Et le Garde devint mal à l’aise quand le mot « adorable » vint illustrer dans sa tête le regard gêné du thaumaturge. Mais quel bazar avaient-ils donc fait en une nuit…
Lorsque Dorian roula sur le côté pour s’éloigner de lui, Wulf eut du mal à camoufler sa déception. Tant pis. Se redressant un peu sur ses coudes et pliant ses jambes, il jeta un regard à ses vêtements. Quelle idée il avait eu la veille de lancer des habits aussi loin ? hésitant un peu avant de finalement rester sur le lit, il finit par observer le mage qui semblait étrangement bouleversé.
Son estomac remua un peu puis le brun tourna la tête vers lui. S’il continuait de présenter ainsi un visage si bouleversé, Wulf allait le kidnapper dans ses bras, trou de mémoire ou non.
Dis voir .. comment a-t-on atterri là, les deux ? J'ai .. possiblement un blanc ..

Un pli un peu amer marqua le coin des lèvres du Garde des ombres. Possiblement, hein ? Enfin, bon, s’il devait se faire à nouveau conteur, mais de sa propre histoire…
Tu m’as retrouvés à la taverne, on a discuté, bu… Puis on … fait un tour à l’écurie, réveillant probablement au passage toute personne aux alentour.

En espérant que le sous-entendu tacite suffirait, il ne tenait pas non plus à dire de manière un peu trop brut « les tables féreldiennes sont vraiment très solides » avec un clin d’œil qui enlèverait tout doute.
Et puis tu m’as mené dans ta chambre, après que je me sois un peu perdu dans le Hall.

Qu’espérait-il ? Que les détails rafraîchissent la mémoire du tévintide ? La partie un peu amère et déçue du Garde avait envie de remballer ses affaires et de partir sans explication. Mais sa partie plus « gentille » (ou avec le plus d’espoir ?) tenait à ne pas lâcher cette affaire de sitôt. Même s’il venait d’avoir eu la confirmation que rien ne serait simple.
Et puis quelle affaire ? Quelle confirmation, qu’espérait-il. S’humectant les lèvres, un peu gêné, ce fut à son tour, d’éviter le regard de Dorian. C’était vraiment injuste, ce trou de mémoire… Wulf se sentait lésé de … quelque chose.

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Jeu 1 Mar - 17:13
Fort-Céleste, chapitre 6Ft. Wulf Varatarg

Un verre, camarade !



Tu m’as retrouvés à la taverne, on a discuté, bu… Puis on … fait un tour à l’écurie, réveillant probablement au passage toute personne aux alentour.

Je crois qu’à la vue de cette splendide tenue que tu portes, j’aurais un peu compris qu’on avait couché ensemble, merci.

Le regard de Dorian se plissa : il ne se souvenait pas depuis quand il le tutoyait, alors que cela lui vint le plus naturellement du monde. En revanche, .. les écuries ? Réfléchissant également à haute-voix, le thaumaturge constata.

Ah, c’était ça, cette sensation de froid ..

Il se souvenait très clairement avoir eu froid, avant de disparaître un instant pour revenir bien plus tard, plus mordant. En même temps, s’ils s’étaient amusés ensemble, il ne fallait pas s’étonner qu’il n’ait plus eu froid lors de cet entre-deux.

Et puis tu m’as mené dans ta chambre, après que je me sois un peu perdu dans le Hall.

Ah, il s’était perdu dans le hall. … Oh. Il se souvenait d’un moment où il se sentait affreusement mal, étreint dans une espèce de solitude sortie de nulle part. Mais bon, s’il avait réussi à se perdre en route, il ne fallait pas s’étonner ; la confusion avait repris droit derrière, épousant un sentiment de légèreté indescriptible, et ..

Pensif, il remarqua cependant le regard de Wulf qui l’évitait à son tour, ce qui fit bien plus que de l’ébranler. Dorian put sentir que quelque chose de décalé se passait dans cette pièce ; d’abord observant les draps, il rehaussa son regard vers lui. Il voulait comprendre, comprendre ce qui était en train de se passer. Bon .. à vrai dire, il en avait sa petite idée, mais il refusait de la considérer comme fiable. Il revint vers lui sur un pas prudent, à quatre pattes sur le lit. Une fois à côté de lui, il s’assit, ne sachant vraiment quoi lui dire. Il écarta son œil perdu un instant tout en soupirant, avant de revenir, posant une main sur son épaule .. non .. Il hésita encore. Dorian souffla par le nez, avant de glisser un doigt dans sa moustache colorée, puis de caresser sa joue de sa main entière.

Wulf, je .. Je n’ai pas vraiment oublié, je me rappelle de certaines choses, encore.

Il avait l’impression de lui avouer son secret le plus terrible, alors qu’il sentit sa nervosité gagner du terrain. Il s’était tu, le regard légèrement sur le côté, les joues moins chaudes qu’avant. Mais son état, cette sorte de tristesse dans ses yeux .. cela lui rappelait vaguement quelque chose, et lui avait déjà fendu le cœur une fois : il n’aimait pas le voir dans cet état, il le savait. Quelque chose avait décidément changé entre la taverne et ce matin.

Le thaumaturge se pencha alors vers lui et le prit dans ses bras, sans un mot, enlaçant son cou. Puis il soupira de tout son long, comme pour essayer de calmer tout ce remue-ménage à l’intérieur de lui, qui n’eut que le don de se décupler. Mais bon sang .. Il avait glissé sa jambe entre les siennes, pour essayer d’être un minimum en face de lui, et avait collé son corps contre le sien, et .. Il se sentit alors submergé, comme la veille. Il retrouva cette chaleur, ce parfum .. Toujours plus confus, Dorian enfouissait sa tête dans son cou, murmurant en tévène son désespoir.

Bordel, .. mais qu’est-ce qui m’arrive ? ..


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum