PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 20 Fév - 19:51

Un verre, camarade !

Premier soir du garde des ombres




Ses mains autour du visage du garde étaient étrangement … familières, et le rouquin en fut un instant confus. Le regard du mage était troublant, et le fixa quelques secondes alors qu’il finit par prendre la parole, confirmant ses présomptions.
Oui Wulf, tu peux me prendre. Et t’auras intérêt à être convainquant. ~

Le front de Dorian accolé au sien, le féreldien eut un sourire un peu … affamé. L’avantage des personnes qui parlaient avec un langage cru, c’est que ça avait le mérite d’être clair. Et le tévintide s’était fait très bien comprendre, tellement bien que le roux décida de satisfaire immédiatement la demande de son partenaire. Sa bouche capturant celle du brun, il glissa un doigt dans l’entrée de ce dernier. A la recherche d’un point en particulier, il finit par glisser un second doigt, puis après quelques secondes, un troisième. Si le mage avait réussi à le faire gémir un peu plus tôt, le voleur ne comptait pas se retrouver en reste dans ce gigantesque combat du plaisir et du désir. Ce soir n’était qu’un combat, mais il espérait bien que les deux hommes en sortiraient vainqueurs.
Cette rencontre impromptue, ce mage qu’il avait rencontré dès son arrivée à Fort Céleste… C’était étrange, mais une coïncidence que Wulf ne comptait pas laisser s’échapper : ils étaient tout deux des hommes avec des désirs assumés, et ce simple état de fait leur promettait une nuit agitée. Le rouquin savait que les homosexuels étaient mal vus à Tévinter : lui-même s’était déjà fait courser dans un port de l’empire après avoir conté fleurette à la mauvaise personne. Mais il était heureux de voir que son compagnon d’une nuit semblait n’avoir aucun problème avec ses propres envies et sa propre orientation. Leurs mouvements, leurs baisers, leurs désirs étaient remarquablement accordés, et le garde des ombres faisait tout simplement de son mieux pour honorer cette chance qu’ils avaient tout deux.
Aussi, il glissa son membre dans l’entrée de Dorian, une de ses mains s’activant pour ne pas laisser ce dernier en reste. Et il tâchait de donner du plaisir alors qu’il pénétrait lentement le brun. Il faisait de son mieux pour ne pas lui faire mal. Il avait aucun doute sur le fait que son partenaire était expérimenté, mais ile préférait ne laisser aucun souvenir douloureux. Il finit par rentrer totalement dans l’homme, et commença tranquillement au début ses mouvements de va et vient. Si le rythme était plutôt lent au début, son envie de se satisfaire lui fit accélérer l’allure, tandis qu’il n’oubliait pas de prendre le bon angle pour être, selon les propos de Dorian « convainquant ».

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 20 Fév - 22:21
Fort-Céleste, chapitre 6Ft. Wulf Varatarg

Un verre, camarade !


Rien qu’au sourire que lui répliqua Wulf, Dorian sentit que son partenaire du soir allait s’amuser comme un petit fou suite à sa petite déclaration. Cette simple pensée arracha un rire insouciant au thaumaturge qui laissait ses doigts se faufiler dans sa barbe rousse et bien soignée. A dire vrai, il n’était pas tant mieux placé que lui pour ce qui était du désir de l’autre : Dorian n’avait qu’une hâte, c’était de le dévorer, ou alors d’être dévoré. La deuxième option prenait plus de sens dans la situation présente.

Et comme un réflexe désormais inné avec lui, le Tévintide ferma les yeux quand il sentit son souffle se rapprocher du sien, puis ses lèvres chaudes contre les siennes avides. Dorian en perdait son souffle, tandis qu’il glissait une main du côté de ses omoplates pour mieux le garder contre lui. L’autre, elle, s’agrippa à son épaule, ne sachant pas trop quoi faire d’autre, mais au moins pour s’assurer un appui. Le baiser gagna drastiquement en intensité quand le rouquin commença ses petits trafics dans le sud. S’accrochant à ses lèvres, le thaumaturge y étouffa un premier gémissement, le premier d’une série qui s’annonçait longue, ce soir. Ses mains se crispèrent, tandis que son souffle s’accentua davantage. Pour l’instant, seuls des soupirs essayaient de franchir le cap, jusqu’au deuxième doigt. A force d’essayer de résister encore un peu, ses ongles commençaient à pénétrer son pauvre dos. S’il pensait s’en tirer indemne dans cette confrontation, c’était bien dommage. Généralement, on se souvenait un bon moment de ses griffures accidentelles.

L’arrivée du troisième lui arracha un gémissement tel qu’il brisa temporairement le baiser pour reprendre son souffle, toujours très proche de lui. Mais cette erreur lui coûta bien plus cher que ce qu’il pensait : ainsi libéré, il lui serait très difficile de cacher ses légères plaintes. Dorian eut cependant le réflexe de se mordre la lèvre inférieure, histoire de se garder au silence un minimum. Il fallait dire qu’il avait un bon doigté. Le thaumaturge rouvrit les yeux un instant, haletant, pour observer son partenaire à l’œuvre, qui soudainement changea de plan. A son grand plaisir, d’ailleurs.

Dorian se colla contre Wulf davantage, l’enlaçant cette fois pleinement, pendant qu’il resserra ses cuisses près de son bassin. Et il commença à entrer en lui, ce qui lui arracha déjà une plainte bien plus longue. Le Tévintide le sentait s’avancer prudemment, avant de pleinement prendre conscience des lieux et de commencer ses mouvements de bassin. Chaque coup lui donnait comme une étincelle d’énergie qui à la fois le satisfaisait et le rendait toujours plus cupide. Il se sentait bien, oui. Cela devait s’entendre à ses soupirs toujours plus bruyants, témoins même du plaisir qu’il prenait dans cet échange. Une belle soirée, en somme.

Alors que le Garde accélérait la cadence, le nécromancien s’agrippa davantage à lui, quitte à lui griffer les omoplates. Son corps se cambra légèrement, frissonnant de bonheur sous le jeu de l’homme qui lui accordait une nuit autant agréable. Il se cramponnait à lui comme il pouvait, le gardant contre lui du mieux qu’il arrivait à faire. Sa voix gagnait en ampleur, et, porté par une soudaine euphorie due à un mélange d’alcool et d’affection charnelle, Dorian commença à rire, toujours avec la même mélodie dans le ton de sa voix. Oui, il faisait du bruit, il allait sans doute réveiller tout le fort, mais il s’en fichait : il se sentait tellement bien en sa compagnie.

Haa ! Haa ! Wulf !! ~ <3


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 21 Fév - 18:41

Un verre, camarade !

Premier soir du garde des ombres



Lorsque les ongles du mage s'enfoncèrent dans le haut de son dos, y laissant probablement de belles traces de griffures, Wulf eut un léger sourire : cette douleur le déculpabilisait des traces de bleu qu'il allait probablement laisser au niveau des hanches, tellement ses mains tenaient fermement son partenaire. Et il se sentait prendre le rythme alors que les halétements de Dorian se faisait de plus en plus bruyants. Les performances vocales de son partenaire tiraient un sourire au garde qui ne pouvait s’empêcher d'aller sans cesse plus vite, plus fort. Il sentait la main du mage se perdre dans sa barbe rousse et il eu un sourire en songeant aux mots que lui avaient lancés le moustachu il y avait quelques heures, au niveau de l’écurie. Quelques taquineries, un doigt qui passait dans sa propre moustache flamboyante. S’il avait eu une idée du reste de la soirée, il pouvait tout de même se trouver satisfait par la tournure des événements.
Le rire du brun sonnait dans l’écurie tandis que le rouquin mêlait à son tour soupir et gémissement de plaisir. Il aimait entendre les bruits que la bouche du tevintide laissait échapper. Son propre plaisir commençait à monter et de son côté, lui qui était pourtant peu bavard, commençait à se répandre en gémissements et en bruit de satisfaction. Il devait admettre que lui et Dorian faisaient deux bons partenaires d’un nuit, comme si chaque mouvement était une source de plaisir facile à trouver pour l’autre. La pensée d’une seconde nuit comme celle là effleura le rouquin qui la repoussa, préférant se consacrer à l’action présente qui avait l’avantage d’être relativement passionnante.
Haa ! Haa ! Wulf !! ~ <3

Si le voleur se sentait flatté de tout le plaisir qu’il procurait, il sentit qu’ il fallait réduire le bruit au plus vite : une interruption en plein milieu de l’acte, dans l’écurie serait tout à fait déplaisante. Il n’osait pas imaginer le bordel que ce serait et l’insatisfaction qui en résulterait, aussi, d’une main presque autoritaire, il saisit le bord du visage de Dorian et l’embrassa longuement et profondément, réduisant le mage au silence par la même occasion. Ce baiser le laissa étrangement pantois, comme épuisé et revigoré à la fois.
Il se laissait lui-même perdre dans le plaisir alors qu’il serrait le corps plus mat de son compagnon contre le sien bardé de cicatrices. Sa main qui s’était auparavant saisi du visage du mage se perdit dans ses cheveux noirs tandis que la seconde main maintenant Dorian contre lui en se cramponnant à ses hanches. Les cuisses de son partenaire lui enserraient son propre bassin, et le rouquin sentait qu’il allait commencer à venir. Néanmoins, une sorte de fierté lui empêchait de laisser son compagnon insatisfait aussi il se saisit du membre de Dorian, le touchant dans un rythme rapide, en miroir au va et vient qu’il effectuait avec son bassin. Il mettrait un point d’honneur à d’abord faire crier son partenaire de plaisir avant de se laisser aller à son tour.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 25 Fév - 22:14
Fort-Céleste, chapitre 6Ft. Wulf Varatarg

Un verre, camarade !


Il fallait être honnête, Dorian était vraiment bruyant. D’un côté, il était tant submergé d’émotions qu’il contrôlait de moins en moins, et cela lui faisait bien drôle. Lâcher prise dans les bras de quelqu’un n’était pas tant un problème, il restait la manière. Soudainement, le thaumaturge sursauta quand Wulf l’attrapa pour l’embrasser une fois de plus. Il avait eu un léger mouvement de recul, sans raison particulière ; un bête réflexe, seulement présent pour déranger. Dorian se délecta de chaque contact, de chaque chaleur, comme si soudainement il avait l’impression qu’il n’aurait plus jamais l’occasion d’y goûter. Il s’était donc avidement emparé de ses lèvres, glissant ses griffes sur ses épaules pour s’agripper là.

La chaleur continuait de monter entre les deux hommes, au point d’atteindre presque un point culminant, le fameux point culminant que chacun d’eux attendait sans doute. Il sentit que Wulf allait craquer le premier. Cela lui arracha un rire moqueur, avant de réaliser qu’il était sur le point de tricher ; quand il lui attrapa la queue, Dorian gémit, lâchant ses lèvres au passage. Ah, le salopard.

A-aah, t-tricheur !!

Mais les sensations le submergèrent rapidement, lui faisant serrer des dents. Dorian pourrait lui aussi partir sur ce jeu-là, mais il n’en avait plus la force : c’était bien trop bon, au point de le rendre complètement passif. Et bien rapidement, alors qu’il sentait les picotements de l’extase arriver, Dorian attrapa son visage à deux mains et l’attira au sien pour s’emparer de ses lèvres, dans une passion indescriptible. Puis tout se figea, comme si plus rien autour d’eux n’avait son importance. Il avait fermé les yeux, se collant le plus qu’il pouvait contre son partenaire, étouffant son cri dans ce baiser. Son souffle était intense, bref et saccadé. Et ce frisson béat le parcourut dans tout le corps, faisant donc de lui le premier à avoir craqué. Tout ça, au nom de la triche. Enfin, cela n’empêchait pas que cet instant avec lui fut .. magique. Incroyable. Un tel instant de plénitude après une journée réellement catastrophique à ses yeux. Entre un réveil en hâte, les parents de Mireï, et le sermon de Cullen par après. Quel ingrat .. Clairement, la journée se finissait bien.

Reprenant son souffle contre ses lèvres, Dorian rompit le baiser. Son regard rêveur se perdit dans le sien, qu’il pourrait ainsi dévorer pour le restant de ses jours. … ou c’était l’alcool qui le faisait avoir ce constat. Sans doute. Ses mains glissèrent pour attraper son cou, puis ses épaules. Il garda d’ailleurs son visage très proche du sien, profitant encore de sa présence, de son haleine, de son parfum.

Haa .. Toi .. décidément, tu .. adores tricher, hein .. ?

A cause de tout ce bonheur traduit en frissons dans son corps, sa voix se faisait plus sensuelle, plus endormie aussi. Comme s’il émergeait d’un beau rêve. Et pour être beau…

Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 26 Fév - 13:10

Un verre, camarade !

Premier soir du garde des ombres




A-aah, t-tricheur !!

Le sourire de Wulf fut goguenard : il avait parfaitement entendu le rire presque vainqueur du mage, mais il allait gagner sur ce coup-là. Et puis, les bruits de satisfaction de Dorian était trop plaisant pour que le roux n’en profite pas. D’ailleurs, un beau gémissement sortit des lèvres du brun alors qu’il commençait à le toucher : il venait.
Alors que ce moment approchait, le visage de Wulf fut saisi par son compagnon et un baiser à couper le souffle unit les deux hommes au moment où un frémissement de plaisir submergeait le tévintide. Le garde pouvait presque sentir le plaisir que ressentait son partenaire, et au moment où le baiser se rompit, Dorian le regarda, les yeux embrumés et le rouquin vint à son tour. Posant son front contre celui du mage, un gémissement un peu rauque sortit de sa gorge au moment de l’extase. Son front glissa contre la tempe du brun et il respira de manière désordonnée en miroir au souffle du thaumaturge. Se retirant de Dorian il regarda à nouveau ce dernier dans les yeux, les deux paires d’iris claires se perdant un peu les unes dans les autres. Le moment semblait étrangement silencieux, comparé à quelques secondes plus tôt où les deux moustachus faisaient un véritable concert à en réveiller le voisinage.
La main du tévintide glissa contre son cou, puis sur ses épaules. Un peu langoureusement, le voleur glissa une main contre les côtes de son partenaire tandis qu’une autre caressait sa clavicule.
Haa .. Toi .. décidément, tu .. adores tricher, hein .. ?

Le sourire de Wulf se fit un peu requin alors que son doigt parcourait tranquillement le cou du brun. Avec une voix apaisée, presque ronronnante, il répondit :
Je … plaide coupable.

Sa voix habituellement inflexible fut coupée par l’essoufflement : sa poitrine lacérée de cicatrices se soulevait rapidement, tentant de calmer la respiration du rouquin. Pourtant ce dernier avait l’air plus indolent que son souffle.
Toujours avec l’air serein et endormi qui suivait un tel moment de satisfaction, il déposa juste un léger baiser sur les lèvres qui se cachaient sous la fière moustache. L’instant était fait de satisfaction repus. Il se connaissait un peu et savait que l’alcool, plus l’heure tardive ajouté à ce moment tout à fait particulier, il n’allait pas tarder à se montrer somnolent. Tant pis, s’il le fallait il dormirait dans le foin des écuries, ce n’était pas quelque chose qui le gênait.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 26 Fév - 21:38
Fort-Céleste, chapitre 6Ft. Wulf Varatarg

Un verre, camarade !


Dorian se perdit dans son regard espiègle, prenant appui contre ses épaules. Son souffle avait eu le temps de redescendre un peu, ses soupirs reprenant de la longueur. Mais la chaleur retombant alors, il eut un grand frisson causé par le froid qui l’enjoignit à se coller contre lui davantage. Rah, qu’il détestait cet endroit, ce sud gelé même en été en plein soleil !! Dorian jura en tévène, avant de se faire prendre les lèvres sans qu’il ne pût l’anticiper réellement. Il fut à la fois surpris par le geste, mais surtout par cette douceur. On aurait dit un simple effleurement, une légère caresse contre ses lèvres qui pouvaient transmettre bien plus que de simples galipettes en une nuit. Confus, le thaumaturge tourna légèrement au cramoisi, … à cause de l’alcool. Oui. Il tourna légèrement la tête, évitant ainsi son regard un instant, avant de s’appuyer contre son épaule. Il soupira contre celle-ci, avant de le pousser un peu pour descendre de la table.

Bon, il manqua un peu légèrement de trébucher, et tomba presque sur Wulf. Ah, ça, c’était le cognac. Son regard recroisa le sien, puis Dorian se redressa, tout en s’approchant de ses vêtements avec la démarche la plus droite de Thédas. Il comptait s’enfiler quelque chose, ou le froid aurait raison de lui.

Vishante kaffas, il fait tellement froid dans ce pays …

Une fois son pantalon remis, il se rapprocha du Garde avec son haut dans les mains. Il n’avait pas tant la foi de tout remettre maintenant. Et puis, dormir avec tout ça, c’était désagréable. Il ne se sentait pas encore d’attaque à remettre toutes les lanières. Il posa alors le reste sur la table, avant d’avancer vers le rouquin, un sourire en coin et le regard aguicheur. Il laissa une fois de plus ce dernier se promener sur ce superbe corps bien bâti qu’il avait en face de lui, avant de l’enlacer à la taille, les lèvres près des siennes.

Bon, que fait-on, maintenant ? ~  

Puis il s’empara de ses lèvres encore et toujours, l’empêchant de répondre. C’était pourtant la fin, il le savait, mais il en voulait encore un peu, sans forcément aller bien loin. Et pourtant, après une nuit comme celle-là, le Tévintide était fatigué. Mais il en voulait encore, il le voulait encore. Dorian resserra un peu l’étreinte, tandis qu’il rompit le baiser en douceur, gardant ses lèvres proches des siennes, murmurant sur un air toujours autant sensuel en plus de commencer à baigner dans le sommeil. Ah, ce contact entre sa peau et la sienne ..

Wulf, accorde-moi encore de ta chaleur .. ~


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 27 Fév - 10:27

Un verre, camarade !

Premier soir du garde des ombres




Le froid s’installait et Wulf sentit le tévintide s’appuyer un peu plus tout contre lui alors qu’un frisson de froid le parcourait. Il fallait dire que les dorsales de givre de faisait pas de cadeau aux plus frileux, et les températures de ce continent par rapport à l’empire pouvait parfois être déconcertantes. Lui aussi sentit un léger vent frais caresser son torse alors que le mage l’éloignait afin de descendre de la table. Le regard vert du garde tomba sur le meuble avec satisfaction : c’était une bonne table, qui avait été tout à fait gentille de pas s’effondrer aux moments les plus critiques. Fabrication féreldienne, ça ! Le si fier féreldien observa son compère tévintide marcher jusqu’à son pantalon, les mouvements rendus troublés par l’alcool. Se rinçant une nouvelle fois l’œil au passage, il entendit avec un sourire fin les grognements de froids escomptés.

Vishante kaffas, il fait tellement froid dans ce pays …

Le garde l’imita, cherchant son pantalon pur le trouver sous la table et l’enfiler rapidement. Bon, il n’était peut être pas frileux, mais il n’allait pas rester à poil dans un lieu public pour le plaisir de l’exhibition. Il en était à chercher son haut mystérieusement disparu quand Dorian s’approcha de lui avec son propre haut dans les mains. Le posant sur la table, il le regardait avec un air aguicheur, beaucoup trop de tentation dans le regard pour cette heure tardive. Wulf se laissa non sans plaisir enlacer à la taille alors que le visage du brun s’avançait près du sien.

Bon, que fait-on, maintenant ? ~  

Le rouquin allait répondre une bêtise inspirée par l’alcool, quelque chose comme « la vaisselle » quand un baiser le coupa, puis une fois de plus, et une fois encore. Un sourire sous la moustache rousse il résista vaillamment aux assauts alors qu’un léger rire (de quoi ? de bonheur ?) secouait sa poitrine nue. Et puis le baiser s’arrêta, et le visage du brun resta proche du sien. Il pouvait presque voir le sommeil fermer les yeux du mage, et camoufla son sourire à lui peut être un peu trop attendri.
Wulf, accorde-moi encore de ta chaleur .. ~

Et le garde passa ses deux bras autour des épaules de Dorian, l’enserrant un peu plus, le réchauffant juste un peu. Toujours proche des lèvres du mage, il chuchota dans une voix où l’on pouvait percevoir sa propre fatigue :
Un lit serait peut être plus efficace… A moins que ton amour du foin soit le plus fort ?

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 27 Fév - 21:20
Fort-Céleste, chapitre 6Ft. Wulf Varatarg

Un verre, camarade !


Dorian ferma les yeux, quand il sentit ses bras l’entourer, laissant son front se coller au sien. Lentement, il inspira, avant de souffler, oubliant pas mal de choses l’espace d’un instant. Même le froid présent ne parvenait plus à l’atteindre, dans cette espèce de bulle. Le Tévintide se sentait soudainement si petit, face à cet homme qui semblait le protéger de tout.

Un lit serait peut être plus efficace… A moins que ton amour du foin soit le plus fort ?

Ricanant légèrement, le thaumaturge rouvrit les yeux, se perdant ainsi dans les siens. Ah, il était si près, si chaud .. Il avait pu sentir sa voix résonner dans sa poitrine, ce qui lui laissa une vague de frissons. Il fallait dire que la voix du Garde était assez basse, et qu’elle semblait ronronner maintenant.

Ma haine pour le froid l’emporte. J’ai une petite idée d’où nous pourrions passer le reste de la nuit.

A vrai dire, Dorian ne voulait plus le lâcher. Il se sentait tellement bien, ainsi contre lui. Mais il le lâcha, déposant alors un baiser sur l’arête de son nez avant de tourner les talons. Il commença à remettre son haut, ainsi que ses lanières, puis fronça des sourcils, allumant une flamme incandescente pour retrouver la trace de ses mitaines. On pouvait d’ailleurs encore voir ce bandage improvisé sur son bras ; en vrai, il s’était débrouillé par ses propres moyens, bien que ce fût une bien terrible idée. Mais bon, on ne voulait pas de lui à l’infirmerie, il avait donc passé son chemin.

Ah, il retrouva ses mitaines. Au moins qu’il puisse se maintenir au chaud un minimum, avant de replonger dans le froid omniprésent de Fort-Céleste. Dorian se frictionna les bras, sentant toujours plus le froid lui coller à la peau. Puis il lui attrapa le poignet, avant de se diriger vers la sortie, s’assurant d’abord qu’il avait bien retrouvé ce haut qu’il avait eu du mal à retrouver.

J’ai un bon lit douillet qui a toujours de la place pour deux personnes.

Il sortit donc des écuries, jurant en tévène à cause du froid, sa main glissant pour finalement s’emboîter dans la sienne. Sans se retourner, sans lui adresser un regard, il traversa la cour pour atteindre les escaliers qui les mèneraient à la cour supérieure.
Durant la montée, Dorian était pensif, trop calme pour que cela soit cohérent. En cours de route, il s’arrêta et se tourna vers Wulf soudainement ; puis, il s'approcha quelque peu pour lui caresser la joue, l'air brusquement ombré d'une légère préoccupation.

Wulf .. dis-moi que je ne te rappelle pas ta femme, au moins .. Soit je m'en voudrais un peu, soit je serais sacrément vexé.


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 28 Fév - 10:36

Un verre, camarade !

Premier soir du garde des ombres




Le câlin qui n’en était pas vraiment un devint officiellement un câlin alors que le front du mage se collait au sien. Ce dernier semblait s’apaiser alors que le silence de l’écurie devenait tout à fait serein. Le Garde sentait que quelque chose se transformait en cette fin de soirée : l’ambiance, les envies n’étaient plus les mêmes. Lorsqu’il évoqua l’idée d’un lit, les ricanements du thaumaturge furent suivis d’un frisson de la part de ce dernier. Craignant qu’il prenne froid, le roux serra un peu plus le brun dans ses bras.
Ma haine pour le froid l’emporte. J’ai une petite idée d’où nous pourrions passer le reste de la nuit.

Parfait. La situation lui convenait tout à fait puisqu’il avait trouvé un lit, un camarade plus averti que lui sur Fort Céleste et un beau brun au rire charmant. Une véritable bonne fin de journée. Et puis, si le féreldien sentait moins le froid, il n’allait pas dire non à un matelas.
Le baiser du mage sur l’arrête de son nez lui tira un sourire charmé qu’il n’aurait pas pu arrêter s’il l’avait voulu. Définitivement, le rouquin n’allait pas pouvoir se passer des tendresses de son partenaire s’il continuait ainsi. Mais Dorian commença à s’éloigner : remettant son haut, Wulf se mit en tête de trouver le sien qui avait visiblement filé en bas des escaliers, on ne savait comment. La flamme que le mage portait à sa main lui permit de détecter le bleu de son uniforme plus facilement. Cette même flamme illumina le bandage du tévintide : le rouquin fronça les sourcils ; ce n’était clairement pas du bandage de médecin, à se demander si le blessé n’avait pas évité l’infirmerie. Mais les mitaines recouvrirent le tout, et la soirée n’était pas propice à ce genre de questionnement. Peut-être demain.

Son poignet fut saisi par le brun qui le tira hors des écuries. Le haut de son uniforme accroché à son épaule par deux doigts de sa main libre, le Garde semblait tout à fait à l’aise torse nu en pleine nuit dans Fort Céleste, dans un mélange d’alcool et d’impudeur acquise lors de son passé de marin.
J’ai un bon lit douillet qui a toujours de la place pour deux personnes.

Les paroles prometteuses avaient été prononcées dans la langue de l’empire par l’Altus, et si Wulf n’y répondit pas, il suivi son compère alors que sa main se glissait dans la sienne. Le soudain calme du mage était assez étrange, mais le rouquin ne le releva pas. Jusqu’à ce qu’il s’arrête pour se retourner. Le Garde avait l’impression d’être un peu dégrisé alors que le regard sérieux de Dorian accrochait le sien.
Un main matte passa sur sa joue pâle, et c’est en universelle que Dorian choisit de s’exprimer.
Wulf .. dis-moi que je ne te rappelle pas ta femme, au moins .. Soit je m'en voudrais un peu, soit je serais sacrément vexé.

Le rouquin se figea, comme c’était toujours le cas à chaque fois que Létiah était évoquée. Il se sentait complétement sobre, presque, alors qu’il réfléchissait sérieusement à la question du mage. Oui, il avait pensé à sa femme quand il avait entendu résonner « Vishante Kaffas » pour la première, fois, dans ces mêmes escaliers. Mais Létiah était une femme elfe, ancienne esclave, maternelle mais flamboyante. Aussi, il fut tout à fait sincère quand il regarda Dorian et lui répondit après quelques secondes de réflexion :
J’ai beau avoir un faible pour l’accent tévène, je sais laisser les morts en paix, Dorian.

Un sourire un peu triste accompagnait ses mots.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 28 Fév - 13:47
Fort-Céleste, chapitre 6Ft. Wulf Varatarg

Un verre, camarade !


Dès qu’il le sentit se raidir sous sa question, Dorian se mordit la lèvre inférieure, détournant le regard. Mais que venait-il de mettre sur la table ?! Mais quel empoté, par moments .. Le thaumaturge tenta de rattraper le coup, quelque peu confus, en balbutiant quelque chose qu’il essayait de vouloir cohérent.

N-non mais je .. Tu sais, si .. Huh .. Oublie ce que je viens de dire, c’est ..

J’ai beau avoir un faible pour l’accent tévène, je sais laisser les morts en paix, Dorian.

Ce fut à son tour de se changer en marbre. Il recadra presqu’immédiatement son regard sur lui, la bouche peinant à se fermer. Il hésitait entre garder le silence, ou dire quelque chose, bien que rien ne lui venait vraiment. Il resta donc ainsi comme un imbécile pendant un petit temps, avant de reprendre conscience qu’il faisait froid et qu’il était fatigué. Mais ce sourire .. Malgré tout ce qu’il pourrait tenter de lui dire, Wulf ne pourrait cacher cette mélancolie, que le thaumaturge lisait dans ses prunelles émeraude. Eh merde, décidément .. Confus, Dorian hésitait vraiment au début, mais quand il croisa ce regard, ce sourire, il se jeta dans ses bras pour le coller contre lui. Il se savait maladroit quand il était saoul, mais pas à ce point.

Non mais vraiment .. Bordel, mais quelle idée .. Huh .. Désolé Wulf, je .. sais pas ce qu’il m’a pris de parler de ça tout à coup.

La vérité était qu’il ne savait absolument pas pourquoi cette idée lui était montée à la tête, mais il s’en voulait maintenant. Ne jamais parler des morts, cela était la pire des choses à faire. Lui-même nécromancien, et il avait oublié ce précepte .. Bon, entre ses connaissances et sa manière de se servir de sa magie, il y avait un sacré pas.

Puis, Dorian recula quelque peu et, au moment de croiser son regard, il tourna rapidement la tête sur le côté, avant de le lâcher pour pivoter sur lui-même. Ils étaient censés rentrer dormir, pas s’attarder dans des escaliers et dans le froid.

Oui .. donc .. Ma chambre ..

Cette fois-ci, il ne lui attrapa ni le poignet, ni la main : il n’aurait qu’à le suivre, tiens. Alors qu’une légère brise traversa la cour, le Tévintide croisa des bras pour tenter de se réchauffer un minimum. Là, il atteignit l’escalier principal du château, où il commença à gravir les marches, focalisé sur ses pensées. Cela lui arrivait souvent, ce genre d’instant sous l’ivresse où il réfléchissait sur tout, dans sa bulle, surtout avant de sombrer dans le sommeil et de tout oublier de ces pensées hétéroclites le lendemain. Mais il sentait que quelque chose clochait, vis-à-vis de lui, vis-à-vis de Wulf .. Avant d’atteindre une réflexion qui le dérangerait sans doute, il éternua. Eh voilà, en plus il tombait malade. Chouette ! Il en avait justement tellement besoin. Vivement qu’il atteigne son lit chaud et confortable. Il en aurait tellement besoin, là ..

Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum