PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 13 Fév - 19:37

L'antidote commençait à prendre une teinte pâle et douce au fur et à mesure qu'elle remuait le contenu du récipient, attentive à ne pas gâcher sa préparation. Dix minutes d'inattention, et elle pouvait avoir à tout recommencer, alors autant rester concentrée.
La Dalatienne jeta un oeil à la pile de pièces qui avaient été celles de Martius et Ignazio. Elles ne les rendraient pas plus riches maintenant, alors autant les prendre. Elle essayait d'éviter de penser à ce qu'elle allait faire ensuite. Pister Bran était une bonne idée, de plus, elle avait déjà une petite idée d'où il avait pu se rendre. Il n'y avait pas énormément de cités par ici, la plus proche étant Ansburg. Soit il allait repartir par Ansburg, soit par Tantervale, les deux seuls ports dans lesquels partaient les bateaux en direction d'Antiva.

- Non, j'ai grandi au sein d'un Clan. Rialto, si ça te dit quelque chose... Enfin, très loin d'ici. Dans un pays à la température nettement plus supportable, si je puis me permettre. J'ai voulu quitter mon Clan - une erreur d'adolescente, comme on en fait tous. Je me suis perdue. Les Corbeaux m'ont trouvée peu après.

Elle mélangea un peu la mixture en parlant. La lâche qu'elle était ne piperait mot sur ses véritables raisons. Ethel fuyait ses semblables comme la peste car ceux-ci l'avaient rejetée.

- Mais comparé à ce qui arrive aux elfes, et surtout aux jeunes filles sans défense dans les rues de certains villes d'Antiva, je pense que je peux m'estimer chanceuse. Je savais chasser, mais ils m'ont appris à me défendre. Vu de l'extérieur, c'est contraignant, mais quand tu vois tout ce que ça t'apporte... Je ne sais pas, c'est une histoire de mentalité, j'imagine.

Beaucoup se contentaient de cette liberté factice, elle y compris. La pression de l'entraînement, les rivalités, la constante peur de l'échec, tout cela pâlissait en comparaison avec les monts et merveilles qu'on lui promettait. Et il y avait quelque chose de plus sombre, aussi, cette fierté d'appartenir à un ordre qui était connu dans tout Thédas. Elle allait finir par se lasser, elle le savait. Mais en attendant, cela suffisait à combler le vide. Elle leva le regard vers le Garde :

- Et toi ? Qu'est-ce qui a amené un Nain de la Carta à devenir..., elle pencha la tête pour avoir une meilleure vue de l'insigne sur l'armure de son interlocuteur, Garde-Commandeur, c'est ça ? Une idée de pourquoi cet Ibûn te veut mort ?


PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 14 Fév - 9:10
C'était absurde. Il se tenait là à faire la conversation à une elfe venue chercher sa tête, dont il avait tué deux camarades et qui avait participé à tuer son frère. Son sens de l'honneur était la seule chose qui le rendait meilleur qu'un bandit du Carta, il en convenait, mais la situation virait vraiment à quelque chose d'étrange. Yorën était mort, et il reviendrait pas. Quant à Aramas, il n'avait clairement pas son étoffe, et la Garde était perdante. Il était perdant. Un frère et ami froid à cause de lui, à cause d'actes qu'il pensait enterrés depuis longtemps déjà. Mais il s'était fixé un code d'honneur en intégrant la garde, elle semblait en avoir un, moins figé, mais présent tout de même, et ils se retrouvaient à parler autour d'un feu, entourés de corps froids, à attendre qu'un antidote soit fait pour sortir Aramas de là et le ramener en vie. Pour que sa mission ne soit pas entièrement un échec.
Il l'écouta répondre à sa question les yeux rivés sur le feu. Elle était bien Dalatienne, à la base du moins, il ne s'était pas pleinement trompé. Une erreur, une fuite de sa vie, et elle se retrouvait approchée par la guilde d'assassins les plus réputés de Thédas. Étrange histoire que cela.

« Les Corbeaux t'enseigneront à obéir aux ordres et à tuer. Ces deux compétences peuvent être utiles. Mais tu n'es qu'un outil, sacrifiable, pour de plus grands dessins. Le jour où tu partiras, car une elfe aussi lucide que toi ne peut y rester éternellement, j'en suis sûr, pense à bien couvrir tes arrières. Tu n'iras pas loin sans un coup de Maître. Surtout, n'agis pas dans la précipitation. »

C'était encore le meilleur conseil qu'il pouvait lui donner. Des organisation criminelles de ce genre, on y rentrait assez facilement, mais on en sortait pas vivant, à moins d'être capables de duper un grand nombre de personnes. Et la duperie se faisait rarement dans l'urgence de la situation, rien ne valait une mise en scène préparée et maîtrisée pour cela. Finalement, elle lui demanda qu'il lui en dise plus sur lui. Le nain se renfrogna un peu plus – c'était encore possible – et serra les dents. Il n'aimait pas parler de ça, et c'était encore plus douloureux ce jour-là. Mais elle avait le droit de savoir pourquoi on l'avait envoyée le tuer.

« Pour faire simple, j'ai bossé une dizaine d'années pour le Carta. Au début, c'était sympa, je me sentais libre. Après, je me sentais puissant. Je faisais du sale boulot, mais j'avais des responsabilités, une dizaine de nains sous mes ordres, et je les voyais plus comme des amis que comme des serviteurs. Et puis pendant l'enclin, on est tombé sur Cousland à Dénérim. Le Héros de Férelden. Alors bien sûr, on était pas à la hauteur, et on s'est fait massacrer. J'étais blessé, j'avais peur, et mes camarades étaient au sol. J'ai fui. J'ai sombré quelques jours dans l'alcool, et j'ai compris que ma place était ici. J'ai marché jusqu'en Anderfelds pour rejoindre la Garde, c'était encore l'Enclin en Férelden. Et non, je ne suis pas Garde-Commandeur, un simple Garde. Mais j'ai gagné ma place dans leurs rangs. »

Il marqua une pause. Ibûn... Ibûn c'était une autre histoire.

« Ibûn m'a suivi tout mon parcours. C'était un frère d'armes à mes débuts, et il faisait le sale boulot quand je montais la garde. Et j'ai gravi les échelons plus vite que lui, on l'a mis sous mes ordres. Pourtant, j'ai jamais ressenti de l'aigreur par rapport à ça, il prenait les choses avec du recul et le sourire. C'était un ami, et je l'ai laissé au sol avec les autres à Dénérim. Visiblement, il m'en veut, mais il faut que je le retrouve pour mettre fin à cette histoire. Je suppose que si les Corbeaux ne peuvent plus être payés, ils mettent fin au Contrat ? »
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum