PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 11 Fév - 13:52
Si, dans son enfance, on lui avait dit qu'il irait régulièrement se promener dans les Tréfonds, Karlan aurait probablement ri, ou aurait prit peur. De toutes les nains, seuls les guerriers les plus braves, les membres de la Légion des Morts et les quelques Gardes des Ombres s'y aventuraient régulièrement, car les profondeurs de la terre représentaient bien souvent la compagnie des engeances, et une mort prématurée dans le meilleur des cas. Seulement, depuis les exploits du Héraut de Kirkwall en ces lieux hostiles, on voyait régulièrement se former des expéditions en quête de gloire et fortune. Bien entendu, la Garde des Ombres tentait d'en dissuader un maximum, mais il arrivait qu'ils ne parviennent pas à raisonner cet appel des grandeurs, et on entendait parfois parler d'expéditions disparues dans les cavernes de lyrium. Ce n'était pas une chose étonnante pour les raisons évoquées ci-avant, d'autant plus que seuls les Gardes des Ombres avaient des cartes précises de ces dédales de roche, et qu'on s'y perdait pour le moins facilement.
Karlan avait été catapulté Garde Commandeur des Marches Libres depuis peu, et c'était donc la première fois qu'il recevait, par un matin pluvieux, une lettre demandant l'assistance de la Garde pour une démarche de ce genre. Alarell, son prédécesseur, estimait, probablement à raison, que ces initiatives étaient de la folie, mais Karlan avait une vision différente, et il était en pouvoir de décider, cette fois-ci. En estimant qu'avec ou sans son accord, un groupe d'individus irait braver le danger, et qu'ils mourraient probablement dans les ténèbres, il était de son devoir de leur apporter un appui, avec la condition qu'ils ne fassent rien qu'il interdise. Les Gardes pouvaient eux aussi bénéficier d'un appui logistique, qui leur faciliterait donc une de leurs propres expéditions, une patrouille de routine en quelques sortes. C'était du donnant donnant, même s'il craignait de ne pouvoir en sauver beaucoup si les choses tournaient au vinaigre.

Le point de rendez-vous était dans les montagnes, non loin de la cité d'Osterburg. L'air était clair ce matin là, et il apportait avec lui une rosée limpide sur l'herbe fraîche, un bienfait de la nature dont ils allaient devoir se passer quelques jours. Le visage fermé, Karlan attendait la caravane, adossé à la paroi rocheuse. Yvon et Garell, deux jeunes Gardes en manque d'exercice, étaient là eux aussi, et ils semblaient quant à eux plutôt excités. Cette lueur dans les yeux, il l'avait eue aussi la première fois, quand il avait du pénétrer dans ce qui avait un jour appartenu à son peuple, mais elle s'était éteinte avec le temps. Il n'y avait rien là dessous que la noirceur et la souffrance, et les vestiges d'un temps passé, dont il n'était pas leur rôle de restaurer, à l'instar des elfes dalatiens et leur folklore. De toutes les personnes qu'il guiderait là-bas, Karlan se sentait un devoir encore plus grand lui incomber envers ses jeunes frères : ils devaient revenir en vie. Et pour cela, il n'allait pas tolérer le moindre écart de conduite des chefs de l'expédition.
Yvon poussa une exclamation soudaine en montrant l'horizon, et il vit les silhouettes d'un convoi se dessiner sur le flanc d'en face. A vue de nez, ils seraient une trentaine. C'était bien. Plus et cela serait compliqué de se mouvoir rapidement ou d'évacuer facilement, mais il fallait encore que le ratio des combattants soit suffisant. Il ne s'attendait pas à une opposition féroce là dessous, mais si tel était le cas, il fallait mieux envisager le pire.
Ses craintes se dissipèrent au fur et à mesure que les silhouettes se dessinaient avec plus de netteté. Les hommes et les femmes qu'il voyait semblaient armées, une bonne chose. Il y avait même dans le lot quelques nains, et une naine aussi, les cheveux flamboyants comme il n'en avait pas vu beaucoup, d'une certaine beauté pour quelqu'un de son peuple. En la regardant de plus près, une sensation étrange se fit en lui, comme si il l'avait croisée auparavant, dans un autre monde, dans une autre vie. Elle lui rendit un regard qui le troubla. Les souvenirs lui revirent, remontant à la surface avec une acuité déconcertante. Dénérim, oui, c'était là-bas. Un marchand nain, comme il en avait vu beaucoup à l'époque, un parmi tant d'autres, sauf que sa posture lui rappelait son père, et qu'il ne s'était pas senti à l'aise à ce moment-là. Dans sa boutique, deux naines se tenaient derrière lui. Sa femme, probablement, et une jeune naine, dix-sept ou dix-huit étés tout au plus, une naine de feu. Ils avaient fait passer le message et s'en étaient allé, mais il n'aurait jamais pensé recroiser une de ses victimes, bien des années plus tard, dans un autre corps, dans une autre vie.
La réalité le rappela à lui, et il baissa les yeux, embarrassé. Il ne parlait jamais de ce qu'il avait été, tout comme il ne le demandait jamais vraiment à un de ses frères et sœurs. Un Garde est une personne nouvelle, c'est tout. Ces considérations lui semblaient malheureusement bien abstraites à présent. Karlan attendit que l'ensemble de l'expédition soit arrivée à sa hauteur, devant l'entrée des Tréfonds, pour prendre la parole, d'une voix forte et sûre, contraste étonnant avec la tempête dans son âme.

« [color:bea2=ff3300]Bien, j'imagine que nous sommes tous là ! Comme je l'ai dit, nous vous escorterons là bas à condition que vous respectiez mes consignes ! Si tel n'est pas le cas, on ira de notre côté, et vous vous débrouillerez pour le reste, c'est non négociable. Avant de partir, j'aimerais m'entretenir avec vos responsables, qu'on aborde les derniers détails ensemble, s'il vous plaît. »

Il priait pour qu'elle n'en fasse pas partie. Mais la présence d'une naine de la Caste Marchande en disait long, et ses chances, bien maigres.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 12 Fév - 13:10
Expédition explosive

Feat. Karlan Rurin ~


L'aventure, c'était bien pour la vivre que Crista avait quitté sa belle demeure et sa triste vie de femme mariée. Elle en avait vécu des choses ces dernières années mais cette fois-ci elle s'engageait dans un projet encore plus grand et complètement fou : Une expédition dans les tréfonds. Depuis qu'elle avait confirmé sa venue elle en était toute excitée. Les tréfonds quoi ! Elle avait entendu des centaines d'histoires à leurs sujet depuis l'enfance en écoutant ceux qui venait de sous la Surface. Cet endroit avait sa part de mystère et de danger, c'était tout à fait ce que recherchait la naine pour palier à l'ennui. Et même si on lui avait bien précisé les faibles chances qu'elle avait de revenir vivante de cette descente vers les profondeurs de la terre, elle ne s'en inquiétait pas plus que ça. Crista avait toujours possédé ce petit côté irresponsable, ne réfléchissant pas vraiment avant d'agir.

Il y avait quelques mois de ça, un de ses clients habitués, un homme nommé Alrim qui venait de Kirkwall, sollicita son aide pour organiser son expédition vers les tréfonds. Il lui avait commandé une grande quantité d'explosif pour déboucher les accès bloqués et pour pouvoir se défendre si jamais. Seulement la naine n'avait pu s'empêcher de se proposer pour participer à l'aventure. Une chance comme celle-ci ne se représenterait certainement pas. L'artificier traversa alors la mer d'écume pour rejoindre les autres membres de l'expédition, non loin de la cité d'Osterburg. Elle avait décidé de ne pas emmener ses deux fidèles amis cette fois-ci, son mabari et son ânesse car elle ne se le pardonnerait pas si jamais il leur arrivait malheur sous la Surface. Le rassemblement avait lieu dans les montagnes et un campement y avait été installé pour attendre les derniers participants, certains venaient de loin dans le seul but de s'enrichir. Il y avait quelques mercenaires engagés spécialement pour la mission, ça rassurait un petit peu. Néanmoins il y avait un bon nombre de marchand -Armés eux aussi mais cela n'en faisait pas des guerriers pour autant- car cette expédition était là avant tout pour trouver de quoi revendre et s'enrichir une fois de retour à la Surface. Elle en connaissait plusieurs de ces commerçants, certains même étaient des amis, alors elle avait le sentiment qu'elle allait vraiment s'amuser durant ce voyage. Malheureusement elle n'avait pas encore conscience qu'il était peu probable qu'ils reviennent tous sain et sauf. Au bout de trois jours, le convois était au complet, tout le monde était prêt et impatient de partir. Durant ces quelques jours passés au campement, Crista avait entendu que plusieurs Gardes des Ombres les escorteraient. Ça l'avait rendu encore plus impatiente qu'avant. Des Gardes des Ombres elle n'en avait vu qu'une fois, après la bataille de Dénérim. Le Héros de Férelden, elle l'avait aperçu, seulement de loin. Mais ce n'était pas très grave, elle en était heureuse quand même car c'était lui qui avait sauvé son pays et sa ville. Depuis ce jour elle avait toujours eu une certaine admiration pour les Gardes des Ombres, les plaçant sur un piédestal.

« Regardez ! Les Gardes des Ombres sont là ! »

Cette voix fit sortir Crista de ses pensées. Ses compagnons de route s'écartèrent sur leur passage, tandis que la naine se fraya un chemin, le sourire aux lèvres pour pouvoir les apercevoir. Ils étaient trois, dont l'un était un nain. Elle ne pu s'empêcher d'être assez fière de voir que son espèce y était représenté. Ils s'approchèrent un peu plus, ils n'étaient plus qu'à quelques mètres d'elle, elle arrivait maintenant à les distinguer clairement. ... Le nain... Son cœur manqua un battement. Ce visage... Son sourire s'effaça lentement. Ce nain elle l'avait déjà vu, il y avait bien longtemps. Plus il se rapprochait et plus les tristes souvenirs qu'elle avait souhaité oublier lui revinrent en mémoire. Crista croisa son regard, elle n'avait plus aucun doute. Bien que de nombreuse années se soient écoulées, elle avait reconnu cet homme qui avait marqué sa jeunesse à jamais. Plusieurs scènes, comme des flashs, se déroulèrent dans son esprit. Son père empruntant de l'argent au Carta, les visites nocturnes de ses créanciers, puis la peur constante dans les yeux de sa mère et de son jeune frère, jusqu'au passage à tabac de son père à deux doigts de la mort. Le responsable c'était lui. Elle soutint son regard jusqu'à ce que lui cède. Peu à peu, la colère monta en elle, un sentiment pourtant si rare chez cette naine habituellement joyeuse et pleine de vie. Elle l'observa en silence faire son petit discours devant ses camarades. Comment osait-il ? Comment pouvait-il être un Garde des Ombres ? La seule explication qui sa présenta à Crista était qu'il s'agissait juste d'imposteurs et que le Carta avait eu vent de cette expédition. Dans ce cas, ça s'annonçait plutôt mal...

« Avant de partir, j'aimerais m'entretenir avec vos responsables, qu'on aborde les derniers détails ensemble, s'il vous plaît. »

Alrim, le chef de l'expédition s'avança avec deux autres organisateurs. De quel droit donnait-il des ordres ? Ce qu'elle ressentait devenait beaucoup trop fort, elle allait éclater. L'artificier suivit ses responsables puis d'un geste vif et précis, elle attrapa son arc accroché dans son dos et encocha une flèche.

« Toi ! »

Alrim et ses collègues se retournèrent, surpris et s'écartèrent en voyant la jeune naine brandir son arme, dégageant ainsi le passage entre elle et son douloureux souvenir. Tous les regards étaient rivés sur elle et sur le prétendu Grade des Ombres.

« Tu sais qui je suis n'est-ce pas ? »

Sa voix était dure mais légèrement tremblante. Son regard était haineux et ne le quittait pas des yeux. Ses doigts crispés sur son arc menaçaient de faire partir une flèche sans même qu'elle ne le veuille. La colère n'aidait jamais dans ce genre de situation. Tout cela contrastait tellement avec ce qu'elle était réellement, suscitant l'étonnement de tous.

« Moi je t'ai reconnu derrière ton costume de Garde. J'oublie jamais les sales fils de cochard qui ont fait du mal à ma famille ! »
« Crista ! Qu'est-ce que tu fabriques bon sang ?! »
« Alrim, c'est pas des Gardes des Ombres ! »
« Pardon ?! »
« Je le connais lui, ils sont du Carta ! »

La réaction de la foule ne se fit pas attendre. La rouquine s'adressa à nouveau au nain.

« Ce n'était peut-être pas le cas à l'époque mais aujourd'hui je sais me servir d'une arme. Au moindre geste je te plante une flèche entre les deux yeux c'est clair ?! Maintenant tu vas répondre à ma question, qu'est-ce que le Carta vient foutre ici ?! »


Epicode
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 12 Fév - 14:19
Ce qu'il craignait arriva. La naine aux cheveux de feu sembla entrer dans une colère implacable. Il pouvait lire la tempête dans ses yeux quand elle s'avança vers lui, à la suite du petit groupe qui s'était détaché des caravanes, une tempête froide, majestueuse, sacrée. En un instant, il se trouva face à elle, en joue d'un arc qui semblait en avoir connu d'autres. Yvon et Garell, surpris, n'avaient même pas eu le temps de se mettre à ses côtés, et si leurs mains étaient posées sur leurs armes, ils savaient tous deux qu'ils provoqueraient un drame en dégainant. Le temps s'était figé, et Karlan sentait peser sur lui tous les regards d'incompréhension des personnes présentes, tandis que la petite hargneuse l'accusait avec hargne. Si seulement il n'avait pas été cet homme, s'il n'avait pas du faire ce genre de boulots. Le pire, c'est que même à l'époque, il ne tirait aucun plaisir dans la souffrance des autres. Mais il le faisait pour se protéger, lui et ses hommes, et peut-être aussi pour le prestige qu'il pensait en tirer, fou qu'il était.

« Ce n'était peut-être pas le cas à l'époque mais aujourd'hui je sais me servir d'une arme. Au moindre geste je te plante une flèche entre les deux yeux c'est clair ?! Maintenant tu vas répondre à ma question, qu'est-ce que le Carta vient foutre ici ?! »

Un léger sourire se dessina sur son visage rugueux tandis qu'il levait lentement les mains en l'air, en signe de reddition. Yvon jura, quelques pas derrière lui, et il sentit la tension percer dans sa voix. Qu'est-ce qui était le pire ? Qu'une de ses anciennes victimes le retrouve et le confronte, ou que cela se passe en public, avec deux de ses hommes, qui ignoraient tout du passé de leur Commandeur ? S'ils parvenaient à trouver une issue pacifique, l'histoire se diffuserait dans leurs rangs en quelques heures à peine. Un Garde n'avait pas à se justifier de ses actes passés – il faisait le plus grand des sacrifices en entrant dans leurs rangs – mais Karlan aurait aimé éviter cela le plus longtemps possible. Dans tous les cas, il devait encore se sortir de ce merdier. Le nain prit la parole d'une voix posée, d'où perçait cependant quelques tensions.

« Partha. Tu veux vraiment qu'on discute dans cette situation ? Ce n'est pas franchement plaisant, et si j'aimerais pas être à ta place si tu laissais partir cette flèche. Pour moi, ce sera une mort rapide, mais ce sera la tienne aussi, et je ne suis pas certain que tu t'y sois préparée. »

La menace plana dans l'air un instant. Ses yeux se posèrent sur la foule, et il réalisa que cela ne résoudrait en rien le problème, et qu'elle ne baisserait pas sa garde si facilement. Il marqua une pause, et continua.

« Bien. Pour commencer, je peux répondre à tes questions, mais on va commencer par la dernière. Tu es une naine, tu as visiblement un esprit vif... » pas qu'un esprit « et tu as déjà eu affaire au Carta, nous le savons tous les deux. Dis moi donc, Salroka, depuis quand le Carta des nains emploi-t-il des humains ? Je n'en ai jamais vu, en dix années de service. Étrange aussi qu'ils portent armes et armures aux armoiries des Gardes des Ombres, non ? Il me semble que c'est un bien grand effort pour une mission de ce genre. Le Carta ne va pas dans les Tréfonds, il s'empare de ce qui en sort. »

L'assemblée sembla se détendre un petit peu. Il savait que cela ne ferait pas tomber sa suspicion, pas entièrement en tout cas, mais ses arguments sonnaient vrai – ils l'étaient, d'ailleurs – et elle aurait du mal à trouver une contrepartie efficace sans tomber dans la paranoïa aux yeux de ses collègues. Les mains toujours en l'air, Karlan esquissa lentement un pas vers la naine, ses yeux azur plongés dans les siens, et s'arrêta à nouveau.

« Je te salue donc, naine dont je ne connais pas le nom, car nous n'avons pas plus été présentés aujourd'hui qu'hier. Je suis Karlan Rurin, ancien membre de la Caste des Marchands en Orzammar, ancien membre du Carta, Commandeur-Garde de la Garde des Ombres dans les Marches Libres. Je n'ai présentement aucun moyen de te prouver que je suis un Garde des Ombres, car il n'y a, heureusement, aucune engeance dans le coin pour l'attester. Mes deux hommes, Yvon et Garell, pourront te le confirmer, mais encore une fois, ce ne sera qu'une parole donnée, pour le moment. »

Un nouveau pas. Karlan fit une pause, cherchant son souffle, et continua sur sa lancée, veillant à ce que sa voix porte suffisamment loin pour que tout le monde l'entende distinctement.

« Il y a une dizaine d'années, sur les ordres du Carta, je suis allé rendre visite à un marchand à Dénérim, un nain qui n'avait pas payé son du à l'organisation. Il semblerait que ce nain soit ton père, et il semblerait que tu ais été là. J'ai battu ce marchand devant sa famille avec mes hommes. J'en suis désolé. En tant que Garde des Ombres, j'en fait la pénitence chaque jour, pour chacun de mes actes malheureux, mais cette pénitence ne regarde que moi, mon âme, et la Pierre. »

Il posa un genoux à terre, et la trajectoire de l'arc le suivit. Sans perdre du regard la naine de feu, il finit, les lèvres légèrement tremblantes.

« Je mets donc humblement ma vie dans tes mains. Tire, et venge donc mes actes passés, ou laisse moi la vie, que nous puissions tous les deux tourner la page et aller tuer quelques engeances. Tu es la partie lésée ici, il te revient de faire ce choix. »
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 12 Fév - 21:57
Expédition explosive

Feat. Karlan Rurin ~


Le sang de Crista bouillonnait à l'intérieur d'elle-même, elle le sentait taper avec vigueur contre sa tempe. La colère emportait absolument tout dans son cœur, tel un ouragan. Elle n'avait jamais ressenti un tel sentiment de sa vie et elle ne savait comment faire pour calmer cette tempête. Elle ne lâchait pas le nain du regard, gardant sa flèche toujours pointé dans sa direction, le suivant lorsqu'il osait bouger, ne serait-ce qu'un peu. Ils étaient tous les deux le centre de l'attention -on aurait presque pu entendre une mouche voler- mais la féreldienne n'en avait que faire, elle voulait régler cette histoire ici et maintenant. Elle l'écoutait parler, expliquer, argumenter et peu à peu une lueur de doute passa dans ses yeux verts clairs. Ce qu'il disait était vrai, elle le savait et pourtant elle n'avait pas envie de le croire. Pourquoi devait-il avoir raison ? C'était lui le fautif, il ne devait pas avoir raison ! Elle savait que la Garde ne faisait pas grand cas du passé de ses membres mais quand même, lui, il était devenu commandeur-garde. Crista jeta un bref regard aux deux hommes qui se tenaient derrière le nain et fut de nouveau en proie aux doutes. Ses mains se mirent à trembler l'espace d'un instant. Elle souffla doucement et tenta de balayer de son esprit ce qu'elle croyait être de mauvaises pensées en cet instant même. Puis il aborda le vrai problème, ce qu'il avait fait à son père. Continuer à l'écouter s'avéra bien plus dur. Une boule dans sa gorge se forma. Les larmes étaient prêtes à couler mais elle réprima tant bien que mal cette réaction tout à fait naturel, ne dévoilant finalement que des yeux humides. Elle avait envie de montrer qu'elle était forte, bien plus que quand elle était plus jeune. Il mit un genoux à terre, pour déclarer qu'il mettait sa vie entre ses mains. Il ne la quittait pas des yeux et elle non plus. C'était dur, trop dur. Un long silence suivit sa dernière déclaration. Les muscles de la naine commençaient à souffrir à force de bander son arc au maximum depuis déjà de longues minutes. Elle ferma les yeux et finit par abaisser son arme avant de la ramasser dans son dos. Elle se retourna sans un mot et fit quelques pas. Le regard rivé vers le sol, Crista se mordit la lèvre inférieur. Puis sans crier gare, elle fit volte-face et d'un geste rapide et brutale elle envoya sa main contre la joue du Garde, avant qu'il n'ait pu se relever. Son souffle était devenu rapide, elle tremblait de tous ses membres mais bon sang ce que ça pouvait faire du bien !

« Je n'en ai peut-être pas envie. De "tourner la page", comme tu le dis. Mais si je dois un jour t'accorder mon pardon, Karlan Rurin, sache qu'il faudra bien plus qu'un genoux à terre accompagné d'excuses ! »

Elle marqua une pause, son regard parcourant Alrim, les deux humains Garde des Ombres pour enfin se reposer sur Karlan.

« Très bien, tu es un Garde des Ombres. Et Alrim pense que votre venue est indispensable, je ne suis pas en mesure d'aller contre sa volonté. Mais attention à ce que tu fous, un seul faux pas et par mes ancêtres je jure que cette gifle ne sera rien comparée à ce que je pourrais être capable de faire. Jamais je ne te ferais confiance ! »


Epicode
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 13 Fév - 10:02
S'il avait su qu'il se mettrait un jour à genoux devant une naine pour autre chose qu'une demande en mariage, Karlan aurait probablement ri. Non qu'il ne les respectait pas assez, certains de ses plus proches camarades l'avaient été, mais d'ordinaire, quand il contrôlait la situation, Karlan était du genre méfiant envers les membres de son peuple, de potentiels membres du Carta, et d'autant plus des naines, les plus à même d'user leur charme sur lui, pauvre mortel. Ce jour là, cependant, il semblait évident qu'elle n'en faisait pas partie, pour la bonne et simple raison qu'elle détenait sa vie entre ses doigts parce qu'elle voyait encore en lui le criminel de son ancienne vie. Il savait que sa vie ne tenait littéralement qu'à un fil, et qu'une simple pression de ses doigts signifierait la fin de son existence, de manière bien peu honorable. Mais le nain n'avait pas peur de la mort depuis longtemps. Il jouait avec elle depuis la cérémonie de l'Union, et savait qu'elle viendrait un jour demander son du, de manière brutale. Il avait vu des frères et sœurs d'armes mourir devant ses yeux, longtemps déjà, et oui, l'avait regardée dans les yeux bien des fois. Ce jour là cependant, son coup de bluff en était vraiment un. Il ne pensait pas que la féreldienne lui hôte la vie, non, ne serait-ce que pour garder sa crédibilité aux yeux des autres témoins. Ses mots étaient justes, ils le savaient tous. Elle ne tirerait pas.
Elle était remontée pourtant, sans aucun doute possible. La rage jaillissait de son regard ocre, et il ne pouvait rien faire pour l’apaiser, rien de plus du moins. Elle rangea son arme d'un geste vif, à son grand soulagement, mais il n'avait pas anticipé le mouvement tout aussi vif qu'elle fit ensuite. Il tituba légèrement sous la force de la frappe, et recula, le visage s'empourprant, moins cependant que la marque de sa main laissée sur sa joue. Avec un certain panache, elle lui dit qu'elle ne tournerait pas la page, et ne lui pardonnerait pas non plus, jamais. Karlan s'était relevé à présent, et il tentait de faire bonne figure, son visage ayant recouvré de son impassibilité après la surprise de la gifle. Il esquissa un sourire entendu, légèrement forcé, pour lui répondre, avec un air de défi.

« Eh bien, naine dont je ne connais toujours pas le nom, j'imagine qu'il me faudra vivre avec dans ce cas. Ce compromis me semble acceptable. »

Bien sûr, il aurait préféré ne pas être humilié de la sorte en public, encore moins devant Yvon et Garett, mais ils pouvaient au moins passer à la suite maintenant. Laissant sa nouvelle amie derrière lui, le Commandeur-Garde s'avança vers le groupe qui s'était détaché, et se racla la gorge. Sans plus attendre, et sans se soucier outre mesure de la présence éventuelle de cette dernière, Karlan se mit à donner ses dernières consignes avant le grand départ. Il tentait de faire bonne figure, de faire comme si rien ne s'était passé, même s'il lisait bien dans les regards posés sur sa joue que ce n'était pas le cas, et qu'il mettrait un peu de temps à recouvrer son autorité.

« Notre priorité absolue et de ne laisser personne derrière nous. Vous avez des civils, et je veux qu'ils soient toujours groupés, et escortés par vos gardes. La Garde mènera les caravanes avec certains de vos hommes, mais j'en veux aussi au moins deux à la fin de la file. On avance en rangs serrés, et on évite de faire du bruit outre mesure. Il nous faudra probablement deux jours entiers pour arriver dans les étages où vous pourrez trouver des biens de valeur, et on ira pas plus profond. Ensuite, on remonte le plus rapidement possible. Ah, et dites aussi à vos hommes d'éviter autant que possible les blessures, si combat il y a. Je préfère encore un repli à un groupe de civils infectés par la souillure, on ne pourra pas en sauver beaucoup si tel est le cas. »

Logiquement, en respectant ces précautions de base, il n'avait pas trop à s'inquiéter. Quelques engeances devaient logiquement traîner sur leur trajet, mais elles n'attaqueraient pas en infériorité numérique. Aussi, la rapidité était leur meilleur allié.

« Yvon, Garett, c'est bon pour vous ? Vigilance, d'accord ? Et pas d'actes héroïques. Les cimetières sont déjà plein d'héros. »

Les responsables des caravanes s'en retournèrent donner les ordres, et on ressentit rapidement l'excitation du départ. Du coin de l’œil, Karlan aperçut la naine flamboyante le fixer du regard. Il se tourna vers elle.

« Salroka, j'imagine que tu viens à l'avant ? J'avais peur de manquer de compagnie ! »
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 13 Fév - 18:12
Expédition explosive

Feat. Karlan Rurin ~


Karlan se relava enfin après ce magnifique coup porté contre lui. Les tremblements de Crista cessèrent et les battements de son cœur reprirent un rythme normal. La tempête était en train de passer.

« Eh bien, naine dont je ne connais toujours pas le nom, j'imagine qu'il me faudra vivre avec dans ce cas. Ce compromis me semble acceptable. »
« Qu'il te semble acceptable ou non, cela ne changera rien. »

Elle lui lança un regard peu amical avant d'inspirer un grand coup.

« Et mon nom est Crista Hasse. Tâches de t'en souvenir. »

Maintenant qu'elle connaissait le nom de cet homme, lui aussi devait connaitre le siens, le nom de celle à qui il avait fait du mal. Elle espérait qu'il ne l'oublie jamais pour qu'il puisse se repentir de ses actes, jusqu'à la fin de ses jours. La naine le laissa s'éloigner un peu pour préparer le départ du convois. Tout le monde s'affairait autour d'elle mais elle resta là, à fixer son dos. Son chariot ou plutôt sa poudrière était déjà prête à partir depuis longtemps déjà. Malgré ce qu'il venait de se passer et le malaise ambiant qu'elle avait installé, elle était toujours aussi impatiente d'aller découvrir ces fameux tréfonds, reflet d'une culture naine qu'elle ne connaissait pas. Et elle ne laisserait pas cet ancien homme de main lui gâcher ce plaisir. D'ailleurs il commençait déjà à le faire, en instaurant des règles à tout va. S'il continuait sur cette lancée, il allait finir par être barbant. Crista n'aimait pas les règles, elle les avait toujours ignorées dès son plus jeune âge. Faire les choses à sa manière, comme elle le sentait, c'était ça son truc. Mais ce n'était jamais très bon, à voir tous les accidents qu'elle avait pu provoquer dans sa courte vie. Après avoir lancé tous ses ordres, il reporta son attention sur la rouquine.

« Salroka, j'imagine que tu viens à l'avant ? J'avais peur de manquer de compagnie ! »
« Bien sûr que je viens à l'avant et certainement pas pour te tenir compagnie. Je te tiens à l’œil, c'est tout.  »

Sans l'attendre elle rejoignit les premières caravanes qui avaient déjà commencé à partir.

« Tu n'avais pas dis un truc comme quoi il ne fallait pas qu'on traîne ? ...Alors un peu de nerf Monsieur le Commandeur Garde ! »

Elle avait lâcher ces quelques mots sur un ton moqueur, continuant son chemin. Ils passèrent tous l'entrée vers les tréfonds, l'expédition commençait alors. La descente dura plusieurs heures, elle fut extrêmement longue, au point où certains se demandèrent s'ils allaient atteindre un jour les premières ruines naines. Le passage était sombre, ils avançaient à la lueur des torches, de quoi déjà donner la chair de poule à quelques participants. Du côté de Crista, le terrible sentiment de colère qui l'avait animé plus tôt dans la journée se dissipa totalement. Ses compagnons retrouvèrent avec soulagement celle qu'ils avaient toujours connu : Une naine avenante, débordant d'énergie et toujours accompagnée de son rire si communicatif. C'est qu'elle leurs avait fait très peur tout à l'heure. Néanmoins, elle gardait constamment un œil méfiant sur Karlan. Elle ne lui avait pas spécialement adressé la parole durant tout le trajet, préférant plaisanter avec les autres et faire plus ample connaissance avec les deux gardes des ombres qui étaient sous ses ordres. En fait elle l'avait même complètement ignoré. Et depuis déjà quelques heures elle subissait le regard réprobateur d'Alrim qui ne supportait pas cette mauvaise ambiance qu'elle avait installé. Pour se débarrasser une bonne fois pour toute des réprimandes de son ami, elle dut prendre son courage à deux mains pour aller lui parler un peu. La naine s'approcha doucement du Garde et marcha à sa hauteur. Il y a eu d'abord un silence assez gênant qu'elle brisa quelques secondes plus tard.

« Alors c'est ça la vie de Garde des Ombres ? On descend dans les tréfonds, on tue quelques engeances et on remonte ? Je voyais ça un peu plus romanesque à vrai dire. »

Drôle de sujet pour entamer une conversation...


Epicode
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 13 Fév - 19:36
Karlan réalisa sans mal que Crista, la naine de feu, garderait pour lui des propos secs et sans aucune volonté d'améliorer d'avantage leur entente. Il n'avait pas besoin d'amis, de toutes façons, mais d'une certaine manière, cela l'attristait, car il n'était plus celui qu'elle avait croisé, et les nains dans son entourage proche se faisaient rare. Au sein de la Garde, s'ils étaient réputés pour leur appréhension particulière des Tréfonds, ils n'en étaient pas moins rares. La meilleure place pour les nains déchus était encore la Légion des Morts, fidèle alliée. Les chariots se mettaient enfin en marche, et Crista lui lança une remarque sarcastique sur le rythme qu'ils devaient suivre, pas encore optimal. Le Commandeur-Garde haussa les épaules et se tut, menant le convoi avec l'avant-garde dans un silence respectueux.
La première fois qu'il était allé dans les Tréfonds, c'était la veille de son Union, pour aller y chercher le sang d'une engeance avec les nouvelles recrues. Il avait été fasciné alors, et terrifié aussi. C'était là à la fois les vestiges de leur peuple, et le temple de la corruption des hommes. Tout, dans ces profondeurs, pouvait être mortel, il l'avait appris petit à petit. Et puis, il y avait eu les autres incursions, si nombreuses qu'il ne les comptait plus. Parfois, il y avait laissé un frère, une sœur, mais il avait toujours gardé ce sentiment mitigé envers cet endroit.
Les premières heures de descente furent pénibles, comme à chaque fois. L'air se faisait plus froid, les parois humides se resserraient sur les explorateurs, et on perdait peu à peu la notion du temps, tant tout se ressemblait dans l'obscurité. Crista semblait avoir changé d'humeur, et elle pétillait en discutant avec ses jeunes frères, tandis que les meneurs de l'expédition tentaient de lui faire la conversation. Il répondait avec politesse et posait des questions en retour, pour mieux jauger leur motivation et leur connaissance de leurs hommes. Karlan savait qu'il aurait besoin de ce lien si les choses devaient mal tourner, car le rêve pouvait facilement tourner au cauchemar dans ce royaume.
La bonne nouvelle était qu'il n'y avait pas de signe alarmant d'engeances. Il sentait des présences diffuses, vit Yvon tiquer du coin de l’œil une ou deux fois, mais ce n'était rien d'anormal. Finalement, Crista se mit à marcher à coté de lui. Le nain garda le silence. A chacune de ses dernières tentatives, elle l'avait rembarré, et il ne tenait pas forcément à vivre cela pendant plusieurs jours. Il était maintenant Commandeur-Garde après tout, il n'avait pas de compte à lui rendre, pas plus qu'à subir ses piques. Elle avait une bonne répartie au moins, il lui accordait cela, et il aurait pu s'amuser à concourir avec elle à ce jeu des heures durant, dans un autre contexte. Un autre vie peut-être. Contre toute attente, elle brisa le silence paisible qui s'était installé entre eux.

« Alors c'est ça la vie de Garde des Ombres ? On descend dans les tréfonds, on tue quelques engeances et on remonte ? Je voyais ça un peu plus romanesque à vrai dire. » Il esquissa un sourire, le premier depuis leur départ. Elle lui tendait une perche, il ne pouvait que la saisir. « Non, la vie de Garde est bien plus palpitante. On fait aussi des tours de garde la nuit sous la pluie ou la neige, on s'amuse à escorter des civils têtus qui, sans notre aide, iraient nourrir nos ennemis de toujours, et on sauve le monde quand les Enclins arrivent. » C'était là un résumé correct, ouais. La Garde des Ombres ne faisait rêver que quand on parlait des prouesses de ses guerriers pendant un Enclin. Le sacrifice quotidien qu'ils faisaient le reste du temps, les quelques civils qu'ils protégeaient des sorties des engeances, ce n'était pas des choses qui faisaient rêver. « Tu sais Salroka, la plupart des Gardes ne choisissent pas vraiment cette vie. C'est plus souvent une absence de choix qu'un choix, en fait. Garett a échappé à la potence, Yvon a fui la politique orlésienne. J'ai fui le Carta. Mais je dois être un des seuls Gardes assez fous pour bien aimer cette vie. Ptêtre que j'ai rien connu de vraiment mieux. Ptêtre que j'aime bien tuer, et que je préfère les engeances aux vrais humains. Ptêtre que j'ai trouvé un sens que je n'avais pas dans ma vie d'avant. Les balades dans les Tréfonds, on en parle pas dans les chansons, on ne fait pas rêver les jolies demoiselles avec ça, mais c'est... les vestiges de notre peuple. Alors ouais, combattre ceux qui nous l'ont ôté, ceux qui essayent encore de faire tomber Orzammar, c'est un des sens que je trouve ici. »
Karlan se rendit compte qu'il venait de monologue longuement, et devait avoir l'air d'un vieux nain blasé qui radotait des histoires. Il baissa les yeux, gêné. Il était nettement plus habitué à parler à des recrues de son Ordre qu'à des civils, et il était aussi beaucoup plus habitué aux dignitaires qu'à des personnes qu'il avait malmenés par le passé. Une naine en plus. Une naine de feu. « Et toi, du coup, tu viens faire du tourisme ? Trouver une ou deux babioles qui te feront croire que tes ancêtres sont passés par là ? » Moui, pas très bien tourné, pas aussi poli qu'il l'aurait voulu. L'avantage, c'est que si elle le prenait mal et le giflait une nouvelle fois, lui crachait dessus ou l'insultait, il aurait de toute façon bientôt la satisfaction de faire faire un premier arrêt au convoi. Ils allaient arriver dans quelques minutes dans un endroit assez sûr pour s'octroyer une petite pause repas.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 13 Fév - 23:08
Expédition explosive

Feat. Karlan Rurin ~


Karlan répondit sans aucun problème à sa question, il esquissa même un sourire. Crista espérait qu'Almir l'observait de là où il était pour qu'il puisse voir l'effort qu'elle faisait et la lâche un peu à l'avenir concernant sa mauvaise entente avec le Garde des Ombres. Il continua sur sa lancée pour que la conversation ne tombe pas dans un silence. La naine l'écouta, marchant tranquillement à ses côtés et le regard fixant l'obscurité devant elle. Il avait une voix posé, étonnement agréable à entendre quand on prenait le temps de l'écouter. Elle aperçut alors une nouvelle facette de cet homme qu'elle ne connaissait finalement pas. L'artificier avait toujours eu cette naïve habitude de chercher ce qu'il y avait de bon chez les gens. Lui, il semblait en avoir un peu malgré tout, mais rien que le fait de penser ça, rendait certains de ses sentiments à son égard contradictoire, et elle n'avait pas envie de lui accorder cette "victoire". Dans le fond elle avait encore besoin d'un fautif, quelqu'un sur qui lancer la pierre. Pendant encore un moment.

« Et toi, du coup, tu viens faire du tourisme ? Trouver une ou deux babioles qui te feront croire que tes ancêtres sont passés par là ? »

Crista tourna la tête dans sa direction et haussa un sourcil de surprise. L'intonation qu'il avait donné à ses questions était complètement différente de celle qu'il avait eu quelques secondes plus tôt. Ce moment posé qu'il avaient eu était-il déjà terminé ?

« Ouais c'est ça, je viens faire du tourisme. On m'a dit que les tréfonds étaient un bon endroit pour une petite balade reposante. »

Oui, le sarcasme elle savait le manier. Très bien même.

« Et contrairement à ce que tu pourrais penser de moi, je n'ai pas cette idée stupide de vouloir me rapprocher de mes ancêtres ! »

La naine se stoppa net. Elle regrettait déjà ce qu'elle venait de dire. Bon nombre de ses amis auraient donné n'importe quoi pour être là et côtoyer la Pierre à nouveau. Certains gardaient leur départ vers la Surface comme un douloureux souvenir, qu'elle ne pouvait malheureusement pas comprendre. Elle savait que beaucoup souhaitaient marcher sur les traces de leur passé et de leurs ancêtres. C'était d'ailleurs le cas pour les quelques nains du convois. Ses paroles avaient été irrespectueuses. Elle tenta de s'expliquer calmement.

« Ce que je veux dire c'est qu'il n'y a rien qui me lie à cet endroit, dans mon cœur en tout cas. Ça fait deux siècles que mon clan vit à la Surface, alors tu comprendras que les traditions naines, elles ont vites foutues le camp. La Pierre, je n'ai qu'une vague idée de ce que ça représente. Et à vrai dire je m'en fiche, j'ai jamais cherché à comprendre. Pour moi mes ancêtres ils sont enterrés dans l'un des cimetières de Dénérim, ça ne va pas plus loin. »

Et aussi étrange que cela puisse paraître, elle n'était pas la seule à penser ainsi, l'opinion était la même pour tous les membres de sa famille. C'était la grande particularité du clan. Mais du coup pourquoi était-elle là si ce n'était pas pour les ancêtres ? Elle esquissa un sourire.

« Moi je suis là pour m'amuser. »

Elle marqua une pause puis reprit la parole.

« Mais peut-être que dans le fond, les tréfonds, ça me permet aussi de m'éloigner un maximum des responsabilités que je n'ai pas envie d'assumer. »

S'il y avait une seule chose qu'elle n'avait pas envie d'assumer en ce monde, c'était bien son rôle d'épouse. Rôle qu'elle s'efforçait de fuir depuis quatre ans déjà. Malheureusement elle n'avait jamais d'autre choix que de revenir auprès de son mari, il en valait de la survie et de l'honneur de sa famille. Et oui, c'était le deal des mariages arrangés.

« Enfin bref, je sais même pas pourquoi je te raconte tout ça. »

Elle fouetta l'air avec sa main, comme si elle voulait balayer toute cette conversation.

« Et puis j'ai faim ! T'as pas faim toi ? »

L'endroit où ils se trouvaient à présent était propice à un bivouaque. L'on pouvait déjà apercevoir quelques éléments d'architecture naine. Ce qu'ils étaient venus chercher ne devait plus être très loin maintenant. Toute la troupe s'arrêta, c'était bien mérité. La naine sortit d'un chariot de quoi allumer un feu. Avec les deux silex qu'elle gardait toujours sur elle, elle fit jaillir des flammes avec une facilité déconcertante. Manier le feu c'était quelque chose qu'elle savait faire. Ça allait de paire avec ses explosifs. Elle se posa devant et ne put réprimer son envie de bailler.

« Venez pas me demander quoi que ce soit, je sais pas faire à manger ! »

Elle rigola doucement. Ça, ça s'adressait à tout le monde. Et les quelques personnes qui avaient déjà eu le malheur de goûter à sa cuisine ne purent s'empêcher de rire aussi.


Epicode
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 14 Fév - 10:30
Crista ne se laissait pas démonter facilement. Elle rebondit avec aisance sur son sarcasme, s'en jouant sans soucis. Karlan aimait les joutes verbales, et il savait qu'il ne serait pas déçu avec elle. Les choses prirent cependant rapidement une tournure plus sérieuse quand elle lui parla de sa vision de voir ses ancêtres. Le Garde écouta attentivement, les yeux rivés sur la paroi qui s'élargissait peu à peu, et résista à son envie de la couper pour tenter de chambouler ce discours bien trop simplet. Même les surfaciens, les vrais, pas ceux de son genre, ayant perdu leur droit à la Pierre depuis leur naissance, étaient en mesure d'être plus nuancés que ça avec leurs origines, non ? Mais s'il voulait comprendre, il fallait la laisser aller au bout de ses propos, et il se passa de commentaires.

« Moi je suis là pour m'amuser. »

Il tiqua. Elle était sérieuse, ou se fichait-elle de lui, encore une fois. Rien sur son visage ne pouvait le lui indiquer, et elle avait l'air sincère. Il ouvrit la bouche, prêt à lui lancer une réplique cinglante, mais elle enchaîna encore une fois.

« Mais peut-être que dans le fond, les tréfonds, ça me permet aussi de m'éloigner un maximum des responsabilités que je n'ai pas envie d'assumer. »

Une fausse excuse, encore une. Non, il n'en croyait pas deux mots. Il cherchait ses mots pour donner une réponse qui soit un tant soit peu modérée et diplomatique – les mots qui lui venaient étaient durs et potentiellement blessants, mais le contexte ne s'y prêtait déjà plus. Ils étaient arrivés au premier arrêt, et déjà, les voyageurs sautaient des caravanes pour s’affairer. Il croisa le regard d'un responsable, et inclina la tête, comme pour lui rappeler qu'il ne voulait pas que certains aillent se balader autour du campement seuls, c'étaient ses consignes. Le responsable hocha la tête et disparut derrière un groupe. Crista s'occupait déjà de faire un feu, et les flammes jaillirent en un temps record. Le Garde sourit. Cela n'avait rien de très étonnant pour une naine de son tempérament. Devenue l'attraction éphémère du groupe, elle annonça qu'elle n'allait clairement pas faire à manger, et cela suscita de grands éclats de rire autour d'elle, lui arrachant un nouveau sourire. Mais ils étaient dans les Tréfonds, et il devait prendre au sérieux ses responsabilités. Karlan s'accorda un instant pour s'imprégner de la scène et du sourire satisfait de sa rencontre flamboyante, et mit son masque de nain dur et sérieux, celui du Commandeur, avant de s'avancer vers le groupe.

« Yvon, Garett ! J'en veux un de garde au passage Est, l'autre au Sud. On vous fera apporter les repas. Maintenant, écoutez-moi tous ! » Sa voix s'était élevée, et il était certain que chacun pouvait entendre ses nuances graves. « On a encore de la route à faire avant le lieu du bivouac du soir ! Je veux qu'on soit partis dans une heure, dernier délai ! » Bien, maintenant les choses étaient claires pour tout le monde. Il alla décharger un sac d'une caravane, et demanda à un passant de lui trouver une grosse marmite et de la remplir d'eau. Puis, il s'approcha du feu, où Crista semblait en proie au rire avec ses collègues. Karlan était un homme dur, mais il voulait aussi montrer que la réalité des choses est souvent plus complexe que ce qu'on a sous les yeux. Il posa la marmite sur le feu, et sourit largement à l'Assemblée. « Eh bien, qui aurait pensé qu'un Commandeur de la Garde des Ombres vous ferait un jour à manger, hein ? J'suis pas le meilleur cuistot du coin – d'ailleurs on en recrute si vous voulez ! - mais moi au moins, je ne suis pas une catastrophe ambulante. » Regard appuyé sur Crista, léger sourire moqueur.
L'eau chauffait vite (quel feu!), et il y renversa le contenu du sac. Des flocons d'avoine. Oui, le gruau était l'alimentation de base dans la Garde quand ils étaient en mission. Ça ne pesait rien, et c'était nourrissant. Bon ? Qui a dit que cela devait-être bon ? Rapidement, une épaisse pâte brunâtre s'était formée dans la marmite, et le nain mélangeait avec vigueur. Il s'arrêta soudain pour y verser du sel, quelques poignées d'herbes sèches et des épices antivanes, histoire de faire passer la pilule. « On a de la viande séchée pour aller avec. Et surtout, bon appétit ! »
Sourire aux lèvres, il se servit une écuelle, s'en alla pour se poster à l'arrière, passage d'où ils étaient arrivés et s'assit sur une pierre. Les engeances pouvaient arriver de n'importe où, et de toutes façons, il n'était pas du genre à donner des consignes à ses hommes sans les appliquer à lui même. Ils étaient de garde ? Lui aussi. La bouillie était vraiment pâteuse ce jour là – pas assez d'eau – et cela le fit rire doucement. Au moins, la Garde serait épargnée de cuisine les repas à venir. Il mangea en silence, pensif. La conversation qu'il venait d'avoir, ou plutôt le monologue qu'il avait subit, l'avait intrigué, et il avait envie d'en savoir plus.
Quand il revint, le campement de fortune se remettait déjà doucement en mouvement. Au moins ils écoutaient, c'était bien. Il s'étira, et organisa le nouveau départ. Ils allaient devoir passer par un chemin ardu, qui descendait beaucoup plus sèchement que ce qu'ils avaient emprunté jusque là. Il faudrait veiller à ce que les Brontos ne glissent pas. De manière toute naturelle, il revint se mettre à la hauteur de Crista, et cette fois, ce fut lui qui prit la parole.

« Tu commences à sentir les pulsations, n'est-ce pas ? Le lyrium qui chante ? C'est ça, notre héritage. Nous sommes conçus pour vivre ici, nous sommes en harmonie avec ce milieu. Tes ancêtres reposent peut-être à la surface, mais notre place, la vraie, est ici. Écoute, et tu sauras que je ne mens pas. »

Des Gardes des Ombres, seuls les nains avec cette appréhension particulière des Tréfonds. Au début, il avait pensé qu'il s'agissait simplement des effets du sang qu'il avait bu, des rêves qu'il faisait et de ses sens nouveaux. Mais les humains ou les elfes ne comprenaient pas quand il parlait de la pulsation des profondeurs, comme un cœur qui y battait. Ils n'entendaient pas plus la mélodie aiguë du Lyrium, cet air triste qui résonnait de loin à ses oreilles.

« Ce n'est pas un hasard si tu fais partie de cette expédition. Tu comptes peut-être t'y amuser, et pour être honnête, je ne vois pas trop comment, mais je pense que tu es surtout une surfacienne qui cherche du sens dans son existence. Parce que, de toute évidence, ta vie ne te satisfait pas pleinement, parce que tu as besoin de l'adrénaline pour te sentir vivante, et parce que jamais tu n'as cru à quelque chose comme Andrasté ou la Pierre. Je me trompe ? »

Le monde se resserrait autour d'eux. Ils avançaient dans les ténèbres, et l'obscurité est maîtresse chez elle. Tout n'allait pas bien se passer, non, mais à cet instant précis, ils ignoraient tous que des décombres bloquaient le passage un peu plus loin, et qu'un groupe assoiffé d'engeances les attendait, tapis, de l'autre côté.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 14 Fév - 18:33
Expédition explosive

Feat. Karlan Rurin ~


Le repas ? Hm comment dire... C'était pas terrible. Enfin, c'était toujours mieux que ce qu'elle pouvait préparer. Dans tous les cas, Crista ne s'attendait pas à manger comme une reine dans une expédition comme celle-ci. Mais cela ne l'empêcha pas de se plaindre quand même, juste pour être chiante et se venger de la petite remarque moqueuse que le nain avait eu à son égard. Le convois reprit doucement sa route vers les profondeurs de la terre. La pause fut courte mais la naine eut suffisamment de temps pour se reposer un peu. Karlan revint à ses côtés, en première ligne. Finalement ça allait être une habitude de les voir marcher ensemble.

« Tu commences à sentir les pulsations, n'est-ce pas ? Le lyrium qui chante ? C'est ça, notre héritage. Nous sommes conçus pour vivre ici, nous sommes en harmonie avec ce milieu. Tes ancêtres reposent peut-être à la surface, mais notre place, la vraie, est ici. Écoute, et tu sauras que je ne mens pas. »
« Oui, ça fait une heure que je sens quelque chose d'étrange en moi, mais je ne savais pas que c'était ça. J'en ai souvent entendu parlé, seulement j'étais loin de me douter que ça aurait un effet sur moi. Je dois penser que je suis trop... Surfacienne. »

Elle soupira longuement avant de reprendre.

« Même si c'est là notre vraie place, je ne crois pas que j'y serais heureuse. Le soleil, le vent, la pluie, la nature, tous ça me manqueraient terriblement. »

Quoi qu'on en dise, Crista était une surfacienne dans son cœur et au final elle se rapprochait bien plus du mode de pensée des humains que de celui des nains, à force de les côtoyer depuis sa naissance. Cela avait le don de dérouter bon nombre de ses congénères.

« Ce n'est pas un hasard si tu fais partie de cette expédition. Tu comptes peut-être t'y amuser, et pour être honnête, je ne vois pas trop comment... »
« Tu verras, tu verras ~ »
« ...Mais je pense que tu es surtout une surfacienne qui cherche du sens dans son existence. Parce que, de toute évidence, ta vie ne te satisfait pas pleinement, parce que tu as besoin de l'adrénaline pour te sentir vivante, et parce que jamais tu n'as cru à quelque chose comme Andrasté ou la Pierre. Je me trompe ? »
« ...Il ne me semblait pas avoir demandé un psy, lorsque je me suis engagée dans cette aventure.  »

Elle leva un sourcil dans sa direction, le ton moqueur. Néanmoins elle était tout de même disposée à répondre.

« Oui j'ai besoin d'adrénaline et bien plus que tu ne puisses l'imaginer. Mais il y a une chose sur laquelle tu te trompes, je ne cherche pas un sens à mon existence, j'en ai un. Depuis longtemps. C'est une chose que les autres ne comprennent pas et je ne m'attends pas à ce que tu comprennes. »

C'est sur ces derniers mots assez mystérieux, qu'elle laissa le Commandeur. Leur tunnel venait de déboucher sur une ancienne voie naine. Malheureusement d'important décombres les empêchaient de poursuivre leur chemin. Crista s'avança pour évaluer l'étendue des dégâts. Alrim s'approcha aussi.

« Tu peux faire quelque chose ? »
« Bien sûr, rien ne me résiste ~ »

Elle avait répondu sans même prendre le temps de réfléchir, faisant preuve d'un naturel déconcertant. L'artificier souriait à présent de toutes ses dents, le moment était venu de jouer un peu car oui, ce qui allait suivre était clairement un jeu. Elle demanda à plusieurs hommes costauds de sortir de grosses jarres de sa poudrière et de les placer contre les décombres. Et lorsque quelqu'un osait demander ce qu'il y avait dedans, elle lui balançait qu'elle emporterait son secret de fabrication dans la tombe.

« C'est maintenant qu'on s'amuse ! »
« Tu as déjà pu les tester avant ? »
« Non. Premier rancard. »

Un haussement d'épaule accompagnant un visage inuouciant, s'en était trop pour Alrim qui essuya une grosse goutte de sueur coulant sur sa tempe. Il se tourna vers Karlan.

« Ça, ça veut dire qu'on a une chance sur deux de mourir carbonisé dans les minutes qui suivent. »
« Je conseille quand même de s'éloigner un peu, au cas où... »
« Ok, on s'éloigne beaucoup ! »

Tout le monde prit de la distance pendant que la rouquine gérait les derniers détails. Elle était différente. Elle semblait être dans son élément, impatiente et joyeuse, ça faisait presque peur. La naine donnait l'impression qu'elle contrôlait la situation mais les nombreuses cicatrices de brûlure sur ses avant-bras n'aidaient pas à lui faire confiance. Elle rejoignit le gros rocher derrière lequel était caché Karlan et Alrim. Puis sortit son arc pour enflammer une flèche. Debout, le buste dépassant du bloc de pierre, elle banda son arc, le sourire aux lèvres. Elle lança un dernier regard au Garde des Ombres.

« C'est ça le sens de ma vie. »

Se mordant la lèvre inférieur, concentrée, elle laissa la flèche de feu partir droit sur les jarres. D'un mouvement rapide elle s'accroupit près des deux hommes, se bouchant les oreilles. Une énorme détonation s'ensuivit, faisant trembler la terre et les murs, des flammes s'envolant vers les hauteurs. Bon sang comme elle trouvait ça jouissif ! C'était ça sa passion. Toute sa vie tournait autour de la poudre à explosif et elle ne se voyait pas faire autre chose que ça. Cela pouvait paraître étrange et effrayant mais ça avait beaucoup de sens pour elle, seulement pour elle. Un nuage de poussière parvint jusqu'à eux. Crista se releva, ils n'étaient pas mort et l'accès avait été dégagé. Elle applaudit, fière de ne pas avoir cramé tout le monde. A peine quelques secondes plus tard, de drôles de bruits se firent entendre au loin, un peu comme des grognements d'animaux. Et plus la fumée se dissipait, plus les cris se rapprochaient de leur position.

« C'est quoi ça ? »


Epicode
PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum