PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Sam 10 Fév - 19:09

les heures écarlates
siha & cordélia



Cordélia avait maintenant pour habitude de s'entretenir avec toutes sortes de personnes. Elle avait appris à choisir son lieu avec soin ; on ne recevait pas un noble Orlésien de la même façon qu'on recevait un chef de guerre Avvar, et ainsi de suite. La plupart du temps, elle se contentait de s'asseoir sur le trône qui était le sien, serti pour l'occasion de plusieurs décorations Féreldiennes, choisies avec soin par Joséphine. Imposant, intimidant. Le genre d'adjectifs que Leliana ou Cassandra tentaient désespérément d'associer à son nom.

Mais elle ne souhaitait pas s'entretenir avec une délégation Dalatienne les fesses posées sur un trône, en les regardant de haut. C'était malvenu, en considérant les dynamiques raciales de Thédas, et les tensions entre le peuple Dalatien et Orlésien... Ainsi avait-elle décidé que l'entrevue se ferait dans un endroit un peu plus discret. La chapelle ? Non, cela pourrait envoyer le mauvais message sur la nature de leur organisation... Les quartiers de Joséphine ? Non plus. Les jardins ? Là, on s'approchait.
Elle avait demandé aux servants de leur préparer une table avec diverses boissons, ne connaissant pas les préférences des Dalatiens en terme de boissons. Pour palabrer et surtout occuper ses mains, rien de mieux qu'un petit apéritif dinatoire. Bon sang, elle n'arrivait pas à croire que maintenant elle était le genre de personne à dire apéritif dinatoire, c'était l'influence de Joséphine, ça...

Cordélia avait toujours regardé les Dalatiens avec une once de fascination, mais également de crainte. Les histoires qu'on racontait aux bons enfants chantristes sur les sauvages des forêts avaient laissé leur empreinte dans son subconscient et même si maintenant elle était une grande fille, son image de ces elfes légendaires restait fantasmée. Jusqu'à maintenant. Ils arrivaient finalement. Cordélia se redressa de son confortable siège - son jumeau étant vacant à l'opposé de la table. Elle se dirigea vers l'émissaire Dalatien pour le saluer. Elle était vêtue simplement, mais rien dans sa tenue n'était laissé au hasard. Elle tendit sa main gantée au nouveau venu avec un sourire aimable :

- Je suis désolée de ne pas avoir pu vous recevoir plus tôt, mais bienvenue à Fort Céleste. Je vous en prie, prenez place.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 11 Fév - 3:08


Les heures écarlates

"Acte I"

Image fond RP



Le choix de leur lieu d'entretien était à la fois étrange et fort agréable. Pendant un long moment Siha avait cru que l'agent de l'Inquisition qui l'avait approché faisait erreur, ou avait un sens de l'humour un peu trop créatif. Le jardin transpirait le calme, c'était un refuge de verdure au milieu de la forteresse aux murs étouffants. Les raisons exactes de ce choix lui échappaient encore néanmoins ce serait terriblement ingrat que de s'en plaindre. Toutes les minutes passées loin des yeux méprisants et critiques des nobles étaient les bienvenues, surtout pour une entrevue avec tant d'enjeux.
Cela faisait déjà une bonne semaine qu'il était arrivé à Fort-Céleste en tête de la délégation dalatienne mandée par Léliana, dans l'espoir de rencontrer l'Inquisitrice. Rapidement, il s'était fait à l'idée que les événements des Tombes d'Émeraude ne seraient pas considérés comme prioritaires, la voix des elfes étant après tout celle d'une minorité de parias. Ensuite la réserve cordiale du commandant Rutherford lui avait fait remettre en question le bien fondé de son initiative. La prudence de ce dernier était bien entendu prévisible et légitime, mais n'apportait qu'un maigre réconfort à ses angoisses. Son front tatoué se plissa au souvenir des deux soirées passés en compagnie du Féreldien, avant que des préoccupations plus terre-à-terre ne prennent le relais.

Bâton en main Siha avançait vers le lieu de rendez-vous, escorté par un soldat qui ouvrait la marche sans piper mot. Son silence et sa solennité lui mettaient les nerfs en pelote. Alda lui avait vaguement parlé de l'Inquisitrice, et pourtant mille questions lui trottaient encore en tête. Quel genre de personne était dangereusement étiquetée de Messagère d'Andrasté, quelle type de femme était la nouvelle coqueluche des nobles orlésiens et des nombreux prêcheurs de la Chantrie ?

Resserrant nerveusement sa poigne autour de son bâton à tête d'aigle, le mage lissa les pans de sa robe en tons bleus et anthracites. Sa tenue traditionnelle brodée d'argent et son bandeau métallique témoignaient de reliques d'un ancien temps, des biens transmis depuis des générations, d'archiviste à archiviste. C'était très loin de la splendeur ostentatoire orlésienne, mais d'une finesse d'ouvrage qui n'avait rien à lui envier. Son port de tête était digne mais cela ne retirait rien à son scepticisme. Siha s'arrêta timidement à l'entrée du jardin malgré les gestes du militaire l'encourageant à avancer, et ce ne fut que lorsqu'une jeune femme à la blondeur angélique l'approcha qu'il osa enfin faire quelques pas. Sa main serra gentiment celle de son hôte, son regard directement planté dans le sien.

« Merci à vous de m'accorder votre précieux temps, je sais que vous êtes fort occupée. » Sa voix était heureusement plus assurée qu'il ne l'aurait cru. Calme et posée, dépourvue de sarcasme. Il était là pour porter un message important, pas pour mettre du baume sur les blessures de tout un peuple. Pas tout de suite du moins. « J'imagine que le commandant Rutherford vous a rapporté l'objet de ma visite ? »    



PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 11 Fév - 16:20


Les salutations d'usage effectuées, ils s'installèrent. Elle leva les yeux et la beauté de son interlocuteur la submergea : d’une beauté pâle, d’une puissance calme, elle lui inspirait la grandeur de la lune. Elle aurait affirmé avec certitude qu'il s'agissait d'un homme, mais les traits fins de son invité faisaient planer le doute dans son esprit.
Sur la table, sa main chercha pendant une seconde les gâteaux au citron ainsi que les tasses en argent luisant qu'on leur avait préparé. Elle souleva la théière et versa deux traits de liquide brun dans les tasses. Le thé sentait la vanille et la fleur d'oranger. Elle tendit une tasse à son invité et se rassit sur son siège, l'invitant à faire autant.

Cordélia savait très bien pourquoi la délégation Dalatienne était là, et avait redouté cette entrevue au point de la retarder. L'Inquisition était comme un lierre aux ramifications infinies qui échappait de plus en plus à son contrôle au fur et à mesure qu'elle grandissait. Les bienfaits de l'Inquisition étaient associés au nom de l'Inquisitrice, mais ses erreurs aussi. A la lumière de ce que Cullen lui avait rapporté, la personne en face d'elle ne devait pas avoir une très grande opinion de sa personne.

- Oui, Cullen a essayé de me transmettre au mieux les raisons de votre venue. Elle prit une inspiration. Je tiens tout d'abord à m'excuser auprès de vous et de votre clan si la présence de nos agents a pu constituer une gêne ou une intrusion. J'ai prévu de me rendre moi-même sur place pour rétablir des limites. Nous ne sommes pas là pour nous accaparer vos terres.

S'excuser au nom d'une organisation entière auprès d'un représentant d'un peuple bafoué n'était pas facile. Elle était cruellement consciente que ses excuses ne feraient rien au mécontentement des Dalatiens, et cela lui serrait le coeur.

- Avant que quelque chose de tragique n'arrive, poursuivit-elle, je suis d'avis d'établir une clause entre l'Inquisition et les différents Archivistes, comme vous l'avez proposé. Etablir les zones où nous n'avons pas le droit de pénétrer, et garder le contact avec au moins un émissaire de chaque clan. Comme ça, les limites seront claires.

Elle n'avait jamais voulu que la présence de l'Inquisition soit vue comme une intrusion. Ou pire, qu'on la prenne pour une expansionniste. La vérité ? Elle était complètement dépassée. Elle pinça les lèvres et but une gorgée de thé, croisant de nouveau le regard doré de son interlocuteur. Ses épaules se détendirent un peu, maintenant qu'elle avait abordé le sujet épineux.

- Enfin, je vous parle d'une clause... Mais je pense qu'une alliance temporaire serait appropriée pour pouvoir combattre ensemble les intrus qui vous gênent. Cela ne veut pas dire que nous aurons un passe-droit pour pénétrer sur vos terres, simplement que nous coopérerons ensemble le temps d'éliminer la présence des Templiers Rouges... et de fermer les failles.

Elle avait entendu dire qu'une région entière des Tombes grouillait de Géants et de Dragons. Très franchement, elle n'était pas pressée de s'y rendre, mais il le faudrait à un moment ou à un autre...
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 11 Fév - 23:00


Les heures écarlates

"Acte II"

Image fond RP


Siha prit place sur le siège qui lui était réservé, prenant bien garde de ne rien renverser par maladresse. La table dressée pour deux présageait une entrevue en seul à seul et c'était tant mieux, la pression était suffisamment étouffante comme ça. Appréciant les effluves parfumées du thé qui fumait dans sa tasse, il écouta patiemment le discours de son hôte sans l'interrompre, jaugeant prudemment les informations qui étaient distillées au compte goutte. Si un certain soulagement l'envahit en se rendant compte qu'il ne devrait pas tout réexpliquer depuis le départ, le nom de Cullen prononcé avec tant de casualité lui fit froncer des sourcils. Néanmoins sa venue était sans rapport avec les rencontres fort... imprévisibles de la dernière semaine.

« C'est rassurant de vous voir aborder cette problématique avec respect, messerah. » Dit-il calmement.

Il serait précipité et injuste de tirer la moindre conclusion sur Cordélia sans s'être fait sa propre idée en personne aussi Siha lui accordait le bénéfice du doute. Toutefois s'il devait être honnête il ne pourrait prétendre être dénué de méfiance ou a priori. Quoi de plus normal avec le passé commun entre la Chantrie et l'Inquisition, et ce présent chaotique où il était encore difficile de la situer ?
En tout cas la jeune femme qui lui faisait face avait une approche bien plus... diplomatique que Cullen, sûrement plus préoccupé par les détails logistiques et les conséquences des escarmouches contre les groupes hostiles que par l'inquiétude étreignant les dalatiens au ventre. Pourtant c'était de ça qu'il s'agissait : la profonde terreur de ceux qui ont tout perdu et peinent à survivre dans l'ombre d'un génocide.

« C'est précisément parce que j'ai bon espoir qu'une collaboration soit possible afin d'éviter le pire que j'ai fait tout ce chemin. » Il acquiesça gravement, heureux d'entendre un début de réaction positive. Les mains croisées sur ses cuisses, il n'avait encore touché à rien de peur de briser le protocole.

« J'ai conscience que mettre cela en place revient à bousculer des mentalités centenaires. Chez les deux partis les plus obstinés ne manqueront pas de s'insurger et si nous voulons réussir il faudra conjuguer avec les conséquences de leurs opinions. C'est également le cas des archivistes et des clans qu'ils guident. » Siha prit une grand inspiration pour se donner du courage, décidé à jouer cartes sur table. « Je ne peux actuellement pas vous garantir le soutien de tous mes homologues, d'autant plus que nous nous rencontrons très peu souvent. Néanmoins je peux prendre la liberté de représenter les trois clans natifs des Tombes d'Émeraude et garantir qu'ils seront ouverts à la discussion, si je me porte garant de l'Inquisition. »

Pour un archiviste aussi jeune ce genre d'excentricités était pour le moins mal vu. D'ailleurs ce n'était pas mettre sa position ou sa crédibilité en jeu qui le rendait si nerveux, en fait il était plus soucieux de faire les bons choix pour préserver son peuple. L'expression toujours neutre, Siha fit passer la boule dans sa gorge avec un peu de thé. Savourant le liquide chaud sur son palais, il se sentit aussitôt un peu plus léger, et capable de soutenir le regard de la blondine.

« J'aime à croire qu'il reste possible de convaincre les clans des autres régions, en temps voulu. Peut-être aurons-nous une chance si la situation se stabilise aux Tombes. En plus des habituelles menaces de la nature, il y a tout le reste... les failles et les templiers ne sont pas nos seuls problèmes. Les 'Hommes Libres' s'installent sur nos terres et tirent à vue rendant toute tentative de négociation impossible. Deux de mes hommes ont été grièvement blessés en tentant de les approcher pacifiquement, aussi nous sommes dans l'impasse. »

Il dodelina de la tête, l'air soucieux. Ce n'était pas facile d'avouer ce genre de choses à un groupe qui risquait de lui rire au nez, mais à ce stade il ne pensait pas avoir le luxe de l'orgueil.

« Et voilà maintenant que des Venatoris s'intéressent aux ruines elfiques. En l'espace de quelques semaines ils ont essayé à plusieurs reprises d'approcher de Din'an Hanin, notre nécropole. Pour l'instant nous tenons bon grâce à l'avantage du terrain et la proximité de Géants, mais Mythal seule sait combien de temps ils mettront à amener des renforts. » Ses mains se refermèrent en poings, la rage couvant dans son regard pour la première fois. « Je ne sais même pas ce qu'ils veulent faire là-bas, mais probablement rien de bon. Est-ce que vous avez déjà eu affaire à eux ? »  

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 12 Fév - 11:46


- Ce serait déjà beaucoup. Nous avons besoin de toute l'aide possible, et les clans Dalatiens connaissent le terrain comme personne d'autre.

L'Inquisition était déjà assez éparpillée comme ça, de l'aide de la part des clans serait la bienvenue. Ils ne pouvaient rester indéfiniment campés aux abords des Tombes comme ça, elle en était conscience. Si elle ne faisait rien, un incident plus grave que de simples tensions finirait par arriver, créant une brèche définitive entre les Dalatiens et eux, et détruisant tous les efforts de diplomatie qu'elle avait déployés jusque-là.
Elle se massa les tempes pour réfléchir tandis que l'elfe lui exposait la suite de ses problèmes. Elle avait bien fait de prendre un thé contre la migraine - elle sentait le mal de tête poindre rien qu'à y penser.

- Les Venatori... Oui, c'est une épine assez récurrente dans le pied de l'Inquisition, répondit-elle avec une pointe d'ironie. Pour faire court, ce sont des suprémacistes. Des fanatiques de Corypheus. On pourrait croire qu'ils sont liés à Tevinter, mais ils ne répondent en réalité qu'à lui.

A bien y penser, ce n'était pas le premier rapport qu'on lui faisait à propos des Venatori et des ruines anciennes. Il y avait un lien entre les deux, mais quoi ? Elle n'arrivait pas à comprendre ce qui les intéressait tant dans les vestiges Elfiques.

- Nos espions n'ont pas réussi à savoir ce qu'ils veulent exactement en se rendant dans des ruines. Ils ne font pas ça qu'aux Tombes, ils le font aussi à d'autres endroits, bien plus au Nord... Mais je n'arrive pas à savoir ce qui les motive.

Elle trempa son gâteau au citron dans son thé, l'air pensif. Penser aux Venatori créait une association d'idées peu plaisante dans son esprit - elle détestait penser à Corypheus, ou se souvenir de son image. Il la terrifiait plus que tout. Et savoir qu'il avait des hordes de fanatiques derrière lui n'était pas très engageant. Elle releva le regard vers l'Elfe, sortant de sa courte torpeur. Il fallait qu'elle montre un extérieur énergique, bon sang ! Une alliance était en train de se jouer ici.
Elle ne savait pas quoi exactement, mais parler à ce Siha la rendait nerveuse, encore plus qu'avec n'importe qui. Elle avait peur de faire un faux pas et de se rendre ridicule face à cet être de sagesse, cette personne qui semblait sortie d'un monde étranger mais fascinant.

- En combien de temps pensez-vous pouvoir être capable de réunir les vôtres pour que nous puissions organiser la rencontre ? Elle posa une main sous son menton, pensive. Peut-être que nous pourrions nous rendre aux Tombes avec votre délégation, cela nous ferait gagner du temps, si la réponse des vôtres est positive. Il faut que je m'y rende de toutes façons, je n'ai que trop tardé. Autant faire d'une pierre deux coups. Cela faisait des semaines qu'elle était à Fort Céleste - bien sûr, elle n'avait pas chômé pendant ce temps-là, mais elle sentait certains membres de son Cercle piaffer d'impatience. Et avec les problèmes en pagaille qui attendaient d'être résolus, il valait mieux ne pas tarder.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 13 Fév - 21:16


Les heures écarlates

"Acte III"

Image fond RP



Ses premiers jours à Fort-Céleste avaient été une longue séance de rattrapage sur la situation géo-politique de Thédas et les nombreuses organisations qui se tiraient dans les pattes. Alda avait mis un certain temps à en faire le tour, devant partir de zéro pour informer un elfe n'ayant jusque là jamais quitté sa terre natale. La guerre entre mages et templiers, les dérives des templiers rouges, l'attaque de Darse par Corypheus et ses sbires... Il y en avait, des choses à dire. Avec la longue liste de problèmes il devenait difficile de déterminer ce qui était le plus urgent et très franchement Siha n'enviait nullement Cordélia, vers qui tous semblaient se tourner en quête de réponses.
C'était d'ailleurs navrant de constater qu'il était contraint de faire de même, en rajoutant invariablement au fardeau de l'inquisitrice. Mieux que quiconque il réalisait que diriger et conseiller pouvait faire craquer n'importe qui sous la pression des attentes, après tout il vivait quelque chose de fort similaire à moindre échelle. Un peu surpris que l'empathie l'emporte sur le sentiment de grief ou de jalousie, Siha soupira. Il serait injuste d'en vouloir à la jeune femme pour des faits échappant à son contrôle. Si les choses avaient pris une tournure des plus amères avec Cullen, ce n'était certainement pas de sa faute. Une ombre de tristesse et de fatigue fila dans son regard, avant de disparaître aussitôt.

« Alors l'empire... ou du moins certains groupes impériaux sont alliés avec lui ? »

Il n'avait aucune raison de penser que c'était un mensonge, mais c'était une possibilité si effrayante que Siha ne pouvait l'accepter platement. Si Corypheus était le commanditaire même indirect de ces mystérieuses attaques aux Tombes, alors les choses étaient encore plus graves qu'il ne l'avait pensé initialement. Ses poings se déplièrent sur ses genoux et il ferma les yeux en se mordant l'intérieur de la joue. Jurant dans sa tête, il mit quelques secondes à émerger de cette vague de tourment. Il fallait absolument qu'il fasse quelque chose, au plus vite. Il devait trouver les elfes de Revassan et les informer du danger, leur demander de l'aide. Expirant lentement par le nez, l'archiviste but une gorgée de sa boisson tout en réfléchissant à une réponse appropriée. Il ne voulait pas mentir, mais il ne pouvait pas trop en dire non plus.

« Je suis attendu dans le nord pour m'assurer que les réfugiés auront quelque part où aller. Il posa sa tasse et leva des yeux pleins de sérieux mais douceur. Les clans n'ont malheureusement ni les ressources ni les installations suffisantes pour tous les rescapés. Nous pouvons gérer les dalatiens qui demandent asile mais nous ne pouvons pas accueillir tous autres elfes parmi nous. Les mages, templiers ainsi que les paysans qui ont perdu leurs maisons ont également besoin d'aide. »

Son front était froncé d'inquiétude. Il était sûrement trop ambitieux de vouloir s'occuper de gens qui n'étaient pas de son clan, mais Siha ne pouvait supporter de les regarder souffrir sans au moins tenter quelque chose. La mort et le chagrin ne faisaient pas de différence entre les races, aussi il n'en ferait pas non plus.

« Les elfes seront mis en sécurité aussi vite que possible, je l'espère. Quant aux humains... Je fais ce que je peux pour soigner tous les blessés que nous rencontrons. Les Bellanaris tout comme les Alarion sont pacifistes, il leur arrive même de commercer avec les étrangers, principalement des nains. Les Ralafeirin par contre... sont devenus encore plus conservateurs depuis que les Hommes Libres se sont installés. Enfin là n'est pas question, pardonnez-moi. » Le mage se frotta le menton d'un air pensif, ne pouvant hélas donner une date précise. Cela dépendrait de bien des choses, notamment des conditions de voyage et de la disposition des Mien'Harel à écouter sa plaidoirie.

« J'ignore combien de temps cela prendra, quelques semaines peut-être ? J'ai eu confirmation de l'arrivée de renforts Alarion il y a deux jours alors nous devrions pouvoir tenir bon jusqu'à mon retour, ce qui vous laissera également le temps de faire vos préparations. Si cela vous convient, j'enverrai une missive à dame Léliana afin de vous prévenir. »

« Cela dit... Il se redressa un peu, espérant qu'il ne sonnait pas impérieux. Ses joues prirent quelques couleurs tandis qu'il balbutia pour trouver ses mots. Je... me permettriez-vous de vous poser une question indiscrète, ma dame ? »

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 14 Fév - 12:11

- Certains groupes dans l'Empire pourraient être partisans de Corypheus, sûrement. Leurs ressources ne viennent pas de nulle part. Mais l'Empire en lui-même, non, je peux vous l'affirmer.

C'était au moins ça. Ils ne tiendraient pas deux secondes face à la puissance de l'Empire Tévintide. Elle avait fait des progrès en matière de géopolitique, nota-t-elle. Maintenant, elle savait placer Tevinter sur la carte, et de façon plus importante, elle savait à peu près de quoi elle parlait en entrevue diplomatique, et Joséphine n'avait plus à la surveiller. C'était fou ce que quelques mois pouvaient faire à l'esprit d'une Templière inculte. Enfin, elle était toujours cruellement dépourvue de culture générale à cause de son éducation, mais elle arrivait plutôt bien à le cacher, maintenant...

Elle écouta Siha lui expliquer la situation des différents clans et ses pronostics sur le sujet, et réprima une légère moue. Elle avait entendu parler de cette mystérieuse organisation via les espions de Leliana. Le Mien'harel l'intriguait, mais elle préférait en rester loin, pour le moment. Elle avait assez de pain sur la planche comme ça. Et aucun de leurs agents n'avaient fait un pas vers eux non plus ; elle supposait que leur position était la même que la leur sur le sujet.
Mais elle comprenait l'urgence qu'il pouvait ressentir à aller aider les représentants de son peuple. C'était précieux aux yeux de l'elfe, n'importe qui pouvait voir ça.

- Bien sûr, je vous écoute ?

Elle pencha la tête sur le côté instinctivement, ses deux yeux bleus considérant l'elfe d'un air curieux. Quel genre de question pouvait-il bien vouloir lui poser ?
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Jeu 15 Fév - 20:43


Les heures écarlates

"Acte IV"

Image fond RP



L'Inquisitrice se montra étonnamment disposée à satisfaire sa curiosité, ce qui eut le don de le désarmer un peu plus. Ce n'était pas évident de rester aussi accessible lorsque l'on avait autant de responsabilités sur les épaules. Siha sourit avec bienveillance, dans son expression la plus sincère depuis le début de l'entretien. En réalité il n'avait pas une mais bien un millier de questions qui traînaient dans un recoin de sa tête. Certaines banales, d'autres importunes. Certaines spirituelles et d'autres très indiscrètes. Pourtant il lui faudrait choisir intelligemment, son temps aux côtés de la jeune femme étant très certainement limité à moins qu'elle ne manifeste un intérêt autre que politique, ce qui n'était pas prêt d'arriver. Siha soupira pensivement, hésitant à briser la barrière protocolaire pour satisfaire ses questions existentielles. Il savait que Cordélia était un ancien membre des templiers, aussi le sujet était d'autant plus délicat.

« Je n'ai hélas pas souvent eu l'occasion de pouvoir converser avec des humains d'égal à égal. Je ne suis pas au vent de ce qui est acceptable ou non, alors d'avance veuillez pardonner mon indélicatesse. Tout ce qui je tiens à dire c'est que je n'ai pas d'arrière-pensée ou d'intentions nocives. Je... » Il cherche ses mots, un certain trouble sur son visage placide. Quoique ça puisse être comme sujet, ça lui tenait à cœur. « Ceci est sans rapport avec nos rangs, nos origines ou notre alliance en cours. »

Son regard se perdit au fond de son thé, avant de revenir avec réticence vers son hôte. Ils partageaient davantage que les apparences ne le laissaient deviner.

« La marque sur votre main, vous fait-elle souffrir ? Je... Il hésita un instant, faillit se rétracter devant son propre culot, puis poursuivit enfin. avec un pouvoir aussi terrifiant et sans explication,... Comment faites-vous pour tenir le coup ? »

S'il y avait un moyen d'apprendre à gérer pareil point d'interrogation sur soi-même, il donnerait tout pour le savoir. Peut-être alors pourrait-il enfin dormir une nuit entière sans avoir la peur au ventre.

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 9 Mar - 19:58

Sa marque la faisait-elle souffrir ? Physiquement, quand elle faisait des siennes, certainement. D'ailleurs, c'était de pire en pire. Mais c'était de sa faute. Elle avait refusé toutes les propositions d'entraînement pour maîtriser sa marque que les mages lui avaient proposé, prétextant avoir trop à faire pour se consacrer à ce type d'entraînement-là. C'était un mensonge, évidemment. Cordélia était trop terrifiée pour faire réellement face à ce pouvoir.

- Hé bien...

Elle cherchait ses mots, ses yeux nerveux vagabondant sur le jardin pour gagner un peu de temps. La question l'avait désarçonnée, elle ne s'attendait pas à une telle franchise. Annoncer à un potentiel allié qu'elle ne maîtrisait pas ses pouvoirs pouvait la faire passer pour une totale amatrice. Cela dit, qui de mieux placé qu'un mage pour comprendre ce qu'elle endurait ?

- C'est comme si on m'avait greffé quelque chose de totalement étranger. Quelque chose qui n'est pas... censé... être là. C'était tout à fait le cas, d'ailleurs. Quelle que soit la véritable nature de la Marque, Corypheus ne devait sûrement pas s'attendre à ce qu'elle finisse sur la main d'une Templière anonyme. Donc, pour répondre à votre question, oui. Je n'ai pas encore appris à la contrôle, et j'en paie le prix quand la Marque décide de faire des siennes.

Elle regarda instinctivement la paume de sa main, qui, comme pour appuyer ce qu'elle venait de raconter, luisait faiblement d'une lumière émeraude. Elle releva les yeux vers Siha, lui adressant un sourire poli.

- C'est assez ironique, pour une Templière. Je ne peux pas prétendre comprendre totalement ce que vous, les Mages, pouvez ressentir, mais depuis que cela m'est arrivé, je crois que j'en ai une petite idée. Cela a changé ma vision sur bien des choses.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 12 Mar - 3:49


Les heures écarlates

"Acte V"

Image fond RP




« Je vois. » Les sourcils froncés de sérieux Siha était resté inerte et attentif, les doigts pensivement enroulés autour de sa tasse fumante. À vrai dire il était aussi surpris par l'honnêteté de la jeune femme que l'humilité portée par ses paroles simples. À défaut de trouver les mots adéquats -à supposer qu'ils existent dans une situation pareille- il s'était résigné à répondre évasivement.

Il avait bénéficié d'un double cours accéléré sur la situation complexe qui agitait Thédas et beaucoup des choses lui échappaient en de nombreux domaines, néanmoins le regard lourd de l'Inquisitrice le rendait fort curieux. C'était sans doute absurde d'autant que cet aveu confus était peu rassurant concernant la fermeture des failles, mais sur ce visage de nacre il lui semblait lire une émotion familière. Prenant une nouvelle gorgée de sa boisson désormais à bonne température, il décida de peser ses mots avant de reprendre la parole. Un sourire légèrement amer se dessina sur ses lèvres fines lorsqu'il remarqua la formulation détachée et presque martiale de son interlocutrice. Son interprétation était relativement erronée même si l'on pouvait aisément mettre cela sur le compte de la méfiance.  

Par ailleurs le degré de contrôle de la marque n'était pas le sujet abordé, bien que ces révélations soulèvent une tonne d'autres questions. Siha avait été influencé par les louanges populaires et supposé que la Messagère d'Andrasté maîtrisait naturellement ce pouvoir, à tort. Baissant les yeux, il se mordit la lèvre inférieure. C'était navrant de réaliser qu'il avait été un énième mouton prenant naïvement ce don pour acquis. Néanmoins l'archiviste n'avait pas franchi la frontière de l'indifférence ou de l'admiration béate au point d'oublier qu'en dépit de sa position, Cordélia était une femme de chair et de sang avant tout. C'est pourquoi sa maladroite question avait été dirigée vers la personne de l'autre côté de la table plutôt que vers l'inquisitrice et ses exploits ; dans un drôle d'espoir d'identifier ce sentiment étrange naissant dans sa poitrine. Lui-même ne s'expliquait pas trop ce qui l'avait pris, ni comment il arrivait à séparer son hôte des éléments extérieurs qui s'y rattachaient. Faire la part des choses aux dépends de ses perceptions personnelles c'était peu évident et parfois pénible, mais rien d'autre ne lui paraissait juste.

« Il est légitime d'être désorienté lorsque l'on apprend à vivre avec un pouvoir que l'on ne comprend pas, et cela doit être encore plus difficile lorsque l'on n'a jamais manipulé la magie auparavant. Vous êtes courageuse d'y faire face aussi ouvertement. » Il déglutit et fit passer l'inconfort avec un peu de thé. Sa voix se fit murmure. « Je vous envie car je ne m'en sens plus la force. »

Siha avait voulu s'enquérir de l'aspect émotionnel afin de partager ce qui lui semblait être une expérience assez similaire... et il avait fini par en apprendre beaucoup plus qu'il ne l'avait pensé. Incertain sur la meilleure marche à suivre il avait voulu discuter paisiblement, mais voilà que déjà il remettait en cause le bon sens de son initiative.

« Moyennant prudence et effort on peut apprendre à maîtriser la plupart des dons magiques avec lesquels on naît. C'est un peu comme apprendre à composer avec une différence physique, comme un bras en moins ou un œil en plus : il faut d'adapter pour apprendre à vivre avec, même si la plupart des gens 'normaux' continuera de vous regarder de travers. Sur ce point je suis donc heureux que cette marque... imprévue vous ait ouvert de nouveaux horizons. »

Il leva un regard compatissant vers elle, espérant qu'elle comprendrait.

« Néanmoins certains individus naissent ou développent une différence encore plus étrange au cours de leur existence. Ces gens-là attirent inévitablement l'attention qu'ils le veuillent ou non, car cette singularité ne trouve aucune explication raisonnable auprès des autres. »

Son ton se fait pensif pendant qu'il observe le visage qui lui fait face. Peut-être faisait-t-il fausse route, mais peut-être son instinct avait-il simplement repéré la même lueur dans le regard limpide de l'Orlésienne...

« S'ils choisissent de continuer à vivre parmi leurs semblables, le plus souvent ils sont soit propulsés sur un piédestal, soit craints et mis de côté avant même d'avoir eu l'occasion de s'expliquer. Ce sont des êtres... solitaires malgré eux. »

PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum