PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Sam 10 Fév - 14:15



amère leçon
cordélia & armand


Cordélia aimait les longues marches dans la campagne qui faisaient partie intégrante de ses missions ; c'était une occasion de retrouver sa solitude, et de voir un peu de pays.
Les Marches Solitaires lui faisaient penser aux immenses campagnes de Val Chevin où elle avait grandi, les montagnes et les forêts de pin en plus.

L'alliance entre l'Inquisition et les mages avait fait beaucoup de bruit, et créé beaucoup de controverse. Elle en avait pris pour son grade de la part de toutes les personnalités imaginables, à commencer par les Templiers, qui s'attendaient probablement à ce qu'une Templière choisisse son propre camp. Mais Cordélia n'était plus une Templière. Du moins, elle ne se considérait plus en tant que telle. Ses jours au sein de Cercle de Montsimmard semblaient lointains désormais...

Quand elle aidait un groupe de réfugiés, ou lorsqu'elle discutait avec un mage au détour d'un chemin, elle sentait sa culpabilité passée s'alléger un peu, comme si elle pouvait remplacer ses mauvaises actions par des bonnes. Elle regrettait beaucoup de choses, des choses qui s'étaient passées du temps du Cercle. Finalement, peut-être qu'elle faisait ça plus pour elle-même que pour autrui. Mais personne ne lui avait encore jamais fait la remarque.

Elle avait fait un arrêt en compagnie de quelques soldats dans les collines, près des Abords. Les restes d'un précédent campement se trouvaient là, ils n'avaient eu qu'à réutiliser le bois à moitié brûlé ; mais contrairement à ce qu'ils avaient cru, le campement n'avait pas été déserté et son propriétaire s'était seulement absenté pour revenir plus tard. L'homme, un mage d'une trentaine d'années à peu près, aux cheveux roux et à la calvitie naissante, se montra méfiant au premier abord mais sembla se détendre lorsqu'il reconnut la bannière de l'Inquisition. En proclamant publiquement son soutien aux Mages et à Fiona, Cordélia s'était fait des ennemis, mais avait également gagné la confiance de beaucoup. Elle discuta brièvement avec l'homme : il avait fui son Cercle avec un ami, mais avait perdu sa trace lors d'une bataille avec des Templiers. Il voulait se rendre à Golefalois, le point de rencontre qu'ils s'étaient donnés si jamais quelque chose tournait mal ; mais au fil des conversations, il émit aussi le désir d'en savoir plus sur l'Inquisition.
Cordélia faisant confiance à n'importe qui -littéralement n'importe qui- avait accepté avec joie. L'Inquisition ne manquait jamais d'agents, et puis elle aimait en savoir plus sur les gens avec qui elle travaillait.

- Si vous voulez, Oscar, vous pouvez m'accompagner jusqu'à Golefalois, avait-elle proposé au mage. J'ai des affaires à régler là-bas et vous pourrez rencontrer certains de nos agents, des apostats comme vous ayant rejoint la bannière de l'Inquisition.

Ainsi Cordélia et l'apostat se mirent en route vers Golefalois. Il y avait au moins un ou deux jours de marche avant d'y arriver, à travers des zones boisées et escarpées. Ils partirent chaudement vêtus et bien équipés ; on ne savait jamais sur quoi on pouvait tomber. Au bout de plusieurs heures, les collines rocailleuses firent place à un terrain plus plat. Des routes et des chemins commençaient même à se dessiner par-ci par-là, signe qu'ils approchaient de la civilisation. Alors qu'ils marchaient dans un silence parfait sur la route de l'Est, réputée pour ses embuscades de bandits régulières et - gloups - ses ours qui couraient très très vite, Cordélia ne se sentait pas tranquille. Un craquement interrompit le bruit régulier de leurs pas sur le sol mouillé.

- Vous entendez ça, Oscar ?
- Sûrement un animal, répondit le mage roux en haussant les épaules. Nous sommes en forêt, après tout.

Elle opina simplement. Elle était simplement anxieuse parce que sa dernière expédition dans la nature sauvage remontait à, eh bien... des lustres. Inutile d'être trop sur ses gardes.

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Sam 10 Fév - 16:20
-Non ! Je vous en supplie ! Pitié !

La lame de l'épée bâtarde ignora les supplication de l'homme en robe de mage pour transpercer le pauvre homme. La pointe de l'épée traversa la robe, la chaire et les organes internes comme du beurre.
Armand retira d'un coup sec la lame du corps du malheureux qui s'écroula en glapissant de terreur et de douleur. Heureusement pour lui il mourut vite.

Le jeune templier souleva la visière de son heaume et essuya la sueur de son front avant de pousser un soupir. Il ne s'était pas attendu à grand chose en joignant les templiers et pourtant il était tout de même... déçut. La petite bande de mage qu'il venait de massacrer avec ses compagnons n'avaient pas opposés de farouche résistance. En fait la plupart avaient tentés de fuir au lieux de lancer des sorts, comme il s'y serait attendu. L'ordre de mission qualifiait ce groupe de dangereux maléficiens pratiquant la magie du sang. Pourtant Armand n'en avait vu aucune tentative ici, seulement des mages apeurés qui avaient fuit dès leur arrivé.

Mais les ordres étaient les ordres. Et les ordres étaient, tuez les tous, le créateur reconnaîtra les siens. Ou un truc du genre.

-Bon, aller tout le monde, on fouille les cadavres pour voir si il n'y a rien qui puisse nous mener à leur planque et on s'en va.


Personne ne contesta ses ordres, bien qu'il n'était techniquement pas le chef de leur groupe, il s'était imposé comme telle. Son supérieur, un jeune homme d'origine modeste qui avait été promut il y avait à peine quelques semaines manquait de confiance en lui et d'assurance. Impressionné par les origines nobles de son camarade il lui laissait volontiers la direction des opérations. Tout les autres n'approuvaient pas, mais aucun ne manifestaient clairement leurs désaccords.

Bien évidemment ils ne trouvèrent rien et rentrèrent à leur camp où les templiers mettaient en place leurs stratégies pour combattre les mages rebelles, toute la région de golfalois était en proie à de violents affrontements entre les deux groupes, et si les templiers menaient les affrontements ils n'arrivaient pas à remporter de victoire décisive.

Une fois rentrer Armand s'empressa d'aller faire son rapport au chevalier capitaine en charge des opérations.

-Bien, ces maléficiens ne causeront plus de problèmes. Il n'iront pas gonfler les rangs des traîtres. Armand, vous et votre groupe vous repartez, vous devez intercepter un autre maléficien.

- Dix templiers pour un seul mage ?
S'étonna Armand. Ce n'est pas un peut trop pour un seul mage ?

-Vous allez en avoir besoin. D'après nos informations ce mage est protégé par des membres de l'inquisition, ces hérétiques protègent des maléficiens et autres rebuts des tours.

Cela fit froncer les sourcils d'Armand. Il ne portait pas particulièrement l'inquisition dans son cœur, mais d'après les rumeurs qu'il avait entendu ils faisaient plutôt du bon travail. Mais ils étaient récemment entré en opposition directe avec l'ordre des templier en refusant de s'allier à eux. Pire ! Ils s'étaient directement alliés à la chef des mages rebelles, Fiona. Evidemment cette acte était une folie, mais attaquer de façon aussi directe l'inquisition serait une véritable déclaration de guerre entre les deux ordres.

-Chevalier capitaine, si je puis me permettre...


-Je ne vous le permet pas.

-Attaquer des représentant de l'inquisition serait un acte qui marquerait une véritable guerre entre nos deux ordres.
Dit il en ignorant son supérieur. Pour l'instant nous nous contentons de nous ignorer poliment mais si nous faisons ça ils répondront. Sans compter que nous devons déjà nous occuper des mages....

-NOUS ABATTRONS LA FUREUR DU CRÉATEUR SUR CES HÉRÉTIQUES ! Hurla le chevalier capitaine en abattant son poing sur la table.

Armand sursauta et dû faire de véritables efforts pour ne pas reculer d'un pas en voyant la fureur du chevalier capitaine. Certes, il était habitué à énerver cette homme et à le titiller quand il tentait de lui imposer ses ordres mais il ne l'avait jamais vu exploser de fureur à ce point. Il était rouge de rage et une veine palpitait sur son front. Après un moment il poussa un profond soupir avant de se rassoir. Il reprit d'une voix plus mesurée mais d'où vibrait toujours une rage à peine contenue.

-Cette garce à osée... Elle a trahie son ordre et ses voeux en s'alliant avec cette engeance. La chef de l'inquisition, Cordélia Amnell... C'était une des nôtres auparavant vous savez ? Et bien elle va voir ce qu'il en coûte de s'opposer à l'ordre... Abattez ce mage que sa bande de racaille cherche à protéger, et si ils protestent tuez les aussi. Le créateur reconnaîtra les siens.

Armand dû s'efforcer à ne pas déglutir péniblement. Il n'avait jamais vu son supérieur comme cela, et il devait bien l'admettre il l'intimidait. Il ne savait pas que l'Inquisition avait pour chef une ancienne templière. Ou plutôt il en avait entendu parlé mais il pensait que ce n'était que des rumeurs ridicules... mais même en sachant ça il trouvait la fureur du chevalier capitaine... démesurée.

-Me suis je bien fais comprendre ?

-Oui chevalier capitaine.
Répondit Armand en s'inclinant.

En sortant il poussa un soupir en fermant la porte. Décidément les choses étaient de plus en plus bizarre dans l'ordre. Voilà ce qui arrivait quand on plaçait des roturiers aux postes clefs ! Enfin, les ordres étaient les ordres.

Sur ce, il rassembla son équipe.

Plusieurs heures plus tard Armand était entrain de vérifier ses armes à un petit campement qu'il avait mit en place avec cinq de ses compagnons.

-Rappelez moi pourquoi on est pas en embuscade avec les autres ?

-Pour la troisième fois Léa, on attend que les groupe de l'inquisition se pointe. Là on leur demande poliment de nous remettre l'apostat, si ils refusent on attaque et les autres qui sont en embuscades attaqueront à revers à coup d'arbalètes.


Les gens ne tarissaient pas d'éloges sur les arcs longs mais Armand avait toujours préféré les arbalètes. Plus facile à utiliser, précises et capables de pénétrer la plupart des armes, même de plates, chose dont les arcs longs malgré leurs grandes cadences étaient incapables.

-Et pourquoi on attaque pas tous ensembles les inquisiteurs en embuscade ?

-D'abord Marc, si on peut éviter un conflit ouvert avec l'inquisition autant l'éviter. Pour l'instant. Et ensuite ce serait déshonorant d'attaquer sans se présenter.


Ses compagnons se mirent à grommeler et Armand entreprit alors d'ignorer superbement leurs grognements. Qu'importe leurs oppositions il restait un chevalier avant tout.

Ce fut alors que le son d'une chouette se fit entendre. Le signal de ses compères en embuscade quand l'inquisition approchait.

-En scelle tout le monde.
Ordonna-t-il.

En quelque secondes tout les templiers montèrent sur leurs destriers , enfilèrent leurs heaumes et rabattirent leurs visières, sauf Armand. lance en main il attendit que le groupe de l'inquisition tombe sur eux. Ils étaient menés par une belle jeune femme, raison de plus pour essayer d'éviter un affrontement.Un de ses compagnons était visiblement un mage apostat, sûrement la cible. Les troupes qui accompagnaient la jeune femme étaient un plus d'une dizaine, un poil plus nombreux qu'Armand et ses hommes mais ces derniers étaient bien mieux équipés.

-Halte ! Troupes de l'inquisition ! je suis sire Armand de Courtet, de l'ordre des templiers. Parmi vous se trouve un mage apostat recherché par notre ordre. Veuillez nous le remettre sur le champ, ou nous nous verrons dans l'obligation d'utiliser la force.


Restait à voir la réponse de la jeune femme.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Sam 10 Fév - 20:01

Cordélia se tendit instinctivement alors qu'elle voyait un groupe d'hommes et de femmes approcher, tous juchés sur des montures. Deux soldats derrière elle échangèrent un regard qui disait basiquement "ça sent pas bon".
C'était un groupe armé, préparé et juché sur des montures qui leur faisait face. Ils portaient les insignes de la Chantrie et des Templiers, qu'elle reconnut aussitôt. Mais ces Templiers-là avaient l'air tout à fait sains d'esprit, contrairement à la plupart d'entre eux. Et... résolus à s'emparer de l'apostat qui les accompagnait. Oscar rentra imperceptiblement la tête dans ses épaules, visiblement effrayé d'être l'objet de l'arrivée d'autant de guerriers. Elle aurait voulu le rassurer : rien n'allait lui arriver, tant qu'elle et ses hommes le protégeaient.
Elle considéra le dit "Armand" qui semblait mener l'escouade de Templiers, et le fixa droit dans les yeux, l'attitude ferme.

- Malheureusement, cet homme est déjà sous la protection de l'Inquisition. Ce n'est plus un apostat, mais l'un de nos futurs agents. Vous pouvez comprendre qu'il n'est pas en mesure de vous rejoindre.


Le ton était calme mais n'admettait aucune réplique. Elle ne savait pas que l'Ordre s'était abaissé à des méthodes si... péremptoires.

- Nous pouvons certainement discuter, entre frères de la même caste, ajouta-t-elle.

Les hommes derrière elle, dont deux mages, toisaient la délégation de Templiers d'un air méfiant. Derrière son ton cassant, Cordélia faisait moins la fière. Ils avaient le désavantage d'être à pied, mais le terrain d'où ils étaient partis était difficilement propice à des montures. Si les choses tournaient au vinaigre, ce serait un désavantage. Oh, qu'elle aurait aimé avoir les membres de son cercle avec elle pour la conseiller à cet instant...
Faire ainsi face à des hommes et femmes de la Chantrie la rendait encore plus tendue que si elle avait été face à de simples bandits de grand chemin. La situation avait la possibilité de tourner très, très mal. Pourquoi cet homme en particulier ? Elle avait naïvement cru qu'en s'alliant avec les mages, elle mettrait fin à la plupart des conflits et des chasses qui avaient cours dans les basses régions de Ferelden. Visiblement, la réalité était tout autre.

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Sam 10 Fév - 21:37
Armand ne s'était pas attendu à une fin de non recevoir aussi directe. Il fronça les sourcils aux paroles de la jeune femmes, d'une certaine façon il était tentée de les laisser passer en songeant que l'arrêter ici causerait de nombreux problèmes avec l'ordre de l'inquisition. Mais il avait reçut un ordre et il se devait de l'accomplir. Son grand père lui avait jadis enseigné qu'un chevalier se devait d'obéir aux ordres de son seigneur, d'une certaine façon l'ordre était son seigneur maintenant et il se devait d'y obéir. Armand était un homme de devoir. Et pour s'y tenir il allait visiblement devoir se battre.

Il observa alors plus attentivement les forces qui lui faisaient face. Certes le terrain n'était pas idéal pour une charge de cavalerie, mais il se savait assez bon cavalier pour passer outre. Et aucun adversaire n'avait d'armes d'hast en face. il y avait aussi quelques hommes équipés d'armes à distances, arcs et arbalètes. C'était ces dernières qui risquaient de poser problème si ils chargeaient. Même l'armure des templiers souffrirait face à des carreaux d'arbalètes tirés à si courte distance. Et aussi ils avaient deux mages avec eux. Et si il y avait bien une chose que les templiers apprenaient à ne pas prendre à la légère, avec les démons, c'était les mages. Mais si ils étaient seulement deux, trois en comptant l'apostat, ils devraient pouvoir neutraliser leurs pouvoirs assez facilement.

En parlant de l'apostat sa vue troubla d'autant plus Armand. Après tout ce dernier ne semblait être en rien important ou dangereux. Même si le niveau de dangerosité d'un mage était assez délicat à définir. Il rentrait pitoyablement la tête et tremblait en voyant les templiers. Pourquoi être prêt à attaquer l'inquisition juste pour cette homme ? Le chevalier capitaine n'avait même pas donné son nom... il n'aurait quand même pas donné cette ordre juste pour provoquer l'inquisition ?

Armand se redressa. Il avait ses ordres.

-C'est malheureusement impossible madame.
Répondit-il d'une voix tout aussi ferme à la jeune femme. J'ai mes ordres et je ne peux m'en dédouaner.

Il abaissa sa lance et se mit en position de charge. Ses compagnons dégainèrent leurs armes.

-Il n'y a hélas, pas à discuter. Je ne le répéterai pas. Livrés nous l'apostat. Ou nous viendrons le prendre par la force.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 11 Fév - 17:26


Cordélia fronca les sourcils. Parfait. Cela se déroulait exactement comme elle l'avait redouté. Elle se plaça devant Oscar, presque par réflexe.

- Quand à moi, je ne reçois d'ordre de personne. Mais je refuse de vous livrer cet homme sans une raison valable, répondit Cordélia, le regard dur.

Leur meneur se mit en position de charge ; par mimétisme, Cordélia et les agents de l'Inquisition en firent autant, chacun attendant un faux pas de la part de l'autre pour pouvoir charger. Quelques secondes de pure tension passèrent, durant lesquelles les deux troupes se toisaient, évaluant l'armement et l'équipement de l'autre.
Puis un enfer miniature se déchaîna. Elle ne sut pas qui avait chargé en premier, mais en quelques secondes, elle vit deux de ses hommes tirer des flèches sur les Templiers d'en face, qui parèrent à leur tour de leur bouclier. Un des hommes lui rentra dedans d'un coup de bouclier puissant, la faisant légèrement reculer sur ses appuis.

Au lieu de se jeter au milieu de l’échauffourée, elle affronta l'homme à une certaine distance des autres duellistes, esquivant, s’écartant, s’efforçant autant que possible d’éviter l’engagement. En dépit de ces dérobades, il lui porta quatre coups d’affilée, aux côtes, au menton et aux épaules. Elle grimaça. Alda ne serait pas très fière...
Son adversaire leva son épée, prêt à porter un nouveau coup à Cordélia, mais un éclair de magie le transperça et il tomba au sol, sonné - ou mort ? elle ne voulait pas savoir - et hors d'état de nuire.

- Oscar !

Elle rejoint le mage qui venait de lui sauver la mise, couverte par un de ses agents qui combattait un Templier à côté d'elle. Ils étaient assez mal partis, les deux mages de l'Inquisition privés de leurs pouvoirs à cause des facultés de leurs adversaires. Elle vit l'homme armé d'une lance charger vers Oscar et s'interposa entre eux, son bouclier dressé en position défensive.

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 11 Fév - 19:43
Les agents de l'inquisition se mirent en position de combat pour réceptionner une charge, et leur meneuse avait affirmée son refus de coopérer. C'était regrettable mais l'affrontement était maintenant inévitable. Armand leva son marteau comme pour amorcer le signale d'une charge. Mais en occurrence c'était le signal de l'attaque des templiers embusqués. Cinq traits furent tirés des fourrés, deux manquèrent leurs cibles mais l'un d'eux toucha un des mages qui accompagnait Cordellia, et deux autres carreaux abattirent deux inquisiteurs armés d'arbalètes. Les templiers embusqués lâchèrent leurs armes avant que les membres de l'inquisition ne puissent venir les engager au corps à corps et dégainèrent leurs armes et leurs boucliers pour charger. C'était le moment.

-CHARGEZ !

Sur son ordre les cavaliers talonnèrent leurs montures pour s'élancer sur l'ennemi. Deux flèches partirent mais les templiers les bloquèrent sans peine.

Les templiers à cheval enfoncèrent facilement les troupes de l'inquisitions, désorganisés par l'assaut de leurs frères. Ces derniers avaient peut être été moins nombreux mais leurs armures et leurs capacités supérieurs les avaient largement aidés à tenir jusqu'à l'arrivé des renforts.

C'était le chaos, les troupes de l'inquisition se battaient férocement, mais ils étaient cernés et les templiers même en sous nombre avaient clairement l'avantage. Et les templiers avaient bien sur prit gardes à neutraliser les pouvoirs des mages de l'inquisition. Armand transperça un premier soldat de sa lance , aidé par l'élan de son cheval la lance transperça l'armure du garde comme du parchemin et le projeta en arrière. Il était mort avant de toucher le sol.

Armand chercha alors une autre cible... Et la repéra en voyant le mage qu'il avait été chargé abattre. Redirigeant son destrier il chargea le pauvre mage qui était visiblement paralysé par la peur. Ce fut à ce moment là que l'inquisitrice se jeta devant lui pour le protéger. Elle était folle ? Même en se protégeant avec son bouclier il était impossible pour un humain de stopper un cavalier au galop. Qu'importe, avec la force de son élan, il allait tout simplement la renverser et transpercer le mage.

Ce fut alors qu'un soldat de l'inquisition, visiblement très courageux ou stupide tenta d'intercepter la charge d'Armand. Ce dernier n'eut qu'à modifier la position de sa lance. La pointe passa au-dessus du bouclier pour transpercer la gorge du malheureux courageux. Ne pouvant la retirer tout en chargeant Armand lâcha son arme pour saisir son marteaux. Qu'importe si il n'avait plus sa lance, le poids et l'élan du destrier suffirait pour renverser l'inquisitrice et son compagnon mage. Si il pouvait les piétiner pendant la charge ce serait l'idéal.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 12 Fév - 11:18


Cordélia regarda avec horreur alors que l'un de ses soldats tombait devant elle pour la protéger. Elle se jeta sur le côté pour éviter les sabots du cheval ; Oscar n'eut pas cette chance. Le mage avait été trop lent et s'était fait piétiner par la monture. Sans armure adéquate pour le protéger, son thorax s'écrasa dans un craquement atroce et il chuta sur le côté, figé.
Elle regarda la scène, les yeux écarquillés et les membres tremblants. Puis elle leva un regard d'une haine froide vers le Templier.

Le premier affrontement avait été particulièrement mortel pour les deux groupes. Leur nombre s'était drastiquement réduit ; mais ils étaient toujours en position de faiblesse. Tremblante de rage et d'horreur, Cordélia leva sa main marquée et parcourue de palpitations.
Une décharge d'énergie sembla crever l'air autour d'eux. Des éclairs émeraude dépassaient du gant de Cordélia dans des émanations violentes. Elle se servit de toute l'énergie de l'Ancre. Elle voulait causer le plus de dégats possibles, faire le plus de mal possible à l'homme qui venait d'abattre froidement l'apostat qu'elle avait juré de protéger.
Elle avait horreur d'utiliser l'Ancre, que ce soit contre les démons ou contre les hommes. Elle évitait au possible d'en faire usage, et lorsqu'elle autorisait ses pouvoirs à se déchaîner, c'était plus pour semer la peur dans l'esprit de ses adversaires que parce qu'elle savait véritablement s'en servir. Après tout, la plupart des humains avaient peur de la magie. De la magie inconnue en particulier. Surtout les Templiers. Elle était bien placée pour le savoir.

La Marque de la Faille s'estompa aussi rapidement qu'elle était venue. Quelques hommes du côté opposé s'étaient effondrés à cause de l'effet de la magie. Sa magie.
Il y eut un moment de flottement, pendant lequel Cordélia et les trois soldats restants faisaient face aux Templiers. Elle se tint sur ses gardes, jetant un regard assassin au Templier blond. Mais les gens autour d'elle s'étaient figés.

- Euh... Inquisitrice ? gémit un soldat derrière elle.
- Quoi ? gronda Cordélia sans daigner jeter un regard par-dessus son épaule.
- On a un problème.

Quelque chose n'allait pas. Elle tourna finalement la tête et comprit où le soldat voulait en venir. Deux énormes bruits de pas approchaient, accompagnés de grognements caractéristiques.

- Oh, gémit Cordélia. Oh, non.

Les grizzlys des Marches Solitaires étaient connus pour leur taille immense et leur irritabilité lorsqu'on s'aventurait sur leur territoire. Visiblement, l'escarmouche avait fait assez de bruit pour en attirer un. La bête immense gravit le talus et domina les survivants de sa hauteur. Puis elle lâcha un hurlement terrifiant.
Elle tourna la tête vers le blond sur son cheval pour jauger sa réaction. On fait quoi, maintenant ?!
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 13 Fév - 1:05
Finalement l'inquisitrice n'était pas complètement folle, plutôt que de réceptionner la charge elle se jeta sur le côté avec le mage pour éviter... Ah non pas le mage en fait.

Peut être étais à cause de la peur ou de la surprise le pauvre ne parvint pas à bouger à temps et il se fit passer dessus par le destrier d'Armand... Littéralement. Le cheval piétina sans pitié l'apostat qui n'eut même pas l'occasion de lancer un sort ou de se débattre. Seulement un terrible craquement sortant de son abdomen piétiné.

Armand avait un peut du mal à croire qu'il avait accomplit la mission aussi facilement une fois les combats lancé. Sa cible était morte et bien... de façon assez pitoyable il fallait bien l'avoué. Pas d'ultime tentative de défendre sa vie, pas de traque éperdue dans la forêt, pas d'ultime imprécation lancé à la face du monde. Juste un homme brisé par un cheval et qui ne semblait même pas comprendre pourquoi tant de moyens avaient été mise en place pour sa petite personne.
Armand tourna la tête pour observer comment les combats se déroulaient. Et sans surprise c'était clairement en faveur des templiers. certes il y avait eut es pertes parmi eux, quatre templiers étaient étendu morts ou blessés. Mais le nombre d'inquisiteurs dans le même état était au moins deux fois plus nombreux. la victoire serait totale.

Ce fut alors qu'une tempête s'abbatit sur les templiers. Des éclaires verdatres s'abbatirent sur eux, affolant les chevaux et abattant les combattants de la chantrie. Armand se rendit compte en tournant la tête que c'était... La chef des inquisiteurs la responsable ? Impossible, les templiers bloquaient toute magie ! Et elle devait être une templière, pas une mage !

Malgré son cheval qui hénissait et ruait de panique, il tenta de neutraliser les pouvoirs de Cordellia. En vain.

Avant qu'il ne puisse comprendre ce qui se passait un éclair manqué de le toucher, le déséquilibrant, son cheval complètement affolé le désarçonna et Armand fit une rude chute au sol. Lâchant son marteau dans la chute.

Il lui fallut quelques instants pour se remettre du choque et se relever.  La petite tempête s'était achevée et il constata que trois templiers de plus avaient mordus la poussière. Il laissa un regard furieux à l'inquisitrice. Maintenant les deux groupes étaient à peut près égaux en effectifs. Il dégaina son épée, prêt à se lancer dans un combat à mort quand...

-Armand.


-...


-Armand..
.

-Quoi ? Cela ne peut pas attendre ?

-On a un problème.

Armand releva la tête en direction de l'endroit où son ami pointait du doigt et s'immobilisa.

-Qu'est-ce... que c'est.... que ce truc...?


Un grizzly. Pardon Un TRÈS gros grizzly avait escaladé un talus et regardait les deux groupes de combattants d'un air peut amène. Avant de pousser un puissant rugissement et de se mettre en position d'attaque. Il se tourna vers la jeune femme blonde qui lui lançait le même regard que lui. On fait quoi, maintenant ?!

Finalement la bête se décida pour eux. Elle poussa un nouveau rugissement et chargea. Armand se reprit et décida d’agir. En tant que noble il avait pour mission de commander et protéger les moins biens nées que lui.

-TEMPLIER ! EN FORMATION !
Hurla-t-il pour réveiller tout le monde et se donner du courage.

Disciplinés et habitués à obéir, les templiers obéirent au doigt et à l’œille, formant un mur de bouclier pur réceptionner la charge du grizzlis.

Armand eut l'impression d'être heurté par une charge de cavalerie... Une charge de cavalerie avec des crocs et des griffes acérés. La bête rugissait et frappait de ses énormes pattes, faisant trembler la formation de templier.

-Prenez le à revers !
Hurla Armand à l’inquisitrice en priant pour qu'ils ne se soient pas déjà enfuis, sinon ça allait devenir très délicat pour eux. Il tenta de frapper avec son épée, mais difficile à faire tout en essayant d'empêcher des crocs et des pattes puissantes comme des masses d'armes de vous tuer. Il sentit son épée mordre dans la chaire mais ça sembla juste avoir pour effet d'énerver davantage la bête. celle-ci saisit un bouclier de ses crocs et tira si fort que le templier trébucha et tomba en hurlant de peur.

Tout en se défendant et frappant Armand se dit avec ironie qu'il avait peut être réussit sa mission pour trouver la mort face à ne bête sauvage. Andrasté avait un curieux sens de l''humour.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 13 Fév - 16:31


Déployer les pouvoirs de la Marque dans une tentative désespérée de repousser son ennemi avait été plutôt efficace, mais maintenant, elle en vivait le contrecoup. Elle sentit une certaine faiblesse s'emparer d'elle l'espace d'un instant.
L'immense bestiole ne tarda pas à charger le petit groupe de templiers, qui se défendit tant bien que mal. Si elle avait eu un sens de la morale un peu défaillant, Cordélia aurait pu fuir ici et maintenant, profitant de la diversion pour laisser Armand et ses templiers faire face à l'ours enragé. Mais cela allait contre tous ses principes. Elle poussa un grognement et rejoint le mur de boucliers, tentant de prêter main-forte aux guerriers sans perdre un oeil ou un bras, ce qui s'avéra être plus difficile que prévu.

- Prenez-le à revers !

Cordélia opina, elle et les soldats restants encerclant la créature. L'un d'eux, un archer, réussit à tirer une flèche dans l'oeil de l'ours alors que celui-ci se dressait sur ses deux pattes pour mettre fin à la vie d'Armand. La bête se retourna, furieuse. Pendant ce temps, Cordélia, l'autre soldat et les templiers attendaient tous l'ouverture qui leur permettrait de frapper un point vital. Le soldat de l'Inquisition, blême de peur, décocha une seconde flèche pour garder l'attention de la bête.
Le marteau d'Armand gisait par terre, tombé sur le sol en même temps que son propriétaire : Cordélia s'en saisit, un peu déconcertée par le poids peu familier de l'arme. Il fallait quelque chose de plus lourd que son épée pour venir à bout de cette bête. Un choc sourd retentit contre le crâne de l'ours alors que la jeune femme frappait de toutes ses forces avec l'arme du Templier. La bête poussa un grognement de douleur, désorientée et probablement sonné. Elle frappa de nouveau, puis une troisième fois. Le grizzly se mit à vaciller. Puis il chuta lourdement sur le sol, ses nombreuses plaies et les coups qu'on lui avait assénés ayant eu raison de lui. Les combattants restants reculèrent lentement, à bout de souffle.
Elle se tourna vers Armand, le coeur battant :

- On ne devrait pas rester ici... je ne suis pas sûre qu'il soit mort. Plutôt sonné.

Vu la façon dont elle le regardait, il était clair qu'elle mourait d'envie de lui faire subir le même sort qu'au grizzly, mais pour le moment, il était peut-être temps de sauver leurs vies respectives. C'était étrange, cela dit. Les animaux n'étaient pas censés être aussi agressifs, surtout par ici...

- A moins que vous ne vouliez causer encore plus de cadavres. Je pense que c'est assez, cracha-t-elle, le regard assassin. Je vois à quel niveau s'abaisse l'Ordre de nos jours. C'est méprisable.

Lancer des piques n'était peut-être pas la solution la plus intelligente ici, mais elle ne pouvait pas s'en empêcher. Elle avait encore le sang bouillant à cause de ce qu'il venait de se passer, et tout ce qu'elle voulait à présent, c'était déverser sa colère sur le meneur de ces troupes.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 13 Fév - 23:23
Armand s'était déplacé pour couvrir son compagnon à terre, et regretta presque sa décision quand deux pattes énormes le jetèrent au sol, malgré les efforts des soldats de l'inquisition qui avaient réussit à coller plusieurs flèches dans la bête, dont une dans l'oeil... Combien de coups il fallait pour l'abattre ?

Ce fut alors que l'inquisitrice bondit pour abattre la bête de plusieurs coups de marteaux... SON marteau ! Elle était gonflée ! Mais d'un autre côté elle venait sans doute de lui sauver la vie.

Les templiers restants d'Armand l'aidèrent à se relever, ainsi que son camarade qui s'était emporter avec son bouclier par le grizzly. Armand retira son heaume pour prendre de grande goulée d'air. il en profita pour observer le champ de bataille autour de lui... C'était censé être une mission simple à la base, et qui avait bien commencée. Et pourtant il s'en sortait avec presque la moitié de son équipe morte, et tous plus ou moins blessés. mais l'équipe de l'inquisitrice ne s'en sortait pas mieux.

Quand elle fit la réflexion qu'ils seraient mieux si ils s'arrêtaient là il acquiesça, bien qu'il n'aimait pas la façon dont elle le regardait sa mission était accomplit et il aurait été inutile de continuer de combattre alors qu'il n'y avait rien de plus à faire. Alors qu'il allait réclamer son marteau et lancer une ultime pique avant de tourner les talons comme un prince la dernière accusation de la jeune femme le rendit furieux.

-Moi ?! Moi je sème les cadavres ?!
Cria-t-il de colère. C'est vous qui êtes responsable de ce gâchis ! C'est vous qui avez refusez de coopérer ! Si vous aviez simplement donné l'apostat comme nous vous l'avions demandé rien de cela ne serait arrivé. Ce charnier est votre résultat !

Avant de lui laisser l'occasion de répondre il ajouta :

-Et je vous interdit de me juger ou de juger l'ordre ! De la part d'une traitresse qui a régner ses voeux et son serment de fidélité ce jugement perd tout de suite en crédibilité. Et quand elle pousse l'audace de s'allier avec des criminelles et des maléficiens il n'a alors plus aucune valeur !


Les templiers restants se regardèrent. Bien sur ils partageaient l'avis d'Armand mais l'ennui c'était que vu comment étaient les deux chefs le combat allait sans doute reprendre.
PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum