Dragon Age : Les Légendes de Thédas

PROCHAIN NIV. :
AerandirUn, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
AerandirUn, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
— PSEUDOs : LadyNightmare
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Autant que je peux
— MISSIVES : 184
— DC&TC : Elian'Ha - Anders
— PRESTIGE : 119
— PAIRING & OTP : Reystair - Aerindel
— CRÉDITS : Phobs + Pendraagon
Un, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] Tumblr_nl927yXUfd1r6tih0o3_r1_500
— NATIONALITÉ : Notre commandant elfique est de nationalité dalatienne. Ce qui n'est pas étonnant vu que c'est un elfe.
— ÂGE : Aerandir est un homme âgé de 42-43 ans, l'âge est quelque chose de subjectif pour lui du coup il ne sait pas vraiment lui même.
— PROFESSION : Comme cité un peu plus haut, l'elfe est le commandant des armées de Mien'Harel.
— FACTION : Comme c'est le chef des armées de Mien'Harel, Aerandir fait parti de cette faction: celle des elfes libres.
— ARMES : Il a deux sortes d'armes: soit une grande épée; soit une énorme massue qu'il est l'un des seuls à pouvoir porter.
— AMOUREUSEMENT : A ce niveau là, l'elfe se laisse porter par le vent. Pour le moment, il collectionne les conquêtes. Il n'a pas envie de s'attacher.
— O.SEXUELLE : L'âge, le sexe, le corps du partenaire importe peu Aerandir. Ce qui compte pour lui, c'est la façon de penser et le comportement. Donc il est pansexuel.
Posté Sam 3 Fév - 21:25

Tout était aller vite. Trop vite. Après avoir donner le corps de son défunt roi, il était allé dans l’armurerie, avait prit ses affaires et sa masse, laissant son épée dans son fourreau. Puis il s’était dirigé vers les potes de Revassan. Défendant quiconque de se mettre sur son chemin d’un regard assassin, il sortit de la bâtisse pour se diriger vers un endroit lambda. Tout ce qu’il voulait s’était tué. Ou espérait-il simplement être tué ? Lui qui avait tout perdu ? Non. Il ne le pouvait pas. Trop d’elfes comptait sur lui. Néanmoins, il avait besoin de se défouler. D’exprimer sa haine, sa colère envers le premier ennemis venus.

C’est alors qu’il les vit. Un groupe d’engeances qui venait de tuer une famille, dont un enfant qui devait avoir à peine six ans. Aerandir vit rouge. Prenant son arme qui était posé dans son dos, il prit appui et souffla, avant de s’élancer dans la mêlée, faisant abattre le poids sur l’une des créatures, la réduisant en charpie. Portant son attention sur l’elfe, les infamies délaissèrent les corps sans vie pour se préoccuper du vivant. Utilisant son arme comme si elle n’était qu’une simple épée, étant habitué au poids, il la fit tourner en l’air, avant de l’abattre contre trois ennemies. Ces dernier volèrent pour aller s’éclater contre un arbre qui ne tenu pas le choc. Ce dernier ne tomba pas, mais il garderaient cet aspect courbé.

Ce n’était cependant pas suffisant. Il voulait plus. Toujours plus. Mais ils ne le défoulèrent pas assez. Il avait besoin de s’exprimer et de se nourrir, mais ce n’était qu’un menu fretin. Enfin, jusqu’à l’arrivée d’un géant. Un sourire mauvais apparus sur le visage de l’elfe, son regard changeant. La suite arriva rapidement. Sautant en arrière pour éviter un coup d’une des créatures encore vivante, il se concentra sur le géant, l’énerva avant de se mettre à couvert. Là pierre qu’il envoya atterrit sur un hurlock. Aerandir rigola, avant de passer derrière le Géant. Il abattit sa masse sur les tendons de son pied, le faisant ainsi tomber, avant de laisser cette dernière tomber sur le crâne du monstre dans un bruit sourd.

Il se redressa, le visage Sali par un liquide poisseux, avant de regarder les ennemis qu’il restait : un Grognard Hurlock, l’arbalétrier hurlock et plusieurs sous fifres. Le calcul fut rapidement erroné par une arrivée de renforts, faisant soupirer l’elfe. Qu’elle ne fut pas sa surprise en se recevant une flèche dans l’épaule, le faisant gémir et grimacer de douleur. Jurant silencieusement, il retourna combattre, commençant un carnage. Cela semblait ne jamais s’arrêter. Plus il en tuait, plus il en arrivait. Si bien qu’il commençait a fatiguer. Il prit une fiole dans sa ceinture qu’il avala rapidement, avant d’inspirer et d’expirer.

Après quelques minutes, sa vitesse qui avait baissé, fut de nouveau active, tandis qu’il attaquait de façon plus féroce et argneuse les hurlock. C’était sans compter sur une personne, une femme semblait-il, qui se joignit à la mêlée. Bah tiens ! Amie ou ennemie ? Il n’en avait cure, l’attaquant aussi quand il eu un moment de répit. En tentant d’abattre sa massue sur la jeune femme.

PROCHAIN NIV. :
avatarUn, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
avatarUn, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
Invité
Invité
Posté Sam 3 Fév - 23:36




Un, deux, je te couperai en deux
Ou trois, quatre, non non pas par là !!


Le revassan, un zone bien éloignée, mais qui inquiétais nombre de Garde. Des remontées d'Engeances, mais dans un endroit malheureusement enclavé au sein d'une faction peu amicale: les champions des elfes libres et indépendants, j'ai nommé les Mien'Harel ! Cette faction velléiste et anti tout-ce-qui-n'est-pas-elfe, donnait de réelles difficultés pour se déplacer ou enquêter dans la région. La nouvelle nous était arrivée par des rumeurs, mais les Gardes hésitaient vraiment à envoyer une patrouille entière se faire prendre dans cette région. Même si les Gardes sont sensés être neutres, leurs rangs étant principalement composés d'humains ils n'étaient pas vraiment appréciés par les Mein'Harel. De plus, il n'y avait pas suffisamment de Gardes elfes à envoyer dans la région de façon rapide. En recevant la missive, le commandant de Fort Bastel pensa à une personne atypique et pourtant efficace: moi ~ . J'avais plusieurs raisons d'être choisie: déjà, j'étais en vadrouille dans la région voisine du Revassan, pour une simple visite de courtoisie à nos chers cousins Gardes de Weisshaupt. Ceux-ci ne répondant pas à nos différents appels, j'avais été envoyée en éclaireuse pour vérifier les dires. Un long voyage, qui me plaisait tout en me rebutant. C'était loin, long, pour aller vers le froid, mais surtout qui m'obligeait à effectuer un détour pour éviter Antiva. L'autre raison du choix du commandant, était ma connaissance de Mien'Harel. Pas officiellement bien entendu, mais il savait que je connaissais un certain pilier de bar, du temps que j'étais Corbeau, un certain Ered. Un elfe aux allures de pirates, le cheveux toujours gras mais à la main leste pour dépouiller ses hôtes de taverne à la Grâce Perfide. J'avais donc un contact, non officiel, mais qui pourrait sauver la mise. La dernière raison de ce choix, c'est que j'étais assez tarée pour oser aller dans cette région, plus loin dans le nord, en terrain ennemi et presque inconnu.

C'est donc alors que je déjeunais sur un rocher, emmitouflée dans une cape à fourrure, que je reçu par corbeau la fameuse missive de ma prochaine mission. J'étais à ce moment là encore assez loin, aux alentours de Churneau, mais toujours en milieu connu. Un endroit encore assez peuplé, mais le passage des collines désolée et des montagnes du Corn allait changer tout cela. En lisant la lettre, je ne pus m'empêcher de sentir un certain mélange d'émotions étranges. J'étais à la fois dérangée du fait de devoir changer mes plans en allant encore plus au NORD, dans le FROID, mais également heureuse de l'opportunité d'avoir une raison de revoir Ered, pour peu qu'il soit là bas. Et puis, je pouvais enfin voir de plus près ces Mien'Harel ! Les elfes, ça avait toujours été mes potes, et même si je les savais plus raciste que les Tévintides, je ne pouvais m'empêcher de ressentir un capital sympathie pour ce peuple qui ne souhaite qu'avoir sa propre indépendance et reconnaissance du monde. C'est donc en finissant mon déjeuner que je me remis en route, talonnant tranquillement mon cheval. Le Revassan à Weisshaupt, ce n'est pas si loin. Mais justement, c'est étrange que les Gardes d'Orlaïs ne s'en soient pas occupé. C'est d'autant plus inquiétant que c'est notre mission principale. Qu'est ce qui peut leur avoir fait abandonner ce but sacré ? Avaient ils vraiment disparus comme certaines rumeurs le laissait penser ?

Il me fallut presque 2 semaines pour rejoindre les abords du Revassan, devant passer par une contrée froide et montagneuse. J'aimais pas. Mon nez coulait, j'éternuais, et ne pouvais même pas me séparer de mon uniforme de Garde sous peine de mourir gelée. Ce doit être la plus longue période de ma vie où j'ai porté l'uniforme des Gardes, sans changer avec mes habits colorés et léger.... C'est un scandal !! Plus jamais je reviendrais, c'est fini... Mais enfin, fallait il déjà que je trouve ces satanés engeances, sans passer par la case Mien'Harel en folie. Je croisais plusieurs fois des patrouilles de Venatoris, et prenait bien garde de les éviter. J'étais seule, et le froid n'était pas mon allié pour me sentir au mieux de ma forme. Mais heureusement, descendre les montagnes me faisait passer par un climat beaucoup plus clément, la chaleur et le bien être total. Un peu humide certe, mais je revivais et reprenais du poils de la bête. Tout ça pour reprendre mes recherches. J'évitais Weisshaupt, attendant le retour pour y passer, potentiellement. Je ne croisais pas grand monde, mais repérais de loin des traces d'engeances. Ou plutôt, je les sentais. Ils étaient plus nombreux que ce que je pensais, ce qui m'étonnait vu la proximité du fort des Gardes d'Orlaïs. Les Mien'Harels aussi, je n'en voyais aucun. Je m'attendais à tomber sur des patrouilles, même si j'évitais les chemins de route évidents. Tout cela ne me disait rien qui vaille. Je croisais enfin quelques villages, mais il n'y avait pas vraiment de bonnes nouvelles. Des raids d'engeance, des flammes et des morts, de la cendre et des corps calcinés. Mon sang bouillait, l'excitation du combat me gagnant. A mesure que j'avançais, je sentais l'odeur du carnage et la présence des engeances se rapprocher. Ils étaient nombreux mais éparts, et étant seule je me devais de faire attention à ne pas tomber sur un trop gros groupe. J'étais certe une combattante émérite, mais pas invincible et pas suicidaire. Plus j'avançais, plus j'étais prudente, sur le qui-vive. Je me rapprochais des conflits, arrivant en milieu de journée près d'un village qui semblait brûler au loin. Avec mon cheval, nerveux avec cette odeur de viande brûlée, j'avançais avec difficulté. Je finis par l'attacher à un arbre, plus loin, et finir à pied. Je reviendrais le chercher quand j'en saurais plus sur comment avancer.

Quand j'arrivais au village, c'était pour voir une meute d'engeances finir leur besogne, se rassemblant en combat autour d'un homme. Cet homme, ou plutôt cet elfe vu ses vêtements, se battait comme un enragé, tenant tête à ces engeances sans la moindre peur. Pas de pitié, de l'acharnement, une colère qui se ressentait dans la moindre de ses fibres. Je l'observais de loin, mais ne voyais pas le combat d'un bon oeil. D'autres engeances arrivaient, une petite dizaine, et pas du petit calibre. L'elfe arrivait à une certaine difficulté, et c'est quand je vis une flèche se ficher dans son épaule que je bondissais pour le rejoindre. Je n'allais pas le laisser ainsi. Si d'autres renforts venaient, nous allions vraiment en baver. Je sortais mes dagues de purification, en lançant une première dans le dos d'un hurloc, pile dans la base de la nuque. Il s'effondra, et je fonçais dans la mêlée, reprenant mon bien et profitant de l'élément de surprise. Je rejoignais l'elfe, qui ne manquait pas d'endurance. Sourire aux lèvres, le sang bouillonnant à mes temps, mes yeux brillaient d'une flamme sanglante et prédatrice. Quitte à mourir, autant que ce soit en s'amusant. Pour prouver ma bonne foi auprès de la personne à qui je venais porter assistance, je lui adressais un salut sur un ton joyeux et presque nonchalant.

Pas mal, pour un solo ! Un peu d'aide je suppose, non ?

J'enchainais sur un autre hurlock, qui venait à revers, pour lui trancher le tendon du bras puis la gorge. Mais d'un coup, je vis une ombre du coin de l'oeil et frémis. Je bondissais sur le côté, m'attendant à voir une autre engeance téméraire. Mais quelle ne fut pas ma surprise de voir que ce coup venait de mon allié d'infortune. Je le regardais avec surprise, évitant une autre de ses attaques envers ma personne. Avait il perdu la raison ?!

Wowow, hé doucement là, j'ai des yeux bizarre mais je suis pas une engeance ou un démon hein ! Ha merde... Mortecouille !

Je venais de trébucher sur un corps d'engeance, profitant de cet élan innoportun pour rouler au sol et m'éloigner de ce fou furieux. D'ailleurs, d'autres engeances arrivaient. Je fronçais des sourcils, jetant un regard noir à cet elfe devenu fou. Je serrais les dents, proférant une injure en Antivan entre mes dents.

Tss.... un berserker, manquait plus que ça....

Bon, je règlerais son compte plus tard. Il avait perdu la raison, cela ne servait à rien vu les circonstances d'en sortir quelque chose. Je prenais ma part au combat, faisant attention de rester éloignée de lui. Le combat fut épuisant, dur pour moi. Ils venaient trop nombreux, j'étais plus habituée aux embuscades et aux attaques éclairs qu'aux combats sur la longueur. J'étais rapide, précise et efficace, mais m'essouflais plus rapidement. Le flot n'en finissait presque plus, et au bout d'un moment, ce fut comme si quelque chose venait de craquer en moi. Je me mis à grogner, profitant d'un très court moment de répis pour prendre une décision. Puis merde, ils me soulent à la fin ! Je prenais une fiole à ma hanche, pris une pierre de feu que je richochais contre mon armure pour faire des étincelles. Les étincelles prirent les tissus rapidement, et je jetais la fiole dans le groupe d'engeance qui arrivait. Celle-ci explosa, provoquant tout autour une déflagration de flammes. Je remarquais que l'elfe n'était pas trop loin du souffle. Oups... si je crève celui que je suis venue sauver, c'est un peu la mouize. Enfin, il a quand même essayer de me crever, et puis pas vu pas pris ! Et je doute que les engeances aillent raconter tout ça à quiconque. Je riais donc, surtout en voyant les engeances brûler et our certaines s'enfuir.

Et KABOOM !! Ha ha ha ha ha !!!!

Il restait encore quelques survivants, mais l'explosion m'avait permi de reprendre un peu de souffle, et surtout une potion pour augmenter mon endurance. En quelques minutes, avec l'aide (loin de moi) de l'elfe, nous venions à bout de la dernière vague d'engeances. Essouflée, je m'asseyais par terre, me jurant d'éviter à l'avenir ce genre d'épuisement inutile. J'étais stupide... mais bon, ça je le savais. Je regardais l'elfe, qui j'espérais s'était un peu calmé. Je l'interpellais, toujours assise, mas gardant un oeil sur ce berserker avec son cure dent dans le dos.

Héééé ! Bon, le combat suicidaire, je savais pas que c'était le truc des elfes du coin ! Enfin... Ered lui est pas vraiment de ce genre là...

C'est vrai qu'Ered était du genre prudent. J'aurais pensé tous les autres elfes de Mien'harel ainsi. Car vu la qualité de combat et les habits militaires, ce n'était clairement pas un simple dalatien ni un elfe des villes. Je me relevais, cherchant toujours un second souffle, regardant quelques coupures et blessures que j'avais. Pas mal de sang, noirâtre sur le corps d'ailleurs. L'elfe n'était pas en reste, ce qui pourrait être dangereux pour lui. Avec prudence, je me rapprochais de lui. Même si je parlais avec une certaine nonchalance et avec sympathie, je restais prudente et m'approchais de lui comme d'un fauve sur la défensive. Avec lenteur et des gestes calmes.

Bon, on se concentre ? Je sais que j'ai une sale tronche, même pour une Shem, mais quand même on évite de taper les alliés, ça ferait plaisir, ha ha ha !

Je riais, mais posais sur lui mes yeux étranges et perçant. Il n'était pas en super état, et cette flèche il fallait s'en occuper. Je prenais à ma taille une fiole de régénération, m'arrêtais à quelques mètres de lui et la fis rouler sur le sol dans sa direction. J'ai certes envie de l'aider, mais j'ai pas envie de me prendre un coup de masse dans la tête. C'est pas très esthétique et charmeur les têtes écrasées. Que dirons mes conquêtes dans les bordels ensuite... tout en observant son visage d'elfe, encore pétrit d'émotions puissantes, je ne pouvais m'empêcher d'être gênée par ce sang sur son visage. D'un geste de la main, je fis mine de m'essuyer le visage, comme pour lui montrer ce qu'il devait faire.

Ha, et vous devriez vous essuyer un peu aussi. Non pas que le sang ne sied pas à votre teint d'albâtre, mais c'est préférable que celui des engeances reste la propriété des Gardes... non ?

Je souriais, restant toujours sur un ton détendu et chaleureux. Cela pouvait resembler à une plaisanterie, sauf qu'on ne rigole pas avec l'Enclin. S'il se faisait corrompre, il allait mourir dans de terribles souffrances. Et même si je pouvais accomplir le rituel pour lui, les chances de survies sont toujours aléatoires. La flèche était également un problème, il fallait vite l'enlever et lui donner un contre-poison. J'en avais, mais une fois de plus je n'allais pas me risquer à l'aider si c'était pour finir la tête séparée de mon corps. J'y tiens à ma belle tête....

PROCHAIN NIV. :
AerandirUn, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
AerandirUn, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
— PSEUDOs : LadyNightmare
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Autant que je peux
— MISSIVES : 184
— DC&TC : Elian'Ha - Anders
— PRESTIGE : 119
— PAIRING & OTP : Reystair - Aerindel
— CRÉDITS : Phobs + Pendraagon
Un, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] Tumblr_nl927yXUfd1r6tih0o3_r1_500
— NATIONALITÉ : Notre commandant elfique est de nationalité dalatienne. Ce qui n'est pas étonnant vu que c'est un elfe.
— ÂGE : Aerandir est un homme âgé de 42-43 ans, l'âge est quelque chose de subjectif pour lui du coup il ne sait pas vraiment lui même.
— PROFESSION : Comme cité un peu plus haut, l'elfe est le commandant des armées de Mien'Harel.
— FACTION : Comme c'est le chef des armées de Mien'Harel, Aerandir fait parti de cette faction: celle des elfes libres.
— ARMES : Il a deux sortes d'armes: soit une grande épée; soit une énorme massue qu'il est l'un des seuls à pouvoir porter.
— AMOUREUSEMENT : A ce niveau là, l'elfe se laisse porter par le vent. Pour le moment, il collectionne les conquêtes. Il n'a pas envie de s'attacher.
— O.SEXUELLE : L'âge, le sexe, le corps du partenaire importe peu Aerandir. Ce qui compte pour lui, c'est la façon de penser et le comportement. Donc il est pansexuel.
Posté Dim 11 Fév - 19:11

Dans son engouement, Aerandir s’était attaqué à une garde. Il faut dire que la couleur des cheveux et des yeux pouvait être trompeur et sur le coup il avait pensée qu’elle était possédée. A tort apparemment vu comment elle vociférait des insultes et des remarques. Il s’excuserait plus tard, pour le moment, il devait s’occuper de leurs assaillants pour le moment. C’est ainsi qu’il se jeta de nouveau dans la mêlée en abattant son immense arme sur les ennemis.

Jusqu’au moment où la femme jeta un truc enflammé. Comprenant de suite ce que c’était, il courut pour y échapper, quelques cheveux y restant. Raaah ces gardes ! Il n’allait peut-être pas s’excuser au final ! Après tout, elle venait de se venger avec la bombe de fortune donc ils étaient quittes non ? Grognant dans sa barbe en dalatien, l’elfe reprit le combat, donnant tout ce qu’il avait pour détruire ce qu’il restait de survivants.

Ce n’est qu’à la fin qu’il laissa tomber lourdement sa massue au sol, s’appuyant dessus pour rester debout, avant de regarder sa compagne d’arme de fortune. Il haussa un sourcil à sa remarque, avant de souffler. Suicidaire ? Lui ? Non. Il savait qu’il pouvait s’en occuper et au pire, il serait parti avec un écran de fumé. Décidant de l’oublier un moment, il regarda ses blessures et retira le reste de la flèche en grimaçant. Sérieusement quoi, ça faisait mal.

Il tilta néanmoins à un prénom. Ered ? La femme le connaissait ? Tiens donc. Il haussa un sourcil, avant d’hausser les épaules et de bailler. Au moins, il s’était calmé par rapport à son état quelques heures auparavant. Il se redressa et roula des épaules. Il était toujours furax et attristé, mais le plus dur était passé. Si on pouvait dire ça comme ça. En effet, il se retrouvait avec un sérieux problème entre les mains : la succession. Aerandir secoua la tête. Il y penserait plus tard.

Vous connaissez Ered ? ça va, ça va j’ai compris. Vous avez essayé de me cramer donc on est quittes ?

Il regarda la potion qui roula vers lui, le faisant un peu plus grogner. C’est bon, ce n’était pas une bête non plus et entre les deux, la gamine faisait plus créatures que lui. Il leva les yeux au ciel avant de les ouvrir en grand quand elle s’essuya le visage comme si c’était un gosse. Il fit un sourire en coin avant de rigoler et de hausser les épaules.

Cela ne me dérange pas personnellement.

Néanmoins, pour ne pas choquer la dame, il s’essuya le visage, avant de remettre ses cheveux correctement en place, dont une mèche derrière son oreille. Il souffla et prit une fiole avant de l’avaler, puis une autre. Il souffla bruyamment, avant de regarder la jeune femme de haut en bas. Il reprit sa massue et la rangea derrière lui, avant de tendre sa main.

Je suis désolé pour le coup. Je suis Aerandir, commandant en chef des armées de Mien’Harel.

Il ne donna pas plus d’explications quant à sa présence ici ou à la raison du pourquoi il avait tenté de l’attaquer, bien qu’elle fût évidente. Il bailla de nouveau, avant de regarder le carnage qu’ils avaient fait dans les alentours. Il poussa un grognement, avant de prendre les corps, les entreposant les uns sur les autres, avant de les brûler. Puis, il reporta son attention sur la garde.

Que faites-vous ici ? Weissh… Bref, le QG des votre se trouve de l’autre côté par la montagne là-bas.

PROCHAIN NIV. :
avatarUn, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
avatarUn, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
Invité
Invité
Posté Mar 13 Fév - 20:13




Un, deux, je te couperai en deux
Ou trois, quatre, non non pas par là !

Le fou furieux semblait s’être calmé, et montrait une attitude presque amicale et détendue. Bon, je le sentais un peu ronchon sur les bords, mais dois-je m’attendre à moins quand on vient de se faire à moitié exploser la face et ressembler à une saucisse cocktail avec sa flèche dans le dos ? Je fus surprise également qu’il connaisse Ered, mais c’était une bonne surprise. Même s’il avait essayé de m’éclater la tête avec sa masse, il remontait dans mon capital sympathie. Il avait même de l’humour on dirait ! J’étais revancharde mais quand même, exploser un potentiel allié alors qu’on est en pleine bataille, ce serait dommage tout de même. Avec autant de bonne humeur que plus tôt, je rétorquais en riant qu’il n’avait pas de raison de s’inquiéter. Enfin, pas vraiment.

Ha ha ha ! J’ai pas essayé de vous cramer voyons... Croyez-moi, si j’en avais vraiment eu l’intention, on vous ramasserait à la petite cuillère de ci et delà.

Je le regardais enlever le sang sur son visage, m’amusant de voir son regard étonné à ma mimique. J’en faisais de même, mais pour des raisons différentes. L’odeur du sang d’engeance était un parasite pour mon odorat développé. Autant je pouvais sentir la présence d’engeance par des « sensations » de résonnance, autant pour savoir si un feu de camp est dans le coin ou que des araignées et autres bestioles trainent, j’aimerais ne pas avoir de pestilence de sang putréfié dans le nez. L’elfe semblait prendre cela à la légère, mais je lui rappelais en souriant qu’il y avait également des raisons valables, pour sa propre vie.

Vous dites ça maintenant, mais vous rigolerez moins quand vous aurez chopé la corruption de l’Enclin et que vous vous trémousserez de douleur et d’agonie. Ce n’est pas pour rien qu’on laisse ce travail à nous, les Gardes.

Après s’il veut devenir Garde, c’est une autre affaire. Avoir un elfe grand et fort à ses côtés, ronchon à souhait pour le tourmenter à loisir, je dirais certainement pas non ! Surtout que pour l’avoir vu combattre c’était un bon, et les quelques cicatrices sur son visage montraient l’expérience. Un candidat optimal, à condition qu’il survive au Rituel. Il s’approcha, se montrant tout à fait amical et engageant. Il tendit une main pour se serrer la pince, se présentant au passage. Je ne pus m’empêcher de frissonner et de sourire, me rappelant ce qu’Ered m’avait raconté sur ce fameux commandant.

Hooooo, Commandant…. voyez-vous ça ~….. Maintenant que je vous ais en face, ce sera dur de garder ma promesse auprès d’Ered, fu fu fu fu ! Mais je ferais au mieux….

J’avais cette sale manie de vouloir embêter le haut commandement de chaque faction que je croisais. Pour les Gardes j’avais Reyner, pour l’Inquisition j’avais Cullen…Ered avait bien senti dans nos conversations que je prenais un trop grand intérêt à savoir ce qu’il en était de ce commandant Aerandir, ou de leur grand chef Glory. Voyant le danger, il m’avait fait promettre de ne pas me « laisser aller à mes habitudes » si par hasard je venais à les croiser. Car avec ma chance et le malheur d’Ered, cela ne pouvait qu’arriver tôt ou tard. Et le destin eu raison des craintes du pauvre Mien’Harel. Bien entendu je lui rendis son geste en lui serrant la main, me présentant à mon tour. Mon regard brillait d’une nouvelle flamme d’intérêt, la malice couvant du regard cet elfe indépendantiste.

Tullia E. Raijer, Garde des Ombres de Férelden et recruteuse. Mon rang n’a pas trop d’importance, car je doute en avoir le moindre. Enfin, je travaille directement sous le Commandant et ne réponds qu’à ses ordres, si ça peut aider. Du moins, quand je décide de l’écouter, ha ha ha !

Je riais de nouveau, ne me préoccupant pas vraiment de donner une image peu reluisante de ma fiabilité en tant que soldat obéissant, ou bien du facteur charisme et respect de l’ordre que pouvait inspirer le commandant Reyner. Là où je passe, la réputation des Gardes trépasse. Ainsi que les engeances, quand même. Bon, les présentations faites, il était temps à présent de faire un peu de ménage. Je ne sentais plus d’engeances dans le coin, aussi nous pouvions nous occuper d’assainir un peu les environs. Il n’y avait pas un survivant, mais le bon côté d’un village en train de brûler, c’est que ce n’est pas bien difficile de trouver du bois en feu pour faire un charnier. Nous prenions chacun des corps, les entassant sur un beau petit tas qui cramait doucement mais sûrement, je chantonnais légèrement, toujours aussi énergique et enjouée même pour un travail si peu intéressant. J’en profitais également pour voir s’il n’y avait pas des objets utiles sur les cadavres, mais il n’y avait pas grand-chose d’intéressant. Je finissais ma besogne, quand Aerandir m’interpela sur ma présence ici. Dans mes pensées, je ne réagissais pas immédiatement.

Brûle, brûle, brûuuule ~… Hein, plait- il ? Ha, Weisshaupt. Oui, je sais où c’est, mais j’ai été chargée d’enquêter également sur la présence de ces engeances. Ce n’est pas normal, encore plus avec la présence des Gardes d’Orlaïs non loin.

Je m’écartais du charnier, pour pousser un long sifflement. Peu de temps après, mon cheval revenait, un peu nerveux avec l’odeur de la chair calcinée mais obéissant tout de même. C’était un de ces chevaux de guerre que nous avions récupéré, pas un vrai pur-sang féreldien mais un de ceux qui avaient eu leur lors de combats. En quelques pas je le rejoignais, pour ouvrir la sacoche sur son flanc et en sortir des vêtements bariolés. Puis, sans autre cérémonie, je commençais à me déshabiller, sans me soucier d’être vue par quelqu’un d’autre. De toute manière, il n’y avait plus d’engeances dans les alentours, et je ne percevais plus de danger. Je me mettais donc en petite tenue, enfilant mes vêtements légers et colorés. Je continuais de parler, plus à moi-même qu’à Aerandir en fait.

Pourquoi est-ce que ces Gardes ne s’occupent pas de cela, c’est quand même leur boulot non ? Et puis il y a plein d’autres trucs étranges… non, il vaut mieux rester discrets et observer de loin Weisshaupt. J’ai un mauvais pressentiment là-dessus…

J’enfilais mes hautes chausses, m’appuyant en partie sur mon cheval. Leur attitude n’était pas normale. Le commandant Reyner et Alistair étaient sensé leur rendre visite, mais j’étais loin d’être sereine à cette idée. Avec ce qu’il se passait en ce moment à Thédas, entre l’Inquisition et les templiers Rouges, il y avait plus d’une raison pour se dire que quelque chose pouvait être arrivés aux Gardes. Pas un enclin, vu qu’il n’y avait pas d’Archidémon ni de cauchemards en délire parmi les Gardes de Férelden. Cette méfiance faisait que je ne voulais pas rester sous l’uniforme des Gardes, préférant une relative discrétion au cas où je rencontrerais un des nôtre d’Orlaïs. Avec cet accoutrement, j’étais plus proche de la bonne vieille Assassin Corbeau que d’une Garde des Ombres. Je complétais mon uniforme bigarré par ma ceinture avec mes dagues, mes potions, mes poisons et mes bombes, puis revenais vers Aerandir toute guillerette.

Haaaa~ …. Je me sens revivre ! Comme ça au moins on ne saura pas que je suis Garde, et je peux bouger comme je veux ha ha ha !

La liberté de mouvement était indéniable. Bien entendu il y avait moins de protections, étant plutôt dénudée sur les jambes, le ventre et une partie du buste. Mais cet uniforme coloré avait l’autre avantage de perturber l’ennemi, surtout si c’était un homme. Bon, je doute que les engeances en aient quoi que ce soit à faire. Mais au moins j’étais beaucoup plus libre de mes mouvements. Et un assassin libre c’est une mort plus rapide et efficace. Enfin prête, je faisais un grand sourire au Commandant en chef des Mien’Harel, dardant sur lui un regard pétillant d’excitation et de malice.

Bon, on y va ? Si on veut poutrer correctement de l’Engeance, il faut trouver leur sortie des Tréfonds et boucher tout ça. Vous n’êtes pas mage en plus d’être bourrin, non ? Si ça pouvait m’éviter d’utiliser une de mes bombes incendiaires, ça m’aiderait. Je n’en ai plus que 2, et c’est énervant à fabriquer.

Le combat et la violence, c’étaient mes trucs. Je pouvais manquer de mourir, cela n’allait certainement pas m’empêcher d’y retourner. Mon sang bouillonnait d’adrénaline et d’envie de sang, comme un prédateur qui se réveillait enfin pour une chasse intéressante. Je n’étais pas suicidaire pour autant, mais je vivais pour le combat et ce qu’il pouvait m’apporter comme sensation. Est-ce que l’elfe en chef des indépendantistes du bulbe était de la même veine ? A voir si je dois le trainer avec moi, ou pas…

PROCHAIN NIV. :
AerandirUn, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
AerandirUn, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
— PSEUDOs : LadyNightmare
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Autant que je peux
— MISSIVES : 184
— DC&TC : Elian'Ha - Anders
— PRESTIGE : 119
— PAIRING & OTP : Reystair - Aerindel
— CRÉDITS : Phobs + Pendraagon
Un, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] Tumblr_nl927yXUfd1r6tih0o3_r1_500
— NATIONALITÉ : Notre commandant elfique est de nationalité dalatienne. Ce qui n'est pas étonnant vu que c'est un elfe.
— ÂGE : Aerandir est un homme âgé de 42-43 ans, l'âge est quelque chose de subjectif pour lui du coup il ne sait pas vraiment lui même.
— PROFESSION : Comme cité un peu plus haut, l'elfe est le commandant des armées de Mien'Harel.
— FACTION : Comme c'est le chef des armées de Mien'Harel, Aerandir fait parti de cette faction: celle des elfes libres.
— ARMES : Il a deux sortes d'armes: soit une grande épée; soit une énorme massue qu'il est l'un des seuls à pouvoir porter.
— AMOUREUSEMENT : A ce niveau là, l'elfe se laisse porter par le vent. Pour le moment, il collectionne les conquêtes. Il n'a pas envie de s'attacher.
— O.SEXUELLE : L'âge, le sexe, le corps du partenaire importe peu Aerandir. Ce qui compte pour lui, c'est la façon de penser et le comportement. Donc il est pansexuel.
Posté Jeu 15 Fév - 23:48

Aerandir haussa un sourcil à ses phrases en l’écoutant les bras croiser. Quand il la voyait il pensait à un sac à problème. Aller savoir pourquoi, mais il voyait un elle des problèmes passé et à venir. Il grimaça. Puis le ton qu’elle avait pris quand il s’était présenté. Il le sentait mal. Très mal. Il regarda le ciel en exprimant bruyamment. Il ne sentait pas la suite des événements. Il baissa de nouveau le regard pour la voir à moitié nue en train de se déshabiller. Il poussa une exclamation de surprise avant de regarder ailleurs, de légères rougeurs sur les joues.

Lorsqu’elle parla des engeances, il l’écouta a moitié, regardant surtout les alentours au cas où il y aurait le moindre ennemis. Quand elle l’interpella par contre, il la regarda en haussant de nouveau un sourcil. Lui ? Mage ? Il avait une tête à être mage ? Non. Par contre, il pouvait aisément remplacer les bombes. Il sourit en rangeant sa massue dans son dos, pour ensuite rouler des épaules et faire craquer son cou. Pour être prêt, il était prêt.

Il se dirigea donc vers l’endroit où ils devaient se diriger. Enfin, surtout vers l’endroit d’où venait les engeances. Après avoir étudier les pistes par les odeurs, les traces et les quelques corps trouvés sur le chemin, il s’arrêta à l’entrée d’une grotte qu’il étudia en plissant les yeux. Il allait parler avant de se souvenir qu’il était avec une garde et qu’elle n’était pas sa subordonnée. Se mordant la lèvre c’est il se tourna donc vers celle-ci avec un regard interrogateur.

Quel est le plan désormais ? Si tu en as un. Je peux m’occuper de combler le trou avec la massue. Néanmoins, vu le bruit qu’il y a, ils sont nombreux. Je dirais…..une vingtaine ?


En effet, Aerandir pouvait jouir d’une ouïe développer qui faisait qu’il entendait quelques bruits, notamment d’armure et de passants la grotte, celle-ci résonnant de toute façon. Certaines étaient plus lourds que d’autres, certainement des hurlock avec des armes à deux mains. Bien ! L’elfe aurait de quoi s’occuper au moins ! Souriant, il se mit à légèrement ricaner. Au moins, il pourrait se défouler pour calmer la rage qui était encore en lui.

Son sourire disparut rapidement. Après cela il devrait rentrer. On l’attendait. Il devait élire un nouveau Roi…. Ou une nouvelle Reine. En attendant, qui prendrait la relève ? Il espérait que cela ne serait pas lui. Il ne voulait pas. Il ne pouvait pas ! Il en était pas digne. Deux rois étaient morts alors qu’il était de service et il s’en voulait. Il traquerait les coupables, mais cela attendrait. Il devait d’abord s’occuper de la succession et de la grotte devant lui.

Quelque chose lui disait que la femme allait simplement se jeter dans la mêlée. Chose dont il avait horreur : les actes impulsif. Bon, certes, il n’était pas tellement bien placé pour parler vu que son départ de Revassan était sur un coup de tête aussi. Il soupira avant de réfléchir. Quitte à ce qu’elle se jette, autant utiliser ceci comme une diversion. Souriant de nouveau, il lui fit signe qu’il allait emprunter un autre chemin, avant de disparaître.

Se faufilant entre les arbres, Aerandir trouvait effectivement une autre entrée par laquelle il passa pour attaquer par surprise. Il atterrit tout droit devant l’entrée par où passait les engeance, le truc dont il ne se souvenait plus du nom. Puis il abattit sa massue sur des pans de mur, les faisant éclater et boucher l’entrée. Il continua un moment, avant de se rendre compte que le bruit avait attiré l’attention de plusieurs hurlock qui du coup se ruaient vers lui. Il en balança un plus loin avec sa massue, avant de se jeter dans la mêlée. Tout ceci sans se préoccuper de sa coéquipière d’infortune.

PROCHAIN NIV. :
avatarUn, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
avatarUn, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
Invité
Invité
Posté Lun 26 Fév - 20:34




Un, deux, je te couperai en deux
Ou trois, quatre, non non pas par là !


Nous nous étions mis sur la piste de ces engeances, et ils n’étaient pas très difficiles à pister. Une odeur âcre de corruption trainait dans l’air, le sang vicié de ces bestioles étant facilement pistable pour mon odorat. Cet instinct était confirmé par mon aptitude de Garde à ressentir les engeances dans mon environnement. Aussi, nous arrivions sans encombre devant ce qui semblait être grotte, cachée dans la forêt. Etrangement, nous n’avions pas rencontré de Hurlock ou autres engeances en chemin. En revanche, je pouvais sentir leur présence encore nombreuse dans les boyaux de cette caverne. Impossible de dire le nombre exacte, mais ils étaient plus d’une dizaine, c’est certain. Aerandir se tourna soudainement vers moi, me demandant s’il y avait un plan. Comme si j’avais une tête à organiser des frappes… Mais sa proposition de boucher l’entrée avec sa masse me fit écarquiller les yeux et tiquer, avant de rire franchement.

Combler le trou, avec ça ? Ha ha ha ha ha !! Sincèrement, vous avez vraiment envie de taper sur des trucs pour rien vous. Même si c'est pas un cure-dent votre masse, je doute que cela suffise pour boucher l'entrée de façon durable. Mais c'est bien l'optimisme, j'aime ! Ha ha ha ha !

Il avait une certaine ambition sur son envie de destruction, je pouvais sentir instinctivement sa propention à vouloir en découdre. Même si l’idée était intéressante et amusante, en tant que Garde je devais tout de même m’assurer que tout soit bien refermé. Et une simple masse d’arme ne suffirait pas. Il s’inquiétait également du nombre d’engeance que nous pourrions rencontrer. Il semblait avoir une bonne vision de la chose, enfin du moins de ce qui nous attendait en bas. Mais mon habitude nous donnait un avantage certains. Je m’étirais légèrement, vérifiant mes lames et les poisons tout en continuant de parler.

Pour le nombre, ce n'est pas un problème. Ce qui compte, c'est faire diversion assez longtemps pour boucher l'entrée. Ensuite, on verra pour nettoyer ce qui est resté dehors. Mais... vu l'odeur il doit y avoir des araignées par très loin. On pourrait s'en servir à notre avantage. Et ce sera plus amusant, fu fu fu fu !

Je riais, pensant à toutes les possibilités que ces arachnées pourraient nous offrir. Ça ne sera peut-être pas aussi drôle que de lâcher une meute de wyvern sur des ennemis, mais je peux me contenter de cela. Enfin bref, l’idée était donnée à présent. Je ne fis pas attention aux expressions de l’elfe, étant trop absorbée par ma propre imagination sur les moyens de trouver le moindre amusement dans cette situation dangereuse. Mais soudain il me fit signe de la tête, et partit de son côté, sur une entrée annexe probablement. Je le regardais et le laissais faire, étant mitigée sur quoi penser. Ne pas l’avoir en visuel, c’est le risque qu’il fasse n’importe quoi avec sa massue. L’avoir avec moi, c’est le risque que ma tête soit de nouveau confrontée à sa massue. J’entendis soudain un léger grognement dans la cave, relique d’un écho lointain. J’haussais les épaules, rangeant mes dagues et marchant vers l’entrée.

Mhh… à se la jouer solo on dirait… Bha, au moins je ne l’aurais pas dans les pattes et sa masse sera loin de ma tête.

Je n’y pensais plus du tout, et entrais dans l’obscurité moite de la grotte. La pénombre et les odeurs firent remonter l’excitation de la traque et du combat dans mes veines. Je ne pouvais m’empêcher de sourire légèrement, galvanisée par l’adrénaline s’accumulant dans mon sang corrompu. La chasse était ouverte ! Mais quitte à chasser, autant que ce soit avec intelligence et malice. Contrairement à mon collègue du jour, je n’étais pas bâtie dans du granit et ne tournoyais pas une masse pour assurer un espace de confort autour de moi. Non, j’étais plus adepte du chaos par la subtilité et l’intervention de tierces personnes. J’avançais dans les galeries, les odeurs d’engeances et d’araignées se confirmant. Je déboulais sur une plus grande salle, voyant au loin des torches et entendant des grognements. Voilà les engeances. Observant la salle, je vis que je pouvais me faufiler en silence pour les contourner, et accéder à d’autres galeries. Me fiant à mon odorat et à ma connaissance des tréfonds, je remontais la piste pour arriver sur ces galeries qui commençaient à se recouvrir de toiles. Enfin, les voilà. Je souriais un peu plus, regardant autour les différentes toiles. Mon regard se fixa sur une soie en particulier, plus solide et moins collante, ayant son propre réseau plus lâche mais également plus long sur les galeries. D’un doigt, je la titillais et sentis les vibrations remonter tout le long, vers des galeries plus profondes. Il y eut un silence, puis le bruit de sifflements et de cliquetis qui rebondissaient par écho de galeries avoisinantes. Je souriais un peu plus, les premières grosses araignées pointer le bout de leur mandibule. D’une voix joyeuse, je les interpellais avec familiarité.

Hey, salut les filles ! Ça vous dirait de jouer à cache-cache ? Ha ha ha ha !

Je riais et commençais à courir, sans oublier de balancer sur elle une fiole qui explosa au sol. Des vapeurs s’échappèrent, laissant une fumée légèrement verte et opaque remplir la galerie. Des sifflements furibonds d’araignées se firent entendre, et elles déboulèrent en masse, à ma poursuite. Ce petit mélange était une spécialité apprise auprès de nains, pour vider les nids dans les Tréfonds. Les araignées ne supportaient pas cette odeur, et il était facile de toutes les sortir. Le désavantage, c’est que cela les plongeait dans une rage folle et qu’elles attaquaient tout ce qui peut se trouver à porter pour calmer leur colère et leur douleur. Un désavantage qui était un atout pour moi. Continuant de courir, je déboulais dans la grande salle des engeances, qui s’étaient déjà retournés dans ma direction en raison du boucan que faisaient ces araignées. Evitant une ou deux flèches, je dégainais mes dagues pour me frayer un rapide chemin, les araignées sur mes talons.

Ya haaaa ! Attention, chaud devant !

Le plan marcha à merveille. Les araignées se jetèrent sur les engeances, leur donnant du fil à retordre et me laissant l’opportunité de m’éclipser par une autre galerie. Avec ça, les engeances seront occupées, affaiblies et au mieux tuées. Je remontais une autre galerie, suivie par trois araignées dont une qui s’amusait à me jeter des jets d’acide. Je ne m’arrêtais pas, attendant un endroit propice pour me retourner contre elle et les attaquer. Mais l’occasion se présenta vite, quand j’arrivais par hasard sur l’endroit où se trouvait Aerandir. Il était en plein combat contre quelques engeances, et les araignées furent une belle aubaine. Cependant, l’espace était trop petit pour que je puisse m’éclipser, et je devais combattre à présent. Non que cela me déplaise, mais j’aime me battre quand je le souhaite, non par obligation. Je sortais mes dagues, fit volte-face en prenant appuis sur une des parois de la salle, et me retrouvais sur le dos d’une araignée à lui sectionner le tronçon. Le combat contre les araignées et les engeances fut rapide mais intense, et en quelques minutes nous avions finis. Mes beaux habits colorés étaient tâchés des fluides gluant des araignées et du sang noir des engeances, mais je n’y faisais même pas attention. L’œil brillant de l’excitation du combat et de la satisfaction de son issue, je soupirais d’aise tout en essuyant les lames de mes dagues.

Haaaa, ça fait du bien, elles ont été bien utiles ! Il reste encore quelques engeances dans les autres galeries, mais les araignées sont en train de les distraire pour l’instant.

Je regardais Aerandir, qui n’était pas en mauvaise forme. Mais je remarquais également les traces de masse sur la roche. Sans doute sa tentative pour fermer l’entrée. Dubitative, je ne me faisais pas prier pour donner mon avis, m’approchant des éclats pour mieux analyser l’état des murs.

Mmh… Je veux pas jouer les rabat-joie, ni rabrouer votre motivation et votre bonne volonté, tout-ça… Mais vous comptez vraiment abattre de façon efficace la galerie, avec… ça ? Bon, c’est pas un cure-dent c’est sûr, mais ils ont des ogres derrière, et ça peut déboucher les deux trois cailloux que vous allez faire tomber. Les mages sont bons pour ce genre de chose, mais là il va falloir trouver mieux.

Il était gentil avec sa masse, mais c’est pas une pioche non plus, ni du gaatlok. L’explosif minier des nains serait utile, mais on allait devoir faire avec ce qu’on a. J’observais les traces faites par la masse, qui avait bien commencé à entamer la paroi mais qui n’allait sans doute pas être assez puissant pour provoquer un effondrement assez important. La roche était dense, mais couverte de fissures d’où suintait de l’eau. Ce qu’il faudrait, c’est provoquer le mouvement de ces failles plus en profondeur, mais pour ça il faut une très forte source de vibration et assez en profondeur dans la roche pour se répandre dans tout le système rocailleux. Les nains enfonçaient leurs explosifs dans la roche pour un meilleur effet. Pourquoi ne pas faire de même ?

Hey, ça me donne une idée ! Il me reste encore 2 bombes, et si on les met ici et là, ça devrait être suffisant pour faire s’effondrer durablement la galerie. Par contre, il faudrait des encoches plus profondes… Vous pourriez les agrandir avec votre massue ? Et puis vous êtes si grand ~ …

Je le regardais avec malice, souriant de façon charmeuse et moqueuse. Mais soudain, des bruits de cliquetis se firent entendre en échos. Le combat en avait amené d’autres. Je fronçais des sourcils, tiquant tout en sortant mes dagues.

Tss… Ces petites pestes auraient dû rester là-bas…. Je m’en occupe, faites les entailles !

J’avançais vers la galerie, pour me poster dans l’étranglement. Ainsi, elles ne pourront passer que une par une, et par moi. Je les voyais arriver, serrant mes dagues dans mes mains et souriant avec férocité. C’est parti pour du nettoyage de vermine !





PROCHAIN NIV. :
Un, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
Un, deux, je te couperai en deux [PV TULLIA] D3ku
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum