Dragon Age : Les Légendes de Thédas

PROCHAIN NIV. :
avatarMarre du cache-cache D3ku
avatarMarre du cache-cache D3ku
Invité
Invité
Posté Sam 3 Fév - 2:11
L'avantage d'un endroit sur lequel les regards du monde entier sont braqués, c'est qu'il est facile de le trouver... Et plus encore de s'y rendre, et ce, peu importe d'où on part. Fort Céleste ne fait aucunement exception à cette règle et même si pour beaucoup, l'un des bastions de la résistance contre la faille et son créateur devrait être mieux caché, le fait est que le fort mérite bien son nom. Trop bien même. Logé au sommet d'un pic rocheux et n'ayant comme seul accès qu'un simple pont étroit traversant un immense précipice, cet endroit bénéficie d'une excellente protection naturelle... et de murs nouvellement refaits et résistants à nombre d'atteintes. Ce fort pourrait être vu comme l'endroit le plus proche du ciel, dans tous les sens du terme et être vu comme pratiquement impossible à prendre dans des conditions normales. En tous cas, c'est ce que dit l'ex-Templier près de lui. Ser Hagen, débarrassé de son armure de templier et portant à présent une simple armure de plates se tient en effet derrière lui, lui parlant doucement tout en montrant la direction dans laquelle la caravane de marchands se dirige. Une immense forteresse semblant presque construite au sommet d'une titanesque montagne. Au Nord, le château bénéficie d'une couverture naturelle parfaite prenant la forme d'une montagne encore plus grosse et surtout inaccessible. Certes, Zasalamel n'y connait pas grand chose dans le domaine de la fortification. Mais il n'a pas non plus besoin d'être un maître-architecte pour se rendre compte d'à quel point l'endroit est bien défendu. Un seul accès,  une seule possibilité d'assaut et des falaises escarpées qui encerclent l'édifice, interdisant toute attaque surprise et surtout, tout installation d'arme de siège. Seul un assaut venant du ciel pourrait frapper une telle forteresse et infliger des dommages durables. C'est peut être pour cela que son "protecteur" a décidé trois jours plus tôt de l'y emmener.

****C'est pas comme si on avait eu le choix en fait...****

Ser Hagen est beaucoup de choses. Il a été autrefois un Templier fier et noble pour lequel même si emprisonner les mages était un devoir, cela ne l'empêchait pas de se montrer humain... voir même paternel par moments. Il se rappelle encore les quelques bribes d'explications qu'on lui a données quand il s'est réveillé de son "coma" de deux mois : le chevalier a veillé sur lui pendant le trajet reliant Combrelande et la flèche Blanche. Il a apparemment tenté de le ranimer de nombreuses fois,  n'hésitant pas à lui parler et même à le veiller. L'homme est certes celui qui l'a arraché à ses parents, mais il est aussi l'une des rares grandes personnes en qui il sait qu'il peut avoir toute confiance. La rage de chevalier en apprenant ce qu'il lui était arrivé pendant la rébellion à la flèche en avait été la preuve. Malheureusement, les choses s’accélèrent... et Zasalamel grimace fortement lorsqu'il sent le léger tremblement de la main sur son épaule gauche. Son protecteur est malade. Il le sait et il le sent parfaitement. Il n'en sait pas beaucoup sur les Templiers, excepté l'essentiel. En particulier le fait qu'ils utilisent du Lyrium pour obtenir leurs pouvoirs et que cela devient rapidement une nécessité. Pour ne pas dire une obligation. Hors, ser Hagen n'a pas eu accès à la moindre fiole de Lyrium depuis plus de deux semaines. Avant, l'homme avait quelques réserves, mais...

****Maudite soit cette stupide Chantrie. Empoisonner leur propres troupes pour s'assurer leur servitude ?!Pas étonnant que les Templier se soient rebellés sitôt qu'ils en ont eue l'occasion ! Et maintenant, ser Hagen...****

Il a beaucoup entendu parler des effets secondaires de certaines potions. Celles servant à lutter contre la douleur ou les cauchemars et qui peuvent apparemment pousser le corps à "en demander toujours plus". Ce qu'il voit depuis quelques jours sur le guerrier lui fait énormément penser à ce qu'on lui a décrit : tremblements, changements d'humeur, légère fièvre... Ce qu'il s'est passé dans la crypte il y a trois jours n'était qu'un simple prétexte. Un prétexte qui tombait à pic, certes, mais un prétexte quand même. Lorsque Zasalamel est retourné à la crypte après avoir quitté Anders, (et il ne manque pas de sentir un léger picotement dans ses cicatrices à ce souvenir), il l'a trouvée sans dessus-dessous, un véritable branle bas de combat agitant les lieux. Apparemment, la boule de feu lancée par le mage renégat pour éloigner les rouges a attiré l'attention et l'un des mages de rangs restant s'est précipité à l'intérieur pour aller le chercher... juste à temps pour voir les monstres en armure s'éloigner. Le choc a vite fait place à la peur et tout le monde, Ser Hagen compris étaient terrorisés à l'idée de tomber sur eux. Quand il est entré dans la crypte, tout le monde a décidé que "ça en était trop" et qu'il était grand temps de se disperser, son protecteur lui proposant de l'emmener dans "l'endroit le plus sur de Thédas"... endroit qui se révèle être l'énorme édifice qui se découpe désormais dans les neiges éternelles des Dorsales de givre.Il y fait froid... très froid. Même avec sa robe, son manteau et l'énorme couverture enroulée autour de lui, il peut sentir la morsure du vent sur son corps. Cela n'est pas désagréable cependant. Mais il ne peut pas s'empêcher de se demander comment l'homme derrière lui se sent : les armures de plates ne sont pas vraiment reconnues pour être chaudes après tout... sans vraiment s'en rendre compte, il lève doucement sa main droite, la posant sur le gantelet glacé serrant toujours son épaule gauche. l'étreinte se resserre légèrement sur son membre, sans pour autant lui faire mal : apparemment, son attention a surpris l'homme. Mais peu importe. Son regard se fixe vers le ciel complètement bleu, en dépit de la "cicatrice" ouvrant toujours l'immensité. L'immonde lueur verte n'existe certes plus, mais cette marque est toujours là... comme un mauvais souvenir. Un souvenir qui, il l'espère disparaîtra un jour. Mais pour le moment, peu importe : la caravane traverse enfin lentement le pont séparant l'avant-poste de garde des immenses fortifications et pour la première fois, Zasalamel peut vraiment prendre la mesure de l'édifice... et se sentir immédiatement écrasé par l'incroyable hauteur des murailles. La Flèche Blanche aussi était certes immense, mais quelque chose est différent avec ce lieu. Quoi, il l'ignore, mais il a l'étrange impression que quelque chose cloche avec ce lieu. et sa soif de connaissances se réveille à grands cris, si bien qu'il ne se rend pas même pas compte du contrôle à la porte, ne revenant à la réalité que lorsque Ser Hagen l'aide à descendre du chariot. Une cour intérieure est la première chose qu'il voit, ainsi que divers étals portant armes, armures, objets et bijoux. Bien sur, les marchands avec lesquels lui et son protecteur ont voyagé leur ont dit que Fort Céleste possédait ses propres commerces, mais il ne pensait pas voir ça. Les marchands présents viennent apparemment d'un peu partout, en particulier une orlésienne parfaitement reconnaissable à son masque. Mais il n'a pas le temps d'y penser d'avantage : la main de Ser Hagen revient d'un coup sur son épaule... suivie de près par un croassement sonore qui lui fait vivement relever la tête. L'espace d'un bref instant, il s'attend presque à voir Nyx se diriger vers lui avant que la réalité lui revienne amèrement : le petit corbeau ne sera plus jamais avec lui... Mais l'énorme corbeau qui se dirige en direction de l'une des tours ne manque pas d'attirer son attention, du moins jusqu'à ce que son protecteur ne se râcle la gorge pour attirer son regard ailleurs... comme par exemple la personne qui se dirige vers eux, semblant avoir compris qu'ils ne faisaient pas partie des marchands...
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum