PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 24 Jan - 17:44

 
Déambulations sylvestres


  Je ne pus retenir un soupir de soulagement en apercevant notre destination, une ruine elfique dont le nom m’avait échappé. Cette mission d’escorte nous avait emmené à un endroit tout sauf banal. Nous avions fait la route jusqu'à Revassan, avant de continuer loin à l'ouest dans les régions les plus reculées des Anferfels, au pied des contreforts des montagnes du Corn. Traverser ces immenses forêts n’était pas une mince affaire. La progression avait été lente et fastidieuse. Il faut dire qu'il n'y avait pas vraiment de route, notre but étant une ruine récemment découverte par un petit groupe d'elfes, et qui était encore largement inexploré. Je n'en avais pas trop compris l'intérêt, une histoire d'artefact magique et d'écrits narrant l'ancien royaume elfe.
La faune du lieu ne nous avait permis que peu de repos.  De nombreuses histoires rapportaient l’existence d’un dragon s’étant établi dans ces bois. Un danger mortel contre lequel notre petite compagnie de mercenaire n’aurait pas pu faire grand-chose. Pourtant, une partie de moi aurait donner cher pour croiser une telle créature. La combattre était suicidaire, mais néanmoins glorieux.
A cela s'ajoutait les désormais habituelles failles dont sortait des hordes de démons. Par deux fois nous avions dû sortir nos armes pour forcer le passage face à ces monstres, fort heureusement assez stupides et désorganisés, mais terriblement puissants.
Je m’asseyais sur l’herbe tandis que notre protégée, Siha Bellanaris, une elfe à l’allure étrangement masculine s’annonçait à un groupe d’elfes armés ayant repéré notre arrivée. Ma sœur Vannad, guerrière naine à la chevelure aussi rousse que la mienne, et qui assurait le rôle de leader inofficiel de notre petite compagnie, vint rapidement me rejoindre en posant sa hache à deux mains au sol.  Elle fût bientôt suivie de mon frère d’arme Grímthar et de Lian, notre dernière recrue en date, un ancien templier d’une trentaine d’année au caractère plutôt jovial. Nous échangeâmes quelques banalités, profitant de cette pause plus que bienvenue.

 Eh beh, drôle d’endroit pour s’installer, cette forêt ! Je ne râlerais pas contre un vrai lit pour changer, j’espère qu’ils ont des paillasses décentes dans ces ruines.
 Ils n’ont pas vraiment eu le loisir de choisir leur lieu de résidence je pense. Etant donné leur histoire et le chaos qui règne dans les plaines de Dalatie, difficile de trouver mieux.
se senti obligé d’expliquer Lian.

Plus que le lieu, j’étais personnellement dérangé par la présence de nombreux mages autour de nous. Notre employeuse elle-même ne cachait guère son don pour la magie. Par la pierre, je détestais cette chose. La magie était un outil sans pareil, aux dangers bien trop grands, et que tout le monde utilisait joyeusement pour se trucider. Ces fous de mages avaient même réussi à faire un trou dans le ciel. Pas plus tard que le mois dernier, un de ces fauteurs de trouble qui s’amusait à cambrioler des fermiers dans la périphérie de Golefalois avait jugé bon de me congeler d’un geste de bâton avant que Grímthar le ramène à la réalité d’un coup de masse. Malgré la résistance naturelle de ma race à ce genre de chose, j’en avais été malade pendant une semaine. J'avais de fait jusque la sciemment éviter de trop me rapprocher des elfes composant notre petite excursion. Je gardais néanmoins ces réflexions pour moi, peu désireux de provoquer l’animosité de nos hôtes.

De ce que j’avais compris de l’histoire des elfes, ils avaient perdu une guerre contre les royaumes humains, qui les avaient en grande partie confinés dans des sortes de bas quartiers et en avaient fait un équivalent de la caste des serviteurs. Profitant du chaos causé par la guerre entre mages et templiers, les guerres intestines d’Orlaïs et les failles ouvertes par Corypheus, les elfes de ces bas quartiers nommés bas-cloitres avaient entamé leur propre rébellion. Des rumeurs faisaient état de Dalatiens, la partie des elfes restée libre, agissants comme instigateurs de la révolte, mais il n’y avait aucune preuve avérée que c’était bien le cas.
Si je pouvais comprendre en partie leur volonté de monter dans la hiérarchie, je désapprouvais ce genre de conduite. Même si tout le monde n’était pas gagnant, il y avait du bon à ce qu’un ordre soit clairement établi et que chaque personne ait sa place, comme dans la société naine. La liberté avait beau faire rêver, elle ne conduisait souvent qu’au chaos et à la mort. Les innombrables conflits déchirants Ferelden et Orlaïs en étaient l’exemple le plus marquant. Elle n’était de toute façon elle-même qu’une chimère, une réelle égalité hiérarchique étant inatteignable.
Vannad me rappela au présent d’un petit coup de coude.
 Arrête de rêvasser, on vient nous voir.
 Bah! On doit juste sourire bêtement et empocher notre paye non?
grommelais-je, peu désireux de prolonger cette mission au delà du nécessaire.

Une petite troupe d’elfes se dirigeait en effet vers nous pour nous annoncer la suite des opérations. Nous nous relevâmes donc et tâchâmes de paraître présentable malgré nos longs jours de marche.

PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
Human's N°1 hater ⊱ Mien'harel
— PSEUDOs : Nayja
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Soirs et fin de semaine
— MISSIVES : 591
— DC&TC : Nai'Lahn
— PRESTIGE : 515
— CRÉDITS : Elf ✶ Gabbyd70
— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Dalatienne
— ÂGE : 29 ans
— PROFESSION : Mage de guérison et de soutien
— FACTION : Mien'Harel
— ARMES : Un bâton magique en chêne noir ainsi qu'une formation en magie de guérison et de soutien. Valÿra connaît aussi quelques sorts de glace
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.
— O.SEXUELLE : Hétéro, elfes seulement
Posté Dim 28 Jan - 19:59


Déambulations sylvestres
Joueur 1Tolgim
Joueur 2Valÿra
Joueur 3Siha
Assise sur une petite caisse en bois dans mon hall d’entrer, m’en servant comme d’une chaise, j’écoutais Sihan'diel me parler d’une expédition vers des ruines dalatiennes non loin de Revassan. Le but premier était de retrouver un artéfact; un objet précieux pour la culture de notre peuple. J’ignorais ce qui poussait l’archiviste à m’inviter de la sorte dans une telle aventure, moi qui refusais actuellement de sortir de mon refuge. J’adorais lire. J’adorais l’univers que me faisait découvrir de simples pages remplient de gribouillage de toutes sortes. Pourtant, cloîtrée entre les quatre murs de ma maison à redouter jusqu’aux ombres parlantes dehors, je désirais sortir de chez moi et parcourir ce que les livres m’avaient montré. En soit, la proposition de l’archiviste me permettrait sans doute de rassasier ma curiosité mais, la peur m’envahissait à chaque fois que je tentais de lui répondre de façon positive. Combien de personnes allions-nous être? Connaîtrai-je tout le monde? Quel serait la durée du voyage? Quel serait ma tâche? Parce que ce que bien que j’étais loin d’être une experte dans le domaine, c’était bien tout le contraire, je trouvais superflu d’avoir deux guérisseurs pour une seule et même expédition. Qui plus est, ce n’était certainement pas moi qui allais cuisiner ou m’occuper d’un feu en forêt (un feu de cheminée était une chose, les feux en forêt, une autre). Sans compter la partie « sociale » de la chose qui me rendrait sans doute inconfortable durant toute la durée du séjour. Néanmoins, une autre partie de moi-même me suppliait d’accepter ne serait-ce que pour progresser sur le chemin de ma véritable liberté. J’avais inspiré profondément avant d’accepter l’offre du dalatien. Après quoi, la peur m’avait de nouveau envahit mais, cette fois, je ne pouvais plus reculer. J’étais du voyage.

J’avais proposée à Siha de m’occuper des vivres des dalatiens sachant, avec le peu de temps qu’il avait passé sous mon toit, que son petit groupe était sur la fin des leurs. Tout ce que je lui avais demandé de faire était de m’écrire une liste approximative de ce que nous aurions besoin de quelque chose. N’étant pas habituée à ce type de voyage, il était plus à même de le faire. Nous devions partir le jour suivant, au lever du soleil en compagnie d’une troupe de nains mercenaires. Cela me laissait peu de temps pour rassembler le nécessaire. Naturellement, ne possédant que très peu de choses, mes bagages furent rapidement faits.

Le lendemain arriva plus tôt que je ne l’aurais cru et, avec quelques surprises en prime. À vrai dire, les nains avaient omis, par inadvertance ou non, de prévenir Sihan’diel de la présence d’un Shemlen parmi leur groupe. Mon visage était honnête, je détestais la vue d’un humain. Leur présence me répugnait depuis que j’étais en âge de comprendre la relation qui existait entre ceux de leurs peuples et le mien. Nous n’étions que des marchandises pour eux et rien ne me feraient changer d’avis. J’avais trop souffert pour leur pardonner leurs fautes. J’étais restée derrière le groupe d’elfe, évitant le plus possible de croiser du regard cette abomination.

La route était longue, s’étalant sur plusieurs jours de marche. Les conditions n’étaient pas des plus clémentes pour ceux n’étant pas habitués à ce type d’expédition (ce qui m’incluais). Néanmoins, jamais je ne me plaignais préférant observer le paysage plutôt que de m’acharner bêtement sur l’état de mes pieds (qui allaient très bien) ou de la température (comme si la pluie pouvait nous arrêter). J’étais fidèle à moi-même préférant écouter les conversations que je pouvais comprendre plutôt que d’engager la conversation. Pourtant, cela n’excluait pas de répondre aux questions que l’on me posait et dont je voulais répondre ce qui, naturellement, excluais tout ce qui touchait à mon ancienne vie, incluant les shems.

Nous n’avions eu peu de chance de se reposer et dormir en forêt était loin de plaire aux nains. Pour ma part, j’avais du dormir dans des conditions plus « extrême » lorsque je tentais de fuir les gardes de mon ancien propriétaire. Alors, dormir sous une tente ou entendre les ronflements d’un « compagnon » de voyage ne me dérangeait guère. Pourtant, j’avais encore du mal à dormir. Au moins, je n’avais encore réveillée personne.

Nous y étions. Les ruines étaient justes devant nous. Les nains d’un côté et les elfes de l’autre. Voilà à quoi c’était limité nos interactions durant le voyage. Tant qu’à moi, j’écoutais d’une oreille ce que mon petit groupe avait à dire. Mon attention était surtout portée sur ce qui se trouvait derrière le second groupe; les ruines. De jolies ruines dalatiennes dont il me ferait le plaisir de dessiner dans mon calepin que j’avais apporté dans mes bagages. Non, ce n’était pas essentiel. Néanmoins, je ne voulais pas laisser une telle occasion de me souvenir d’une beauté sans pareil.



Valÿra répond en : #47262B ou en #976B72
Actuellement en recherche d'au moins 0 RP
Besoin d'aide pour un code CSS?
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Sam 3 Fév - 0:25


Déambulation sylvestre

"Acte I"

Image fond RP



Il n'avait vraiment pas été aisé de convaincre Valÿra du bien fondé de cette expédition jusqu'à un coin si profondément reculé des Anderfels. Certes la jeune femme ne manquait pas d'enthousiasme lorsqu'il s'agissait de découvrir la culture Dalatienne ou d'étudier la magie curative. Néanmoins son désamour de son prochain -des shem en particulier- et sa peur du monde extérieur avaient rendu les négociations particulièrement difficiles. Ce n'est qu'après nombre de discours passionnés sur les secrets des ruines, beaucoup de patience et nombre de bons repas qu'elle avait fini par céder. Siha était furtivement persuadé que cette victoire avait été gagnée grâce à l'estomac, mais à vrai dire c'était le résultat qui comptait.
Le reste avait paradoxalement été relativement facile. Son contact à Revassan lui avait donné toutes les indications nécessaires à rejoindre les fameuses ruines, des vestiges intemporels repérés par des éclaireurs qui patrouillaient au pied des montagnes du Corn. Ce qu'ils pouvaient bien fabriquer aussi loin de la cité elfe, franchement il n'en avait aucune idée. Ce qui est sûr c'est qu'une rémunération était prévue pour les volontaires se disposant à enquêter sur cet artefact ancien,... et que la délégation Bellanaris avait besoin de trouver un gagne pain. L'un dans l'autre les archivistes et autres sages connaissant ces objets étaient loin d'être légion en terres nordiques, ce qui faisait naturellement d'eux les mieux placés pour la mission.

Siha n'avait pas hésité un seul instant avant d'accepter, même si évidemment il ne força personne à le suivre. Par ailleurs un des membres du groupe était encore en rémission après leur différend avec les engeances à Kal-Sharok, aussi elle fut remplacée par une archère Mien'Harel. Cette dernière était apparemment une fille sans histoires, peu bavarde, quelqu'un dont il ne connaissait pas le passé mais qui nourrissait apparemment un profond respect pour les traditions. Parfois l'adulation dans son regard noisette faisait un peu peur à Siha, peu habitué à ce genre de réactions en dehors des forêts qui l'avaient vu naître. Néanmoins il ne se sentait pas de malice dans les gestes de Jillian et il avait décidé de la traiter comme l'une des siens. Au fond peut-être était-ce justement là la raison de la sympathie qu'elle lui vouait.
En plus de Valÿra et Jillian deux autres hommes du clan Bellanaris les accompagnaient. Tout d'abord Sehariel, son inséparable frère jumeau et chasseur aguerri à la visée sans faille ; ensuite son bras droit Rasdir, un grand gaillard blond qui maniait une épée à deux mains avec une facilité déconcertante.

Et puis il y avait la drôle de compagnie naine qui avait été engagée pour les aider. Efficaces et visiblement sans peur d'en découdre, ils leur avaient frayé un chemin à travers les diverses adversités. Les elfes étaient restés en soutien de façon à les couvrir de leurs flèches et par la magie protectrice de sorte que les uns compensent la faiblesse des autres. Là où les nains se sentaient exposés loin du refuge de la Pierre, les elfes excellaient sur ce relief familier. Les branches des arbres faisaient de parfaits perchoirs pour les tireurs, et l'orée des clairières faisaient des terrains de combat à leur avantage.
Toutefois Siha refusa de les laisser foncer tête baissée à chaque fois, et intervint auprès de Vannad afin de se concerter sur la meilleure approche. Plusieurs fois il utilisa ses formes animales afin de les dévier du danger et éviter des conflits inutiles. Heureusement sa vue d'oiseau de proie l'aidait à discerner les repères d'animaux sauvages et autres menaces avant qu'ils ne tombent en plein dedans, ce qui leur offrit un voyage somme toute paisible étant données les circonstances et la longue distance.

Maintenant qu'ils étaient arrivés à destination, il n'y avait plus qu'à prier que les failles dans le ciel ne se manifestent pas à nouveau sans prévenir. D'ailleurs s'assurer qu'il n'y avait aucune surprise du genre à proximité était une précaution prioritaire. Après tout que feraient-ils s'ils se retrouvaient tous coincés dans des ruines submergées par des démons, ou Mythal savait quelles autres créatures ? La sécurité de tous ses accompagnateurs étaient sa responsabilité... Et celui-là n'était que le premier d'une interminable liste de soucis qui le préoccupaient. Le mage couva Valÿra d'un regard préoccupé, fort conscient du dilemme que devait causer la présence d'un humain parmi eux. Ce n'était pas comme s'ils pouvaient simplement l'ignorer... Impossible de le manquer étant donné que sa taille le faisait irrémédiablement sortir du lot entre les nains.

Son expression se referma tout à coup, quoi qu'il garde toujours son calme imperturbable et caractéristique. Si personnellement il se fichait de la race ou des origines d'autrui, plusieurs membres de son équipée ne pouvaient pas en dire autant. Ça ce serait forcément un problème tôt ou tard. Un imperceptible soupir quitta ses lèvres tandis qu'il s'approcha des elfes sur place avec un sourire jovial, loin de la morosité de ceux qui l'accompagnaient. Sehariel le suivit telle une ombre, ne négligeant jamais son rôle de garde du corps.

« Andaran atish'an. Je suis Siha Bellanaris, l'archiviste envoyé par Revassan. » Il s'inclina avec humilité, bien que les deux elfes portant également des tatouages Dalatiens se soient redressés comme si on les avait foudroyés. « Tout va bien, détendez-vous. Racontez-moi ce que vous avez trouvé. »

« Aneth ara, archiviste. » L'elfe porta la main à la poitrine dans un salut respectueux. Néanmoins sa dextre était sur la garde de son épée et son visage trahissait une tension visible. Les nouvelles n'étaient pas bonnes. « Vous et les vôtres êtes bien entendu les bienvenus entre ces murs. Par contre ces... personnes, ne sont pas autorisées à passer. »
« Et pourquoi donc, mir falon ? » Sans se désarmer Siha souriait avec amabilité, peu surpris de l'hostilité écrite sur ces visages. Les nains étaient attendus aussi ils s'étaient conformés à leur présence à venir, mais Lian... c'était autre chose.

« Un... Shemlen... je... je ne peux pas le laisser souiller la terre de nos ancêtres. » Son regard fuyait sans cesse en direction de la compagnie de mercenaires, dont il épiait le moindre mouvement.
« Pour commencer faites-moi le rapport que j'ai demandé. » Siha sourit avec une infinie gentillesse, évitant le sujet le plus épineux tant qu'il ne saurait pas dans quoi ils trempaient d'abord.
« Nous gardons l'entrée depuis trois jours, comme nous en avons reçu l'ordre. Néanmoins les ruines s'étendent sur plusieurs niveaux, certains passages sont bloqués et nous n'avons pas pu cartographier les lieux comme il était initialement prévu. De plus deux de mes hommes ne sont toujours pas remontés. Nous étions sur le point de nous séparer pour aller voir ce qui se passe, mais nous sommes déjà peu nombreux pour faire face aux démons qui attaquent régulièrement. »

Le capitaine Mien'harel s'avança de quelques pas pour pointer du doigt vers l'ouest. Au loin perchée sur un chemin de terre menant dans la montagne se trouvait une immense déchirure dans le Voile. La faille vibrait dans des claquements bizarres, illuminant la forêt de son éclat verdoyant et macabre. Assez loin pour ne pas être un danger immédiat, assez près pour être un risque constant. Siha dodelina tristement de la tête. Il aurait tout donné pour être capable de résoudre le problème lui-même et refermer la brèche, cependant tout ce qu'il pourrait faire serait de temporairement repousser les démons.
La situation ne serait jamais résolue définitivement tant que cette aberration serait là. Rongeant son frein il réfléchit à la meilleure tactique. Il devraient laisser une partie de leurs forces à l'extérieur afin de garder leurs arrières, d'autant plus qu'ils ne pourraient sûrement pas se battre efficacement dans un milieu restreint en étant aussi nombreux. D'un autre côté laisser des mercenaires en présence de Dalatiens sous pression c'était un peu comme armer une bombe à retardement. Peut-être s'il laissait quelqu'un de raisonnable pour les surveiller et éviter que cela dérape... ? Rasdir ferait l'affaire.

« Vannad... » Il s'en remettrait au conseil de la rouquine qui lui semblait être un leader avec la tête sur les épaules. Siha lui parlait d'égal à égale, avec calme mais amabilité. Elle avait entendu la conversation, aussi il n'y avait pas besoin de plus d'explications. Il n'y avait plus qu'à prier qu'il soit possible de collaborer.

« Est-ce que certains de vos frères Durgen'len peuvent renforcer la défense de l'entrée pendant que les autres nous escortent jusqu'à l'artefact ? Il faudrait également que nous portions secours aux deux soldats manquants, aussitôt que nous aurons une idée d'où ils se trouvent. » Il sortit une carte de son sac et l'étendit sur une caisse vide qui faisait office de table. Le premier niveau des ruines était sommairement dessiné, mais ils n'avaient rien sur les niveaux inférieurs. « Je propose que Rasdir et Lian restent à la surface. Ils sont de bons guerriers et pourront tenir la position contre les démons, s'ils  descendent à nouveau ici. Vous pouvez affecter une hache de plus, si vous le jugez nécessaire, mais n'oubliez pas que nous ne savons pas ce qui nous guette en bas. »

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 11 Fév - 14:43

 
Déambulations sylvestres


Ma sœur jeta un coup d’œil inquiet en direction de Lian avant de répondre. L’animosité des elfes envers notre compagnon humain ne nous avait pas échappé, mais s’était jusque-là limité à quelques rictus et regards noirs dans sa direction.
La proposition de Siha faisait sens d’un point de vue stratégique. Les templiers faisaient partis des rares personnes capables d’empêcher au moins en partie les démons de sortir des brèches. Néanmoins il était assez clair que la réelle intention derrière cela était de maintenir Lian à l’écart. Si je comprenais la haine des elfes envers les humains, je ne l’approuvais pas. Avoir du ressentiment envers tout une espèce était absurde. Lian était un homme bon, et un ami, et ce traitement qu’on lui faisait ici me mettait en colère.

Le jeune templier nous avait rejoint quelques jours seulement après l’explosion du conclave, lorsque les mages et les templiers avaient commencé une guerre civile chaotique dans lequel les chaines de commandement étaient si éclatés, et les groupuscules si nombreux qu’on ne pouvait plus que parler d’anarchie. Lian, résidant à Golefalois avec sa femme et son fils en bas âge avait rapidement quitter les templiers, plus préoccupés par l’oblitération des mages que par la protection de la ville. Désœuvré, il avait cherché des compagnons pour tenter de résoudre les innombrables problèmes de la région, et nous avait trouvé. Nous avions ainsi rempli avec lui de nombreuses missions mandatées par le iarl de Golefalois pour arrêter la folie de mages et de templiers trop enthousiastes, et cela jusqu’à ce que l’inquisition vienne finalement régler le problème avec sa puissance militaire, déjà forte impressionnante à l’époque. De son propre aveux, Lian aurait probablement rallié la bannière de l’inquisitrice si elle était arrivée plus tôt. Au lieu de cela, il avait décidé de rester avec notre petit groupe de mercenaire. De par son caractère optimiste et généreux, notre nouveau frère d’armes avait facilement intégré notre petite compagnie naine.

Le voir traité comme de la vermine par ces elfes m’irritait. Il était en tout cas hors de question de le laisser seul. Vannad arriva visiblement à la même conclusion que moi. Elle échangea un signe de tête à Grímthar avant de prendre sa décision.

Très bien, cela parait être une proposition avisée. Que Grímthar et Lian restent à l’entrée de la ruine et contiennent la faille. Tolgim et moi vous escorterons dans la ruine.


Se penchant sur la carte de la ruine, un parchemin assez grossier et incomplet indiquant en partie la topologie des lieux, ma sœur poursuivit ses directives.

Tolgim, tu ouvriras la marche, c’est toi le plus rompu aux combats dans des lieux exigus. Garde ton bouclier en main. Je serais l’arrière garde. Il y a l’air d’avoir plusieurs escaliers descendants aux niveaux inférieurs, je propose de simplement utiliser le plus proche de nous. Celui-ci.


Vannad indiqua un point sur la carte qui ne devait pas se trouver à plus d’une cinquantaine de mètres d’ici si je comprenais bien l’échelle du plan. Je ramassais mon heaume et mon bouclier, posé négligemment dans l’herbe le temps de la pause, et réajustais les lanières de mon armure.

 On a une idée de ce à quoi s’attendre dans ces ruines ?


Je m’étais adressé directement à Siha. Notre chef d’expédition semblait être la personne la plus érudite pour ce qui était de ce genre de lieux. Si je n’avais pas peur de quelques démons, je n’avais aucune envie d’être pris au dépourvu par un piège magique.

PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
Human's N°1 hater ⊱ Mien'harel
— PSEUDOs : Nayja
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Soirs et fin de semaine
— MISSIVES : 591
— DC&TC : Nai'Lahn
— PRESTIGE : 515
— CRÉDITS : Elf ✶ Gabbyd70
— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Dalatienne
— ÂGE : 29 ans
— PROFESSION : Mage de guérison et de soutien
— FACTION : Mien'Harel
— ARMES : Un bâton magique en chêne noir ainsi qu'une formation en magie de guérison et de soutien. Valÿra connaît aussi quelques sorts de glace
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.
— O.SEXUELLE : Hétéro, elfes seulement
Posté Ven 16 Fév - 0:07


Déambulations sylvestres
Joueur 1Tolgim
Joueur 2Valÿra
Joueur 3Siha

Mes ardeurs à vouloir dessiner les ruines furent rapidement dissout par la parcelle de discussion que je venais d’entendre. À en croire les elfes sur place, deux des éclaireurs n’était toujours pas revenu sans compter que la cartographie des lieux n’était toujours pas terminée. J’étais en mesure de mémoriser des plans en quelques secondes, mais les tracer, je n’étais d’aucune utilité si ce n’était d’indiquer à mes camarades que l’on s’était perdus. Sans surprise, le shemlen restait un problème pour la plupart des éclaireurs ne souhaitant pas le voir souiller leur terre ancestral (chose que je comprenais parfaitement). C’était sans doute cette haine, qui bouillonnait en moi, qui me rendait aveugle à tout jugement juste lorsqu’il s’agissait d’eux. Ce Lian aurait beau être le shemlen le plus gentil de Thédas, il resterait un shemlen. Je n’avais pas besoin de raisons supplémentaires pour le détester.

Le second problème était cette faille immense qui déchirait les cieux à proximité des ruines. Stable, mais menaçante, elle renfermait une horde de démons près à sortir de ces entrailles dans l’espoir de nous anéantir. Voilà une chose de plus qui me m’étais mal-à-l’aise et qui rendait les choses plus complexes. Comme si la présence d’un shem et la disparition des éclaireurs n’étaient pas suffisant. Reste que le but premier de notre venu ici restait la découverte de l’artéfact sans doute caché au cœur de ce qui semblait être un labyrinthe parsemé de pièges aussi trompeur les uns les autres. Néanmoins, je ne pouvais rien affirmée, venant juste d’arrivé. Pourtant, c’était l’impression que tout cela me donnait. ÇA et le fait que malgré tout, je voulais explorer les ruines.

Je continuais de suivre les jumeaux sans dire la moindre chose. De toute façon, je ne saurais que dire à des éclaireurs elfes ou des nains afin d’apaiser les tensions qui régnaient. Au moins, Siha savait s’y prendre. Ainsi, avec l’accord de la chef des nains, le shemlen et Rasdir resteraient en arrière afin de prévenir toute attaque de démons. Voilà une chose qui me rendait heureuse. Je n’aurais pas à supporter sa présence durant des heures devant me fier à son « instinct » de guerrier pour ma potentielle survie.

- Et on peut toujours tenter de détecter de potentiels pièges magiques, dis-je à l’intention du second mage du groupe sans me rendre compte que je venais de formuler une phrase complète pour la première fois depuis quelques jours.

Je continuais de contempler la carte afin de pouvoir me faire une idée de ce qui pouvait nous attendre une fois le voyage entamer. Naturellement, il me fallait encore comprendre toutes les subtilités de l’art de la cartographie (chose qui pourrait m’être utile un jour de lire pour de potentielles nouvelles expéditions). Pour l’heure, je laissais à Siha le soin de répondre aux interrogations que se posaient nos compagnons nains.



Valÿra répond en : #47262B ou en #976B72
Actuellement en recherche d'au moins 0 RP
Besoin d'aide pour un code CSS?
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 21 Fév - 15:50


Déambulation sylvestre

"Acte II"

Image fond RP




« Rasdir restera avec eux, on n'est jamais trop prudents. »

Ce dernier ne tarda pas à faire un pas en avant, un gros sourire planté sur son visage hâlé, comme  totalement inconscient des tensions qui avaient causé cette décision. Néanmoins ce n'était pas l'indifférence qui le poussait à agir de façon aussi détendue. Derrière ses airs de débonnaire et son humour facile se trouvait une longue expérience de vie mercenaire, qui le faisait reconnaître une impasse quand il en voyait une. Quitte à devenir meilleurs amis il faudrait au moins trouver le moyen de coopérer autrement ils seraient une proie facile pour les démons, qui les fendraient en deux sans perdre du temps à faire des distinctions raciales.

« Jillian ira devant avec Tolgim pendant que je compléterai l'arrière-garde. Les mages resteront au centre afin de nous couvrir. » Sehariel se baissa pour ajuster ses jambières, prenant le relais pour la stratégie, un domaine que Siha ne maîtrisait pas. « Les couloirs sont-ils assez larges pour que l'on puisse progresser deux par deux ? »

« Oui c'est le cas sur le premier niveau, en tout cas. Pour le reste... je ne peux pas l'affirmer. » Le capitaine acquiesça d'un air inquiet, mais n'osa ignorer la question de la part d'un autre elfe. Son visage était toujours tendu par la fatigue et la méfiance, bien que cela soit retombé d'un cran depuis qu'un compris avait été trouvé.

« Parfait. »

Siha saisit son sac à dos et son bâton d'un geste assuré, vérifiant qu'il avait quelques vivres et tout son matériel. Des fioles de soin, un ouvrage de références magiques et son almanach... de quoi accomplir ce pourquoi il était venu mais aussi prêter assistance aux blessés au combat. Prenant soin de prendre des suppléments destinés aux soldats Mien'Harel disparus, il pondéra la question de Tolgim et lui répondit le plus sincèrement possible.

« J'aimerais pouvoir vous répondre avec certitude mais c'est impossible, je le crains. C'est ma première expédition si loin de mes terres natales, j'ignore si les ruines des Anderfels sont semblables ou non. Il faut s'attendre à tout. »

Son expression se rembrunit de gravité pour la première fois, ses souvenirs de tels endroits étant à la fois emplis de merveilleuses découvertes et de profonds traumas. Il ne retint pas ce qu'il en savait, malgré l'utilité toute relative de ces informations une fois le moment de vérité venu.

« Dans le sud on peut y trouver des spectres, des démons, des engeances, des hurlocks, des bêtes sauvages, des brigands... » Il inspira profondément « J'y ai aussi rencontré un ogre, bien que ce soit un épisode isolé et fortement improbable. »

Afin de garder son esprit éloigné de cette mésaventure douloureuse, l'archiviste se pencha par-dessus la carte afin de mémoriser les grandes lignes du premier étage. Néanmoins il connaissait quelqu'un qui  saurait le seconder dans sa tâche et pourrait également leur servir de guide au milieu de ce labyrinthe. C'était un pari un peu risqué... Mais il fallait tenter le coup. Peut-être qu'un peu de responsabilités lui ferait prendre goût à l'aventure et sortir un peu de sa coquille. Se tournant doucement vers la jeune brune, il lui murmura avec douceur.

« Oui Valÿra, c'est une bonne idée. Votre magie nous sera précieuse et votre mémoire aussi. Nous allons prendre cette carte... » Il enroula méthodiquement cette dernière et la confia à son interlocutrice, avant de fouiller dans sa poche et y déposer un bout de graphite taillée. Il la regarda intensément dans les yeux. « et j'aimerais que vous dessiniez la disposition des lieux afin que nous ne nous perdions pas dans ces dédales sous-terrains. Je vous aiderai et vous protégerai quoi qu'il advienne, c'est une promesse. »

Elle était la plus adaptée pour cette tâche, quoi que donner des instructions au groupe puisse être un obstacle étant donnée sa timidité. D'un autre côté les quatre guerriers auraient d'autres priorités, et lui-même devrait garder les yeux grand ouverts et les sens aux aguets. Lui donnant quelques minutes afin de se décider il prit place avec les autres, décidé à y aller quelle que soit sa décision. Dans le pire des cas il devrait la remplacer, quitte à devoir faire plus d'une chose à la fois. Se craquant la nuque en basculant la tête, le mage expira lentement par la bouche, comme s'il se préparait à plonger dans une mer sombre et menaçante. Passant brièvement devant, il agita les bras de part et d'autres de son corps, allumant deux torches vides par le feu voilé. Deux flammes émeraude crépitèrent alors doucement, illuminant le passage. Saisissant l'une d'elles, il la tendit à Tolgim en priorité ; puis en tendit une autre à Sehariel.

« Ça devra faire l'affaire pour le moment... mais il doit y en avoir d'autres un peu plus loin, de toute façon. Si vous voyez des signes tracés sur le sol ou des objets suspects, arrêtez-vous tout de suite. Inutile de risquer des blessures bêtement. » Il s'adressait au nain et à Jillian, qui acquiesça sans mot dire en raffermissant sa poigne sur son épée et son bouclier. « C'est quand vous voulez, on vous suit de près. »

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 5 Mar - 15:27

 
Déambulations sylvestres


 Trouver l’escalier menant au premier sous-sol fut rapide. Je tenais ma hache de la main droite. J’avais attaché mon bouclier à mon avant-bras gauche avec ses lanières en cuir pour pouvoir porter la torche confiée par Siha, qui luisait d’une lueur verte lugubre. Je la tenais à bout de bras, le plus loin possible de mon corps. La lumière surnaturelle ressemblait trop aux couleurs dégagées par les failles à mon goût. En bon soldat, je me gardais de tout commentaire, me contentant de suivre les instructions que l’on m’avait donné. Je progressais donc à l’avant-garde, l’elfe nommé Sehariel à mes côtés, lui aussi l’arme au clair. Son corps dépourvu de toute graisse et sa position assurée témoignaient d’un entrainement et d’une expérience certains.

J’avançais d’un pas peu rassuré, autant inquiet des potentiels pièges nous attendant que de la présence des mages elfes derrière moi. Je doutais qu’ils aient beaucoup d’expérience au combat, et je n’avais aucune envie de me prendre une boule de feu dans le dos lancé par un mage apeurée à la première menace. Je n’avais de plus toujours pas digéré le regard haineux que ces elfes avaient adressés à Liam, et cela ne m’incitait pas à leur faire confiance. Seule la présence de ma sœur à l’arrière garde me rassurait quelque-peu. Notre meneuse avait mainte fois démontré son intégrité et ses compétences.

Nous progressions désormais dans un large couloir en pierre blanche ébréchée par le temps, dans un silence pesant. La mage elfe nous ayant guidé jusque-là s’était tue. Nous avions quitté la partie dessinée de la carte, et progressions désormais dans l’inconnue. La lumière du jour ne parvenait plus du tout ici, et seule les sinistres torches magiques nous éclairaient encore d’une lueur pâle.

Quelques mètres plus loin, un phénomène étrange se produisit. A ma gauche, une espèce d’alcôve d’environ deux mètres de rayon se découpait dans le mur. Une imposante statue s’y trouvait. Elle représentait apparemment un elfe, mais qui en plus de ses oreilles pointues, arborait deux imposantes cornes. Ses mains étaient posées sur une sorte d’enclume. Sur celle-ci se trouvait un glyphe, dont les contours s’illuminèrent et se mirent à osciller faiblement. Je stoppais net ma progression. Cette chose ne ressemblait pas aux runes de piège magique auxquelles je mettais déjà exposé, mais cela ne me disait tout de même rien qui vaille. Par sûreté, je reculais d’un pas.


Arrêtez-vous. Il y a peut-être un piège magique ici. avertissais-je à voix basse, peu enclin à révéler notre présence aux éventuelles habitants de cette ruine. Pouvez-vous désamorcer cette… chose ?  demandais-je au petit groupe de mages.



PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
Human's N°1 hater ⊱ Mien'harel
— PSEUDOs : Nayja
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Soirs et fin de semaine
— MISSIVES : 591
— DC&TC : Nai'Lahn
— PRESTIGE : 515
— CRÉDITS : Elf ✶ Gabbyd70
— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Dalatienne
— ÂGE : 29 ans
— PROFESSION : Mage de guérison et de soutien
— FACTION : Mien'Harel
— ARMES : Un bâton magique en chêne noir ainsi qu'une formation en magie de guérison et de soutien. Valÿra connaît aussi quelques sorts de glace
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.
— O.SEXUELLE : Hétéro, elfes seulement
Posté Mar 20 Mar - 0:35


Déambulations sylvestres
Joueur 1Tolgim
Joueur 2Valÿra
Joueur 3Siha

Visiblement, la stratégie militaire n’était pas mon point fort. Au moins, être à Mien’Harel m’avait enseigné que le travail d’équipe était essentiel pour réussir les missions à plusieurs. Malheureusement, je n’avais pas encore eu la chance de réellement l’expérimenter. Enfin, si, à l’infirmerie, mais pas à l’extérieur de la cité ou je ne risquais rien. Si j’avais l’habitude de travailler en équipe avec les autres guérisseurs sur de rares cas graves de patients blessés, sur le terrain, avec de nombreux inconnus, c’était autre chose. En réalité, je ne croyais pas avoir ni les qualités requises, ni l’expérience pour participer à tout cela. Siha avait dû faire erreur sur la personne. Je dois admettre qu’à la base, je n’avais pas réellement l’intention d’exposer clairement ma « nature » aux inconnus. Être mage était souvent signe de craintes. Les gens avaient peur de vous, de vos pouvoirs et de votre volonté prête à faiblir afin de servir l’ennemi ou la magie du sang. Dans la plupart des cas, on nous percevait comme des monstres et ce, même si notre magie permettait de protéger et de soigner nos alliés. Qui plus est, Siha approuvait mon initiative tout en me demandant de bien vouloir m’occuper des plans de ce dédale. Il me remit la carte ainsi que de quoi écrire. Peut-être était-il trop intense dans ses derniers propos. Néanmoins, j’eus à peine le courage de lui bafouiller un « d’accord » et un simple « merci ». Oui, il était important de prendre en note tous les détails pour de prochaines explorations en vue d’une découverte (ou d’une possible retraite). Pourtant, si une telle fuite était envisageable, la carte, dans le stress, ne serait d’aucune utilité.

L’escalier menant au sous-sol n’avait pas été complexe à trouver. Au milieu de ce petite peuple, carte en main, nous descendîmes de plus en plus profondément dans l’abîme. Pour ce qui était de ma tâche, ce n’était pas simple de dessiner tout en marchant – c’était d’ailleurs mon premier test de cette manière. Pourtant, quelque chose m’irritais dans ce que je faisais. Rien n’était adéquatement proportionné. C’était stupide de penser ainsi, mais je me promis à moi-même de mettre le tout « au propre » une fois de retour au campement.

Même si je ne le laissais pas paraitre, je me sentais comme une enfant observant tous les détails qu’il m’était possible de voir; les couleurs de la pierre, les reliefs sur les murs, les dalles au sol et tous autres détails pouvant sembler insignifiant pour les autres mais qui, pour moi, me permettais de reconnaître un couloir d’un autre. Tolgim, l’un des nains se trouvant à l’avant, venait de repérer un potentiel piège. La pièce était plutôt petite, environ deux mètres de rayons. Sculpté dans le mur, une statue y représentait sans doute l’une des déités dalatiennes mais, n’ayant toujours pas lu de livre à ce sujet, je n’en savais strictement rien. Néanmoins, je voyais mal un autre type de déité sculpté dans des ruines dalatiennes.

Le nain vint à nous demander de désamorcer ce « truc ». Pourtant, il ne semblait ne rien y avoir de magique émanant de cette statue. Après, bien que j’aie lu quelques livres au sujet des ruines, il n’en restait pas moins que la théorie et la pratique étaient deux choses complètement différentes et qu’actuellement, un brouillard d’incertitude envahissait mes pensées.

- Je ne ressens rien … et toi?, demandais-je à l’intention de Siha tout près de moi.



Valÿra répond en : #47262B ou en #976B72
Actuellement en recherche d'au moins 0 RP
Besoin d'aide pour un code CSS?
PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum