PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
— PSEUDOs : Daisu
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Environ 5 jours / 7
— MISSIVES : 44
— DC&TC : Nop
— PRESTIGE : 139
— CRÉDITS : Tumblr

— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Naine féreldienne
— ÂGE : 28 ans
— PROFESSION : Chimiste-Artificier (l'une des meilleures de Thédas)
— FACTION : Civile - Membre influente de la Guilde des Marchands
— ARMES : Arc, bombes et explosifs en tout genre
— AMOUREUSEMENT : Mariée mais pas amoureuse de son époux
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle ; toutes races (bien que les nains soient plus son truc)
Posté Jeu 11 Jan - 18:24




Racket sur la Voie Impériale
Le Flash Back
Ft. Soren Adrastus

Crista leva les yeux au ciel et poussa un long soupir. De gros nuages gris se rassemblaient au-dessus de sa tête, de toute évidence une bonne averse était en préparation. Elle marmonna quelques jurons en massant sa nuque d'une main. La naine ne détestait pas la pluie mais voyager trempée ce n'était pas ce qu'il y avait de plus agréable. Avoir ses vêtements tout collant comme une deuxième peau, avoir de la gadoue jusqu'aux genoux... Non décidément c'était une chose très pénible. Malheureusement c'est ce qui allait certainement se produire. Crista pria alors pour que son ânesse n'en fasse pas qu'à sa tête en s'arrêtant en plein milieu de la route sans vouloir faire un pas de plus. Oui, ça sentait le vécu.

L'artificier jeta un regard tout autour d'elle. Elle était entourée de plaines et de collines sauvages, et parfois de petits bois longeaient la route. Toute cette nature était incroyablement reposante. Au loin, Ulysse, son mabari, furetait un peu partout, reniflant les trous de lapins et marquant son territoire à tout-va. Ce gros pépère était plus heureux en pleine campagne qu'en ville. Ensemble, ils se sentaient bien mieux sur les routes de Thédas. Alors à part la pluie à venir, qu'est-ce qui pouvait arriver de pire ?

Au détour d'un virage, Crista aperçut trois hommes et une femme installés au milieu de la route. A leur côté, il y avait une carriole attelée à un cheval mais une roue semblait s'être détachée du reste. La naine esquissa un sourire, elle était toujours prête à venir en aide à ceux qui en avait besoin, même si c'était des inconnus. Elle continua sa route jusqu'à arriver près d'eux.

« Tout va bien ? Vous avez besoin d'un coup de main ? » Demanda-t-elle d'un ton avenant.
« Le Créateur soit loué, Il nous envoie enfin quelqu'un ! » s'exclama un des hommes « Ça m'a l'air bien cassé et nous ne savons pas comment réparer ça. » dit-il ensuite en s'avançant vers Crista, le sourire aux lèvres.

Il était très grand. Enfin les humains étaient tous très grands du point de vue d'une naine. Il était maigre et possédait des cheveux bruns, bouclés et vraiment sales. L'autre homme à côté était bien plus costaud, une montagne de muscle et son œil gauche était caché derrière un bandeau. Il y avait aussi un elfe, svelte, aux longs cheveux blonds. La femme quant à elle était très jolie et bien plus propre que ses compères. Elle patientait, assise sur le rebord de la carriole. A eux quatre, ils formaient une drôle de bande.

« Sans vouloir me vanter, je suis plutôt douée pour les travaux manuels. » rigola-t-elle.
« Mais c'est qu'on a une sacrée chance les gars ! »

Alors que la petite rouquine s'approchait pour voir de plus près l'étendu des dégâts, l'elfe fit le tour de sa petite charrette, soulevant même par endroit la bâche qui la recouvrait. Elle lui lança deux ou trois regards réprobateurs, le trouvant trop curieux et bien mal poli. La femme de la bande en ricana même. Crista reporta finalement son attention sur la roue brisée, elle se mit accroupie et son sang ne fit qu'un tour. En aucun cas cette carriole était cassée, la roue avait juste été détachée de son essieu. N'importe qui aurait pu la remettre. Alors pourquoi avaient-ils menti ? Elle n'était tout de même pas tombée dans un traquenard ?

« Dis-moi, tu n'aurais pas un peu d'argent aussi, pour nous aider ? » questionna la femme, amusée.

Plus aucun doute, là elle était bien tombée dans un traquenard.

« Non j'en suis navrée. » répondit calmement Crista en se relevant.

Son petit cœur battait à une vitesse folle. Il fallait qu'elle trouve quelque chose à dire pour couper court à leur rencontre et s'en aller au plus vite.

« Malheureusement je crains de ne pas pouvoir vous être utile. Je n'ai absolument aucune idée de comment réparer votre roue. » mentit-elle en se redirigeant vers son ânesse. « Dès que j'arriverai au prochain village, je ferais quérir quelqu'un pour qu'on vienne vous aider. »
« Quoi ? Tu veux nous laisser tous seuls ici ? »

L'homme aux cheveux bouclés qui semblait si sympathique au premier abord changea totalement d'expression. Il dévoila son véritable visage : menaçant. Et ça avait l'air de lui plaire. Le chef de la bande c'était lui, sans aucun doute. La pluie décida de tomber à ce moment là. Au début ce n'était que de petites gouttes qui se transformèrent vite en une véritable averse.

« Et tu crois qu'on va te laisser partir ? Quelle mignonne petite chose... »
« Hé regardez ce que je viens de trouver. » s'écria l'elfe en découvrant totalement la petite charrette. « C'est plein de poudre et d'explosif ! On a gagné le gros lot, ça va nous être utile ! »
« Ne touche pas à ça ! » s'énerva finalement Crista « Et remet la bâche, la pluie va tout abîmer espèce d'abruti congénital ! »
« La ferme ! »

D'un geste il poussa Crista. Sous la violence du coup elle fit quelques pas en arrière jusqu'à se cogner contre l'homme au bandeau qui s'était faufilé derrière elle. Celui-ci la poussa à son tour, sous les rires de toute la bande.

« Arrêtez ça ! » cria-t-elle en tombant dans la boue. « Ulysse ! Ulysse ! »

Le mabari, qui jusqu'à présent avait continué de fouiner dans les parages, accouru aussitôt en entendant l'appel de détresse de sa maîtresse. D'un bond il chargea l'homme au bandeau, le faisant tomber à terre. Il planta ses crocs acérés dans son bras, le lui arrachant presque. Le brigand avait beau se débattre, Ulysse ne lâchait pas sa prise pour autant. Le chef poussa un grognement enragé, il attrapa en vitesse une épée à deux mains, qui était restée cachée dans leur carriole. D'un geste il abattit le pommeau de son arme sur le haut du crâne du mabari. Ce dernier poussa long gémissement avant de perdre totalement connaissance.

« Ulysse ! Non ! ... Vous n'êtes que des sales fils de cochard ! » cracha l'artificier, le regard plein de haine.

En réponse elle ne se prit qu'un coup de pied dans le visage, lui fendant la lèvre inférieure. Le blessé se releva avec beaucoup de mal. Son bras était salement amoché et avec un peu de chance il ne pourrait plus jamais s'en servir. Les autres membres de la bande sortirent leurs armes et tous encerclèrent la naine.

« Alors qu'est-ce qu'on va faire de toi maintenant, petite chose ? »
 


boum boum i'm crazy about boum


Crista s'amuse en #ff6666
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum