PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
— PSEUDOs : Myllow
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : 3/7 normalement
— MISSIVES : 87
— PRESTIGE : 175
— CRÉDITS : Deviantart et tumblr

— NATIONALITÉ : Féreldienne
— ÂGE : 26ans
— PROFESSION : Apostat et agent de l'Inquisition
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Un magnifique bâton
— AMOUREUSEMENT : Célibataire
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle
Posté Jeu 11 Jan - 2:19
Un nouveau jour se lève sur le Cercle de Férelden, loin de ma terre natale.À mon arrivée, le Grand Enchanteur m'avait présenté ce lieu comme un havre de paix, où les mages pouvaient exercer leur art en toute quiétude, protégés. Pour moi, il ne s'agissait que d'une prison ; une prison qui ne manquait pas de panache certes : immense, sa taille dépassait largement les quelques vestiges tévènes que j'explorais jadis, mais cela restait une prison. Une prison dans laquelle je devais désormais évoluer jusqu'à la mort apparemment. Quelle perspective réjouissante ! Une perspective que je rejetais en bloc et pour cause, en à peine 1ans de présence, j'avais déjà tenté une ou deux évasions – qui se soldèrent évidemment par un échec et un séjour dans l'humidité des geôles. En y réfléchissant, j'étais bien chanceuse de ne pas avoir été taxée de mage du sang et le Créateur – comme disent les autres – sait à quel point c'était chose facile.

Il s’agissait d’un matin comme les autres : je me levai péniblement hors de ma couchette, l’esprit encore embrumé par les vestiges d’un rêve étrange. Enfin, pas le temps de réfléchir davantage sur ses possibles significations qu’il fallait se dépêcher pour ne pas faire attendre tout le monde. J’eus à peine le temps de tresser quelques mèches de cheveux et me voilà prête à affronter la journée qui s’offrait à moi, « enthousiaste » comme toujours : quelques leçons de morale, à répéter une fois de plus que « la magie doit servir l’homme et non l’asservir », que les mages du sang sont méchants, qu’à Tévintide ils sont pas gentils, qu’on était là pour notre propre bien et celui des autres et autres bla bla habituels.
Ceci fait, nous passions sous la tutelle d’un mage pour nous exercer. On m’avait dit que cette histoire de tutelle était pour créer un lien de confiance, destiné à faire avancer l’apprenti, transmettre ses connaissances ; de bien belles idées, si on omettait le caractère de certains mages de rang. Le mien par exemple, un dénommé Cadell, était un mage doué, hautain sans avoir de mauvais fond, mais si imbu de lui-même que s’en était pénible. Et vas-y que j’ai travaillé à la Flèche Blanche, que suis incollable en astronomie ancienne, etc… Pénible, vraiment. Oh, il ne faisait pas que raconter ses hauts-faits ! Parfois il tentait de m’enseigner des choses et moi, je faisais toujours mine de ne rien comprendre, alors il abandonnait, partait en haussant les épaules, exaspéré par mon ignorance de petite sauvageonne. Un petit sermon plus tard, il haussait les épaules avant de me flanquer à la bibliothèque afin de me « civiliser » comme il aimait dire. Evidemment, je venais des terres sauvages donc forcément je ne pouvais être qu’une inculte ! Mon clan avait sans doute dû me rejeter en raison de ma condition de mage, un peu comme les dalatiens, pour me retrouver en plein village féreldien. Evidemment ! Enfin, il n’était sûrement pas le seul à le penser là-bas et lui au mois, avait l’air de s’intéresser à ma culture et ce, même s’il la jugeait barbare.

Cette journée-là ne dérogea pas à la règle : comme d’habitude, je finissais à la bibliothèque sous l’œil vigilant, mais néanmoins vide d’un apaisé. Je rêvassais, feuilletant vaguement un manuel traitant de l’histoire de Férelden avant de piquer du nez sur les exploits de Calenhad. Il me semblait dès lors judicieux de regagner le dortoir pour finir le reste de ma nuit vu l’heure tardive, quand mon attention fut soudainement attirée par les murmures d’une prière dans la chapelle et une silhouette. Jusque-là, je ne m’étais que rarement promené en ce lieu, n’ayant jamais ressenti le besoin vital de m’y rendre sinon par simple curiosité une fois ou deux. Si on ne m’avait pas spécifiquement dit que la Chantrie était le mal absolu, les vertus de cette religion n’étaient guère louées dans mon village et mon passage au Cercle ne fit que confirmer mon aversion.
Face à la statue d’Andrasté se trouvait un homme à genoux, seul. L’éclat des bougies se reflétait sur la surface d’une armure rutilante ; un templier donc, la tête courbée face à cette déesse de pierre. Je l’observais, elle, cette femme éternellement figée dans une posture solennelle. Combien de personnes avaient donc bien pu courber l’échine face à elle ? Combien d’apprentis ; de templiers ? L’esquisse d’une réflexion envolée aussitôt oubliée, ainsi, mon regard se tourna de nouveau vers le templier mystère. Que faire ? Claquer des mains ? Pas assez violent. Me changer en ours pour le surprendre ? Hum… un petit peu trop violent. Pourquoi pas en chat ? En souris ? Ou bien encore, en oiseau ? Lancer une boule de feu ? Mmm… que de choix. Décidée, je tente de me glisser derrière lui le pas léger, la surface de la droite glaciale, prête à donner l’assaut.
PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
The Army's Commander ⊱ Inquisition
— PSEUDOs : Delavan
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Le soir
— MISSIVES : 477
— DC&TC : Louhara Feralmas
— PRESTIGE : 954
— PAIRING & OTP : Cullelia

— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Fereldien
— ÂGE : 31 ans
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : épée, bouclier et maniement de l'arc
— AMOUREUSEMENT : Aucun partenaire
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
Posté Dim 14 Jan - 19:46






◇  Il était une foiss dans une tour lointaine ◇






Cullen était devenu templier il y avait à peu près une année, après un entraînement intensif au sein de son centre de formation. Il avait rapidement été assigné à la vie communautaire au cercle de Ferelden, dans la tour en bordure du lac de Calenhad. Bien qu’il pouvait rentrer de temps à autres retrouver sa famille, il avait vraiment l’impression d’être enfermé dans un autre monde. Heureusement qu’il pouvait encore voir le ciel, mais il se demandait comment ses frères pouvait se plaire dans un environnement pareil. Il effectuait son travail sans broncher, toujours autant persuadé que sa vie en dépendait. Après tout, même s’il avait des horaires spéciaux et la compagnie de mages, cet environnement ne lui déplaisait pas pour autant.

Cela faisait de longs mois de routine qui se virent rapidement accompagné du 5ème enclin. Cullen était inquiet, il n’y avait pas encore de présence démoniaque dans les environs, mais cela ne saurait tarder. Il prenait d’avantage de son temps libre pour prier Andrasté et lui partager ses craintes tout en implorant cette dernière d’épargner la tour.

Ce soir-là, ou plutôt cette nuit-là, le jeune templier avait terminé de surveiller la confrontation d’un jeune mage qui s’était déroulé sans encombre, et pas trop tard non plus. Il avait donc passé une grande partie de la nuit dans la salle des confrontations avant de rejoindre rapidement la chapelle pour vaguer à ses occupations habituelles. Enfin, habituelles, il n’y avait rien d’habituel, ce jour-là. Il avait reçu une lettre en provenance de sa sœur Mia à propos de ses parents : L’enclin les avait emporté tous les deux. Marqué d’une profonde tristesse, il en avait toujours de la peine à l’admettre. Le reste de sa famille était parti dans les marches du sud, sur la route de la capitale. Il aurait souhaité que cela ne se passe jamais ainsi, et comme beaucoup, aurait voulu être là pour les protéger. Mais désormais, il fallait empêcher que des vies dans la tour ne se fassent emporter par l’enclin. C’était son devoir en tant que templier.

A cet instant, il était seul dans la chapelle et s’éclairait que des quelques bougies disposées devant la grandiose statue d’Andrasté. Cela faisait un moment qu’il était agenouillé devant elle à prier sans interruption pour que sa famille survive, et que l’enclin cesse bientôt. Elle était à leur porte.

Soudain, il ressenti une présence, qui se fit de plus en plus prononcée. En premier lieu il ne fit pas attention, et finalement ouvrit les yeux tout en continuant de réciter un cantique faisant mine de n’avoir rien entendu. Quand elle fut assez proche il se retourna, la saisi par le bras et la plaqua au sol sans prendre le temps de voir de qui il s’agissait. Après l’action il remarqua qu’il s’agissait de Keridwen, la jeune apprentie de 14 ans. Il poussa un énorme soupir et la relâcha sans tarder.





《 - N’es-tu pas dans ton dortoir à cette heure ? 》

Cette apprentie donnait du fil à retordre aux templiers lorsqu’elle en faisait qu’à sa tête. D’ailleurs, en la voyant arriver, le jeune homme laissa sa peine de côté se voilant la face sur la tristesse qui l’envahissait à cet instant. On aurait d’ailleurs dit qu’il était en colère contre cette interruption, ce qui était le cas dans le fond de sa pensé. Mais il était comme ça depuis petit, on ne pouvait pas le changer. Il ne pouvait s’empêcher de penser que la jeune demoiselle tente une nouvelle échappatoire et s’enfuie à nouveau.





《 - Allez dépêche-toi d’y retourner. 》

#a52b2b


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum