PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 29 Déc - 2:19






◇ Demande particulière ◇





D’un pas décidé, le Commandant arpentait les couloirs des sous-sols de Fort Céleste. Il avait prit soin de passer par les cuisines pendant que personne ne s’y trouvait et avait traversé la grande salle avant de retrouver Dorian dans la petite salle où était stocké la bière et les alcools ramenés par l’inquisitrice au cours de ses périples – d’ailleurs il ne savait pas vraiment pourquoi elle ramenait ce genre de choses mais peu importe –. Il l’avait contacté plus tôt dans la journée car quelque chose lui pesait sur la conscience et il en avait marre de tourner autour du pot. Même si Dorian avait la réputation de ne pas avoir la langue dans sa poche concernant les secrets, avec les rumeurs qui couraient sur lui peu importait.





《 - Etonnant vous êtes à l’heure. 》

Il avait freiné le pas avant d’entrer dans la pièce, histoire de ne pas paraître trop pressé malgré que son souffle le trahissait. Il s’avança alors vers lui d’un pas lent, il n’y avait personne dans les environs à part eux, et il connaissait par cœur les rondes de ses soldats. Avant un bon moment, personne ne passerait par ici.





《 - * soupir * hem… je dois vous parler d’un sujet délicat. 》

Son regard esquiva Dorian, ne sachant pas vraiment comment lui quémander sa requête. Jusqu’à présent il se disait que c’était une bonne idée, mais il risquait également de son côté. Mais malgré son hésitation, il reprit rapidement son air droit et fier habituel, avant de lui demander sans broncher.





《 -  Tout d’abord j’ai besoin que vous me promettez au nom du Créateur que vous ne direz rien à personne. Est-ce clair ? 》

Il le regarda sérieux comme jamais, insistant même pour obtenir son consentement. Il ne dirait rien s’il ne l’obtenait pas. Une fois que le thaumaturge lui donna sa parole, peu importe s’il était sincère ou non,  il ne souhaitait que sa confirmation.





《 -  J’ai…  》

Il se frotta les mains, et les joignit pour garder une certaine contenance lors de son explication.





《 -   Je viens vous quémander votre aide, car j’ai ouïe dire que vous étiez particulièrement doué avec… 》

Il écarta les paumes pour y vérifier ses annotations lui servant de pougnon dans le cas où il perdait le fil. Il referma directement quand il eu jeté un petit coup d’œil.






《 -   …. Les femmes. 》

Il semblait complètement fier de lui, à un point que Dorian pouvait parfaitement déceler son petit tracas. Finalement il lui avoua.





《 -   * Soupir * … Une fille me plaît et je ne sais pas quoi faire pour attirer son attention… Vous pouvez m’aider ? 》

Le Commandant maîtrisait énormément de choses, à l’exception de ça : Les filles. Il s’était toujours juré d’être seul jusqu’à la fin de ses jours, mais finalement il ne pensait pas que ça allait lui tomber dessus comme cela. Et ne pas savoir comment faire le rendait nerveux, à un point que rien qu’en demandant à Dorian, il en devenait rouge pivoine. Heureusement qu’il faisait sombre dans ces parties du fort.  

#a52b2b
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 29 Déc - 17:29
Fort-Céleste, chapitre 3Ft. Cullen Rutherford

Demande particulière


Alors que, dans la bibliothèque, un silence respectable régnait en maître, un long et profond soupir le transcenda. Assis dans son fauteuil de prédilection dans son petit coin personnel, Dorian lisait. Enfin, il fallait croire qu’il lisait. La vérité était que ses pensées étaient complètement ailleurs. Et pour une fois depuis un petit moment, il avait enfin le temps d’y mettre de l’ordre. Alors le voilà, pensif, un ouvrage tenu dans une main et l’autre tenant une espèce de médaillon. Une grande lune entourant un petit soleil et qui, s’entrechoquant, cliquetaient harmonieusement. Comme il voudrait en savoir plus ce qui lui était arrivé. Il allait bien falloir repartir à sa recherche, maintenant que ..

Ser Dorian ?

L’interpelé sursauta. Il serra son poing pour cacher les divers et sobres pendentifs, puis leva la tête vers ces deux mêmes tresses qu’il voyait toujours plus souvent. Dorian hocha de la tête pour la saluer puis, en même temps qu’il mettait son collier à l’abris, il ferma le bouquin.

Oui, qu’y a-t-il ?

La petite se rapprocha un peu, comme gênée d’empiéter ainsi dans son espace, et lui tendit une missive après avoir hésité un peu.

Le .. commandant est passé ce matin et il .. a déposé ça sur votre plan de travail. J-Je n’ai pas lu, hein ! E-enfin voilà, tenez.

En effet, le thaumaturge n’avait pas eu le temps de s’attarder sur son lieu de travail en arrivant, sans parler qu’elle avait dû se pointer ici bien avant lui. Ce n’était pas non plus comme si le nécromancien avait passé une très bonne nuit. Il souffla du nez et s’empara de la lettre en la remerciant, puis lut ce petit message que lui laissa le Commandant. Puis ses sourcils se froncèrent, avant de se redresser. Finalement, il fixa Mireï, tandis qu’il refermait la lettre.

Dis voir Mireï, sais-tu quelle heure nous vivons ?

Hum .. Je crois qu’on approche de 16h00, pourquoi ?

VISHANTE KAFFAS !

Il se leva d’un bond, soudainement empli d’une énergie qu’il n’avait absolument pas de base. Cela fit sursauter la rouquine, qui ne comprit pas trop ce qui se passait. Peu importait. Il réajusta quelque peu sa tenue et passa une main dans ses cheveux avant de se diriger vers la sortie de la bibliothèque. Toujours confuse, Mireï ne bougeait absolument plus.

… Ser Dorian ? Tout .. va bien ?

Oui oui, je suis juste pressé. Je n’en aurais pas pour long, je reviens.

Ça, c’était ce qu’il disait, mais dans les faits, cela prendrait bien plus de temps. Mais être en retard à un rendez-vous secret avec le Commandant. Inacceptable ! Impensable ! Mais le pire était à venir : au pas de la porte, deux visages qu’il n’aurait pas aimé revoir, à vrai dire.

Encore vous .. Je me demandais bien ce qu’elle irait faire dans une bibliothèque, sinon !

Oh, parfait. Je n’ai justement pas le temps de parler à un mur, je suis pressé.

Mireï, viens ici tout de suite !

Cela faisait un petit moment qu’il ne les avait pas revus, et franchement, ce n’était pas si mal. Sans parler qu’il allait être en retard, et il avait horreur de ça dans un certain sens. Mais Dorian resta bien droit devant celui qui lui barrait la route, absolument pas tellement d’accord de lui priver ainsi de libertés.

Je vous juge mal placé pour lui dire où elle doit aller et où elle ne doit pas aller. Si elle aime lire, qu’elle vienne !

Vous me prenez pour un abruti en plus ?!

Mon bon monsieur, je vous recommanderai de bien vouloir baisser le son de votre clapet, merci.

A croire qu’aujourd’hui, les deux avaient les nerfs à vif, quelle merveilleuse journée qui s’annonçait. Et Mireï, qui restait cachée comme elle pouvait, hésitant à se montrer. Et elle avait bien raison, à vrai dire. Mais le père n’allait pas lâcher l’affaire, et encore moins lâcher sa fille.

Vous pensez que je n’ai pas eu vent du reste ? Vous avez enivré ma fille l’autre jour ! C’est un SCANDALE !

Je lui fais son éducation à la petite, oui. Auriez-vous quelconque objection à ce qu’elle découvre la vie par elle-même ?

Se bourrer la gueule jusqu’à en être malade n’est pas découvrir la vie !

Alors pour information, elle n’était pas non plus mal. Maintenant, laissez-moi passer ou ça va chauffer pour vous !

Papa, laisse-le tranquille !

Finalement, avec grande surprise, la petite Mireï timide et renfermée était sortie de sa cachette, droite et déterminée. Enfin, cela ne durerait pas longtemps, mais une telle affirmation d’elle-même faisait plaisir. Un drôle de silence surgit alors, les trois personnes étant tournées vers elle.

J’étais en train de lire, je ne vois pas ce qu’il a à voir là-dedans. E-Et puis j’ai dix-sept ans, ce n’est pas comme si j’étais une enfant ! J’ai aussi droit à .. mon indépendance !

Pour toi je peux te dire que ça va barder, Mireï.

Voyons ! Garde ton calme, elle n’est plus une enfant.

Je refuse que notre fille se coltine avec ce .. Tévintide ! C’est très clairement une mauvaise influence !

Lui adressant un grand sourire, Dorian ne répondit pas tant que ça à ses remarques. Il s’en fichait, à vrai dire, et il était loin d’être le seul à lui en fait de ce type.

Bon, .. je peux y aller, maintenant ?

Hors de ma vue, vous ..

Satisfait, Dorian passa à côté de lui, adressant à Mireï derrière lui un regard navré tout de même : il ne pouvait pas en faire plus pour elle, mais surtout il n’avait pas le temps. Il avait un commandant à voir, et il était .. sur le point d’être en retard. Damnation.

Heureusement pour lui, il avait toujours plus d’un tour dans sa manche.

Il s’arrêta, puis commença quelques gestes avec ses mains, puis ses bras firent ces mouvements à leur tour. Une aura doré l’enveloppa, puis s’envola comme pour former un dôme. Il avait intérêt à vite courir s’il voulait arriver à temps, dès que son petit manège serait fini. Puis le dôme de magie se brisa, et le temps ralentit considérablement. Parfait. Dorian s’élança dans le fort, au pas de course. Il courrait comme jamais, déterminé à arriver à l’heure. Il traversa le hall, et ouvrit les bonnes portes avec sa magie : vu que tout avait ralenti, la porte aurait pris trop de temps à s’ouvrir pour lui. C’est ainsi que, hors d’haleine, il arriva non loin du lieu de rendez-vous. Au milieu du couloir, toujours autant au ralenti, mais plus pour longtemps hélas, Cullen marchait en direction du point de rencontre. Nerveux, Dorian pressa le pas, lui passa devant en le regardant bien – il essayait de déceler s’il allait passer un mauvais quart d’heure ou non, mais dans le doute, il lui semblait que oui –, puis passa le pas de la porte et se plaça devant une étagère, comme s’il la regardait pour paraître naturel et, au même moment, le temps reprit son cours. Il l’avait tellement fait souvent qu’à force, il arrivait à anticiper combien de temps il allait lui falloir avant que sa magie ne fasse plus effet. Il était cependant essoufflé, mais faisait mine de rien en tentant de réguler sa respiration.

Etonnant vous êtes à l’heure.

Je me débrouille toujours pour être à l’heure quand on me donne des rendez-vous si .. importants.

Le fait était surtout qu’il n’avait absolument pas eu le temps de se pencher sur le sujet : de quoi allait-il bien vouloir lui parler, pour qu’ils soient que les deux et dans un endroit reclus ? Le créateur savait, mais en attendant, Dorian n’était clairement pas préparé. Retrouvant un semblant de régularité dans sa respiration, il se tourna vers Cullen, et constata que lui aussi, il respirait fortement. Il avait couru ? Non .. Bon, le temps ayant été ralenti, il ne pouvait pas vraiment s’en rendre compte.

* soupir * hem… je dois vous parler d’un sujet délicat.

Ah oui ?

Dorian plissa des yeux, de moins en moins certain de ce qu’allait lui dire le commandant. Un sujet délicat ? Alors qu’ils étaient seuls ? Il constata également qu’il lui fuyait du regard, ce qui laissa un léger vent de panique effleurer le thaumaturge. Il n’allait tout de même pas ..

Tout d’abord j’ai besoin que vous me promettez au nom du Créateur que vous ne direz rien à personne. Est-ce clair ?

Moi ? Hum .. On dira que je le promets sur la tête du Créateur et de tous les chantristes ridicules d’Orlaïs, ça vous va ?

Plus Cullen parlait, et moins Dorian la sentait, cette discussion. A vrai dire, son malaise semblait l’atteindre à son tour. Il passa une main dans ses cheveux, le regard en biais sur le commandant. S’il voyait réellement la situation sous cet angle, Cullen allait devoir serrer les fesses sur la réponse de Dorian.

J’ai…

Oh allez, un peu de nerfs commandant.

Sa voix trahissait le malaise, mais d’un côté, autant être certain d’abord de ce qu’il allait vraiment dire. En tout cas, c’était un sujet très important. Et pour que Cullen soit autant hésitant .. Bon, il ne fallait pas laisser l’imagination jouer des tours.

Je viens vous quémander votre aide, car j’ai ouïe dire que vous étiez particulièrement doué avec…

Ah. Aaaaah. Ouf. Retenant son souffle, Dorian pu enfin respirer. C’est bon, ce n’était pas en lien avec ça. Il remarqua cependant l’œil de Cullen qui jongla entre lui et ses mains. A croire qu’il était tellement mauvais qu’il avait besoin d’un pougnon pour s’en rappeler.

…. Les femmes.

…SERIEUSEMENT ?

Et là, gros drame, Dorian éclata de rire. Pas contre Cullen, mais disons qu’étant à la fois fatigué et stressé, de lui retirer des épaules soudainement quelques poids qui s’accumulèrent au fil des bégayements du commandant, cela l’allégea considérablement, et l’envie de rire le prit. Il tenta cependant de se calmer et de reprendre son sérieux. Il y parvint relativement, puis se râcla la gorge.

Oui non excusez-moi, continuez.

* Soupir * … Une fille me plaît et je ne sais pas quoi faire pour attirer son attention… Vous pouvez m’aider ?

…Nooooooon ! SERIEUSEMENT ? Le Commandant Rutherford qui aurait des vues sur une charmante jeune ..

Il s’interrompit un instant, réfléchissant avec sérieux. Ah mais oui, bien sûr. En plus les rumeurs ne camouflaient pas tant la chose. Dorian se tourna vers Cullen en lui adressant un sourire diabolique, bien large.

C’est notre chère petite Inquisitrice, n’est-ce pas ?

Constant la réaction du commandant, le thaumaturge reprit son fou-rire. Il allait falloir analyser l’information avec attention, il avait peur de rater quelque chose. Donc en résumé, une fille – l’inquisitrice supposément – lui plaisait et il s’y prenait comme un manche, donc il demandait l’aide du plus volage des volages. Une chose était certaine, il n’allait pas être déçu.

JE LE SAVAIS, HAHAHA !

Malgré tout, Dorian tenta de reprendre son calme. Ayant frappé ses mains l’une dans l’autre en guise de félicitations pour avoir touché le gros lot, il se redressa finalement en croisant les bras sur sa poitrine, ce même sourire espiègle sur son visage.

Rassurez-vous Cullen, vous avez demandé à la bonne personne. Je vais m’occuper de vous. ~

Il en profita pour se rapprocher d’un pas lent vers lui, puis lui effleura la main pour .. s’en saisir et brutalement la retourner, et ainsi lire .. des phrases complètes en guise de pougnon sur sa pauvre et robuste main - les phrases étaient entrecoupées, il sous-entendit alors que le reste était sur l'autre. Même en pougnon, il n'était pas doué... Suite à ses actions, il tapota ladite main avec la sienne, inoccupée, et le regarda droit dans les yeux.

Et à ce que je vois vous avez bien fait, nous avons du pain sur la planche.

Qui aurait cru qu’un jour, Dorian Pavus aiderait Cullen Rutherford avec les filles ? C’était un sacré comble, compte tenu de l’intérêt pour le Tévintide de la gente féminine. Enfin, il lui avait promis maintenant de l’aider, et puis en tant qu’ami proche – et pas plus, sinon Cullen serait déçu –, il lui devait bien ça. Le thaumaturge lui donna une bonne tape sur la joue.

Bon, il nous faut commencer quelque part Cullen ! Mais d’abord, vous préférez que l’on reste ici, ou vous avez un autre endroit en tête ? Parce qu’au besoin, j’ai mes petites idées. ~


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Sam 30 Déc - 19:58






◇ Demande particulière ◇





Comme il s’en doutait forcément, Dorian s’amusa de la situation, aussi cocasse qu’elle semblait être. C’était vrai que Cullen n’était pas du genre à demander de l’aide et encore moins pour quelque chose d’aussi… extravagant visiblement.





《 - …Nooooooon ! SERIEUSEMENT ? Le Commandant Rutherford qui aurait des vues sur une charmante jeune ..  》

Il s’interrompit, et là Cullen regretta amèrement sa demande.





《 -  C’est notre chère petite Inquisitrice, n’est-ce pas ?  》





《 -   NoOOOo…. Non. 》

Il se racla la gorge alors que le tévintide pensait avoir mit la main sur LE point qui lui faisait perdre la raison. D’ailleurs, il ne manqua pas de le faire remarquer en se payant littéralement sa tête en s’esclaffant devant lui comme s’il venait de faire la pire bêtise de sa vie.





《 -  Oh ça suffis, hein ! J’ai.. jamais fais mention de… L’inquisitrice. OK ? 》





《 -  JE LE SAVAIS, HAHAHA !  》

Cullen croisa les bras, en soupirant. Le voilà dans de beau draps. Et encore, il ne fallait pas qu’il sache que c’était effectivement pour l’inquisitrice. Dorian se féliciterait pour trop longtemps…





《 -  Rassurez-vous Cullen, vous avez demandé à la bonne personne. Je vais m’occuper de vous. ~ 》





《 -  Bien entendu, votre Grande discrétion en est la preuve. 》

Le thaumaturge s’approcha doucement vers lui, avec son air sarcastique habituel. C’était fou ce qu’il pouvait se montrer inquiétant tout de même. C’était le seul qui savait vraiment comment parler aux filles, et qui serait en mesure de l’aider.





《 -   Qu’est-ce que vous… 》

Dorian lui saisi la main et pu observer la moitié droite de son pougnon, ce qui devenait vraiment gênant. Le fereldien détourna alors les yeux sur le côté en s’humidifiant la lèvre avant de la mordiller histoire de penser à autre chose. Mais finalement le tévintide vint lui capter le regard avant de lui dire gentiment ce à quoi il pensait.





《 -  Et à ce que je vois vous avez bien fait, nous avons du pain sur la planche. 》

D’un air las, il le regardait sans commentaires. Disons qu’il ne savait pas vraiment quoi ajouter si même lui ne pouvait plus cacher ses pougnons correctement. Histoire d’oublier ça il remit ses gants en place.





《 - J’ai passé plus de temps à écrire avec ma main gauche que préparer la réplique, vous savez ? 》

C’était gênant de l’admettre, mais bon au point où il en était. Puis Dorian lui donna une petite tape sur la joue, ce qui l’embêtait sérieusement…





《 -  Bon, il nous faut commencer quelque part Cullen ! Mais d’abord, vous préférez que l’on reste ici, ou vous avez un autre endroit en tête ? Parce qu’au besoin, j’ai mes petites idées. ~ 》





《 - Et bien heu… Je ne sais pas vraiment par où commencer au fait. Allons où vous voulez…》

Ce qu’il détestait passer pour une personne faible qui ne savait pas vraiment comment nager dans sa situation actuelle. Mais les filles étaient de vrais mystères : Certaines passaient leur journée à le regarder faire ses petites affaires, d’autres l’ignoraient complètement. Mais avec l’inquisitrice c’était autre chose, ils se côtoyaient tous les jours quand elle n’était pas sur le terrain, et le seul moment où il était angoissé c’était quand il n’était pas auprès d’elle. Quelle étrange sensation tout de même…





《 -  Disons que c’est un sujet extrêmement délicat, je ne sais pas vraiment comment faire en sortes de savoir si c’est possible ou non… 》

Il se rappelait de pourquoi il avait demandé à Dorian en fin de compte : Parce qu’il connaissait bien l’inquisitrice, ils étaient quasiment tout le temps ensemble. Mais pour une raison qui l’échappait il ne comprenait pas pourquoi il ne lui tournait pas forcément autour.





《 -  Et vous alors ? Vous ne vous intéressez pas… à l’inquisitrice ? Vous êtes pourtant souvent avec elle. 》

Il n’aimait pas poser ce genre de question, surtout que Dorian était un spécialiste du flirt. Il passait ses soirées à la taverne à faire des avances à tout le monde, il trouvait ça étrange qu’avec Cordélia cela ne se soit pas vraiment concrétisé. Et d'un autre côté cela le rassurait d'une part.

#a52b2b
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 2 Jan - 22:10
Fort-Céleste, chapitre 3Ft. Cullen Rutherford

Demande particulière


Et bien heu… Je ne sais pas vraiment par où commencer au fait. Allons où vous voulez…

S’il en était en point de répondre ça, c’était que la situation était vraiment grave. Pauvre commandant. Mais bien heureusement pour lui, quand Dorian faisait les choses, ce qui semblait d’ailleurs complètement fou, il les faisait avec sérieux. Dorian souffla du nez en lui souriant, se demandant déjà à quel point Cullen était désespéré. Désespéré, mais pas idiot : du moins, c’était ce qu’espérait le pro en drague. Il encadra ses épaules d’un bras ferme, tapotant de la main celle qu’il atteignait.

Ah, mon petit Cullen, vous allez tellement regretter ce que vous venez de dire. ~

Autant il prenait les choses très au sérieux, autant il ne faisait jamais les choses à moitié. Et à vrai dire, il avait suggéré un autre endroit, mais celui-là allait très bien.. Ou alors, il avait une autre idée, un endroit que quasiment personne ne connaissait. La première étape était très certainement de comprendre comment fonctionnait le commandant – ce qui n’était pas compliqué en soi –, de comprendre ses blocages et ce qui l’entravait dans ses convictions. Dorian se dirigea alors vers la sortie, laissant sa main glisser dans cette fourrure juste absolument douce à en mourir.

Suivez-moi, il nous faut un endroit bien plus discret et oublié.

Le plus drôle était que ce n’était pas tant loin que ça. Il suffisait d’escaliers et de quelques portes, et ils y étaient : la fameuse bibliothèque emplie de toiles d’araignées où personne n’allait apparemment. Le thaumaturge referma la porte derrière le commandant, et alluma un cierge avec sa magie pour y voir quelque chose. S’il cherchait la raison de ce changement provisoire de lieu, c’était surtout pour éviter les oreilles indiscrètes que Cullen ne connaissait pas ; pour en être partiellement une, le thaumaturge connaissait tous les recoins à ragots possibles et imaginables dans ce fort. Il s’adossa à une étagère, les bras croisés, à fixer le commandant.

On sera sans aucun doute bien plus tranquille. Donc, commençons !

Il lui adressa un sourire, marquant une petite pause sur ses longues déclarations et futurs conseils – qu’il espérait de bonne qualité, mais bon, venant d’un expert comme lui .. Enfin, c’était toujours plus facile d’aider Cordélia à aller vers Cullen, et non l’inverse. Il se sentait plus à l’aise pour conseiller sur comment draguer un homme, et pas besoin de grand-chose pour deviner pourquoi. Cela dit, ce n’était pas non plus un défi autant difficile que cela, il savait également comment s’y prendre avec les femmes, après tout.

Déjà très cher Cullen, vous vous posez les mauvaises questions. Oui c’est délicat, .. quoique, absolument pas en fait .. Cela dit, il ne faut jamais se demander si c’est possible ou non. Ce n’est pas la première chose qui devrait vous venir à l’esprit, enfin !

C’était vrai que ce type de déclaration l’avait pas mal surpris. Généralement on se demandait ce qu’on ressentait en premier, la suite suivait automatiquement. Se tracasser de savoir si elle serait intéressée par lui ou non .. On voyait bien qui se prenait les râteaux par de charmants jeunes hommes. Là oui, se poser la question était compréhensible, puisque les préférences de Dorian se partageait moins souvent que celles de Cullen. Enfin. Il n’en perdit pas moins cet air insouciant qu’il avait, très certainement pour ne pas trop stresser ce pauvre commandant sur ce qui allait suivre.

La première chose qu’il faut faire, déjà, ça serait de me parler de vous. Histoire que je sache avec quelles pinces vous prendre.

Les conseils variaient bien souvent selon l’attitude de la personne en quête d’aide, et celle de son objectif également. Mais par grand bonheur, il connaissait très bien les deux, donc ça ne serait pas tant difficile que cela de comprendre leur fonctionnement.

Vous vous sentez plutôt comment en compagnie des femmes de manière générale ? Plutôt à l’aise, plutôt nerveux .. que sais-je.

Oui c’était bien cela, Dorian était très clairement en train de commencer un interrogatoire. Ce type d’informations lui serviraient doublement en plus : il aurait de quoi appâter Cordélia par la même occasion, cocasse. Il laissait bien entendu le temps à Cullen de répondre entre ses diverses questions.

Je vois .. Et en la compagnie de votre dulcinée c’est différent, j’imagine ?

Il s’attendait très clairement à des explications se résumant simplement aux papillons dans le ventre, à la gorge serrée, etc. Quoique, Cullen savait surprendre. Peut-être n’était-il à l’aise qu’auprès de l’Inquisitrice, si c’était le cas, ça serait plus simple à gérer, déjà. Pour accentuer la chose, Dorian lui glissa un petit clin d’œil presque instinctif, avant de légèrement ricaner.

Hihi, vous tournez au rose, commandant. ~

Puis il repensa à la question de Cullen précédemment, que Dorian avait pris grand soin d’esquiver. Ce n’était pas le sujet initial, mais sa question le déstabilisa pas mal. Le thaumaturge se racla la gorge, fixant les pieds de Cullen un instant avant de lever la tête vers lui.

D’ailleurs à propos de l’Inquisitrice .. Si .. ça peut vous rassurer, je ne suis nullement intéressé par sa personne, aussi charmante et gentille soit-elle. Le champ est libre et tout à vous. ~

Là, Dorian fit un léger sommaire de tout ce que venait de lui dire le commandant, et réfléchissait aux meilleurs moyens de procéder. Non, il ne comptait pas s’étendre sur ses attirances, il n’avait pas besoin d’être au courant. Surtout qu’il n’était nullement intéressé à Cullen. Bon, qu’il le sache ou non, cela ne changerait pas le fait qu’il allait l’aider avec sa petite blondinette, mais il préférait rester concentré sur le sujet principal du jour.

Et puis on n’est pas là pour parler de moi, pour une fois. D’ailleurs, parlons un peu de cette chère petite Cordie ! Qu’est-ce qui vous plaît chez elle, pour qu’elle vous percute l'esprit au point de vous faire lever le nez de votre paperasse ?


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 3 Jan - 23:49






◇ Demande particulière ◇





Ils s’étaient déplacés dans un endroit bien poussiéreux afin de poursuivre la discussion. Cependant, même si sa question demeurait légitime, le thaumaturge l’esquiva sans plus de cérémonie. Pourquoi ne répondait-il pas à cette question pourtant si simple… ? Et il n’en fallu pas plus pour que Cullen ne se fasse de films.





《 -  La première chose qu’il faut faire, déjà, ça serait de me parler de vous. Histoire que je sache avec quelles pinces vous prendre. 》





《 -  Avec quelles pinces me prendre… 》


Il se demandait s’il avait bien fait de lui demander cela au final… Maintenant il avait de grands doutes, et si Dorian essayait de le tourner en bourrique pour se la garder pour lui tout seul ? Mais il ne semblait pas jaloux ou quoi que ce soit, une bien curieuse manière de montrer son attachement à l’inquisitrice.





《 -  * soupir * Que voulez-vous savoir ? 》


Il croisa les bras, comme pour soutenir son attention sur son interlocuteur. Après tout, autant qu’il pose ses questions si elles n’étaient pas trop indiscrètes. »





《 -  Vous vous sentez plutôt comment en compagnie des femmes de manière générale ? Plutôt à l’aise, plutôt nerveux .. que sais-je. 》





《 -   Des femmes en général ? 》


La surprise gagna aussitôt son visage, ne sachant pas vraiment par où commencer. C’était qu’il ne se posait jamais vraiment la question dans toute cette histoire.





《 - Les femmes ne me posent pas véritablement de problèmes, dans la mesures où elles ne tentent pas des avances à mon égard. 》


Il continuait de réfléchir, tout en s’imaginant en situation. Bon sang, c’était trop gênant à imaginer.





《 - Je reste infaillible en stratégie, mais je n’excelle pas dans les charmes rustiques. Ils ont le don de me mettre mal à l'aise. 》


On le lui répétait sans cesse qu’il avait un certain charme, mais ce n’était pas vraiment son centre d’intérêt. Il n’avait jamais imaginé une seconde qu’il tomberait amoureux un jour et même se dire ça lui faisait peur. Il n’assumerait pas ses sentiments, tant il a une fierté mal placée… Bon sang.





《 - Je me suis toujours répété que je serai seul toute ma vie, vous savez autant que moi que les personnes noyées par le travail ne passent pas leurs temps à se sociabiliser et faire des rencontres. Ce n’était absolument pas dans mes priorités de vie. 》


Et pourtant ça lui est tombé dessus malgré lui. Ne sachant pas vraiment quoi faire et se sentant subitement nerveux, le pauvre commandant se passa une main dans les cheveux.





《 -  Je vois .. Et en la compagnie de votre dulcinée c’est différent, j’imagine ? 》





《 - Je ne sais même pas vous expliquer ce que je ressent, à ce sujet. Ce… ce n’est pas … * soupir * 》





《 -  Hihi, vous tournez au rose, commandant. ~ 》





《 - Vous vous rendez compte que ce n'est pas évident de me livrer ainsi ?!? 》


Il baissa des yeux, ne sachant pas vraiment quoi lui répondre de plus. D'ailleurs, ce dernier ne l’aidait absolument pas avec ses remarques à lui en brûler les joues. Il ne pouvait pas lui répondre franchement sur ses sentiments envers l’inquisitrice si lui-même ne se montrait pas sincère avec lui.





《 - Répondez-moi franchement, Dorian. S’il vous plait. Vous esquivez ma question. 》


Pourquoi semblait-il soudain si mal à l’aise… ?





《 - Ne me dites pas que... 》





《 -  D’ailleurs à propos de l’Inquisitrice .. Si .. ça peut vous rassurer, je ne suis nullement intéressé par sa personne, aussi charmante et gentille soit-elle. Le champ est libre et tout à vous. ~ 》





《 - Je ne sais même pas pourquoi je n’arrive pas à prendre ce que vous venez de dire avec sérieux. 》


Le tévintide prenait le sujet tellement à la légère et Cullen commençait à redouter ce qu’il pouvait faire par pure jalousie. Le problème, c’était qu’ils étaient tellement proches qu’il ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’il y avait forcément quelque chose. Même si Dorian le démentait.





《 - Oubliez ce que je viens de dire. 》





《 -  Et puis on n’est pas là pour parler de moi, pour une fois. D’ailleurs, parlons un peu de cette chère petite Cordie ! Qu’est-ce qui vous plaît chez elle, pour qu’elle vous percute l'esprit au point de vous faire lever le nez de votre paperasse ? 》





《 - Je ne saurais l’expliquer. Elle est drôle, gentille et généreuse… Sans oublier qu’en tant que templier, on partage beaucoup de choses ensemble qu’elle seule peut comprendre : les mêmes valeurs, les mêmes fardeaux. Mais je ne sais pas pour vous, mais je la trouve quand même super touchante et ado…. 》


Il se coupa net, remarquant avec quel engouement il était entrain de parler d’elle et encore la liste était longue. Curieusement, il ne pensait pas qu’il aurait tant à dire sur elle, lui-même n’étant pas habitué à en parler. Il se racla rapidement la gorge, espérant que Dorian oublie ce qu’il venait de dire.





《 - … Enfin, elle a son charme. 》


Il dévia son regard ailleurs, afin d’éviter une gène plus conséquente. Il ne resta pas longtemps dans cet état, puisqu’il changea d’avis et s’approcha de Dorian d’un pas décidé avant de s’arrêter droit devant lui.





《 - Si vous avez une idée, dites-la moi, je ne sais pas quoi faire. J’ai trop peur de me planter et… que ça ne fonctionne pas… aussi. 》


#a52b2b
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Sam 3 Fév - 14:58
Fort-Céleste, chapitre 3Ft. Cullen Rutherford

Demande particulière


Il sentit Cullen sur ses gardes, comme méfiant tout à coup. Avait-il dit quelque chose de travers ? Pourtant, le thaumaturge lui avait bien expliqué qu’avec Cordélia il n’y avait absolument rien, et .. Oh. Les sourcils de Dorian se froncèrent, tandis que le commandant se décida finalement à lui raconter ses états d’âmes. De temps à autres, il s’amusait à le taquiner avec son grand sourire vicieux, mais il écouta sans vraiment bouger, les bras croisés. Il lui racontait toutes ces petites choses appréciables chez la petite blondinette, ce genre de petits détails intéressants de savoir au cas où il parviendrait à en discuter avec Cordélia à l’occasion. Oui, il était fourbe, mais bien placé pour jouer les entremetteurs. Cela dit, il restait étonné que le commandant Rutherford lui demande conseils avant l’inquisitrice, quand même. Et puis la grande question arriva.

Si vous avez une idée, dites-la moi, je ne sais pas quoi faire. J’ai trop peur de me planter et… que ça ne fonctionne pas… aussi.

Mais voyons, vous dramatisez trop la situation, très cher !

Et comment qu’il dramatisait trop. Dorian l’avait regardé s’avancer vers lui, mais décida finalement de faire le pas également dans sa direction. Ses yeux clairs se plantèrent dans les siens, sans la couleur qu’il s’amusait parfois à mettre. Autant ne pas le traumatiser, le pauvre.

Honnêtement, il faudrait vous laver les yeux et les oreilles. Généralement, pour se faire une idée de l’impression que l’on a, il ne faut utiliser qu’une seule et vraie référence : les ragots.

Il mit une main sur son propre torse, comme pour se désigner. Après tout, il aurait besoin d’exemples pour ne pas être trop perdu. Les ragots ne régalaient jamais tout le monde, malheureusement.

Par exemple, moi. Je sais que beaucoup de personnes ici me trouvent séduisant et charismatique. .. Et d’autres ne voient pas plus loin que mes origines et pensent que je ne suis qu’un mage de sang manipulateur qui compte me servir de l’Inquisition pour mes propres desseins.

Ce qui devait paraître étrange était cette légèreté qu’il avait à énoncer tout cela. Comme s’il s’en fichait que de un, on ne regardait Tevinter que par le biais de clichés, et que de deux, on s’amusait à sauvagement le piétiner sans en connaître son histoire. Par moments, ce genre de pensées abjectes lui faisaient se demander ce qu’il faisait encore dans le sud. Heureusement qu’il y avait des personnes sympathiques ici, mais surtout une cause juste à défendre. Dans le plus grand naturel du monde, malgré son léger rictus désapprobateur et dégoûté de la deuxième partie de ses paroles, Dorian poursuivit son récit.

Dans votre cas, je ne sais pas si c’est moi mais je n’entends que de bonnes choses à votre sujet. Et puis, regardez-vous ! Vous êtes grand, fort, très investi dans ce que vous faites… Vous saurez que pleins de femmes avec qui je discute à la taverne m’ont dit que vous étiez très charmant. Mais il n’y a pas que cela non plus, vous savez.

Là, il se risqua à un jeu particulièrement délicat, puisqu’il ôta sa main pour la poser à la même hauteur, mais cette fois-ci sur le commandant.

Vous vous impliquez dans ce que vous faites, vous êtes droit, inébranlable, et vous avez votre propre charisme qui vous donne un charme particulier.. Et croyez-moi, je sais de quoi je parle. Je ne vois vraiment pas en quoi vous ne pourriez pas lui plaire.

C’était presque dommage qu’il n’ait pas tant confiance en lui à ce niveau-là. Il fallait être privé de sens ou simplement sœur de la Chantrie pour ne pas s’en rendre compte, mais Cullen était un charmant jeune homme, fort et assez protecteur, sans doute très fidèle aussi. Finalement, la main de Dorian se posa sur son épaule.

Il faut vraiment entraîner la confiance en soi, ça serait déjà un bon début.

Cela dit, Dorian se posait une seule question : comment un homme comme Cullen pouvait manquer de confiance en lui avec les femmes ? Le nécromancien se détourna du commandant sans un mot, pensif, les yeux plissés. Il avait dit les éviter si elles commençaient à lui faire des avances. C’était comme s’il en avait peur ou qu’il s’en protégeait.

Dites voir ..

Il s’interrompit pour se tourner vers lui, la mine grave. Peut-être qu’il cherchait trop loin, mais cela le taraudait maintenant.

A vous regarder, j’ai tout sauf l’impression que vous manquez de confiance en vous, en ce que vous faites.  Ça se prouve tout bêtement avec quelle habileté vous faites votre devoir de commandant.

Il revint vers lui sur un lent pas. Eh bien, s’il s’attendait à poser ce genre de question..

Vous m’arrêtez si je vais trop loin, ou si ça ne me regarde pas, mais avant que vous ne me parliez de Cordélia .. avez-vous eu une relation avec une ..

Il s’interrompit brutalement avec un rire légèrement nerveux. Il n’aurait absolument pas dû tomber sur un sujet pareil. Dorian se râcla la gorge tout en tournant la tête.

Oubliez ce que je viens de dire, je me perds dans mes propres exp… extravagantes idées !

Cela lui rappelait beaucoup de choses, oui, mais il balaya tout d’une main solide et revint au sujet initial sans réelle transition. Il n’avait vraiment pas envie d’en parler.

Et puis d’ailleurs, vous n’avez même pas essayé, j’en suis certain ! Comment pouvez-vous parler sans savoir ?

Dorian se déplaça ailleurs dans la vieille bibliothèque, observant avec soin les livres baignant encore dans la poussière.

Vous vouliez des idées, j’aurai peut-être quelques conseils pour vous : apprenez à la connaître, à savoir ce qui lui plaît ou non, passez du temps avec elle, faites-lui des compliments, des petits cadeaux. Généralement tout s'enchaîne sans prévenir.

Là, il lui sourit tout en prêtant à nouveau attention à lui. Non qu’il l’ait oublié dans cette salle, d’ailleurs. Il revint sur ses pas pour se rapprocher du commandant, à qui il tapota gentiment la joue une fois à bonne portée.

En vrai je n’ai pas tant de choses à vous dire, simplement de rester tel que vous êtes et d’agir le plus naturellement possible. Et puis ressaisissez-vous un peu, vous avez toutes vos chances !


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63





PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum