Dragon Age : Les Légendes de Thédas

PROCHAIN NIV. :
avatarOeil pour oeil D3ku
avatarOeil pour oeil D3ku
Invité
Invité
Posté Mar 19 Déc - 0:24
Les temps anciens.

Comme elle déambulait à travers la forêt à l’affut des moindres vestiges de bataille, les mots de son père résonnaient dans sa mémoire. Alda songeait rarement à cette partie de son passé mais, lorsqu’il lui semblait se rapprocher de ses origines, elle avait tendance à se replonger vers cette enfance composée d’insouciance et de nostalgie. Le clan dont elle était issue avait depuis longtemps disparu, emportant son père et sa mère dans un conflit dont elle n’avait recueilli que des rumeurs. Les yeux perdus dans la contemplation des reliefs, le nez en l’air, la jeune femme continuait de marcher à un pas tranquille, l’esprit abimé entre les souvenirs d’un temps révolu et les vestiges de ses ancêtres.

Elle était arrivée dans les plaines exaltées trois jours plus tôt, profitant de l’installation d’un avant-poste de l’Inquisition pour effectuer quelques recherches sur le lieu. Souvent elle avait entendu des récits sur celui-ci mais c’était la première fois qu’elle avait l’occasion de fouler le champ de bataille qui avait opposé ses ancêtres aux forces de la Chiantrie. L’ultime bataille. Jusqu’à sa récente entrée dans les forces de l’Inquisition, Alda ne s’était jamais véritablement penchée sur ses origines. Enfant, les discours de son père ne l’avait jamais réellement touchée. Elle y avait vu des fables chargées de fierté, pleines de rêves et de nostalgie. Tout le reste de son passé l’avait ensuite séparée de ses racines et elle avait tout simplement mis la question de côté.

La jeune femme avait même traité la question des Dalatiens indépendantistes avec un mépris teinté d’ironie. Sa première confrontation avec le Mien’Harel remontait bien des années plus tôt et n’avait pas été particulièrement concluante. Alda s’arrêta un moment, les yeux plissés, fouillant dans sa mémoire pour en extirper les circonstances exactes. Le nez plissé, un rictus découvrit ses canines en un sourire carnassier. Un nom lui revenait en mémoire.

Ered Brytvell

Evidemment, sur le coup, elle avait été bien incapable de connaître l’identité du fauteur de trouble. L’incident remontait à l’époque où elle agissait pour les Corbeaux d’Antiva, envoyée en mission d’infiltration, elle avait pour ordre d’éliminer une cible précise. Malheureusement, ses informateurs avaient omis un détail non négligeable : le Mien’Harel avait jeté son dévolu sur la même cible. Non seulement elle avait été doublée mais avait bien manqué d’être démasquée.

Les bras croisés sur sa poitrine, Alda poussa un grognement de dépit. Elle secoua la tête puis reprit sa marche. La tête baissée, perdue dans ses pensées, ses yeux dérivaient désormais quelques mètres devant elle. Elle se souvenait clairement du faciès abîmé qui l’avait toisé avec férocité et orgueil lorsqu’elle avait réalisé la supercherie. Et tandis que la cible lui échappait et que l’étau se resserrait autour d’eux, il avait eu l’affront de la défier. Agacée par le tour que prenait la situation et sérieusement remontée contre le gêneur, elle s’en était prise à lui.

Et quelle dérouillé elle lui avait flanqué !

Un sourire féroce fleurissait sur les lèvres de la jeune femme tandis qu’elle repensait au combat. Il l’avait sous-estimée et elle avait saisi l’occasion. La duelliste était entrée au contact, évitant un coup porté avec son poignard qui relevait davantage du réflexe que de la véritable offensive et lui avait porté une manchette au visage. Le combat n’avait duré que quelques secondes. Etalé au sol, plié en deux, elle s’était penchée au-dessus de lui avec un air mauvais.

- La prochaine fois, évite de te mettre sur mon chemin.

Les pas lourds des soldats résonnaient encore dans le couloir lorsqu’elle avait pris sa retraite, le laissant planté là.
PROCHAIN NIV. :
avatarOeil pour oeil D3ku
avatarOeil pour oeil D3ku
Invité
Invité
Posté Dim 24 Déc - 2:27

Œil pour œil
... et mon poing dans ta gueule

9:42 + Les plaines exaltées Ered avait repéré ce lièvre la veille au soir déjà. Son piège s'était mal déclenché mais les empreintes qu'il avait pu observer à proximité témoignaient d'une activité nocturne assez intense. L'animal avait été remuant et, il fallait bien le dire, sacrément veinard. Ered avait adressé une plainte muette aux Evanuris : les traces s'étalaient à vingt centimètres à peine de son piège. Un peu plus sur la droite et il l'aurait attrapé. Ce lièvre avait une chance de tous les diables, ou alors c'était celle d'Ered qui était en berne, il n'avait pas encore décidé. Il décida de surveiller la zone tout le jour et, planqué derrière un arbre, il entreprit de réinstaller son collet. Il faisait coulisser le nœud sur son fil en étain quand un bruissement se fit entendre derrière lui. Le bond d'un lièvre ? Ou le pas d'un bipède, mais assurément pas un humain. Les shemlens étaient terriblement bruyants – ils ne s'en cachaient pas. Et même lorsqu'ils faisaient l'effort de marcher sur la pointe des pieds, c'était comme si un troupeau de Brontos écrasait méthodiquement toutes les feuilles sèches et les brindilles égarées dans la forêt. Ered dégaina discrètement son arc et se glissa lentement de l'autre côté du tronc d'arbre pour repérer l'origine du bruit. Mais ce qu'il trouva était plus intéressant qu'un lièvre.

Ce n'était pas un animal, et rien de comestible, vraiment, mais Ered ne lâcha pas son arc pour autant. Il laissa ses flèches dans son carquois, tout de même, c'était un elfe civilisé. Il n'allait pas planter une flèche dans un autre être vivant doué de conscience. Enfin, pas sans sommation. Il avait des principes, même si ce n'était pas l'envie de percer des crânes qui manquait. Ered scanna les alentours en réalisant que sa cible marchait quasiment droit sur lui, et ne semblait pas l'avoir vu. Il y avait des ruines un peu plus haut, sur une colline qui surplombait la majorité des arbres de la forêt. Cela aurait été un point de vue extraordinaire – et surtout une excellente fenêtre de tir – mais Ered jugea la distance trop grande pour s'y cacher à temps. Il n'avait pas envie de courir et il risquait de se faire repérer. En revanche il y avait un rocher un peu plus loin, derrière lequel il pouvait se planquer s'il restait plié en deux. C'est donc ce qu'il fit.

Il n'osait pas regarder derrière lui à présent. Il entendait les pas, légers certes, se rapprocher de sa cachette. Accroupi le dos collé contre la roche, son arc dans les mains, Ered surveilla le sol pour calculer l'avancée de sa cible. Les pas passèrent derrière le rocher. Ered retint son souffle comme lorsqu'il s'apprêtait à tirer une flèche. L'ombre de la silhouette s'étira sur le sol à sa gauche. L'elfe borgne resta baissé jusqu'au dernier moment, et visa les pieds. Il fit décrire un arc de cercle à la branche de son arc pour faucher les jambes de sa cible en se jetant sur elle.
De loin ce n'était pas très esthétique, mais comme il arrivait par derrière, c'était efficace. Ered y mit toute sa force et surtout toute sa frustration. Ce n'était pas juste parce que ce lièvre lui avait échappé hier soir et qu'il avait la dalle.

Il avait vraiment une dent contre Voluspà.

Quelques années plus tôt, une de ses missions pour Mien'harel avait empiété sur celle des Corbeaux d'Antiva – ou le contraire, vous affirmerait Ered, qui était là en premier, vous saurez. Comme assassiner deux fois une même personne s'avérait problématique, il avait tenté de prendre les devants. Sauf qu'Ered n'avait pas été embauché pour sa capacité d'assassinat, du moins pas dans ce style-là. S'il devait faucher quelqu'un, c'était de loin, avec son arc ou à l'aide d'un piège. Il se défendait au corps à corps à condition d'avoir une dague et l'effet de surprise de son côté. Or, face à un Corbeau expérimenté, il n'avait ni l'un ni l'autre. Voluspà, dont il apprit plus tard l'identité, n'apprécia pas qu'il fasse foirer sa mission, même si ce n'était pas complètement volontaire puisqu'à la base, Ered était tout à fait d'accord avec quiconque assassinerait sa cible. Sauf que les Corbeaux faisaient les choses à leur manière et Ered, Mien'harel surtout, avaient besoin de faire passer un message.
Bref, ces saletés de piafs allaient encore se ramasser toute la gloire alors qu'ils n'avaient ni morale ni principes. Et certes Ered n'avait pas beaucoup de ces choses-là non plus, mais un peu plus qu'eux quand même – comme le justifiait sa présence dans l'organisation rebelle. Pour résumer sa rencontre avec Voluspà, disons qu'elle l'avait laissé sur les rotules, et pas dans le bon sens du terme, vraiment littéralement sur les rotules. Elle l'avait frappé dans le ventre, un peu trop sous la ceinture si vous voulez son avis, il avait fini plié en deux sur le carreau et c'était plus humiliant que n'importe quel lièvre trop malin pour ses pièges.

Ce gibier-là, il ne le laisserait pas fuir cette fois. Ered baissa les yeux sur l'elfe au sol.
– Je sais que tu m'as dit de ne plus me mettre en travers de ton chemin, Corbeau. Mais mon arc n'était pas d'accord.
Il agita brièvement son arc d'une main, et de l'autre glissa deux doigts dans son carquois. Sa main frôla l'encoche d'une flèche. Il caressa distraitement l'empennage avec un sourire narquois.
– J'ajouterais bien tes plumes à mon carquois.
Il recula de trois pas, prudent et menaçant à la fois. Il se gardait bien de rester à portée, il avait retenu la leçon.
PROCHAIN NIV. :
avatarOeil pour oeil D3ku
avatarOeil pour oeil D3ku
Invité
Invité
Posté Dim 24 Déc - 14:23
Pour la postérité, Alda pourrait préciser qu’elle avait bien vu le coup venir et ne s’était pas laissée surprendre pour un sou. Elle pourrait dire qu’elle s’était réceptionnée avec grâce, mimant la surprise et l’embarra afin de laisser croire à son agresseur qu’il avait le dessus. Elle pourrait prétendre encore que c’était une stratégie efficace. Lorsque l’ennemi vous sous-estimait, vous aviez une plus grande manœuvre pour le surprendre et reprendre l’avantage.

Mais honnêtement, cela n’aurait été que du vent. La Dalatienne s’était littéralement faite cueillir et avait rejoint le sol sans aucune élégance. La surprise laissant place à une fureur à peine contenue, elle grogna un juron dans une langue ancienne, oubliée de la plupart. Comme elle se redressait, elle dévisageait son agresseur. Un nouveau juron lui vint qu’elle comptait avec peine, plissant les yeux et creusant les joues. Si la cicatrice qui déformait le sourire goguenard ne suffisait pas, le ton plein de nonchalance qu’employa l’agresseur eut tôt fait de lui remettre les idées en place. Alda ne s’était certainement pas attendue à tomber sur ce maudit fouineur ! A dire vrai, à partir du moment où elle l’avait planté une dizaine d’années plus tôt, elle ne s’était jamais réellement soucié de son sort.

En d’autres circonstance, la jeune femme aurait certainement apprécié l’ironie de la situation mais, pour l’heure, elle se trouvait surtout blessée dans son égo. Avec une lenteur calculée, elle se releva, prenant soin de compenser sa précédente chute par une agilité empreinte d’élégance. Elle n’avait pas manqué par ailleurs la menace à peine dissimulée du Dalatien. Jaugeant la distance entre eux, elle estima pouvoir reprendre le dessus en cas de nécessité. L’arc d’Ered n’était pas spécialement adapté pour les tirs de courte distance et, si elle s’y prenait au bon moment, elle pouvait l’empêcher de s’en servir. La lutte terminerait probablement au sol et à mains nues mais, sur ce compte-là, elle estimait pouvoir reprendre le dessus. Alda n’avait jamais été spécialement formée aux combats de piliers de bar mais l’expérience avait fini par lui donner quelques bons réflexes.

Quand on a l’alcool mauvais et qu’on ne veut pas finir dépouillé dans un caniveau, il faut apprendre à développer d'autres qualités.

Pour l’heure, Alda ne se sentait pas suffisamment en danger pour en venir à ces extrémités. Dans le regard du Dalatien, elle ne devinait pas de véritable menace. Il semblait la jauger, certainement aussi surpris qu’elle de la trouver en ce lieu. Elle le dévisagea encore une seconde, pas le moins du monde gênée par son regard inquisiteur. Elle finit par s’épousseter et rejeta d’un mouvement de tête les cheveux qui barraient encore son regard. Ce dernier brillait toujours d’une étincelle furieuse. Elle finit par planter ses poings sur les hanches, les sourcils froncés.

- Je n’ai plus rien à voir avec les Corbeaux, Ered Bryvtell.

Elle avait prononcé son nom avec une certaine amertume. Lorsqu’elle l’avait rencontré pour la première fois et qu’elle s’en était prise à lui, elle ignorait sa véritable identité. Les circonstances l’avaient emmené à effectuer une petite enquête sur lui et son nom avait été mentionné dans le rapport aux Corbeaux qui mentionnait son échec. Depuis, elle avait décidé de tirer un trait sur le personnage. Alda ne s’était clairement jamais doutée retomber sur lui.


- Le monde est petit, finit-elle par admettre avec un léger haussement d’épaules. D’ailleurs je te serais reconnaissante de rester discret à ce propos.

Cette fois-ci sa voix avait pris des accents menaçants. Les yeux plissés, le visage fermait, elle jaugeait toujours son adversaire. Si Alda n’était pas résolue à tuer, elle comptait bien se donner les moyens de taire son secret. Ered et sa langue trop bien pendue pouvaient bien en faire les frais. Elle laissa la menace en suspend quelques secondes puis se dérida. Un sourire sarcastique étirait la commissure de ses lèvres tandis qu’elle croisait les bras sur sa poitrine.

- Voluspà est morte. Paix à son âme. C’est Alda Ar Var désormais, maître d’armes de l’Inquisition.

Restait désormais à savoir si Ered retiendrait l’allusion et aurait le bon sens de laisser mourir les rumeurs de son passé.
PROCHAIN NIV. :
Oeil pour oeil D3ku
Oeil pour oeil D3ku
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum