PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
Lord of revassan ⊱ Mien'harel
— PSEUDOs : Pendräagon
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Présent.
— MISSIVES : 269
— DC&TC : Reyner Cousland (+) Seth.
— PRESTIGE : 207
— CRÉDITS : phobs (+) moi

— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Dalatien et descendant direct de Shartan.
— ÂGE : Glorfindel possède dix neuf ans.
— PROFESSION : Leader du mouvement Mien'Harel, chef de la cité Revassan.
— FACTION : Mienh'Harel, évidemment : les elfes rebelles.
— ARMES : Deux sabres dalatiens.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.
— O.SEXUELLE : Bisexuel.
Posté Lun 4 Déc - 17:29




Le chat et la souris.
aerandir & glorfindel

Si je me devais de décrire l'une de mes journées typiques au sein de Revassan, je ne serai pas en mesure de donner un exemple parfaitement concret. Parfois, il y avait tant de choses à faire et j'avais si peu de temps devant moi qu'il m'arrivait de m'enfermer dans l'une des salles du Palais afin de calmer mes angoisses. Pourtant, j'avais subi une éducation propre à ce qui allait m'attendre dans un futur proche : mes parents n'avaient peut-être pas prévu que je deviendrai le chef de Mien'Harel si tôt... Et ce, sans leur soutien moral auprès de moi. Il m'arrivait souvent de me demander si, de là où ils sont désormais, ils étaient fiers de ce que j'avais construit après eux. Après trois ans à gouverner seul, la cité redoublait d'habitants : le plan d'action des Chuchoteurs que j'avais élaboré il y a deux ans de cela fonctionnait mieux encore que nos estimations passées. Tant de réfugiés avaient franchis nos portes ; tant de vies brisées qui, débarquant au sein de notre havre de paix, retrouvaient foi en la vie, souffle conquis et larmes aux yeux, prêts à se battre de toute leurs dernières forces pour défendre ce que nous avions battis et ce qu'ils commençaient eux-même à se construire : une vie. Une vie heureuse, une vie équilibrée, une vie épanouie et pleine de promesses d'avenir... Chose que tout être devrait posséder en ce monde.
Je sais à quel point mes paroles sonnent comme étant utopiques. Je suis conscient que ce sont des choses qui prennent du temps à mettre en place, et je suis aussi bien au courant de notre situation politique : Aussi étions-nous pacifiques. Ce qui se passait dans l'ombre était toutefois tût au grand publique : quelques nécessités politiques nous étaient incombé de temps à autre. J'usais de tout mon savoir afin de monter des stratagèmes implacables, et ce, presque au quotidien : quelque soit le contexte de la requête de mes conseillers et bras droits, nous avions toujours matière à améliorer les choses.

Aussi m'extirpais-je de cette salle de réunion en fin de soirée, mes confrères se divisant et rentrant chacun chez eux tandis que mes propres pas me guidèrent non pas vers la sortie du Palais, mais en son cœur : dans l'aile des chambres. Le Palais de Revassan était grand et vaste, et nous accueillons temporairement les personnes et familles fraîchement arrivées qui n'avaient pas encore bâti leur demeure dans la cité au sein de ce dernier, leur attribuant des chambrées à invités. La ville était en constante amélioration, nos constructions se faisant de plus en plus vastes et de plus en plus peuplées. Mère, Père, si vous pouviez voir cela...
Bien sûr, nous étions très attentifs à qui venait chez nous : depuis l’empoisonnement de mes parents, les gardes et la milice veillaient au grain comme jamais. Certains avaient peur que ce genre d’événement se reproduise, surtout pour moi : j'en avais cure. Je n'ai pas peur. Encore moins quand il s'agit d'une bande de lâche qui se cachait derrière de l'alchimie afin d'assassiner leur victimes. Écœurant.

Alors que mes pensées tournaient autour de sujets dont l'importance était indubitablement élevée tel que « Que vais-je manger ce soir », mes oreilles furent témoins d'un des pires son au monde.

Par Andrasté, mais ?!

Me stoppant dans le couloir, je tournoyais la tête en ayant l'air las, regardant la porte à ma droite avant de plisser les yeux, grimaçant sous l'horreur des mélodies qui s'en évadait. Sachant à qui appartenait cette chambrée, je n'étais pas une seule seconde choqué. Aerandir et son luth. Aerandir et sa stupidité infinie. Aerandir et son don pour me mettre les nerfs à vifs.
Néanmoins, après une telle après midi, je n'avais besoin que de trois choses : manger, dormir et... Me distraire.
Aerandir était quelqu'un qui était très proche de moi, et pour cause : c'est lui qui me forma à l'art du combat durant mon adolescence. Meilleur ami de mon père Maenas, il faisait comme partie de la famille. Plus jeune, je l'admirais. Désormais adulte, notre relation a pris une tournure totalement différente... Un changement drastique de comportement l'un envers l'autre. Un changement qui était mutuel. Malgré l'écart d'âge immense, nous avions une connexion vraiment puissante et hors du commun.

Tu comptes torturer ce pauvre instrument de musique encore longtemps ? Sais-tu que si l'on laisse un Luth tranquille, il peut émettre un son audible ?

Tout en entrant dans sa chambre, mes mots étaient sorti d'un naturel las et hautain. Il était assit au loin, son fidèle instrument à corde entre les mains. Je ne lui prêtais pas attention, feintant l'ignorance envers sa personne, comme si mon regard était totalement au dessus de lui.
Aerandir est le seul être sur Thédas avec qui je me comporte ainsi. Pourquoi ? Je ne sais pas. Moi-même, lorsque je me retrouvais en sa compagnie, je me surprenais à réagir comme je ne l'avais jamais fait avant. Mais comme je l'avais notifié plus tôt, notre relation avait tant changée au cours de ces dernières années. Elle était devenue tellement étrange, tellement... Instinctive, que je ne saurais même pas placer de qualificatif sur elle. A chaque fois qu'on échangeait des mots ou des regards, j'avais cette drôle d'adrénaline qui me saisissait et me faisait sortir un flot de mots très particuliers, comme si je cherchais à être son centre d'attention.

M'approchant lentement de l'un de ses meubles de chambre, mon doigt se déposa contre le marbre de la commode qui me faisait face, glissant ce dernier dans un geste délicat.

Toi qui vient de l'armée, tu es vraiment indiscipliné. C'est quoi, toute cette poussière ? Tu ne nettoies jamais ta chambre ?

Je croisais finalement les bras, mes pas m’apportant au centre de la pièce, fixant finalement mon vis à vis sans ajouter un seul mot. Après tout, j'en avais déjà dit assez. Et comme je le connaissais bien, je savais pertinemment que ce jeu de lancé de pics absolument gratuit allait durer un petit moment. Je me devais donc d'économiser ma salive.


All my life,
I have been fighting for this.
They try to keep me down but I just get higherII've been up, I've been down. Seen the world from the ground. But I hear the drumming, now my veins are pumping. Scraped my knees, bruised my heart, It's where you end, not where you start. I see them running, cause they see me coming. All my life, I have been waiting, I have been waiting for this.
PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
— PSEUDOs : LadyNightmare
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Autant que je peux
— MISSIVES : 184
— DC&TC : Elian'Ha - Anders
— PRESTIGE : 119
— PAIRING & OTP : Reystair - Aerindel
— CRÉDITS : Phobs + Pendraagon

— NATIONALITÉ : Notre commandant elfique est de nationalité dalatienne. Ce qui n'est pas étonnant vu que c'est un elfe.
— ÂGE : Aerandir est un homme âgé de 42-43 ans, l'âge est quelque chose de subjectif pour lui du coup il ne sait pas vraiment lui même.
— PROFESSION : Comme cité un peu plus haut, l'elfe est le commandant des armées de Mien'Harel.
— FACTION : Comme c'est le chef des armées de Mien'Harel, Aerandir fait parti de cette faction: celle des elfes libres.
— ARMES : Il a deux sortes d'armes: soit une grande épée; soit une énorme massue qu'il est l'un des seuls à pouvoir porter.
— AMOUREUSEMENT : A ce niveau là, l'elfe se laisse porter par le vent. Pour le moment, il collectionne les conquêtes. Il n'a pas envie de s'attacher.
— O.SEXUELLE : L'âge, le sexe, le corps du partenaire importe peu Aerandir. Ce qui compte pour lui, c'est la façon de penser et le comportement. Donc il est pansexuel.
Posté Mer 6 Déc - 11:33




Le Chat et la Souris
Shall we dance

Alors que la lune commençait à se lever, un grognement se fit entendre sous une couverture. Une tête brune mal léchée en sortit pour regarder la lumière blanche  pénétrer la pénombre de sa chambre. L'elfe soupira en se levant, avant de se diriger vers les rideaux pour les ouvrir d'un geste brusque. Il avait dormi toute la journée. Il se tourna ensuite vers sa petite habitation et entreprit de la ranger et nettoyer. C'est ainsi que, vêtu d'un simple pantalon, il fit son lit, rangea les deux-trois livres qui se battaient en duel sur le bureau et fit les poussières, faisant éternuer une petite créature sur le lit. Ricanant légèrement, Aerandir se mit à genou pour observer l'animal couleur sable le regarder de ses grands yeux noisette. Il tendit la main et le fennec y alla, montant sur son bras et se blottissant contre son cou dans de petits bruits joyeux.

Ne fais pas trop de bruit Maeni, d'accord ?

Le commandant déposa le dit Maeni sur le lit, ce dernier s'y couchant. Puis, il reprit son petit ménage matinal enfin plutôt de début de soirée. Tout ceci fait, il décida enfin à se laver. Entrant dans la baignoire, il se lava rapidement et en ressortit avec la même vitesse pour aller s'habiller. Il opta pour une tenue qui était spéciale pour lui : une tunique rouge aux bordures dorées avec un bas noir. C'était un habit que lui avait offert Maenas, son défunt roi et le père de Glorfindel.

A la simple pensée du plus jeune, Aerandir soupira bruyamment. Glorfindel et sa jeunesse… Ainsi que sa manie à le mettre hors de lui. Pourtant, ce changement ne lui déplaisait pas. Bien au contraire. Cela l'amusait même plus qu'autre chose. Leur relation avait passé un cap. Inattendu certes. Malgré son jeune âge, le plus vieux le voyait déjà comme un homme. Cependant, il se retenait bien de lui dire. Comme il se retenait de lui dire qu'il s'inquiétait pour lui. Il avait sa fierté et il savait que s'il lui disait, il aurait le droit à une énième pique là-dessus. Donc autant se taire.

Se demandant ce qu'il allait faire aujourd'hui, son regard se posa sur un objet tout particulier : un luth. Le chef des armées ne savait pas en jouer, mais il n'abandonnait pas l'idée d'apprendre. Il ne saurait dire pourquoi il s'acharnait autant sur ce pauvre instrument qui n'avait rien demandé de sa cacophonie, mais il en avait besoin. Prenant l'objet à corde, il se dirigea vers le bord de la fenêtre où il s'assit pour commencer à jouer des notes dissonantes. Celles-ci effrayèrent même Maeni qui partit aussitôt sous le lit dans un couinement apeuré. Ce qui fit rire le brun qui essaya de nouveau. Jusqu'à l'intervention d'un fléau avec sa voix crachant des vipères.

Je sais. Mais j'espérais te faire fuir pour avoir un peu de paix et de calme. On m'a dit qu'il faisait fuir les démons, mais ce n'est apparemment pas le cas… Il faudra que je me fasse rembourser.

n grand sourire apparut sur ses lèvres tandis qu'il tournait son regard vers son ancien élève. Les taquineries et les piques, il connaissait aussi. Bien sûr, il n'était en rien méchant et son regard joueur prouvait ce fait. C'est juste qu'il était comme cela avec le blond vénitien… Il ne saurait pas exactement dire pourquoi il réagissait ainsi. Il jouait au jeu du chat et de la souris, mais il savait qu'au bout d'un moment l'un ou l'autre allait trop s'approcher du soleil et se brûler et Aerandir pensait que ce serait lui. Bon, après tout, ce n'est pas comme s'il n'avait pas connu le feu de près… Même son visage s'en souvient.

Se levant d'un geste gracieux qui contrastait avec son rôle de commandant, il se dirigea vers Glorfindel d'un pas lent et calculé. Son sourire toujours présent sur les lèvres, il fit une courbette quant à sa deuxième remarque, avant de répliquer :

Dans ce cas Votre Majesté… il insista bien sûr ces deux derniers mots. … Je vous prierais d'aller faire votre devoir, je ne voudrais pas que votre grande personne… il appuya encore une fois ces trois derniers mots. Tombe malade sous l'effrayante poussière.

Son sourire s'élargit tandis que son regard devint plus pétillant. Dieu qu'il adorait jouer. Mais au fond, une voix lui disait de se calmer et d'arrêter : c'était le fils de son défunt meilleur ami et il avait peur de subir les foudres de sa colère. D'un autre côté, il n'arrivait pas à contrôler ce qu'il ressentait envers la personne devant lui. Il n'y avait nullement de haine ou autres sentiments négatifs. Bien au contraire.

Redressant son corps et surplombant le plus jeune de ses deux mètres quinze, il se rapprocha encore, leurs corps à quelques centimètres respectifs l'un de l'autre. Ses cheveux tombèrent en cascade de part et d'autre de son visage, quelques mèches caressant le visage du rouquin dans une douce odeur d'agrumes et de café. Il avança son visage, leurs lèvres à quelques centimètres avant de lui souffler dans un murmure :

Bon, ce n'est pas tout ça, mais les grandes personnes doivent aller au travail.

Il se releva ensuite rapidement, contournant Glorfindel pour se diriger vers la porte. Il adorait ce jeu. Néanmoins, ce jeu prit rapidement fin quand il entendit un bruit sourd, comme-ci quelque chose venait de tomber. Il se retourna pour voir son roi au sol. Ses yeux s'agrandir tandis qu'il se précipita vers ce dernier qu'il porta en lui tapotant doucement la joue

Votre Altesse ?!...GLORFINDEL ?!

Voilà que son cauchemar recommença. Il avait perdu son meilleur ami et la femme de ce dernier, puis voilà qu'il perdait leurs fils. Leur fils ? Oui, mais il était bien plus pour lui. Il ferma les yeux et alla embrasser le front de ce dernier, des larmes coulant sur le visage du commandant des armées.

Je vous aime...

Oui... Il l'aimait. Plus qu'il n'avait osé l'avouer. Il regarda le visage pale de son roi et de son amour, le caressant doucement avant de constater avec frayeur qu'il ne respirait plus. Une énième lumière venait de s'éteindre, pour se rallumer dans le ciel tel l'étoile qu'il était. Son étoile.

Faites de beaux rêves... Mon Roi

Et sur cette dernière parole, il l'embrassa.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum