Dragon Age : Les Légendes de Thédas

PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Ven 1 Déc - 19:00






◇ The Dawn Will Come ◇





Après avoir fui Darse, tout le monde était acheminé en direction des montagnes, là où Corypheus ne soupçonnerait pas leur présence. Les brontos tiraient tant bien que mal les charrettes transportant vivres et blessés, parfois aidés par les soldats pour passer un obstacle. Mais le sentier qu’ils empruntaient était encore facile, puisqu’il était destiné au pèlerinage. Mais avant de définitivement tourner le dos à Darse, Cullen glissa une dernière vision sur ce paysage horrifiant et rongé par les flammes qu’ils laissaient loin derrière eux.

La route qui suivit fut des plus pénible. Une brise glaciale s’abattait sur eux, soulevant la poudreuse de la neige qui rendait la marche plus difficile. Les plus habitués marchaient devant, et les pauses se firent de plus en plus nombreuses avant d’atteindre le vallon des dorsales de givre. Mais en s’arrêtant au sommet de la combe, un soldat tiqua et préféra avertir Cullen qui aidait une charrette à se débloquer.





《 - Commandant, je crois qu’il est nécessaire de monter le campement 》





《 - Voyons, on vient à peine de partir…  》

Il était frustrant de devoir faire des pauses, mais en levant le nez, il vit s’approcher dans le ciel de gros nuages qui engloutissaient déjà les cimes des montagnes. Une tempête de neige approchait au loin et cette fois il fallait montrer le campement avant de se retrouver à l’intérieur. En observant les environs, il vit un replat au fond du vallon, il suffirait simplement de descendre et de monter les tentes en attendant que la tempête passe. Mais cela faisait plusieurs heures qu’ils marchaient et il était peut-être temps de penser aux blessés. Les deux hommes se mirent rapidement d’accord et Cullen fit marche arrière pour avertir le convoi.





《 -  Une tempête de neige approche, il faut s’arrêter pour la nuit. On va encore descendre le vallon et s’installer sur le replat qui se trouve en contrebas. 》

Ils avaient quitté leur ancien post il y a moins d’une dizaine de minutes, laissant encore les brasiers du feu allumés. Personne ne les suivait de toute manière, ils étaient hors de danger. Il attendit néanmoins que tout le monde lui passe à côté, restant vigilent comme un mabari en regardant derrière eux, tout en se perchant un peu plus haut pour avoir la vue sur le groupe. Ils étaient quelques centaines à avoir fui, soldats comme civils, il était important que personne ne se soit dispersé. Quand tous furent passés, il jeta un rapide regard au loin, comme s’il attendait encore quelqu’un, mais sans résultat. Il ferma la marche et rejoignit le reste de ses compagnons.

◇  ◇  ◇

La neige s’abattait sur le campement, secoué par le vent qui repoussait les flocons de temps à autres. Le gros de la tempête était passé, mais le Commandant n’était pas tranquille. Il essayait de se reposer près du feu mais rien n’y faisait il était particulièrement tendu et prit dans ses pensées. Mère giselle, en bon samaritain, remarqua immédiatement son embarras.





《 - Vous vous inquiétez pour la Messagère ? 》





《 -   Il faut que je retourne à Darse. Je peine à croire qu’elle soit morte, et si elle ne l’est pas, elle doit avoir rejoint le sentier. Et avec cette tempête qui se calme c’est le moment d’aller effectuer des recherches… j’imagine.. 》





《 - Ecoutez votre cœur, les remords valent mieux que les regrets…  Si vous voulez obtenir réponse, le Créateur vous guidera de sa lumière. 》





《 - Puisse-t-il. Je vous remercie Mère GIselle. 》

Il se releva, observant le sentier qu’ils avaient empruntés se dégager du brouillard. Mais la neige était toujours aussi dense. S’il comptait partir, il ne devait pas y aller seul et là il lui vint une idée. En se retournant il tomba nez à nez avec la première personne qu’il avait en champ : Dorian. Il ne le connaissait pas vraiment, mais il faisait partie des compagnons de Cordélia depuis peu. Il pouvait peut-être accepter sa demande.





《 - Dorian ! J’aurais besoin de votre aide. 》

Le pauvre Tévintide semblait ne pas apprécier le froid du sud, et manque de bol pour lui il était en pleine tempête de neige. Cullen ne pouvait pas s’en plaindre, il était vêtu de manière à résister au froid. Mais il ne résista pas à afficher un petit sourire douloureux pour le pauvre mage.





《 - Il faut que l’on retrouve Cordélia, je ne sais pas si elle est blessée ou disparue mais si l’on ne part pas à sa recherche nous risquons de ne pas la revoir. 》

Il fallait partir rapidement, si d’aventure elle s’était perdue dans les montagnes ou autres… Mais Cullen était le genre de personne à faire confiance à son instinct, souvent trop naïf certes. Mais comme le disait Mère Giselle, il valait mieux avoir des remords que des regrets.





《 - Si elle est en vie, elle s’est probablement perdue dans les montagnes. Et seule dans le froid même en bonne santé peut lui être fatal. Ne tardons pas. 》





《 - Je viens avec vous 》

En relevant les yeux il aperçu Cassandra qui écoutait leur conversation de là où elle était. Elle non plus ne semblait pas tranquille à l’idée d’avoir abandonné la messagère à Darse.





《 - Si la messagère est dans les montagnes, autant que l’on soit plusieurs à chercher. 》





《 - Oui, vous avez raison. 》





《 - Leliana ! Peut-on disposer de vos hommes ? 》





《 - Sans problèmes. Mais nous avons besoin de beaucoup de main d’œuvre pour nous occuper des civils et des blessés ici. 》





《 - Dans ce cas nous prendrons une dizaine d'hommes seulement. Partons sans plus tarder et n’oubliez pas les torches. 》

Il s’approcha rapidement de l’arsenal qui lui appartenait et attrapa à la volée le bouclier tout en attendant l’arrivée de Cassandra auprès de lui. Elle avait pensé à prendre des couvertures avec elle mais en voyant Dorian elle les lui envoya en grognant de dégout.





《 - Bon, vous allez vous charger de tenir ça. Et pas de complaintes… Il fallait mieux vous habiller…  》

Elle ouvrit la marche, passant entre les deux hommes et ne se retournant pas pour vérifier s’ils suivaient. Cullen regarda Dorian perplexe, presque compatissant d’ailleurs. Mais il fallait braver le froid pour retrouver la messagère.


#a52b2b
PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Sam 2 Déc - 21:45
Auparavant...
aux Dorsales de GivreFt. Cullen Rutherford, Cordélia Amnell, Cole
The dawn will come
Les récents événements s’étaient enchaînés rapidement, trop rapidement sans doute. Peu importait. Parmi toutes ces personnes, il y avait celles qui avaient perdu un membre, de leur corps ou de leur famille, mais il y avait également un Tévintide étrangement silencieux durant le trajet. Il essayait de digérer ces événements mystiquement emboîtés, l’attaque de Darse, les templiers rouges, et .. cette impulsive décision de tout faire toute seule. Cordélia ne pouvait pas demander un minimum d’aide, non.

Dorian soupira, puis son regard se perdit sur la buée qui s’en échappait, puis sur l’infini neige derrière eux. Ce linceul de neige et cette fumée, ces débris. Il s’arrêta sans doute trop longtemps, mais il remarqua finalement de la grande plupart en fit autant, et tous regardaient dans une même direction : quand les yeux du thaumaturge en firent autant, ils terminèrent leur course sur le commandant Rutherford. Celui qui avait eu idée de ce type de stratagèmes suicidaires.

Une tempête de neige approche, il faut s’arrêter pour la nuit. On va encore descendre le vallon et s’installer sur le replat qui se trouve en contrebas.

Et patati, et patata. Le thaumaturge grogna légèrement aux ordres « irréfutables » du commandant qui savait tout, et qui avait abandonné Cordélia derrière lui sans même s’en soucier. Alors lui, il ne l’aimait pas. Il avait intérêt à lancer des unités de recherche pour la jeune femme, ou clairement il finirait par s’y rendre tout seul. Les bonnes gens se remirent en route en direction du commandant qui désormais les regardait passer, comme s’il vérifiait que tous ses moutons étaient là. Le regard clair de Dorian se posa à nouveau sur ce qui était Darse quelques heures plus tôt, puis il croisa dans son obscur paysage éclairé par la lune une silhouette encadrée d’au moins deux autres personnes. La silhouette de sa capuche particulière suffit à lui indiquer de qui il s’agissait : le jeune homme se retourna aussitôt et reprit sa marche dans le froid infini. D’ailleurs, il serait bien d’en parler. Il ne sentait déjà plus ses pieds, engourdis par l’hiver éternel des dorsales de givre, croisait les bras pour conserver un minimum de chaleur, même s’il fallait dire qu’il trichait un peu avec sa magie – être mage du feu servait décidément bien plus que d’être mage de foudre –, et avançait comme il pouvait, à son rythme.

La bonne nouvelle cependant restait qu’ils s’arrêtaient une fois de plus. Le danger semblait loin, désormais, même si les images de templiers rouges ne quittaient pas la rétine aussi facilement. Il suffirait simplement de redescendre un peu.. « un peu ». Comme toujours. Enfin, cela laisserait le temps de se poser un peu, et de reprendre ses esprits. Encore.
Puis il atteignit la hauteur du commandant. Dorian ne cacha nullement ce soupçon de colère qu’il avait contre lui dans les traits de son visage. Il regarda de haut en bas, puis de bas en haut, avant de tracer son chemin en silence. Il n’était pas trop d’humeur, et le Tévintide espérait que Rutherford en comprendrait les raisons.

◇  ◇  ◇
Ce qu’il faisait froid… Au moins, quand ils marchaient à en mourir d’épuisement, ça réchauffait un minimum le corps. Evidemment qu’il était collé au feu du campement. Le vent et la neige n’arrangeaient pas tant la situation, mais à ce qu’il paraissait, le plus dur était passé. Les sourcils froncés, Dorian observait le commandant non loin de lui. Il semblait distrait, lui aussi, renfermé, perdu peut-être ? Cela l’intrigua un peu, avant qu’il ne tournât la tête pour éviter de croiser le regard de la poison de chantriste qu’était la vieille Giselle.

Vous vous inquiétez pour la Messagère ?

Il faut que je retourne à Darse.


Les sourcils de Dorian se redressèrent de surprise, alors qu’il releva la tête vers eux deux – surtout vers le commandant.

Je peine à croire qu’elle soit morte, et si elle ne l’est pas, elle doit avoir rejoint le sentier. Et avec cette tempête qui se calme c’est le moment d’aller effectuer des recherches… j’imagine..

Ecoutez votre cœur, les remords valent mieux que les regrets…  Si vous voulez obtenir réponse, le Créateur vous guidera de sa lumière.

Puisse-t-il. Je vous remercie Mère Giselle.


Ebranlé à cause de l’exotique climat du sud, le thaumaturge croisa accidentellement l’œil méfiant de mère Giselle posé sur lui. Il plissa des yeux en signe d’interrogation, mais elle laissa finalement tomber, et s’éloigna alors quelque peu. Le groupe se dissipa, d’ailleurs, et il avait également de quoi y aller : un drôle de spectacle, relativement à l’extérieur du campement, attira son attention.

Un groupe de personnes, des elfes, s’étaient réunis autour d’un corps recouvert d’une couverture. Ben tiens, une couverture ! Furtivement, le Tévintide aux mœurs étranges encore pour le voisinage s’approcha de ces messieurs et de ces dames. C’étaient un père et une mère, avec une jeune femme à leurs côtés. Tous avec la même petite tête rouquine qui regardaient, effondrés, ce qui se trouvait devant eux. Ah, la douleur de perdre un proche, surtout en ces temps si troublés… Mais pourquoi mettre un drap autant épais sur un corps froid à jamais ? Curieux. Dorian arriva à leur hauteur, pensif, et le premier à tiquer sur sa présence fut l’espèce de père de famille supposé.

Ne vous apprend-on pas à Tévinter que ce type de cérémonies pour les défunts est privé ?

Oh, loin de moi l’envie de vous importuner dans vos pratiques relativement curieuses.


Sans réelle pudeur, le thaumaturge se rapprocha du corps sans vie qui jonchait presque le sol neigeux. Le père s’offusqua aussitôt, la mère s’indigna, mais la jeune fille ne bougea pas d’un poil, intriguée.

On peut savoir ce que vous faites ?!

Je me permets de vous emprunter ça, car il fait quelque peu froid.


A ces mots, Dorian s’empara de la couverture qui recouvrait ce qui se révéla être un jeune garçon d’une vingtaine d’années à peine et s’enroula dedans. Sans nulle surprise, elle était encore gelée. Haha. Alors qu’il se relevait, le père lui bloqua la route, son épée dégainée.

De quoi vous permettez-vous de—

Oh, mais suis-je bête ! J’oublie les politesses.


Il tourna directement les talons dans toute la grandiloquence qu’il possédait, puis s’accroupit près du corps sans vie et posa sa main à la hauteur du cœur qui ne battait plus, puis celle-ci s’enveloppa d’une aura violacée, et, d’un geste sec, Dorian sembla tirer quelque chose vers lui, mais dans le vide. Ou presque.

Une silhouette violette émana du corps froid, comme si on le força à s’asseoir. Toute la famille recula d’un bon pas, effrayée par le blasphème actuellement présent. Le jeune elfe le regarda étrangement, ne sachant pas réellement ce qu’il faisait là – et c’était normal, après tout. Dorian s’éclaircit alors la gorge et s’adressa à lui sur un ton chaleureux.

Navré de vous déranger dans votre repos prématuré, mon petit, mais apparemment je dois vous demander si je puis .. si j’ose même m’emparer de la couverture qui jonche votre corps gelé et qui pourrait, sans doute, me réchauffer un minimum..


Le jeune garçon le regardait, surpris, puis soupira. Il y avait quelque chose de chouette dans le maniement de la nécromancie, c’était que seul l’utilisateur de cette magie pouvait entendre clairement la réponse venant du défunt. Chose aussi pénalisante, car il pourrait se jouer d’eux sur le dos d’un coup monté. Le thaumaturge soupira à son tour.

Suis-je bête. Comment vous appelez-vous, au fait ?

Remus. Je … m’appelle Remus.

Eh bien, enchanté Remus. C’est un joli prénom.


Pas la peine de regarder autour de soi pour comprendre que la petite démonstration en ébranla certains, surtout la mère particulièrement.

De la magie du sang !

De la nécromancie, je me permets de vous corriger.

Excusez mes parents, messerah. Nous venons d’un bas-cloître de Tévinter, mais dès que nous pûmes, nous quittâmes cet endroit. Ils ne portent pas trop la magie et les Tévintides de manière générale dans leur cœur. … Sinon pour la couverture, je ne vois pas tant le problème, la question m’a surpris !

Oh, vraiment ? C’est bien aimable à vous.

Messerah, puis-je vous demander également quelque chose ?


Dorian fronça les sourcils, intrigué, puis hocha de la tête en silence. Quand les défunts demandaient des trucs, il serait cruellement impoli de ne pas respecter leurs vœux. Le regard de l’esprit divagua sur la droite, fixant quelque chose en particulier. Quand le nécromancien se tourna à son tour dans la même direction, il remarqua cette jeune fille qui soudainement détourna la tête, de la même rousseur que les trois autres.

Ma petite sœur, Mireï… Elle possède également de la magie, mais nos parents ne sont pas au courant. Pourrais-je vous demander de veiller sur elle, surtout dans le cas où le silence se brise ? Je sais de toute manière qu’elle veut apprendre à s’en servir.

J’imagine que .. ce n’est pas un problème.

Merci, messerah. Vous pouvez garder la couverture.

Merci à vous. Reposez-vous l’esprit tranquille, Remus, j’y veillerai.


A ces mots, Dorian le rallongea avec sa magie, et l’étrange lumière s’en alla également, comme des particules de feu qui s’effritaient, puis se releva dignement en s’enroulant dans la couverture. Les parents n’osaient même plus bouger, mais la plus petite le regardait avec, semblait-il, des étoiles dans les yeux : le léger sourire niais qui l’accompagnait laissait la puce à l’oreille. Mais bien rapidement, le chef de famille l’attrapa par le bras pour l’empêcher de l’approcher de trop près. Eh bien, tout cela promettait. Puis on l’interpela.

Dorian ! J’aurais besoin de votre aide.


Relevant la tête soudainement dans la direction de cette voix qu’il avait entendu un peu plus tôt, il tomba effectivement sur Cullen. S’emmitouflant dans sa nouvelle couverture, Dorian s’approcha de lui, grimaçant au constat de cet espèce de sourire de triomphe qu’il arborait face à lui.

Sachez-le, Commandant Rutherford : si je vous retire toutes les peaux de bêtes que vous avez sur les épaules ou autres couches épaisses typiquement sudistes, vous rigolerez moins.

Il faut que l’on retrouve Cordélia, je ne sais pas si elle est blessée ou disparue mais si l’on ne part pas à sa recherche nous risquons de ne pas la revoir.

Oh, vous ne savez pas ? Il est évident qu’après une telle avalanche déclenchée selon vos ordres, effectivement, c’est déjà légèrement plus difficile de le savoir avec exactitude, petit malin.


Enfin quelqu’un de motivé autant que lui pour retrouver sa trace. C’était la Messagère d’Andrasté, et on dirait cruellement que tout le monde s’en fichait de son sacrifice dans la neige. Le thaumaturge soupira une fois de plus, puis releva la tête après une courte réflexion.

Si elle est en vie, elle s’est probablement perdue dans les montagnes. Et seule dans le froid même en bonne santé peut lui être fatal. Ne tardons pas.

Sans bla—

Je viens avec vous.


Le nécromancien tourna la tête et aperçut Cassandra qui les observait. Elle était avec lui au moment de l’attaque, auprès de Cordélia également. Il semblerait que tous les compagnons de route avaient le même tracas, restait à trouver Cole et la fine équipe était complète.

Si la messagère est dans les montagnes, autant que l’on soit plusieurs à chercher.

Oui, vous avez raison.

Leliana ! Peut-on disposer de vos hommes ?

Sans problèmes. Mais nous avons besoin de beaucoup de main d’œuvre pour nous occuper des civils et des blessés ici.

Dans ce cas nous prendrons une dizaine d'hommes seulement. Partons sans plus tarder et n’oubliez pas les torches.

…TCHOUM !


Une bonne partie des regards se posa sur le petit Dorian qui venait d’éternuer. Sympathique, il commençait à tomber malade. Il se frottait alors le nez et fit comme si rien venait de se passer.

… Bon, on y va ou on gèle sur place ?

Bon, vous allez vous charger de tenir ça. Et pas de complaintes… Il fallait mieux vous habiller…


A ces mots, elle lui envoya en plein visage les couvertures qu’elle portait, couvertures qu’il rattrapa comme il pouvait – sans en rater une seule. Un regard plissé se posa sur la Chercheuse, alors qu’elle ouvrait la marche. Après un petit temps, il suivit, mais s’arrêta aussitôt pour se retourner et tomber nez-à-nez avec la petite rouquine de tout à l’heure.

A-attendez, vous .. Vous avez besoin d’aide, non ?


Quand l’œil perplexe de Dorian se redressa, il aperçut les fameux parents, dos à elle, n’ayant sans doute pas remarqué son absence. Puis un sourire en coin se traça sur son visage mate et déjà surgelé.

Bah, vous n’avez qu’à venir, on n’est jamais de trop.

S-super !! Je ne vous décevrai pas ! Heu .. Laissez-moi vous aider avec toutes ces couvertures.


Dorian ricana légèrement avant de se pencher vers elle pour que l’elfette puisse se servir. Une fois fait, les deux se mirent en route, rejoignant le petit groupe. A force de discussion, ils firent connaissance : la petite s’appelait Mireï Camie et avait 17 ans. La magie semblait effectivement la passionner depuis toute petite, mais dans une telle famille, c’était dangereux. Curieux également, sachant toutes les possibilités qu’elle aurait eu si elle avait pu faire ses études convenablement.

La neige ne cessait d’affluer, au point qu’il devenait pénible de marcher. Dorian claquait encore des dents, mais restait focalisé sur le fait qu’ils allaient retrouver la petite Cordélia, qui allait avoir besoin d’eux.

Commandant, est-ce que vous voyez quelque chose ?!


Le vent s’était levé à nouveau, rendant la visibilité entre les petits groupes – cela dépendait de la vitesse de marche des uns et des autres – difficile. Evidemment que Dorian et la petite Mireï se trouvaient sur l’arrière, et les plus habitués devant. Et apparemment, les groupes allaient se diviser : c’était la conclusion que se fit Dorian quand il s’aperçut que les différents points de lumière s’éloignaient les uns des autres. Il se dépêcha de rejoindre Rutherford, avec Camie sur les talons. Autant chercher sans se perdre, après tout, et peut-être que le commandant savait où chercher. Là, le thaumaturge donna les draps à la rouquine et fit apparaître dans sa main une boule de feu, histoire d’y voir plus clair : c’était que la nuit tombait, elle aussi.

Bon, où allons-nous, Commandant ? Et oui, au cas où vous étiez sur le point de demander, je vous impose ma présence.


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63

[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Pavism10 [flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] 397188ASSPECTEUR[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Cullel10[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Uzdf[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Drama_10[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Ccc10
[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Captur10

[/center]
PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Dim 3 Déc - 14:58




The Dawn Will Come
ft. Cullen, Dorian, Cordélia.
“A templar at Therinfal Redoubt. He wanted to make the world safe for his daughter. Then he turned red inside. She doesn't know.”

Cole avait été là et incapable de stopper les templiers de se laisser corrompre par le lyrium rouge. Seule la Messagère aurait pu être capable d’une telle chose. Les templiers avaient eu pour but d’envahir Darse, sous les ordres de l’Ancien, et Cole décida d’aller les prévenir le plus vite possible. Cependant… Il n’avait pas été assez rapide. L’esprit avait réussi à exprimer ses craintes à la Messagère, mais les ennemis étaient déjà aux portes de Darse, prêts à les attaquer, prêts à les tuer. Quand ils trouvèrent une façon de les ralentir grâce à une avalanche, un Archidémon était apparu pour les détruire. Grâce à Roderick, le peuple de Darse avait pu s’échapper de leur côté, mais la Messagère avait dû rester derrière.

Ils s’étaient donc arrêtés après des heures de marche dans le froid pour faire un campement. Cole avait tenue compagnie au chancelier, qui semblait l’apprécier, alors qu’il était resté sur un lit tenu par des brontos jusqu’au campement. Ils étaient tous humides, fatigués, lourds par le fait d’avoir perdu une maison, mais aussi par la défaite et la disparition de la Messagère. Cole n’avait pas été assez rapide. Tout le monde souffrait à cause de cette faute, et l’esprit ne pouvait rien faire. Il se mit donc à faire une ronde pour recueillir les dernières pensées et désirs de ceux qui mourraient, observant de loin un petit groupe qui se formait pour aller chercher la Messagère.

Il aida à déplacer Roderick sur un lit en marge du campement et aida comme il peut pour s’occuper de lui, et peut-être simplement rester auprès de lui pour ses dernières heures. Il souffrait, mais d’une certaine façon il semblait que sa vie lui paraissait complète. Le chancelier était en paix avec lui-même et avec la douleur qu’il ressentait. « Vous devriez aller la chercher… » Murmura-t-il avant de tousser du sang sur le côté de son lit. Cole baissa la tête, se demandant s’il y avait un quelconque espoir de penser que la Messagère était toujours vivante, après ce qu’il s’était passé. Mais tout le monde semblait y croire.

Ils étaient animés par la foi de retrouver la jeune femme et Cole se trouvait à espérer aussi. Elle était leur seul espoir, elle représentait beaucoup, pour tout le monde. La Messagère était vivante. « Je reviendrai. » Le corps de Cole corps disparut du regard de tous, pour se rapprocher, toujours invisible, du groupe formé par Cullen, un grand homme blond directif qu’il avait vu précédemment. Il ne connaissait absolument pas le nom des autres. Le vent se levait de plus en plus sur le campement et il était certain qu’une tempête frapperait bientôt. S’ils voulaient retrouver la Messagère avant qu’elle ne se fasse ensevelir sous la neige, c’était bien maintenant qu’il fallait l’aider.

L’étrange pouvoir de Cole lui permettait de sentir les personnes qui souffraient et de les retrouver. Peut-être qu’il pouvait retrouver la musique de la Messagère grâce à cela. Il suivit silencieusement le reste du groupe qui commençait à partir dans la neige. Le campement faisait office de phare dans tout ce blanc, ils ne devaient pas s’éloigner trop. Cole se sentait un peu effrayé, il devait sans doute s’habituer à leur musique changeante, et surtout celle du mage de feu. Le voile chantait constamment autour de lui, le rendant beaucoup plus brillant, c’était étrange, cela faisait partie de son identité.

Au bout de quelques minutes de marche, et quand Cole sentit une piste, légère mais présente, il se laissa apparaître en face de tous, devant le groupe. Il pointa du doigt un point plus élevé et éloigné, un passage coincé entre deux blocs rocheux. « Là-bas ! » cria-il, parlant plus fort pour que le groupe l’entende, puisque le vent devenait plus violent. Ses membres étaient gelés, et il porta ses mains à son chapeau pour pouvoir le retenir de s’envoler. La musique de la Messagère venait de quelque part, et il espérait qu’ils l’écoutent. C’était le bon chemin, il voulait aider, désespérément pour ne plus perdre personne ce jour-là.
PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Dim 3 Déc - 15:17

Lorsque, quelques heures plus tard, Cordélia reprit connaissance, c'est la douleur vive de l'Ancre qui fut la première sensation à l'accueillir. Elle eut ensuite extrêmement froid, et frissonna de tout son être.
La fièvre.
La cavité rocheuse sous laquelle elle s'était réfugiée lui offrait quelques minutes de répit. Les souvenirs de la veille commençaient à se mélanger, seulement des bribes d'émotions lui revenaient, quelques séquences imagées. Rien de plus. Mais c'était assez pour la terrifier de nouveau. Elle trembla de plus belle, pétrifiée par la bise.

- Il y a quelqu'un ?

Une bourrasque lui répondit, puis le silence. Elle n'avait aucune idée d'où elle se trouvait.
Les souvenirs de la bataille lui revenaient par bribes. Leur plan absolument délirant s'était déroulé comme prévu. L'avalanche avait englouti Darse, les Templiers rouges, et elle avec. Voilà, c'était ça. Ils avaient fait ça pour créér une diversion et sauver les habitants. Ils avaient gagné, c'était le plus important, non ?
C'est ce qu'elle essayait de se dire pour l'oublier lui, le Mage qui l'aurait certainement tuée sans cet insolent coup de chance. Elle progressait dans un océan blanc, ses mouvements aussi rigides que ceux d'un automate. Elle avait dû se débarrasser de son plastron, enfoncé par sa chute. Les épaisses couches de vêtements qu'elle portait dessous suffisaient à lui tenir assez chaud, mais pour combien de temps ? Il fallait qu'elle continue de bouger. Au-delà du gel qui se formait sur ses lèvres, du vent qui paralysait ses oreilles, c'était la perspective de mourir seule, frigorifiée, qui la pétrifiait.

Peut-être que c'était sa chance de s'enfuir, de partir loin de tout cela. De redevenir personne.
Si elle réussissait à sortir des Dorsales vivante.

Des formes inhabituelles se dessinèrent au milieu de l'ouragan. Cordélia avança jusqu'à elles péniblement et se baissa. Ses doigts rigides effleurèrent quelques branches carbonisées et des résidus de cendres. Un feu. Quelqu'un avait allumé un campement ici, il y a quelques heures. Cordélia leva la tête aux alentours, éperdue. C'était toujours aussi désespérément blanc, mais ce signe lui redonna un faible espoir. Si elle restait clouée sur place, elle mourrait frigorifiée.

Elle continua à marcher pendant ce qui lui semblait une éternité. Son épée semblait peser une demi-tonne à son côté et pendant un instant, elle songea à s'en débarrasser pour progresser plus vite. Le moindre mouvement l'épuisait, le froid commençait à paralyser tous ses mouvements et à ralentir son esprit. Sa tête tournait. Alors qu'elle commençait à distinguer quelque chose à travers la brume de son oeil ouvert, elle plongea dans l'inconscience.
PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Dim 3 Déc - 18:43






◇ The Dawn Will Come ◇





Le comportement de Dorian était bien curieux. Il était pourtant présent quand l’inquisitrice donna son aval pour cette histoire d’avalanche. Comme si cela était le moment de faire des reproches… Cullen soupira calmement, laissant la buée qui s’y échappait témoigner du froid qui régnait en ces lieux.

Il se remit en route en prenant soin d’utiliser son bouclier comme protection contre le vent et la neige. De sa seconde main de libre, il se saisit d’une torche que lui tendait un de ses soldats.





《 - Bien, tout le monde est là, on peut y aller ? 》


Comme à son habitude, Cullen ferma la marche, avant de rattraper Cassandra à la tête du groupe quand il vit que Dorian amenait une civile avec eux.





《 - Je ne sais pas si c’est de la mauvaise foi, mais je sens Dorian irrité ce soir. 》





《 - Qu'il continue de se plaindre, ça va lui faire les pieds. 》


Sur le coup de la surprise, le Commandant s’arrêta quelques secondes, constatant que Cassandra ne le portait pas dans son cœur. Il reprit sa route après avoir vérifié la torche et afficha un regard plutôt étonné.





《 - C’est l’amour fou entre vous deux. Comment vous avez fait pour combattre ensemble, je me le demande ? 》


La chercheuse lui répondit de son air las habituel qu’elle utilisait également pour ne pas répondre à propos de Varric. Décidément, elle avait un don pour se faire des amis parmi les membres de l’inquisition. Cullen n’insista pas, quand il vit qu’elle se blottissait sous sa cape pour éviter la discussion.





《 - Contentons-nous de chercher la messagère, voulez-vous ? 》


La route continua pendant quelques minutes, jusqu’à bientôt arriver non loin de leur dernière escale. Le groupe se rejoignit près du Commandant alors que les soldats discutèrent des tempêtes sur les cimes. La neige épaisse qui tombait à l’heure actuelle n’aidait pas vraiment.





《 - Commandant, est-ce que vous voyez quelque chose ?! 》





《 - Pour le moment pas grand chose. Remontons plus haut et n’hésitez pas à l’appeler. 》


Il reprit sa route plus bas, le vent soufflant d’avantage au point de lui geler les pommettes. Il redressa plus son bouclier devant lui, afin de ne pas finir frigorifié lui aussi. Ils se rangèrent avec ses hommes près d’un rocher qui coupait légèrement le vent, pour échafauder un plan d’action.





《 - Mettez-vous par deux, et prenez une torche pour que l’on puisse se repérer de loin. Mais ne vous éloignez pas trop, le but n’est pas de se perdre mais de retrouver la Messagère. Soyez attentifs aux appels des autres et si vous voyez quelque chose, secouez la torche pour que l’on vienne vous aider. C’est compris ? 》





《 - Bien Commandant. 》





《 - Bien reçu 》


Le groupe se scinda en deux avant que les membres s’éparpillent dans le secteur. Ils étaient partis sous le contrôle de Cullen, puis ce dernier parti avec Cassandra dans une autre direction. Dorian, laissé sur l’arrière du groupe, s’approcha alors de lui en trottinant et s’adressa à nouveau au Commandant.





《 - Bon, où allons-nous, Commandant ? Et oui, au cas où vous étiez sur le point de demander, je vous impose ma présence. 》





《 - Je propose que nous prenions la petite combe là-bas, nous l’avions emprunté en venant tout à l’heure. 》





《 - Très juste, commençons par chercher là-bas. 》


Ils descendirent, prenant soin de contrôler la position des autres agents durant leurs recherches. Cullen demeurait attentif, au maximum de ses capacités, mais le vent et la neige rendaient la situation affreusement difficile. Rapidement le groupe commençait à prendre froid malgré leur équipement et la présence des torches était fort agréable pour se réchauffer les mains de temps à autres. Soudain, quelqu’un apparut devant eux, ce garçon qui était venu les prévenir à Darse. Il pointa une zone dans la montagne un peu plus loin du doigt, ce qui semblait être à quelques minutes d’eux.





《 - Là-bas ! 》


Sous le coup de la surprise, Cullen sursauta ne sachant pas s’il les avait suivi ou si c’était le froid qui jouait un mauvais tour. Mais ce garçon semblait bel et bien présent. Et au point où il les avait aidés à Darse, autant l’écouter et suivre ses instructions.





《 - Comment peut-il en être aussi sûr ?! 》





《 - On se fiche de ça, il nous a aidé une fois, si l’inquisitrice est par là-bas autant aller vérifier ! 》


Les voilà à se crier dessus pour s’entendre, le vent devenant d’avantage violent et la neige envahissante. Les rafales au campement avaient cessés, étant donné son emplacement dans la vallée, entre les arbres et les rochers qui surplombaient l’endroit. Mais la combe derrière tous ces rochers était insoutenable. Ils avaient bien fais de réagir immédiatement. Cullen parti en premier après les indications du jeune homme et contourna les rochers plus haut pour se retrouver face au corps de Cordélia qui venait de s’effondrer à genou dans la neige.





《 - Là-bas c’est elle ! 》





《 - Loué soit le Créateur ! 》


Le premier réflexe de Cullen était de jeter ce qu’il tenait en main pour courir vers elle et la serrer dans ses bras avant qu’elle ne tombe la tête la première dans la neige. Cassandra ramassa alors la torche en regardant leur campement de loin qui illuminait la vallée, puis rejoignit le groupe qui s’était rassemblée autour de cette pauvre Cordélia, consumée par le froid.





《 - Elle est gelée… Donnez-moi les couvertures, Dorian ! 》


Même si au premiers abords la couverture semblait gelée également, cela aurait au moins le mérite de la réchauffer un minimum. Pendant ce temps Cassandra s’occupa de faire signe aux autres gardes afin que celui qui détenait la civière puisse les rejoindre rapidement. Il y avait de longues minutes de marches jusqu’au campement en contre-bas et simplement devoir tirer l’inquisitrice jusque là était bien plus simple pour l’équipe qui commençait à s’épuiser à cause du froid.

Avec de l’aide, la messagère pouvait être enveloppée en un rien de temps. Mais en attendant que le reste du groupe les rejoigne, il fallait la réchauffer comme ils pouvaient, avec les moyens qu’ils avaient. Des massages sur ses membres endoloris par le froid était déjà un bon début.

Cullen s’occupait de réchauffer les mains de la demoiselle avant de la blottir contre lui afin qu’elle garde une source de chaleur continue auprès d’elle. Elle demeurait glacée, mais elle était bel et bien en vie, ce qui rassura toutes les personnes présentes dans le groupe.





《 - Cordélia, vous m’entendez ? 》


Il profita de sa proximité avec elle pour la rassurer aussi. Elle était probablement encore perdue et sa situation était difficile à porter. Il ne doutait pas qu’elle serait tourmentée par cette attaque encore longtemps. Lui aussi, il en faisait les frais : il était templier tout comme elle et ne souhaitait pas qu’on associe l’ordre à cette mascarade avec le lyrium rouge. Cela le rappelait… d’atroces souvenirs de kirkwall.





《 - Vous avez bien réagi à Darse. Vous êtes une personne très courageuse, sachez-le 》


Maintenant que les choses étaient réglées il se sentait dépité… Il n’arrivait pas à croire ce que les templiers étaient devenus. Et surtout, qu’un ancien collègue, Samson, rejoigne les forces de Corypheus. Bon sang, il aurait dû le tuer sans demander l’avis du Héraut. On pouvait le sentir tourmenté, ce n’était pas difficile à comprendre. Il nageait entre déception, rage et tristesse à cet instant précis. Instinctivement, il tourna la tête vers Cole qui était encore avec eux, sans vraiment savoir pourquoi. Puis Cassandra s’exclama, ayant réussi à joindre les agents.





《 - Les autres ont vu le signal, ils ne vont pas tarder à venir avec la civière. 》


Cassandra resta à une distance raisonnable du groupe, et regarda Cole, assez perplexe, pendant que les autres continuaient de réchauffer Cordélia.





《 - Comment l’aviez-vous su ? 》


Il y avait un soupçon de crainte dans ses paroles. Mais la chercheuse respecta tout de même le fait que grâce au jeune garçon, ils avaient pu retrouver la Messagère. Elle laissa ses préjugés de côté pour l’heure et préféra le remercier.






《 - Quelles qu’en sont les raisons, c’est grâce à vous que nous avons pu la retrouver. Merci pour votre aide. 》


Au moment de terminer sa phrase le reste du groupe les rejoignirent au trot pour éviter de glisser dans cette poudreuse qui devenait difficile à traverser. Le Commandant, lui, gardait Cordélia blottie contre lui jusqu’à ce qu’ils installèrent l’embarcation, qui ressemblait d’avantage à une luge.





《 - Bien, retournons au campement. 》


Cullen se redressa, soulevant la jeune femme pour l’amener sur la civière et la recouvrir des dernières couvertures qui restaient. Une fois cela fait, il demanda à Dorian de veiller sur elle pendant qu’il prenait la tête du groupe pour le retour au campement.

◇  ◇  ◇

De retour au campement, il aperçu un couple d’elfe inquiet qui se rua sur eux, ou plutôt sur la jeune fille qui les accompagnait pendant la recherche.






《 - Oh, Mirei où étais-tu passé nous nous faisions un sang d’encre ! 》


Le père de la jeune fille semblait dévisager de manière très mauvaise Dorian qui se trouvait à ses côtés.






《 - Vous… De quel droit osez-vous vous immiscer dans notre vie ! D'abord mon fils, maintenant ma fille ! Vous n’êtes qu’un mage irrespectueux et ingrat ! Le créateur devrait vous laisser pourrir en enfer ! 》





《 - Attendez, puis-je savoir ce qui se passe ici ? 》





《 - Ce mage est venu nous importuner alors qu’on effectuait nos adieux à notre défunt fils ! Il est arrivé de ses grands sabots pour se servir de son linceul comme couverture ! Quelle honte ! 》


Cassandra essayait de résoudre le problème comme elle pouvait, mais les cris donnèrent mal à la tête du Commandant qui s’éloigna en direction de Mère Giselle pour lui confier Cordélia.





《 - Qu’elle se repose, elle en a bien besoin. 》


Leliana ne tarda pas à venir à lui pour lui demander une entrevue, pour la suite des événements. Ils ne pouvaient après tout pas rester dans ce campement toute leur vie. Mais entre Cassandra qui revenait en colère et Cullen qui souhaitait se reposer quelques instants, cette petite réunion promettait d'être particulièrement explosive.

#a52b2b
PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Ven 8 Déc - 1:38
Auparavant...
aux Dorsales de GivreFt. Cullen Rutherford, Cordélia Amnell, Cole
The dawn will come
Il faisait toujours plus froid, mais ça, c’était inutile de le préciser. Alors que Mireï gardait relativement le cap, Dorian sentait ses jambes lui fausser compagnie, alors que les quatre se dirigeaient vers la direction précédemment indiquée par Cassandra. Le thaumaturge ne sentait plus ses pieds, tant ils avaient gelé, son nez lui piquait affreusement, et que dire de ses mains alors ? Tout cela pour dire que..

Là-bas !

AAAAAH, KAFFAS !!


Ce même énigmatique esprit qu'à Darse avait fait son apparition. Droit devant eux. Dans son élan de surprise incroyable, Dorian bascula en arrière, et s’étala dans la neige. Jurant en tévène les minutes qui suivirent, il se doutait bien que les deux autres présents se foutraient bien de sa poire, mais peut-être pas ici, non. Maintenant, ils avaient la blondinette à trouver, et cette situation était déjà suffisamment alarmante et inquiétante. L’heure n’était pas à rire, et heureusement pour lui. En bonne samaritaine, Mireï s’approcha de Dorian pour l’aider à se relever. Même avec toutes les couvertures qu’elle portait, la jeune elfette lui tendit tout de même un bras, que le nécromancien attrapa comme il put. Finalement sur pieds, il épousseta ses habits, pleins de neige évidemment, puis exerça de la friction sur ses bras pour les réchauffer.

Merci, Mireï.

Pas de soucis !!


Alors que le regard rieur guettait la petite rouquine, il s’emporta avec le vent pour observer Cullen et Cassandra monter, toujours plus haut. Sans hésitation aucune, Dorian s’arma de ses dernières forces et les suivit. Camie lui emboîta le pas, espérant ne pas être trop à la traîne. Et l’impensable arriva : à peine arrivé, Dorian vit Cullen s’élancer vers le corps frigorifié de celle qu’ils cherchaient désespérément.

Cordélia !!!


Là, le thaumaturge s’élança à son tour vers elle. Une fois à la hauteur de Cullen, il ne bougea cependant plus, son regard clair perdu sur la jeune femme, mais surtout sur le spectacle auquel il assistait. Tant d’énergie, tant de conviction, tant de solidarité et d’espérance, tout de même : ce n’était pas tant à Tevinter que l’on trouvait cela. Mais il aimerait tant, il adorerait ..

Elle est gelée… Donnez-moi les couvertures, Dorian !

Huh .. Oui !


Etrangement déstabilisé, Dorian se tourna vers Mireï, et, à deux, ils arrivèrent avec les couvertures auprès de Cordélia, l’enroulèrent dedans sans attendre davantage, tandis que Dorian utilisa directement sa magie pour la réchauffer, en plaçant ses mains stratégiquement, une sur sa nuque, l’autre vers le milieu de son dos. C’était incroyable, cette lueur d’espoir qu’il pouvait voir dans les yeux des gens. Ce devait être une des nombreuses raisons qui faisaient que Dorian était finalement là, au sein de cette Inquisition en chantier, prêt à les aider du mieux qu’il pourrait.

Vous avez bien réagi à Darse. Vous êtes une personne très courageuse, sachez-le.

Vous êtes surtout stupide de prendre des risques aussi disproportionnés !! … ça vient du cœur, sachez-le.


Et il n’en pensait pas moins. Ils auraient pu trouver une solution ensemble pour contrecarrer ça, voire même simplement les repousser. Même si .. c’était tout de même une très bonne stratégie que d’ensevelir le tout sous la neige. Risqué, plutôt, très risqué, mais très bon également. Mais risqué. Cette tension qui s’était emparé du thaumaturge depuis leur départ de Darse redescendait enfin. Le nécromancien soupira de tout son souffle, laissant s’échapper dans la buée la bonne plupart des tracas qui l’habitaient dans l’instant.

Les autres ont vu le signal, ils ne vont pas tarder à venir avec la civière.

Ils ont intérêt à se bouger, en tout cas.


La petite Mireï exerçait également quelques frictions au bras de Cordélia, espérant ainsi apporter sa pierre dans cette histoire. Puis la civière tant attendue fit son apparition. Dorian se releva, ainsi que Mireï, laissant au commandant la tâche de la porter jusqu’à là. Puis il lui demanda de garder un œil sur elle. Le thaumaturge hocha de la tête, alors qu’il arrivait avec la rouquine à leur hauteur. L’étrange cortège se remit en route vers le campement. Pensif, Dorian fixait Cordélia avec un calme suspect. Avant de manquer de trébucher à cause de la poudreuse.

AH, MAIS CETTE PUTAIN DE NEIGE DANS LE SUD, RAAAAH.


Sérieusement, qui avait inventé la neige ? Elle ne servait à rien, c’était froid, encombrant et ça ne faisait que de s’accumuler bêtement là où on daignait lui laisser de la place. Toujours jurant de tous les noms, son attention se porta à nouveau vers Cordélia. Il soupira, puis lui sourit, avant de gentiment lui frapper le front, sans méchanceté aucune.

Vous devriez essayer des vacances à Tevinter, loin de ce froid omniprésent et terriblement agaçant. Vous verrez, cela vous fera le plus grand bien, un peu de soleil, de calme et de corruption à tous les coins de rue.


Dans tout son sérieux, il continua son avancée en direction du camp. Et quelque chose lui disait que sa journée était loin d’être totalement finie.

◇  ◇  ◇

Oh, Mirei où étais-tu passé nous nous faisions un sang d’encre !

Vous…


Oh. Soupirant discrètement, c’était avec un sourire de travers qu’il tomba nez-à-nez avec les parents de la petite Mireï. Sa mère était déjà pendue à son cou, alors que le père Camie le fusillait du regard.

De quel droit osez-vous vous immiscer dans notre vie ! D'abord mon fils, maintenant ma fille ! Vous n’êtes qu’un mage irrespectueux et ingrat ! Le créateur devrait vous laisser pourrir en enfer !

Attendez, puis-je savoir ce qui se passe ici ?

Si vous voulez mon avis, Cassandra, vous ne devriez pas ..

Ce mage est venu nous importuner alors qu’on effectuait nos adieux à notre défunt fils ! Il est arrivé de ses grands sabots pour se servir de son linceul comme couverture ! Quelle honte !

Je lui ai demandé la permission, nuance.

Papa, ce n’est pas –

Ne te mêle pas de ça, Mireï !

Mais je ..

Je trouve la manière dont vous traitez votre fille odieuse.

VOUS OSEZ ME DIRE QUE JE SUIS ODIEUX ?


Un autre soupir franchit les lèvres de Dorian. Encore une histoire qui tournerait en boucle pendant des semaines. Le thaumaturge conserva un calme qui se voulait moqueur envers le vieil elfe qui s’énervait toujours plus. Perdue, Cassandra ne pouvait qu’observer. Finalement elle soupira, se disant qu’il serait préférable de ne pas aider Dorian dans ce conflit. Elle décida donc de repartir vers un endroit plus sûr, c’est-à-dire auprès du commandant.

Pendant ce temps, l’atmosphère monta d’un cran. Monsieur Camie frappa du pied, son poing serré au cas où il en aurait besoin.

Papa, s’il te plaît ! C’est moi qui  –

Quelle stupide idée as-tu eu de le suivre, toi, hein ?!

Vous saurez que je lui ai sauvée la vie, mon bon monsieur.


Mireï lui lança un regard perdu, surpris, alors que le Tévintide la rassura d’un clin d’œil. Il reprit donc son récit, après avoir attiré à la fois le regard du père et de la mère sur lui.

Voyez-vous, elle s’aventura trop près du bord, et pas de chance Constance, la poudreuse glissa sous elle. La chute fut terrible ! Mais par chance sans doute, je pus la sortir de ce pétrin avec l’aide de ma magie. Je l’ai gardée avec moi car partant avec le commandant et la chercheuse pour retrouver la Messagère, je ne pouvais leur fausser compagnie et retourner au camp, qui était déjà relativement loin. Je devais rapidement réagir, vous comprenez. Mais rassurez-vous, grâce à moi elle n’a rien de cassé.


Un étrange silence survint alors, entre le père toujours aussi fâché, mais plus furax, et la mère qui soupirait de soulagement, ainsi que Mireï ébahie devant autant de crédibilité de la part du mage. Celui-ci les salua, avant de s’en aller plus loin. De s’en aller prendre des nouvelles de Cordélia.

Navré de vous fausser compagnie mais j’ai affaire. Pensez à mieux surveiller votre fille, elle a manqué de peu de se casser quelconque membre, tout de même. Messieurs-dames, Mireï.

Qu’on soit clair, Tévintide : restez loin de nous, désormais.

Je n’y manquerai pas, vous qui êtes si aimables ! .. Oh !


Il revint quelque peu sur ses pas, plus précisément face à Mireï, et enroula la couverture chaudement prêtée par le fameux Remus autour de ses frêles épaules.

Je préfère vous la rendre à vous, cette couverture.


A ces mots, il s’en alla, croisant les bras pour conserver un semblant de chaud. Il s’avança donc dans toute sa fierté rabougrie par le froid vers où se trouvait la Messagère, c’est-à-dire une espèce de tente montée à la va-vite pour l’abriter un minimum. Quand il croisa le regard de mère Giselle, il se contenta de froidement la saluer, puis se s’asseoir près de la blondine.

Alors, comment vous sentez-vous ?

Vous devriez la laisser se reposer, jeune homme.

Ce n’est pas à vous que je parle, me semble-t-il.


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63

[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Pavism10 [flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] 397188ASSPECTEUR[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Cullel10[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Uzdf[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Drama_10[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Ccc10
[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Captur10

[/center]
PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Dim 10 Déc - 12:55




The Dawn Will Come
ft. Cullen, Dorian, Cordélia.
“A templar at Therinfal Redoubt. He wanted to make the world safe for his daughter. Then he turned red inside. She doesn't know.”

Cole n’avait pas prévu que sa soudaine apparition aux yeux des autres puisse faire peur à ce point-là. La chute de l’homme dénommé Dorian n’avait pas été dangereuse, mais l’esprit se sentit anormal d’effrayer de cette façon. La petite mage qui les avait accompagnés prit soin de l’homme et Cole ne souhaitait pas instiller plus de peur qu’il y en avait à cet instant à son égard. Le reste du groupe avaient décidé de suivre les indications de Cole pour trouver le corps affaiblit de la Messagère d’Andrasté. Sa musique était faible, froide, pâle, mais petit à petit se recolorant avec la proximité de tous autour. Elle avait fait tout cela pour eux. Pour chacun d’entre eux.

Cullen se sentait coupable de ne pas avoir tué Samson, un des templiers aux côtés de l’Ancien, et Cole s’abaissa à ses côtés alors qu’il le regardait. L’esprit posa ses yeux sur la Messagère quelques instants, avant de parler calmement « L’Ancien l’a rendu rouge à l’intérieur, comme les autres, ce n’est pas votre faute. » Il baissa le regard. S’il y avait une personne à blâmer, c’était Cole. Il n’avait pas pu tous les tuer avant qu’ils ne deviennent dangereux. Ce corps lourd était limitant pour aider tous ceux qui en avaient besoin.

L’une des personnes du groupe, la musique brillante, comme une prière constante, touchée l’esprit de la Foi, comme Evangeline, lui demanda comment il avait sût. Cole se redressa et sembla fixer un autre point, loin des yeux de la jeune femme, vers le camp d’où ils venaient, alors que la civière approchait. « Une vieille musique criant dans la neige… » Tout le monde était effrayé par lui, et il le sentait. Cole préféra alors disparaître des yeux de tous, leur faisant oublier son existence lors du sauvetage de la Messagère, préférant rester dans le noir. Il ne voulait pas causer de peine, il n’était plus cette personne. Le principale était qu'il avait pu aider à trouver la jeune femme.

La Messagère était la seule à qui Cole n’avait pas arraché le souvenir de son apparition, parce qu’elle était si faible, il y avait peu de chances pour que ces quelques souvenirs l’effraie. L’esprit espérait aussi, alors qu’ils rentraient au camp que Cullen verrait cette culpabilité allégée. Cole se reposa près du chancelier, qui n’était pas très loin de la Messagère, observant toutes ces personnes blessées, ou mortes. La famille d’elfe pleurant leurs fils morts, mais rassurés que leur fille soit vivante, les autres familles, et aussi ceux qui n’en avaient plus, restant seul et glacés, silencieux, dans la neige.

Cole préféra rester auprès du chancelier. « Je… N’ai pu sauver personne. » Dit-il, regardant ses mains comme si elles étaient plus coupables que le reste de son corps si réel, si lourd, tellement lourd. « Vous nous avez sauvé nous, jeune homme. » Le chancelier lui sourit, alors que Cole lui donnait le pot lui permettant de tousser le sang. L’esprit regarda les corps sans vie, ou sur le point de mourir, le chancelier aussi, sa voix devint tremblante. « Ce n’est pas assez… » Chuchota-t-il, coupable. Les personnes mortes de l'Inquisition n'étaient qu'une infime partie de celles qui souffraient à cause de l'Ancien. Cole se devait de le tuer, pour que cela ne se reproduise plus.
PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Lun 11 Déc - 17:45

Des rêves incohérents parcouraient son esprit tourmenté, fiévreux. Elle ne voulait pas se réveiller. Elle aurait aimé retrouver la paix de l'inconscience plus longtemps, seulement son corps était parcouru des petits frissons typiques du réveil. Le froid revint aussitôt à la charge, glaçant tous ses membres, paralysant sa parole. Elle tourna la tête avec difficulté sur l'oreiller de fortune qu'on lui avait aménagé, puis finalement réussit à entrouvrir les yeux. Deux silhouettes se tenaient à côté d'elle - elle distingua Dorian, son ami, son frère. Mère Giselle se tenait à côté, droite comme un i. Il n'y avait qu'elle pour se sentir confortable sur ces rigides tabourets de bois.

Elle n'avait pas pu s'échapper, finalement. Peut-être que c'était un signe - ou un autre coup de malchance.

- Comme un... chien congelé, parvint-elle à articuler. Mais la comparaison était bien loin de représenter comment elle se sentait vraiment. Elle grimaça aussitôt, les plaies qui se rouvraient sur ses lèvres gercées lui causant une douleur insupportable. Elle avait l'impression d'être faite de glace. Ses membres engourdis commencèrent toutefois à lui répondre, assez pour qu'elle réussisse à se redresser sur la couche de fortune. Elle posa la première question qui lui venait à l'esprit. Où sommes-nous ?
- Le Créateur soit loué, vous êtes en vie, dit mère Giselle de son habituel ton calme - bien que teinté d'un extrême soulagement. Nous nous trouvons toujours dans les Dorsales, Messagère. Nous avons établi un campement de fortune pour les survivants.

La seconde chose qui lui vint à l'esprit fut la terrible avalanche. Tout se mélangeait, rien n'avait de cohérence chronologique. Elle aurait pu passer un jour ou deux heures dans la montagne - le temps lui semblait étrangement distendu. Comme si son errance dans les Dorsales avait fini de la désorienter pour de bon.

- Au moins, notre plan a fonctionné, fit-elle avec un douloureux sourire.
- Avez-vous besoin de quoi que ce soit, Messagère ?

Du fromage et un bain chaud.

- Non merci, cela ira, Mère Giselle.

Cordélia tenta de se redresser davantage et fut honteusement lâchée par ses bras, qui avaient présentement la force de deux asticots. Elle soupira. Au moins, elle commençait à reprendre ses esprits, et notamment la notion du temps...
Abattue, elle se recoucha sur le dos, la tête tournée vers Dorian.

- Combien de survivants y a-t-il à peu près ? demanda-t-elle. Mais elle n'était pas sûre de vouloir entendre la réponse. Mère Giselle se redressa et sortit de la tente. Pour leur laisser un peu de tranquillité ou -bien plus probable- rameuter une dizaine de personnes à son chevet. Elle s'était rarement trouvée dans un tel état d'épuisement.
PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Mer 13 Déc - 0:06






◇ The Dawn Will Come ◇





Assis auprès du feu depuis de longues minutes, Cullen n’en perdait pas de sa stature habituelle même emmitouflé dans une couverture. Il rêvassait, repensant aux événements. Mais étrangement, il se sentait comme vide, soulagé. Peut-être était-ce dû au retour de la messagère parmi eux, peut-être était-ce autre chose. Mais avec toute cette histoire il était épuisé et comptait bien rester calmement assis au coin du feu avec pour compagnie Cassandra. La chercheuse s’était lourdement laissée tomber à côté de lui et n’avait pas dit grand chose, les deux recherchant de la tranquillité très probablement.

D’ailleurs elle ne tarda pas à tendre un morceau de fromage qu’elle était entrain de manger depuis tout à l’heure, observant le calme macabre du Féreldien.





《 - Vous devriez manger, à défaut d’entretenir une conversation 》





《 - Et c’est vous qui me dites ça. 》

Il attrapa un morceau, c’était vrai qu’il n’avait pas mangé quoi que ce soit depuis la veille de l’attaque. Et comme elle le disait si bien, il fallait qu’il reprenne des forces. Mais installé au coin du feu, qu’est-ce qu’il était bien pourtant. Il ne comprenait pas pourquoi, mais la situation lui échappait.

Ils échangèrent quelques futilités, lui et Cassandra, tout en regardant les crépitements du feu s’envoler vers les dorsales de givres. Malgré ce qui s’était passé à Darse, on aurait dit qu’ils passaient paisiblement leur soirée dans un campement quelconque.





《 - Comment vous portez-vous depuis ? 》





《 - * soupir * ce n’est pas évident. Disons que je perds petit à petit mes capacités et c’est là que je me rends compte à quel point c’est un choix difficile.  》





《 - Vous y arriverez, je n’en doute pas. 》

Mère Giselle ne tarda pas à les rejoindre ce qui fit lever les yeux des deux compagnons vers elle. Elle se baissa vers eux pour rester dans la confidence, afin d’éviter que les autres groupes autour d’eux les entende.





《 - Navrée de vous déranger pendant votre repos. Mais Mademoiselle Amnell s’est réveillée il y a quelques instants. 》





《 - Comment va-t-elle ?  》





《 - Elle se repose. Du moins elle essaie, Dorian est à son chevet. 》

Une chose de certain Mère Giselle et Dorian ne s’apprécient pas vraiment. Qu’il en soit ainsi, ils ne pouvaient pas tous supporter les caprices de ce mage. Mais Mère Giselle faisait bien de ne pas alimenter une querelle avec le tévintide maintenant.

Maintenant toujours son morceau de fromage dans les mains, les deux combattants la regardèrent retourner auprès des blessés alors que Cassandra prit du pain dans la volée. Après tout, si Dorian veillait sur la jeune messagère elle était entre de bonnes mains.





《 - Cela ne sert à rien de se presser à son chevet, sinon il y aura tout le campement avec elle dans moins de temps qu’il en faut pour le dire. 》





《 - Je suis du même avis.. Qu’elle puisse respirer quelques minutes.. 》





《 - …. On est bien là…  》





《 - … Oui, j’ai presque pas envie de me lever.  》

Ils restèrent les deux côte à côte pendant de longues minutes à manger et se reposer près du feu quand une trouble-fête vint se joindre à eux.





《 - Une petite réunion s’impose ? 》





《 - Quoi maintenant ? ça ne peut pas attendre ? 》





《 -  Et bien je ne sais pas vous mais on doit prendre des décisions pour la suite et très rapidement. 》





《 - Vous nous laissez quelques minutes le temps qu’on finisse nos petites choses ? Je dois aller prendre des nouvelles de l’inquisitrice aussi. 》





《 -  … Bon.. On réfléchis déjà avec Josie, quand vous avez fini, rejoignez-nous. 》

Suite à cela, Cullen se leva et replia sa couverture près du feu pour qu’elle reste bien chaude. De longues minutes s’étaient écoulées et il était temps de penser à la suite, à défaut de ne pas avoir de logement pour le moment. Cela pouvait aisément attendre le lendemain, mais même pour le Fereldien il ne fallait pas trop traîner.





《 - Vous venez ? 》





《 - Moi ? Ah, non ! J’ai eu ma dose de Dorian pour ce soir. Par contre… 》

Elle lui tendit le fromage qu’elle tenait dans ses mains avec le panier contenant du pain afin que Cullen puisse s’en saisir.





《 - Apportez cela à Cordélia, elle a un petit faible pour le fromage ~ Si elle refuse de manger, elle ne rejettera pas un péché-mignon. 》





《 - Vous m’apprenez un truc.. J’y vais dans ce cas. 》

Il se mit rapidement en route près de la tente où se trouvait Dorian et Cordélia comme avait indiqué Mère giselle. Il passa l’entrée de la tente et s’approcha alors du petit duo. Peu importe si Dorian allait lui envoyer une énième pique pour lui démontrer que le plan était mauvais, il le savait déjà après tout.

Il les salua les deux, et passa devant Dorian avant de s’affronter du regard quelques secondes, puis reprit ses affaires. Il s’approcha alors de Cordélia et lui posa le panier contenant le pain et le fromage sur une table à côté d’elle





《 - Je vous amène de quoi manger, vous devez avoir faim. 》

Il vérifia l’eau également, et par chance il y en avait encore. C’était important qu’elle pense à se requinquer un peu avant de se mêler aux conflits qui n’allaient pas tarder à arriver. Rien que d’y penser il se senti las, et cela se voyait.

#a52b2b
PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Mer 20 Déc - 22:12
Auparavant...
aux Dorsales de GivreFt. Cullen Rutherford // Cordélia Amnell // Cole
The dawn will come
La messagère semblait perdue, un classique quand on reprenait ses esprits. Ce n’était pas comme si toute la neige du sud lui était tombée sur la tête, n’est-ce pas. Dorian souffla par le nez en constatant qu’elle allait bien, c’était une bonne chose. Quel miracle ; ce serait ce que dirait une chantriste comme Giselle, Dorian pariait plus sur le hasard. Mais comme l’on disait, le hasard faisait bien les choses.

Quand Cordélia essaya de se redresser un minimum, le thaumaturge eut le réflexe de s’avancer et de l’attraper aux épaules, dans le but de la rallonger. Mais sa question emplie de confusion le coupa net dans son élan. Il ne la lâcha cependant pas.

Cordélia, vous devriez –

Où sommes-nous ?

Le Créateur soit loué, vous êtes en vie.

Sans blague, je croyais assister à un spectacle de marionnettes sous nécromancie.


Un silence s’installa entre elle et lui, un échange de regard se fit aussitôt, un provoquant, l’autre sévère. Malgré tout, personne ne rajouta mot, et mère Giselle reprit la parole.

Nous nous trouvons toujours dans les Dorsales, Messagère. Nous avons établi un campement de fortune pour les survivants.

Au moins, notre plan a fonctionné.

Avez-vous besoin de quoi que ce soit, Messagère ?

Je crois que Cordélia n’a pas besoin qu’on lui fasse la messe. Elle a besoin de se reposer, de prime à bord.

Un moulin à paroles se permet de me dire ça ?

Une pseudo chanteuse de gospel se permet de me faire une remarque ?


Quelque chose laissait penser que ce n’était pas près de se calmer, mais la frêle voix de la Messagère d’Andrastée se fit entendre, sans doute par magie.

Non merci, cela ira, Mère Giselle.


Un silence revint, tandis que Cordélia cherchait encore à davantage se redresser. Dorian restait concentré sur ses mouvements et, aussitôt qu’il la vit s’affaisser, la rattrapa solidement, sans pour autant lui faire mal. Le thaumaturge l’aida alors à se rallonger, navré à sa place de constater que de simplement se lever était la tâche la plus irréalisable du moment. Le Tévintide se rassit, caressant la tête de la jeune fille comme s’il voulait lui communiquer une forme de courage ou de force.

Combien de survivants y a-t-il à peu près ?

Si vous voulez des comptes, il faudra demander à votre commandant favori.


Un soupir franchit alors ses lèvres, tandis qu’il se remémorait la fuite, le combat aussi. Des templiers grosso modo fusionnés à du lyrium corrompu. Cette seule image donnait froid dans le dos, plus que cet abominable vent qui soufflait.

Honnêtement, j’éviterais de me poser la question. Cela dit .. comment vous sentez-vous, au juste ? ça fait beaucoup d’informations d’un coup, tout de même.


Un autre silence s’installa, le temps pour le nécromancien de se décider entre la sermonner maintenant sur son imprudence ou plus tard. Il décida que plus tard serait mieux, une fois qu’elle serait sur pieds. Là, elle avait besoin de repos.

Et ne pensez pas que vous échapperez à mon sermon, Cordie.


Il quitta son air un peu plus froid – arrêtons avec les jeux de mots qui laissaient à désirer n’est-ce pas – pour retrouver un sourire arrogant, étincelant comme toujours. La seule petite différence était la légèreté de celui-ci, sa discrétion. Mais il était bel et bien là, ce rictus typique de lui.

Mais je .. suis quand même soulagé qu’on ait pu vous retrouver en un seul morceau. Mais ne pensez surtout pas à recommencer.


Son ton soudainement sec sur la dernière phrase devait sans doute ajouter une touche de comique dans ses dits, même si le thaumaturge le pensait réellement. Il retira sa main qui, à force, s’était aventurée dans ses bouclettes pour lui frapper le front gentiment, avant de se lever. Il avait senti que quelqu’un était sur le point d’entrer, et il n’avait pas tort : son œil clair tourné vers l’entrée de la tente lui indiqua qu’un commandant venait d’en franchir le palier.

Je vous amène de quoi manger, vous devez avoir faim.


Oh. Il lui apportait à manger, comme c’était adorable. Dorian avait répondu à son salut avec nettement moins de rudesse, contrairement à son attitude avec le commandant tout au début du périple. Disons que maintenant que Cordélia était relativement saine et relativement sauve, ça allait mieux. Mais c’était mignon de constater l’attention qu’il lui portait. Alors, dans toute sa fourberie, Dorian le fixa avec un grand sourire, comme si un sous-entendu pouvait s’y lire, suivi d’un léger clin d’œil coquin. Puis il porta son attention sur Cordélia tout en s’adressant à Cullen.

Vous saurez Commandant que oui, elle doit avoir faim, et même soif d’ailleurs. Enfin, j’ai deux-trois petites bricoles à faire autre part, je vous laisse garder un œil sur elle. ~ Ah et si jamais, elle manque d’une force que vous possédez au quadruple, Commandant. Tenez-la bien si vous voulez qu'elle mange à sa faim et sans s'en mettre partout.


A ces mots, il se dirigea vers la tente, mais s’arrêta tout de même avant d’en franchir le pas. Il avait oublié encore un autre détail, comme si une mère confiait son enfant à quelqu’un et qu’il fallait tout expliquer depuis le début de la création pour être certain que la personne comprenne.

Aussi, très certainement qu’une foule d’admirateurs en folie pointeront leur nez ici, sauf qu’elle a besoin de repos. Puisse-t-elle compter sur la puissance de vos bras musculeux, Commandant !


Là, il partit réellement, se promettant de revenir s’il avait le temps d’y penser franchement. Sauf qu’en sortant, au loin, la première chose qu’il aperçut ne fut guère tant réjouissante. Son regard se plissa d’amertume, son sourire s’étira en une grimace de dégoût, puis il tourna la tête et partit à l’opposé du camp. Il avait presque oublié qu’ils le détenaient comme prisonnier, celui-là. Et Dorian était bien loin de la réconciliation.

[C'est ainsi qu'avec prestance, Dorian quitta le rp.]

Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63


[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] 397188ASSPECTEUR[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Cullel10[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Uzdf[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Drama_10[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Ccc10[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Captur10[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] Pavism10


PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Dim 14 Jan - 17:08




The Dawn Will Come
ft. Cullen, Dorian, Cordélia.
“A templar at Therinfal Redoubt. He wanted to make the world safe for his daughter. Then he turned red inside. She doesn't know.”

Le reste du groupe était immensément affaibli par tout ce qui s’était passé. Maintenant que la Messagère avait été retrouvée, tout le monde pouvait finalement faire face à ce qu’il s’était produit. Tout avait été si rapide pour leur esprit, et la peur grandissait, sur ce qui pouvait se passer ensuite. Ils n’avaient plus rien. Plus de maisons, certains n’avaient plus de famille, plus de force. La nourriture aussi allait finir par s’épuiser s’ils ne trouvaient pas de quoi se ravitailler. La peur, l’angoisse de toutes ces variables, remplissait l’Esprit de ces mêmes craintes. Le chancelier, pour sa part, restait calme, paisible. Il n’avait pas peur de ce qui l’attendait irrémédiablement. Cole décida alors que c’était concevable de le laisser pour quelques instants à nouveau, afin d’aider d’autres.

A vrai dire, s’il n’avait pas eu si peur de faire quelque chose de mal, Cole aurait sans doute mis fin à ses souffrances. Mais pour ce genre d’action, l’Esprit ne se faisait plus confiance, il avait peut-être besoin d’un guide. La crainte de redevenir Désespoir. De se servir à nouveau de la souffrance d’autrui pour son existence. C’était un poids sombre, une ombre planante au-dessus de lui, à chaque fois qu’il sortait ses dagues pour mettre fin à la vie d’un autre. Seul, il n’était pas sûr de continuer d’être lui.

Cole s’était donc finalement dirigé dans la tente où se trouvait la Messagère. L’altercation entre le commandant et le mage nécromancien semblait découler d’une sorte d’amitié, mais dont personne n’était réellement très conscient. Ils étaient tous inquiets de savoir la jeune femme en bonne santé. La neige l’avait sans doute beaucoup affaiblie. L’Esprit resta invisible, ne souhaitant pas vraiment être vu par qui que ce soit. Il semblait que son apparence ainsi que ses apparitions, mettaient mal à l’aise la plupart des êtres humains. La Messagère semblait être différente, puisqu’elle l’avait écouté lors de la chute de Darse. Il la tenait en haute estime, sans doute en partie à cause de la vieille musique liée à la marque sur sa main. Cole savait qu’il pouvait lui faire confiance.

Une fois dans la tente, Cole constata que la Messagère avait aussi clairement une place spéciale dans l’esprit du commandant. A la voir, sa musique s’adoucissait. Le poids de son commandement semblait moins étouffant, la peine présente mais moins criante. C’était du repos de la voir en vie alors qu’il était épuisé de toutes ces péripéties. Cole restait dans un coin où il ne gênait personne, à observer les deux êtres. Il décida que la Messagère pouvait le voir, mais il n’était pas sûr qu’elle le remarquerait pour autant. En observant la nourriture dans les mains du commandant, Cole se rappela de la prison dans laquelle il, ou du moins le vrai Cole, avait été enfermé. L’idée le mit mal à l’aise, alors il préféra ne plus les regarder, baissant la tête, se concentrant uniquement sur leurs musiques et leur voix.
PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Sam 10 Fév - 19:27


Manger ? L'information qui parvint jusqu'à son cerveau engourdi se résumait à ça. Elle avait été réduite à un ensemble de sensations, réclamant des choses basiques pour rester en vie. Eau, chaleur. Cordélia n'avait jamais été dans un tel état. Elle se redressa difficilement pour se retrouver en position assise. Même dans cet état-là, elle savait qu'elle risquait de s'étouffer si elle mangeait autrement. Elle plongea la main dans le panier et but d'abord l'eau à grandes gorgées. Elle toussa légèrement, son organisme malmené par l'intrusion soudaine du liquide. Le pain et le fromage disparurent eux aussi dans son estomac.

- Merci pour le fromage.

Ce qui était une phrase... très mondaine à prononcer quand on était perdue au milieu des montagnes et qu'on avait failli mourir aux mains d'un mage Tévintide. Elle sourit à Cullen et le regretta immédiatement puisque des plaies sanguinolentes sur ses lèvres profitèrent de ce fait pour se rouvrir aussitôt.

- Je suis contente de vous voir. Merci de m'avoir trouvée.

Elle reposa la tête sur l'oreiller, songeuse un instant. Ils n'étaient pas seuls... Elle avait une impression étrange. Quelque part à la périphérie de son regard, il y avait une forme dans la tente. Quelqu'un... Qu'elle reconnaissait à peine, mais ce chapeau... Il les avait aidés. Sa présence n'était pas malveillante.
Ou peut-être que ce garçon était le fruit de son imagination. Elle cligna des yeux plusieurs fois pour s'en assurer, mais elle le voyait toujours. Peut-être qu'elle était en train de délirer, mais elle devait s'en assurer, avant qu'il ne disparaisse de nouveau. Elle regarda droit dans sa direction et s'enquit d'une voix faible :

- Qui es-tu... ?

PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Mar 13 Fév - 0:17






◇ The Dawn Will Come ◇





Etrangement le thaumaturge ne l’agressa pas en présence de Cordélia qui se remettait tant bien que mal des événements. Mais son sourire presque malsain laissa le Commandant légèrement tendu quand il posa le panier près de la jeune femme.





《 - Vous saurez Commandant que oui, elle doit avoir faim, et même soif d’ailleurs. Enfin, j’ai deux-trois petites bricoles à faire autre part, je vous laisse garder un œil sur elle. ~ Ah et si jamais, elle manque d’une force que vous possédez au quadruple, Commandant. Tenez-la bien si vous voulez qu'elle mange à sa faim et sans s'en mettre partout. 》





《 - Oh heu je….. 》





《 - Aussi, très certainement qu’une foule d’admirateurs en folie pointeront leur nez ici, sauf qu’elle a besoin de repos. Puisse-t-elle compter sur la puissance de vos bras musculeux, Commandant ! 》


A ces mots, le Tévintide se retourna et se précipita vers la sortie. Cullen se retrouvant alors seul avec Cordélia, les joues devenant alors rouge sans vraiment savoir pourquoi. Il se demandait bien ce qui pouvait passer dans la tête de Dorian, même s’il ne tarda pas à mettre le doigt dessus. Et finalement, cela ne le rassura pas tant que ça. Mais alors qu’il était resté quelques secondes à regarder Dorian s’éloigner, il recentra son attention sur l’inquisitrice, qui s’était assise pour attaquer le panier repas.

Quand elle eut enfin mangé quelque chose sous son regard bienveillant, il attendit qu’elle termine pour ne pas la brusquer de questions. Elle devait y aller à son rythme et lui se montrer patient.





《 - Merci pour le fromage. 》





《 - Avec plaisir, messagère. 》


Cassandra avait raison, elle n’en avait que pour le fromage. Et bien, il savait comment lui faire plaisir si un jour elle déprimait. Sans trop s’attarder sur ses pensées évasives, il alla prendre place sur une chaise à côté d’elle, car rester debout malgré sa fatigue n’était pas évident. Une fois en confidence avec la jeune femme, qui s’était recouchée entre temps, elle lui afficha un sourire des plus angéliques malgré ses multiples blessures.





《 - Je suis contente de vous voir. Merci de m'avoir trouvée. 》





《 - Je… enfin, nous nous faisions beaucoup de soucis pour vous, on ne pouvait pas vous laisser là-bas. 》


Il s’accouda contre ses genoux, regardant vers la sortie pour vérifier qu’il n’y avait personne – instinctivement, il n’avait pas senti la présence de Cole - puis ses yeux se redressèrent vers la messagère qui fixait un point à son opposée.





《 - Qui es-tu... ? 》


L’air interrogateur, Cullen suivi son regard vers le coin de la tente, mais n’y vit que le vent qui soulevait ce qui recouvrait les installations de fortune. Il n’y avait rien, du moins, c’était ce qu’il pensait. Cordélia, elle, semblait bien avoir perçu quelque chose.. Ou plutôt quelqu’un.





《 - Mais.. Il n’y a personne. 》


Peut-être que la fièvre la faisait délirer, qu’il était temps de la laisser se reposer. Mais cela l’intrigua.





《 - Vous devez vous reposer, vous êtes exténuée. 》


#a52b2b
PROCHAIN NIV. :
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
avatar[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Invité
Invité
Posté Mer 21 Fév - 16:25




The Dawn Will Come
ft. Cullen, Dorian, Cordélia.
“A templar at Therinfal Redoubt. He wanted to make the world safe for his daughter. Then he turned red inside. She doesn't know.”

La jeune femme l'avait finalement remarqué. Ses mots s'adressaient sans aucun doute à lui, et il en fut surpris. Il s'était déjà présenté auparavent, mais l'état atroce de la Messagère ne devait pas l'aider. « Cole. » Cullen ne semblait pas l'avoir remarqué de son côté, et prit cela pour une fatigue délirante, bien qu'intrigué par le fait que la Messagère d'Andrasté semblait voir des choses dont il était incapable. Les yeux de Cole se relevèrent vers la jeune femme et il souffla doucement. « Vous avez fait de votre mieux... » Se sacrifier pour le peuple de Darse, alors que Cole n'en avait pas été capable, lui donnait une impression de vide. Un tréfond à l'intérieur, qu'il espérait ne pas être rempli d'engeance.

Elle était en vie et tout restait à se construire, de nombreux combats s'amasseraient bientôt et quand bien même le moment semblait calme, dehors le voile se déchirait même aux yeux des humains. La Messagère pouvait bien manger du fromage, beaucoup de fromage, pour ce qui l'attendait. Cole était satisfait d'avoir pu la revoir en bonne santé, et maintenant qu'il était rassuré, renforcé même, grâce à la musique de la marque de la jeune femme, il décida que c'était le moment de disparaître et de sortir de la tente. « En sécurité et solide, protecteur et fier, il se soucie de vous Messagère. » fit-il cependant, avant de se faufiler jusqu'à la sortie de la tente.

Sa main passa sur le tissu couvrant l'entrée pour l'ouvrir, sortant comme un courant d'air aux yeux de ceux qui n'étaient pas censés voir. Ses pas le menèrent vers le chancelier qui mourrait lentement. Cole souhaitait mettre fin à ses souffrances, mais il avait toujours peur de devenir un démon. Paralysé par ses pensées, l'esprit resta à son chevet, incapable de ne l'aider plus que part des onguents et des herbes bouillies.


[Cole sort du rp :3]
PROCHAIN NIV. :
[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
[flashback] The Dawn will come [PV : Dorian, Cordélia, Cole] D3ku
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum