PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 6 Oct - 1:05


Ered Brytvell
touche le fond mais creuse encore si y'a moyen de trouver de l'or

NOM & PRÉNOM(S) ⊱ Brytvell, Ered SURNOM ⊱ Felassan, qui signifie "flèche lente" en langage elfique. Ses amis l'appellent simplement Red. AGE ⊱ 34 ans  NATIONALITÉ & LIEU DE NAISSANCE ⊱ Ered est originaire d'un clan dalatien dans les Marches Libres PROFESSION ⊱ Archer et éclaireur, accessoirement pilier de taverne et larbin LIEU DE RÉSIDENCE ⊱ Là où son supérieur son devoir l'exige évidemment. SITUATION AMOUREUSE ⊱ en relation libre et polygame avec sa dague ORIENTATION SEXUELLE ⊱ Hétérosexuel (juste pas les humaines, il a des principes) FACTION & RANG ⊱ Mien'Harel, rôdeur ARMES ⊱ Un arc long et une dague qu'il surnomme affectueusement sa femme (Asha) LANGUE PARLÉE ⊱ Il connaît le Tévène mais il évite de parler autre chose que l'Universelle et l'Elfique "pour ne vexer aucune minorité" (plutôt par flemme).

Tout sur ton personnage !
on veut tout savoir de lui.

pragmatique ⊱ opportuniste ⊱ condescendant ⊱ franc ⊱ faussement mystérieux ⊱ en réalité très bavard ⊱ flegmatique ⊱ sans-gêne ⊱ furtif ⊱ pince-sans-rire ⊱ sarcastique ⊱ vénal, parce que dans la vie rien n'est gratuit.


Observateur silencieux les trois-quart du temps, on trouvera aisément Ered debout dans le recoin le plus éloigné d'une pièce, nonchalamment appuyé contre un pilier, les oreilles aux aguets. La position à elle seule – légèrement avachie, les bras et les jambes croisés exprimant aisance et confiance – résume toute la personnalité de l'elfe opportuniste.
Il bluffe les trois quart du temps.
Ered aime se donner des airs mystérieux pour conserver un minimum de crédibilité, mais ses amis savent qu'il rit aisément des autres et de lui-même, même si son humour est un peu particulier. Lorsqu'Ered lâche une petite pique bien sentie, on l'observe comme une bête étrange tout en essayant de déterminer s'il plaisante ou pas. Mais comme il ne sourit pas, c'est difficile à déterminer. On le classera donc dans la catégorie des "Dalatiens coincés", comme il les appelle lui-même. On aurait évidemment tort.

Il y a des sujets qu'il vaut mieux ne pas aborder avec lui, comme son enfance, la magie, l'esclavagisme ou l'hégémonie des alcools humains face aux boissons elfiques traditionnelles – saletés de shemlens. Mais une fois apprivoisé, cet ambassadeur non officiel et autoproclamé des libertés dalatiennes saura se montrer respectueux, drôle, voire agréable, et même charmeur – avec un petit coup dans le nez. Adepte de la politique du "soyons alliés tant que tu n'es pas un poids", Ered peut faire preuve de dévouement, de courage, et s'avère extrêmement tenace et passionné quand une cause lui tient à cœur.
Sa loyauté va à son peuple mais avant tout à celui qui saura le guider vers la liberté. Il n'y a rien de plus abject selon lui qu'un dirigeant qui fait fi des besoins de ses sujets. Et Ered trouvera toujours le moyen d'exprimer son mécontentement, même si le dirigeant en question est la reine d'Orlaïs. Il évitera d'user de violence, cependant. Malgré son petit côté indélicat, voire bourrin en combat, il est très rare qu'il s'énerve, parce qu'il considère que le manque de self-control est un signe de faiblesse. Et aussi parce qu'il est d'un naturel calme, tout simplement.

Ered considère qu'il a un excellent instinct de survie et suivra toujours celui qui lui promettra sécurité, justice pour son peuple et accessoirement une paye, parce qu'on ne se nourrit pas avec du vent ! Si toutes les conditions sont réunies, l'elfe sera un soldat aussi fidèle qu'un mabari, même si le chat est probablement l'animal qui lui correspond le mieux... Il n'a aucun problème à suivre un ordre s'il le juge justifié. Il préférera travailler de son côté et à son rythme plutôt que d'être rattaché à un groupe, mais il peut s'adapter. Bien qu'il aime prendre des initiatives, il n'a absolument pas le profil d'un meneur et il déteste ce genre de responsabilités. Il aime prendre son temps quand il doit faire quelque chose, c'est même de là que vient son surnom de Felassan, mais comme il le dit lui-même, peu importe si la flèche vole longtemps tant qu'elle atteint sa cible parfaitement.

Alors certes, Ered a le regard, ou plutôt l'oeil, un peu hautain de celui qui sait des choses que vous n'imaginez même pas. Celui qui a tout vécu et tout vu... Mais ça ne reflète pas forcément la réalité et, en privé, l'elfe est le premier à plaisanter sur l'accident qui lui a coûté un œil. En public, bien sûr, il est plus susceptible. Il apprécie moyennement qu'un inconnu le mette face à ses faiblesses et ses erreurs. (Bien qu'il ne se gêne pas de le faire avec autrui.) Ne vous avisez pas de le taquiner si vous ne le connaissez pas, il est très doué pour proférer des menaces sans avoir l'air d'y toucher. Et il n'a pas besoin de ses deux yeux pour viser.




Il a perdu son oeil droit. Un bandeau le dissimule, sans cacher complètement sa cicatrice. Cette dernière descend jusqu'à sa lèvre supérieure. Ses vallaslin s'affichent sur son autre face et dans son cou. Ered a une santé un peu fragile, il tombe souvent malade et tousse régulièrement à s'en arracher les poumons. Quand on lui demande s'il va bien il répond simplement qu'il a fumé trop d'herbes. Il est très pudique sur ce sujet et en plus il déteste se plaindre.  Logiquement il déteste aussi les geignards. Et courir. Soyons honnêtes, il déteste pas mal de choses. Dont les humains, mais c'est par principe, ça n'a rien de personnel. Il mêle aisément des mots d'elfique à la langue universelle lorsqu'il parle. Il se sert aussi de sa langue maternelle pour jurer ou insulter discrètement quelqu'un. Il est très ouvert d'esprit, pour un Dalatien. Sauf quand ça touche aux humains évidemment. Phrase préférée : "J'ai fait ça toute ma vie !" Il sait faire preuve de subtilité lorsqu'il suit une piste, mais dans un combat Red est un vrai bourrin ; il  se montre déloyal s'il le faut, hurle des insulte à l'ennemi et fait des concours avec ses alliés pour déterminer qui en tuera le plus ou versera le premier sang. Quand il met les pieds dans le plat, il saute dedans à pieds joints. Il peut vivre toute l'année en pleine nature et dormir dans des conditions déplorables mais il est très exigeant sur la nourriture. Il cuisine lui-même plutôt que d'avaler, je cite, "la tambouille pitoyable d'une quelconque taverne". Comme tout Dalatien qui se respecte, Red considère que l'humain est un fléau ; mais la pire maladie à ses yeux, c'est la connerie. 


Ton toi derrière l'écran !
on veut tout savoir de toi.


NOM & PSEUDO ⊱ Vous pouvez m'appeler Aurel, c'est du 2 en 1 (comme ta lessive)
ÂGE ⊱ 28 piges
TES PASSIONS ⊱ La lecture, le gribouillage, la collection d'objets inutiles, les voyages et la procrastination.
SÉRIES, FILMS, JEUX VIDÉO ⊱ En ce moment c'est American Horror Story, South Park et Game of Thrones (dans des registres complètement différents moui). Niveau jeu vidéo je suis sur Assassin's Creed Rogue, Life is Strange et beaucoup trop de point&click pour tous les nommer.
PRÉSENCE ⊱ Je passe souvent, mon rythme de rp est aléatoire mais je préviens toujours mes partenaires en cas de retard.  
TON AVIS SUR LE FORUM ⊱ Il est beau ! À chaque fois que je me remets à DA j'ai une folle envie de rp dans cet univers, vous tombez bien...  
COMMENT AS-TU CONNU DA:I ⊱ Partenariat.
TON DERNIER MOT, NIARK ⊱ Chaussette.





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 6 Oct - 1:06


this is my story
Ar lasa mala revas



Ered avait honte d’avouer qu’il gardait peu de souvenirs marquants de son enfance. Sa mémoire semblait surtout s’attacher aux sensations et les seuls éléments qui lui venaient à l’esprit, lorsqu’il invoquait ses jeunes années dans les forêts marchiennes, étaient une suite de couleurs, de bruits et de sensations. Plus le temps passait et plus les souvenirs s’effilochaient. C’était pire s’il essayait de les retenir ; ils s’estompaient comme des lambeaux de fumée sous ses doigts et Ered en ressortait plus frustré que jamais. C’est pourquoi il évitait de se remémorer son enfance et laissait ses souvenirs n’être rien de plus que cela. Des sons et des émotions qui, parfois, teintaient ses rêves d’une douceur qui le laissait étrangement mélancolique au réveil.


9:08 9:16 Son souvenir sensoriel le plus ancien le ramenait toujours à l’odeur des épines de pins et à la lumière dorée des rayons du soleil tombant à travers de hauts feuillages. Ered se cachait dans les buissons, la tête entre les mains, comme pour se faire le plus petit possible, et ses narines étaient pleines de feuilles séchées et de terre humide. Il associait toujours cette odeur persistante à la forêt de son enfance. Il y avait pourtant eu de nombreuses forêts, car le clan dalatien qui l'avait vu naître était nomade et voyageait dans les Marches Libres au gré des saisons. Il en avait connu tout au long de sa vie, mais dans son inconscient, cette odeur particulière était vhenas, la maison.
Gamin, Ered était un elfe plus petit et plus maigrichon que la moyenne. Il avait les poumons fragiles et tombait souvent malade, malgré les baumes et les cataplasmes que sa mère confectionnait pour lui. Solyane était une elfe d’une grande dignité et l’épouse du Mi’durgen, littéralement l’épée de pierre : son père, un guerrier respecté du clan. Devant eux, Ered, leur fils unique, avait honte de paraître faible. Ses amis le surnommaient Felassan, flèche lente, ce qui était ironique puisqu'il tirait comme un manche.
– Cela viendra, vhenan, disait sa mère. Et aussi : Peu importe si la flèche vole longtemps tant qu’elle atteint sa cible parfaitement, métaphore à laquelle le jeune Ered était alors peu sensible. Quand elle le retrouvait dans la forêt entre les buissons, il inventait des mensonges à base de "je jouais à cache-cache" ou "je suivais la piste d'un lièvre", pour ne pas avouer qu'il évitait simplement les autres enfants. Solyane faisait semblant de se laisser convaincre et prenait son fils dans ses bras pour le relever. Elle sentait la menthe et l'embrium et l'odeur suffisait à le calmer. Plus tard, quand il était entré au service de maîtresse Samta, Ered se servait de ce souvenir pour se rassurer. Il savait pertinemment que sa mère ne viendrait plus le chercher. Il préférait penser qu'il était devenu plus doué pour se cacher et espérer que Solyane Brytvell ne l'avait pas oublié.


9:16 9:20 Le clan dalatien avait disparu en une nuit alors qu'il se trouvait en déplacement au nord de la rivière Minantère. Les elfes étaient peu nombreux ; assez cependant pour ne pas craindre de croiser la route de deux mercenaires humains partis en éclaireurs. Seulement le soir venu, les shemlens trouvèrent le campement provisoire des Dalatiens et revinrent avec l'entièreté de leur groupe. Ils attendirent que les lueurs du camp des elfes s'éteignent pour la nuit pour abattre les sentinelles et envahir le campement. Ered ne conserva de cette terrible nuit que des éclats de lumière, de voix et de sang. Son esprit, trop jeune pour appréhender tant de violence, le préserva en mêlant ses souvenirs dans un grand tourbillon de sensations qui, à l’heure actuelle encore, restaient floues. Mais Ered se rappelle de ceci : son père fut un des premiers Dalatiens à tomber. La majorité du clan fut décimée. Ceux qui survécurent furent capturés et vendus en esclavage dans le Nord. Ered fut séparé de sa mère au moment où les mercenaires se répartissaient les esclaves. L’un d’eux garda Solyane pour son service personnel et Ered ne sut jamais ce qu’il advint d'elle.

Pour sa part, il fut acheté par une famille de Magistères de Solas, les Valdus. À huit ans, il était le plus jeune de leurs esclaves. Au début, la majorité de ses taches consistait à récurer les sols, parfois porter des missives au maître de maison, Lafvin. Ered aimait bien cela car il pouvait alors entrer dans « l’antre » du maître, un majestueux bureau aux meubles sombres et lourds qui sentait le bois. Ce n’était pas vhenas et ça n’avait certainement pas l’odeur des pins, encore moins celle de la menthe et de l’embrium. Mais c’était un environnement calme, reposant et fascinant. Ered aimait bien Lafvin en tant que personne, moins en tant que maître. Il laissait à son épouse le soin de gérer les affaires domestiques, et dame Samta était adepte des punitions corporelles. Ered apprit bien vite à baisser les yeux quand il croisait son chemin, mais même s'il faisait de son mieux, elle trouvait toujours une excuse pour punir ses esclaves. La première fois qu’elle avait frappé Ered, elle avait cogné sur ses doigts jusqu’à ce qu’il saigne et il en avait pleuré ; non seulement de douleur, mais parce qu’il se rappelait que son père l’avait félicité peu de temps auparavant, lorsqu’enfin il avait réussi à atteindre sa cible en plein cœur avec une flèche. Il lui semblait que plus jamais il ne pourrait manier un arc avec ses doigts blessés et le souvenir de son clan déchu le frappa violemment en pleine face, plus terrible encore que les coups de bâton de dame Samta : c’était son ancienne vie qu’il enterrait.

9:20 9:23 Quand Ered eut onze ou douze ans, on l'assigna au service d'Héliodore, le plus jeune fils des Valdus. Plus Héliodore grandissait et s'émancipait et plus Ered devenait dépendant des déplacements de son jeune maître. Il ne pouvait faire un pas sans être dans l'ombre d'Héliodore et c'était parfois très agaçant. Il n'avait pas la cruauté de sa mère mais il avait certainement mauvais caractère et surtout c'était un mage pitoyable. Il était si fier de réaliser les tours les plus simples que même Ered, qui avait appris à contenir ses émotions, ne pouvait s'empêcher de faire redescendre Héliodore de son piédestal lorsqu'il faisait du feu sous ses yeux pour l'impressionner.
– J'en fais aussi sans magie. On appelle cela un briquet, disait Ered avec un air parfaitement impassible pour ne pas lui montrer qu'il se moquait de lui. Ils avaient presque le même âge et avaient grandi ensemble, aussi Héliodore avait une certaine patience à son égard. Il ne punissait jamais réellement Ered, car il savait que sa mère s'en chargeait pour eux deux. Ce n'était pas pour autant qu'Ered l'appréciait, loin de là. Il le tolérait. Comme il tolérait les taloches méritées qu'Héliodore lui donnait pour imposer son autorité. Ou les sorts qu'il lui lançait "pour s'entraîner" quand il s'ennuyait. Et Héliodore s'ennuyait souvent. Ered perdit son œil droit lors d'un de ses "exercices", ce qui n'empêcha pas le jeune Magister de continuer à se servir de lui comme cible attitrée. C'est à peu près à cette époque que le mot shemlen rentra dans le vocabulaire d'Ered comme une insulte.

L'ennui quasi constant de son jeune maître lui attirait bien d'autres problèmes. Ered en faisait le plus souvent les frais, aussi avait-il appris à surveiller constamment le comportement d'Héliodore pour lui éviter de déraper. Un soir où le jeune homme participait à une réception de Magistères, il fit l'erreur de trop et, évidemment, l'elfe en subit lui aussi les conséquences. Après tout, n'était-il pas censé suivre le jeune maître comme son ombre ? Surveiller ses fréquentations ? Le protéger en cas de danger ? Ce n'était pas de sa faute, se répétait Ered, médusé. Il l'avait laissé sans surveillance pendant cinq minutes. Cinq. Minutes. Comment un jeune homme de son âge, censément responsable, ne pouvait-il pas rester seul cinq toutes petites minutes ?
– Stupide shemlen, grommela Ered, ce qui était un pléonasme quand on parlait de ce bon vieux Héliodore. Le shemlen sans cervelle s'était entiché d'une jeune et jolie demoiselle (comme d'habitude, vous dirait Ered), sauf que cette fois il avait mal choisi sa cible. C'était la fille chérie d'une puissante famille d'Altus de Qarinus, et elle n'appréciait certainement pas ses avances, euh... un peu trop poussées, dirons-nous.
Pour dire les choses simplement, Héliodore s'était fourré dans de tels ennuis qu'il dut quitter Solas en secret pour ne pas se faire accidentellement assassiner dans son lit ou dans une malencontreuse chute d'escaliers. Ered en était tellement sidéré qu'il aurait probablement poussé Héliodore du haut des marches lui-même si on avait pensé à le soudoyer : il y avait des choses qui se soignaient de manière radicale, et la stupidité en faisait partie. Au lieu de cela, il fut chargé d'escorter le brave garçon jusqu'à Vol Dorma, où logeait un de ses oncles. Héliodore se cacherait là pour faire profil bas. Le jeune elfe accepta la mission puisqu'il n'avait pas le choix, mais il était décidé à se faire la malle dès que possible. Malheureusement, Héliodore s'avérait encore plus incompétent que prévu question survie dans la vraie vie et Ered avait un peu trop bonne conscience pour l'abandonner dans une forêt à son triste sort, bien que l'idée lui traversât l'esprit un nombre incalculable de fois.


9:24 9:32 Ce qui sauva Ered d'une vie retirée au fin fond de l'Empire tévintide fut leur rencontre avec un groupe de bandits dalatiens sur le chemin de Vol Dorma. Retrouver des Dalatiens après avoir passé tant d'années enfermé chez les Valdus fut comme une révélation pour Ered. Il en oublia ses scrupules ; après tout, pourquoi défendait-il la vie d'un maître qui n'aurait pas fait de même pour lui ? Il se laissa faire lorsque les elfes les acculèrent et désarma sans mal Héliodore, qui ne s'attendait pas à un tel revirement de situation :
– Vous pouvez voler tout son or, je sais où il le cache, proposa Ered. Héliodore lui jeta un regard appuyé mais l'elfe l'ignora pour ajouter : Je ne demande qu'une chose : emmenez-moi avec vous. Il ne supplia pas mais sa tolérance pour les shemlens avait certainement atteint son paroxysme et il ne supporterait pas de passer plus d'une minute en compagnie de son "maître". Ce dernier se fit dépouiller sans broncher, aussi les Dalatiens le laissèrent-ils reprendre son chemin sans trop l'amocher. Cette attitude inspira à Ered un sentiment contradictoire, à mi-chemin entre le soulagement et la frustration. Une partie de lui espérait que le mage commettrait une erreur qui lui permettrait de venger sur lui des années de souffrance et de captivité. L'autre était consciente que le jeune Valdus n'était foncièrement pas responsable des actions de sa mère ou de l'esclavagisme en général. Il ne se rendait même pas compte du mal qu'il lui faisait et se plaignait souvent de son éducation reculée dans le Cercle de Solas en la comparant allègrement à la captivité d'Ered, ce qui avait toujours eu le don de lui faire grincer des dents. Le jeune elfe le regarda partir en souhaitant à ce garçon de ne jamais recroiser sa route.

Les Dalatiens qu'il avait rencontrés faisaient partie d'un clan plus étendu qui s'éparpillait dans le nord de Tévinter et au-delà de ses frontières, dans les Anderfels. Ils n'acceptèrent pas aisément Ered parmi eux, bien sûr, il devait faire ses preuves. Mais comme ils s'employaient à n'attaquer que les shemlens en aidant quand ils le pouvaient les leurs, le jeune homme n'eut aucun mal à prouver sa loyauté. Son empathie s'éveillait naturellement au contact de ceux qui avaient vécu les mêmes choses que lui, quelle que soit leur race, alors que le simple souvenir des Valdus effaçait en lui toute trace de compassion pour leurs persécuteurs, shemlens en tête.

Ered l'ignorait encore, mais il était entré sans le savoir dans un vaste réseau qui répondait au nom de Mien'harel. Au contact de son nouveau clan, il réapprit les traditions elfiques et retrouva des réflexes qu'il pensait effacés sous le masque de l'esclave. Il retrouva davantage que la liberté. La sensation d'un arc entre les mains, pour commencer. La première fois, il lui sembla que ses doigts s’étaient engourdis avec le temps et que tout ce qu’il avait appris avec son père avait disparu en même temps que son clan. Cette pensée l’attristait et le frustrait au plus haut point ; il refusait de ne pas devenir l’archer que ses parents avaient vu en lui. Les entraînements furent difficiles et parfois entrecoupés par la santé fragile d’Ered qui se mettait à cracher ses poumons en plein exercice. Mais il découvrit bien vite que sa carrure de jeune homme, contrairement à celle du gamin gringalet qu’il avait été, pouvait être exploitée à son avantage si tant est qu’il réussisse à muscler les choses qui lui servaient de bras. Le chemin s'avérait rude mais somme toute prometteur et, surtout, il le ramenait vers un passé qu'il pensait oublié.

À dix-huit ans, il reçut ses vallaslin. Ce fut un grand moment et un grand honneur pour lui. Ered ne savait pas à quelle douleur il se préparait, mais elle ne l'effrayait pas outre mesure. Il repensa aux coups de bâtons de son ancienne maîtresse. Avec le temps, il avait appris à fermer les yeux, serrer les dents. Une attitude qui contrariait maîtresse Samta, ce qui renforçait la détermination du garçon. Si son silence l'agaçait, il se contentait avec joie de cette piètre victoire. Alors Ered ne pleurait plus, il attendait. Il lui semblait que toutes ces années, sous le joug de dame Samta, il n'avait fait que ça. Attendre. Cet instant précisément. Comme lorsqu'il avait repris le tir à l'arc, Ered se rappelait ce pour quoi il était là. Mais davantage, avec les vallaslin. Cette fois, il n'y avait plus de doutes, plus de questions. Il ne formait à nouveau plus qu'un avec sa véritable nature. Les Dalatiens, en l'accueillant comme beaucoup d'autres elfes perdus, lui redonnèrent plus qu'un toit, un but ou une dignité. Il leur devait sa vie et son identité.


9:32 9:42 Lorsque Ered réalisa l'ampleur des actions de son clan et son implication dans un projet plus vaste, il avait déjà 24 ans et une expérience certaine dans son propre clan. Il avait entendu parler de Mien'harel bien sûr et il se doutait que délivrer des elfes captifs, recueillir des blessés ou des sans-abris victimes du Cinquième Enclin, tout cela avait un but précis, à plus grande échelle. Il ne réalisait simplement pas sa portée jusqu'à ce qu'il rencontre Glorfindel en personne.
En fait, son chef de clan, Bormir, ne l'avait pas spécialement préparé, il restait très mystérieux sur le sujet et Ered, qui savait très bien se mêler de ses affaires, ne s'était pas montré particulièrement curieux. Il se sentit donc tout à fait stupide lorsqu'il vit pour la première fois ce grand elfe à l'allure royale et que lui, dans son accoutrement sale et rapiécé de rôdeur, ne savait soudain plus parler. Il se contenta de petit "hum hum" et "oui oui" pour approuver tout ce que Glorfindel disait, ce qui lui donnait généralement l'air mystérieux mais accrut ici son sentiment de malaise.
– Tu m'as fait passer pour un crétin ! grogna-t-il au terme de la rencontre, en assenant un coup dans l'épaule de Bormir. Ce à quoi l'autre éclata de rire, arguant que Glorfindel faisait toujours forte impression la première fois et qu'il n'y avait pas de honte à avoir. Ered continua à se sentir stupide pour le reste de la journée, et surtout inquiet. Etait-il bien conscient de ce qu'il faisait ? Réalisait-il l'ampleur de l'action que menait Mien'harel ? Les conséquences positives que le changement qu'il amenait petit à petit à s'étendre sur Thédas engendreraient ? Probablement pas. Mais Ered n'était pas payé pour s'inquiéter des rouages compliqués de la politique, des machinations du pouvoir et de toutes ces choses qui lui passaient au-dessus de la tête. Il avait les pieds dans la vie normale des petites gens, le quotidien sale et pas toujours intéressant, mais c'était ce qui lui parlait à lui et c'était la seule chose qu'il valait le coup de défendre. C'était bien ce que Glorfindel et Mien'harel proposaient, alors c'était tout ce qui lui fallait.

– Bon, fais pas cette tête. Pour me faire pardonner, je te paye un coup à la taverne, proposa Bormir. Ered gardait de son passé d'esclave une nette préférence pour les activités en plein air. Il rechignait à s'aventurer en ville, aussi les missions d'infiltration n'étaient pas son fort. Il préférait nettement faire le lien entre les espions et son clan, quitte à servir de messager lui-même. Honnêtement, il acceptait toutes les missions qui l'amenaient à crapahuter dans la nature plutôt que rester entre quatre murs, même si c'était ceux de la ville rebelle. Mais une proposition comme celle de Bormir ne se refusait pas. Ered se retrouva donc accoudé au fond d'une taverne avec ses compagnons d'armes ce soir-là. Bien lui en prit puisqu'il y rencontra sa dague, et nous utilisons le terme "rencontrer" délibérément puisque Ered eut en la voyant un véritable coup de foudre.
Del, un de ses amis, l'avait "trouvée", entendez volée, lors de sa dernière mission d'infiltration. Il se vantait de la beauté de la lame et de la facilité avec laquelle sa garde, dont la sculpture imitait les courbes d'une femme, tenait dans sa main. Il fallut un seul regard à Ered pour décider qu'il DEVAIT posséder cette dague. Il posa une bourse pleine de pièces sur la table et s'assit face à Del.
– Je la veux. Le regard était déterminé et le ton sans réplique. Son ami lorgna l'argent face à lui et sourit. Il sortit un paquet de cartes.
– Jouons, Felassan. Si je gagne, j'empoche tout ce que tu as là. Et tu payes la tournée ! Ered eut un léger rictus et s'assit en face de Del avec détermination. Il gagna la dague après une très longue partie de Grâce Perfide. Del jouait plus vite que lui mais avec son flegme légendaire, celui qu'on surnommait la flèche lente prenait le temps de réfléchir à chacun de ses coups. Et comme ses flèches, ils atteignaient toujours leur cible. Del lui donna à contrecœur la dague fraîchement volée. Ered quitta leur table en faisant tourner sa nouvelle arme entre ses doigts, et constata sa légèreté exceptionnelle. Elle était en effet très agréable à manier. Un sourire joua sur ses lèvres. Il l'aimait déjà.
– Content, Red ? grommela Del. Ered admira la poignée de la lame à la lueur des torches de la taverne.
– Oui. Ma serannas, Del, je suis un homme comblé. Il embrassa le manche sous le regard exaspéré de son rival et ami. Ar lath ma, vhenan, murmura-t-il comme à l'oreille d'une femme. Nous vivrons heureux et auront beaucoup d'enfants. Et par enfants, j'entends victimes évidemment. Il s'éloigna sous les rires hilares de ses frères d'armes.



PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 6 Oct - 10:24
Bienvenue sur le fow! Ton personnage est super "marrant", dans le sens où il promet de belles interactions o/ Les @ passeront bientôt pour t'accueillir très officiellement, mais n'hésite pas à les contacter dès maintenant si tu as des questions et tout. Courage pour la fiche et à bientôt en jeu !
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 6 Oct - 10:42
Bienvenueee ! (Ici Irisviel flemme de changer de compte bonjour )Personnage fort prometteur, j'ai adoré ton caractère et le ton employé, j'ai hâte de voir son histoire et dans quelle mesure il est officiellement Mien'harel ~

Comme l'a dis Jess, on est à ta disposition si tu as des questions (surtout que tu inaugures le groupe huhu)

Bon courage pour la fin de ta fiche <3
PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
The Hero of Ferelden ⊱ Grey Warden
— PSEUDOs : Pendräagon.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Présent.
— MISSIVES : 447
— DC&TC : Glorfindel Mien'Harel (+) Seth.
— PRESTIGE : 521
— PAIRING & OTP : Reylistair shipper forever.
— CRÉDITS : moi (+) noobito

— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Il est Alamarri.
— ÂGE : Reyner possède vingt-sept ans.
— PROFESSION : Commandant des Gardes de Ferelden.
— FACTION : Garde des Ombres.
— ARMES : Il est armé d'une très belle épée Orlésïenne et d'un bouclier comportant l'écusson des Cousland.
— AMOUREUSEMENT : En couple avec Alistair Theirin, ancien ami et frère d'arme pour qui il avait toujours éprouvé des sentiments sincères et profonds.
— O.SEXUELLE : Bisexuel.
Posté Ven 6 Oct - 10:56
Hello & bienvenue ! iorveth blblblb

Damn, un petit membre de Mien'Harel ! Ça fait trop trop plaisir !

Si tu as des questions n'hésite surtout pas à nous les poser à Iris et moi-même ! Et si tu veux des précisions sur Glorfindel (sait-on jamais), n'hésite pas non plus !

Bon courage pour le reste de ta fiche, j'ai hâte de lire ce que tu nous prépares !


The Calling of the Warden.
THE CITY OF THE DEAD ⊹ I'M SCARED OF WHAT'S INSIDE MY HEAD, WHAT'S INSIDE MY SOUL ; I FEEL LIKE I'M RUNNING BUT GETTING NOWHERE. FEAR IS SUFFOCATING ME, I CAN'T BREATHE, I FEEL LIKE I'M DROWNING, I'M SINKING DEEPER. WHITE LIGHT FADES TO RED AS I ENTER THE CITY OF THE DEAD. I FEEL IT BURNING THROUGH MY VEINS, IT'S DRIVING ME INSANE, THE FEVER IS RISING, I'M GOING UNDER.

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 6 Oct - 18:46
Merci pour votre accueil !

Je m'attelle de ce pas à l'histoire. Si vous avez des infos supplémentaires sur Glorfindel (i see what you did here) je ne dis pas non. Ou sur sa façon de recruter peut-être ?

#iorveththebest
PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
The Hero of Ferelden ⊱ Grey Warden
— PSEUDOs : Pendräagon.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Présent.
— MISSIVES : 447
— DC&TC : Glorfindel Mien'Harel (+) Seth.
— PRESTIGE : 521
— PAIRING & OTP : Reylistair shipper forever.
— CRÉDITS : moi (+) noobito

— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Il est Alamarri.
— ÂGE : Reyner possède vingt-sept ans.
— PROFESSION : Commandant des Gardes de Ferelden.
— FACTION : Garde des Ombres.
— ARMES : Il est armé d'une très belle épée Orlésïenne et d'un bouclier comportant l'écusson des Cousland.
— AMOUREUSEMENT : En couple avec Alistair Theirin, ancien ami et frère d'arme pour qui il avait toujours éprouvé des sentiments sincères et profonds.
— O.SEXUELLE : Bisexuel.
Posté Sam 7 Oct - 20:19
Glorfindel ne recrute pas d'une manière particulière si ce n'est le bouche à bouche par les membres de la cause ! Il est très disponible et ouvert lorsqu'on a besoin de lui parler donc si jamais ton personnage avait besoin de s'entretenir avec lui, il n'aurait attendu x temps . Il est très sensible à la cause de son peuple et est quelqu'un empli d'empathie envers toute race ayant subis le même courroux que son peuple -race ou être tout simplement-. wtf il se mêle souvent aux autres, que ce soit le corps armé ou même les villageois de Revassan ! Donc il n'est pas rare de l’apercevoir dans la forteresse !


The Calling of the Warden.
THE CITY OF THE DEAD ⊹ I'M SCARED OF WHAT'S INSIDE MY HEAD, WHAT'S INSIDE MY SOUL ; I FEEL LIKE I'M RUNNING BUT GETTING NOWHERE. FEAR IS SUFFOCATING ME, I CAN'T BREATHE, I FEEL LIKE I'M DROWNING, I'M SINKING DEEPER. WHITE LIGHT FADES TO RED AS I ENTER THE CITY OF THE DEAD. I FEEL IT BURNING THROUGH MY VEINS, IT'S DRIVING ME INSANE, THE FEVER IS RISING, I'M GOING UNDER.

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 15 Oct - 17:17
Bienvenue sur le Forum Iorveth, pardon, Ered !

Je suis ravie de voir encore un elfe nouveau venir rejoindre nos rang d'infidèle !

Bonne chance pour ta fiche et une dernière chose... La Téméria Indépendante !
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Jeu 19 Oct - 21:40
Merci Hawke
Spoiler:
 

J'en profite pour vous demander un petit délai pour ma fiche. J'ai écrit les 3/4 de l'histoire avant de réaliser que j'avais une grosse incohérence, du coup j'ai recommencé mais ça me demande plus de réflexion que prévu et réfléchir, c'est difficile 
C'est la première fois que j'évolue dans un univers aussi complexe que DA, je veux faire les choses bien !
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 20 Oct - 18:42
Accordé. N'hésite pas à me demander en cas de questions, je connais pas le lore par coeur mais presque :p
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Jeu 26 Oct - 17:58
J'ai (enfin) fini ! J'ai essayé de contrôler ma tendance à écrire des pavés mais en contrepartie c'est possible que je sois passé assez vite sur certains éléments. N'hésitez pas à me dire s'il manque des trucs ou si j'ai dit des bêtises !
(btw j'ai eu la permission de Melli pour la citer dans l'histoire, encore merci )

Bonne lecture !
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Ven 27 Oct - 14:53
Désolée pour le délais, j'étais persuadée d'avoir posté hier ^^"




⊱ Bravo, tu es validé Ered !
bravo, bravo et encore bravo !

⊱ AVIS SUR LA FICHE — Bah écoute, j'adore ton style d'écriture, j'adore ton humour, j'adore le personnage, en bref : j'ai adoré ta fiche puissance 1000 ♥️ J'ai donc le plaisir de t'annoncer que tu es validé, Ered ! Si tu as une question quelconque, ou quelque chose à faire savoir, n'hésites pas à contacter le staff par tout les moyens qui existent : chat box, MP, section questions... Sur ce, je te dis avec amour : Bon jeu et encore la bienvenue parmi nous ! #Irisviel

⊱ Cool, j'suis validé !
... Mais je fais quoi maintenant moi ?

Maintenant petite recrue, je t'invite à te créer une relationship ici ; c'est obligatoire et conseillé pour te dépatouiller des relations de ton personnage ! Il y a aussi la possibilité de se créer un journal intime ici, pratique si tu veux t'occuper en attendant une réponse de ton coéquipier de RP. Par là, tu pourras lister tes RPs en tout genre, encore une fois pour voir clair dans tous tes faits et gestes ! Quant à cette section, il t'est possible de passer des petites annonces comiques ou autre sur le forum, qui défileront en dessous de la bannière. Ah tien, tant qu'on y pense, ça te dit, un rang ? Va y donc, c'est mieux que de ne rien avoir sous son pseudo ; ça rajoute un petit coté esthétique très fancy.

Plus sérieusement à présent ; va de suite signer le règlement, s'il te plait, c'est obligatoire ! Quand l'envie de RP te prendra, tu pourras alors te diriger par là pour faire une petite demande pour ceux qui pourraient être intéressés ! N'oublie pas d'aller au bottin à avatar pour dire quel est le nom de ton personnage et de quel jeu il vient s'il est inventé, merci ! Cela évitera les doublons, et c'est obligatoire. Pense à créer ta boite aux lettres que tu puisses envoyer et recevoir des missives, c'est super utile et ça permet de commencer ou de finir des Rp d'une manière encore plus amusante. Renseigne toi par ailleurs sur le système des Points de Prestige, ils vont te servir plus tard si tu veux un rang ou un double compte.

Ho tant que j'y pense ! Si tu as une quelconque question sur l'univers de Dragon Age et que tu as besoin d'informations pour tes RP ou juste pour en apprendre plus, il y a le Guide de Thédas à ta disposition. Chose vitale, renseigne toi à propos de l'intrigue en cours et de la chronologie en RP. Vois-tu, comme nous simulons plusieurs époques, ces dernières ont un point de départ bien précis, et tu ne peux pas passer d'un an à un autre sauf en RP flashback ! N'oublie pas non plus de voter sur les top-sites ! Voilà tout pour la partie administrative ultra barbante ! Tu es digne d'un véritable membre de l'Inquisition !

Maintenant, ce sera bien plus drôle qu'avant, car je te convie à faire la teuf dans la taverne la plus proche ! Tu peux jouer un max pour faire vivre le forum ; ça ne prend que quelques secondes par jours/postes, et en plus, ça te fait grimper le nombres de messages pour d'éventuels doubles comptes ! Tout comme tu ne dois surtout pas hésiter à flooder, que ce soit pour dire ce que t'as bouffé à midi ou autre encore, on s'en fiche : on aime le racontage de life et le bla bla trop wtf sur ce forum !

Sur ce, Ered... Je te souhaite une bonne aventure parmi nous. Te joindras-tu avec les plus héroiques afin de sauver Thédas, ou au contraire, plongeras-tu le monde dans le chaos ?

Bienvenue sur Dragon Age Inquisition : Infinity !


PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum