Dragon Age : Les Légendes de Thédas

PROCHAIN NIV. :
avatarRêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
avatarRêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
Invité
Invité
Posté Ven 22 Sep - 22:12
Mellissandre savait qu’elle devait distribuer ses invitations avec soin. Comme si le fait de se créer une réputation antithétique à sa véritable allégeance n’était pas suffisamment complexe, elle prenait un réel risque avec cette idée. C’était un coup audacieux qui pouvait lui rapportait beaucoup mais aussi être très néfaste à sa réputation à Tevinter. Or, elle avait beaucoup trop souffert des rumeurs et des médisances ici pour avoir envie de les supporter à Minrathie également. Elle avait toujours pensé être au dessus de ça mais son apathie guérissait petit à petit, rongée par l’atmosphère étouffante et délétère d’être entourée de personnes qui nous détestent.

Quoi qu’il en soit, pour que son bal soit un succès, elle devait présenter des membres éminents de l’Inquisition susceptibles de plaire à des magister. Une double nécessité qui rendait la chose bien plus complexe qu’on ne pouvait l’imaginer. Cassandra par exemple, était une noble du Nevarra, elle était donc tout à fait légitime mais son comportement laissait à désirer et de toute façon elle avait catégoriquement refusé de mettre les pieds à un bal tévintide.

C’était dur de l’admettre, mais elle aurait eu une magnifique carte à jouer si elle avait pu invité Dorian. Malheureusement, après ce qu’il lui avait fait, c’était hors de questions. Elle ne pouvait plus lui faire confiance, si elle lui accordait cette faveur il en profiterait pour saborder son projet elle le savait.

Elle commençait à désespérer de trouver au moins une troisième personne prestigieuse susceptible d’accepter quand elle avait entendu parlé de Solas. Au demeurant un elfe n’était pas ce qu’elle aurait normalement qualifié de « prestigieux », mais c’était un mage. Plus que ça, c’était un Somniari. C’est tout du moins ce qui ressortait des discussions à son sujet, lui qui prétendait parcours l’Immatériel pour en cueillir des souvenirs et de la sagesse.

Pour l’instant elle était un peu dubitative mais il fallait bien reconnaître que cela avait piqué sa curiosité… La légitimité des altus était basée sur leur héritage de ces illustres mages capable de marcher dans l’Immatériel et de voguer entre les rêves. S’il en était réellement un, le fait que ce soit un elfe devenait une préoccupation bien secondaire.

C’est donc dans cette double optique de s’assurer de la véracité de ces affirmations – qui semblaient presque trop belles pour être vraies – et de l’invité le cas échéant que Mellissandre se rendit dans la salle à fresque. Tout comme Dorian était réputé pour hanter la bibliothèque, c’est apparemment dans cette tour que lui se trouvait la majorité du temps.

Alors qu’elle pénétrait presque timidement dans les lieux – c’était étrange de ne pas avoir à frapper ou quelque chose de cet acabit – Mellissandre aperçu effectivement la personne qu’elle cherchait. Du moins, elle jugea que les elfes chauves habillés comme des vagabonds ne devaient pas être légions dans l’Inquisition.

« Excusez-moi, vous êtes Solas ? », demanda-t-elle tout de même, avec toute la courtoisie du monde pour entamer la conversation. Il fallait bien commencer quelque part et attirer son attention.

Quand il daignait s’intéresser à elle elle lui offrit un sourire étincelant en effectuant une infime révérence. Elle ne doutait pas que sa réputation – en bien ou en mal – la précédait, mais par principe elle s’efforçait toujours de se présenter.

« Pardonnez moi de vous dérangez, je m’appelle Mellissandre Alirius et je me demandais si vous auriez un peu de temps à m’accorder ? », s’enquit-elle toujours poliment avant de préciser sa requête.

« J’ai entendu les plus chaleureux compliments à l’égard de vos talents et j’admets que cela a piqué ma curiosité », avoua-t-elle avec un sourire qu’elle voulait aimable et un peu moqueur envers elle même.

Oui la raison de sa venue était quelque peu superficielle mais au moins avait-elle le cran de l’admettre plutôt que de tourner autour du pot. Elle aurait pu, elle savait être subtile mais subtile n’était pas tout à fait l’adjectif dont on l’avait qualifié ici alors autant s’épargner un peu d’énergie.
PROCHAIN NIV. :
avatarRêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
avatarRêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
Invité
Invité
Posté Sam 23 Sep - 19:26
Solas était, comme à son habitude, dans sa tour. Ses fresques avaient bien avancé, et il s'accorda une pause, les mains recouvertes de peinture séchée, en se plongeant dans un livre qu'il avait récupéré quelques jours plus tôt à la bibliothèque en profitant de l'absence de Dorian qui s'était apparemment rendu à un conseil de guerre. L'elfe était vaguement au courant d'une histoire de courrier espionné et de mésentente avec l'autre tévintide de Fort Céleste, la fameuse Mélissandre qui s'attirait plus de rumeurs que quiconque d'autre au château, même l'Inquisiteur que l'on soupçonnait pourtant de magie du sang.

La suite lui avait montré qu'il avait bien fait de ne pas y aller après son retour, car ce qui s'y était passé n'avait pas manqué de mettre le jeune monsieur Pavus hors de lui, et Solas l'avait entendu maugréer toute la soirée. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'était guère sociable, et c'était encore plus vrai quand son interlocuteur se révélait être un tévintide. Si en plus ce dernier était de mauvaise humeur, l'elfe était plus que content de pouvoir l'éviter, et voilà plusieurs jours qu'il jouissait d'une relative tranquillité, loin des ragots qu'il n'aimait que de loin, et des mages étrangers au nom finissant en « us ».

C'est à ce moment que la fameuse Mélissandre fit irruption dans sa tour, sans doute guidée par le Créateur qui devait être un grand amateur d'ironie. La jeune femme y entra prudemment, comme si elle craignait de s'être trompée d'endroit, et même s'il la reconnut immédiatement d'après ce qu'il avait entendu d'elle, il la trouva bien différente de ce qu'il s'était imaginé. Elle était moins... Sans gêne qu'on ne la décrivait. Un bon point pour elle. Elle commençait avec beaucoup de retard de toute façon.

Elle se présenta poliment et lui expliqua immédiatement la raison de sa présence, ce qui n'était guère nécessaire : il n'y avait pas grand chose qui pouvait pousser un tévintide à venir s'intéresser à un mage elfe aux allures de sans-abri – ce dernier détail était cela étant dit l'opinion de l'autre tévintide, opinion que Solas ne partageait pas, estimant que sa tenue était d'une élégante sobriété – à part ses talents magiques, surtout lorsque ceux-ci étaient constamment criés sur tous les toits.

Il hésita quelques instants quant au ton sur lequel il allait lui répondre. Il avait beaucoup de choses à redire à propos de son pays et de la façon dont les mages traitaient les gens du commun, et de la façon dont il se traitent aussi entre eux d'ailleurs. Mais après un bref instant, il décida de ne pas ouvrir les hostilités pour l'instant.

« Je sais qui vous êtes, répondit-il en la saluant d'un mouvement de la tête avant de poser son livre. Et je suis surpris, je m'attendais à ce que vous passiez plus tôt, ou bien à ce que vous ne passiez pas du tout. Avez-vous décidé en quoi ce pauvre elfe allait vous servir ? »

Ce n'était pas tout à fait un dialogue de paix, mais de là à dire qu'il était hostile... Si elle se braquait pour si peu, ils n'iraient pas bien loin.

« Mais je vous en prie, ajouta-t-il d'un ton un peu plus engageant sans lui laisser le temps de répondre, installez-vous. »

Il se leva et lui tira une chaise.

« J'ai beaucoup entendu parler de vous. J'essaie de ne pas écouter les rumeurs, mais elles imprègnent tellement ces murs que je ne peux pas m'empêcher de les entendre, ne serait-ce que pendant mes rêves. Ravi de voir que notre commandant a su calmer ses réticences envers les mages et l'empire Tévintide dans le même temps. »

Il plongea son regard dans le sien. Sa relation avec Cullen ne l'intéressait pas véritablement, même s'il se méfiait comme tout un chacun, et il était beaucoup plus curieux de savoir pourquoi elle avait décidé de se présenter à lui maintenant : elle avait forcément entendu des récits à son sujet depuis des semaines, et elle n'avait jamais jugé nécessaire de venir le voir. Pourquoi avait-elle changé d'avis ?

« Mais je suppose que vous n'êtes pas venue pour parler de tout cela. Et je ne pense pas que vous soyez là pour entendre l'une de mes histoires, si ? »
PROCHAIN NIV. :
avatarRêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
avatarRêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
Invité
Invité
Posté Dim 24 Sep - 21:08
Bien sûr qu’il savait qui elle était. Au rythme où se propageait les rumeurs même les sherpa perdus dans les Dorsales de Givre devaient savoir qui elle était. C’était tellement naturelle qu’elle ne releva, pas plus que le ton passif-agressif qu’il employait avec elle. Là encore, elle avait l’habitude et ce malgré sa beauté. Parfois, la haine et les préjugés envers les tévintides surpassaient sa magie, elle n’y pouvait rien.

En tout cas, les choses s’annonçaient beaucoup plus difficile que prévu s’il était tant sur la défensive alors qu’elle venait juste d’ouvrir la bouche. Au moins l’avait-il invité à s’asseoir, ce qu’elle fit avec la grâce sensuelle qui lui était coutumière.

La conversation reprit et Mellissandre comprit pourquoi tout le monde lui trouvait une obsession pour l’autre dimension : il parlait avec un naturel déconcertant de l’Immatériel comme s’il était effectivement capable de l’arpenter comme on marche dans un couloir.

Selon lui, les rumeurs se propageaient même dans cet autre pan d’existence et pour une raison mystérieuse, Mellissandre se mit à rougir légèrement quand il évoqua le Commandant. Elle avait rêvé de lui a plusieurs reprises depuis leur retour d’Orlaïs, elle se demandait si c’était réciproque mais surtout, l’idée que Solas puisse avoir entrevu ses petits fantasmes oniriques la rendait particulièrement mal à l’aise.

Enfin, elle ne savait plus sur quel pied danser maintenant. Il l’embrassait, l’ignorait, lui envoyait des lettres génériques probablement écrite par quelqu’un d’autre… Parfois, elle se disait qu’elle avait peut-être un peu surinterprété son geste toute confite dans son romantisme qu’elle était. Elle avait longtemps espéré être un peu moins placide mais face à tous ses tourments elle n’était plus sûr de la justesse de son souhait. Enfin, elle avait hâte d’être chez elle, dans son élément, auprès de ses parents, elle était sûr que cela l’aiderait à y voir plus clair.

En parlant de chez elle, Mellissandre sortit brusquement de ses pensées en se souvenant de la raison de sa visite. S’il n’aimait pas les tévintides cela ne sera pas simple de le convaincre.

« Détrompez-vous Solas, j’adore les histoires », répondit-elle finalement avec un sourire candide qui la replongeait en enfance. Quand petite ses parents venaient lui lire des contes pour l’endormir. Ils l’avaient bercé toute sa vie alors ce n’était pas tout à fait faux qu’elle aimait les histoires.

« Nous avons beaucoup d’histoires sur les Rêveurs à Tevinter mais ils sont si rare, j’avoue que j’aimerais beaucoup comprendre comment cela marche. Vous pouvez vraiment aller à volonté dans l’Immatériel ? Naviguer dans les rêves comme sur une marelle ? C’est vraiment fascinant », avoua-t-elle pour le pousser à parler.

Si l’Immatériel était bien sa passion, autant le mettre dans de bonnes dispositions en le faisant parler de ce qu’il aimait. Elle aurait aimé prendre le temps de faire connaissance avant de demander une faveur mais il n’était pas dupe, elle ne tournerait pas longtemps autour du pot, elle cherchait juste la bonne transition.

PROCHAIN NIV. :
avatarRêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
avatarRêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
Invité
Invité
Posté Mar 26 Sep - 8:14
L'espace de quelques instants, Melissandre fut emportée ailleurs, loin dans les recoins de son propre esprit, et Solas attendit patiemment qu'elle recentre son attention sur lui. Il avait visiblement dit quelque chose qui la rendait pensive, et c'était sans doute à propos de ses rêves : à n'en pas douter, elle n'avait pas vraiment cru aux rumeurs qui le concernaient, mais l'entendre évoquer l'Immatériel ainsi devait remettre ses suppositions en doute.

Assise devant lui, les yeux dans le vague contrastant avec son maintient de princesse, la jeune femme finit par émerger et revint à l'attaque, bien décidée à lutter à coup de ce qui semblait être du miel : sa prétendue candeur et son amabilité semblaient trop sincères pour être réelles, et en même temps... Il n'ignorait pas que les Rêveurs, les Somniari comme ils les appelaient, avaient une très grande importance à Tevinter, car la majorité – peut-être la totalité ? – des grandes familles de mages se targuait d'en avoir au moins un pour ancêtre, en oubliant au passage qu'il s'agissait avant toute chose d'un art elfique.

Mais que n'avaient-ils pas volé aux elfes ?

En tous les cas, il ne doutait pas de la réalité de l'intérêt de l'ambassadrice : il serait une curiosité de choix à exhiber, comme une arme antique récupérée au fond d'un tombeau. Un bel objet empli de puissance qu'il faisait bon arborer en société. Quoi qu'elle ait prévu, elle ne manquerait pas d'avoir plus de poids auprès des siens avec un Somniari à ses côtés. Sans doute avait-elle une quelconque faveur à demander auprès des siens.

Malgré tout, Solas accepta de répondre à ses questions, ne serait-ce que pour savoir où cela allait les mener. Il passait bien des heures dans l'Immatériel à discuter avec ce que tout le monde appelait « démon », quelques minutes avec une tévintide n'allaient pas le tuer.

« C'est plus compliqué que cela, expliqua-t-il. Vous êtes une mage, je ne vais donc pas vous faire de cours sur ce qu'est l'Immatériel, mais quand je m'endors, ce ne sont pas nécessairement les rêves que j'arpente. L'Immatériel est là, partout autour de nous, et il est lié autant à celui qui le scrute qu'à l'endroit où il se trouve. Les souvenirs des morts imprègne certains lieux, et selon les endroits où je dors, j'assiste à des événements vieux de parfois plusieurs millénaires. J'ai ainsi vu la révolte des esclaves à Krikwall, j'ai assisté aux ultimes batailles mettant fin à un Enclin, j'ai entendu les murmures d'intrigues de cour auxquelles se sont mêlées des familles qui n'existent plus depuis longtemps. Ce n'est pas la vérité que je vois, mais sa perception par les yeux d'elfes, d'humains ou même de qunaris qui se trouvaient là bas et dont l'empreinte a marqué l'Immatériel.

Mais oui
, soupira-t-il finalement avec lassitude, je peux aussi entrer dans les rêves, même si j'évite de le faire, pour des raisons évidentes. Mais si un Somniari vous a un jour dit qu'on s'y promenait comme « sur une marelle », j'ai bien peur qu'il n'ait aucune idée de ce dont il parlait. L'esprit n'est pas un simple livre que l'on peut ouvrir et dont on peut lire les pages unes par unes, et le rêve n'est guère plus facile à comprendre. Il est changeant, personnel et souvent incompréhensible, et il est facile de s'y perdre lorsqu'il ne nous appartient pas. »

Pouvoir arpenter les rêves n'était qu'une partie de ses capacités, et il ne s'agissait pas de la plus intéressante selon son propre avis. Certes, c'était indéniablement pratique, mais ce qu'il parvenait à entendre au cœur de l'Immatériel lui paraissait beaucoup plus fascinant. Mais les gens faisaient une fixation sur les Rêveurs...

« Et vous ? Demanda-t-il finalement. Quel est votre affinité avec l'Immatériel ? En avez-vous peur, comme les mages du sud, ou bien le considérez-vous comme un terrain de chasse aux esprits comme beaucoup de vos compatriotes ? »
PROCHAIN NIV. :
avatarRêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
avatarRêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
Invité
Invité
Posté Dim 1 Oct - 16:58
Elle ne s’était pas trompée en imaginant Solas bavard. Quelques petites questions avaient suffit à le lancer dans un vaste monologue sur les infinies possibilités de l’Immatériel. A n’en pas douter, il maîtrisait son sujet et péchait même d’orgueil à traiter toute autre vision que la sienne d’idiotie. Il l’avait dit lui même, l’Immatériel était changeant, les possibilités multiples. Pourquoi aurait-il le monopole de la bonne façon de l’arpenter ? Il aimait découvrir les secrets enfuie dans la trame de l’existence tel un explorateur qui soulève le Voile, d’autres l’utilisaient à des fins beaucoup plus pragmatique : tuer et avait donc forgés des méthodes appropriées pour naviguer dans cette dimension si particulière.

Mais elle n’était pas là pour débattre, au contraire, elle concédait ses paroles avec avidité, reprenant avec aisance ses habitudes du Cercle où elle pouvait rester des heures à opiner doucement à écouter – sans nécessairement comprendre – le charabia d’un vieux mages qui se croyaient supérieur en tout. Finalement, il avait plus de points communs avec les tévintides qu’il ne l’imaginait.

Toutefois, la leçon était terminé alors qu’il s’intéressait à sa propre vision de l’Immatériel. Toujours aussi neutre à tendance aimable, Mellissandre se mis tout de même à caresser inconsciemment la paume de sa main, dessinant les infimes sillons d’albâtres qu’avait laissé ses premiers essais de magie du sang.

« J’ai pour principe de ne jamais me fier aux démons et je n’ai pas rencontré beaucoup d’esprit pour être honnête », répondit-elle finalement avec sobriété. « Je sais qu’il y a une distinction mais les démons sont pernicieux et changeants. Qui peut garantir qu’un démon du désir ne se cache pas sous les traits illusoire de sagesse, jouant avec notre soif d’apprentissage ? », demanda-t-elle avec une certaine sincérité qui n’avait rien de naïf. Des esprits, elle en avait croisé lors de sa Confrontation, mais elle avait choisi de ne prendre l’aide d’aucun, trop méfiante de ce qu’ils dissimulaient derrière leurs corps translucides. Il est vrai que sur ce point elle était très dichotomique, mais avec tous les démons qui tournaient autour d’elle comme des rapaces, elle ne pouvait pas se permettre une seule hésitation, un seul instant de crédulité.

« J’imagine que je n’ai pas assez confiance en moi pour m’autoriser un instant de laxisme », admit-elle finalement, à voix haute alors qu’elle ne l’avait que songé. Ce n’était pas très flatteur pour elle, mais cela avait quand même quelque chose de rassurant. Elle connaissait ses risques et ses limites, les risques de possessions étaient donc limités.

« Etes vous déjà allé à Minrathie, Solas ? », demanda-t-elle brusquement pour changer de sujet. Elle se doutait de la réponse, mais c’était une manière efficace d’amener le sujet qui l’intéressait réellement.
PROCHAIN NIV. :
avatarRêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
avatarRêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
Invité
Invité
Posté Dim 1 Oct - 22:13
Si tous ces scandales lui avaient éveillé quelques doutes quant à la légitimité de son statut d'ambassadrice, leur petite conversation lui permettait de mieux comprendre qu'il l'avait mal jugée. Il était évident que son opinion sur le sujet divergeait énormément de la sienne, et qu'elle ne devait que moyennement accorder d'intérêt ou même de crédit à la maxime « les esprits ne sont pas tous mauvais », mais elle s'en sortait avec une élégance toute diplomatique. Son ton était calme, son visage aimable, et elle ne trahissait rien qui ne ressemble de près ou de loin à une opinion personnelle.

Elle se permit néanmoins une petite touche de ce qui ressemblait de manière flagrante à de l'honnêteté, comme pour contredire le jugement qu'il venait d'émettre. Là encore, elle s'en sortait bien, contrant toutes les critiques qu'il aurait pu lui faire par une habile pirouette. Sa méfiance n'était plus la conséquences des « on-dits » et des lieux communs énoncés dans chaque Cercle de mage de Thédas, il s'agissait d'une réflexion personnelle, d'une prise de conscience de ses propres défauts.

Une petite voix lui souffla qu'il était peut-être un peu trop sur la défensive, mais il la fit immédiatement taire.

« Le laxisme est en effet un danger, mais la réclusion l'est tout autant. Vous êtes issue d'une famille de magisters il me semble, vous savez mieux que quiconque que les hommes peuvent être au moins aussi fourbes que les démons, et que les plus charmants d'entre eux sont parfois les plus malveillants. Refusez-vous pour autant tout contact avec vos compères ?

Les esprits ne sont guère différents, ils s'expriment et se comportement simplement d'une manière qui nous est inconnue. Apprendre les règles d'un nouveau monde est une tâche longue et ardue, et pour cette raison, beaucoup s'y refusent, même si en définitive, le jeu qui se joue là bas est le même qu'ici. Une confiance mal placée peut vous coûter la vie, et son inverse peut vous élever plus haut que vous n'auriez pu le faire seule.
 »

Il soupira. Il aimait avoir cette conversation, mais elle l'exaspérait aussi, car elle lui rappelait toujours à quel point le monde avait peur de la magie, alors qu'elle était un de ses fondements. C'était aussi absurde à ses yeux que de craindre l'eau, parce qu'il était possible de s'y noyer, nonobstant le simple fait qu'elle soit indispensable à la vie.

Il cessa ainsi son laïus et entrepris de répondre à sa question avec une vigueur renouvelée.

« Jamais, je le crains. J'aimerais beaucoup pouvoir y dormir et découvrir ce qui a pu se passer entre les murs de la capitale de ce qui fut pendant longtemps le plus grand empire du monde, expliqua-t-il avec des étoiles dans les yeux. Malheureusement, poursuivit-il alors qu'une ombre voilait son regard, en ces temps troublés, j'ai toujours préféré remettre ma visite à plus tard. Il ne fait pas bon être un homme libre – et encore moins un elfe – dans la capitale de l'esclavage. Pourquoi cette question ? »

Il n'était pas certain de voir où elle voulait en venir. Souhaitait-elle l'exhiber devant un collège de mages tévintides afin de donner un peu plus de crédit à l'Inquisition ? Ce serait bien étrange...
PROCHAIN NIV. :
Rêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
Rêveries d'un promeneur pas si solitaire [PV Solas] D3ku
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum