— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

Le baron du savon [PV : Mellissandre / Elian' Ha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 278
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 873
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Le baron du savon [PV : Mellissandre / Elian' Ha] Mer 13 Sep - 2:14

Missive 12
Commandant,
Le baron Bohémond de Clairvallée fait appel à l’inquisition. Dans sa demande, il indique qu’il offrira une bonne partie de ses carrières si on arrive à lui débarrasser d’un groupe d’assassins qui complotent pour le renverser. Il indique que sa garde n’en fait pas façon et qu’en quelques jours il a déjà échappé deux fois à la mort.  
Le Baron du savon



Une bonne semaine passa depuis les événements surprenants que le Commandant avait vécus. Entre cette attaque de mage du sang et ses démons, l’empoisonnement de Mellissandre et la petite entêtée avec Dorian, il s’est permit de se retirer dans ses quartiers et rester tranquille pour soigner ses blessures et se reposer. Il n’avait vu personne en dehors des réunions d’état major tant il se concentrait uniquement sur sa paperasse habituelle et à disperser ses équipes au travers du pays.

Ayant reprit du poil de la bête, il s’était remis depuis 3 matins à ses entraînements au sein de ses troupes et chaque fois il en redemandait plus. Cela motivait ses troupes d’ailleurs, surtout les plus jeunes recrues enrôlées depuis peu.

Ce matin-là il combattait parmi ses hommes, épée et bouclier en main sous le regard attentif de Cassandra qui le surveillait au loin. Les matins de Fort Célestes devenaient de plus en plus froids, déposant une fine couche de givre sur les sentiers au levé du jour. Si bien que les soldats aimaient d’avantage s’entraîner pour combattre le froid. Un soldat tomba le dos à plat par terre, puis ouvrit les yeux, une épée pointée devant son nez.

«  - Encore mort. »
«  - Ce n’est pas juste commandant, le croche-pied devrait être interdit. »
«  - En attendant vous seriez mort la même chose, et encore moins là pour vous plaindre »


Il rangea son épée et l’aida à se relever, et après l’entraînement il alla récolter des rapports dont un en particulier où un noble lui crachait tout son venin dessus. C’était vraiment plaisant de recevoir une lettre de la part d’un aristocrate qui lui hurlait dessus car ses troupes avaient mis les pieds dans un de ses champs.

Il parcourait les remparts, plongé dans sa lecture, avançant d’un pas lent. Il chantonnait quand il tomba nez à nez avec Joséphine ce qui lui fit sursauter dans un premier temps.

«  - Je vous ai fais peur, Commandant ? »
«  - Et bien, si un peu. Que puis-je faire pour vous, Ambassadrice ? »
«  - J’ai… besoin de vous »


Vu le ton qu’elle avait employé c’était une question délicate. Il se mit à rire un peu, il allait encore se retrouver dans une situation embarrassante comme à chaque fois qu’elle prenait ses airs-là.

«  - Haha, encore un problème avec Dorian ? Je regrette fois ce sera sans moi »
«  - Ah non ! Pas cette fois ! »


Elle tenait également un rapport dans ses mains, visiblement il n’était pas seul à déplorer son courrier du jour.

«  - Le baron Bohémond de Clairvallée fait appel à l’inquisition. Dans sa demande, il indique qu’il offrira une bonne partie de ses carrières si on arrive à lui débarrasser d’un groupe d’assassins qui complotent pour le renverser. Il indique que sa garde n’en fait pas façon et qu’en quelques jours il a déjà échappé deux fois à la mort. »
«  - D’accord mais je ne vois pas ce que moi je viens faire là-dedans. Si j’envoie un groupe de soldat ils pourront résoudre le problème, j’imagine. »
«  - Sauf que le baron vous réclame vous. »
«  - Pourquoi moi ? »
«  - Et bien au vu de votre réputation, et du fait qu’il préfère s’entourer des meilleurs… Et il refuse d’entrer en matière si ce n’est pas vous qui veniez le voir. »
«  - … Ces nobles je vous jure. »
«  - D’ailleurs, chose amusante, il est un grand partenaire commercial de la famille Alirius. Mellissandre pourrait vous accompagner ce serait un bon point pour nous également. »


Donc le voilà en l’espace de quelques secondes, envoyé à Orlaïs avec Mellissandre à aider un noble capricieux à se débarrasser des assassins qui essaient de le tuer. Qui disait qu’il allait survivre jusqu’à leur arrivée.

«  - Vous avez quoi à me coller à Mellissandre ? »
«  - Ne faites pas le timide, tout le monde sait que vous vous entendez bien ~ »


Tout le monde… C’était l’inquisiteur, c’est ça ? Le Commandant soupira mais ne chercha pas plus loin. Il releva la tête vers Joséphine, qui comprit immédiatement qu’il n’aimait pas qu’on lui dise ce genre de choses.

«  - Rassurez-vous, je ne vais pas vous abandonner aux griffes des nobles orlésiens, Commandant. Je viens avec vous pour les négociations avec le baron. »
«  - Parfait, et quand partons-nous ? »
«  - Immédiatement, je le crains »
«  - ça me laisse à peine le temps de préparer mon cheval»
«  - Ne vous en faites pas j’ai déjà tout prévu. »


Prévoyante, cette Joséphine. Cela lui faisait presque peur d’ailleurs. Mais ils allaient de toute manière se déplacer en carrosse pour se rendre à Orlaïs, du moins les dames. L’ambassadrice avait pour habitude de le faire lors de ses déplacements, préférant le confort à la rusticité des chevaux. Contrairement à elles, le Commandant et quelques uns de ses hommes seraient à cheval, prêts à défendre le véhicule s’ils étaient pris dans une mutinerie.

Rapidement, Cullen, Mellissandre et les différents intervenants furent convoqués aux portes où tout se mettait en place pour leur départ.

«  - Je dois admettre que votre rapidité est déconcertante. »

Voyant le véhicule, il se disait que Mellissandre devait avoir un énorme plaisir à monter dedans à nouveau.

«  - comme on se retrouve, et cette fois pour un de vos amis Orlésiens.»

Il se demandait bien ce que cela devait faire de voyager dans un véhicule, mais cela le rendait mal à l’aise. Il n’aimait pas être assis à attendre que le temps passe, à ce moment-là autant le faire à dos de cheval.

«  - Profitez bien du voyage, je monte à cheval. Je ne pourrais pas supporter d’être enfermé là-dedans.»

Alors que tout le monde s’activait pour leur départ, le Commandant se rendit en tête de file où l’attendait Balthus en compagnie d’un ecuyer. Ce pur-sang Fereldien était un étalon mâle avec une carrure assez impressionnante, un cheval idéal pour le Commandant, qui adorait ces bêtes. Chaque fois qu’il avait l’occasion, il prenait le temps de se promener avec lui, étant le seul à le monter.

Les soldats qui fermaient la marche se mirent rapidement en place, alors que le Commandant chouchoutait sa monture. Puis il l’enfourcha quand tout fut prêt pour partir en direction de val Royaux, empruntant les sentiers montagneux des dorsales de givre en direction de l’est.

Le voyage fut long, mais ils finirent par arriver à l’orée de la soirée dans les rues colorées de Val royeaux. Le baron possédait une riche propriété en ville, entourée par un luxurieux jardin, emmuré sur son périmètre. Comme ils étaient attendus, ils se firent recevoir immédiatement, les gardes les laissant alors traverser la propriété.

«  - Comment font ces gens pour vivre dans une propriété aussi grande.. ? »

Leur arrivée n’avait cependant pas passé inaperçu, car voyager avec les bannières de l’inquisition était tout de même remarquable. Cela changeait bien entendu de leur dernier passage en ces lieux, depuis cette histoire avec les templiers du Seigneur-chercheur. Mais maintenant, les Orlésiens savaient que l’inquisition était dans leur capitale. Cullen se demandait tout de même si ce n’était pas risqué de servir d’appâts aux assassins.

Traversant ainsi le jardin où étaient exposés statues et représentations de ses produits, ils furent amenés près de l’entrée principale où attendaient quelques hommes du Baron. Après être descendu de son cheval, Cullen fut surprit par des cris en provenance de l’intérieur du bâtiment.

«  - Où sont-ils ?! Où sont-iiiiils ?! »

Le baron sorti alors d’un pas de course vers l’extérieur, poussant ses gardes au passage pour mieux observer le carrosse. Cullen hallucina : C’était lui le baron ?!

L’homme se précipita vers lui, l’observant de près, ses yeux derrière son masque qui semblaient vouloir sortir de leur globe pour se rapprocher d’avantage. Le commandant eut le simple réflexe de reculer d’un pas en arrière, en le voyant approcher.

«  - hmm.. Abricot. Vous avez bon goût pour les bons produits »
«  - Ah… heu.. je vous remercie ? »


Puis il se rendit compte qu’il ne s’était pas présenté à lui. Ils n’étaient pas des mabaris à se sentir le derrière pour se dire bonjour tout de même…

«  - Commandant Cullen Rutherford, pour vous servir, Baron. »
«  - AAAH mais oui ! Vous êtes venu pour finir !? MERCIIII, merci merci ! »


Le baron lui posa un bisou sur chaque joue et Cullen se mit à se demander ce qu’il faisait sérieusement là, alors que ses compagnons se riaient de lui.

Il tenait encore son cheval dans la main, comme il n’y avait pas d’écuyer dans les parages pour récupérer sa monture. Mellissandre et Joséphine ne tardèrent pas à les rejoindre.

«  - Baron Bohémond de Clairvallée, quel plaisir de vous revoir. »
«  - Aaaaah, Joséphine ! Très chère ! Cela fait bien longtemps ! Et Ooohhh ! Quelle surprise, Dame Alirius est avec vous ! Je ne vous ai plus revue depuis votre tendre enfance ! »


Alors qu’ils gloussaient tous les trois Cullen se contenta de les regarder et d’observer les alentours. L’air était plus doux ici à Val Royeaux, plus apaisant peut-être. Elwig et Loron qui étaient avec eux depuis le début du trajet s’approchèrent du Commandant avec leurs chevaux en main, préférant rester à l’écart des nobles.

«  - Il ne manque pas d’air je trouve »
«  - Oh rien que ça ? »
«  - Chut, nous somme ses invités, comportez-vous mieux que cela. »


Intérieurement il était dans le même état que ses hommes, mais il ne voulait pas encore faire capoter un plan ingénieux de joséphine à cause de son comportement. Après, pour ses hommes c’était une autre histoire.

Un des soldats du baron arriva, les invitant à le suivre pour permettre de déposer les chevaux. Mais rien qu’à regarder celui du Commandant à côté de celui de Loron, plus fin et plus petit, il se demanda vraiment si ce n’était pas un drake plutôt qu’un cheval. C’était dingue comment les soldats semblaient être de vraies femmelettes tout de même. Si maigre, et toujours obligés de faire des gestes gracieux pour tout et pour rien.

Bon après tout, la rusticité du sud de Ferelden était bien connue pour une chose, c’était son manque de raffinement. Il ne se posa pas de questions et le suivit pour y déposer Balthus. Une fois ceci fait, ils furent amenés dans un grand Hall rempli de vitrine contenant du… Savon. Loron regarda avec étonnement le contenu des cloches sur les piédestaux : Comment pouvait-on trouver beau ce avec quoi ils se frottaient les fesses pour sentir bon… ? D’ailleurs la galerie ne rigolait pas, il y avait plein de sculptures en savon dans toute la pièce.

«  - Excusez-moi, j’ai cru comprendre que le Baron était un partenaire commercial de la famille Alirius. Cela réside dans ces produits de ce genre ? »
«  - Le savon Tévintide a un succès fou dans le sud, et particulièrement ici, où le Baron a aidé au développement du produit. Chaque année, de nouveaux parfums voient le jour. »


Puis, ils traversèrent une allée où le Baron racontait à Joséphine ses exploits auprès de ces dames de la cour de Ferelden. Cullen s’approcha alors doucement de Mellissandre, regardant une étagère murale remplie de savons aux mille et uns parfums. Il y avait tellement de sortes différentes qu’il ne pouvait pas deviner à première vue combien il y en avait.

«  - Et bien, dans cette pièce il y a de quoi se laver pendant toute une vie »

Il se mit à glousser toujours dans la confidence avec elle.

«  - C’est Effrayant de voir un homme s’approcher de moi pour me renifler mon parfum. »

C’était  une allusion au Baron qui avait littéralement plongé ses narines sur lui. Comment avait-il fait pour deviner son odeur, lui qui avait prit un bain seulement la veille… Cela sentait aussi fort que cela ? Il avait l’habitude que Mellissandre utilise son Jasmin-menthe, mais alors il ne saurait absolument pas reconnaître son odeur.

«  - C’est un représentant de votre savonnerie ici ? »

Rien que de voir les conversations qu’il tenait cela ne donnait même pas envie de discuter de la mission avec lui…

«  - …. Et puis on vous enroule dans des feuilles de menthe pour purifier votre esprit et par la même occasion, cela libère les naseaux en cas de rhume … »

Et tout ça dans des gestes incroyablement exagérés. Comment faisait Joséphine pour apprécier la compagnie de ce genre de personnes… ? Son soupir en disait long... Quoi qu’il en était, il avait hâte de fouiller la ville à la recherche des assassins. Mais il laisserait Mellissandre introduire subtilement le sujet, elle avait bien compris qu’il s’impatientait. C’était qu’elle commençait à vraiment bien le connaître.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 489
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1330

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: Le baron du savon [PV : Mellissandre / Elian' Ha] Mer 13 Sep - 21:24

Cela faisait longtemps que Mellissandre n’était pas allée en Orlaïs. Même s’ils avaient beaucoup de partenaires commerciaux là-bas, elle se rendait rarement sur place pour la simple et bonne raison que – comme le reste du monde - les orlésiennes aimaient assez peu les tévintide. Elle avait donc été quelque peu surprise quand Joséphine lui avait parlé d’un baron qui apprécierait de la voir intervenir. Toutefois, tout s’était éclairé quand elle avait entendu le nom de Béhemond Clairvallée. Cet homme avait autant de nez – sans mauvais jeux de mots – pour les affaires que pour les parfums mais il était surtout réputé pour son excentricité décomplexée. Le genre de personnes qui ne s’intéressaient pas beaucoup à sa réputation : tant qu’on parlait de lui cela lui convenait.

Décidée à se faire bien voir en exécutant une mission pour l’Inquisition elle avait bien entendu acceptée. D’autant plus que l’idée de passer quelques jours dans un manoir orlésien était plutôt satisfaisante. Pour ne rien gâcher, elle effectuerait cette mission en compagnie de Cullen et Joséphine, deux personnes qu’elle appréciait suffisamment pour être enthousiaste.

C’est donc tout guillerette qu’elle se présenta à l’entrée du Fort pour partir en expédition. Elle déchanta quelque peu en apercevant Elwig parmi l’escorte mais il lui retourna un regard froid très loin de l’animosité qu’il lui avait préalablement porté. Avec un peu de chance, il avait finis par accepter sa présence malgré les circonstances quelques peu… folklorique de sa venue.

C’est à ce moment que Cullen arriva et elle le salua, ignorant sa petite remarque, son esprit toujours tourné vers le templier qui finissait de préparer son cheval.

« Faites moi penser à bien fermer la porte à double tour si je prends un bain », souffla-t-elle à demi voix pour que seul le Commandant soit dans la confidence. Après tout, il était l’un de ses seul à pouvoir comprendre à quoi elle faisait allusion et il ne s’agissait pas de déclencher une quelconque hostilité, c’était juste un peu d’humour qui montrait qu’elle avait finis par digérer l’événement.

Les civilités achevées, elle rejoint avec plaisir Joséphine dans la calèche qui les conduirait jusqu’à Val Royeaux. Enfin un mode de transport civilisé. Ce n’était pas tant qu’elle n’aimait pas les chevaux mais on était quand même nettement moins bien installé pour les longs trajets…

« Amusez-vous bien Commandant », répondit-elle avec un sourire pétillant à sa remarque. Maintenant qu’elle savait à quel point il adorait les équidés, son choix était fort compréhensible. Et puis, elle préférait le savoir à l’avant en train de surveiller le convois. En plus, ça lui laissait tout le loisir de commérer avec Joséphine sans devoir supporter son regard exaspéré.

Le trajet se passa sans encombre et vu le confort elle ne vit pas le temps passé. Résistant à la curiosité de jeter un œil à la propriété, elle se contenta de regarder par l’étroite fenêtre quand ils furent accueilli par les gardes. Ils étaient attendus aussi il n’y eu aucun problème à ce qu’ils débarquent dans la cours. Espérons que cela soit de bonne augure pour la suite des opérations.

Admirant les jardins et les décorations, Mellissandre se contenta de jeter un sourire chargé de sous entendu à Cullen quand il se demanda comment c’était possible de vivre dans une propriété aussi grande. Sa maison à Minrathie était de taille raisonnable compte tenu de la densité de la ville mais sa résidence secondaire à Neromanian…

Elle n’eut toutefois pas le loisir de s’étendre davantage dans ses comparaisons car le noble – fidèle à sa réputation – sorti avec enthousiasme de sa demeure pour les saluer. Elle dû se retenir de rire quand il renifla Cullen avant de le féliciter pour son goût en terme de parfum et de lui faire la bise comme à une vieille connaissance. Décidément, Béhemond n’avait vraiment pas changé. Elle était encore jeune la seule fois où elle l’avait rencontré, son attitude si excentrique avait causé pas mal de migraines à ses parents obligés d’expliquer à la jeune et curieuse Mellissandre pourquoi il ne faisait pas comme tout le monde.

Joséphine le salua mais l’attention fut rapidement portée sur sa personne. Sort de sang ou pas, il semblait heureux de sa présence et Mellissandre dû adroitement calmer ses ardeurs en lui offrant sa main avant qu’il ne se lance dans une étreinte amicale. Ils bavardèrent quelques instants tandis qu’il commentait son audacieux mélange de jasmin et de menthe puis ils furent introduit à l’intérieur.

La décoration était fascinante. Du savon, partout, sous toutes ses formes, de toutes les couleurs, de toutes les tailles. C’était tellement extravaguant et obsessionnel que même Mellissandre devait faire des efforts pour ne pas rire. D’ailleurs, vu qu’une majorité des produits venait de chez elle, il y avait ses armoiries un peu partout ce qui était assez amusant au demeurant. Elle se sentait presque chez elle où la moindre cuillère portait leur emblème. De bonne humeur, elle se prêta volontiers à l’écoute des exploits du baron, habituée aux mondanités et aux fausses conversations.

Son attention fut toutefois détournée par Cullen qui s’était approché pour discuter un peu, commentant la quantité faramineuse de produit ici avant de rajouter à quel point il trouvait l’attitude du maître des lieux angoissante. Elle rit légèrement à son commentaire lui jetant un regard facétieux alors qu’elle se penchait un peu vers lui pour pouvoir respirer son odeur à son tour.

« Cela vous terrifie seulement quand c’est un homme ? », le taquina-t-elle en se redressant, une moue contrariée aux lèvres. « Tout de même, c’était bien la peine que je me donne tant de mal à vous proposez des parfums complémentaires si vous n’utilisez que l’orange », soupira-t-elle en constatant que le baron, fidèle à son nez, n’avez effectivement pas omis de fragrance.

Posant un regard distrait sur les statuts qui parsemaient la pièce, elle se décida à lui offrir un semblant d’explications.

« Oui, c’est à Orlaïs qu’on vend le plus ce genre de produit. Honnêtement, le baron a vraiment contribué à démocratiser le luxe dans ce domaine, les gens préférant habituellement les huiles de bains ou les parfums. En fait, ce partenariat commercial nous a vraiment été très bénéfique », conclu-t-elle avec un sourire.

Maintenant, ils étaient suffisamment implanté pour que la mort du baron ne soit pas trop catastrophique pour les affaires, mais c’est vrai qu’il avait fait beaucoup. C’était étrange d’imaginer qu’un homme qui semblait parfois si stupide puisse être un tel visionnaire.

Vu le long soupir qu’il poussa en attendant les élucubrations du maître des lieux, Mellissandre lui fit un sourire compatissant et elle se rapprocha pour prendre les choses en main alors qu’il parlait de sa récente cure thermale.

« Tout de même, vous allez-bien ? On m’a dit que vous aviez subis plusieurs tentatives d’assassinats, cela doit être terriblement stressant », lança-t-elle avec un intérêt feint pour sa sécurité, prétendant se sentir concernée.

« Ohlala vous n’imaginez pas ! J’ai au moins 4 cheveux blancs supplémentaires », se plaignit-il, se lançant aussitôt dans un long bavardage pour raconter avec force de détails les tentatives qui avaient frappé sa personne. Apparemment, il n’y en avait qu’une seule avérée – à moins que l’étouffement à l’os de poulet avalé de travers soit une nouvelle méthode de la Maison du Repos – un homme s’était introduit dans ses quartiers et avait tenté de lui trancher la gorge avec un couteau. Heureusement, il avait été aperçu par une nouvelle servante et les gardes avaient pu se débarrasser de l’intrus sans problème. Depuis, il était devenu paranoïaque.

« Je suis sûre que c’est mon neveux. Il veut s’emparer de mes savons ! Mais il n’a pas l’élégance nécessaire pour reprendre mon commerce ce scélérat ! Jamais, je ne lui céderais mes boutiques, JAMAIS ! », s’époumona-t-il d’une voix grandiloquente avant de se calmer à l’approche d’une jolie servante.

« Ah et voilà l’héroïne qui a vu l’assassin », la présenta-t-il en faisant un vaste signe de bras pour désigner une superbe femme rousse qui arrivait en portant avec adresse un plateau chargé de rafraîchissements.

Il avait du mal à faire confiance à son personnel, mais manifestement la demoiselle avait gagné un soupçon de gratitude à défaut de son respect.

_________________
Reine incontestée du flood et des baignoires  



*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
La Reine Sanglante ⊱ MERCENAIRE

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 215
— PRÉSENCE : 4-5 jours sur 7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Anders
— CRÉDITS : Pendra' + tumblr
— PRESTIGE : 284

— NATIONALITÉ : Notre Lady elfe est une Orlésienne, venant d'une petite maison de campagne à Lydes.
— LIEU D'HABITATION : Elian'Ha a une chambre dans le QG des Corbeaux destinée rien qu'à elle au vu de son rang. Sinon elle a racheté la maison où elle séjournait gamine.
— ÂGE : La femme a dépassé la trentaine d'année. Elle en a désormais 32 et déjà des cheveux blancs.
— RANG SOCIAL : Elle n'est pas noble ou autre comme ce que vous pouvez penser. Par contre, elle est Maître chez les Corbeaux
— PROFESSION : Notre Reine Sanglante est une Mercenaire qui a une passion pour le danger et les défis.
— FACTION : La Beauté empoisonnée fait partie des Corbeaux d'Antiva, mais pas en tant que simple assassin, vu qu'elle est devenue Maître.
— ARMES : Poisons, poisons, poisons et oh encore poisons! Elle est passionnée par les poisons, si bien que c'est son arme de prédilection. Sinon elle utilise des aiguilles et une dague.
— O.SEXUELLE : Quoi ? Orientation Sex-quoi ? Elle ne connaît pas cela et ne pense pas le connaître un jour. Son seul plaisir c'est les meurtres et c'est vrai que les personnes qui...acceptent cela son rares.
— AMOUREUSEMENT : Rien, ni personne à part ses poisons qu'elle adule et protège comme la prunelle de ses yeux.

MessageSujet: Re: Le baron du savon [PV : Mellissandre / Elian' Ha] Ven 15 Sep - 15:54



Le Baron du Savon
Cullen & Mélissandre & Elian'Ha

Il avait fallu du temps à Elian’Ha pour retrouver Ragnar, alias l’Inquisiteur. Elle devait trouver un moyen de le voir. La question était comment ? Avec son statut, elle ne pouvait pas se montrer comme cela… Oh et pourquoi pas après tout ? Surtout qu’il y avait désormais un facteur qui pouvait faire descendre la balance de son côté, mais il fallait qu’elle soit maligne et qu’elle utilise celui-ci de façon subtile. Tandis qu’elle réfléchissait à comment aller à Fort-Céleste, elle fut dérangée dans ses appartements par un homme des Corbeaux, qui lui ramena un ordre de mission. Génial, elle devait repartir ! En lisant la lettre, elle sourit, avant de se préparer. Elle allait pouvoir tuer de nouveau et se sortir de la tête l’inquisiteur qui occupait toutes ses pensées et ses nuits.

Néanmoins, elle savait que ça n’allait pas être vraiment le cas à cause du « facteur » : l’enfant qu’elle portait du fruit de leur union. Cela faisait désormais quatre mois et si ce n’était pas trop voyant pour le moment, son ventre avait commencé à prendre des formes. Elle avait réussi à le cacher jusque-là des autres membres de son clan, mais elle savait que le temps jouait contre elle et que bientôt elle serait face à un dilemme.

L’heureux élu qui allait périr des mains de la rousse était un baron d’Orlaïs. Sa mort ferait du bruit vu qu’il était dans le commerce du savon avec une grande famille, les… Alirius. Cela signifiait qu’elle devrait faire attention et utiliser un bouc émissaire. L’elfe alla donc voir un de ses sbires et lui indiqua le plan sans lui cacher leurs rôles respectifs. Ce dernier finalement prêt après plusieurs heures, elle alla se préparer en s’habillant d’une tenue modeste afin de se faire passer pour une servante. Fermant les yeux et inspirant grandement, elle finit de s’apprêter, allant dans la demeure où elle allait travailler. L’une de ses connaissances, dans le coup aussi, avait réussi à la faire engager près du Baron en tant que suivante.

C’est ainsi qu’elle fut au service de sa cible en tant que tel. Tout se passa comme dans ses plans jusqu’à la nuit de l’assassinat monté de toute pièce. En effet, afin d’avoir les faveurs de ce dernier, elle allait passer pour l’héroïne qui le sauverait de son bourreau, sans savoir que le vrai loup était encore présent. Lorsque tout le monde fut endormit, le sbire d’Elian’Ha s’introduisit dans la chambre du Baron et tenta de le tuer, réveillant celui-ci durant le procédé. La jeune femme entra et cria pour le faire fuir, avant de se précipiter vers le Baron d’un air faussement inquiet pour voir si tout allait bien. Elle pouvait désormais passer à l’étape deux.

Enfin, elle aurait pu, si ce dernier n’avait pas décidé d’appeler l’inquisition. Cela ne dérangeait pas tellement ses plans en soit. Elle devait seulement être plus prudente.

***


Puis vint le jour de l’arrivée de l’inquisition. Joséphine de Montilyet, Cullen Rutherford et Mélissandre Alirius entrèrent dans le domaine du baron, observés par la jeune femme qui les épiait telle une ombre pour ensuite disparaître. Ils étaient venus nombreux et elle ne s’y était pas attendu. Déjà que leurs venue n’était pas de bonne augure pour elle, cela réduisait ses mouvements. Si en plus ils ramenaient à la cavalerie… Il lui faudrait redoubler de prudence.

Ce qui était bien avec la Baron du Savon, c’est qu’il n’y avait pas besoin d’écouter aux portes ce qu’ils disaient. Il criait tellement qu’on entendait à travers les murs, même dans la cuisine où se trouvait la fausse servante qui préparait les rafraichissements. Coupant, pressant et pétrissant les fruits, Elian’Ha recueillait le jus qu’elle filtrait pour les verser dans des verres ensuite. Elle mit le tout sur un plateau d’argent et alla en direction d’où les éclats de voix provenaient.

《 — Héroïne ? Vous me flattez, je n’ai fait que mon travail. 》Déclara la nouvelle venue d’un sourire gêné.

Habillé d’une robe blanche et verte foncée frôlant de justesse le sol, Elian’Ha s’était détaché les cheveux, ces derniers ayant délicatement ondulés sans qu’elle n’eut besoin d’ajouter un quelconque artifice. Les tresses qu’elle s’était faite la ville avait aidé à façonner ces boucles au charme tout particulier. La robe avait été faite de sorte à ce qu’on ne voit difficilement sa grossesse. Elle portait à mi-hauteur un plateau contenant trois verres remplis d’un cocktail de fruit sans alcool qu’elle avait créée elle-même.

《 — Si vous désirez autre chose, n’hésitez pas. J’ai cueilli les fruits ce matin. Ils sont frais. 》Souria-t-elle.

Elle se déplaça avec agilité et grâce jusqu’à la petite table plus loin pour y déposer le plateau. Ensuite, elle se tourna vers les deux invités et s’inclina devant eux en signe de salutations respectueuses, ses longs cheveux de feu lâché suivant le mouvement et tombant en cascade de part et d’autres de son visage. Elle se redressa et amena le plateau à l’homme et sa compagne dans un sourire qui se voulait à la fois tendre et bienveillant alors qu’elle laissait dans son sillage un doux parfum de framboise. Elle donna le dernier verre au baron pour finalement se placer derrière lui, observant les deux invités, mais plus particulièrement le blondinet.

Cullen Rutherford, ancien templier désormais Commandant à l’inquisition. De regard, la rousse le trouvait… naïf et inoffensif. Comme quoi, il faut se méfier des apparences. Par contre, le réel danger était l’autre vipère. Mélissandre Alirius. Elles étaient pareilles, l’elfe le savait et s’était surtout d’elle dont elle devrait se méfier. Elle n’aimait pas cette femme. Elian’Ha ne saurait pas dire pourquoi exactement, mais tout son être lui criait de faire attention à cette beauté. Pareille à une rose, elle semblait camoufler des épines pointues et surement mortelles.

Il n’y aurait eu que Cullen, l’assassin aurait pu faire son meurtre sans soucis, mais elle devait prendre le facteur belle vipère en compte. Ou alors…. La faire accuser ? C’était dangereux et pourquoi l’accuser elle, alors que le neveu était un meilleur bouc émissaire ? Pour la première fois, elle devrait peut-être changer ses plans désormais. Sinon, elle pouvait utiliser Cullen, mais là aussi la question était comment ? Elle devait y penser, y réfléchir, voir les options qu’elle avait tout en faisant attention à ne pas se faire attraper. Il y avait trop en jeux.




_________________
until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 278
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 873
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: Le baron du savon [PV : Mellissandre / Elian' Ha] Sam 16 Sep - 1:22

Missive 12
Commandant,
Le baron Bohémond de Clairvallée fait appel à l’inquisition. Dans sa demande, il indique qu’il offrira une bonne partie de ses carrières si on arrive à lui débarrasser d’un groupe d’assassins qui complotent pour le renverser. Il indique que sa garde n’en fait pas façon et qu’en quelques jours il a déjà échappé deux fois à la mort.  
Le Baron du savon



Donc le Baron avait un certain sens des affaires… Pourtant il semblait si étrange, et presque stupide pour être un grand influent commercial. Du moins à première vue. Cullen ne chercha pas vraiment d’explication à la chose, et se contenta d’ afficher une expression impressionnée sur son visage en réponse à Mellissandre.

Mais se rendant compte de cette situation quelque peu dérangeante pour le Commandant, la Tévintide prit les devants, en s’adressant au Baron glissant subtilement le but de leur venue dans une exclamation concernant la santé de leur hôte.

«  - Tout de même, vous allez-bien ? On m’a dit que vous aviez subis plusieurs tentatives d’assassinats, cela doit être terriblement stressant »
«  - Ohlala vous n’imaginez pas ! J’ai au moins 4 cheveux blancs supplémentaires »


Sérieusement… Malgré la situation il se plaignait que de la couleur de ses cheveux ? Mais dans quoi est-ce que Joséphine les avait entraînés… Cullen lui lança un regard las, et cette dernière ne lui répondit que d’un grand sourire, comprenant que ce n’était pas vraiment sa tasse de thé.

«  - Avez-vous des suspicions envers une personne en particulier, Baron Bohémond ? »
«  - Je suis sûre que c’est mon neveu. Il veut s’emparer de mes savons ! Mais il n’a pas l’élégance nécessaire pour reprendre mon commerce ce scélérat ! Jamais, je ne lui céderais mes boutiques, JAMAIS ! »


Ils étaient tous les 4 debout près d’une grande étagère de savon, que Cullen s’amusa à regarder pour faire passer le temps. Alors comme cela son neveu voulait prendre possession de ses biens, c’était probable. Mais en était-il seulement certain ?

Mais alors qu’il venait d’arrêter de crier – ce qui raisonna durant quelques secondes dans le hall – une jeune servante entra dans la pièce, un plateau sur ses mains. Le baron s’écria alors en présentant fièrement cette femme d’une main étendue vers elle, comme étant son héroïne.

« - Ah et voilà l’héroïne qui a vu l’assassin »

Le baron prenait garde que ses gardes restent suffisamment proche de lui pour se sentir en sécurité. La preuve avec les deux soldats présents près de la porte, qu’il surveillait en lançant des regards inquiets. Cullen était le seul à avoir remarqué ce détail, ou presque il ne savait pas.

Mais quoi qu’il en était, tous les regards furent posés sur la nouvelle arrivante.

«  - Héroïne ? Vous me flattez, je n’ai fait que mon travail. »

Elle semblait gênée, suite à cette remarque tant le Baron lui faisait son éloge. Et alors qu’il continua de vanter ses mérites auprès de l’Ambassadrice, Cullen regarda l’elfe poser le plateau sur une table quelques mètres plus loin.

«  - Vous devriez goûter son jus de fruit, il est Di-vin ! »
«  - Si vous désirez autre chose, n’hésitez pas. J’ai cueilli les fruits ce matin. Ils sont frais.»


Le baron restait étrangement collé au Commandant, comme s’il percevait une quelconque protection auprès de lui. D’ailleurs quand Cullen se déplaça pour aller attraper un verre, il prit de l’avance pour lui donner lui directement le verre.

«  - Prenez seulement ! »
«  - Oh heu… Merci ? »


Puis la jeune femme s’approcha d’eux en faisant une petite courbette pour les saluer, ce que les invités ne tardèrent pas à lui rendre en retour.

«  - Voici Elian’Ha, ma nouvelle servante. Et comme je vous l’ai dis tout à l’heure, c’est la jeune fille qui a vu l’assassin de ses propres yeux ! Ayant soudainement vu qu’il était repéré, il a prit les jambes à son cou ! Quelle femme courageuse ! »
«  - Quelle histoire ! Ravie de vous connaître Dame Elian’Ha »


Joséphine la salua chaleureusement, mais Cullen resta silencieux. Si on le connaissait bien on pouvait savoir qu’il réfléchissait. Du peu d’information qu’il connaissait sur cette histoire, le Baron avait été menacé durant son sommeil et la servante l’avait fait fuir en intervenant. Il avait eu de la chance qu’elle passait là… par hasard. Il fallait qu’il en apprenne plus. Si l’assassin était encore en liberté, il allait probablement revenir et se logeait très probablement dans la ville.

Le Commandant bu alors le jus de fruit sous le regard observateur du Baron qui attendait les mains jointes près de son visage comme s’il voulait que Cullen donne son avis sur cette boisson. Presque mal à l’aise, il se permit de faire une remarque pour contenter le Baron. Mais c’était vrai que le jus de fruit était très frais.

«  - Ah oui, en effet c’est délicieux. »
«  - Vous voyez ? Comment résister à un breuvage pareil ! »


Il s’éloigna alors faisant face à tous, claquant des doigts pour attirer leur attention après quelques poses gracieuses.

«  - Bien, je vais laisser ces jeunes demoiselles en compagnie d’Elian’Ha. Est-ce possible de les guider vers leur quartier ? »

Très bien, Joséphine et Mellissandre séjourneraient probablement dans la même suite, Il restait plus qu’à savoir où lui allait dormir histoire de pouvoir fuir un peu ce noble et commencer à fouiller les alentours du manoir pour enquêter tranquillement.

«  - … Et vous vous passerez la nuit avec moi ~ ! »
«  - Je… Quoi ? »


Et voilà, en plus d’être lourd, Bohémond était particulièrement collant. Il était venu pour arrêter les assassins ou pour être son garde attitré quelques jours ? Quoique.. Même si la situation était pénible, Cullen se rendit compte qu’il était bon de rester près de lui. L’assassin serait probablement réticent à attaquer sachant qu’il aurait un garde du corps quelques jours.

«  - Je ne trouve plus le sommeil depuis plusieurs jours, savoir que vous êtes dans mes quartiers m’aiderait probablement à dormir. »
«  - Bien, entendu dans ce cas. »


Les filles se mirent de ce pas en route, en direction de leur chambre. Cullen quant à lui, se retrouva alors seul avec le Baron qui se mit à hurler au travers des murs.

«  - Nous nous verrons pour le thé ! »

Il leur fit de grands signe de la main jusqu’à ce qu’elles disparaissent complètement de la pièce. Cullen croisa alors les bras, attendant les ordres en quelque sorte.

«  - Bon très bien. En attendant le thé, je vous propose de commencer les recherches. »
«  - Parfait, par où voulez-vous commencer ? »
«  - J’aimerais savoir par où l’assassin s’est enfuit, en premier lieu. Vous connaissant, le jardin était probablement gardé »
«  - AH, j’aime les têtes pensantes ~ Je vous y amène ! »


Ils prirent la direction opposée des femmes et partirent dans les jardins, par où le Commandant était arrivé un peu plus tôt. Une fois dehors, ils empruntèrent une cour couverte, puis débouchèrent sur une cour intérieure où dominaient quelques arbres parfaitement alignés  et quelques lanternes qui éclairaient les jardins. C’était vraiment un très bel endroit, Cullen en était presque tombé amoureux. En levant les yeux, quelques lumières brillaient au travers des vitrages qui donnaient sur les lieux.

«  - Là c’est ma chambre, et là-bas en face c’est cette des fille. Le fugitif c’est enfui par la terrasse juste-là »

Sa voix portait beaucoup, elle raisonnait dans tout le lieu. Décidément il avait un don pour parler fort, et les filles pouvaient entendre si les fenêtres étaient ouvertes. La terrasse qu’il mentionnait traversait toute la partie ouest de cette cour, où se situaient ses quartiers personnels. Au-dessous, se trouvait un passage couvert, parsemé de poteaux sculptés, où grimpaient quelques lierres. Cela faisait le tour et donnait une superbe vue sur la cour. Mais chose difficile pour Cullen, le seul passage extérieure était celui qu’ils avaient empruntés.

«  - Je dois avouer que cette cour est absolument superbe »
«  - Inspiré de l’architecture du Nord, je suis assez friand du confort Tevintide. »
«  - Oh, Je n’y suis jamais allé »
«  - Et bien vous devriez ! Rien que l’eau de la mer en plus d’être plus salée que celle des côtes, y est bien plus chaude, et je ne vous ai pas expliqué les propriétés curative de cette dernière. Et bien il se trouve… »


Et ça y est il recommençait. Bien qu’il était absolument excentrique et dynamique au point d’être énervant on voyait que ce Baron était une personne passionnée. Il se demandait bien pourquoi il vivait en Orlaïs, s’il avait tant d’affection pour Tevinter.

«  - Vous avez quelque chose qui vous rattache ici pour ne pas aller vivre à Tevinter ? »
«  - J’ai une grande influence ici, avec les ventes que j’ai effectué. Je n’ai pas tant que cela une bonne relation avec ma famille, tout ce qu’ils veulent c’est récupérer ce que moi je possède pour agrandir leur fortune. D’où le fait que je soupçonne mon neveu de vouloir m’assassiner. Mais cela n’écarte pas l’idée que des malfrats essaient de voler ma fortune. Et puis, avec tout ce que j'ai construis ici, je me vois mal partir comme ça AHAH»


Il s’arrêta alors, observant les balcons, l’air vraiment penseur.

«  - D’abord il y a eu des menaces écrites, reçues anonymement. J’y ai pas pris comptes, après tout l’inquisition doit en recevoir à la pelle aussi j’imagine. »
«  - Cela arrive, après tout. »
«  - Puis, les servantes ont prit la fuite, ayant trop peur qu’une horde d’assassins ne vienne tout réduire à feu et à sang. Je me suis retrouvé avec une bonne partie de mon personnel en moins. J’ai donc dût recruter rapidement, et c’est là qu’Elian’Ha est arrivée. 3 jours après cela, j’ai failli me faire assassiner »


Voilà donc la situation initiale. Et depuis que l’inquisition a reçu son message il s’était écoulé pas moins de 3 jours. Il avait stationné d’avantages de soldats, principalement dans les lieux qu’il côtoyait. Dans la cour il y avait eu 4 soldats qui s’étaient placés au cas où les assassins profiteraient de la nuit pour se montrer.

«  - J'ai doublé la garde nocturne, mais même ainsi je ne me sens pas en sécurité »

C’était dingue il était sérieux quelques instants et avait baissé le volume de sa voix pour rester dans la confidence avec Cullen. Ce dernier hocha simplement de la tête, comprenant la situation délicate dans laquelle il se trouvait. Les assassins avaient mit la pression avant de passer à l’assaut. Et encore, il ne savait pas s’ils étaient nombreux ou non.

«  - Soyez tranquille, mes hommes et moi on se charge de votre protection. J’ai pris que des personnes de confiance avec moi, sans oublier que Dame Alirius peut être dangereuse elle aussi. »
«  - Venant des Magistères les plus influents de Minratie je ne peux que confirmer vos dires ~ ENFIN ! »


Il fit une sorte de pirouette et désigna la seule sortie disponible pour regagner le bâtiment de réception qui se trouvait de l’autre côté de cette cour.

«  - On y va ? Le thé va refroidir »
«  - Je passerai la zone au peigne fin une fois la nuit tombée. Comptez sur moi pour arrêter cet assassin s’il a prévu revenir ici cette nuit. Vous avez gardé une de ces lettres que vous avez reçues ? »
«  - Non, je les ai toutes brûlées, détruites, déchiquetées, et WOUSH ! Disparu de Thédas . »
«  - * soupir * ça aurait pu être utile, mais c’est vous qui voyez »


Il observa un tonneau renversé quelques mètres plus loin, et le nota dans son esprit. Il fallait qu’il retrouve Joséphine et Mellissandre pour faire un premier rapport. Il allait donc confier le Baron à Loron et Elwig en attendant qu’il termine ses affaires.

Une fois que cela fut fait, Il se dépêcha de rejoindre la chambre des filles, enjambant 4 à 4 les escaliers. En chemin il croisa l’elfe qu’il avait vu un peu plus tôt, manquant presque de lui rentrer dedans alors qu’elle allait emprunter les escaliers qu’il terminait de monter.

«  - Oups, excusez-moi. »

Il l’esquiva, et continua au fond du couloir. Il y avait tellement de portes que cela le rendait nerveux de traverser une maison pareille. Si ça se trouvait, le Baron n’avait plus emprunté ce couloir depuis 2 ans. Rien que d’imaginer ça, il angoissa d’avantage. Une pièce devait être fonctionnelle, pas décorative.

Une fois devant la bonne porte, il observa derrière lui par pure paranoïa et frappa à la porte avant d’entrer. Rien que la taille de la pièce faisait 3x la taille de son bureau. Il observa une sublime baignoire de marbre au coin de la pièce et s’exclama :

«  - Au moins vous n’êtes pas dépaysée, Mellissandre. »

Il soupira, alors que les trois se rejoignirent pour ce petit bilan. Il prit place sur un des nombreux canapés se trouvant près d’une fenêtre ouverte sur l’extérieur, la fameuse cour qu’il avait emprunté auparavant.

«  - Vous avez appris quelque chose ? »
«  - Etrangement, j’apprécie le jardin mais là n’est pas le fond de l’affaire »
«  - Il y a une magnifique vue depuis le balcon, si vous voulez aller faire un petit tour. »
«  - J’y songerai quand j’aurai un arc dans mes mains »


Il ferait des patrouilles pendant toute la nuit, quitte à ce que l’assassin s’enfuie, il n’irait pas loin avec une flèche dans la jambe.

«  - Pour résumer, le Baron a reçu des lettres de menace de mort anonymes qu’il n’a pas prit au sérieux et magnifiquement jeté au feu droit après. Ses servantes se sont enfuies les unes après les autres, et il a dût engager rapidement du personnel pour le remplacer. Elian’Ha est arrivée à ce moment-là et c’est elle qui, 3 jours plus tard, a fait fuir l’assassin qui se trouvait dans la chambre du Baron. »

Les quartiers des serviteurs n’étaient qu’à l’étage du dessous, il ne comprenait pas ce qu’elle faisait comme par hasard là à cette heure-ci. Mais il allait lui demander, elle devait avoir ses raisons. En attendant, aucune piste sur ces assassins… Il fallait veiller ce soir, du moins pour lui.

«  - Cette nuit je surveille la cour avec Loron et Elwig. On fera un tournus pour pouvoir dormir un minimum, chacun dormira 3 heures pendant que les autres font leur tour de garde durant les 6 autres heures. 3 à l’intérieur de la chambre, 3 à l’extérieur dans la cour.  Mes deux autres soldats parcourront les jardins extérieurs du bâtiment avec les autres gardes. Je vais me renseigner sur les mabaris ils pourraient être utiles. »

Son plan pour la nuit était fait, concernant les filles, si elle voulaient aider soit, mais Cullen voyait mal Joséphine ou Mellissandre monter la garde. Il préférait qu’elles se reposent du voyage. Et puis s’il avait envie de discuter il viendrait taper à la vitre.

«  - Sinon le Baron nous offre gentiment le thé, ce serait impoli de le faire attendre. On y va ? »

Une fois cette petite mise au clair rapide pour situer l’événement, les trois agents de l’inquisition descendirent dans la fameuse salle où le baron racontait sa vie à Loron.

«  - … Et puis, vous savez, entre nous j’ai préféré qu’il soit jeté en prison parce qu’il sentait vraiment le mabari mouillé à ce moment-là, ça empestait ! »

Il détourna la tête, au grand soulagement du pauvre templier qui se faisait mener en bateau par le Baron depuis tout à l’heure. Cullen fit signe à ses hommes de retourner se poster près de la porte. D’ailleurs à sa grande surprise, Elwig passa à côté de Mellissandre, l’ignorant totalement, comme s’il avait oublié ce qui s’était passé dans la foret.

Instinctivement, il s’assit près de Mellissandre alors qu’ Elian’Ha servait tranquillement le thé.

«  - C’est impressionnant ! Ces templiers sont vraiment incroyables ! »
«  - Ils ne font que leur travail, rien de plus »


Cullen n’était pas spécialement friand du thé, mais lança tout de même un défis à Mellissandre.

«  - Vous qui êtes une connaisseuse en senteur raffiné : citez-moi le parfum de ce thé »

Il était particulièrement apaisé d’être auprès d’elle, et d’ailleurs leur complicité se voyait un peu trop, détail qui ne pouvait échapper à beaucoup de monde. Pourtant il n’y avait absolument rien, mais une sincérité s’était développée entre les deux. Le baron s’exclama :

«  - OH ! Mais que vois-je ~ ? »

Il sous-entendait tellement de choses. Mais Cullen pour protéger la réputation de Mellissandre, et surtout par principe, nia immédiatement toute relation entre les deux.

«  - Nous sommes amis, c’est tout. »

Bien entendu, s’ils allaient inventer qu’ils étaient amants auprès de lui, il allait le rapporter à ses parents et c’était assez délicat pour elle de garder une certaine réputation. Et puis, ce n’était pas un mensonge : Il n’y avait absolument rien entre les deux. Mais même s'il essayait de garder son calme, il était atrocement gêné.



Dernière édition par Cullen Rutherford le Lun 18 Sep - 0:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 489
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1330

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: Le baron du savon [PV : Mellissandre / Elian' Ha] Sam 16 Sep - 12:51

Bien entendu, après une telle introduction, la jeune servante était la cible de tous les regards. Modestement elle s’inclina, restant très professionnelle en dépit de toute l’attention qui lui était portée, leur offrant des jus de fruits d’une fraîcheur divine.

Nettement plus intéressée par la servante que par son verre, Mellissandre ne tarda pas à comprendre avec un petit sourire amusée qu’elles étaient identiques. Tout simplement car elle feintait la modestie et la timidité mais que – comme elle – elle était incapable de se forcer à rougir. Elle était belle, gracieuse, avait eu la force de chasser un assassin mais restait humble et docile sans être réellement impressionnée par tous les regards posés sur elle. Ah, le spectacle de l’ingénue. Combien de fois elle l’avait servi pour se tirer d’un mauvais pas, être sous estimée. Quelque part, elle se sentait un peu supérieure, persuadée d’être la seule à voir clair dans son jeu.

Cependant, cela ne faisait pas d’elle une assassine. Juste une femme charmeuse probablement décidée à s’extraire de sa condition de servante, souhait que Mellissandre respectait tout à fait, ce qui, ironiquement, la faisait quelque peu appréciée la jeune demoiselle. Pour l’heure, elle ne la soupçonnait donc pas plus que les autres serviteurs et gardes même si elle voulait en entendre plus sur les circonstances de cette tentative ratée.

Les politesses s’enchaînèrent et Mellissandre la salua au même titre que Joséphine, jusqu’à ce que le baron la désigne pour la conduire jusqu’à leurs chambres avant d’ajouter que Cullen partagerait la sienne. Choqué, il protesta avant de se laisser convaincre face à l’argument que cela serait sans doute une manière efficace de le protéger et surtout de lui permettre de bien dormir. Pendant une seconde, la jeune femme songea qu’elle avait effectivement bien dormi la fois où ils avaient partagé le même lit mais la situation était bien trop comique pour s’attarder sur ce genre de considérations. La surprise puis la résignation de Cullen face à l’insistance et la proximité du baron était absolument hilarante et elle devait faire de gros efforts pour ne pas rire. C’est bien pour ça que dès qu’elle fut dans le couloir elle n’eut qu’à échanger un regard avec Joséphine pour exploser de rire au point de ne plus pouvoir avancer et de faire patienter leur guide.

Également amusée par la situation et contaminée par son hilarité, la diplomate rit aussi et les deux jeunes femmes mirent de très longues secondes à se calmer.

« A votre avis, il va mettre combien de temps à s’en rendre compte ? », demanda Mellissandre avec difficulté ayant du mal à s’empêcher de se remettre à rire.
« Pas trop longtemps je pense vu comme le Baron semble charmé, il n’est pas très connu pour la subtilité de ses avances après tout... », rétorqua-t-elle en pouffant à nouveau. Décidément, le Cullen ne laissait personne indifférent…

Respirant pour retrouver un peu de sérieux et chasser la tête diablement amusante du Commandant atrocement gêné de son esprit, Mellissandre se redressa et s’excusa brièvement auprès de leur interlocutrice pour lui signaler de reprendre son chemin.

La maison étant immense, traverser les couloirs prendrait du temps et Mellissandre décida de le mettre à profit pour interroger un peu Elian’ha.

« Cela fait longtemps que vous travaillez pour le baron ? »
, demanda-t-elle avec banalité pour entamer la conversation avant de glisser sur des sujets plus sensibles. Encore que, le baron avait parlé d’une ‘nouvelle’ servante, elle était donc curieuse de savoir à quel point son arrivée était fraîche…

« Vous faisiez quoi avant ? », ajouta-t-elle ensuite toujours avec un naturel décontracté. C’était de la curiosité par un interrogatoire. Du moins pas officiellement. « ça vous plaît d’ailleurs de travailler ici ? », l’interrogea-t-elle également avec un air de connivence qui laissait entendre qu’elle pouvait tout lui dire sans craindre de voir ses propos répétés. Mais une vrai servante ne critiquerait jamais son employeur, Mellissandre le savait bien.

A force de discutailler ainsi, ils arrivèrent devant la chambre que Joséphine et elle allait partager ce qui laissa Mellissandre circonspecte. Toutefois, avant que Elian’ha ne puisse s’éclipser et vaquer à ses occupations ordinaire, la jeune mage lui posa une ultime question pendant que la jeune femme allumait les chandelles :

« Je sais que ça ne doit pas être facile, mais vous pouvez me raconter avec vos propres mots ce qu’il s’est passé ? N’omettez aucun détail », demanda-t-elle ensuite pour avoir son point de vu. Peut-être qu’elle avait remarqué quelque chose qui pourrait les faire progresser.

Une fois seule avec Joséphine, Mellissandre s’étira, ouvrant la fenêtre pour aérer un peu tandis que la diplomate l’interrogeait.

« Vous en pensez quoi ? », demanda-t-elle faisant bien entendu référence à la servante qu’elle avait cuisinée durant tout le trajet.
« Je l’aime bien », répondit sobrement la Tévintide avec un petit sourire ambigu.

Penchée par la fenêtre pour voir les jardins qui avait un petit quelque chose de familier qui la rendait nostalgique, elle sursauta presque en attendant la voix du baron raisonner jusqu’à ses oreilles. Manifestement, il présentait la configuration des lieux, expliquant que lui même se trouvait dans l’aile parallèle à la leur. Ce n’était pas une mauvaise chose au demeurant, en regardant par le fenêtre ils pouvaient donc voir si un assassin tentait de pénétrer par celle du baron.

Perdue dans ses pensées, Mellissandre revint sur terre quand Joséphine se mit à commenter avec force d’adjectifs les savons au caramel qu’on avait mis à leur disposition. Amusée, elle se prêta volontiers à l’inspection des parfums, constatant avec plaisir que l’on lui avait donné son traditionnel jasmin menthe.

« J’espère que cela ne vous dérange pas trop de partager vos appartements avec moi », déclara soudain Joséphine ayant sans doute remarquée le regard qu’elle avait porté aux deux lits placés d’un côté et de l’autre de la pièce.

« Non pas du tout, j’ai été simplement surprise. Étant donnée que le Baron m’a invité personnellement je ne pense pas qu’il ait été pris au dépourvu par ma présence et il a largement la place de m’offrir une chambre individuelle », nota-t-elle sincèrement intriguée.

Joséphine opina avant de l’éclairer.

« En fait, c’est le Commandant qui a insisté, il ne souhaitait pas que je sois toute seule sachant que des assassins rôdent dans les couloirs et je suis plutôt de son avis », expliqua-t-elle avec un sourire avenant.

« Oh bien sûr », opina Mellissandre en cherchant machinalement son bâton nonchalamment accroché dans son dos. C’est vrai qu’elle était nettement plus à même de se défendre que la diplomate. Et puis quelque part elle se sentait flattée que le Commandant estime ainsi ses capacités. Et surtout qu’il lui fasse confiance.

Soupirant, Mellissandre se mordit la lèvre en s’asseyant sur son lit aussi confortable qu’il en avait l’air. Parfois elle oubliait à quel point la situation était compliquée.

Fermant les yeux, elle se laissa tomber sur le matelas se reposant un peu jusqu’à ce qu’elles attendent frapper à la porte. Toutes les deux coquettes elles eurent le réflexe de rajuster leur cheveux avant de prononcer le sésame qui laissa le Commandant pénétrer dans les lieux.

Son regard s’attarda immédiatement sur l’immense baignoire qui trônait dans un coin, subissant une petite taquinerie du Commandant qu’elle balaya d’un sourire. Oui, elle assumait complètement sa baignoire de l’Inquisition.

« Ne soyez pas jaloux, je suis sûr qu’il y en a une encore plus grande dans la chambre du Baron », siffla-t-elle en réponse avec un air malicieux qui fit ricaner Joséphine tandis que les deux femmes s’échangeaient un regard complice qui n’était pas de bonne augure.

Toutefois, l’heure n’était pas aux plaisanteries et rapidement le sujet redevint plus sérieux alors qu’ils s’échangeaient le fruit de leur enquête. Mellissandre commença par lui apprendre ce que Elian’ha lui avait dit tandis que Cullen leur transmettait l’existence de lettres de menaces malheureusement brûlées. En somme, ils n’étaient pas beaucoup plus avancé et malgré sa bonne volonté Mellissandre décrocha un peu sur les détails techniques des tours de gardes. Tant qu’on ne lui demandait pas de faire le pied de grue devant une porte elle approuvait tout à fait les choix du Commandant.

Invité pour le thé, leur joyeuse bande ne tarda pas à rejoindre le salon où le Baron était en grande conversation avec un des templiers. Après un sourire de courtoisie, Mellissandre pris naturellement place sur un des luxueux divan en face du baron, ne réalisant même pas que Cullen s’était assis à côté d’elle tant cela lui semblait naturel. Le thé fut servis et tandis qu’elle attrapait gracieusement sa tasse, le Commandant lui lança un défi sur un ton enjoué.

Piqué dans son orgueil par la flatterie, elle joua le jeu, lui lançant un regard quelque peu hautain en signe d’acceptation de sa mission tandis qu’un sourire ravi se dessinait sur ses lèvres signe qu’elle appréciait la situation.

Manifestement, elle avait réagi avec un peu trop d’engouement car le baron s’intéressa soudain à eux, sous-entendant avec un intérêt de commère qu’ils avaient l’air particulièrement proche. Les joues de Mellissandre se tintèrent légèrement mais elle était prise dans les habitudes d’une soirée mondaine, ce qui lui permis de garder malgré tout contenance tandis que Cullen protestait avec véhémence. Un peu trop d’ailleurs. L’entendre dire qu’ils étaient amis avec tant d’empressement remuait beaucoup trop de choses contradictoire en elle. Flattée, satisfaite, mais aussi un peu frustrée et contrariée, sans parler du pointe de culpabilité et de tristesse. Dans quelle situation elle s'était mise...

Son sourire imperturbable toujours aux lèvres, Mellissandre rit légèrement comme si ses accusations étaient parfaitement ridicules tandis que le Baron se montrait davantage intéressé.

« Disons plutôt qu’il me supporte un peu plus que la moyenne », admit-elle avec un sourire plein d’autodérision qui fit glousser l’assemblée. Après tout, les sudistes n’aimaient pas les tévintides ça n’avait rien de surprenant.

« Vous êtes libre alors Commandant ? », demanda-t-il néanmoins avec une nonchalance mal feinte qui fit ricaner Mellissandre avant de le prendre en pitié et de voler à son secours.

« Navrée de vous l'apprendre, mais en réalité le Commandant est marié à son travail », expliqua-t-elle en cherchant le soutient de Joséphine qui opina.

« Ah c’est un crime ! », s’emporta l’orlésien avec son excentricité habituelle tandis que Mellissandre se décidait à relever le défi qu’on lui avait imposé.

Tenant toujours la tasse avec élégance elle rapprocha son visage pour en humer les arômes en fermant les yeux. C’est vrai qu’à force d’être confrontée à toute sorte de senteurs plus ou moins subtiles et exotiques elle avait finis par développer un odorat assez fin même si elle était loin d’être aussi douée que Béhémont.

Les yeux toujours fermés, elle réalisa cependant qu’elle était devenue le centre de l’attention à cause du silence qui accompagnait son geste. Ayant davantage de pression elle prit son temps de bien étudier l’effluve pour ne rien omettre ce qui n’était pas chose aisée vu le raffinement à outrance des orlésiens.

« C’est du thé vert au gingembre… avec une pointe de menthe et de cannelle », énonça-t-elle plutôt satisfaite de son analyse, cherchant auprès du Baron une confirmation. Il sourit victorieux preuve qu’il était impressionné mais qu’elle avait oublié quelque chose.

« Pas mal, mais vous avez omis le miel très chère », rétorqua-t-elle tandis qu’elle surjouait la défaite. Ceci dit, ce petit défi n’avait pas été parfaitement inutile, rien qu’aux ingrédients Mellissandre pouvait savoir qu’elle ne devait pas en boire sous peine d’avoir très chaud vu à quel point il était subtilement épicée, sans parler des propriétés supposées du gingembre.

Vu l’heure avancée de la nuit, Mellissandre savait que les recherches ne commenceraient que le lendemain mais elle n’était pas particulièrement pressée d’aller se coucher relançant avec aisance la conversation avec le Baron à plusieurs reprises quand bien même ses compagnons – notamment Joséphine – montrait des signes de fatigues évidents.

_________________
Reine incontestée du flood et des baignoires  



*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
La Reine Sanglante ⊱ MERCENAIRE

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 215
— PRÉSENCE : 4-5 jours sur 7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Anders
— CRÉDITS : Pendra' + tumblr
— PRESTIGE : 284

— NATIONALITÉ : Notre Lady elfe est une Orlésienne, venant d'une petite maison de campagne à Lydes.
— LIEU D'HABITATION : Elian'Ha a une chambre dans le QG des Corbeaux destinée rien qu'à elle au vu de son rang. Sinon elle a racheté la maison où elle séjournait gamine.
— ÂGE : La femme a dépassé la trentaine d'année. Elle en a désormais 32 et déjà des cheveux blancs.
— RANG SOCIAL : Elle n'est pas noble ou autre comme ce que vous pouvez penser. Par contre, elle est Maître chez les Corbeaux
— PROFESSION : Notre Reine Sanglante est une Mercenaire qui a une passion pour le danger et les défis.
— FACTION : La Beauté empoisonnée fait partie des Corbeaux d'Antiva, mais pas en tant que simple assassin, vu qu'elle est devenue Maître.
— ARMES : Poisons, poisons, poisons et oh encore poisons! Elle est passionnée par les poisons, si bien que c'est son arme de prédilection. Sinon elle utilise des aiguilles et une dague.
— O.SEXUELLE : Quoi ? Orientation Sex-quoi ? Elle ne connaît pas cela et ne pense pas le connaître un jour. Son seul plaisir c'est les meurtres et c'est vrai que les personnes qui...acceptent cela son rares.
— AMOUREUSEMENT : Rien, ni personne à part ses poisons qu'elle adule et protège comme la prunelle de ses yeux.

MessageSujet: Re: Le baron du savon [PV : Mellissandre / Elian' Ha] Dim 17 Sep - 17:28



Le Baron du Savon
Cullen & Mélissandre & Elian'Ha

Elian'Ha les écoutait d'une oreille en souriant parfois ou en faisant la moue d'autres fois. Elle se fit le plus souvent petite jusqu'à ce que les verres soient vides. Au moment où elle allait partir pour nettoyer les verres, le Baron s'exclama pour qu'elle montre les appartements aux deux jeunes femmes. Elle acquiesça en silence et se dirigea vers les escaliers, attendant ensuite celle-ci. En soulevant sa robe afin de ne pas tomber, elle se prit néanmoins le pied dans le tissu et manqua de louper une marche. Lors de sa chute, elle se protégea non pas la tête, mais le ventre, se rattrapant aussi de justesse. L'elfe se redressa et se racla légèrement la gorge avant de se diriger vers une porte en silence, les joues légèrement cramoisi. Elle s'arrêta néanmoins quand elle entendit la brune lui poser des questions.

《 — Cela fait trois jours. Il était en manque de personnel et comme j'avais besoin d'argent, j'ai demandé à un ami en commun de me présenter à lui.

Elle répondit avec un léger sourire et un regard, avant de reprendre sa route. Cependant, elle était encore ouverte aux questions et comptais y répondre. Ainsi, pour ne pas tout le temps s'arrêter et afin de ne pas paraître impolie, elle tournait la tête vers les deux invités en gardant toujours son sourire.

《 — Je ne faisais rien avant. Je restais à la maison tandis que mon époux allait travailler… Mais quand il a appris pour ma… condition… Il est vite parti la queue entre les jambes… Pardonnez-moi l'expression… Ce n'est pas ainsi que je devrais parler…  

Mensonge. Mais elle ne voyait pas ce qu'elle pouvait dire d'autre. Puis de toute façon, qu'aurait-elle pût dire ? Bonjour je suis Elian'Ha et je suis une tueuse qui vient assassiner celui que vous devez protéger ? Autant tendre ses poignets tout de suite et demandez à ce qu'on la juge. Elle ne le voulait plus, ou plutôt, elle ne le voulait pas. Elle devait le revoir avant. À cette pensée, elle posa une main sur son ventre, avant de secouer la tête, regardant de nouveau la mage pour répondre à sa troisième question :

《 — Je me plais oui. Le Baron n'est pas mauvais avec moi, bien au contraire. Il est au courant de mon état et fait en sorte que je ne fasse pas de tâche trop lourde, bien qu'il me réprimande quand j'en fais.

Elle rigola d'un rire cristallin, avant de s'arrêter et de se racler la gorge. Elle savait que les deux femmes n'étaient pas des amies et pourtant elle se plaisait à leur parler. Ceci n'était pas un mensonge. Elle n'avait jamais connu cela et pour une fois, elle appréciait. Elle s'excusa de son attitude, avant de s'arrêter devant la porte qui les séparait des appartements des deux membres de l'inquisition.

《 — Très bien. Vous savez que le dortoir des serviteurs se trouve en bas ? Mais les murs sont fin, vous vous en rendrez rapidement compte. J'aime bien la nuit et je comptais aller dans les jardins pour voir une Epiphyllum Oxypetalum qu'on nomme aussi la belle de nuit. Je suis passionnée par cette fleur qui éclot que la nuit et le Baron en a. Du coup je voulais les voir. En allant chercher une bougie, j'ai entendue du bruit en haut et j'ai voulu aller voir. J'ai toqué à la porte et je n'ai pas eu de réponse. J'ai tenté de nouveau et j'ai entendu un grognement. J'ai donc ouvert la porte et c'est là que je l'ai vu. Vu qu'il faisait nuit je ne peux pas trop le décrire. Je sais simplement qu'il avait une cape et de longs cheveux. AH et il a parlé une langue elfique… Je crois.

Elle rigola de nouveau, mais pour se moquer d'elle-même cette fois-ci, avant de se ressaisir. Elle s'inclina en déclarant qu'elle allait désormais les laisser, avant de prendre le chemin retour pour retourner à ses tâches. À l'escalier, elle rencontra le commandant et elle lui sourit de façon charmeuse en murmurant un :

《 — Ce n'est rien.

Avant de reprendre sa route et de retourner en cuisine. Elle prépara d'autre rafraichissement, mais pour les soldats de l'inquisition. Elle alla les donner, non sans se faire charmer par certains d'entre eux. Elle était belle, Elian'Ha le savait et elle en jouait. C'était sans compter sur certains qui étaient un peu trop collant et qui du coup fit qu'elle se retrouva bloqué par l'un d'eux. Deux choix s'offrit à elle : user de la force ou de la malice. Alors que le soldat tenait fermement son poignet, la faisant légèrement grimacer, cette dernière se changea en sourire et elle se rapprocha du garde pour le déstabiliser en lui murmurant:

《 — Je ne pense pas que votre Commandant apprécie de vous voir flirter alors qu'un assassin est en liberté.

La cible de cette remarque lâcha légèrement sa prise, mais assez pour que l'elfe retire son poignet endolori. Elle s'inclina en signe de salutation, avant de faire demi-tour et de retourner en cuisine afin de préparer le thé. Prenant tous les ingrédients dont elle avait besoin, elle chauffa l'eau, puis prépara les tasses qu'elle plaça sur le plateau. Elian'Ha vérifia le tout à plusieurs reprise, avant de porter son attention sur l'eau en train de bouillir plus loin.

Lorsqu'elle entendit les membres de l'Inquisition et le Baron descendre, elle alla servir le thé. Quand ce fut le tour du commandant, elle se rapprocha doucement de lui, servant son thé. L'ex templier ayant de ce fait une belle vue sur le décolleté de la rousse et sur la trace de main qu'elle avait au poignet. Poignet qu'elle cacha rapidement sans rien dire, avant de continuer à servir en finissant par son employeur.

Elle se mit ensuite en retrait en attendant, les regardant parler du thé en souriant. Effectivement, il y avait tout cela, mais ils oublièrent tous un ingrédient qu'elle avait un peu mis dans le thé afin de réduire un peu les épices et le gingembre : citron. Elle en avait mis quelques gouttes, mais pas trop non plus afin de ne pas dénaturer le goût des autres aliments. Se rapprochant du Baron, elle regarda les invités dans un sourire

《 — Dois-je servir le repas ? Ou préférez-vous aller vous coucher ? Aussi M. Rutherford, le Baron m'a dit de me mettre à votre entière disposition si vous avez des questions. N'hésitez pas. Je pense avoir tout dit à votre… amie, mais si un détail me revient, je ne manquerai pas de vous prévenir. Mesdames, désirez-vous que je prépare un bain pour vous ?

Elle se redressa ensuite, regardant les trois invités en silence, un léger sourire aux lèvres, ses mains croisées devant elle, l'une dans l'autre.




_________________
until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 278
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 873
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: Le baron du savon [PV : Mellissandre / Elian' Ha] Lun 18 Sep - 0:14

Missive 12
Commandant,
Le baron Bohémond de Clairvallée fait appel à l’inquisition. Dans sa demande, il indique qu’il offrira une bonne partie de ses carrières si on arrive à lui débarrasser d’un groupe d’assassins qui complotent pour le renverser. Il indique que sa garde n’en fait pas façon et qu’en quelques jours il a déjà échappé deux fois à la mort.  
Le Baron du savon



Damnation, Cullen venait enfin de comprendre les vices du Baron. Et le voilà dos au mur à regarder ce dernier discuter de lui et de sa situation amoureuse avec Mellissandre, qui n’essayait presque pas de lui sauver les miches.

«  - Vous êtes libre alors, Commandant ? »
«  - Je.. Quoi ? »
«  - Navrée de vous l’apprendre, mais en réalité le Commandant est marié à son travail »


Autant dire que le Commandant était soudain prit d’une grande bouffée de chaleur tant cette situation le rendait dingue. Et il ne pouvait absolument rien faire. Il s’enfonça dans le canapé si confortable sur lequel il était assis dessus, tâtonnant le pied au sol en attendant que cette conversation se termine. De plus, la servante lui ouvrait volontairement une divine vue sur son décolleté ce qui le déstabilisa d’avantage.

«  - Ah c’est un crime ! »
«  - Navré de décevoir mais c’est le cas »


Mais son attention revint sur le thé qu’elle tentait de deviner le goût.

«  - C’est du thé vert au gingembre… avec une pointe de menthe et de cannelle »
«  - Pas mal, mais vous avez omis le miel très chère »


Du gingembre… Connu pour être aphrodisiaque. Là, le Commandant était d’avantage mal à l’aise, sachant qu’il venait de boire 3 tasses – décidément sa soif lui faisait peur – si bien qu’il se leva pour faire un tour stressé comme il était. Ses hommes stationnés près de la porte ressentirent son malaise très rapidement, et Loron lui fit un petit sourire compatissant.

Il ne remarquait d’ailleurs pas que les autres occupants de la pièce étaient fatigués, plus la marque sur le bras de la servante l’avait intrigué. Elle disait être bien traitée par le baron selon Mellissandre, mais elle semblait être battue.

Le baron sauta de son siège, s’approchant alors de Cullen qui recula au fil de son avancée puis alla remettre en place les cheveux de Loron qui le dérangeaient au plus haut point. Puis Elian’Ha prit l’initiative de leur proposer quelque chose

«  - Dois-je servir le repas ? Ou préférez-vous aller vous coucher ? Aussi M. Rutherford, le Baron m'a dit de me mettre à votre entière disposition si vous avez des questions. N'hésitez pas. Je pense avoir tout dit à votre… amie, mais si un détail me revient, je ne manquerai pas de vous prévenir. Mesdames, désirez-vous que je prépare un bain pour vous ? »
«  - Si vous voulez vous entretenir en privé aucun problème Dame Elian’Ha »
«  - Moho ~ J’en serais presque jaloux ~ »
«  - Je… * soupir * »


Il tourna le dos et se rendit près de ses hommes au fond de la grande pièce, maintenant en confidence avec eux. Il n’avait besoin de rien, mais eux avaient possiblement faim

«  - Tout va bien ? »
«  - Si je ne suis pas à mon tour de garde à l’heure convenue cette nuit vous savez où je suis… Bon sang, entre ça et la servante… »
«  - Vous auriez dû laisser Dorian vous amocher non ? »


Loron dévisagea Elwig alors que Cullen eut soudainement un regard noir porté envers lui. S’il essayait de lui remonter le moral c’était loupé.

«  - Quoi, arrêtez de vous plaindre d’avoir des gens à vos pieds, tout le monde rêverait d’être à votre place. »
«  - Tout dépend du point de vue. »
«  - Bon s’il vous plait…. ! »


Il surveillait l’assemblée de loin, ne prenant pas garde à ce qu’ils se disaient. Il s’appuya contre le mur à côté de ses hommes et soupira. Il avait juste envie d’aller se détendre dans le jardin seul.

«  - Vous êtes épuisé, Commandant »
«  - Vous pas assez. Surveillez le Baron pour moi.»


Puis il quitta la pièce se rendant dans les jardins, attrapant une lanterne au passage pour avoir une source lumineuse lors de son enquête. Il revint dans ce petit paradis fermé, observant les plantes unes à unes pour percevoir une quelconque trace, ou marque suspecte. Mais visiblement, le bâtiment était trop bien entretenu pour laisser une trace pareille et il se résigna rapidement. Il s’approcha alors du tonneau renversé et observa les alentours avant de le redresser pour mieux éclairer l’intérieur : il était visiblement vide.

Il se redressa, observant que la servante était sortie, peut-être pour lui parler.  En premier lieu, il la regarda simplement, puis remit le couvercle du tonneau en place avant de se diriger près d’elle.

«  - Vous avez observé quelque chose ? »

Puis il se rappela qu’il était parti comme un voleur. Il se gratta l’arrière du crâne, démêlant ses cheveux au passage. C’était vrai qu’il avait promit au Baron de le protéger, mais il n’avait pas envie de devoir se retrouver attaché à son lit non plus. Autant profiter de cette soirée tranquillement, avant de refaire son premier tour de garde. Si l’assassin ne se montrait pas, ils iraient enquêter en ville. Des hommes de Leliana s’en occupaient à l’heure actuelle.  

«  - Hem.. Dites-moi. Cette marque sur votre bras… ? »

Elle devina rapidement le reste de sa question, après tout elle ne pouvait pas le nier la marque était vraiment visible et ce genre de détail ne lui échappe pas, surtout lors d’une enquête comme celle-ci.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 489
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1330

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: Le baron du savon [PV : Mellissandre / Elian' Ha] Lun 18 Sep - 19:25

Depuis que Mellissandre avait appris pour la condition de Elian’ha elle avait l’impression de ne voir que ça. Il n’y avait pas grand-chose de moins intimidant qu’une femme enceinte à part un nourrisson et cela la rendait inconsciemment moins méfiante. Surtout qu’elle avait beaucoup de sympathie pour elle après avoir entendu son histoire. Comment pouvait-on abandonner sa femme et son enfant ? C’était inconcevable, atroce, horrible, inimaginable. Mellissandre ne s’émerveillait pas de grand-chose mais la famille était sacrée pour elle, tout comme le fait d’avoir des enfants. Autant dire qu’elle avait touché juste avec sa petite histoire mélodramatique, car, à part l’Amour, il n’y avait bien que sur ce sujet qu’elle pouvait se montrer si naïve.

Évidemment, cela ne l’empêchait pas de rester critique vis à vis de son récit qu’elle trouvait un bancal mais elle comptait sur l’objectivité du Commandant et son sens de la déduction pour les guider.

Durant toute la soirée, elle ne lui offrit donc que des sourire aimables, son regard s’attardant parfois sur son ventre comme pour y déceler les prémices propre à la grossesse. Un peu distraite, cela ne l’empêcha pas de tiquer un peu alors qu’elle se présentait comme étant à la disposition du Commandant. Certes, il chapeautait leur petite expédition mais la tournure était maladroite, elle avait un côté… personnel. Sans parler du fait que Cullen en rajoutait une couche ce que le Baron ne manqua pas de souligner une nouvelle fois.

Souriant à Elian’ha, Mellissandre bu une légère gorgée de son thé et laissa le Commandant s’éclipser sans faire mine de le remarquer. Béhemond était quelque peu étouffant elle ne pouvait pas lui en vouloir de chercher la conversation de ses hommes.

« Nous avons déjà mangé, mais l’idée d’un bain est fort séduisante je dois dire, je me sens encore engourdie du voyage », répondit-elle avec courtoisie tandis que Joséphine opinait et renchérissait. Le baron profita de l’occasion pour conseiller quelques uns de ses nouveaux produits aux parfums exotiques. Bien entendu, elle les commenta gaiement, oubliant la servante le temps qu’elle aille avertir les domestiques de monter l’eau chaude. Dans son état ce n’était certainement pas elle qui allait le faire.

Quand ce fut près, elle remercia chaleureusement Elian’ha puis salua le baron avant de rejoindre ses quartiers en compagnie de Joséphine. Habituée aux thermes cela ne la dérangeait pas le moins du monde de partager un bain mais la diplomate semblait un peu plus ennuyée à l’idée, aussi elle la laissa profiter de l’eau en premier tandis qu’elle même restait accoudée contre le rebord de la fenêtre, admirer les jardins et accessoirement le Commandant qui fouillait un tonneau.

« Eh bien, ses jardins ont dû succès », déclara soudainement Joséphine avec un léger bruissement d’eau, désirant manifestement faire la conversation.

« Oui, ils me rappellent ceux de ma maison », répondit-elle d’une voix un peu nostalgique en regardant les colonnes remplies de lierres grimpants. Avec plus de fontaines elle se serait vraiment cru dans une maison tévintide. Ce qu’elle avait hâte de rentrer chez elle. Mais heureusement, cette idée n’était plus si lointaine et hypothétique. L’heure de son bal approchait.

« Je suis impatiente de les voir », répondit-elle avec politesse. En tant qu’ambassadrice il était inconcevable qu’elle ne vienne pas même si l’idée l’emballait moins qu’elle ne voulait bien l’admettre. Tevinter était quand même une destination effrayante… « D’ailleurs… Je me demandais… est-ce que c’est vrai ce que Dorian a dit a propos de vous et l’Archonte ? »

Après tout, elle n’était pas diplomate pour rien. Bien sûr que ce genre de détails l’intéressaient, surtout avant une soirée officiel.
La simple évocation de l’altus crispa Mellissandre qui serra les doigts sur l’appui fenêtre jusqu’à s’en faire blanchir les phalanges. Son regard narquois, son insulte vulgaire, la colère du commandant… Malgré les jours qui s’étaient écoulés elle ne s’en était toujours pas remise.

« J’ai été fiancée avec lui il y a un peu moins d’une dizaine d’année mais ce n’est plus vraiment d’actualité », éluda-t-elle avant d’ajouter tout à fait gratuitement : « Dorian est juste un imbécile »

Son regard toujours perdu dans les jardins, elle ne manqua pas d’apercevoir que Cullen et Elian’ha discutaient même si elle ne pouvait pas entendre de quoi ils parlaient. Etant déjà contrariée par la mention de son confrère, elle voyait presque d’un mauvais œil cette discussion nocturne, même si elle l’observait avec résignation.

_________________
Reine incontestée du flood et des baignoires  



*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
La Reine Sanglante ⊱ MERCENAIRE

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 215
— PRÉSENCE : 4-5 jours sur 7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Anders
— CRÉDITS : Pendra' + tumblr
— PRESTIGE : 284

— NATIONALITÉ : Notre Lady elfe est une Orlésienne, venant d'une petite maison de campagne à Lydes.
— LIEU D'HABITATION : Elian'Ha a une chambre dans le QG des Corbeaux destinée rien qu'à elle au vu de son rang. Sinon elle a racheté la maison où elle séjournait gamine.
— ÂGE : La femme a dépassé la trentaine d'année. Elle en a désormais 32 et déjà des cheveux blancs.
— RANG SOCIAL : Elle n'est pas noble ou autre comme ce que vous pouvez penser. Par contre, elle est Maître chez les Corbeaux
— PROFESSION : Notre Reine Sanglante est une Mercenaire qui a une passion pour le danger et les défis.
— FACTION : La Beauté empoisonnée fait partie des Corbeaux d'Antiva, mais pas en tant que simple assassin, vu qu'elle est devenue Maître.
— ARMES : Poisons, poisons, poisons et oh encore poisons! Elle est passionnée par les poisons, si bien que c'est son arme de prédilection. Sinon elle utilise des aiguilles et une dague.
— O.SEXUELLE : Quoi ? Orientation Sex-quoi ? Elle ne connaît pas cela et ne pense pas le connaître un jour. Son seul plaisir c'est les meurtres et c'est vrai que les personnes qui...acceptent cela son rares.
— AMOUREUSEMENT : Rien, ni personne à part ses poisons qu'elle adule et protège comme la prunelle de ses yeux.

MessageSujet: Re: Le baron du savon [PV : Mellissandre / Elian' Ha] Mar 19 Sep - 0:01



Le Baron du Savon
Cullen & Mélissandre & Elian'Ha

Après la réponse des invités, Elian'Ha acquiesça et s'éclipsa pour préparer le bain. En effet, le Baron étant en manque de personnel, elle faisait le plus de tâche possible et préparer l'eau était l'une de ses tâches, bien qu'épuisante. Elle fit en sorte que l'eau soit à la bonne température, avant de mettre les savons et les serviettes à disposition. Elle vérifia que tout était en ordre et quitta la chambre, allant dans le jardin. Jardin où le Commandant était. Marchant d'un pas léger, ses mains l'une dans l'autre, elle lui sourit.

《 — Observé quelque chose ? Non, je venais voir les belles de lune.

Elle se dirigea vers les dites fleurs et prit appui sur le bord, avant de se mettre à genou pour en prendre une dans ses mains sans la cueillir. Elle s'arrêta dans son geste et se tourna vers Cullen, le regardant avant de baisser le regard, les joues légèrement rouge. Elle se redressa et se rapprocha, restant néanmoins à une distance convenable du blond.

《 — Vous vouliez être au calme ? Je peux partir ?

Elle gardait son sourire tendre et charmeur, jusqu'à ce qu'il parle de son poignet. Ce dernier s'évanouit, laissant place à une moue gênée. Elle se racla la gorge en mettant son poignet contre sa poitrine, sa main opposée sur celui-ci en regardant ailleurs. Devait-elle le dire ? Ou le cacher pour elle ? Elle décida d'avouer la vérité, soupirant doucement.

《 — Ne les blâmez pas Commandant…. C'est l'un de vos soldats, qui a été un peu trop insistant…

Elle se racla de nouveau la gorge en tortillant une mèche de ses cheveux autour de ses doigts. Tic qu'elle avait toujours eu quand elle était gênée. Elle releva la tête et en une fraction de seconde, son regard changea. Celui de la servante docile et fragile avait laissé place à un regard plus dur et plus sévère. Il n'était pas méchant, mais plus mature et sérieux. Comme si la coquille s'était brisé et avait laissé entrevoir la véritable personnalité de la rousse. Cependant, ce regard ne dura que deux trois secondes pour laisser de nouveau le rôle de la servante prendre le dessus.

Soudain, alors que tout était calme dans le jardin, un bruit se fit entendre. Elian'Ha regarda partout autour en se demandant d'où cela venait, jusqu'à ce qu'elle voit l'ombre dans un arbre. Sans qu'elle sache vraiment pourquoi, elle s'élança sur le commandant et le poussa. Elle comprit néanmoins trop tard que la cible n'était pas le blond, mais elle. C'était bel et bien l'elfe qui était visée. Sur la surprise, elle resta figée devant la flèche qui fonçait vers elle. Elle se ressaisit légèrement et bougea de quelques centimètres, la flèche l'égratignant sur la joue droite.

Cependant, elle restait figé là sans comprendre. Pourquoi ? Pourquoi était-elle visée ? Elle sut rapidement et mis une main sur son ventre, l'autre sur sa bouche. Elle savait la raison. Elle s'effondra à genou. Pour la première fois depuis longtemps, elle avait peur. Peur de ce sentiment qui la rongeait et la détruisait. Elle devait le retrouver et rapidement.

Fermant les yeux, Elian'Ha fit en sorte de se ressaisir. Elle leva son regard vers Cullen et tendit ses mains tremblantes vers lui.

《 — Je… Je peux vous demander de m'aider à me relever ? S'il vous plaît…

Sa voix était aussi tremblante que ses mains et elle s'en voulait de se montrer dans un tel état. Ce qui la rassurait, c'est qu'ils penseraient que ça serait dû au choc de la tentative d'assassinat et pas du fait qu'elle venait d'être prise pour cible. Mais elle se demandait si c'était seulement une mise en garde ou s'ils tentaient vraiment de la tuer.

Une fois relevée, la jeune femme ne put tenir sur ses jambes et elle s'effondra sur l'homme en face d'elle, ses mains sur le torse de ce dernier. Elle balbutia une énième excuse, avant de regarder vers l'arbre, mais la personne était partie dans la nuit et puisque c'était comme ça, Elian'Ha allait jouer à leur jeu. Elle regarda Cullen et se rendant compte que leurs visages étaient à quelques centimètres, elle rougit. Elle ne s'écarta pas néanmoins, murmurant pour que seulement Cullen entende :

《 — Je pense savoir qui a tenté de tuer le Baron, mais celui qui l'a fait n'est que la marionnette… Malheureusement je ne connais pas le marionnettiste….

Elle se recula par la suite, se reculant doucement en tenant de nouveau sur ses jambes. Elle s'excusa pour sa piètre attitude et demanda à se retirer dans ses quartiers.




_________________
until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 278
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 873
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: Le baron du savon [PV : Mellissandre / Elian' Ha] Mar 19 Sep - 2:46

Missive 12
Commandant,
Le baron Bohémond de Clairvallée fait appel à l’inquisition. Dans sa demande, il indique qu’il offrira une bonne partie de ses carrières si on arrive à lui débarrasser d’un groupe d’assassins qui complotent pour le renverser. Il indique que sa garde n’en fait pas façon et qu’en quelques jours il a déjà échappé deux fois à la mort.  
Le Baron du savon



L’elfe était sortit instinctivement pour observer les fleurs du jardin du baron. Cullen se senti un peu bête, tant il était plongé dans son enquête le nez dedans – du moins ce qu’il en restait, il ne cacha pas qu’il avait encore mal du contrecoup - . Mais lorsqu’il mentionna la marque sur sa main pour changer de sujet, la jeune femme avait l’air de se demander si elle devait lui dire ou non.

« - Qu’est-ce qui s’est passé ? »
« - Ne les blâmez pas Commandant…. C'est l'un de vos soldats, qui a été un peu trop insistant… »
« - Oh »


Bon sang ce n’était pas vrai, ils avaient quoi ces derniers temps ?! La semaine précédente c’était Mellissandre qui faisait les frais et maintenant la pauvre servante qui n’avait rien demandé. Ses hommes allaient l’entendre durant les changements d’horaire.

« - Excusez-les… Il n’y a pas que les chevaux qu’ils aiment monter… Je prendrai des dispositions pour que cela ne se reproduise plus. »

Il semblait calme mais à l’intérieur il avait envie d’en prendre un pour taper sur l’autre. Déjà que la situation était compliquée, alors ils devaient avoir une tenue irréprochable. Il se mit à faire les cents pas lentement, comme à son habitude quand il était contrarié. Il ne vit de ce fait pas le regard déterminé que la jeune femme arborait.

Mais alors que le calme était revenu dans le jardin, le Commandant senti un lourd regard posé sur lui et se mit directement sur sa défensive, crispant sa main sur son épée, par réflexe. A peine il eut le temps de se rendre compte qu’ils étaient observés qu’il se senti poussé avec force mine de rien. En tournant légèrement la tête, il vit qu’il s’agissait d’Elian’Ha. Il profita de l’instant pour se réceptionner d’une roulade sur le côté et dégaina son arme dans la foulée. Mais l’esquive absolument incroyable de l’elfe lui démontra qu’elle n’était pas si inoffensive qu’elle en avait l’air. Il était incollable sur ce genre de chose et un mouvement pareil n’était possible que si elle était une combattante.

Mais pas le temps de se poser d’avantage de question, la jeune femme était à genou au sol et en bon et fervent homme de foi, Cullen se précipita sur elle, oubliant de poursuivre l’agresseur. Alors que l’ombre parti sur les balcons et monta sur le toit en escaladant les constructions, le Commandant balaya la zone des yeux et aperçu Mellissandre à la fenêtre de sa chambre. Il ne se posa même pas la question et ne sorti pas de son rôle de Commandant habituel.

« - Vous attendez quoi !? »

C’était sec, franc et sévère. Comme s’il reprochait à Mellissandre de ne pas avoir réagis immédiatement. Elle était sur les balcons et pouvait réagir et ce n’était pas trop tard pour le faire. Lui était coincé dans les jardins avec Elian’Ha et ne comptait pas la laisser en proie aux assassins maintenant qu’ils avaient lancé l’assaut. Et le Créateur sait combien il y en avait dans les environs.

Et là, il se rendit compte d’un détail que Mellissandre avait mentionné auparavant : Elle était enceinte. Et bougre comme il était, il l’avait complètement oublié. Elle tremblait, et espérait qu’elle n’avait rien.

« - Vous allez bien.. ?! »
« - Je… Je peux vous demander de m’aider à me relever ? S’il vous plait… »
« - O-oui bien sûr. »


Il rangea son épée, alors à genoux devant elle. Puis ayant les mains libres vu qu’il avait lâché la lanterne dans la précipitation, la saisi sans aucun problème et l’aida doucement à se relever. Il la maintenait toujours par les bras quelques instants pour être certain qu’elle avait récupéré son équilibre.

Il allait lâcher son emprise sur l’elfe, qui finalement s’effondra à nouveau, incapable de tenir sur ses jambes. Et le premier réflexe de Cullen était de la rattraper avant qu’elle ne se fasse plus de mal.

« - Ne vous blessez pas. »

Le regard de la jeune femme dévia sur l’arbre d’où provenait le tir, mais Cullen savait que l’assassin avait filé. Mellissandre était à ses trousses et espérait qu’elle réussisse à l’attraper, mort ou vif. Le mieux était de pouvoir lui soutirer des informations pour remonter jusqu’à ses commanditaires. Alors que les yeux étaient rivés sur l’arbre et ses environs, l’elfe était toujours blottie contre Cullen qui lui caressait doucement le dos pour espérer la calmer. Puis, ils tournèrent le regard l’un vers l’autre en même temps, mais l’elfe ne bougea pas pour autant. Elle se mit d’ailleurs à lui parler, profitant de cette proximité pour que lui seul entende ce qu’elle avait à lui dire

« - Je pense savoir qui a tenté de tuer le Baron, mais celui qui l'a fait n'est que la marionnette… Malheureusement je ne connais pas le marionnettiste…. »
« - Je vous demande pardon ? »


Suite à cette remarque elle quitta son étreinte ayant désormais semé le doute dans l’esprit de Cullen. Elle prétendait ne pas connaître les assassins, et tout à coup en se faisant attaquer, elle se mit à s’en souvenir. Pourtant il faisait sombre, son point de lumière n’était même plus accessible puisque la flamme s’était envolée au contact avec le sol. Il ne faisait pas encore sombre, mais une chose était sûr : il était impossible de percevoir le visage de cette personne qui les avait attaqués. Donc elle aurait menti. Additionné à son étonnante esquive… Elle allait devoir s’expliquer.

Mais alors qu’il était en pleine réflexion, elle demanda à se retirer dans ses quartiers. Cependant Cullen ne comptait pas la laisser partir aussi simplement.

« - Attendez. »

Il était conscient qu’elle devait aller voir un médecin, mais cela jouait en sa faveur d’un côté : elle finirait par lui dire la vérité, sans chercher d’excuses. Et à force de cotoyer les masques, il commençait à être bon pour déceler les menteurs.

« - Vous avez l’air de savoir bien des choses. Premièrement, vous avez une bonne esquive pour une femme enceinte. J’en ai vu d’innombrables durant ma vie et je peux vous affirmer qu’elles seraient incapables de faire des prouesses pareilles. Je sais de quoi je parle, je m’occupe de la formation de mes soldats. Deuxièmement, il fait trop sombre pour pouvoir identifier l’assassin sans que vous l’ayez vu auparavant. »

Il fit quelques pas vers, elle les bras croisés.

« - Je vous ai posé une première fois la question. Vous ne connaissiez pas ceux qui en voulaient à la vie du Baron. Et tout à coup, un coup est porté vers vous et cela vous remet la mémoire en place… Je dois vous avouer que je suis particulièrement perplexe. »

Il s’arrêta alors à sa hauteur.

« - Vous avez autre chose à me cacher ? Je vous conseille vivement de me raconter ce qui se passe ici, et en détail. »

Il regarda alors les balcons à la recherche de Mellissandre. Mais n’ôta pas son attention de la jeune elfe pour autant. Cullen pouvait se montrer insensible.. Malheureusement c’était sa formation qui l’exigeait.

« - ...Ensuite, seulement, je vous laisserai partir rejoindre vos quartiers. »



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le baron du savon [PV : Mellissandre / Elian' Ha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Dalar Vaillefendre : Porte-Mort et baron
» [Campagne] : "Baron Samedi".
» Red baron wargamer n° 48...partner?
» baron rivendare en 45 minute , possible ou non ?
» Baron - Baronne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Thédas :: orlaïs ; :: Val Royeaux-