PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 10 Sep - 10:50
Il faisait froid.
Euphémisme du siècle, mais Jessëan manquait d'imagination et même de vocabulaire pour décrire avec exactitude cette sensation qui en devenait presque un sentiment. A défaut de toute autre chose, elle en revenait au basique. Il n'y avait rien de mal avec le basique. Ainsi donc, il faisait froid.
A chaque souffle, un petit nuage de fumée s'échappait de ses lèvres gercées. Ses mains étaient transies, et cela faisait longtemps que ses pieds étaient des blocs de glace congelées dans ses bottes de cuir durci. D'ailleurs, la demi-elfe se doutait que ses chaussures ne survivraient pas au voyage et seraient bonnes à jeter une fois arrivée à Fort Céleste.

Mais quelle idée que d'aller se terrer au fin fond des montagnes ? C'était peut-être un lieu stratégique de défense, mais pour une force qui se voulait mobile et prête à frapper, s'enterrer dans les rochers n'aidait pas beaucoup. Enfin, qui était-elle pour juger ? Certes pas un soldat, et encore moins un stratège. Ils devaient savoir ce qu'ils faisaient. En tous les cas, elle espérait, vu qu'ils étaient censés les sauver de la destruction totale.
Pour autant, l'idée d'espionner l'Inquisition ne lui faisait pas avoir des regrets. Pas même une seconde d'indécision. Si l'organisation était à ce point irréprochable, agissant pour le bien de tous, il n'y aurait pas une voix pour s'élever contre elle. Personne n'était innocent. C'était la base de la survie, et Jessëan, nous le savons, en revenait toujours aux fondamentaux.

C'était pourquoi elle se maudissait d'avoir si mal préparé son voyage. Elle ne pensait pas devoir subir une tempête de neige alors que le printemps pointait son nez. La métisse ne connaissait pas les dangers de la montagne, et s'était laissée surprendre par une des dernières chutes de neige – on était loin des tornades de l'hiver, mais à ses yeux de néophyte, cela avait été l'apocalypse version poudrée et blanche. Et froide.
Froide surtout.

Enfin, encore peut-être une heure de marche, et elle serait en vue de la forteresse. Comment y rentrerait-elle, elle n'en avait aucune idée. « Thorn » espérait pouvoir passer discrètement dans une faille de la sécurité. Mais sans savoir si les patrouilles étaient nombreuses, et les gardes fidèles au poste, elle ne préférait pas compter sur cette option. Aussi devrait-elle peut-être user d'une ruse quelconque pour s'introduire dans un endroit qui pourtant ne drainait pas du public. Ce n'était pas une auberge non plus.

Toute perdue dans ses pensées, la mercenaire fit l'énorme bêtise de ne pas prêter attention à ses pieds. Ses chaussures, déjà peu adaptées pour la marche en montagne, dérapèrent sur une plaque de verglas, avant-garde d'une congère dans laquelle Jessëan n'avait pas envie de s'enfoncer. Elle tenta donc de contrôler la glissade malgré une douleur vive dans la cheville. En résultat de quoi, elle évita bien le tas de neige, mais prit la tangente, glissant sur une coulée de neige ayant gelée. A sa plus grande horreur, elle réalisa que le sillon de glace l'amenait hors du « sentier » en contre-bas, dans une sorte de petit ravin entre deux monts. Ce n'était qu'un dénivelé de quelques mètres. En temps normal, neige ou pas, cela ne serait qu'un obstacle mineur. A en sortir hors de souffle, avec un point de côté et en vouant à tous les démons de l'immatériel le Créateur qui a cru trouvé intelligent de créer la neige – sur ce point, il aurait pu s'abstenir, franchement. Quelle utilité à un truc mou, mouillé et mouvant ?
Mais voilà, ce n'était plus un incident de parcours, mais un accident, maintenant qu'elle avait la cheville en feu, et pire encore, le genou. Après une série de roulé-boulé de moins gracieux, le tout accompagné par un savant mélange de jurons des tavernes miteuses du port et de piaillements indignés, faisant fuir tous les oiseaux à deux lieux à la ronde (et pas que les oiseaux), Jessëan s'était retrouvée affalée dans la neige et déjà, l'emprise glaciale de la Dame Blanche se resserra sur elle. Presque immédiatement, elle sentit dans ses os cette perçante douleur qui faisait que l'oubli devenait paradis. Elle lutta malgré tout, car elle savait que perdre conscience dans ces conditions revenaient à signer son arrêt de mort. Si elle ne sortait pas vite de ce piège immaculé, elle allait gésir ici. Au mieux, elle tomberait malade, sauf qu'une pneumonie dans les montagnes, c'était une mort encore plus lente et douloureuse. La métisse tenta donc de se redresser et de remonter la pente. Cependant, son genou se déroba sous elle. Pire que sa cheville : elle avait dû heurter un caillou dissimulé par la Traîtresse Opaline – la neige, cette sal*pe, y'a pas à dire. C'est comme la mer. Pas une pour en rattraper l'autre.

Jessëan n'était pas faible. Hors de question de se laisser faire. Encore moins par la nature et ses éléments. Une preuve indéniable que son sang d'elfe n'était en aucun cas dalatien. Elle détestait la nature, en fait. Sauf quand elle était calme et reposante, là, ça allait. Mais penser à une forêt remplie de pépiements d'oiseaux, avec des rayons de soleil perçant la frondaison des cimes, avec une bonne odeur de mousse flottant dans l'air. Une invitation au sommeil trop tentante pour y rester, alors même qu'il s'agissait là de l'ultime menace.
La jeune femme s'écroula dans le passage, des points noirs dansant sous ses paupières. Elle ne savait même pas si elle avait réussi à ramper jusqu'en haut de la petite pente. Si ça se trouvait, elle allait rouler en bas de nouveau, sauf qu'elle ne le saurait pas. Ce fut sa dernière pensée cohérente.
PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
— PSEUDOs : Nine
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : 3j/semaine
— MISSIVES : 30
— DC&TC : Aaron
— PRESTIGE : 173
— CRÉDITS : Destinyapostasy, taciturn-sunday, direstone

— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Féreldien
— ÂGE : On ne sait pas.
— PROFESSION : Assassin
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Dagues
— AMOUREUSEMENT : //
— O.SEXUELLE : Ace
Posté Dim 10 Sep - 13:09

ft. Jessëan

“That's much sadder. But yes. Calm, comfort, as the cold takes him.”

Pavé de Bonnes Intentions

Cole ne partait pas en mission pour l’inquisition aujourd’hui. Il passait alors sa journée à disparaître et régler différents problèmes. Ces derniers temps le jeune homme mettait plus d’énergie dans l’aide pour les blessés. Un peu d’eau pour l’assoiffé, et celui-là n’avait plus que quelques minutes à vivre. Et la souffrance, la souffrance dévorante.

Mourir en ne connaissant plus que la douleur, ou mourir en choisissant son heure ? Cole sortit une de ses dagues et fixa quelques secondes le soldat, il était sûr. Il pourrait rejoindre Fiona qui n’avait pas survécu à Darse. « C’est fini. » alors que l’arme plongea lentement dans le cœur de l’homme. Là où elle devait être à ce moment précis. Il ferma les yeux et s’endormit.

Une coquille vide sans souffrance.

Le jeune homme disparut de la vue des autres personnes du camp. Il monta sur les remparts du château, croyant entendre une musique que l’esprit n’avait jamais entendu avant. Cole s’était habitué aux différents sons des personnes au sein de Fort-Céleste, les mémorisant. Leur musique accompagnait sa journée et le guidait pour les rendre plus lumineuses. Celle-ci était… Sombre. Pas mauvaise, pas mal, elle n’avait rien à voir avec la musique brisée du lyrium rouge des templiers ou des engeances.

Juste blessée par le temps. Née dans la mauvaise famille, survivre. Suivre les alphas. Survivre. Être indispensable, se faufiler, se cacher, être forte pour ne pas se faire bouffer. Survivre.

Survivre.

Froid, du blanc partout. « La neige, cette sal*pe, y'a pas à dire. C'est comme la mer. Pas une pour en rattraper l'autre. » Colère, désespoir et douleur. S’arrêter c’est mourir.

Elle semblait s’adoucir, mais pas dans le bon sens. Cole descendit alors des remparts, guidé par le son plus calme de la jeune femme. L’esprit devait tendre l’oreille pour l’entendre, mais maintenant qu’il avait conscience de sa musique, il devenait plus simple pour lui de la retrouver. Cole était bien mal habillé pour sortir dans la neige de cette façon, mais le jeune homme n’était pas assez lié au monde physique pour sentir autre chose que l’humidité rentrant dans ses chaussures. Mais il se sentait toujours froid et humide, alors cela ne faisait pas vraiment de différence. Ses pieds s’enfonçaient dans la neige, sortant du chemin principal pour aller au Fort pour dévaler les pentes de neige plus vite.

La jeune femme était couchée sur le bord du chemin, elle avait remonté la pente d’où elle était tombée tout à l’heure, mais ses forces l’avaient quitté avant qu’elle ne puisse atteindre son but. Thorn voulait passer inaperçu pour rentrer au Fort, pour une raison que Cole ne comprenait pas vraiment. C’était son travail, ou quelque chose comme cela.

Le jeune homme s’était retrouvé invisible face aux gens, mais aussi face au loup qui se tenait quelques mètres plus loin, guettant sa proie sur le sol. Il était seul mais sa meute ne devait pas être très loin. Ses réserves de nourritures étaient faibles ces derniers temps, mais Cole ne voulait pas que la jeune femme, qui avait besoin d’aide, meure au milieu de la neige, oubliée de tous. Il sortit ses dagues, se mettant proche de l'endormie. Le loup s’approcha sans sentir ni voir quoi que ce soit, prêt à donner le coup de grâce, et Cole lui assainit un coup de dague précis dans son flanc de façon silencieuse, brisant une côte pour se loger directement au creux de ses organes vitaux. Son invisibilité était compromise, et le loup tenta de se jeter sur lui pour se défendre, mais il se vidait rapidement de son sang. Il grognait fort, de douleur et de surprise. Du rouge foncé sur le blanc, tachant la neige, l’animal renversa Cole sur le sol. Son chapeau quitta sa tête pour glisser le long de la pente, tandis que sa dague lui échappa des mains, ce qui contraria le jeune homme.

Se déplacer en groupe, c’est mieux.

Les bras et mains fragiles du corps humain de Cole ne lui permettait pas de se protéger correctement et il reçut quelques griffures au visage, tandis qu’il tenait la tête du loup éloigné de sa gorge. Cependant, l’animal s’affaiblissait à chaque tentative d’emporter l’esprit avec lui dans la tombe. « Shhhh… » Cole souffla, le sang du loup partout sur la neige et sur une partie de son corps. Le loup finit par tomber sur le côté, gémissant plaintivement sur la neige, fatigué de vivre et de chasser.

Le jeune homme reprit sa dague depuis la neige, son corps frissonnant face au contact glacé de son arme, avant de revenir près du loup, de s’agenouiller devant lui et de lui trancher la gorge. Mort. Cole se redressa et rangea sa dague, ses griffures sur le visage et les bras saignaient légèrement, mais ce n’était pas très grave, il se soignerait une fois rentré au Fort. Ce qui était le plus important, c’était la jeune femme glacée, endormie sur le sol. Cole la souleva et la porta sur son dos. Le poids semblait l’ancrer un peu plus dans la réalité, et à vrai dire, il n’était pas certain de pouvoir rentrer à Fort-Céleste de cette façon



C’est arrivé aux portes du Fort qu’il se rendit compte que son chapeau était toujours perdu dans la neige. Une angoisse, une prison dans son esprit, parce que ce chapeau était précieux, un lien vers le désir d’aider les autres, un lien avec sa voie.

Mais n’était-ce pas la preuve qu’il était bien sur sa voie ?

Son corps lourd se traîna jusqu’à l’infirmerie. L’odeur des cataplasmes et des onguents, ainsi qu’une petite odeur de vomi régnait à l’intérieur. Cole trouva une paillasse fait de cuir et rembourré avec du foin, pour déposer la jeune femme doucement. Il demanda à l’infirmière de s’occuper d’elle, puis s’assit dans un coin patient. L’esprit se sentait bien plus léger maintenant, même trop, puisque son chapeau était perdu dans les montagnes. Avec un peu de chance quelqu’un de l’inquisition tomberait dessus et le récupérait… Devait-il demander à l’Inquisiteur d’ordonner à le chercher ? Les loups risquaient de l’attaquer s’il y allait seul. Pour le moment il attendait que la jeune femme soit de nouveau consciente, elle avait plus besoin d’aide que lui de son chapeau. Sa musique était stable, sombre, mais stable.

L’infirmière lui offrit une potion et Cole la remercia en lui donnant quelques Elfidés qu’il avait trouvés lors d’une mission. Ses blessures guéries, ses tâches accomplies, il attendit devant la paillasse de la femme, invisible.

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 11 Sep - 12:12
Jessëan ne dormait pas. Évanouie, elle avait quitté le monde des vivants pour la douceur du néant. Tout était ténèbres et oubli, dans l’inconscience, alors que l’immatériel se caractérisait par son chaos général. Pas de rêve ou de cauchemar, juste la béatitude de pouvoir juste être. Respirer, tout simplement.
Un peu plus d’une demi-heure après son arrivée à Fort Céleste, la demi-elfe revint à elle. Son esprit perça l’obscurité de l’abandon, transformant le vide par une sorte de brouillard grisâtre. Lorsqu’elle ouvrit difficilement les yeux, Jesseän ne s’attendait pas à être éblouie. Avec un grognement, elle ferma les yeux et son corps bougea par automatisme, menant un bras pour couvrir son visage. Cependant, le mouvement rappela à l’esprit que le corps avait souffert et une vague de douleur manqua de la submerger. Son genou était en feu, et ses muscles étaient raides comme des pierres. La mercenaire ne se souvenait pas d’avoir fait un effort particulier qui aurait pour conséquence de telles courbatures. D’ailleurs, elle ne se souvenait pas de grand-chose, si ce n’était que la neige, c’était froid et mouillé. Elle se rappelait de sa marche dans la montagne, mais pour le moment, la chute et ses suites lui échappaient. Ça lui reviendrait, tôt ou tard.

Grognant encore une fois, Jessëan fit face, comme à son habitude. Ôtant son bras de ses yeux, elle utilisa sa main pour repousser ses cheveux en arrière et se tortilla dans son lit pour se redresser contre l’oreiller. Son genou pulsait à chaque mouvement, et alors qu’elle était arrivée à une position plus confortable, la jeune femme ne put s’empêcher de soulever la couverture pour constater pourquoi elle avait si mal. Difficile de voir avec l’ombre de la couverture, mais il lui semblait bien voir une masse gonflée là où elle était censée avoir une articulation.
Soudainement, elle réalisa qu’elle était quasi-nue sous le tissu – forcément, les guérisseurs l’avaient débarrassée de ces vêtements mouillés. Sinon, elle aurait attrapé un bon rhume ET détrempé la paille du matelas, soit un double échec. Donc, elle n’avait plus que sa culotte, qui avait vu des jours meilleurs, vu que Jessëan ne dépensait pas des sommes folles en habits et encore moins en lingerie. Ses bottes seraient prioritaires, par exemple.

Elle reposa la couverture sur son corps avec un peu plus d’empressement et force que nécessaire. Alors qu’elle prenait – enfin ! - la mesure de son environnement immédiat – un retard de réactivité qui aurait pu lui être fatale dans d’autres circonstances – la sang-mêlée se retrouva nez à nez avec un parfait inconnu. Enfin, nez à nez… il n’était pas si proche que ça, mais il était clairement à sa paillasse, et pas par erreur. Vu qu’elle était dans une infirmerie, résultante à laquelle un rapide regard circulaire sur la pièce l’avait amenée, elle en conclut que l’homme était un médecin. Il n’en avait pas forcément la tête, mais avait-elle la gueule de l’emploi pour être une tueuse à gages ? Elle n’avait pas une tête d’ange, mais elle ne faisait pas peur à voir pour autant… Donc qui était-elle pour juger ?
- « Vous avez vous ? » demanda-t-elle d’une voix neutre. Vu son corps, vu son équipement, vu son genou. C’était à lui de choisir, presque, le sens de sa question.
PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
— PSEUDOs : Nine
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : 3j/semaine
— MISSIVES : 30
— DC&TC : Aaron
— PRESTIGE : 173
— CRÉDITS : Destinyapostasy, taciturn-sunday, direstone

— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Féreldien
— ÂGE : On ne sait pas.
— PROFESSION : Assassin
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Dagues
— AMOUREUSEMENT : //
— O.SEXUELLE : Ace
Posté Jeu 14 Sep - 12:40

ft. Jessëan

“That's much sadder. But yes. Calm, comfort, as the cold takes him.”

Pavé de Bonnes Intentions

Cole se sentait anxieux par rapport à la perte de son chapeau, il hésitait toujours sur le fait d’aller voir l’Inquisiteur pour lui raconter ce qui s’était passé. Il le ferait, décida-t-il, la mémoire du petit garçon était… Importante, pour une certaine raison que l’esprit n’arrivait pas à comprendre. La jeune femme finit par se réveiller. La lumière trop forte, mais une douleur au niveau du bras. Des courbatures. Cole la regarda se tortiller avant de se redresser et de regarder d’où provenait la douleur. Finalement, la jeune femme prit conscience de son environnement pour poser ses yeux sur l’esprit, le prenant pour un médecin. Le jeune homme sourit à sa question, qui n’avait pas de sens à priori, mais Cole n’avait pas besoin de mots.

« Je ne suis pas médecin. » Même si c’était gentil qu’elle le pense, Cole avait tué bien trop de gens pour être digne d’un tel titre, même si cette idée le rendait quelque peu triste. « Je vous ai amené à destination…»

L’esprit partit vers les étagères contenant des potions et en prit une avant de la tendre vers la jeune femme. « Pour la douleur, les courbatures, aussi. » Son sourire apparut comme quelque chose de bancal, se voulant rassurant mais n’étant pas certain que cela marche. Cependant, si cela ne marchait pas, il n’aura qu’à lui faire oublier, et peut-être continuer son chemin. Elle était voyageuse par contrainte, survivant en dépis des obstacles qui lui étaient imposés. Une vie qui avait transformé sa chanson en quelque chose de plus sombre. L'éclat s'était échappé un jour, et peut-être qu'il ne reviendrait jamais. Cole voulait l'aider à le retrouver, mais il semblait y avoir plusieurs couches opaques bloquant cet éclat, enlever une couche ménerait sans doute à plus de douleur. Il avait vu cela se passer chez d'autres personnes.

Sa mémoire était floue sur ce qu’il avait pu la conduire à s’endormir sur la montagne, et Cole ne pouvait pas vraiment éclaircir beaucoup de ce brouillard, mais il pouvait lui raconter ce qu’il s’était passé après. Il continua de parler, incertain sur comment expliquer tout ça. « Le loup avait faim… Je vous ai ramené. Mais pas mon chapeau... » Rien que de l’évoquer, l’esprit revoyait l’objet dévaler la pente, parti pour toujours. Cole grimaça et croisa les bras, tournant la tête sur le côté. Il devait aller voir l’Inquisiteur, mais elle était encore perdue. Sans maison, sans rien, juste une mission guidant ses pas jusqu'aux montagnes et un nom. Thorn, une épine qui glisse sous la peau dont on ne peut se débarrasser. Une épine douloureuse. « Mon nom est Cole. » Finit-il sans la regarder, décroisant les bras.



(Désolé c'est court j'ai encore du mal à bien développer Cole mais j'espère que ça sera suffisant =p N'hésite pas à me dire si tu as besoin que je change quelque chose !)
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 26 Sep - 21:37
[HRP : désolée pour l'attente. J'ai réellement pensé que j'arriverai à mieux gérer mon boulot, la préparation d'un concours (je passe l'oral ce vendredi 29 ^^') et tout. Promis, je suis dès à présent beaucoup plus réactive!!!
Et pas de pb pour faire des réponses courtes, parfois, le personnage ressent plus qu'il n'agit, et notre RP n'est pas forcément un RP d'action de toutes les façons ^^ C'est aussi un de mes premiers RP avec ma fifille, donc testons de concert!]

Il y avait quelque chose d'étrange chez l'homme en face d'elle. La brune le regardait en clignant des yeux, cherchant à reprendre pieds dans un monde qui lui échappait. Il se dégageait de lui quelque chose de doux, de triste, mais aussi de dur. En fait, ce n'était pas qu'il y avait quelque chose d'étrange en lui, mais quelque chose d'étranger. Il semblait encore moins à sa place qu'elle.
Jesseän n'était pas empathe, pas plus qu'elle n'était une psychologue avertie. Mais c'était une aventurière, une survivante et on ne devenait pas tout ça sans un minimum d'instinct. Ce n'était donc pas les errements de Cole qui la touchaient, mais le fait qu'elle sentait intuitivement que l'homme devant elle pouvait être une menace à son intégrité. Pourtant, il n'avait rien dit ou fait qui méritait une méfiance particulière. Bien au contraire.

- « Je suis... à Fort Céleste ? » demanda-t-elle. C'était ce qu'elle avait cru comprendre de ses quelques laconiques paroles. « Vous êtes un membre de l'Inquisition ? » La question était superflue. Qui donc pourrait avoir affaire dans le coin ? A part des espions comme elle, bien entendu. Mais Jessëan voulait savoir, avec précision, afin de pouvoir planifier ses prochains mouvements. Selon s'il était un haut gradé ou pas, selon qu'il avait fouillé ses affaires ou pas, selon qu'il avait trouvé son attirail inquiétant ou pas. L'information, c'était le nerf de la guerre. « Le loup ? Avait faim... ? » Non, là, elle ne voyait pas. Peut-être était-ce un test ? Une autre qu'elle aurait peut-être donné le mot de passe adéquat, signal de reconnaissance entre deux affiliés d'un même mouvement.

Encore déboussolée par son manque de mémoire et les circonstances de son réveil, la jeune femme déboucha la fiole qu'il lui avait été tendue et la renifla avant d'y goûter du bout de la langue. Un réflexe né d'années de pratique auprès des Alirius. Jamais Jessëan ne mangeait ou buvait quelque chose qu'elle ne pouvait identifier. Un geste qui en dévoilait beaucoup sur elle, car très peu de gens se méfiaient à ce point des autres, et des possibilités d'empoisonnement. Ne retrouvait le goût que de fleurs et d'ingrédients médicinaux communs, la brune avala une grande gorgée, gardant le reste pour plus tard. Bien entendu, tout remède se devant d'être désagréable aux papilles, elle tira la langue avec un petit gargouillis de gorge. C'était juste immonde ! A quand remontait son dernier repas, en fait ? Car il lui semblait que son ventre était bien vide.
Perdue dans ses pensées, la métisse fit à nouveau une erreur de débutante.
- « Merci, Cole, de m'avoir aidée. Je suis Jessëan. » On pouvait être une mercenaire de l'ombre et rester polie, et bien éduquée. Maîtresse Alirius lui avait inculqué cette leçon dès son arrivée à Tevinter. Esclave ne voulait pas dire sans distinction et bonnes manières.
Au moment où elle déclina son identité, elle se mordit la langue, et pas que métaphoriquement. Donner son véritable nom, alors qu'elle était ici en mission ? Mais quelle idée – ou plutôt, quel manque d'idée ! Avait-on vu une espionne aussi pathétique ? Certes, elle avait mal un peu partout, mais d'habitude, elle était bien plus prudente que ça. Pourquoi est-ce que toutes ses défenses étaient baissées ainsi ? Cet homme lui avait-elle jetée un sort ?

- « Vous êtes mage, si vous n'êtes pas médecin ? » questionna-t-elle en se redressant sur le matelas, gardant la couverture pressée sur elle pour couvrir sa nudité. « Hum, auriez-vous vu ma tunique, s'il vous plaît ? » Elle avait l'impression d'être nue devant lui, comme s'il savait déjà tout d'elle... mais qu'il s'en fichait éperdument. Étrange, vraiment étrange...
PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
— PSEUDOs : Nine
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : 3j/semaine
— MISSIVES : 30
— DC&TC : Aaron
— PRESTIGE : 173
— CRÉDITS : Destinyapostasy, taciturn-sunday, direstone

— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Féreldien
— ÂGE : On ne sait pas.
— PROFESSION : Assassin
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Dagues
— AMOUREUSEMENT : //
— O.SEXUELLE : Ace
Posté Dim 1 Oct - 14:45

ft. Jessëan

“That's much sadder. But yes. Calm, comfort, as the cold takes him.”

Pavé de Bonnes Intentions

Thorn semblait un peu perdue. C’était normal puisqu’elle venait de se réveiller et Cole avait beau avoir essayé de répondre à ses besoins, peut-être qu’il ne l’avait pas fait de la meilleure façon. La femme comprit donc qu’elle était à Fort Céleste, et lui demanda s’il faisait partie de l’Inquisition. Cole sourit un peu et hocha la tête, il l’était et le serait tant que l’Inquisiteur voudrait bien de lui dans ses rangs. Souvent les gens qu’ils rencontraient en mission commençaient à devenir de plus en plus impressionnés lorsqu’ils disaient qu’ils venaient de l’Inquisition. Cela mettait Cole mal à l’aise d’une certaine façon, ne se prenant pas pour qui que ce soit d’important et préférant ne pas attirer l’attention sur lui. Cependant ici, la femme semblait avoir besoin d’avoir une réponse.

En effet, elle était déboussolée, très même, mais au moins elle fit confiance à la fiole que lui avait donné l’esprit. En la reniflant tout de même un peu avant. Thorn finalement lui apprit son prénom, Jessëan, elle semblait finalement un peu pensive. Cole restait devant elle, avant de finalement s’asseoir sur la paillasse d’à côté en entendant sa nouvelle question. Il la regarda sans réellement comprendre pourquoi la jeune femme voulait absolument restée couverte. Peut-être qu’elle avait froid ?  Elle lui demandait sa tunique, Cole cligna des yeux un moment pour se rappeler qu’il l’avait donné à laver à cause du sang du loup qui avait éclaboussé sur la femme inerte. L’esprit posa ses mains sur ses cuisses de façon détendue et regarda par la fenêtre. « Le sang de loup… Elle doit être propre maintenant. » Cole se leva et se rendit furtif sans un mot de plus.

Il sortit de l’infirmerie en poussant la porte, toujours invisible, et marcha sur les dalles de Fort Céleste, il se dirigea vers l’endroit où étaient étendues les uniformes après qu’elles avaient été lavées du sang des ennemis. Cole décrocha la tunique et l’examina un moment. Quelques traces très légères restaient mais il avait fait de son mieux pour la nettoyer. Une dame qui s’occupait des lavages le repéra et s’approcha énervée. L’esprit s’enfuit en disparaissant et en lui faisant oublier son existence. Il ne prit pas bien plus de temps avant de rouvrir la porte et de réapparaître en face de la jeune femme, lui cédant sa tunique, avant de se rasseoir sur l’autre paillasse. « Pour vous. » Souffla-t-il doucement.

Sa première question, par rapport au fait que Cole était un mage s’il n’était pas un médecin. Il fallait qu’il y réponde. C’était toujours compliqué d’y repenser et d’en reparler, mais à côté c’était la façon qu’il avait pour ne pas oublier trop vite. Son chapeau n’était plus là pour le lui rappeler. Il chassa le désagréable souvenir du mage Cole en train de mourir et tenta de se concentrer sur le présent. Ses membres humides, ses vêtements, le poids de son existence lourde qui le maintenait sur la réalité. Sa lèvre inférieure trembla légèrement avant de se remettre à regarder par la fenêtre, ne prêtant plus attention à la femme. « Je ne suis pas mage, je suis ce que Cole aurait aimé être. Lui mais… Normal. »

Il reposa les yeux sur la jeune femme sans gêne particulière par rapport à son accoutrement. L’esprit se demandait tout de même quelle genre de mission l’avait menée à défier les montagnes pour atterrir à Fort Céleste, ce qui semblait être sa destination. « Vous souhaitez rejoindre l’Inquisition ? » Sans doute pouvait-il aider avec cela. Pour une raison que Cole ignorait, l’Inquisiteur venait lui parler quelques fois et l’écoutait sans le traiter de démon comme d’autres personnes.

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 8 Oct - 12:18
Jessëan aurait pu dire qu'elle avait affaire à un faible d'esprit, mais il y avait quelque chose de trop sensé en ce bien étrange bonhomme pour qu'il fût juste idiot. Elle avait entendu parler de ces personnes qui vivaient dans leur monde et qui parfois, arrivaient à connecter avec la réalité. Ceci expliquerait beaucoup de choses, même si cela ne faisait que soulever d'autres questions. La première étant sûrement de savoir ce que l'Inquisition pourrait faire d'un autiste. Mais bon, elle n'était pas l'inquisiteur. Elle espérait qu'il savait mieux qu'elle. D'un autre côté, cela expliquerait aussi pourquoi le monde était aussi mal barré, si les alliés de l'inquisiteur étaient des « zarbes ». Pas étonnant que Coryphéus voulût changer tout ça.

- « Le loup ? Quel loup ? C'est quoi, cette histoire de loup ? » finit-elle par demander. Ce n'était pas la plus urgente des questions, mais c'était à peu près la seule chose concrète que Cole avait bien voulu lui raconter jusque là. La seule chose qui avait un tant soit peu de sens. Mais l'homme ne lui répondit pas et s'en alla.
Jessëan soupira. C'était bien de son karma, tiens, de tomber sur l'idiot du village. Et là voilà bloquée dans un lit pas forcément confortable, sans ses affaires. Grimaçant et grognant, la métisse se mit à bouger, balançant ses jambes sur le côté, frissonnant quand ses pieds touchèrent le sol gelé de l'infirmerie. C'était beaucoup plus psychologique que physique. Être découverte, sans habits certes, mais sans armes et sans informations, sans souvenir non plus de derniers instants... elle était démunie. Et bizarrement, des larmes perlèrent au coin de ses paupières. Bien entendu, Jess blâma le froid : maintenant, la voilà à attraper un rhume.

Cole revint, étrangement... et ô miracle, avec sa tunique. C'était déjà un début. La jeune femme l'enfila, sans se soucier de remettre une bande de poitrine pour le moment. Quant à sa propreté, c'était toujours mieux que ce qu'elle aurait eu si elle était arrivée suante à l'inquisition. Même si, techniquement, elle ne se serait pas présentée suante à l'inquisition, puisqu'elle était supposée espionner tout ce beau monde.
Pendant qu'elle s'habillait, son interlocuteur tenta de lui expliquer ce qui devait être le sens profond de la vie. La sienne, en tous les cas. Ce qui en quoi il échoua misérablement, mais peut-être parce que Jessëan n'était pas la plus subtile des personnes, et peu à même de lire entre les lignes. Quand elle voulait, elle pouvait être douce et sensible, mais en ce moment, elle était trop à fleur de peau pour se soucier de quoi ce que fût. Elle n'avait même pas conscience que c'était l'étrangeté de Cole qui la perturbait au point de dire n'importe quoi. Il provoquait en elle cette tendance à dire la première chose qui lui venait à l'esprit, comme un écho à sa propre vérité dénudée.

- « Je voiiiis. » Autant dire qu'il avait parlé pour ne rien dire. Jessëan se frotta l'arrête du nez, comprenant bien que si elle voulait quelque chose, elle allait être bien plus... définie dans son choix de mots. « Très bien Cole.. Merci pour la tunique, mais je voudrais le reste de ma tenue. Mon pantalon, mes bottes, mon sac. » Elle énuméra sur ses doigts, fixant l'homme droit dans les yeux – autant que possible, parce qu'il semblait parfois ne pas être là – pour être certaine qu'il comprenait. Tout de même, trois choses à ramener, ça devrait être possible, même pour lui. Peut-être était-il un Apaisé ? Elle avait entendu parler des mages à qui on avait retiré l'intelligence, ou un truc du genre. N'ayant jamais mis les pieds dans une tour, et sachant que cette pratique était très peu répandue dans les hauts cercles tevintides qu'elle avait jadis fréquentés, Jessëan ne savait pas exactement ce que « apaisé » voulait vraiment dire. 0« Enfin, si ce n'est pas trop vous demander. Vous avez peut-être autre chose à faire... » Elle se reprit tout de même. Pour avoir été esclave, la brunette se refusait de traiter les autres comme ne serait-ce des serviteurs corvéables à merci. Cole pouvait avoir une mission, des patients, des... trucs... Personnellement, elle ne lui confierait pas la garde d'un cochard, mais c'était elle.

- « Hein ? Moi ? A l'Inquisition ? » répéta-t-elle, très surprise par sa question. « Je ne crois pas, non. » Elle retint de justesse le « mais ça ne va pas, non ? » qui aurait été un véritable cri du cœur. « Je ne suis pas douée pour les travaux de groupe. Je suis plutôt une solitaire. » Ce n'était pas un mensonge, mais ce n'était pas la vérité entière. C'était surtout que Jessëan n'avait aucune conviction profonde qui la poussait à s'impliquer dans un conflit qui finalement, ne la concernait pas du tout. Les histoires politiques n'intéressaient que les grands de ce monde, ceux qui avaient tout à perdre lors d'un changement de dogme. L'avantage de ne rien n'avoir était qu'on se baladait les mains dans les poches et que les choses ne changeaient pas, qu'importe qui était assis sur le trône. La seule chose qui pourrait motiver Jessëan serait un Enclin, mais on en sortait d'un, si elle avait tout bien compris. Les probabilités que de son vivant, un autre archidémon s'éveilla étaient faibles. Et même si... Puisque Coryphéus se disait vouloir devenir le Dieu de ce monde, quelle meilleure occasion pour lui de prouver sa divinité et ses pouvoirs que de se friter un dragon ultra puissant et d'en faire des confettis ? Personnellement, Jessëan serait bien plus à même de lui confier son âme s'il la lui sauvait, cette âme.

- « Mais j'avoue que je suis curieuse. Je n'ai pas la moindre idée de ce qui se passe vraiment. Ça semble être sérieux, cette histoire. Mais je ne sais pas ce que l'Inquisition est ou n'est pas. Vous êtes un pays ? Une organisation comme les Gardes des Ombres ? Vous avez des uniformes, un but, des objectifs ? » L'art de se raccrocher aux branches. Jessëan n'en croyait pas ses propres oreilles. Voilà qu'elle allait espionner à l'air libre. Mais c'était pourtant une bonne solution.Enfin, selon elle.
PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
— PSEUDOs : Nine
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : 3j/semaine
— MISSIVES : 30
— DC&TC : Aaron
— PRESTIGE : 173
— CRÉDITS : Destinyapostasy, taciturn-sunday, direstone

— ICONE (100x100) : — NATIONALITÉ : Féreldien
— ÂGE : On ne sait pas.
— PROFESSION : Assassin
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Dagues
— AMOUREUSEMENT : //
— O.SEXUELLE : Ace
Posté Dim 22 Oct - 13:01

ft. Jessëan

“That's much sadder. But yes. Calm, comfort, as the cold takes him.”

Pavé de Bonnes Intentions

Thorn ne se souvenait du pas du loup, mais d’un autre côté, elle n’avait pas été vraiment consciente lorsqu’il était arrivé. Assit sur la paillasse à côté, de façon un peu recroquevillée, comme s’il ne voulait pas qu’on le remarque d’une façon générale, ce qui était vrai, Cole écouta la jeune femme. Elle ne semblait pas le prendre pour un démon, et c’était plutôt agréable puisqu’en racontant son histoire, ou du moins une partie d’elle dans ce cas-là, les gens changeaient de comportement envers lui. Thorn ne comprenait peut-être pas tout, mais elle comptait sur lui pour l’aider et Cole ne comptait pas la décevoir. « Je dois retrouver mon chapeau, mais je peux aider. »

Quand elle énuméra le reste de ses affaires, l’esprit prit note dans sa tête. A présent elle souhaitait avoir le reste de sa tenue, ce qui était normal en y repensant. Peu de personnes au sein de l’Inquisition marchaient avec simplement une tunique, sans armure ni arme. Cole se rappelait vaguement où avaient été entreposé chacun des objets et cela prendrait sans doute un peu plus de temps puisque les gens les déplaçaient parfois. Mais il ferait de son mieux et hocha la tête simplement. Lorsque Cole lui demanda si elle avait fait tout ce chemin pour rejoindre l’Inquisition, Thorn avait eu une réaction pour le moins inhabituelle.

Les hommes et les femmes venant au sein de l’Inquisition étaient souvent accompagnés d’une immense foi ou d’un courage, avec des yeux qui brillent. La jeune femme n’avait pas les yeux qui brillaient de la même lueur, et elle semblait surprise que Cole puisse penser cela. Mais l’esprit ne pensait pas qu’il pouvait avoir beaucoup de raisons pour faire tout ce chemin jusqu’ici, si ce n’était pas pour rejoindre l’Inquisition. Thorn disait qu’elle était plutôt solitaire et Cole se demanda si le travail de groupe était obligatoire au sein de toutes les fonctions de l’Inquisition.

En tout cas, même si elle ne voulait pas y rentrer, Thorn était très intéressée par le sujet. Les questions qu’elle lui posa étaient compliquées et le jeune homme était certain de ne pas pouvoir y répondre comme il le faudrait. De son point de vue l’Inquisition transcendait la géographie. Mais étaient-ils si éloignés des Gardes des Ombres ? Cole regarda ses mains pour répondre. « Le but est d’aider. Comme les Gardes des Ombres avant qu'ils blessent les gens. » Il releva les yeux vers Thorn, incertain de pouvoir trouver plus de mots. Il y avait la guerre entre les mages et les templiers, les Gardes des Ombres, les Venatoris, beaucoup d’objectifs, que Cole comprenait mais n’était pas vraiment la meilleure personne pour en parler. Il continua en se levant. « Cullen l’explique mieux. »

Cole disparut à nouveau pour rechercher les différentes pièces d’équipement pour Thorn. A vrai dire tout était au même endroit, l’esprit n’avait juste pas pensé qu’il fallait tout ramener puisque la tunique semblait avoir été la première raison de sa gêne apparente. Pour une raison que le jeune homme ignorait à nouveau. Tout avait été trempé par la neige, mais voilà que tout était à présent sec et disposé à être porté à nouveau. Cole réapparut donc quelques minutes plus tard, les affaires dans ses maigres bras, avant de les poser sur la paillasse de la jeune femme. Le tout plié correctement, chose qui semblait se faire, les bottes au-dessus.

Il en profita pour reparler du loup, une histoire qui ne semblait pas être très clair dans l’esprit de Thorn. « Effondrée dans la neige, proie au loup affamé. La musique inconnue s’essoufflait… Je l’ai tué, et je vous ai amené. Il ne saignera plus sur vos vêtements. » Cole détourna le regard à la dernière phrase, baissant la tête un peu, triturant ses doigts gantés. Le loup ne saignerait plus sur personne, puisqu'il était mort.

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Dim 22 Oct - 16:57
Plus il parlait, plus Jessëan se rendait compte qu’il avait une logique à lui, exceptionnellement particulière. Ce n’était pas qu’il déblatérait sans aucun sens, c’était qu’il fallait mettre ensemble tous les éléments parlés, vus et ressentis, pour comprendre. Un peu comme il fallait attendre la toile finie pour apprécier la tapisserie qui n’était jusqu’alors qu’un réseau de fils. Seul le tisseur connaissait le motif et ses nœuds et entrelacs n’avaient de sens que pour lui. Jusqu’à ce que le tout soit suspendu devant votre nez.

Alors qu’elle remettait ses habitats et quelques pièces de son armure – pas la peine de se harnacher complètement alors qu’on était censé venir en paix – Jessëan eut enfin une idée de ce qui c’était passé. Un loup, et Cole qui l’avait aidé, perdant son chapeau au passage.
- « Je suis désolée pour votre couvre-chef. J’espère que vous le retrouverez. Merci pour votre aide. » Malgré elle, elle frissonna. Jess se savait mortelle et vu sa ligne de travail, la mort viendrait sûrement plus tôt que tard. Mais l’idée de mourir sous les dents d’un animal affamé était de nature à la dégoûter. Etre à ce point démunie... Par contre, savoir que son cadavre certes pourrirait dans un coin perdu de Theldas, mais servirait partiellement à aider une créature de la nature... Elle n’irait pas dire que c’était réconfortant, mais il fallait avouer que c’était une mort autrement plus utile qu’une lame dans les reins au détour d’une ruelle puante de Dénérim. Ça devait être son sang elfique. La métisse était une enfant de la ville, et serait incapable de traquer quoi que ce soir, mais elle avait en dépit de tout un certain appel de la nature en elle.

- « Je vais donc voir ce Cullen. » Comment pouvait-elle savoir que « Cullen » était le chef des gardes de l’Inquisition ? Cole avait donné son nom comme s’il s’agissait d’un copain. Si tant était qu’il avait des amis. Comment pouvait-on se lier à quelqu’un d’aussi étrange et étranger ? Ce n’était pas une méfiance, mais un manque de confiance, de la même manière qu’on ne confiait pas une lourde responsabilité à un gosse de six ans. On savait qu’il ne pourrait pas tenir la distance. Et Cole, dans son étrangeté, renvoyait un sentiment semblable. Si ça se trouvait, au milieu d’une bataille, il pourrait quitter le combat pour aller lécher des pierres, parce qu’une idée puissante 10 000 avait surgi dans son cerveau. Il serait le premier désolé, en se retournant, de retrouver ses collègues tous trucidés. Ça lui ferait une belle jambe, d’avoir trouvé une source de souffre, à ce moment..

Claudiquant, grimaçant à chaque fois que son genou était malmené par un geste trop brutal, Jessëan quitta l’infirmerie, saluant Cole une dernière fois d’un signe de la main. Son barda était sur son épaule. Arrivée à l’Inquisition, oui... mais certes pas au bout de ses peines.
L’aventure commençait maintenant.

- THE END -
PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum