Dragon Age : Les Légendes de Thédas

PROCHAIN NIV. :
Lucrecia BlanchecolombeA la merci du Loup  [PV Ragnar] D3ku
Lucrecia BlanchecolombeA la merci du Loup  [PV Ragnar] D3ku
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— PRÉSENCE : 4-5 jours sur 7
— MISSIVES : 198
— DC&TC : Elian'Ha - Aerandir - Catherina
— PRESTIGE : 333
— PAIRING & OTP : Reystair ~
— CRÉDITS : Me
A la merci du Loup  [PV Ragnar] Tumblr_owm7hlzCMg1vh691no1_r1_500
— ICONE (100x100) : A la merci du Loup  [PV Ragnar] Tumblr_inline_oomtxvIrOQ1s5rjl0_100 — NATIONALITÉ : Je suis tout ce qu'il y a de plus Orlésienne. bien que je ne suis pas passionnée par le Noble jeu ou les intrigues politiques.
— ÂGE : J'ai 28 ans, tout en arrivant lentement vers mes 29 ans. La vie est courte et longue en même temps.
— PROFESSION : Je suis la Grande Prêtresse de Val Firmin. En gros je suis la chef de cette chantrie. Bien que je sois en dessous de la défunte Divine. Paix à son âme...
— FACTION : Comme je vous l'ai dit plus haut, étant la Grande Prêtresse, je fais partie de la Chantrie.
— ARMES : Je considère le trident que je garde avec moi comme mon arme. C'est une sorte de lance si vous préférez. Néanmoins, je ne m'en sers qu'en dernier recours.
— AMOUREUSEMENT : Je n'ai personne. On va dire que je suis fidèle à Andrasté et à la Cantique de la Lumière.
— O.SEXUELLE : Je ne suis pas fermés aux nouvelles découverte, malgré le fait que pour le moment, j'ai été plus attiré par les hommes que par les femmes. La race m'important peu.
Posté Lun 28 Aoû - 17:40


A la merci du Loup
Anders & Ragnar | flashback DE DIX ANS

Anders vagabondait à droite et à gauche en se faisant le plus petit possible. Il fuyait les Grey Warden Et les Templiers qui le recherchaient. Son voyage l'avait justement conduit à Anderfels. Il connaissait tellement bien cet endroit… Mais il n'y avait aucun bon souvenirs pour lui. Quoi d'ailleurs ? La grange qui a brûlé par sa faute ? Son père qui le regardait comme si c'était un monstre ? Ou les templiers qui vinrent le capturer ? Sa tendre enfance avait été heureuse jusqu'à ses douze ans… Puis tout avait tourné au vinaigre. S'arrêtant dans un village, il regarda les habitants vivre leurs vies comme ils le pouvaient. Certains étaient en train de jouer, d'autres de travailler. Il était midi passé et chacun digérait le repas qu'il venait de manger.

Alors qu'il allait passer son chemin, le mage entendit un bruit de combat. Des personnes étaient en train de se battre. Prenant son arme de mage, il se dirigea vers les bruits en poussant les buissons et les branches basses des arbres. Plus il marchait, plus le son devint plus fort. Quand il fut sur la scène de la bataille, Anders ouvrit de grands yeux. Il y avait du sang partout et des corps de templiers au sol. La personne qui avait fait ça, avait fait un carnage. Oh bien sûr, cela ne dérangea pas le seul homme encore vivant sur la scène. Ce n'était que des templiers après tout.

Mais qui pouvait faire cela ? Lançant un regard aux alentours, il comprit : un mage. Il y avait des traces de brûlures et l'herbe brûlait encore à certains endroits. Il siffla, impressionné par la force du mage. Comment il pouvait le savoir ? Le feu et les brûlures faisaient plus penser à de la magie qu'à des bombes. Ensuite, il y avait cette atmosphère si particulière à la magie quand elle venait d'être utilisé. Il n'aurait su l'expliquer, mais c'était un mage. Anders en était sur et il aurait donné sa main à couper. S'il avait tort, il était même prêt à se laisser capturer s'il avait tort. C'était pour dire.

Il releva la tête en entendant de nouveau les bruits de combats s'éloigner et il accéléra l'allure espérant y arriver à temps. Il ne savait pas combien il y avait de mage, mais il y avait beaucoup de Templiers. Trop pour un seul mage d'ailleurs. Ils devaient donc être deux…. Au moins. Ainsi, quelle ne fut pas sa surprise quand il vit qu'au final il n'y avait qu'un seul mage. Magnifique soit-dit en passant. Bien qu'en très mauvaise posture. Se ressaisissant et se plaçant de façon à ne pas être vu des templiers, il plaça son bâton en face de lui et commença à aider le mage en difficulté.

Les templiers maîtrisés, il se dirigea à pas rapide vers le blessé, le regardant. Il était vraiment beau. Trop beau. Ses magnifiques cheveux blancs en cascade sur ses épaules, ses yeux d'un ambre mielleux et profond. Oui. Il était beau. Malgré les cicatrices et malgré les blessures apparentes. C'était horrible à dire, mais cela rajoutait à cet homme un je ne sais quoi qui le rendait irrésistible. Une chose attira son attention sur le physique de ce jeune homme: ses yeux. Après une plus longue observation, Anders se rendit compte que ses yeux ressemblaient à ceux des chats. Ils avaient les pupilles en fentes.

Il se demanda ce qui avait pu se passer pour que son regard aient cette apparence. Comme ses cheveux d'ailleurs maintenant qu'il y pensait. Le blond s'arrêta sur cette pensée: était-il possédé par un démon et si c'était le cas étais-ce un piège ? Son regard descendit de nouveau sur le mage blessé et il fut tiraillé entre le laisser ou l'aider. N'ayant pas trop le temps de réfléchir, il choisit la deuxième option. Il ne pouvait s'imaginer le laisser là, à la merci des templiers. Soupirant, il secoua la tête, ne voulant plus penser à ce qui pourrait arriver. Advienne que pourra. Il aida l'homme à se relever, passant son bras autour des hanches du blanc, celle de ce dernier autour des épaules du plus vieux.  Il se mit à marcher pour fuir la zone, entendant déjà au loin les cris et les pas des templiers qui se ruaient vers eux.

《 — Vous allez bien ? Je vais vous aider !

Le blond se plaça de façon à pouvoir supporter le poids de l'homme blessé, avant de voir les templiers qui commençait à l'agacer. Quand ils étaient collants, ils l'étaient. Il murmura un:

《 — Foutez le camp!

Avant de prendre son bâton, le tendant droit devant lui et lançant un sort de feu, les brûlant tous d'un coup. Il souffla ensuite sur une mèche de ses cheveux, la replaçant derrière ses oreilles avant de se relever avec l'autre mage, passant son bras autour de son épaule. Il posa son autre main sur le torse de ce dernier à un endroit où il n'était pas blessé, sentant par la même occasion ses muscles saillant.

Finissant de se relever, il regarda l'homme, commençant à marcher doucement vers le seul endroit où il pouvait aller : dans une petite cabane qu'il occupait, pas très loin. Pour y arriver désormais, il fallait que les templiers les laissent tranquille, car sinon Justice, ou plutôt Vengeance interviendrait et ça ferait mal. Très mal. Si bien qu'il était pas sûr que l'autre mage survive vu son état.






"Si dans les ténèbres tu sombres, dans la lumière tu renaîtras et c'est dans cette lumière que tu puiseras la force qui te fera avancer. Alors relève toi, tiens-toi droite et avance vers ton destin Grande Prêtresse"
PROCHAIN NIV. :
Glorfindel Mien'HarelA la merci du Loup  [PV Ragnar] D3ku
Glorfindel Mien'HarelA la merci du Loup  [PV Ragnar] D3ku
Lord of revassan ⊱ Mien'harel
— PSEUDOs : Pendräagon
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Présent.
— MISSIVES : 269
— DC&TC : Reyner Cousland (+) Seth.
— PRESTIGE : 207
— CRÉDITS : phobs (+) moi
A la merci du Loup  [PV Ragnar] 9tcb
— ICONE (100x100) : A la merci du Loup  [PV Ragnar] 9xb3 — NATIONALITÉ : Dalatien et descendant direct de Shartan.
— ÂGE : Glorfindel possède dix neuf ans.
— PROFESSION : Leader du mouvement Mien'Harel, chef de la cité Revassan.
— FACTION : Mienh'Harel, évidemment : les elfes rebelles.
— ARMES : Deux sabres dalatiens.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.
— O.SEXUELLE : Bisexuel.
Posté Lun 18 Sep - 19:25


A la merci du Loup
Anders & Ragnar | flashback DE DIX ANS

Le bruit du fer qui se croisait retentissait dans le bosquet tandis que la pluie labourait le sol de par sa puissance. Il m'était impossible de me dégager la vue sans risquer de me prendre un coup fatal en plein cœur car j'aurais alors été distrait par ce que j'aurais été en train de faire : je me retrouvais à me battre avec des mèches de cheveux trempées qui me collait le visage et qui me condamnait à redoubler de prudence.
Mes pieds me faisait reculer sous les assauts de mon assaillant, et je marchais alors sur le cadavre d'un des templiers : sous la véhémence du moment, je me mis à tituber pour finalement tomber contre ce corps sans vie, poussant un râle de douleur dans le même temps. J'eu à peine la possibilité de relever mon visage que je senti l'acier de l'arme de mon ennemi me mordre la chaire, m'arrachant un cri sous cette sensation affligeante. Mes yeux regardaient cette épée qui avait transpercée ma cuisse comme si j'étais en train de fixer la mort en personne. Le monde autour de moi sembla s'assombrir tandis que la violence dont était animée cette douleur me permettait de sentir mon sang battre dans mes veines jusque dans mes tympans, me donnant l'impression d'être accablé d'une surdité aigu. Sans réfléchir, je levais ma main avec vivacité, un hurlement accompagnant mon geste : je balançais alors une vague de feu, la plus puissante qu'il m'était permis d'invoquer, désireux de sauver ma vie.

L'herbe et les buissons prirent feu autour de moi, alors que les templiers — dont celui qui m'avait sauvagement tailladé la jambe précédemment — se retrouvaient brûlés vifs, leurs cris s'évanouissant lorsqu'ils perdirent connaissance. Mon regard parcourait le paysage autour de moi comme si je voulais trouver quelque chose en particulier, mais je cherchais en réalité à comprendre où mon combat et mes blessures m'avaient porté. Ma raison et mes pensées étaient embrouillées tandis qu'un épais brouillard m'empêchait de garder les idées claire : je me sentais partir loin. Très loin.
Ma main saisit la garde de l'épée plantée dans mon membre avec une lenteur propre à mon épuisement jusqu'à ce que j'entende des cris venant de l'horizon : le reste de la troupe des templiers qui essayaient de m'achever. C'est donc avec le cœur battant la chamade sous la panique que je m'étais retiré d'un coup sec l'arme blanche de la cuisse, hurlant à l'unisson : je me levais alors, me retrouvant bien vite à cloche pied, me forçant même à user de ma jambe qui saignait abondamment pour aller plus vite, l'une de mes mains posée sur la blessure qu'un autre de ces salopards m'avait faite au niveau du bassin.

Dans la précipitation et en tentant d'échapper aux templiers armés jusqu'aux dents qui m'avaient dans leur ligne de mire, arcs bandés, épées brandies ; mon pied s'empourpra dans ce qui était semblable à de la terre battue transformée en boue par cette averse tumultueuse, me faisant faire un vole plané pour rencontrer violemment le sol. Mes râles de douleurs accompagnaient ceux de mes ennemis qui, eux, criaient sous l’afflux d'adrénaline qui les animait : je tournais ma tête avec vélocité pour regarder plusieurs flèches voler vers moi, effaré par la vision d'horreur qui s'offrait à moi.
Poussant un gémissement de surprise, mon bras bougea comme par réflexe et j'envoyais une nouvelle slave de flamme afin de carboniser les carreaux avant qu'ils n'arrivent jusqu'à moi : la pluie atténuant mes sorts, l'une d'entre elles survécut et se planta dans la même cuisse où je m'étais précédemment fait embroché par l'épée d'un des templiers : nouvelle grimace, nouveau cri. Mon sang se mêlait à la boue tandis que mes cheveux, collés à mon visage et tantôt d'un blanc d’albâtre étaient souillés de ce liquide rubis et de la terre contre laquelle je m'étais étalé plus tôt.

Je voyais déjà ma fin sonner. Je percevais la silhouette de ces hommes au cœur de glace s'approcher, et tandis que tout mon être me hurlait d'utiliser ma magie du sang, je ne pouvais enlever l'image d'Avalaach de ma tête, lui et son sourire si réconfortant, me forçant à agir de manière la plus "juste" possible : j'avais pourtant déjà fait tant de victimes avec cette sorcellerie, pourquoi étais-ce quand j'étais sur le point de décéder que je me résignais à ne point en user ? Je n'ai tout simplement plus de force. La force de quoique ce soit. Après tant de semaines de traque hostile, si peu d'heures de sommeil, le moral décadent... J'avais les bras plus bas que terre.
Pourtant, si vous suiviez le sang sur le sol à plusieurs lieues de cela, vous pouviez remarquer que j'avais déjà bien sollicité mon pouvoir. Je ne voulais pas prendre le risque de me faire rattraper par la corruption qui de temps à autres me pendaient au nez tant je me reposais sur cette source de force inimaginable qu'étais la magie du sang. je ne veux pas finir possédé. Je m'y refusais tout bonnement.

Mes yeux se plissaient puis clignaient vivement, comme pour me garder éveillé : chose bien difficile étant donné que le manque de sang me glaçait de haut en bas, tremblant et ensommeillé. C'est alors que je le vis au loin. Mon sauveur. Un homme à la chevelure blonde et armé d'un bâton. Non, pas un simple homme : un mage.
Je voyais ses slaves d'énergie repousser les templiers, tuant certains sous la violence du choc. Alors que je reprenais mon souffle tout en me tordant difficilement afin de me redresser — bien que je n'y arrivais tout bonnement pas, me retrouvant à me tortiller lentement au sol comme un ver de terre —, mes yeux se relevèrent vers l'homme blond qui se rapprocha de moi jusqu'à arriver à mon niveau, se penchant vers ma personne. Mon premier réflexe fut d'avoir un sursaut de recul à la manière d'un animal sauvage et hostile, toisant avec un regard apeuré ce mage qui venait pourtant de me sauver la vie.
《 — Vous... Vous êtes un mage...
Vous allez bien ? Je vais vous aider !
N-non je peux m'en sortir tout seul.
Mes mots sortaient eux aussi par automatisme, et ma fierté était toujours d'une entrave dangereuse. Mais heureusement pour moi, le mage aux cheveux blonds se pencha afin de agripper fermement. Je poussais un râle de douleur, l'inconnu me soulevant avec lui : j'essayais d'user du peu de force que j'avais dans ma jambe intacte afin de ne pas m'écrouler, la sueur et la pluie ruisselant de mon front habillée de liquide rubis.
je grognait à l'intention de mon sauveur, mes yeux en fente se faisant menaçants et hostiles. J'étais en réalité totalement apeuré car je ne contrôlais plus rien. Je n'avais jamais fais confiance à qui que ce soit, et même si la situation était grave, ma nature reprenait toujours le dessus. Ma voix rauque et essoufflée continuait de propulser mes phrases comme des boulets de canon.
《 — Non, je vous ai dit que c'était bon ! Laissez moi, je ne veux pas de votre aide !
Nous pouvions distinguer la forme de templiers qui accouraient alors vers nous. Je ne me souvenais pas avoir été pourchassé par autant d'hommes... Bon sang, mais qu'est-ce qu'ils faisaient tous ici ? Depuis combien de temps ils me suivaient, je le savait, mais en revanche, je n'en connaissais pas le nombre. La Chantrie me voulait donc mort à ce point là ? Après m'avoir effacé de l'histoire, après avoir souillé le nom d'Avalaach et de tous mes proches de la tour brisée d'Anderfels ?
Mes yeux s’écarquillèrent quand je vis le sort du mage carboniser tous les templiers face à nous. Il semblait posséder la même spécialité que la mienne, ou alors c'était un mage puissant et redoutable qui était polyvalent. Qu'en sais-je ? Je m'en fichais bien de toute manière. Ma colère grimpa en flèche, me sentant lésé et impuissant, n'ayant pas réussit à faire pareil pour sauver ma peau. J'en voulais à cet homme qui venait de m'épargner d'une mort tragique, et cela était très ingrat de ma part : trop de facteurs s'accumulait en plus de ma froideur naturelle, n'étant pas spécialement friand des politesses et gentillesses... Ni de la reconnaissance envers de parfaits inconnus.
《 — J'aurais pu le faire !
C'est d'un geste violent mais mal calculé que je l'avais séparé de mon corps, rejetant sa précieuse aide : mais seule Andrasté savait à quel point j'avais été stupide. Oh, oui, je suis tellement stupide.
Aussitôt avais-je énoncé mon souhait d'être seul par mes gestes que mon corps entier sombra dans les ténèbres. Comme happé, je titubais avant de m'effondrer contre le sol, mes paupières se refermant sans que je ne puisse les contrôler. Mon sang avait continué de se vider de mon corps durant tout ce temps et cela m'avait conduit à l'évanouissement... Ou pire encore.

Allais-je mourir ? J'en avais bien l'impression.



All my life,
I have been fighting for this.
They try to keep me down but I just get higherII've been up, I've been down. Seen the world from the ground. But I hear the drumming, now my veins are pumping. Scraped my knees, bruised my heart, It's where you end, not where you start. I see them running, cause they see me coming. All my life, I have been waiting, I have been waiting for this.
PROCHAIN NIV. :
Lucrecia BlanchecolombeA la merci du Loup  [PV Ragnar] D3ku
Lucrecia BlanchecolombeA la merci du Loup  [PV Ragnar] D3ku
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— PRÉSENCE : 4-5 jours sur 7
— MISSIVES : 198
— DC&TC : Elian'Ha - Aerandir - Catherina
— PRESTIGE : 333
— PAIRING & OTP : Reystair ~
— CRÉDITS : Me
A la merci du Loup  [PV Ragnar] Tumblr_owm7hlzCMg1vh691no1_r1_500
— ICONE (100x100) : A la merci du Loup  [PV Ragnar] Tumblr_inline_oomtxvIrOQ1s5rjl0_100 — NATIONALITÉ : Je suis tout ce qu'il y a de plus Orlésienne. bien que je ne suis pas passionnée par le Noble jeu ou les intrigues politiques.
— ÂGE : J'ai 28 ans, tout en arrivant lentement vers mes 29 ans. La vie est courte et longue en même temps.
— PROFESSION : Je suis la Grande Prêtresse de Val Firmin. En gros je suis la chef de cette chantrie. Bien que je sois en dessous de la défunte Divine. Paix à son âme...
— FACTION : Comme je vous l'ai dit plus haut, étant la Grande Prêtresse, je fais partie de la Chantrie.
— ARMES : Je considère le trident que je garde avec moi comme mon arme. C'est une sorte de lance si vous préférez. Néanmoins, je ne m'en sers qu'en dernier recours.
— AMOUREUSEMENT : Je n'ai personne. On va dire que je suis fidèle à Andrasté et à la Cantique de la Lumière.
— O.SEXUELLE : Je ne suis pas fermés aux nouvelles découverte, malgré le fait que pour le moment, j'ai été plus attiré par les hommes que par les femmes. La race m'important peu.
Posté Lun 18 Sep - 23:10


A la merci du Loup
Anders & Ragnar | flashback DE DIX ANS

Comme si le danger imminent ne suffisait pas, voilà que le loup montrait les crocs et sortait son venin. Décidément, Anders ne comprendrait jamais ce genre de personne qui dans le besoin rejetaient les autres et se prenaient pour des gorilles. Sauf que, tout animal qu'il soit, il avait des faiblesses et ces dernières le rappelèrent à l'ordre. Si bien que le blond du raffermir sa prise sur le plus jeune tout en continuant de marcher.

Il se mit à regarder avec plus de précisions les blessures du blessé, avant de grimacer. Les salauds ne l'avaient pas loupé… Entre la hanche et la cuisse, il faudrait plusieurs jours à ce dernier pour se remettre. Enfin au moins pour pouvoir marcher, car vu la profondeur, il faudrait plusieurs mois pour que le corps guérisse et pour que les cicatrices remplacent les plaies. Il soupira légèrement, avant d'écarquiller les yeux en sentant qu'on le poussait. Quelle ne fut pas sa surprise en voyant que la personne qui faisait ce geste était celle qu'il tentait d'aider, le faisant tomber sur les fesses.

Sans rien dire, ni bouger au début, le mage le regarda déverser sa colère. Qu'est-ce qu'il connaissait ce sentiment… La haine, la colère, le regret. Tous ses sentiments n'étaient pas indifférent au plus vieux qui soupira de nouveau avant de faire un sourire tendre.

《 — Je ne dis pas le contraire.

Voyant que l'animal commençait à tourner de l'œil, il se précipita pour le rattraper, ne voulant pas qu'il se fasse encore plus mal. Il se jeta à terre en rattrapant le corps inconscient de son partenaire mage. Il grimaça avant de souffler, regardant le beau au bois dormant. Il regarda les alentours, puis se releva en portant dans ses bras le bel endormi. Soufflant, il reprit sa route en portant tel une princesse le blanc, tout en faisant attention à ses blessures.

Après dix bonnes minutes à zigzaguer entre les racines et les rochers, il arriva enfin dans sa maison de fortune, tout en ayant fait attention à l'homme dans ses bras. Ouvrant la porte avec son pied, il se dépêcha d'aller le déposer sur son lit en douceur. Ceci fait, il retourna fermer la porte, avant de prendre tous les outils nécessaires pour soigner. Anders prit le chemin vers la chambre et il mit les ustensiles sur sa table de chevet, avant de déshabiller le blanc en grimaçant. Les vêtements de ce dernier étaient bons à être jeté. Inspirant, il commença à retirer le sang présent sur la peau, tout en appuyant pour arrêter l'hémorragie sur sa cuisse.

Le flux s'étant réduit, il entreprit de le recoudre et de le bander, puis de faire pareille sur sa hanche. La tâche accomplit, il posa sa main gauche sur la hanche et sa main droite sur la cuisse. Le blond ferma les yeux et il commença à réciter des incantations dans un murmure, une lumière chaleureuse et douce illuminant ses paumes et ses doigts. Il se concentra et continua ainsi, essayant de réduire la douleur et la gravité des entailles.

C'est après une heure et trente minutes – soyons précis- qu'il arrêta en se laissant retomber contre la chaise qu'il avait amenée avec les outils. Il commença à battre des paupières, avant de secouer la tête pour rester éveillé. Il regarda l'état du mage, avant de changer ses vêtements après un brin de toilette. Il se leva par la suite et alla préparer à manger. Il rinça, coupa et cuisina les légumes et fit mijoter la viande, tout en s'occupant de la sauce.

《 — Ensuite, je mets la sauce dans la viande... Non, c'est le contraire, la viande dans la sauce et je rajoute les pommes de terre et les carottes ensuite.

Les minutes passèrent et une douce odeur commença à embaumer la cabane. Avec les années passées, Anders s'était bien amélioré en cuisine. Ce n'était pas un pro, mais il s'en sortait. Il mit sa préparation dans un bol, n'oubliant pas d'y mettre une cuillère ; il se dirigea vers la chambre et déposa le récipient sur la table de chevet tout en se posant sur une chaise, souhaitant attendre que l'endormi reprenne conscience. S'il se réveillait. Il avait fait en sorte qu'il s'en sorte, mais le reste ne tenait qu'à lui : soit il survivait, soit il périssait.

Il s'assit sur la chaise, prenant le livre sur sa table de chevet et il commença à le lire. Il se plongea tellement dans sa lecture qu'il oublia totalement le plus jeune dans son lit. Ce n'est pas comme s'il pouvait sortir dans son état, mais vu sa réaction de tout à l'heure, il devait s'attendre à tout.

《 — La suite promet....






"Si dans les ténèbres tu sombres, dans la lumière tu renaîtras et c'est dans cette lumière que tu puiseras la force qui te fera avancer. Alors relève toi, tiens-toi droite et avance vers ton destin Grande Prêtresse"
PROCHAIN NIV. :
Glorfindel Mien'HarelA la merci du Loup  [PV Ragnar] D3ku
Glorfindel Mien'HarelA la merci du Loup  [PV Ragnar] D3ku
Lord of revassan ⊱ Mien'harel
— PSEUDOs : Pendräagon
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRÉSENCE : Présent.
— MISSIVES : 269
— DC&TC : Reyner Cousland (+) Seth.
— PRESTIGE : 207
— CRÉDITS : phobs (+) moi
A la merci du Loup  [PV Ragnar] 9tcb
— ICONE (100x100) : A la merci du Loup  [PV Ragnar] 9xb3 — NATIONALITÉ : Dalatien et descendant direct de Shartan.
— ÂGE : Glorfindel possède dix neuf ans.
— PROFESSION : Leader du mouvement Mien'Harel, chef de la cité Revassan.
— FACTION : Mienh'Harel, évidemment : les elfes rebelles.
— ARMES : Deux sabres dalatiens.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.
— O.SEXUELLE : Bisexuel.
Posté Mar 14 Nov - 18:57


A la merci du Loup
Anders & Ragnar | flashback DE DIX ANS

Je ne saurais dire combien de temps mon esprit vagabonda dans les limbes de l'infini. Mon réveil fut des plus éprouvants : la douleur saisissait chacun de mes membres et mes esprits avaient du mal à se rassembler. La seule chose agréable que je pouvais percevoir —ou plutôt sentir— fut cette odeur de nourriture qui remontait jusqu'à moi. La vue encore floue, mes paupières s'ouvrirent avec hésitation, clignant rapidement des yeux jusqu'à ce que je puisse enfin voir à peu près correctement : je pouvais alors voir mon corps entouré de bandages. Encore épuisé mais tout de même lucide, je me rappelais lentement de ce qu'il s'était passé.
Mes yeux se tournèrent vers la droite et je regardais alors ce même inconnu qui m'avait porté secours. Rapidement, la raison me vint et je tissais des suppositions : il avait du m’amener jusqu'à chez lui et me soigner. Chose qui me déplaisait fortement.
《 — Qu'est-ce que je fais ici ? Où suis-je ?
Durant ces dernières années, je n'avais pu faire confiance à personne. Le peu de personnes à qui j'avais fait appel m'avaient toutes poignardé dans le dos, donc tout me poussait à être prudent, même si la situation me semblait calme.
《 — Si vous croyez que je peux vous payer pour m'être venu en aide, vous vous trompez. Je n'ai rien de valeur sur moi, même pas une seule piécette.
Je m'étais déjà fait volé à plusieurs reprises au cours de mon voyage. Cela m'était même arrivé dans le cercle des Anderfels ! J'avais, encore une fois, toute mes raisons pour être sur la défensive.
Aussitôt dit, mes sourcils se froncèrent et je reniflais de dédain, anticipant les possibles phrase du mage aux cheveux dorés. Je ne pouvais m'empêcher de rajouter avec un ton des plus désinvolte ces quelques mots, censés le dissuader sévèrement de faire un quelconque geste déplacé envers ma personne.
《 — Et si vous me dites que vous m'avez aidé par acquis de conscience, je vous promet de vous couper la langue.
Me fichant bien de ce qu'il avait à me répondre de toute manière, mes yeux tentèrent de trouver où se trouvaient mes affaires : ne les voyant pas, mon agacement monta en flèche et je me retrouvais à grogner sur ma couche, me redressant tout en posant une de mes mains sur les bandages autour de mon ventre —ventre crispé par la faim, torturé par cette odeur de nourriture enivrante—.
《 — Rendez-moi mes affaires que je puisse m'en aller le plus vite possible de cet endroit. Je suis recherché, je risque de gros ennuis si je reste à un point fixe trop longtemps.
D'ailleurs, si j'étais recherché et que les templiers venaient droit sur cet endroit, l'inconnu allait lui-aussi être en grand danger. Je m'en moquais bien, c'était plutôt pour lui mettre la pression afin qu'il me laisse m'en aller comme j'étais venu : rapidement.



All my life,
I have been fighting for this.
They try to keep me down but I just get higherII've been up, I've been down. Seen the world from the ground. But I hear the drumming, now my veins are pumping. Scraped my knees, bruised my heart, It's where you end, not where you start. I see them running, cause they see me coming. All my life, I have been waiting, I have been waiting for this.
PROCHAIN NIV. :
A la merci du Loup  [PV Ragnar] D3ku
A la merci du Loup  [PV Ragnar] D3ku
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum