— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

[Terminé] Cordon bleu et vin paillé [PV : Scipio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 445
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1125

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: [Terminé] Cordon bleu et vin paillé [PV : Scipio] Mar 15 Aoû - 22:46

Quitte à subir des médisances et des ricanements, Mellissandre aurait préféré être chez elle, à Minrathie. Là où elle était en position de force et ou elle pouvait aller aux thermes se détendre quand cela devenait un peu pesant. Honnêtement, elle se fichait bien de ce que ces gens pouvaient bien penser d’elle, les insultes ne la touchait pas mais il était difficile de rester de marbre face à une atmosphère aussi délétère. Entre les rires mesquins des prétendantes de Cullen, la satisfaction des templiers les plus extrêmes et les propositions grivoises d’être réconfortée, elle ne pouvait pas se baladait tranquillement plus de 15 minutes.

Chaque déplacement était donc une épreuve qu’elle affrontait drapée dans la plus altière dignité, soignant particulièrement son apparence pour se sentir reine. Heureusement que son bleu avait été rapidement effacé grâce aux soins d’une guérisseuse et qu’elle pouvait garder la tête haute, plus belle que jamais.

Vêtue d’une élégante robe pourpre, Mellissandre traversait donc la cours de Fort Celeste d’un pas vif mais impérieux en faisant abstraction du monde autour d’elle quand elle fut frappée par une odeur étonnamment alléchante.

Surprise, elle ralentit le pas, humant discrètement l’air pour reconnaître le fumet qui emplissait soudainement ses narines. Sans l’ombre d’un doute, il s’agissait d’une de ses spécialités tévintides préférée. Rien que l’évocation de ce plat la rendait nostalgique et lui donnait faim. En fait, elle n’en avait pas mangé depuis son départ de l’Empire il y a déjà une bonne année, autant dire que l’opportunité était trop belle pour être manquée.

Incertaine, Mellissandre rôda donc autour de la taverne jusqu’à être sûr que c’est bien de là que provenait cette senteur tout droit venu de son pays. Son entrée dans la taverne ne passa pas inaperçu mais fort heureusement, tout le Fort n’était pas rempli d’imbécile et d’extrémistes anti-mage et la plupart repris donc ses affaires sans se soucier plus avant de sa présence. C’était mieux ainsi, sinon elle allait finir par s’habituer à être le centre du monde. Enfin, plus que d’habitude…

S’approchant du tenancier, elle lui fit son sourire le plus chaleureux. Suspicieux face à tant d’amabilité, le nain lui retourna un regard méfiant.

« Mon imagination me joue des tours, où vous êtes en train de cuisiner une Patina de Piris », demanda-t-elle, presque surprise d’entendre sa propre voix prononcé du tévène. C’était dificile à croire mais elle était encore plus suave dans sa langue maternelle.

Le nain la regarda surpris pendant une seconde avant de reprendre son habituel air grincheux.

« C’est pas moi qui cuisine, c’est le petit Scipio », répondit-il ayant manifestement pris sa remarque au premier degré. « C’est 5 pièces de cuivre l’assiette, et elles sont bien remplis », ajouta-t-il ensuite, preuve qu’il avait le sens des affaires.

« Si c’est une vrai Patina de Piris je vous offre une pièce d’argent, mais je veux voir par moi même les ingrédients utilisés », négocia-t-elle en faisant jonglé la pièce entre ses doigts.

Pour être tout à fait honnête, c’est les domestiques qui faisaient la cuisine, elle n’y connaissait pas grand-chose sur le sujet mais elle devait être capable de reconnaître des ingrédients typiques de Tevinter.

Le nain se gratta la barbe puis hocha la tête, confiant en la persuasion de son cuisiner, du moins d’un point de vu gastronomique. Qu’il doive se coltiner une noble réputée insupportable, ça, c’était pas son problème.

« Marché conclu », déclara-t-il donc en lui faisant signe de passer derrière le bar.

Étrangement guillerette, Mellissandre s’exécuta. Elle ne serait probablement pas aussi bonne que celle préparée par leur chef mais le goût était si lointain que cela serait suffisant. Ignorant le regard surprise des serveuses et autres commis, elle fut donc conduit jusqu’à une large table où s’affairer un garçon albinos.

Elle en avait déjà vu des semblables, mais c’était toujours surprenant en vrai. Certaines disaient que le sang était particulièrement utile pour faire des rituels, mais elle n’avait jamais testé. Enfin, pas encore.

« Bonjour », lança-t-elle avec politesse en laissant son regard se promener sur les divers ingrédients. « J’ai ouï dire que vous faisiez de la Patina de Piris », ajouta-t-elle ensuite en tévintide l’air de rien. Elle voulait juste vérifier une petite théorie…

_________________
Reine incontestée du flood et des baignoires  



*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 29
— PRÉSENCE : cf Ewie
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Ewie Ralafërin
— CRÉDITS : Henry-Fire Emblem Awakening
— PRESTIGE : 93

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Fort Céleste actuellement
— ÂGE : 23 ans
— RANG SOCIAL : bâtard soporati d'un magister
— PROFESSION : cuisiner, espion et alchimiste spécialisé dans les poisons
— FACTION : Inquisition
— ARMES : poisons et cuisine divine
— O.SEXUELLE : hétéro
— AMOUREUSEMENT : RAS

MessageSujet: Re: [Terminé] Cordon bleu et vin paillé [PV : Scipio] Mer 16 Aoû - 1:35

La première chose que j’ai faite lorsque j’ai récupéré les clefs des cuisines de la taverne ça a été de laver tout à grande eau et de faire un inventaire complet. Des ustensiles de cuisines en passant par les ingrédients. Résultat des courses: tout est terriblement bancal. Il y a un nombre ridicule de casseroles qui en plus sont d’une qualité déplorable ! Je ne m’en servirai pas comme pot de chambre ! Ensuite les couteaux… Ah, parlons en des couteaux ! Aucun service n’est complet. Certaines lames en plus d’être d’une propreté douteuse sont rouillée, pas aiguisées ou ont juste fait leur temps.  Par le Créateur… Qui est le sombre taré congénital qui pensait pouvoir cuisiner avec ça ?! Y a des claques et des intoxications à un poison de ma composition qui se perdent !
Ensuite les ingrédients. Si ils sont d’une qualité correcte (encore heureux…), niveau diversité pour fournir des repas de qualités variés durant la semaine c’est pas ça ! Il y avait une de ces quantités de patates (et pas que les clients) ! Niveau épices. Il y en a… Du sel. Et du poivre… Je vais aller loin avec ça.
La seconde chose que j’ai faite c’est passer commande pour tout ce qui faisait cruellement défaut à cette cuisine. Et je suis allé emprunter des épices aux cuisines du fort à proprement dit. Et j’ai fait de mon mieux avec ce que j’avais.
C’est à dire: une tonne de patates, de la viande salée et deux commis inexpérimentés… Pour ces derniers je les aient vite mis au pas. Des boulets sont bien la dernière chose dont j’ai besoin. Je n’avais pas trop le choix au niveau du menu: patates et viande. Comme avant mon arrivée quoi. Mais le premier qui dit que les plats que j’ai servi avant l’arrivée de ma commande étaient semblables à ce qui était dans leurs assiettes avant… J’ai quelques petites spécialités très particulières à lui faire goûter…
Les deux gosses m’ont regardés avec de grands yeux quand je me suis mis à leur dicter les étapes. Apparemment mon prédécesseur n’avait pas la même technique que moi, pour ne pas dire pas de technique du tout. Je leur ai fait peler les patates pendant que je désallais la viande et préparais la marinade pour celle ci. Ensuite pendant qu’elle trempait dans le mélange d’épice j’ai coupé les patates avec les mioches, qui ne devaient jamais avoir vu quelqu’un se servir correctement d’un couteau de cuisine et j’en ai profité pour corriger leurs habitudes.  
Les patates ont ensuite rejoint la fonte chauffée et beurrée d’un poêle les faisant revenir avec des gousses d’ails; jusqu’à qu’elles prennent une jolie teinte dorée et que les gousses soient confites. La viande remplie de parfums et découpée en cubes a rejoint une autre poêle huilée où elle a gentiment grésillée jusqu’à ce qu’elle soit à point. Et on sert les deux en même temps avec une bière bien fraîche.
Bien entendu ça a fait un choc à tout le monde de manger quelque chose de bon dans cette gargotte. Mais une fois le choc passé le succès à été en rendez-vous.
Il y a vite eu plus de monde pour commander à manger. Et si le menu était d’une splendide monotonie, personne ne semblait s’en plaindre, sauf moi. Le charme de la nouveauté sans doute.
Enfin, mes commandes sont arrivées assez vite et on a enfin pu passer aux choses sérieuses. Chaque jour un menu différent, pas de redite dans la semaine voir sur deux. Là c’est devenu intéressant, je pouvais me permettre beaucoup plus de choses. Et rajouter des desserts. Je faisais des plats des quatres coins de Thédas. Du porc rôti à la bière féreldienne aux poivrons farcis antivans, en passant par l'omelette au fromage orlésienne, un potage névaran (dont j’ai tû que la viande était du lézard) et bien entendu quelques plats typiques de Thévinter.  La taverne ne désemplit pas, ce qui est bien pratique pour récolter quelques informations en passant entre les tables pour servir les clients ou juste prendre de leurs nouvelles. Je dois avouer que pour le moment mon activité de taupe n’est pas ma priorité j’ai encore trop à faire en cuisine les commis n’étant pas encore rodés. Et je pense qu’il va falloir en trouver un ou deux de plus si ça continue comme ça. Donc un ou deux à mettre à l’heure et à former en plus.
Quand à ma chère et tendre petite soeur, qui est une des raisons principales de ma venue. S’approcher d’elle pour potentiellement lui planter un couteau dans le dos de façon plus ou moins imagée… Revanche maternelle, vengeance attendue depuis deux bonnes décennies, tout ça tout ça…
Je n’ai pas eu l'occasion de la voir en chair et en os, et disons que je ne suis pas particulièrement pressé de le faire. Il va de soit que je me plierais aux exigences de mère, mais il ne sert à rien de brusquer les choses. Et si je ne la voit pas j’en apprend quand même de belles sur elle. Ce ne sont pas les rumeurs qui manquant à son sujet. Et mes commis sont deux vraies pies doublées de commères.
D’après ce que j’ai compris ma petite-soeur adorée est d’une beauté éblouissante et à une foule d’admirateurs. Mais aussi de rivales. Apparemment la charmant enfant a mis le grappin sur la coqueluche de ces dames et le héros des soldats: Cullen Rutherford. Ou Bouclettes comme l’appelle certains. On parle d’un amour passionné et tragique. Mais impossible, le genre de romance qui conduit fatalement à une tragédie et qui inspire les bardes pour des générations. Mais on dit aussi qu’il s’agit en réalité d’un horible maléfice que la dame Alirius tient le bel sous sa coupe grâce à un sombre sortilège interdit tiré des grimoires ensanglantés de la mage Tévintide. Ce qui n’est pas inintéressant, mais je doute quelque peu de la fiabilité de ces informations. En connaissant les méthodes des magisters et des mages ambitieux de notre bel Empire je ne doute pas une seconde que ma altus de cadette ne soit pas étrangère à la magie du sang pour arriver à ses fins. C’est un peu une tradition nationale que de massacrer des gens pour obtenir ce que l’on désire. Après est-ce le cas ici ? Je n’ai aucun moyen d’en être sûr.

-... Et là le Commandant l’a frappée !

-Noooon ????

-Si ! Comme je te le dis ! D’après Joan elle en menait pas long ! Moi je dis que c’est bien fait.

-Oh arrête! Moi je trouvais que c’était une belle histoire c’est dommage… Mais peut-être qu’il font semblant pour préserver leur amour des menaces de l’extérieur ! Ce serait siii romantique !

Oh par Andrasté… Ils sont encore dessus ces deux là ? Et c’est tellement mièvre et sirupeux comme idée que je pourrais en faire des sels sucrés et du caramel ! Et en plus ils tirent au flanc les deux commères ! Non mais dites donc !

-Non mais dites donc c’est pas bientôt fini les commérages ?! Espèce de petites vipères ! Et bougez vous un peu les miches ! Toi finis moi d’éplucher ces poires ! Et les oeuf vont pas se battre tout seuls ! Regarde moi ça, la compotée est presque froide! Dépêche-toi de finir de les battre et met moi tout ça au four !

Les commis se figent et se remettent immédiatement au travail soucieux de ne pas recevoir de nouveau mes foudres. Bien. Il n’y a pas que les oeuf qu’on peut fouetter et battre dans une cuisine…
En tous cas en voilà une information intéressante… Ainsi donc ma soeurette s’est faite rejetée par le Commandant… Intéressante mais qui n'éclaircit pas grand chose. Par contre il y a quelque chose d’assez satisfaisant de savoir que celle qui a toujours tout eu, se voit ainsi privée d’un objet d’envies. Et devienne ainsi l’objet des moqueries de Fort-Céleste. Un plaisir tout personnel.
Les poires épluchées et épépinées je les coupent en dés. Que je mélange ensuite avec le vin paillé,le miel de romarin, l’huile d’olive, la cannelle (on peut aussi mettre du cumin, mais j’ai fait un plat avec la veille), la muscade et le garum. Du vrai garum, de première qualité, importé directement de Tévinter. J’ai été bien clair avec mes larbins: ils en renversent ne serait-ce qu’une goutte. Et je fais en sorte qu’ils s’en souviennent même extrêment vieux entourés de leurs arrières-arrières-petits-enfants à gagatter devant la cheminée. Parce que c’est une véritable Odyssée que de s’en procurer aussi loin dans le Sud ! Surtout de cette qualité.
Clovis sort une fournée de patinas qu’il s’empresse d’aller mettre au frais dans le cellier. Le dessert s’y trouve aussi. Un Apothernum qui refroidis depuis cet après-midi, ainsi il sera bien frais lorsque les premières commande arriveront. Il ne faut pas hésiter à prévoir les choses en avances en cuisine. Du moins autant qu’on le peut. Alors que je termine la composition de la marmite que Célia va aller mettre à mijoter à feu doux et que Clovis ressort avec la première fournée tiédie de ramequins que je vais légèrement poivrer avant qu’elles ne soient expédiées en salle où elles disparaîtront en quelques minutes. Une voix résonne très polie, délicate, féminine. Et qui enchaîne en tévintide nonchalamment. Ohohoh ! Célia ouvre de grands yeux et Clovis se renfrogne. Eh bien les dames Tévintides dans l’Inquisition ne courent pas les rues, surtout avec des émules pareilles chez mes deux larbins.
Eh bien soeurette, il semble que le Destin ait décidé qu’il était temps que nous nous rencontrions. Je souris et me permet un rapide regard vers celle qui a eu tout. Je ne peux me permettre de trop le laisser traîner. Ce ne serait pas correct et assez louche aussi.
De ce rapide et superficiel examen j’en retire que: 1-Effectivement ma soeur est très belle. Superbe même en toute objectivité. Mais au point de séduire n’importe qui… Non. C’est fortement exagéré. Quoique je ne suis s’en doute pas objectif, puisque la simple idée d’être sous le charme de celle qui partage mon sang me donne envie de vomir.
2-Elle n’est pas comme je me l’imaginais. Quoique je ne sais pas comment je me l’imaginais. Pas telle qu’elle se tient devant moi c’est certain.
3-Je ne reconnais rien du visage de notre père. Ce n’est pas comme si j’en gardais un souvenir très vif. Non c’est plus une purée de pois ou de la tapenade. Maisje n’ai rien. Aucun flash. Elle doit plus tenir de sa mère, comme moi.

-Effectivement. Je prépare une Patina de Piris du feu d’Andrasté!

Je lui offre un sourire enjoué avant d’éclater de rire. Une plaisanterie typiquement tévintide.
Le patron nous regarde avec de grands yeux avant de secouer la tête en soupirant.
L’humour de l’Empire dépasse rarement ses frontières il faut croire. Surtout quand il est question du bûcher d’Andrasté.
Je reprends mon travail de poivrage, tout en foudroyant du regard mes commis pour qu’ils retournent au travail. Et plus vite que ça !
Et la présence de ma légitime de soeur se révèle vite encombrante autant pour mes larbins que pour les serveuses. Oh Créateur… Une cuisine embouteillée devient vite un Enfer et un lieu propice à toutes sortes d’accidents. J’aimerais éviter à avoir à gérer des blessés ou pire. La perte d’une de mes préparation.

-Prenez un siège je vous en pries. Je désigne du menton un des meubles calé contre la table. J’ose espérer que vous aimez l’Apothernum. J’en ai du bien frais dans le cellier, même si il n’est malheureusement pas possible de le déguster à la sortie des thermes.

Je pose le poivrier sur la table et commence à monter les assiettes. Le regard admiratif et remplis d’étoiles de Célia sur l'héritière Alirius ne m’échappe pas. On dirait qu’elle a une de ses héroïnes de ballades favorites devant les yeux.
Ah oui c’est un peu le cas. Ma petite Célia si tu savais ! Il n’y a pas qu’une histoire d’amour tragique autour d’elle. Non, il y a bien d’autres drames. Dont un dont je suis l’acteur principal.

-Célia cesse de bailler aux corneilles comme ça, et va plutôt voir si le bouillon a pris et si c’est le cas tourne la clystère! et n’oublie pas de vérifier la cuisson des patinas !

La gamine sursaute, honteuse de s’être fait prendre sur le fait et se dépêche d’aller vérifier l’état du bouillon. Clovis lui nettoie le plan de travail avant d’aller faire la plonge. Non sans toiser ma soeurette d’un regard plus noir encore qu’un Magister en face d’une merde de Qunari. Bon au moins il lésine pas sur l’huile de coude. Même si je le soupçonne d'imaginer qu’il est en train de frotter l’adorable visage de Méllisandre avec un économe rouillé. Comme je le comprends ! Enfin je ne vais pas laisser perdre une telle énergie !

-Tu me feras la plonge quand tu auras fini. Et je veux pouvoir me voir dans le fond des casseroles et sur les couverts !

Des ustensiles propres voilà une chose importante en cuisine. Je dépose la dernière assiette qui ne vas pas tarder à se faire emporter par les serveuses. Bien on va avoir un peu de calme avant que d’autres commandes arrivent.
Je souris de nouveau à ma chère visiteuse inespérée.

-Eh bien dame Alirius c’est un plaisir de faire votre connaissance. Que me vaut le plaisir de votre délicieuse présence dans ma cuisine ?

Oui ma soeur que me vaut la joie de te croiser après tout ce temps ? Je dois avouer que je suis curieux de savoir quel genre de personne tu es.

_________________

Parle en #660099

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 445
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1125

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: [Terminé] Cordon bleu et vin paillé [PV : Scipio] Sam 19 Aoû - 1:31

La patina de piris n’était pas le plat le plus répandu hors de Tevinter, aussi Mellissandre avait d’emblée soupçonné que le chef soit tévintide malgré ses traits plutôt clair. Toutefois, elle pouvait désormais être sûre que c’était bel et bien le cas, car non seulement, il lui répondit en tévène, mais en plus il la gratifia d’une expression typique de leur pays. Le genre de blasphème dans la Chantrie du Sud qui aurait fait pâlir Mère Giselle si elle l’avait entendu. De son côté, bon public, Mellissandre lâcha un petit rire, décidément un peu heureuse d’avoir un morceau de son pays devant elle.

Le nain les regarda d’un air méfiant mais incapable de comprendre un mot il finit par soupirer et se retirer en grommelant de ne pas oublier son argent en repartant. Acquiesçant, Mellissandre lança donc un regard intrigué au plat en train d’être préparé, regardant le chef incontestablement dextre avec ses ustensiles. Inconsciente qu’elle gênait, elle ne se fit toutefois pas prier lorsqu’il lui désigna une « table », du moins un agencement sordide qui faisait office de.

Elle n’avait pas tout à fait prévu de manger dans ces conditions, mais c’était sans doute mieux que d’être le centre des regards. S’installant gracieusement, avec autant de dignité que si elle était dans un restaurant 5 étoiles, Mellissandre lui jeta un regard indéchiffrables quand il annonça l’apothernum. Elle n’était pas particulièrement adepte de la cuisine, elle mangeait parce que cela été nécessaire, faisant de son mieux pour garder la ligne, restait tonique et éviter les anémies. Toutefois, avoir été privée si longtemps de son pays la rendait plus vorace et l’évocation de ce dessert, lui aussi typique, lui mis l’eau à la bouche.

« J’aime beaucoup », commenta-t-elle donc avec un sourire devant tous ses plats prometteurs qui n’étaient que plus appétissant d’être là sous son nez, leur fumé emplissant déjà ses narines.

Toutefois, elle n’était pas la seule a être émerveillée par ce qu’elle voyait, une des commis du jeune chef la dévisageait avec un sourire admiratif. Dans la mesure où ça changeait du mépris, de la crainte ou de la lubricité, Mellissandre n’était pas trop gênée d’être ainsi le centre du monde. Elle lui retourna donc un sourire aimable et enjoué qui acheva de faire chavirer la jeune demoiselle. Malheureusement, son bonheur fut de courte durée car, alors qu’elle allait entamer la conversation, Scipio la rabroua sèchement, lui rappelant qu’elle avait des tâches à faire.

Derrière son air un peu fragile et plutôt jeune, le chef débordait d’autorité, c’était presque surprenant. D’ailleurs, son autre assistant ne tarda pas à être lui aussi assigné à une nouvelle tâche alors qu’il lui lançait des regards moins sympathiques. Étrange, d’habitude c’était plutôt les femmes qui étaient jalouse et contrariée et les hommes prompt à oublier ses prouesses sentimentales.

Toutefois, avant qu’elle n’ait eu le temps d’approfondir la question, le maître des lieux revint avec un sourire, déclarant quelques banalités pour faire la conversation. Elle ne s’était pas encore présentée mais elle était devenue une telle célébrité à Fort Celeste que ce n’était même plus la peine. En fait, le jour où elle croiserait quelqu’un qui ne la reconnaissait pas, là, elle serait réellement surprise.

« Eh bien, c’est la délicieuse odeur qui émane de vos plats qui m’a attiré jusqu’ici », répondit-elle, reprenant volontairement l’adjectif qu’il avait employé pour la désigner, un peu comme pour lu renvoyer l’ascenseur à sa manière.

Elle n’avait pas beaucoup d’allié ici, autant être aimable avec ceux qui ne la haïssaient pas. Et qui étaient de chez elle en plus.

Lorgnant sur le plat qui était bientôt finis, elle ajouta d’ailleurs : « Je dois dire que tout cela est bien alléchant. Je n’aurais jamais cru tomber sur une telle spécialité ici… Cela fait longtemps que vous êtes là ? », demanda-t-elle avec gentillesse.

Elle n’avait pas beaucoup fréquenté la taverne depuis son arrivé, mais elle pourrait regretter cette décision s’il s’avérait qu’il préparait ce genre de petits plats tous les jours. En tout cas, si la pristina de patina et le dessert était à la hauteur de ses espérances – c’est à dire, aussi bon qu’ils en avaient l’air – elle était déjà prête à proposer une collaboration spéciale à Scipio. Après tout, rien ne l’interdisait de travailler pour elle aussi, d’être son cuisinier attitré à l’Inquisition. Quel rêve cela serait de pouvoir déguster une sucrerie dans sa baignoire…

_________________
Reine incontestée du flood et des baignoires  



*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 29
— PRÉSENCE : cf Ewie
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Ewie Ralafërin
— CRÉDITS : Henry-Fire Emblem Awakening
— PRESTIGE : 93

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Fort Céleste actuellement
— ÂGE : 23 ans
— RANG SOCIAL : bâtard soporati d'un magister
— PROFESSION : cuisiner, espion et alchimiste spécialisé dans les poisons
— FACTION : Inquisition
— ARMES : poisons et cuisine divine
— O.SEXUELLE : hétéro
— AMOUREUSEMENT : RAS

MessageSujet: Re: [Terminé] Cordon bleu et vin paillé [PV : Scipio] Sam 19 Aoû - 19:19

Hum, polie et aimable pour le moment. Au moins tu ne traites pas d’emblée les gens comme des chiens soeurette. Après la façon dont tu les perçois, je ne peux pas encore me prononcer dessus. Il faudra du temps, mais nous verrons celà en temps et en heure. Je n’ai pas besoin de m’étendre sur le fait qu’elle ne semble guère surprise de sa célébrité. En Tévinter il faut toujours être au courant des bruits qui courent sur vous, et de qui les lancent. Question de survie et de stratégie, en particuliers quand on côtoie les hauts cercles du pouvoir. Mère en est très soucieuse, je suppose que ma soeur elle aussi a dû prendre le coup auprès de ses parents Magisters (donc encore plus soucieux que mère).
Je souris à ma soeur, pour lui montrer que son compliment est bien reçu, sincèrement bien reçu j’aime bien me faire mousser.

-Vous m’en voyez ravi noble dame. Je ne suis guère habitué à ainsi attirer des personnes de votre marque. Ni de votre élégance dans mon modeste domaine. Bien peu des puissants de notre nation s’aventurent dans de tels lieux. Encore moins les dames.

Vrai, jamais en temps normal une fille de Magisters, Altus qui plus est ne serait allé dans les propres cuisines de sa maison. Mère avait déjà failli m’en interdire définitivement et complètement l'accès enfant, lorsqu’elle espérait encore que je manifeste des aptitudes à la magie. Alors une petite princesse mage née avec une cuillère en argent dans la bouche et
langée dans de la soie…
Enfin ça ne l’empêche pas d’avoir des vues sur l’assiette que je suis en train de préparer. Ma soeur est-elle gourmande ? A voir.
Ah, on cherche doucement des informations. Toujours avec gentillesse sans traiter le monde comme des chiens. C’est appréciable, très appréciable. Surtout pour quelqu’un avec un passif comme le mien, enfin je pense qu’à part certains tordus tout le monde apprécie de se voir témoigner un peu de gentillesse et de respect.

-Vous avez bien raison. Lorsque je suis arrivé on ne pouvait décemment par qualifier de “nourriture” ce qui sortait de ces cuisines. Alors de la diversité dans le menu et des choses un peu exotiques ! Vous auriez eut plus de chances de tomber sur les cendres d’Andrasté.

Et je ne parle pas d’un personnel bien formé et compétent. J’ajoute les derniers détail à l’assiette, le riz pilaf aux noix et aux raisins secs (avec un peu d’abricot). Et je tends l’assiette à mon “invitée” avec un sourire. Et des couverts aussi. Sinon elle serait bien embêtée.

-Vous m’en direz des nouvelles. Pour ce qui est de mon arrivée c’est assez récent… Deux ou trois semaines, Ciel c’est passé vite.

Oui c’est vrai, j’ai eu tellement à faire pour rendre cet endroit décent que je n’ai pas vu le temps passer. Mes poisons dorment toujours sagement dans leurs cachettes, précieuses petites armes qu’il me faudra user avec parcimonie puisque je ne pourrais sans doute plus en refaire durant tout mon séjour à l’Inquisition. Que le chef Tévintinde soit un empoisonneur qualifié c’est vraiment trop louche. Je ne donnerais pas cher de ma peau si ça venait à se savoir. De toutes façons ma priorité numéro une du moment c’est de me rapprocher de ma soeur. Autant par devoir que par intérêt personnel.
Je prend une chaise et m’assied en face de ma petite soeur, après avoir vérifié que les deux larbins bossaient bien. Célia continue de temps à autres un regard admiratif vers l’Altus et Clovis foudroie ses casseroles du regard à défaut. Mais ils ne tirent pas au flanc et ne semblent pas sur le point de déclencher une catastrophe. Pourvu que ça dure.

-Alors ? Je m'enquiers à propos de la bouchée qu’elle vient délicatement d’enfourner dans sa bouche, tout en gestes mesurés et gracieux.

_________________

Parle en #660099

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 445
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1125

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: [Terminé] Cordon bleu et vin paillé [PV : Scipio] Sam 19 Aoû - 22:04

Heureusement pour elle, Mellissandre ne pouvait pas confirmer les propos du cuisiner. Le Créateur l’avait préservé de la nourriture infâme qu’il décrivait, même si on ne pouvait pas franchement dire que celles du château était vraiment bien non plus. Enfin, depuis qu’elle était dans le sud, son palais habituée aux plats de fins gourmets s’était quelque peu affadit. Question de survis.

Sa blague la fit légèrement rire, elle la trouvait plutôt à propos quand on savait que l’Inquisition s’était formé sur les cendres de Darse, anciennement lieu sacré qui abritait ces fameuses cendres miraculeuses. Elle se demandait bien ce qui était advenue d’elles d’ailleurs.

Il était arrivé à peine après elle et la coïncidence était plutôt amusante. Ceci dit, peut-être que sa présence lui avait permis de passer un peu inaperçu. Il y avait trop de tévintide pour qu’on puisse tous les détester un par un. Elle servait en quelque sorte de bouc émissaire.

Sans plus attendre, elle fut servie, et le plat final brilla sous ses yeux comme un trésor enfoui. Soudainement, affamé, elle prit dignement les couverts entre ses doigts et piocha une petite fourchette équilibrée qu’elle porta lentement à sa bouche. Presque cérémonieusement. L’heure de vérité avait sonné.

Avec ses airs de grande noble, elle mâcha consciencieusement sa bouchée – manger lentement était la clef de sa ligne – puis, alors que son interlocuteur s’impatientait, elle lui lança un sourire tout à fait évocateur.

« Délicieux. A vrai dire, je ne sais pas si ma mémoire me joue des tours mais je ne crois pas avoir déjà mangé une Patina de Piris aussi bonne », le complimenta-t-elle avec sincérité alors qu’elle le regardait dans les yeux.

« En fait, il ne manque qu’un bon verre pour relever le tout », ajouta-t-elle avec un air légèrement facétieux. Un bon chef savait toujours quel alcool servir avec ses plats après tout. Oui, jusqu’au bout elle jouait le jeu de la cliente de grand restaurant. Il était évident qu’elle aimait se faire servir, mais il n’en demeurait pas bien qu’elle était enchantée par ce plat. D’ailleurs, il ne fit pas long feu car elle le dévora avec appétit – mais une retenue toute altière - tout en continuant de faire la conversation.

« Vous avez beaucoup d’autres talents comme celui-ci ? », demanda-t-elle toujours aussi aimable alors qu’elle penchait un peu la tête sur le côté. « Parce que si c’est le cas, je me demandais si vous accepteriez de vous occupez de mes repas... Vous seriez dûment payer bien entendu », conclu-t-elle en lui lançant un regard intense, preuve qu’elle ne plaisantait-t-elle pas. De toute façon, la rumeur de sa richesse n’était plus à faire…

_________________
Reine incontestée du flood et des baignoires  



*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 29
— PRÉSENCE : cf Ewie
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Ewie Ralafërin
— CRÉDITS : Henry-Fire Emblem Awakening
— PRESTIGE : 93

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Fort Céleste actuellement
— ÂGE : 23 ans
— RANG SOCIAL : bâtard soporati d'un magister
— PROFESSION : cuisiner, espion et alchimiste spécialisé dans les poisons
— FACTION : Inquisition
— ARMES : poisons et cuisine divine
— O.SEXUELLE : hétéro
— AMOUREUSEMENT : RAS

MessageSujet: Re: [Terminé] Cordon bleu et vin paillé [PV : Scipio] Sam 19 Aoû - 23:32

Mon plat est accueilli d’un sourire resplendissant qui provoque une bouffée de contentement dans mon torse. La fierté caractéristique de voir sa cuisine appréciée, surtout quand c’est sincère. Elle marque des points la petite soeur.
Hum, effectivement un petit verre ne serait pas de trop. Célia et Clovis se débrouillent encore très bien seuls.

-J’ai justement un petit vin qui conviendrait à la perfection.

Je parle avec un sourire complice sur les lèvres avant de me lever pour prendre dans le cellier une bouteille bien fraîche de vin blanc. Un bon crû d’une production qui fait des perles en Orlais. Sa saveur est douce et sucrée, voilà qui ira à merveille avec la patina et le riz pilaf. Je reviens donc avec la bouteille et deux verres. Il n’y a pas de raisons que je n’en profite pas moi aussi. Voilà de quoi porter un toast au Destin qui vient de me faire rencontrer ma tendre soeur. Oh un toast silencieux mais un toast quand même.
Je débouchonne habilement le vin et le verse dans les verres.
Si il est clair que la dame apprécie d’être servie, son éducation qui veut ça, il est tout aussi limpide que la patina de piris l’est tout aussi. La pauvre chose ne fait pas long feu, bien que sa fin soit toute en élégance malgré tout.
Oh petite soeur j’ai aussi le talent de fabriquer toute une myriades de petites choses qui si j’avais voulu t’auraient été fatales sans que personne ne puisse rien soupçonner, ou presque, si seulement j’en avait mit dans ton verre ou dans l’assiette que tu as autant appréciée. Mais je me doute bien que ce n’est pas de ce genre de chose qui t’intéresse, et de toutes façons je ne vais pas le crier sur tous les toits. Non, si je veux mourir j’ai tout un arsenal de produits bien plus efficaces et rapides que ça.
Je souris gentiment à ma soeur.

-Ma chère si je ne savais que faire de la patina de piris et de l’apothernum je serais un bien piètre cuisinier.

Je bois une petite gorgée de vin, vraiment pas mauvais. En voilà une opportunité en or, qui va me donner un peu de travail supplémentaire mais je ne peux décemment pas passer à côté. Il faut que je la saisisse par les cheveux.

-Et c’est avec plaisir que j’accepte votre offre. J’offre un grand sourire à ma future employeuse. Néanmoins j’aimerais régler quelques détails avec vous avant si vous le voulez bien. Tout d’abord j’aimerais continuer de travailler à la taverne, si cela ne vous indispose pas bien sûr, je doute que les clients soient ravis de se voir priver des nouveaux menus. Et puis ainsi j’ai déjà un lieu de travail assez fonctionnel. Ensuite pour vos repas, voulez vous des menus particuliers ? Si c’est le cas il va falloir que les matières premières soient payées de votre poche, un soucis d’éthique pour le gérant de la taverne. Avec qui il va sans doute falloir voir pour un dédommagement, même symbolique pour l’utilisation de ses locaux. Et enfin, pas la moindre des choses : mon salaire.

Je sirote une petite gorgée de vin. Hum, vraiment un bon crû.

-Célia ! Sers donc une coupe d’aphothernum à dame Méllisandre.

Célia s'exécute et revient avec une coupe maladroitement dressée du dessert que j’observe d’un oeil critique.

-Pour ce qui est de la vitesse rien à dire, par contre rappelle moi de vous faire revoir pour ce qui est de la présentation. Mais pour une taverne c’est très bien ma grande. Je tempère mes remarques d’un sourire. Allez donne un coup de main à Clovis pour la plonge.

Je reporte toute mon attention sur Méllisandre. Prêt à écouter ses objections et ses propositions

_________________

Parle en #660099

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 445
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1125

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: [Terminé] Cordon bleu et vin paillé [PV : Scipio] Lun 21 Aoû - 1:00

Et voilà qui aurait cru qu’en se levant ce matin, Mellissandre se retrouverait à jouer les marchandes de tapis avec un cuisinier en dégustant une spécialité tévintide. Oui, très précis comme situation, et fort original.

En tout cas son interlocuteur avait de la suite dans les idées et alors qu’elle pensait qu’il serait surpris par son audacieuse proposition, il se montra étonnamment pragmatique, grappillant le moindre centime possible. Etait-il un peu radin. Un peu étonnée, Mellissandre écouta néanmoins ses doléances avec un petit sourire en coin.

Il ne fallait pas la sous-estimer. Elle était l’héritière d’un empire marchand, même si la gestion de leur flotte commerciale n’avait jamais été sa priorité. On attendait d’elle qu’elle consolide l’aspect politique plus que financier, celui-ci semblait déjà se porter très bien, sans doute grâce à leurs antiques lien avec la guilde marchande naine.

« Bien entendu, vous pouvez conserver votre emploi ici, tant que mes repas sont préparés en priorité », négocia-t-elle témoignant là de l’habitude de passer avant tout le monde. En soit, ça n’avait rien de surprenant vu son statut et elle le méritait. « Surtout vu comme je compte vous payer grassement », ajouta-t-elle avec un sourire complice fort entendu qui fit grincer des dents le commis. Manifestement, cela l’agaçait qu’elle utilise ainsi son argent, s’accaparant son chef en un claquement de doigt. Mais peut-être était-il un peu jaloux aussi, lui qui n’en avait jamais eu beaucoup…

« En outre, je suis curieuse de voir ce que vous allez me préparer, donc je ne ferais probablement pas trop de commande spécifique, mais je suis néanmoins d’accord pour payer les aliments de ma poche si cela peut m’offrir une meilleure qualité et des saveurs inattendues », concéda-t-elle en croisant les jambes alors qu’elle s’appuyait contre le dossier de la chaise. Soudainement devenue reine de cette cuisine rustique alors qu’elle sirotait tranquillement le reste de son vin. « Par contre, hors de question que je paye des royalties ici. Vous pouvez cuisiner dans celle du château s’il vous pose problème », asséna-t-elle finalement.

Elle sourit à la dénommée Célia qui s’échinait à monter le dessert sous l’oeil alerte de Scipio et ses remarques sévères.

« Vous êtes adorable, merci », la remercia-t-elle néanmoins avec un de ses sourires angéliques qui fit rosir de plaisir la demoiselle. De la bonne nourriture et une potentielle alliée, de quoi se revigorer un peu non ?

En tout cas, le dessert était à la hauteur du plat et elle le savoura lentement avec toute l’élégance qui lui avait été donné par des années d’entraînement. Finalement, elle se leva après s’être galamment essuyée les lèvres.

« Bien, puisque nous avons un accord me semble-t-il », déclara-t-elle sans vraiment s’assurer que cela était le cas mais il aurait été fou de refuser. « Je vous attends demain midi : surprenez-moi », conclu-t-elle avec un sourire aussi encourageant que provoquant.

A ces mots, elle s’inclina gracieusement, sourit une ultime fois à la demoiselle, mais aussi au commis qui fut légèrement déstabilisé par son amabilité, puis, elle paya le nain qui gérait la taverne avant de sortir sous les regards surpris des clients : ils avaient oublié qu’elle était là.

_________________
Reine incontestée du flood et des baignoires  



*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 29
— PRÉSENCE : cf Ewie
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Ewie Ralafërin
— CRÉDITS : Henry-Fire Emblem Awakening
— PRESTIGE : 93

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Fort Céleste actuellement
— ÂGE : 23 ans
— RANG SOCIAL : bâtard soporati d'un magister
— PROFESSION : cuisiner, espion et alchimiste spécialisé dans les poisons
— FACTION : Inquisition
— ARMES : poisons et cuisine divine
— O.SEXUELLE : hétéro
— AMOUREUSEMENT : RAS

MessageSujet: Re: [Terminé] Cordon bleu et vin paillé [PV : Scipio] Ven 25 Aoû - 23:45

Bien, les conditions que me donne ma tendre soeur sont plus que raisonnables, elle paye il est normal qu’elle passe en priorité surtout que je ne devrais pas avoir trop de soucis avec la préparation de ses plats. Une question d’organisation et j’ai deux commis.
Je répond à son sourire complice, ce n’est pas tant l’argent soeurette que les occasions de t’aborder sans que tu ne te doutes de rien qui m'intéresse (même si des petits bonus pour mettre du beurre dans les épinards et dans une bourse de secours je ne crache pas dessus). Clovis ne semble guère apprécier cette perspective, sans doute l’idée de trimer potentiellement pour la Dame Alirius spécialement. Bon va falloir le briefer pour qu’il ne crache pas dans les plats qui lui seront destiné. Question de principes. A part des poisons je ne tolère aucun corps étranger dans mes plats.
Hum, faire dans la diversité et dans la qualité n’est pas un soucis au contraire. C’est un plaisir, et ne pas avoir de demandes tous les jours c’est la cerise sur le gâteau. Avoir carte blanche… Le pied. Je lui offre un sourire rempli de malice. Oh oui ma petite soeur fais moi confiance tu vas voyager avec ma cuisine. Je sais déjà ce que je vais te préparer pour demain. Petit déjeuner du pain perdu aux framboises et une carafe de jus de fruits avec quelques fruits frais (sans doutes des poires, des pommes et du raisin). Peut-être une coupe de fromage blanc avec un peu de confiture ? Midi une salade de carottes aux piments et au cumins, des feuilles de lotus garnies au poulet et au riz gluant avec des petits pains au poulet et aux légumes, et en dessert une tartelette aux cerises. Et le soir une soupe de nouilles et de boulettes de poisson avec des bouchées de crevettes à la vapeur, et un fondant au chocolat avec sa crème fouettée à la vanille et ses macarons.
Ah, ça risque de poser problème si le gérant l’apprend… Changer de cuisine demanderait un temps d'adaptation énorme et risquerait de me mettre dans une situation délicate…
En plus ça voudrait dire… Sortir. Dehors. En pleine journée. Sous le Soleil. Donc me trimbaler mes gants, un chapeau et une ombrelle… Et sans doutes des coups de soleil… Andrasté non ! J’ai donné pour ça !
Donc il va falloir acheter le silence des larbins… Pour Célia vu les grands yeux emplis d’admiration et ses joues rosissant de plaisir c’est facile. Il suffit de la laisser porter un repas ou deux à Méllisandre et de faire montre d’un peu de tolérance si elle s’attarde. Dans la limite du raisonnable.
Clovis par contre… La crainte seule est une mauvaise tactique. Par contre lui graisser aussi un peu la patte avec le salaire de ma soeurette (avec Célia), ça pourrait effectivement le calmer un peu.
Ma soeur a pris des allures de reine dans la cuisine. Qu’elle s’y croit maîtresse si elle veut, mais ce serait une erreure d’oublier que celui qui en a véritablement les reines c’est moi. Et qu’elle ne sait rien de moi.
Si tu étais au courant de mon identité je doute que tu aurais mangé ce que je viens de te servir ma soeur adorée. Encore plus en connaissance de mes capacités alchimiques.
Je répond à son sourire défiant et encourageant. Par un sourire léger et allègre, sûr de soi et ravi de relever un défi.

-Je vous assure que je suis plein de surprises ! Vous verrez, on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre.

Doublement vrai. Mais ça on va attendre encore un peu avant de te le montrer dans toute sa force.

_________________

Parle en #660099

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Terminé] Cordon bleu et vin paillé [PV : Scipio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Impossible de trouve le reseau nabaztag, le lapin est bleu
» Solitary Sojourn ou la magie du bleu
» [Jeu Flash]Faire des hauts faits avec un elephant bleu :p
» Zéliä, la mage à peau bleu.
» Le fond bleu autour des textures qui veut pas être transparent sur DoomBuilder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Fort-Céleste :: Les cours du Fort; :: taverne-