— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

Et le pion bouffe le cavalier [Pv. Cullen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
Drama lover à moustache ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Naël
— MISSIVES : 39
— PRÉSENCE : Quand je veux d'abord
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Andras Garadh
— CRÉDITS : Moi
— PAIRING & OTP : Cullissandre / Adoribull
— PRESTIGE : 10

— NATIONALITÉ : Tevinter
— LIEU D'HABITATION : Bibliothèque de Fort-Céleste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Mage altus, paria, ...
— PROFESSION : Dévoreur de livres
— FACTION : INQUISITION
— ARMES : Je lance des livres sur les gens
— O.SEXUELLE : Gay comme un pinson
— AMOUREUSEMENT : OUVERT A TOUT FLIRT

MessageSujet: Et le pion bouffe le cavalier [Pv. Cullen] Ven 4 Aoû - 19:37

Fort-Céleste, chapitre 1Ft. Cullen Rutherford
Et le pion bouffe le cavalier
« Une femme par-ci, par-là, c’est de bon ton
Et les concessions n’ont jamais rien perdu
Puis, comme dit l’autre, à chacun son dû
Et les femmes ont, mon dieu, droit à notre gloire
Soyons-leur doux,
Entre deux coups
(Puis revenons à notre affaire).
Ô mes enfants bien aimés, vengez-moi
Par vos caresses sérieuses
Et vos culs et vos nœuds régals vraiment de roi,
De toutes ces viandes creuses
Qu’offre la rhétorique aux cervelles breneuses
De ces tristes copains qui ne savent pourquoi.
Ne métaphorons pas, foutons
Pelotons-nous bien les roustons
Rinçons nos glands, faisons ripailles
Et de foutre et de merde et de fesses et de cuisses. »


S’il y avait bien un soupçon de talent dans la littérature féreldienne, c’était pour trouver pareil poètes. A Tevinter, surtout en tant que nobles, l’on se faisait rapidement lapider en public pour tenir de tels propos. Et puis trouver quelconque mécène désirant investir dans pareille œuvre, cela ne se trouvait guère dans tous les coins de rue. Si le poète trouvait son bonheur, la plupart de ses livres étaient ouvertement critiqués, et sa personne avec.

Cela était bien dommage. Perdre de tels talents dans les méandres de l’inconnu. S’il y avait bien une chose que se jurait de faire le nécromancien s’il s’avérait qu’un jour il reviendrait au sein de l’Empire, c’était d’ouvertement déclarer qu’il serait mécène de n’importe quel poète qui écrivait ce type de talent sur leurs feuilles. Il s’en ferait un devoir, et ce avec joie. Enfin, cela n’était guère le sujet : une lettre traînait sur sa petite table de bois, d’ordinaire surchargée de divers ouvrages. Bien évidemment, elle était déjà lue, mais seulement trois mots l’y intéressaient : une mage Tévintide. Ça, pour une surprise. Une chose de certaine, le nécromancien avait hâte d’en discutailler avec son commandant préféré.

Le délai de rentrée que Rutherford avait énoncé venait de toucher à sa fin. Cela était tant mieux, le mage Altus ne pouvait attendre davantage de savoir qui était cette « mage Tévintide ». La curiosité y était pour beaucoup, mais également un soupçon de méfiance pouvait s’y flairer. Dorian avait un mauvais pressentiment, mais il valait mieux la jouer tranquille et économiser ses questions : la plupart du temps, le commandant répondait à trois interrogations à la fois, et ce sans le savoir. Autant le laisser raconter son récit sans aucun doute palpitant.

Adorant quand le suspens se tenait au devant de la scène, le fils de Magister sortit de ses quartiers sans trop se presser et prit les escaliers descendants pour se rendre au point de rendez-vous : un tête-à-tête avec le commandant Cullen, il ne fallait être en retard pour rien au monde. Ainsi au rez-de-chaussée, parcourant d’un œil habile les diverses peintures sur les murs, Dorian prit la porte qui menait droit aux remparts. Bien heureusement pour lui, cela lui évitait de croiser monsieur x ou madame y et d’ainsi perdre du temps en discussion. On l’attendait.

Un vent frais soufflait sur les remparts. Le paysage était toujours à en couper le souffle – sans vilain jeu de mots –, avec ses monts infinis qui se perdaient dans l’horizon. Le soleil déclinait déjà. Ce n’était pas comme si Dorian eut l’impression d’être à peine la fin de matinée – ce que le temps passait plus vite quand l’on avait une quelconque occupation. Ce climat et ce paysage différait de chez lui, enfin : quelle importance aujourd’hui. Tout cela était derrière lui, bien qu’inoubliable. Dorian secoua la tête. On l’attendait.

Les remparts qui le séparaient du commandant étaient rapidement franchis si l’on s’en donnait la peine. Alors, comment allait-il le saluer, cette fois ? C’était une très bonne question. Dorian s’arrêta devant la porte et en profita par ailleurs pour remettre ses cheveux en place et se lisser la moustache avec deux doigts habiles, puis il saisit la poignée, la posture droite, le sourire arrogant, et ouvrit la porte.

Personne. Et voilà, il était encore auprès de ses soldats à les entraîner jusqu’à pas d’heure. Quel commandant investi dans son travail. Cela lui laissait tout le loisir de s’amuser à visiter la pièce, comme toutes les fois où il était là. Des lettres traînaient sur le bureau, comme d’habitude, mélangés à d’autres papiers sans doute plus importants. Mais il y avait bien en ces lieux quelque chose de plus palpitant à observer avec la minutie la plus totale : sa bibliothèque.

La plupart des ouvrages parlaient de stratégies de guerre, mais d’autres, plus fins, ne contenaient que des histoires ou poèmes de Férelden. De temps à autre, il lui arrivait d’y jeter un coup d’œil, mais son catalogue n’était guère à son goût. Enfin, peut-être l’avait-il renouvelé entre temps. Après une fouille minutieuse, le voilà nez-à-nez avec une couverture qui lui était inconnue. Curieux avant tout, Dorian s’en saisit et l’ouvrit aussitôt. La couverture était lisse et épaisse, agréable au toucher. Les pages semblaient usées quelque peu, mais cela faisait tout son charme. En première page, en grandes lettres, était affiché son titre « Les mésaventures d’un Tal-Vashoff et d’un templier ». Tiens, cela avait l’air amusant à lire.

On l’interpela. Alors, dans un mouvement souple, Dorian se tourna vers la personne qu’il attendait de pieds fermes. Les choses sérieuses allaient enfin pouvoir commencer.

Oui, je suis également content de vous voir. Vous m’avez manqué, commandant. Puis-je vous emprunter cet ouvrage ? Je vous le rendrai tout prochainement.


En premier lieu, le nécromancien lui adressa une petite courbette de salutation puis, se lissant sa moustache et le fixant d’un air malicieux, s’approcha d’un pas lent mais calculé vers Rutherford. Toujours penser à soigner ses entrées ou salutations diverses, davantage avec les plus simples. Une fois tout cela fait, Dorian saisit une chaise et s’installa en face de son bureau, la jambe croisée sur l’autre en même temps que ses bras l’étaient.

Je ne vous excuse pas pour autant, vous m’avez cruellement laissé en plant l’autre jour. Attendez de moi d’être le plus cruel adversaire qu'il vous fut donné de connaître.


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 88
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 286
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: Et le pion bouffe le cavalier [Pv. Cullen] Sam 5 Aoû - 1:43

Missive 3
Dorian réclame une petite revanche au jeu d'échecs. Cependant, leurs échanges de lettres laissaient un nouveau sujet s'immiscer dans leur petite partie. En effet Mellissandre connaissait Dorian, et ce de fait, Cullen voulait en apprendre plus sur elle en passant par son ami.
et le pion bouffe le cavalier



Le trajet du retour était long, trop même jusqu’au moment où ils arrivèrent enfin au fort. Cullen passa donc les portes en premier, sur le dos d’une monture fatiguée du voyage. Les gardes stationnés le saluèrent et observèrent l’équipe entrer, jusqu’à croiser le regard de la nouvelle arrivante, intrigués. Ils refermèrent ensuite la herse après leur passage et se postèrent à l’intérieur.

Le commandant bondit de son cheval, en tapotant sur le flanc de la monture pour la remercier de son travail. Il adorait particulièrement les balades, qui le changeaient de sa routine habituelle, enseveli sous tant de paperasse. Désormais, il allait devoir reprendre ses activités sérieusement, car ce n’était pas tout à ses agents de le faire pour lui.

Son premier réflexe fut d’ordonner à ce qu’on emmène Dame Mellissandre auprès de Joséphine pour les hostilités. Il demanda à ses deux templiers de le faire, pendant qu’il ordonnait à d’autres de venir réquisitionner le prisonnier.

Sans plus tarder, il emprunta les escaliers menant en direction du hall principal, en saluant les soldats qu’il croisait en chemin. Il avait eu un contretemps qui lui avaient coûté plus de 3h de retard au programme promit. D’ailleurs, la nuit ne tarderait pas à tomber sur le fort. Cullen s’arrêta sur les remparts et observa les montagnes au loin tout en profitant du léger coup de vent frais qui balayait les hauteurs.

Il continua alors sa route jusqu’à ses quartiers, oubliant même qu’il pouvait y avoir quelqu’un à l’intérieur.  Il ouvrit la porte d’un coup sec et en relevant les yeux il aperçu Dorian de dos, entrain de lire un livre près de sa bibliothèque.

«  - Dorian ?! Mais que… ? »
«  - Oui, je suis également content de vous voir. Vous m’avez manqué commandant. Puis-je vous emprunter cet ouvrage ? Je vous le rendrai tout prochainement. »


Il possédait un livre dans ses mains, celui qu’il détenait quand le Commandant fit irruption dans la pièce.

«  - Je n’en vois pas d’inconvénient. »

Satisfait, Dorian s’inclina pour le remercier et le saluer par la même occasion. Puis Cullen se dirigea vers son bureau où il prit appuis, comme si cela faisait plusieurs jours qu’il n’avait plus reprit son souffle. D’ailleurs, il venait d’enchaîner plusieurs jours sans vraiment se reposer, n’ayant dormi que quelques heures la dernière nuitée. Cela se voyait même. Il prit une grande inspiration alors que Dorian saisissait une chaise pour s’installer en face de son bureau et se mit à son aise.

«  - Je ne vous excuse pas pour autant, vous m’avez cruellement laissé en plant l’autre jour. Attendez de moi d’être le plus cruel adversaire qu’il vous fut donné de connaître. »
«  - Je vois que cela ne sert à rien de trouver un quelconque échappatoire à votre courroux.  »


Il n’avait pas oublié sa partie promise et avait dût ruminer plusieurs jours pour pouvoir jouer avec lui. Mais Cullen rebondit alors sur un autre sujet qu’il avait mentionné dans la lettre écrite plusieurs jours auparavant.

«  - J’aimerais m’entretenir avec vous avant d’entamer notre petite partie, mon cher Dorian. A propos de cette lettre que je vous ai envoyée récemment »

Il prit une petite pause dans sa phrase histoire d’intéresser le jeune Tévintide à la discussion. Il s’en rappelait, très probablement. Puis il se redressa, et s’avança derrière la chaise où était assis son ami.

«  - Que diriez-vous d’en discuter dans les jardins ? A cette heure il ne doit pas y avoir grand monde. Cela me ferait le plus grand bien. Je vous donnerai cette partie dont vous souhaitez tant, et les questions concernant cette fameuse mage de Tevinter. »

Suite à ses paroles ils se dirigea en direction de la porte ouest, et rejoignit rapidement les escaliers qui menaient dans les jardins. Une fois en bas, ils prirent place près de l’échiquier, ce fameux endroit où ils adoraient se livrer des duels sans merci pendant des heures s’il le fallait.

Alors qu’ils plaçaient leurs pions sur le plateau, Cullen continua alors la discussion laissée dans le bureau.

«  - Il s’agit d’une mage Altus de Tevinter, une certaine Mellissandre Alirius. Vous la connaissez je le sais. Mais qu’est-ce que vous pensez d’elle, au juste ? »



Dernière édition par Cullen Rutherford le Lun 7 Aoû - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Drama lover à moustache ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Naël
— MISSIVES : 39
— PRÉSENCE : Quand je veux d'abord
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Andras Garadh
— CRÉDITS : Moi
— PAIRING & OTP : Cullissandre / Adoribull
— PRESTIGE : 10

— NATIONALITÉ : Tevinter
— LIEU D'HABITATION : Bibliothèque de Fort-Céleste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Mage altus, paria, ...
— PROFESSION : Dévoreur de livres
— FACTION : INQUISITION
— ARMES : Je lance des livres sur les gens
— O.SEXUELLE : Gay comme un pinson
— AMOUREUSEMENT : OUVERT A TOUT FLIRT

MessageSujet: Re: Et le pion bouffe le cavalier [Pv. Cullen] Dim 6 Aoû - 15:24

Fort-Céleste, chapitre 1Ft. Cullen Rutherford
Et le pion bouffe le cavalier
Cullen semblait surpris de le voir en ses quartiers, sa réaction était des plus savoureuses. Ce rictus arrogant s’élargit malgré lui, mais peut importait : le commandant n’avait pas oublié, et c’était une très bonne nouvelle. Sinon, le mage Altus aurait pris la peine de le lui rappeler.

Je vois que cela ne sert à rien de trouver un quelconque échappatoire à votre courroux.

J’apprécie votre lucidité, commandant.

J’aimerais m’entretenir avec vous avant d’entamer notre petite partie, mon cher Dorian. A propos de cette lettre que je vous ai envoyée récemment.

Oh oh, eh bien cela tombe bien : je ne comptais guère repartir d’ici sans une petite victoire et des réponses à mes interrogations.


Dorian posa un regard méticuleux sur ce commandant qui, au fil de ses pas, se plaça derrière lui. Il se serait bien perdu dans quelques scénarios étranges et vicieux qu’il avait actuellement en tête, mais c’était tout de même Cullen : un peu de tenue.  Celui-ci semblait davantage fatigué, sans doute que ce n’était guère lié qu’au manque de sommeil. Curieux avant tout, Dorian attendit la suite de ses manigances – car cela se voyait, notre commandant d’amour avait quelque chose en tête.

Que diriez-vous d’en discuter dans les jardins ? A cette heure il ne doit pas y avoir grand monde. Cela me ferait le plus grand bien. Je vous donnerai cette partie dont vous souhaitez tant, et les questions concernant cette fameuse mage de Tevinter.


Effectivement, de rester ainsi cloîtré dans son bureau semblait le contraindre. Un peu d’air frais – même si bon, il avait un très bon moyen de ventilation – ne lui ferait aucun mal, et Cullen semblait en avoir cruellement besoin. Ce fut ainsi que sur ces mots, le nécromancien se leva gracieusement de la chaise qu’il eut donc déplacé pour rien. Enfin, peu importait.

Un interrogatoire ludique, décidément vous savez comment m’aguicher, commandant. ~


A ces mots, Dorian lui adressa un sourire aux sous-entendus divers, puis le regarda quitter la pièce sans aucune autre forme de procès. Assez typique, venant de Rutherford. Le livre sous le bras, le nécromancien prit la même porte et les mêmes escaliers. L’air était toujours aussi frais, le vent léger, et cela faisait finalement du bien. Effectivement, si Cullen avait besoin de se relaxer quelque peu, il avait bien fait de choisir les jardins et, surtout, de choisir la meilleure compagnie que pouvait offrir le fort – pour une bonne partie d’échecs, évidemment.

Quand le mage Altus arriva à sa destination, le commandant mettait déjà ses propres pions en place : il n’y avait guère de temps à perdre, il en fit de même, puis prit place devant son terrain de jeu favori.

Il s’agit d’une mage Altus de Tevinter, une certaine Mellissandre Alirius. Vous la connaissez je le sais. Mais qu’est-ce que vous pensez d’elle, au juste ?


Le regard de Dorian changea subitement pour laisser sa surprise s’exprimer. De tous les noms qu’il aurait pu lui dire, il fallut que ce fût celui-là. Simulant une attaque cardiaque, la main sur le cœur, le nécromancien inspira longuement avant d’arrêter son cinéma.

J’ai eu peur, j’ai bien cru que vous aviez dit à l’instant « Mellissandre Alirius », haha.


Sans doute qu’il n’allait guère comprendre sa petite pointe de sarcasme sortie du fond de l’immatériel, mais Dorian n’avait point non plus mal entendu, et ce à son plus grand regret. Par politesse, il laissa d’ailleurs son partenaire de loisir commencer le jeu.

Décidément, vous avez le don de me gâcher mes journées. Alirius… Dites voir, si je vous dis « rivalités familiales », cela vous parle-t-il ?


Comment parler de cette femme – ou plutôt de la famille qui l’entourait – tout en restant à ses affaires et sans paraître trop dérangé d’entendre ce nom à nouveau ? Dorian saisit un pion qu’il avança d’une case, tout en se tenant le menton de l’autre.

Les familles Pavus et Alirius se sont toujours opposées pour des questions de prestiges et de pouvoirs. Les Alirius sont réputés pour leur arrogance et leur aspiration à beaucoup plus, c’est-à-dire ce que nous, les Pavus, avions bien avant eux.


Son regard passa du jeu à Cullen sans tellement de transition. Cela l’embêtait de parler de cela pendant une partie en sa compagnie, mais d’un côté, c’était ce qu’il attendait depuis plusieurs jours : le Créateur savait ce que Cullen avait bien pu faire avec Mellissandre. Il replaça un peu mieux un cavalier.

Typiquement, je pourrais me permettre de souligner les fiançailles de mademoiselle avec l’Archonte en personne, rapidement annulés par ailleurs. Un vrai coup dur pour la famille.


Reportant son attention au plateau, Dorian s’empara d’un autre pion qu’il avança de deux cases cette fois. En espérant que cette discussion n’allait guère aboutir sur de plus terribles nouvelles, mais connaissant le commandant, il se faisait bien trop d’espoirs.

Nous avions fréquentés le même cercle, elle et moi. De ce dont je me souviens, elle était une brillante élève. Mais à Tévinter, vous saurez que le nom parle bien plus que la personne. Mais je dois dire que depuis son départ du cercle, je n’ai plus tellement entendu parler d’elle. Enfin, jusqu’à aujourd’hui.


Dorian s’adossa contre son siège et croisa les bras, tandis qu’il fixait son adversaire d’un œil qui en disait long sur son avis quant à la demoiselle évoquée plus tôt, puis un soupir léger se faufila hors de ses narines.

En résumé, elle est une fille à papa qui n’aspire qu’à l’influence et au prestige. Méfiez-vous. Bon, allez Cullen : votre tour est arrivé. J’ai hâte d’entendre de vos mésaventures, elles sont toujours tellement palpitantes.


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 88
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 286
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: Et le pion bouffe le cavalier [Pv. Cullen] Lun 7 Aoû - 0:59

Missive 3
Dorian réclame une petite revanche au jeu d'échecs. Cependant, leurs échanges de lettres laissaient un nouveau sujet s'immiscer dans leur petite partie. En effet Mellissandre connaissait Dorian, et ce de fait, Cullen voulait en apprendre plus sur elle en passant par son ami.
et le pion bouffe le cavalier



Dorian semblait surprit, son visage s’étant éclairci d’une interrogation suite à cette question. Et alors qu’il fit mine d’avoir un coup au cœur, le Commandant installait son dernier pion sur le plateau.

«  - J’ai eu peur, j’ai bien cru que vous aviez dit à l’instant « Mellissandre Alirius », haha »
«  - C’est le cas. »


Dorian lui fit signe de commencer la partie, et Cullen avança un pion de deux cases vers l’avant. Puis, ce dernier s’affala dans son siège, en passant une main dans ses cheveux.

«  - Décidément, vous avez le don de me gâcher mes journées. Alirius… Dites voir, si je vous dis « rivalités familiales », cela vous parle-t-il ? »
«  - Vos familles étaient opposées, mais pour quelles raisons ? »
«  - Les familles Pavus et Alirius se sont toujours opposées pour des questions de prestiges et de pouvoirs. Les Alirius sont réputés pour leur arrogance et leur aspiration à beaucoup plus, c’est-à-dire ce que nous, les Pavus, avions bien avant eux »
«  -  J’ai remarqué qu’elle aspirait à une certaine gloire durant notre entrevue. Elle cherchait à rejoindre l’inquisition pour des raisons politiques. Bien entendu, si l’on arrive à gagner d’avantage d’influence, elle y gagnerait et pourrait aspirer à se marier bien plus tard avec quelqu’un d’assez important dans votre société. »


Il y eut un petit silence, et Cullen avança son cavalier, laissant sonner dans la nuit l’impact avec le plateau.

«  - Typiquement, je pourrais me permettre de souligner les fillançailles ade mademoiselle avec l’Archonte en personne, rapidement annulés par ailleurs. Un vrai coup dur pour la famille »
«  - Vraiment ? Je n’étais pas au courant. Mais alors, elle essaie de regagner de l’influence pour redonner de l’honneur à sa famille ? Je ne comprends pas, elle semble brillante et douée, pourquoi… ? »
«  - … Nous avions fréquentés le même cercle, elle et moi. De ce dont je me souviens, elle était une brillante élève. Mais à Tévinter, vous saurez que le nom parle bien plus que la personne. Mais je dois dire que depuis son départ du cercle, je n’ai plus tellement entendu parler d’elle. Enfin, jusqu’à aujourd’hui. »


Dorian ne semblait pas vraiment apprécier cette femme. D’un côté vu la rivalité qu’ils avaient dans leur famille cela était compréhensible… Cullen réfléchissait, puis sorti sa tour. Il observait alors les tours de Fort Célestes éclairés en leur sein. Mellissandre était quelque part en ces murs, mais Dorian ne le savait pas encore. Et vu comment était leur relation il se tatillonnait de savoir s’il était nécessaire de le lui dire ou pas. Il se mit à se racler la gorge, très mal à l’aise ce que Dorian ne tarda pas à savoir.

«  - En résumé, elle est une fille à papa qui n’aspire qu’à l’influence et au prestige. Méfiez-vous. Bon, allez Cullen : votre tour est arrivé. J’ai hâte d’entendre de vos mésaventures, elles sont toujours tellement palpitantes. »

Suite à cette remarque Cullen poussa un énorme soupir.

«  - Je doute que vous souhaitiez connaître mes aventures avec elle. »

Puis il se rendit compte de ce qu’il venait de dire et tenta de se rattraper avant qu’il ne fasse une remarque.

«  - Enfin, par aventures j’entends… ce qui s’est passé entre… heu non, les circonstances de notre rencontre »

Dorian semblait perplexe et étrangement amusé. Cullen avança alors un pion et attrapa celui de son adversaire qu’il venait de manger avant de le poser à côté du plateau.

«  - Je l’ai rencontrée par hasard sur la côte orageuse. Elle était entrain de danser sous la pluie, et cela créait un conflit à l’intérieur du campement. J’ai été l’aborder, et j’ai malheureusement dû la supporter »

Il croisa une jambe sur l’autre et s’appuya contre l’accoudoir pour soutenir sa tête, bougeant frénétiquement son pied.

«  - Elle a utilisé une piètre manière de me faire balancer dans son sens, mais je n’aime pas la provocation, et encore moins quand elle est utilisée avec le corps. »

Il toussa un bon coup, surveillant une patrouille nocturne qui passait près d’eux. Puis il regarda son jeu, en surveillant chaque recoins du plateau, l’air extrêmement concentré. Mais quelque chose le chiffonnait. Dorian était trop vague... Il souhaitait en savoir plus sur cette histoire de mariage mal tourné... Ce n'était pas pour une simple raison de comportement, c'était politique.

«  - Savez-vous me dire pourquoi l’Archonte n’a pas souhaité d’elle ? Etait-ce également un problème d’entente ? Vous savez bien que je ne comprends strictement rien aux logiques des nobles et encore moins celles de Tevinter. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Drama lover à moustache ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Naël
— MISSIVES : 39
— PRÉSENCE : Quand je veux d'abord
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Andras Garadh
— CRÉDITS : Moi
— PAIRING & OTP : Cullissandre / Adoribull
— PRESTIGE : 10

— NATIONALITÉ : Tevinter
— LIEU D'HABITATION : Bibliothèque de Fort-Céleste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Mage altus, paria, ...
— PROFESSION : Dévoreur de livres
— FACTION : INQUISITION
— ARMES : Je lance des livres sur les gens
— O.SEXUELLE : Gay comme un pinson
— AMOUREUSEMENT : OUVERT A TOUT FLIRT

MessageSujet: Re: Et le pion bouffe le cavalier [Pv. Cullen] Lun 7 Aoû - 20:27

Fort-Céleste, chapitre 1Ft. Cullen Rutherford
Et le pion bouffe le cavalier

Je doute que vous souhaitiez connaître mes aventures avec elle.


Ah, cela voulait dire passablement de choses à la fois, connaissant ce commandant militaire et très peu à l’aise en bonne compagnie – excepté la sienne,.. Quoi, la plupart des habitants du fort adoraient les rumeurs quelque peu abracadabrantes, autant les laisser penser ce qu’ils voulaient. Surtout que si l’on tentait de taquiner Cullen avec ce type de ragots, cela le mettait davantage dans l’embarra. Un vrai petit plaisir à savourer tel un café un matin où le soleil ne tapait guère trop fort, accompagné d’une touche de brise fraîche pour la plupart du temps. Enfin.

Dorian, un grand sourire en coin se traçant inévitablement sur son visage, pencha sa tête sur le côté de manière à l’appuyer contre sa main, dont le bras s’accoudait contre le siège. Le silence parlait de lui-même : Cullen se rendit compte de son erreur. Profitant de ce petit écart de sa part, Dorian s’empara d’un pion avec son propre pion, puis plaça celui de son adversaire sur le bon côté.

Enfin, par aventures j’entends… ce qui s’est passé entre… heu non, les circonstances de notre rencontre.


Amusé jusqu’au bout par cette attitude – il fallait dire qu’il était craquant ainsi, mais chut –, le nécromancien se permit de rire avec mélodie au fil de ses mots confus. Il avait tellement hâte de voir comment serait sa vie le jour où il se marierait. D’un geste nonchalant, profitant de l’inattention du commandant, il lui mangea un cavalier. Mince, cette discussion ne faisait guère de lui un très bon stratège, il venait de sacrifier une bonne pièce pour rien.

Et quelles étaient ces… « Circonstances » de votre rencontre, commandant ?

Je l’ai rencontrée par hasard sur la côte orageuse. Elle était entrain de danser sous la pluie, et cela créait un conflit à l’intérieur du campement. J’ai été l’aborder, et j’ai malheureusement dû la supporter.

Êtes-vous bien certain que de la supporter fut la tâche la plus ardue qu’il vous ait été donné de faire dans votre carrière militaire, Cullen ? Haha, je ne pense pas.


L’humeur légère, Dorian continua de porter toute son attention sur le commandant, et bien moins sur le jeu. Après tout, il semblait en avoir long à raconter sur Mellissandre, et à en voir la couverture, son contenu devait être en or. De quoi détendre après une bonne et longue journée de recherches dans la bibliothèque. Heureusement qu’il y avait ce jardin, avec cet échiquier et ce commandant.

Elle a utilisé une piètre manière de me faire balancer dans son sens, mais je n’aime pas la provocation, et encore moins quand elle est utilisée avec le corps.

Vous savez Cullen, tout homme a le droit de se détendre quand une occasion de ce style se présente. Personne ne vous grondera si votre regard s’y attarde plus que ce qu’il devrait.


A ces mots, Dorian lui lança un clin d’œil jovial tandis que sa tour s’avança sur le plateau, prête à l’offensive. Taquiner Cullen à propos de femmes, quel bon temps. Enfin, il ne fallait guère non plus oublier que l’on parlait d’une fille Alirius, qui s’était volontairement pointée dans un campement lié à l’Inquisition, et ce pour des raisons politiques. Il y avait anguille sous roche, mais sans réelle menace à dénicher, cela allait être complexe. Au moins recommander la prudence, cela ne serait guère de refus.

Cela dit, Cullen semblait en pleine grande réflexion, le regard plissé pointé sur le plateau. Il était loin d’avoir fini avec ses questions : tant mieux, d’une part.

Savez-vous me dire pourquoi l’Archonte n’a pas souhaité d’elle ? Etait-ce également un problème d’entente ? Vous savez bien que je ne comprends strictement rien aux logiques des nobles et encore moins celles de Tevinter.

Il est vrai que dans ce cas, il vaut mieux se renseigner plutôt que d’imaginer les scénarios les plus farfelus. Je vous connais et je vous en sais capable, Cullen.


A ces mots, Dorian lui adressa son sourire le plus radieux, tandis qu’au même moment, son fou lui mangea sa fière tour d’un coup sec, mais précis. Il remit sa pièce à la bonne place et posa feu la tour sur le côté. Cette partie allait sans doute s’avérer plus simple que prévue, et ce même en relâchant complètement le plateau. Mais l’essentiel était ailleurs.

Voyez-vous, l’Archonte a meilleur temps d’épouser une famille prestigieuse, mais il faut surtout que cette alliance lui serve à quelque chose à l’avenir. Comme je l’avais déjà dit, les Alirius cherchent à monter en puissance : donc fiancer leur fille à l’Archonte était leur graal, mais cet arrangement ne marchait qu’à sens unique.


Le mage Altus se lissa la moustache tandis que son regard minutieux se posa sur le plateau de jeu. Un air songeur s’empara alors de lui, parfaitement justifiée quant à la réflexion qu’il se faisait en ce moment même quant à la jeune fille.

Elle était jeune aussi, pauvre enfant. Imaginez, on vous promet des sommets, et soudainement vous êtes rembarré parce que vous n’êtes plus intéressant à ses yeux. Si elle avait mon âge, je pense que cela lui serait plus ou moins égal, mais pour une enfant, le message devait être davantage difficile à avaler.


En effet, messera Alirius n’avait même pas quinze ans quand tout cela survint. En vérité, elle frôlait même l’âge légal pour se marier quand ce « malencontreux » et  « fâcheux » événement survint. Enfin, drame ou non, une Alirius qui s’approchait de l’Inquisition de trop près était toujours aussi louche. Dorian se raffermit et décala sa reine sur le plateau.

Ne vous en faites pas commandant, ce genre d’histoires est toujours difficile à y voir clair. Enfin, j’espère qu’elle n’a guère causé trop d’ennuis du côté de la côte orageuse, c’aurait été fâcheux.


Là, il marqua une pause volontaire, son regard se posant sur quelque chose sans doute plus intéressant qu’une simple table, puis esquissa un sourire convivial sans signification ou sous-entendu particulier.

Y aurait-il autre chose que vous aimeriez savoir, commandant ?


Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 88
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 286
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: Et le pion bouffe le cavalier [Pv. Cullen] Mer 9 Aoû - 22:50

Missive 3
Dorian réclame une petite revanche au jeu d'échecs. Cependant, leurs échanges de lettres laissaient un nouveau sujet s'immiscer dans leur petite partie. En effet Mellissandre connaissait Dorian, et ce de fait, Cullen voulait en apprendre plus sur elle en passant par son ami.
et le pion bouffe le cavalier



Suite à la remarque de Dorian, Cullen eu un tique nerveux au niveau des commissures, comme s’il souriait en l’espace de quelques secondes avant de reprendre un visage neutre et froid. Il se reconcentra sur son jeu et analysa les trajectoires des pions de Dorian sur le terrain.

«  - Il est vrai que dans ce cas il vaut mieux se renseigner plutôt que d’imaginer les scénarios les plus farfelus. Je vous connais et je vous en sais capable, Cullen. »

Il était possible de s’imaginer tant de choses avec la demoiselle, connaissant ses coups bas et ses idées farfelues. Elle en avait à revendre, et si le Commandant pouvait posséder des informations à son sujet pour avoir un tour d’avance sur elle il ne s’en priverait pas.

«  - Voyez-vous, l’arconte a meilleur temps d’épouser une famille prestigieuse, mais il faut surtout que cette alliance lui serve à quelque chose à l’avenir. Comme je l’avais dit, les Alirius cherchent à monter en puissance : donc fiancer leur fille à l’Archonte était leur graal, mais cet arrangement ne marchait qu’à sens unique. »
«  - Elle s’était vue promettre à l’Arconte et n’a finalement pas été acceptée. Je me demande à quoi pensent les nobles quand ils parlent de mariage, tout est une question politique chez eux. »
«  - Elle était jeune aussi, pauvre enfant. Imaginez, on vous promet des sommets et soudainement vous êtes rembarré parce que vous n’êtes plus intéressant à ses yeux. Si elle avait mon âge je pense que cela lui serait plus ou moins égal, mais pour une enfant, le message devait être davantage difficile à avaler »
«  - Surtout si la famille ne cesse de rabâcher certaines choses, au final l’on a peur de les décevoir »


Cullen saisissait alors le fou qu’il venait de dérober à Dorian, puis le posa avec les autres pions sur le côté du plateau et se réinstalla confortablement sur sa chaise.

«  - Ne vous en faites pas Commandant, ce genre d’histoires est toujours difficile à y voir clair. Enfin.. j’espère qu’elle n’a guère causé trop d’ennuis du côté de la côte orageuse, C’aurait été fâcheux. »
«  - hem… Non pas tant que ça »
«  - Y aurait-il autre chose que vous aimeriez savoir, commandant ? »

Cullen resta las, à se demander s’il avait quelque chose dont il voulait savoir mais hocha la tête de droite à gauche pour lui répondre négativement.

«  - Il y a quelque chose concernant cette femme qui m’intrigue malgré tout. Elle ne s’entendait absolument pas avec mon équipe et l’un d’eux à faillit la tuer, je ne vous explique pas l’ambiance au campement le soir venu… J’ai passé un des pires séjours en extérieur de ma vie, sachant qu’on avait un prisonnier insupportable par dessus le marché ! »

Il avança un pion, puis s’affala dans son siège.

«  - J’en ai encore les oreilles qui sifflent rien que d’y penser… Par où commencer… ? »

Puis il se redressa se rapprochant de Dorian pour entrer dans la confidence.

«  - Suite à une dispute entre elle et le prisonnier, un feu s’est déclaré dans la cariole qui le transportait, ce qui a créé une mutinerie. Mellissandre et moi avions fini par nous retrouver dans les marais, et on s’est dépêché de nous trouver un point d’eau pour se laver, dès lors mes templiers se sont mit à se disputer, et parfois ça allait loin. L’un d’eux a essayé de la tuer et ce n’était pas loin de réussir.  C’est pour cela que j’ai dû les surveiller tous les trois par la suite. Je dois vous avouer que je suis extrêmement fatigué.»

Il bougea son fou d’une case, insatisfait de son jeu...

«  - Echec »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Drama lover à moustache ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Naël
— MISSIVES : 39
— PRÉSENCE : Quand je veux d'abord
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Andras Garadh
— CRÉDITS : Moi
— PAIRING & OTP : Cullissandre / Adoribull
— PRESTIGE : 10

— NATIONALITÉ : Tevinter
— LIEU D'HABITATION : Bibliothèque de Fort-Céleste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Mage altus, paria, ...
— PROFESSION : Dévoreur de livres
— FACTION : INQUISITION
— ARMES : Je lance des livres sur les gens
— O.SEXUELLE : Gay comme un pinson
— AMOUREUSEMENT : OUVERT A TOUT FLIRT

MessageSujet: Re: Et le pion bouffe le cavalier [Pv. Cullen] Sam 12 Aoû - 18:54

Fort-Céleste, chapitre 1Ft. Cullen Rutherford
Et le pion bouffe le cavalier

Il y a quelque chose concernant cette femme qui m’intrigue malgré tout. Elle ne s’entendait absolument pas avec mon équipe et l’un d’eux à faillit la tuer, je ne vous explique pas l’ambiance au campement le soir venu…

Tiens, un de vos hommes qui tente de tuer une abominable et très méchante vilaine mage du sang Tévintide fille de Magister ! Quelle surprise !

J’ai passé un des pires séjours en extérieur de ma vie, sachant qu’on avait un prisonnier insupportable par dessus le marché !

Oh le vilain garçon. Clairement, il ne manquait qu'une petite Grâce Perfide et c'aurait été le plus beau jour de votre existence, commandant.


Soudain, quelque chose sembla troubler le mage Altus. Cela restait dans un coin au chaud dans ses pensées depuis tout à l'heure, mais un léger détail dérangea le jeune Pavus à l'instant, et ce depuis le début de leur entrevue. Il venait enfin de comprendre d'où cela venait.

J’en ai encore les oreilles qui sifflent rien que d’y penser… Par où commencer… ?


Quand il se rapprocha de lui, cela lui sauta à la figure : il avait effectivement raison. Pauvre homme. Alors que le commandant allait parler, Dorian le coupa net d'un murmure acéré.

Attendez.


Le nécromancien se leva brutalement, la mine grave, puis s'appuya contre la table de ses deux mains, et ce fermement. Son regard plissé qui soulignait son intrigue s'implanta dans le sien, laissant volontairement cet étrange silence planer. Puis, dans un mouvement calculé pour être bien lent et déstabilisant, Dorian se pencha vers Cullen. Ainsi davantage près de lui, il inspira longuement par le nez tout en fermant les yeux. Effectivement, cela venait de lui.

Mmh, jasmin et menthe. ~


Le mage Altus lui adressa son sourire le plus radieux tandis qu'il reprit place comme si de rien n'était. Cela était bien surprenant, mais il eut sa petite idée quant à l'origine d'un si suave parfum. Si ça se trouvait, le commandant n'allait très certainement pas lui en parler. Oh, que ce fut savoureux.

Vous disiez, commandant ?


Cullen cherchant à rester davantage intime dans leur discussion, Dorian comprit qu'il avait intérêt à entrer dans son jeu : il se pencha à nouveau vers Cullen, cette fois-ci avec toute son attention et son écoute mises à sa disposition. Qui sait ? Peut-être allait-il le confesser.

Suite à une dispute entre elle et le prisonnier, un feu s’est déclaré dans la cariole qui le transportait, ce qui a créé une mutinerie. Mellissandre et moi avions fini par nous retrouver dans les marais, et on s’est dépêché de nous trouver un point d’eau pour se laver, dès lors mes templiers se sont mit à se disputer, et parfois ça allait loin. L’un d’eux a essayé de la tuer et ce n’était pas loin de réussir.  C’est pour cela que j’ai dû les surveiller tous les trois par la suite. Je dois vous avouer que je suis extrêmement fatigué.

J'espère que la baignade fut bonne, à défaut de l'ambiance. Bon, quoique...


Un rictus se dessina sur son visage, ce qui devait sans aucun doute trahir ses pensées. Enfin, qu'il ait des sous-entendus obscènes en tête n'était une surprise pour personne, à force. Alors qu'à moitié perdu dans diverses formulations possibles quant à ce qu'on venait de malencontreusement lui dire, Dorian s'amusa à décaler son cavalier pour lui prendre un pion, le plaçant ainsi dans un très bon emplacement. Enfin...

Echec.


En effet, en analysant la table si souvent malmenée, son fou était bien placé, et ce face à un roi complètement libre. Quel jeu pitoyable. Dorian rit de bon coeur, tandis qu'il mangea le fou en question avec un simple pion. Les deux jouaient lamentablement, aujourd'hui. Enfin, pour une fois, ce n'était guère le sujet principal de leur petite escapade dans les jardins.

Quand même, Alirius dans les parages, je le sens mal.


Son sérieux revint, ajouté à cela une certaine inquiétude secondaire mais pourtant présente. De quoi pouvait-il s'inquiéter à son sujet ? Il était pourtant bien mieux placé qu'eux pour soupçonner une éventuelle recherche d'influence ou Andrasté savait quoi d'autre encore. Toutefois, une chose était certaine : si elle avait tenté d'approcher l'Inquisition, il allait la revoir. Restait à savoir quand.

Vous avez eu l'occasion de dialoguer avec elle, j'imagine. Quel type d'informations lui avez-vous dit exactement, commandant ? Ou alors que cherchait-elle à savoir ?


Trop de questions le submergèrent soudainement, mais que la gracieuse fille des Alirius soit dans les parages ne le rassurait absolument pas. Il ne manquait plus qu'elle se trouve au coeur de l'Inquisition. Evidemment, si cela devait survenir, Pavus serait inévitablement un potentiel danger sur sa ligne de mire. Il fallait s'attendre à se prendre tous les mâles du fort sur le dos, alors.

Dorian observa en silence le plateau de jeu. C'était clairement n'importe quoi. Aucun des deux n'étaient à leurs affaires, et cela se ressentait. De quoi esquisser un autre sourire à l'intention du commandant, alors qu'il déroba une tour de sa reine.

J'ose espérer que la beauté tévintide ne vous a guère laissé indifférent, déjà que la mienne doit vous ébranler un temps soit peu.


Evidemment, l'ironie se ressentait fortement, mais c'était histoire de comprendre à quel point le commandant était perdu dans ses filets, s'il avait déjà commis l'irréparable. Le pauvre pouvait être si malléable quand il le voulait. Désormais, la méfiance se lisait très clairement dans les questions de l'enchanteur, et il était loin de le cacher.
Dorian Pavus Theme song
Fiche
Missives
#2B3D63
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Et le pion bouffe le cavalier [Pv. Cullen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Alonis, cavalier des brumes
» cavalier tonnerre --> Bhaal
» Propulsion de Non-Inertie/ Pion d'impact et coque réactive Nécron
» Transformer un pion pour avoir un bord "3D"
» [Programme] Pose Ton Pion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Fort-Céleste :: les remparts ; :: quartiers du commandant-