— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

Douleurs de guerre (P.V : Cullen) -Terminé -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
Fluctuat nec mergitur ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 75
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Serindë Elisung
— CRÉDITS : Tumblr et moi
— PRESTIGE : 256
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Dalatienne
— LIEU D'HABITATION : Férelden et Orlaïs entiers sont ses foyers
— RANG SOCIAL : Aucun. Elle est juste connue et respectée auprès des gens du bas peuple pour ses bons services
— PROFESSION : Ménestrel, Mage, Agent de l'Inquisition
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Son bâton bleu de mage manufacturé
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle
— AMOUREUSEMENT : On la dit mariée à un noble orlésien. Mais elle n'a jamais avoué qui est son époux

MessageSujet: Re: Douleurs de guerre (P.V : Cullen) -Terminé - Ven 11 Aoû - 12:18

Please, hush, Little One ...Cullen & EstridDark is gone ( House Stark →  Game of Thrones   ) Le plus grand des malheurs, est de sentir que quelque chose nous manque. Ici. En notre coeur. Imaginez prendre le fruit entre vos mains, le sentir au point d'en être affamé, mais de ne pouvoir étancher ce besoin car le fruit n'est pas posé au creux de votre paume. Ce que ressent Estrid en cet instant y ressemble, bien que sa faim ne soit pas de celle qui gronde dans votre ventre; mais dans vos pensées. La soirée est calme sur Fort Céleste. Les herses ont été baissées, le pont remonté. Seul le son des jambières de fer ponctue par moments le souffle du vent. Ce même souffle qui par moments oblige la femme à s'accroupir pour en atténuer les lèches agressives sur ses bras à peine tièdes. Elle se rappelle avoir déjà vécu cette situation, certes moins habillée qu'elle ne l'est maintenant. Quand elle dut quitter rapidement Quarinus pour les forêts plus au nord, coursée par des mercenaires peu enclins à laisser passer de l'or facile sous leur nez. Mais aussi du dalatien qui lui apprit à parler un minima de dalatien, bien qu'elle excellait bien plus dans l'écriture. Les journées froides avaient été un quotidien rude, mais nécessaire pour espérer un jour obtenir le salvateur vent du changement.

Elle se remémore ce qu'elle peut de ces moments, yeux clos puis se perdant vers l'horizon de la tour où se trouvent deux des protagonistes ayant plus ou moins changé sa vie. Un long soupir vient la prendre et sans attendre les prochains mordants souffles de la nuit, l'elfe se remet à ses recherches. Rien. Toujours rien. Elle a beau scruter chaque recoin, qu'ils soient de terre ou de pierre, de pots de viveracine ou bien de fadortie, il n'y a pas l'ombre d'un parchemin en ces lieux. Peut-être a-t-elle raté un recoin bien que cela l'étonne. Alors elle recommence à chercher, marcher, tourner dans ce jardin en se cachant comme faire se peut sous sa cape. La voilà près d'un grand arbuste à tirer délicatement feuilles et branchages sous les derniers feux encore présents. Quelques bruits diffus parviennent à ses oreilles, mais Estrid n'en prend guère grande considération, bien trop inquiète de ne retrouver cette partie d'elle-même qu'elle pense perdue en ces lieux.
"Commandant ..."
Lâche-t-elle en manquant un battement quand celui-ci fait acte de présence. Lentement elle se retourne vers lui, fixant l'homme assis sur le banc en penchant tête sur le côté et s'empourprant de plus belle sur ses joues déjà bien foncées à cause de ses précédents efforts.

"Vous êtes bel et bien têtu. L'on se croirait presque dans l'un de ces contes que j'ai l'habitude de dicter aux villageois. Votre enthousiasme et votre galanterie ferait pâlir d'envie les plus grands chevaliers d'Orlaïs."
Essayant de s'amuser de la situation, elle n'en reste du moins en aucun cas dans le charme comme à son habitude. Il suffit de voir son expression pour comprendre que la rosée se préoccupe de tout autre chose. Reprenant ses recherches, elle continue cependant à lui parler d'un ton plus grave.
"Vous dites qu'il n'y a lieu de s'inquiéter de votre condition. Et pourtant, je pourrai en dire de même de mon côté. Car après tout, je suis aussi à la recherche d'un moyen d'apaiser le vide vociférant ses souffles sordides sur ce qu'il reste de mon âme. Bien que ce vide soit bien plus minime que le vôtre ..."
Cette phrase est dite en un dalatien un peu hésitant, ainsi dévie-t-elle des propos qui pourraient encore lui porter préjudice. La ménestrel secoue la tête et se retire finalement de l'arbuste, dépêtrant quelques unes de ses mèches prises entre les branchages par la même occasion.
"J'ai ... perdu des notes."
D'un bon doigté, elle arrive finalement à sortir le dernier de ses pans de cheveux. Ses mains viennent se poser sur son ventre et solennellement, elle garde une distance avec le chef de guerre.
"Nous les ménestrels, mettons notre coeur dans les chants que nous composons. Quand les sujets nous inspirent. Et pour certains, nous essayons de leur faire passer un message, qu'il soit tendre ou dur."
Et dire qu'elle avait pris le temps de commencer à créer ce message pour l'homme face à elle, cet homme qu'elle a entendu gémir de douleur dans la tour ou bien qu'elle avait observé de loin faire preuve de tant de forces alors qu'elle jouait sur les remparts avec le jeune Perry, ne pouvait être dévoilé. Par pudeur. Car un message se doit de rester flou pour le concerné, et ne pas mettre de côté ceux qui lui ressemblent. Les yeux de la dame s'illuminent soudain, submergés par une soudaine émotion.
"Les quêtes où la victoire sourit au courageux, le baiser d'une femme contre le fruit divin pour qu'un jour elle trouve son chemin de grâce, l'espoir né de l'arrivée du Héros de Ferelden ou ... sur les mages ! Il y a tant à chanter et mettre en musique pour qu'un jour le peuple se souvienne de ceux qui leur ont donné la chance de vivre en paix."

Ses doigts s'étendent finalement vers la lune à demi pleine et dans une grande inspiration de cet air frais, La Nébuleuse en oublie le froid qui n'hésite pas à s'emparer de son buste ainsi offert. Un petit rire fait vibrer sa gorge et ses lèvres à présent étirées en un grand sourire.
"N'est-ce pas incroyable de pouvoir par moments se détacher de ses devoirs, et prendre un certain plaisir à apprécier l'instant présent ?"
Est-ce là une question posée pour sa propre personne ? Elle ne sait pas. Peut-être pour Rutherford. Peut-être pour les combattants. Peut-être la Légion des Morts. Ou l'Inquisiteur même. Ils sont tous humains après tout; malgré les races.
"Peuple, si cela est la fin, laissez moi mourir avec votre nom soufflé entre mes lèvres. Une prière que j'ai rêvé donner un jour à Mythal ... même si je pense qu'elle rirait d'un tel idéalisme. Mais je m'éparpille ... et j'ai sans doute l'air folle ... comme le plus débutant des sages ..."
Frissonnante, Estrid remet rapidement en place son couvre coeur, avançant encore vers le blond et adorable homme qui lui tient compagnie.
"J'ai bel et bien perdu des chansons. Des chansons faites à partir de choses que j'ai pu ressentir et qui font partie de mon âme, Sieur ... malgré cette perte, sachez que je suis heureuse de pouvoir vous parler plus librement. Et j'accepte bien volontiers votre aide. Mais, en gage de retour, en toute bonne foi, je ferai en sorte que vous dormiez bien ce soir. Je peux aussi me montrer têtue ..."
Ses dents blanches apparaissent succinctement puis, elle se mord la joue pour ne pas rire face à la mine du commandant. Ah ... ces hommes je vous jure ....

© 2981 12289 0

_________________
until I find my home
I have walked a thousand miles to find where I belong. Searched the world and all its isles but still I wander on (⚡) far across the land
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 96
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 324
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: Douleurs de guerre (P.V : Cullen) -Terminé - Ven 11 Aoû - 22:00

Missive 4
Commandant,
nous revenons de patrouille aux tombes émeraude et malheureusement nous n’avons pas pu trouver de gisements de lyrium rouge comme celles du saint temple cinéraire. Malgré toutes nos recherches nous avions dû prendre la fuite, attaqués par des géants. Je vous transmettrai mon rapport une fois au fort.
Douleurs de guerre



La soirée était paisible, seul le vent dictait encore aux drapés et aux verdures comment virevolter à son passage. Il y eut un petit moment de silence quand il s’était approché d’elle pour l’aider dans ses recherches. Cullen ne savait pas dire si elle était enchantée de le voir, mais quoi qu’il en était, il n’allait pas lâcher l’affaire. Il voulait juste être certain de savoir si ce qu’il avait retrouvé plus tôt était à elle ou non.

« - Vous êtes bel et bien têtu. L’on se croirait presque dans l’un de ces contes que j’ai l’habitude de dicter aux villageois. Votre enthousiasme et votre galanterie ferait pâlir d’envie les plus grands chevaliers d’Orlaïs. »
« - Vous ne me croiriez pas si je vous disais que je passais là par hasard, Noble dame. Disons que ce que vous m’aviez dit à la taverne m’a laissé quelque peu sur ma faim. Et puis vous ne m’aviez pas dit ce que vous recherchiez »


Il se redressa alors gardant les mains jointes sur son épée avant de s’éloigner un peu d’elle et scruter les environs. Elle, pendant ce temps, fouillait au-dessous d’un rosier.

« - Vous dites qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter de votre condition. Et pourtant, je pourrai en dire de même de mon côté. »

Puis elle conta une phrase en dalatien, que Cullen ne comprenait pas. Il ne saurait même pas juger son niveau de langue elfique car il n’en avait pas assez de connaissances. Il avait l’habitude que les elfes expliquent quelque chose dans leur langue.

« - Navré, je ne voulais pas vous offenser. »
« - J’ai… perdu des notes. »
« - ‘’perdu des notes’’ ? »


Elle se glissa en dehors du buisson et retira les cheveux qui s’y étaient pris par mégarde. Enfin, elle se redressa alors que Cullen fouillait près de sa zone de jeu préférée. Il inspectait le plateau, les sièges, les buissons aux alentours, et leva les yeux près des remparts qui donnaient sur son bureau, la fameuse zone où il retrouva quelques papiers.

« - Nous les ménestrels, mettons notre cœur dans les chants que nous composons. Quand les sujets nous inspirent. Et pour certains, nous essayons de leur faire passer un message, qu’il soit tendre ou dur. »
« - J’admire la manière avec laquelle vous réussissez à trouver les mots justes pour décrire ce qui vous entoure. Je ne suis pas doué pour ça, pour ma part. Je ne suis bon que pour des choses rustiques. »


Il détourna les yeux d’elle et regarda à nouveau les remparts, certain que ses papiers s’étaient envolés jusque là-haut… Il se demandait juste comment était-est-ce possible… Mais quelque chose le taraudait.. il n’arrivait pas à mettre la main dessus actuellement, jusqu’à ce qu’elle se mette à réciter des louanges aux sujets qui s’offraient à elle.

« - N’est-ce pas incroyable de pouvoir par moments se détacher de ses devoirs, et de prendre un certain plaisir à apprécier l’instant présent ? »
« - Tout dépend de quel instant, il est vrai que la tranquillité est plaisante, oui »


Etait-elle entrain de lui faire un reproche sur son activité ou était-ce juste une remarque qu’elle se faisait à elle-même ? Quoi qu’il en était il se contenta de lui répondre par un sourire. D’ailleurs il l’écoutait encore s’exprimer ne sachant pas si elle s’adressait vraiment à lui ou non. Les menestrels avaient alors tant d’inspiration que cela ? Rien que d’y penser, Cullen en avait le vertige. Lui-même devait faire pas mal d’essais encore pour écrire une lettre potable, mais Bellanaris avait un certain talent pour cela.

« - J’admire vraiment la manière dont vous trouvez vos mots, très facilement. Quel genre de textes avez-vous perdus ? »
« - J’ai bel et bien perdu des chansons. Des chansons faites à partir de choses que j’ai pu ressentir et qui font partie de mon âme, Sieur… »
« - Je vois… Des chansons… »
« - Malgré cette perte, sachez que je suis heureuse de pouvoir vous parler plus librement. Et j’accepte bien volontiers votre aide. Mais en gage de retour, en toute bonne foi, je ferai en sorte que vous dormiez bien ce soir. Je peux aussi me montrer têtue »


Il la contemplait tout sourire, qu’elle était têtue c’était le cas de le dire. Elle voulait absolument qu’il dorme bien depuis le début de la journée. Si ce n’était que cela la contrepartie, il allait accepter.

« - Je… »

Il ne savait pas tellement comment le lui dire, mais il était maladroitement tombé sur ses textes plus tôt.

« - Si ce sont des chansons j’ai trouvé deux textes sur les remparts, par là-haut »

Il montra du regard les hautes murailles qui bordaient son bureau. Le vent alors si violents les avaient emportées jusque là. Il était bien entendu surprit de les avoir trouvé en hauteur alors qu’elle pensait les avoir perdu dans les jardins.

« - Enfin, si vous les signez en tant que « la nébuleuse », ce doit être les votre, n’est-ce pas ? »

Il les avait trouvé alors qu’il s’entretenait avec un des agents à Leliana sur les remparts, curieux de savoir ce que ces textes faisaient là-haut. Il les avait gardés quelque part dans son bureau après y avoir jeté un œil, mais il n’avait pas trouvé à qui les rendre, car il ne savait pas du tout qui les avait écrit.

« - J’étais sur les remparts et j’ai aperçu une feuille prise au piège au pied du mur. Le second m’était arrivé dessus, et je dois vous avouer que ce texte m’a beaucoup parlé. Je ne pensais pas qu’ils étaient à vous, je peux aller les chercher pour vous les rendre bien entendu. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Fluctuat nec mergitur ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 75
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Serindë Elisung
— CRÉDITS : Tumblr et moi
— PRESTIGE : 256
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Dalatienne
— LIEU D'HABITATION : Férelden et Orlaïs entiers sont ses foyers
— RANG SOCIAL : Aucun. Elle est juste connue et respectée auprès des gens du bas peuple pour ses bons services
— PROFESSION : Ménestrel, Mage, Agent de l'Inquisition
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Son bâton bleu de mage manufacturé
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle
— AMOUREUSEMENT : On la dit mariée à un noble orlésien. Mais elle n'a jamais avoué qui est son époux

MessageSujet: Re: Douleurs de guerre (P.V : Cullen) -Terminé - Sam 12 Aoû - 0:20

Please, hush, Little One ...Cullen & EstridDark is gone ( House Stark →  Game of Thrones   )
Comme nous disions ... ah les hommes. Cachés sous d'épaisses coutures faites de fiertés ou de mensonges. Aucune faiblesse ne doit être montrée au monde; et encore moins à la femme. Estrid croise les bras, se montrant légèrement circonspecte face au soudain arrêt du Commandant dans sa phrase. Cette fois, c'est elle qui semble tomber des nues, bouche entrouverte et yeux agrandis. Il aurait ... oh non. Si ? Elle regarde à son tour les remparts en tremblant quelque peu des yeux avant de se mettre à s'empourprer; vraiment cette fois. De honte, mais aussi de soulagement. Ainsi, quand elle écrivait près de la tour des mages, il s'était pris en pleine figure un des parchemins. L'elfe se mord cette fois la lèvres inférieure en se disant que recevoir un parchemin vivement fouetté par les vents dans sa course n'avait rien de plaisant. Surtout en sachant qu'elle était en train d'épier depuis les fenêtres les soldats et le chef de guerre en plein entraînement. Heureusement, se dit-elle qu'elle n'avait pas aussi perdu la chanson concernant Solas. Ou pire ! que la chanson de Solas tombe entre les mains de Dorian Pavus ou bien Varric Tetras. Rien que d'y penser, la dame en tressaute.

Cependant, il ne faut pas oublier une chose, une chose à lui dire avec la plus grande des tendresses que l'on puisse ressentir quand quelqu'un nous aide sans chercher de contrepartie.
"Merci."
Son merci se fait comme la lave qui s'écoule soudainement après une explosion, brûlant de son immense chaleur les veines de pierre et de plantes sans savoir qu'un jour tout refleurira de façon mille fois plus belle. Elle s'autorise à déposer chastement ses mains sur les siennes, non sans le regarder de cette reconnaissance sincère dont les gens parfois manquent cruellement. L'hypocrisie n'est pas sage et souvent elle apporte des tornades bien plus mortelles au criminel que celles du sincère. Et en suivant, bercée par son enthousiasme et l'envol de ses inquiétudes, Estrid lui serre la main en riant un peu pour enfin expirer tout l'air qu'elle avait dû contenir sous cette angoisse qui avait eu le don de gâcher quelques unes de ses heures de sommeil.
"Oui je suis La Nébuleuse. C'est mon mentor qui ..."
C'est à elle maintenant de couper sa phrase, sourire puis secouer une dernière fois la main droite du Commandant.
"Je pense soudainement à ce que vous avez dit. Dois-je comprendre que vous avez du mal à exprimer certaines choses, que ce soit en gestes ou sur le papier ? Ayez confiance en vos capacités Cullen. Regardez, malgré l'embarras dans lequel m'a mis ma demande à votre égard, vous avez tout de même réussi à exprimer votre pensée et même à me redonner le sourire."

Éviter ce sujet. À tout prix. Ce n'est pas le moment de revoir les yeux injectés de sang d'un fou qui a failli la rendre ignoble au possible. Heureusement qu'elle a su espérer. Heureusement qu'elle a eu la foi, par les dieux ! La mage retire ses mains et part en fredonnant chercher son bâton et son instrument tout deux drapés sous couvertures et ficelles pour éviter toute malheureuse casse.
"Si je pouvais vous embrasser le front, je le ferai, soyez en sûr. Vous méritez vraiment toute la tendresse du monde, Sieur."
Elle calme tout de même son enthousiasme, posant une main rassurante sur l'épaule du Commandant.
Sans doute en fais-je trop, selon vous. Mais ces chansons sont comme les fragments de mon coeur, en perdre un serait comme laisser un trou dans une cotte de mailles. Dangereux et angoissant."
La main se retire aussi vite qu'elle est venue à l'entente des pas d'une sentinelle et Estrid observe le passage du garde de nuit un instant, comme encore prise dans les vertiges de cette soudaine révélation.
"Si vous préférez le faire ainsi, alors je vous attendrai au pas de votre bureau. Même si ...."
Elle arque son sourcil droit. Oui, têtue. Il ne doit pas l'oublier. Au vu de son expression, elle ne peut s'empêcher de rire puis secouer la tête.
"Ou sans doute est-ce trop pour une première fois. Et cela, je peux tout à fait le comprendre, Sieur Rutherford. J'attendrai donc au pas de votre porte et je m'en irai méditer une fois les textes en ma possession. Allons-y, je vous suis."

Mettant sa capuche et remontant mieux sa cape ainsi que son bâton et sa vielle, Estrid suit finalement le Commandant jusqu'à ses quartiers en fredonnant toujours quelques notes.
"Vous avez dit qu'une des chansons vous a parlé. Il est vrai que je l'ai écrite en pensant aux soldats et templiers qui ont malheureusement le déplaisir de connaître cauchemars et soubresauts chaque jour de leur vie. Je pense qu'ils ont le droit à de l'affection, du soutien. Un vrai soutien."
Elle s'arrête finalement à deux mètres de la porte, remettant sa robe en place qui précédemment sur le chemin a été ballotée par les coups de vents.
"Je vous attends donc ici. Ne mélangez pas vos papiers par mégarde."
La ménestrel s'accoude ensuite sur l'une des pierres, fredonnant toujours le même air, à la recherche de paroles qui commencent alors à se former silencieusement sur ses lèvres, et enfin ...
Sous un ciel faillé, des plaines rasées, le fléau est-il seulement noyé ? Ah où sont sont passés ces jours où une fois Gloire nous montra sa lumière ? Tombé sous les ailes noires de corruption. Ah un moment me donne la voix. Écoutez. Aucun de vous n'a encore entendu mot sur cette âme, ce pays, enveloppés par l'éternelle nuit ?
Ses mains se joignent et Nébuleuse pousse un profond soupir, sentant son coeur se lamenter de la perte de cet être qui fut un jour cher à ses yeux. Ce mage de sang qui maintenant d'après les rumeurs se montre horriblement dangereux pour ceux qui ont le malheur de ne point aller dans son sens.
"Désolantes sont ces douleurs de guerre ..."
Lâche-t-elle en soupirant longuement. Oui, désolantes sont les douleurs de guerre.

© 2981 12289 0

_________________
until I find my home
I have walked a thousand miles to find where I belong. Searched the world and all its isles but still I wander on (⚡) far across the land
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 96
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 324
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: Douleurs de guerre (P.V : Cullen) -Terminé - Dim 13 Aoû - 23:12

Missive 4
Commandant,
nous revenons de patrouille aux tombes émeraude et malheureusement nous n’avons pas pu trouver de gisements de lyrium rouge comme celles du saint temple cinéraire. Malgré toutes nos recherches nous avions dû prendre la fuite, attaqués par des géants. Je vous transmettrai mon rapport une fois au fort.
Douleurs de guerre



La jeune femme acquiesça quand il mentionna ce nom qu’était la Nébuleuse. Il se demandait d’ailleurs d’où cela venait, mais Estrid décida de contourner le sujet en revenant sur son problème d’expression.

« - Je pense soudainement à ce que vous avez dit. Dois-je comprendre que vous avez du mal à exprimer certaines choses, que ce soit en gestes ou sur le papier ? Ayez confiance en vos capacités Cullen. Regardez, malgré l'embarras dans lequel m'a mis ma demande à votre égard, vous avez tout de même réussi à exprimer votre pensée et même à me redonner le sourire.»
« - Je sais m’exprimer mais je ne suis pas aussi mélodieux que vous dans mes paroles en règle général. Je sais me faire comprendre d’une autre manière. »


Cependant, le fait qu’il ait retrouvé ses écrits, et ce purement par hasard, ravit la jeune femme bien plus qu’il ne l’aurait imaginé. Comment ses écrits pouvaient avoir autant d’importance ?

« - Si je pouvais vous embrasser sur le front, je le ferai, soyez-en sûr. Vous méritez vraiment toute la tendresse du monde, Sieur. »
« - Quand même pas à ce point, je ne fais pas grand chose »
« - Sans doute en fais-je trop, selon vous. Mais ces chansons sont comme les fragments de mon coeur, en perdre un serait comme laisser un trou dans une cotte de mailles. Dangereux et angoissant. »


Il la regarda avec un regard étonné, mais étrangement admiratif. Elle donnait énormément pour écrire ses textes, et même sans qu’elle le dise cela se voyait. Elle ôta la main qu’elle avait posé un peu plus tôt de son épaule et elle dévia son regard sur des gardes qui passaient aux alentours. Cullen suivit ce qu’elle regardait avec autant de méfiance.

« - Je vais de ce pas vous chercher cela, Dame Bellanaris. »
« - Si vous préférez le faire ainsi, alors je vous attendrai au pas de votre bureau. Même si.. »
« - ‘’ Même si’’... ? »
« - Ou sans doute est-ce trop pour une première fois. Et cela, je peux tout à fait le comprendre, Sieur Rutherford. J'attendrai donc au pas de votre porte et je m'en irai méditer une fois les textes en ma possession. Allons-y, je vous suis. »


Elle parti la première, le Commandant se demandant ce qu’elle voulait bien dire par là. Puis il se mit en route pour le bureau. Sur le chemin, Estrid continua de converser avec lui, de sujets divers pour commencer, puis revint sur sa chanson.

« - Vous avez dit qu'une des chansons vous a parlé. Il est vrai que je l'ai écrite en pensant aux soldats et templiers qui ont malheureusement le déplaisir de connaître cauchemars et soubresauts chaque jour de leur vie. Je pense qu'ils ont le droit à de l'affection, du soutien. Un vrai soutien. »
« - Tout le monde en a besoin, même si personne ne l’admet. »

Une fois devant la porte, il ne tarda pas à la pousser, mais voyant que la jeune elfe ne le suivait pas, il se retourna en sa direction, l’air interrogatif.

« - Je vous attends donc ici. Ne mélangez pas vos papiers par mégarde. »
« - Je n’en ai pas pour long, je retrouve mes affaires assez vite, tant que personne n’y touche »


Suite à cela il disparut à l’intérieur de la tour qui lui servait de quartier. Il s’approcha lentement de son bureau et ramassa ces feuilles qu’il avait laissées sur le coin de son mobilier. Curieux, il relit les textes un peu plus attentivement, et se redirigea vers la sortie pour les apporter à Bellanaris.

« - Voici, ce sont les deux parchemins que j’ai retrouvé. En espérant qu’ils ne soient pas trop abîmés. »

Suite à cela, il s’en retourna s’adosser contre le mur du rempart, en marchant d’un pas lent.

« - Bien, j’imagine que vous avez tout ce qu’il vous faut ? »

Il n’allait pas tarder à s’en aller, à moins qu’elle avait quelque chose à lui demander de plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Fluctuat nec mergitur ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 75
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Serindë Elisung
— CRÉDITS : Tumblr et moi
— PRESTIGE : 256
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Dalatienne
— LIEU D'HABITATION : Férelden et Orlaïs entiers sont ses foyers
— RANG SOCIAL : Aucun. Elle est juste connue et respectée auprès des gens du bas peuple pour ses bons services
— PROFESSION : Ménestrel, Mage, Agent de l'Inquisition
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Son bâton bleu de mage manufacturé
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle
— AMOUREUSEMENT : On la dit mariée à un noble orlésien. Mais elle n'a jamais avoué qui est son époux

MessageSujet: Re: Douleurs de guerre (P.V : Cullen) -Terminé - Mar 15 Aoû - 11:32

Please, hush, Little One ...Cullen & EstridDark is gone ( House Stark →  Game of Thrones   ) Il revient enfin. Lui, les parchemins en main. Elle ses mains jointes cachant son visage affichant une expression grave. Les quelques secondes passées avec elle-même lui ont rappelé à quel point l'homme pouvait se montrer fier et obstiné; jusqu'à ce que tombe les murs, les puissants pour au final ne faire que remonter ce que précédemment il a combattu. Cela lui rappelle certaines de ses connaissances et contacts ... dont Thorne. Se redressant de tout son long avec une infinie délicatesse pour prendre ce qui alors lui est tendu, Estrid regarde un moment le commandant, interrogative, voir même inquiète. Parchemins entre ses mains qu'elle enroule bien vite pour les cacher au final sous sa cape, l'elfe lui dit durant le processus de rangement, avec calme et sérieux :
"Je crois qu'il y aurait en effet des choses dont nous devrions parler. En temps voulu et quand les faits me seront accordés.
- Dame Bellanaris.
- Je sais."

Estrid opine du chef, se retournant pour saluer l'agent qui s'adresse à elle avec un certain empressement. Elle sait pourquoi il vient et elle fera comme à son habitude un rapport à Dame Leliana. C'est dans ses missions après tout; elle ne reste pas au fort seulement pour chanter. Ce n'est point pour cela qu'elle a pris ses engagements auprès de la Maître Espionne. Un silence étrange s'installe entre les deux agents, l'un saluant le Commandanttandis que l'autre lit les papiers qui lui sont tendues avec grand intérêt.
"Je vois ..."
Soupir de la ménestrel. Elle enroule à son tour ce papier avant de faire face à Cullen et le saluer.
"Si j'étais vous ... Sieur Rutherford ... cette boîte ... non. Je vous souhaite une agréable nuit, en espérant que vos troubles soient moins forts pour tout du moins, cette nuit. À bientôt, peut-être/"
Elle s'incline à son tour de la façon orlésienne, puis suit à pas rapide l'agent qui alors se met à lui parler sur le chemin des derniers décryptages qu'ils ont pu effectuer avec ses propres recherches. Les nouvelles reçues concernant les derniers déplacements ne lui laissent aucun doute : ces templiers rouges sont maintenant bel et bien installés aux Tombes Émeraudes, et ceux-ci ont commencé des extractions de veridium en mine; sans doute dans le but de creuser et trouver un filon de lyrium corrompu. Ils montent les escaliers menant au haut de cette tour où croassent les corbeaux avec force et violence. Cela irrite les oreilles de l'elfe mais ne l'empêche pas de s'avancer vers la fenêtre où se tient dans la pénombre cette femme cachée sous sa capuche. Cette femme aux cheveux roux. Elle ne met pas genou à terre, elle ne fait que passer et dit avec gravité ce que sans nul doute la dame savait plus ou moins.
"Je vous confirme que les coulées de boues tentent de briser le barrage."

Et qu'une de ses fameuses coulées allait sûrement venir bientôt chercher mot auprès de la ménestrel ....


© 2981 12289 0

-Rp Clos -

_________________
until I find my home
I have walked a thousand miles to find where I belong. Searched the world and all its isles but still I wander on (⚡) far across the land
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Douleurs de guerre (P.V : Cullen) -Terminé -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Gagner la guerre (Jean-Philippe Jaworski)
» Chariot de guerre
» WAB Guerre de 100 ans, Règles spéciales et listes d'armées
» La permière Guerre d'Armageddon. (Partie 3 posté!)
» Petites histoires de sous marins de la 2 nd guerre mondiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Fort-Céleste :: la cour du fort ; :: infirmerie-