— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

[Terminé] Une langue bien pendue [PV : Mellissandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 246
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 780
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: [Terminé] Une langue bien pendue [PV : Mellissandre] Jeu 10 Aoû - 1:58

Missive 2
Commandant,
Avant votre départ, je souhaiterais tout de même vous prévenir de rester sur vos gardes, avec ce prisonnier. Il est plutôt fourbe et n'hésitera pas à vous balader durant le trajet pour tenter de s'enfuir. Surveillez-le bien, ne sait-on jamais. Bon retour à Fort Céleste !
Une langue bien pendue



Malgré sa question, elle ne répondit pas tout de suite. Il jeta un œil par-dessus son épaule, il vit la fille comme transformée, perdue. Malgré ses états d’âme, elle paraissait être différente cette fois-ci, une autre personne. C’était la première fois pour Cullen qu’il regardait Mellissandre avec un œil plus doux, presque compatissant.

« - Je vais aller me réchauffer près du feu »

Elle se releva, fixant machinalement le sol puis tourna le dos en direction du campement. Elle ne tarda pas à partir au petit trot pour se dépêcher de l’atteindre, le commandant ne la quittant pas des yeux.

Il s’assura qu’aucun de ses templiers de l’attaque, mais finalement Elwig ne bougea pas. Il reprit alors ses petites besognes. L’eau était absolument gelée, mais cela ne lui importait peu, car il préférait les douches froides qui favorisaient bien des choses.

Rien de tel qu’une bonne petite douche pour se revitaliser un peu ! Et sentir cet effet graveleux en moins sur sa peau le mettait sur son petit nuage, jusqu’à ce qu’il entende crier en direction du campement.

« - Vous avez essayé de me tuer ! »

C’était reparti, une nouvelle querelle entre Mellissandre et Elwig, si ça continuait Cullen allait vraiment perdre patience. Il s’appuya le front et les mains contre le rocher qui se trouvait en face de lui, hésitant presque à se donner un bon coup pour se réveiller de cette situation bien étrange.

Il savait désormais qu’il ne fallait pas amener de mages avec lui ça portait malheur… Il tentait de rester calme jusqu’à ce qu’il entende ces cris de plus belle et bien plus forts qu’auparavant. A quoi bon de commencer à réciter des prières, il fallait qu’il mette ses choses au clair, et rapidement. Il se retourna et quitta la source, l’eau encore ruisselante sur son corps tout entier. Il enfila alors son pantalon et se dirigea vers le campement.

Lorsqu’il approcha le campement, Mellissandre était à terre en pleure et les deux templiers se retournèrent aussitôt qu’ils le virent arriver. Le Commandant n’eut pas besoin de s’exprimer pour démontrer son mécontentement. D’ailleurs il n’y avait plus eu un seul bruit depuis qu’il avait mit les pieds en ces lieux, mise à part le prisonnier qui émettait des bruits de moqueries.

Les deux templiers partirent chacun de leur côté pour éviter de se recevoir les foudres du Commandant qui pouvait se montrer particulièrement désagréable quand il était en colère. L’un finit par rentrer dans une des deux tentes qui était montée, l’autre attrapa un des cochards qui grillait sur le feu et parti s’installer contre un arbre un bout plus loin.

Cullen analysa alors tout le campement et alla finalement s’installer près du feu où il avait installé sa couche un peu plus tôt. Il regarda alors la nourriture griller, puis son regard dévia vers Mellissandre. Il lui tendit un des cochards qui grillait et insista pour qu’elle le prenne.

« - Il vous faut manger, Mellissandre. »

Puis il s’allongea observant le ciel étoilé, en croisant les bras derrière la nuque. Il se mit à l’aise et se perdit dans ses pensées, bercé par le craquement du feu qui brûlait à côté de lui.

« - Nous ne sommes pas à la cour royale de Tevinter où des gardes rapprochés vous protègent du monde extérieur. Pour bien moins que cela ces templiers auraient été châtiés, si vous en aviez donné l’ordre. Mais dans ce monde, c’est à vous de vous adapter, de vous montrer docile et moins provoquante si vous n’êtes pas capable de vous défendre seule. Ce n’est pas un reproche bien au contraire, cela vous a permit d’apprendre. »

Les nobles ne se rendaient pas compte de ce que cachait le monde en dehors de la soie et des murailles épaisses qui les protégeaient de tout. Peut-être qu’elle avait compris, mais il ne voulait pas lui faire penser que cet incident, bien que regrettable, n’était pas un cas isolé. Et heureusement que ses hommes n’étaient pas des brutes de guerriers qui n’auraient sans doute pas hésité à la forcer à faire des choses. Il ne voulait pas lui faire peur, du coup il se retint de lui faire part d’avantages de reproches.

« - Je suis de garde durant la première partie de la nuit. Si cela vous dit, vous pouvez rester près du feu, mais la seconde tente vous est réservée si vous le souhaitez. »

Elle pouvait voir qu’il comptait bel et bien rester dormir à la belle étoile ce soir. Tout son matériel était étalé à l’extérieur des tentes, ses vêtements séchant à un recoin, son lit de l’autre…

« - N’ayez crainte je surveille le camp, ce soir »

Il lança un regard mauvais au prisonnier qui était attaché contre un arbre, quelques mètres plus loin. Heureusement qu’il était bâillonné, cela aurait sûrement évité des remarques de sa part.

« - Puis-je me permettre : que s’est-il passé tout à l’heure ? »

Il avait conclu que l’un avait essayé de tuer l’autre en entendant hurler au travers de la foret tout à l’heure. Mais le Commandant ne savait pas vraiment de quelle manière et surtout ce qui s’était vraiment passé. Il souhaitait mettre les choses au clair, et de ce fait, savoir ce qui la tracassait vraiment.

« - A moins que ce ne soit cette vision désagréable de ma peau sous vos yeux innocents ~ ? »


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 473
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1243

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: [Terminé] Une langue bien pendue [PV : Mellissandre] Jeu 10 Aoû - 12:37

Toujours sanglotante sur le sol, Mellissandre aurait très puérilement souhaité que ses parents soient là. Respirer l’odeur des cheveux de sa mère, se lover dans les bras puissants de son père. Il n’y avait qu’avec eux qu’elle pouvait être en sécurité, qu’elle pouvait être heureuse. Dans ses larmes, il y avait de la peur, de la frustration mais sans doute aussi un peu de nostalgie d’être si loin des siens, si loin des règles qu’elle connaissait.

La voix du Commandant la ramena à la raison et réalisant subitement son indécence à pleurer ainsi, elle sécha immédiatement ses larmes en ravalant un dernier hoquet. Quelques profondes respirations plus tard elle était à nouveau maîtresse d’elle même, mis à part ses yeux un peu gonflés, rien ne pouvait trahir ses précédent émois, elle avait retrouvé toute son altière dignité. Un regard sur Cullen qui était toujours torse nu lui rappela la vision fort indécente qu’elle avait eu quelques instants plus tôt et elle sentit ses joues se roser avant de chasser son malaise pour donner illusion.

Docile, elle se rapprocha des flammes et attrapa le cochard grillé entre ses doigts, l’examinant d’un œil circonspect avant d’en prendre une petite bouchée. La cuisine raffinée de Tevinter lui manquait mais c’était tout à fait mangeable et elle se retrouva à croquer avec avidité dans son morceau de viande, réussissant par miracle à avoir l’air d’une femme respectable et élégante malgré tout. C’était ça le vrai talent.

Concentrée sur sa mastication, elle sursauta presque en entendant le Commandant commencer à lui faire la moral, sans doute dans l’intention de l’endurcir un peu. Placide, Mellissandre le regarda intensément, son cochard dans une main, serrant sa couverture qui lui servait toujours de vêtement dans l’autre. Autant dire que le tableau était un peu surréaliste et qu’à cet instant elle n’avait guère l’air d’une noble de Tevinter si ce n’est son port de tête.

« J’avais quatre ans la première fois que quelqu’un a essayer de m’assassiner », répondit-elle avec un certain détachement en reprenant une bouchée de nourriture. « Un des scorpion les plus venimeux de Tevinter dans mon lit », ajouta-t-elle toujours aussi indifférente, lui indiquant par la même l’arme fort exotique du crime. « Une autre fois c’était du poison dans mon verre. Il y a eu aussi la fois où quelqu’un s’est simplement infiltré dans la maison avec ses dagues… Et puis cette esclave qui a essayé avec une de mes épingles à cheveux…  Oh, j'ai eu un elfe psychopathe avec une grosse épée une fois aussi. Et je ne parle même pas des combats que j’ai déjà vécu. », continua-t-elle toujours aussi neutre, le souvenir de ses tentatives ne la faisant même pas frémir. Il se passait rarement une soirée mondaine sans un petit meurtre, c’était monnaie courante là-bas. Non, ce qui l’avait vraiment terrifié cette fois là était dans la façon dont il s’y était pris, et ce qui l’avait achevé, c’est qu’elle ne pouvait rien faire pour se débarrasser de cette menace.

« Mais personne n’a jamais été aussi proche de réussir », conclu-t-elle en regardant Cullen dans les yeux, montrant la colère latente qui faséyait encore indolemment en elle. « Et surtout... je ne me suis jamais sentie si impuissante », avoua-t-elle finalement avant de secouer la tête pour chasser les émotions négatives qui menaçait de s’emparer d’elle à nouveau. « Je ne pense pas que vous réalisez à quel point c’est frustrant de voir la personne qui vous a infligé cela marchait librement et de savoir que vous ne pouvez rien faire, que vous ne pouvez pas obtenir justice », conclu-t-elle avec un léger ton de reproche alors qu’elle dévisageait toujours le Commandant aussi intensément.

Toutefois, elle finit par soupirer, s’étirant comme un chat en veillant à ne pas perdre sa couverture de fortune pour autant. « Mais vous avez raison, j’ai été naïve de croire que je pouvais baisser ma garde en votre présence. Elwig n’aurait jamais pu m’approcher ainsi, si je n’avais pas été si imprudente », avoua-t-elle davantage dur envers elle même qu’il ne l’imaginait. « Pourtant, je sais très bien qu’on ne peut faire confiance à personne... », conclu-t-elle plus pour elle que pour lui, très amère d’avoir oublié la première leçon fondamentale qu’on lui avait enseigné. Elle était entourée de serpents.

Trop zélée d’acquérir la confiance de l’Inquisition elle avait perdu des réflexes salvateurs. Il faut dire que la situation était épineuse : elle ne pouvait pas attaquer à vue ses compagnons comme elle l’aurait normalement fait. Sa mission l’entravait, maintenant elle savait à quel point cela serait compliquée d’assurer sa propre sécurité sans commettre un impair irréparable auprès de ses nouveaux alliés.

Ayant sans doute compris qu’elle n’avait pas l’esprit tranquille de savoir son assassin si proche d’elle, Cullen lui proposa de rester près de lui un certain temps, lui assurant qu’il veillerait sur sa sécurité. Une proposition tentante au demeurant même si en réalité qu’est-ce qui pouvait lui garantir que le Commandant n’avait pas d’intentions néfastes à son égard ?

Toutefois, elle n’eut pas le temps d’approfondir ses réflexions car il lui demanda ce qui s’était passé avant de lui lancer une petite pique. Prise au dépourvu, elle s’étouffa légèrement avec son ultime morceau de viande, avant de retrouver toute sa contenance, recomposant son personnage audacieux pour lui renvoyer un sourire malicieux.

« Désagréable ? », souligna-t-elle en penchant légèrement la tête sur le côté, détaillant ostensiblement le torse musclé qu’elle avait sous les yeux et qui était indéniablement séduisant en dépit des fines cicatrices qui se dessinaient dessus. Ou peut-être à cause d’elles, allez-savoir. « Vous savez parfaitement que vous êtes bel homme, à moins que je ne vous l’ai pas encore assez dit ? », le taquina-t-elle d’une voix sensuel qui sonnait presque comme une menace. Elle s’était calmée sur les compliments, mais s’il la cherchait, il allait la trouver.

En fait, elle n’avait aucune envie de réellement lui raconter les événements car cela signifiait raviver des souvenirs encore douloureux. Et puis elle avait un personnage à incarner après tout. Se relevant, elle lui fit donc face, toujours vêtue de sa fine couverture, qui menaçait de tomber à tout instant, désireuse de lui retourner sa provocation.

« Et vous Commandant, vous n’avez pas trouvé mon sauvetage trop 'désagréable' ? », susurra-t-elle avec une audace déconcertante compte tenu de sa gêne intérieur. Mais bon, ce qui était fait était fait, autant s’en servir à son avantage désormais. Si les images de son corps dénudés dansaient au moins quelques bonnes minutes dans sa mémoire, elle aurait gagné.

Fatiguée de devoir sans cesse prendre garde à ne pas finir à nouveau en tenue d’Eve, elle chercha des yeux quelque chose qui pouvait faire office de vêtement maintenant que sa robe était fichue. Évidemment, elle ne manqua pas d’apercevoir la tunique du commandant qui avait presque finie de sécher à côté de son horrible manteau de fourrure.

Attrapant le haut sans demander sa permission, elle coula un regard sensuel sur le Commandant toujours torse nu, un de ses éternels sourires facétieux aux lèvres. « Puisque vous ne semblez pas en avoir besoin », minauda-t-elle avant de se retourner en direction de la tente, attrapant à la volé ses affaires. « Je vous l’emprunte... »

Quelques instants plus tard, elle ressortie effectivement vêtue de son vêtement, qui, à l’image de celle qu’on lui avait fournis la veille couvrait le strict minimum. Elle en avait d’ailleurs profité pour se coiffer, réunissant ses cheveux en chignon pour que les gouttes cessent de couler le long de son échine, mais aussi et surtout pour se parfumer, s’assurant par la même occasion que sa délicieuse odeur sucrée de jasmin et de menthe imprègne ses vêtements.

Lui accordant à peine un regard victorieux, elle retourna ensuite en direction des sources pour laver sa robe, revenant de longues minutes après la faire sécher au coin du feu, promesse qu’il pourrait un jour récupérer son bien.

Finalement, elle avait décidé d’accepter son offre et elle s’installa donc ses affaires au coin du feu, non loin de lui, s’allongeant en lui tournant le dos emmitouflé dans une couverture.
« Bonne nuit Commandant », déclara-t-elle d’une voix douce avant de se souvenir qu’il devait monter la garde. « Non, surtout pas en fait, restez-bien éveillé », se ravisa-t-elle en lâchant un petit rire moqueur dirigé contre elle même.

Après toute ces péripéties, elle était épuisée, un peu de sommeil ne lui ferait pas de mal. Malheureusement, étant insomniaque depuis des années, son plan ne se déroula pas tout à fait comme prévu. Après avoir sombrer dans son habituel sommeil sans rêve, quelques démons lui rendirent visite, jouant sur son traumatisme encore frais. De l’eau partout, le liquide qui s’infiltrait dans ses poumons, sa tête trop lourde pour être soulevée et des vois sardoniques qui lui susurraient qu’elles pouvaient l’aider…

Réveillée en sursaut, Mellissandre essoufflée papillonna des yeux, réalisant qu’elle avait probablement gigoté dans son sommeil vu à quel point elle était décoiffée. Un peu hagarde, elle se frotta les yeux jetant un œil au Commandant, inquiète de savoir si elle avait parlé dans ses cauchemars. Ce n’était jamais rassurant de savoir qu’un mage entendait des démons après tout.

Fermant les yeux, elle s’étira avant de s’asseoir, posant sa tête sur ses genoux, toujours dissimulée sous la couverture. Elle n'était pas prête de s'endormir à nouveau.

« Vous vouliez savoir ce qui s’était passé tout à l’heure », souffla-t-elle finalement, orientant la discussion vers les événements pour éviter qu’il ne se doute de la récurrence de ses mauvaises nuits. Elle soupira, oscillant entre des envies contraire de chasser les souvenirs et de les appeler pour lui fournir une description suffisamment éloquente.  

« Il a essayé de me noyer. Il m’a attrapé les cheveux et il m’a mis la tête sous l’eau », décrivit-elle de manière tout à fait mécanique, déshumanisant l’acte pour ne pas se souvenir de la sensation de suffocation, de la force de sa poignée qui tiraillé son cuir chevelure et l’empêchait de sortir sa tête. « J’ai réussis à lui envoyer une décharge, mais l’eau conduit bien l’électricité alors je savais que je la sentirais aussi. »

En fait, cela lui faisait plus de bien d’en parler qu’elle n’aurait cru. Cela avait quelque chose de cathartique.

« C’est la seule raison pour laquelle il est encore en vie », conclu-t-elle sa voix glaciale empêchant le moindre doute sur sa sincérité. Tout allié qu’il soit, s’il la touchait encore, elle n’hésiterait pas et personne ne pourrait le lui reprocher.

_________________
Reine incontestée du flood et des baignoires  



*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 246
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 780
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: [Terminé] Une langue bien pendue [PV : Mellissandre] Ven 11 Aoû - 1:13

Missive 2
Commandant,
Avant votre départ, je souhaiterais tout de même vous prévenir de rester sur vos gardes, avec ce prisonnier. Il est plutôt fourbe et n'hésitera pas à vous balader durant le trajet pour tenter de s'enfuir. Surveillez-le bien, ne sait-on jamais. Bon retour à Fort Céleste !
Une langue bien pendue



Il se mit à sourire malicieusement après avoir dit ça.. Cela permettrait à cette tévintide de se calmer et de penser à autre chose, qui sait. Il ne fut néanmoins pas surprit de la réaction de Mellissandre suite à sa pique.

«  - Désagréable ?, répondit-elle en le reluquant d’avantage, Vous savez parfaitement que vous êtes bel homme, à moins que je ne vous l’ai pas encore assez dit ? »

Il n’avait pas la forte impression qu’elle profitait du spectacle, lorsqu’elle se trouvait près de lui. Mais peu importait, il se contenta de lui répondre d’un rire. Elle esquiva la question qu’il l’avait posé comme si elle essayait d’entretenir une certaine fierté malgré ses blessures.

Elle se leva, la couverture glissant légèrement le long de son corps encore frêle. Elle la tenait d’une main, et avait l’air de ne pas se douter qu’elle menaçait de tomber. D’ailleurs du point de vue de Cullen qui se trouvait encore couché à terre, il eut une entrevue sur sa hanche dénudée qu’il lorgna quelques instants et fis comme s’il n’avait jamais rien vu.

«  - Et vous Commandant, vous n’avez pas trouvé mon sauvetage trop ‘’désagréable’’ ? »

Une noble qui se laissait imaginer qu’elle n’était pas choquée par avoir été touchée nue par un homme qu’elle connaissait à peine. Malgré le fait qu’elle avait probablement un profond malaise, elle ne démontrait aucun ressenti à ce sujet. Cullen s’assis alors, un pied à terre en posant le bras sur le genou qui lui servirait d’accoudoir et observa la jeune femme de plus près.

«  - Vous êtes douée pour mentir, ne me faites pas croire que mes mains ‘’ baladeuses ’’ vous ont laissée indifférente. »

Il n’allait pas se vanter d’avantage et ria en voyant à quel point elle commençait vraiment à ne plus arriver à tenir la pauvre couverture qui cachait son corps.

«  - Allez vous changer, avant que vous ne finissiez vraiment par tolérer une seconde fois que je vous reluque »

Elle parti alors en direction de la tente d’un pas lent et très sensuel pour se saisir d’un des vêtements de Cullen qui la regarda faire sans dire mot.

«  - Puisque vous ne semblez pas en avoir besoin, je vous l’emprunte.»
«  - Et demain soir vous allez piquer la tenue du prisonnier ? »


Il plaisantait bien entendu, mais elle avait un certain don pour piquer les vêtements des autres, et surtout quand ces derniers étaient trop grands pour elle. Il ne fit pas vraiment attention à elle, qui se dirigea vers la tente pour enfiler ses vêtements, pendant qu’il se prélassa tranquillement au coin du feu.

Il se perdit dans ses pensées, fermant les yeux pour profiter de sa tranquillité si soudaine alors que Mellissandre partait laver son linge près des sources. Quelques instants après, elle revint étendre sa robe et vint installer ses affaires  à côté du feu. Suite à cela, elle s’installa et se positionna dos à lui pour dormir.

«  - Bonne nuit Commandant…Non, surtout pas en fait, restez bien éveillé »
«  - J’y veillerai ~ »


Alors qu’elle semblait endormie, ou du moins dans ses pensées, Cullen écrivais des missives qu’il devait envoyer à des alliés et compléter ses démarches administratives habituelles qu’il faisait en règle général dans son bureau.

Il écrivait encore quand la jeune femme se mit à gémir, puis à s’agiter avant de se réveiller en sursaut. Cullen observait cela, et se rappelait des nuits horribles qu’il passait quand il essayait de dormir… En règle général il ne passait pas des nuits bien longues tant il se tourmentait dans son sommeil.

Quand Mellissandre se retourna pour jeter un œil sur lui, il était assis, adossé contre ses affaires et l’observa silencieusement.

«  - Rêves tourmentés ? »
«  - Vous vouliez savoir ce qui s’était passé tout à l’heure. »
«  - Si cela n’est pas un problème pour vous »
«  - Il a essayé de me noyer. Il m’a attrapé les cheveux et m’a mis la tête sous l’eau »
«  - Vraiment… ? »
«  - J’ai réussis à lui envoyer une décharge, mais l’eau conduit bien l’électricité alors je savais que je la sentirais aussi. »
«  - Il en va de soit… Mais que vous est-il passé par la tête à ce moment-là ? »


Bon un mal pour un mal, dans les deux cas elle aurait pu mourir… Cette situation était délicate à cause du conflit mage/templier qui régnait depuis la chute à Kirkwall… Il se retint de dire quoi que ce soit, mais il ne pouvait que comprendre la haine qui la hantait.

«  - C’est la seule raison pour laquelle il est encore en vie »
«  - Dans tous les cas vous avez eu de la chance… »


Il posa ses affaires et se redressa envers elle, prenant soin de poser la plume dans la reliure de ses écrits.

«  - S’il souhaitait vraiment vous tuer il l’aurait fait d’un geste de la main, les templiers connaissent d’innombrables techniques pour tuer des mages rapidement. »

Il releva les yeux vers elle, le regard cette fois bien plus sérieux qu’auparavant.

«  - A moins qu’il ait voulu vous donner une mort lente, par pur sadisme. »

Puis il reprit une buche et la remit dans le feu pour le maintenir en vie avant de reprendre ses affaires.

«  -  Je ne permettrai pas de morts inutiles, alors que nous sommes en plein conflit. Les mages, les templiers… Et maintenant les venatoris. Je ne vais prendre la défense de personne, mais j’aimerais que cela cesse et rapidement. »

Il se leva et avança en sa direction

«  - En tout cas je me doutais pas que vous aviez des insomnies, en voilà un drôle de point commun »  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 473
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1243

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: [Terminé] Une langue bien pendue [PV : Mellissandre] Ven 11 Aoû - 2:45

Plus le temps passait, plus Mellissandre songeait qu’elle avait probablement mal jugé le Commandant. Sans dire qu’il était à l’aise avec les femmes, il la provoquait trop pour ne pas apprécier leurs joutes verbales. De son côté, elle était une oratrice trop avisée pour ne pas répliquer aussitôt par un nouveau trait d’esprit.

«  - Vous êtes douée pour mentir, ne me faites pas croire que mes mains ‘’ baladeuses ’’ vous ont laissée indifférente. »
« Vous marquez un point. Mais ce n’est pas un mensonge, c’est du pragmatisme », concéda-t-elle drapée dans son habituelle dignité. « Quand à vos 'mains baladeuses', si j’en crois les allégations de notre cher prisonnier, je ne pense pas que vous soyez homme à profiter de la situation », ajouta-t-elle avec un petit sourire en coin alors qu’elle faisait allusion à sa virginité supposée. « Mais je note surtout que vous avez subtilement éludé ma question, Commandant ~ », l’acheva-t-elle avec un air entendu brodé d’un sourire triomphal. Qui ne dit mot consent après tout.

Un adage appuyé par la fascination qu’il semblait avoir pour cette couverture instable qui risquait de la mettre dans l’embarras à tout moment et qu’il lui suggéra de remplacer par un vêtement décent.

« J’y songeais justement », confirma-t-elle avant de désigner d’un mouvement de menton le prisonnier toujours bâillonné dans un coin qui ne la quittait pas des yeux. « Surtout que je crois que notre cher ami est sur le point de se faire frère chantriste tant il à l’air de prier assidûment le Créateur que cette couverture glisse », soupira-t-elle, un petit frisson traversant sa colonne à l’idée que ce pervers puisse profiter du spectacle. Elle voulait bien être pragmatique mais une chose était sûre, elle serait profondément dégoûtée si quelque chose comme ça devait arriver.

«  - Et demain soir vous allez piquer la tenue du prisonnier ? »

Mellissandre qui de toute façon n’avait pas l’intention de coopérer, rit légèrement devant cette taquinerie faisant une moue songeuse avant de jeter un regard dédaigneux sur l’intéressé.

« Il n’a pas un aussi bon sens du style que vous », rétorqua-t-elle glissant ce compliment ridicule avec un naturel déconcertant. Pour une fois, c’était évident qu’elle se moquait gentiment plutôt que de tenter de le séduire.

Si l’objectif du Commandant avait été de lui remonter le moral, il fallait bien admettre qu’il avait plutôt bien réussi. Dommage que son cauchemars ait tout gâché. La conversation sérieuse qui en découla n’était pas des plus agréables, mais bon, on ne pouvait pas passer sa vie à faire l’autruche et à ignorer la gravité de certaines situations.

A y repenser, l’acte d’Elwig avait été étrange, mais la théorie du Commandant avait quelque chose de déconcertant.

« Je ne pense pas que Elwig soit sadique », répondit-elle d’une voix incertaine. Elle se souvenait fort bien de son regard plein de colères et de haines mais il n’avait pas l’air d’y prendre du plaisir… « Enfin, vous connaissez vos hommes plus que moi, mais je pense qu’il avait d’autres motivations… », ajouta-t-elle songeuse, élaborant quelques explications farfelue pour justifier cette méthode très lente de la tuer. « Peut-être savait-il que je réagirais d’instinct si je le voyais avec son épée dégainée ? Il a voulu me prendre par surprise? », tenta-t-elle sans réel succès.

Finalement, elle préférait ne pas se mettre dans la tête de son adversaire, c’était encore trop pénible. Heureusement que Cullen semblait sincèrement déterminé à empêcher toute effusion de sang inutile  et qu’il eut la délicatesse de changer de sujet. Enfin, c’était un bien grand mot dans la mesure où il était reparti sur sa nuit tourmentée mais elle était fascinée d’en apprendre un peu plus sur son interlocuteur.  

« Ah, vous ne dormez pas beaucoup non plus ? », demanda-t-elle pour l’encourager à en dire plus alors qu’elle se levait, s’étirant tranquillement pour réveiller ses muscles encore un peu endormis. Tâtonnant dans la semi-obscurité, elle farfouilla dans ses affaires pour sortir une boite de feuille séchée qu’elle huma quelques secondes pour s’assurer d’avoir pris le bon récipient.

« C’est de la camomille », déclara-t-elle en s’approchant pour tendre la boite à Cullen qu’il puisse sentir à son tour le parfum plutôt agréable de cette plante.

« Infusé en tisane, ça aide à dormir », expliqua-t-elle en lui faisant un sourire légèrement compatissant mais surtout complice. C’était étrange d’être lié par quelque chose d’aussi anodin mais autant en profiter pour se rapprocher après tout.

Joignant le geste à la parole, elle entreprit de trouver une tasse et de faire chauffer de l’eau tandis qu’elle continuait avec ses habitudes pour contrer l’insomnie. Rien de miraculeux, mais cumulé cela pouvait toujours aider. « J’aime bien m’étirer ou prendre un long bain chaud parfumé à la lavande aussi », déclara-t-elle donc avec nonchalance, soupirant de béatitude rien qu’à l’idée de se prélasser dans une baignoire gigantesque.

Sa besogne terminée, elle en bû une gorgée pour tester le goût, et, éternelle enjôleuse malicieuse, elle se pencha en prenant appui sur son épaule pour lui offrir à son tour la boisson dans cette même tasse qu'elle venait d'utiliser. Son geste inconscient ne le resta toutefois pas, car, si elle s’était habituée à le voir torse nu, la fraîcheur de sa peau alors qu'elle posait ses doigts dessus la fit presque sursauter.

« Vous êtes glacé ! », s'offusqua-t-elle bêtement avec un air horrifié, réalisant qu’elle était un peu la responsable de cet état de fait. En soi cela n'avait rien de surprenant vu la fraîcheur de la nuit mais tout de même, il aurait dû se tourner comme une rôtisseoir pour que son dos puisse bénéficier un peu de la chaleur des flammes...

Pas cruelle à ce point, elle s’éclipsa donc en récupérant sa robe désormais sèche dans l’intention évidente de se changer. Elle ne revint que quelques minutes plus tard, lui jetant nonchalamment sa tunique sur les jambes pour qu’il puisse l’enfiler sans avoir à se lever.

« On a qu’à dire que je l’ai chauffé pour vous », plaisanta-t-elle avec son habituelle facétie, constatant effectivement que le tissu était tiède dans la mesure où elle l’avait porté près du feu et emmitouflée dans une couverture pendant quelques heures. Autant dire qu’avec l’entêtante odeur de jasmin et de menthe qu’elle avait également laissé dessus au moins jusqu’au prochain lavage, il ne pourrait pas oublié qu’elle l’avait porté.

De son côté, elle n’était pas mécontente de retrouver sa robe, même s’il fallait bien avouer que le trou béant au niveau du bras, là où elle s’était écorchée en tombant de cheval, lui donnait un air débraillé qu’elle trouvait fort déplaisant.

Se rasseyant à sa place, la jeune femme jeta un bref regard à la tunique avant de s’aventurer sur un terrain glissant mais qui la taraudait depuis un moment.

« Je peux vous poser une question personnelle ? », l’interrogea-t-elle en pure rhétorique puisqu’elle ne lui laissa pas le temps de répondre. « Qu’est-ce qui vous a poussé à rejoindre l’Ordre? », demanda-t-elle d’une voix douce, désireuse de ne pas être trop agressive sur le sujet. Il n’avait jamais caché son appartenance à l’Ordre, même si, contrairement à ses comparse, il n’arborait pas le bel uniforme clinquant et universel des anti-mages. Ce qui soulevait d’autres questions. « D’ailleurs, pourquoi vous ne portez pas l’armure des templiers ? … En plus, je ne suis pas très au fait des coutumes du Sud, mais il ne me semble pas que ‘Commandant’ soit un grade approprié non? », nota-t-elle également dans l’intention de percer le mystère qui entourait Cullen.

_________________
Reine incontestée du flood et des baignoires  



*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 246
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 780
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: [Terminé] Une langue bien pendue [PV : Mellissandre] Ven 11 Aoû - 16:25

Missive 2
Commandant,
Avant votre départ, je souhaiterais tout de même vous prévenir de rester sur vos gardes, avec ce prisonnier. Il est plutôt fourbe et n'hésitera pas à vous balader durant le trajet pour tenter de s'enfuir. Surveillez-le bien, ne sait-on jamais. Bon retour à Fort Céleste !
Une langue bien pendue



« - Ah vous ne dormez pas beaucoup non plus ? »
« - Non, en effet je dors peu depuis plusieurs années »


Il ne s’attarda pas sur les détails de la tour, cela ne la regardait pas et rien que d’y penser il avait des images qui lui revenaient. Il continuait alors ses petites affaires alors que la jeune femme se leva farfouiller dans ses affaires. Quand elle revint s’asseoir, elle tenait une boîte entre ses mains. Le Commandant regarda alors le récipient qu’elle ouvrit pour sentir son parfum.

« - C’est de la camomille, annonça-t-elle en tendant la boîte à son interlocuteur, infusé en tisane, ça aide à dormir. »

Elle insistait un peu pour qu’il plonge le nez dedans, mais en effet les herbes séchées refoulaient une forte odeur de plantes qui le fit reculer après une très petite inspiration.

« - Ah oui, ça sent fort »

Cullen n’était pas amateur de thé, et comme il souhaitait rester éveillé pendant un certain temps encore, il ne présenta pas un certain engouement pour ce qu’elle proposait.

« - J’aime bien m’étirer ou prendre un long bain chaud parfumé à la lavande aussi »
« - Votre lit douillet et chauffé au charbon vous manque aussi ? ~ »


Ces nobles, à toujours vouloir obtenir le confort… Il l’observa, et secoua la tête doucement. Mais à peine il eut le temps de se replonger dans ses écrits que Mellissandre s’était collée à lui, posant une main sur son épaule, ce qui le fit retourner ses papier pour ne pas qu’elle voie ce qui était annoté dessus. Elle voulu lui faire boire un peu de son thé qu’elle venait de se préparer, il n’eut pas le temps de répondre qu’elle s’exclama :

« - Vous êtes glacé ! »

Ah cette fameuse réplique qu’il avait l’habitude d’entendre quand quelqu’un avait le malheur de poser la main sur sa peau. Oui, il était gelé mais ses symptômes agrandissaient cette impression, surtout au niveau des mains. Fort heureusement pour lui, personne ne pouvait se douter de quoi que ce soit.

« - Probablement l’air frais de la nuit, mais rassurez-vous je ne trouve pas qu’il fasse aussi froid »

Elle s’en alla alors, récupérant sa robe au passage, puis revint avec la tunique en main et la jeta sur ses genoux.

« - On a qu’à dire que je l’ai chauffé pour vous »

Il regarda l’air étonné son vêtement et ne put s’empêcher de l’amener à son nez pour le sentir tant une odeur peu familière flottait dessus.

« - ouarf… ! Vous l’avez parfumée ?! »

Un vêtement masculin qui sentait la fleur sous-entendait tellement de choses… Et elle n’avait pas ménagé sur le parfum, ça sentait même beaucoup trop pour lui. Peu importait, il l’enfila quand même et continua ses affaires, le nez le démangeant beaucoup.

« - Je peux vous poser une question personnelle ? »

Il leva la tête vers elle, curieux d’entendre sa question, qu’elle ne tarda pas à poser d’ailleurs…

« - Qu’est-ce qui vous a poussé à rejoindre l’ordre ? »

Une drôle de question mais qui était tout à fait légitime quand on ne connaissait pas le Commandant. Tant de ses hommes le lui avait demandé, et il répondait exactement la même chose à tout le monde à vrai dire…

« - Enfant, j’ai toujours voulu rejoindre l’ordre pour pouvoir contribuer à apporter la paix dans ce monde. Je vivais un petit village qui était protégé par la chantrie locale et ses templiers qui m’ont servi de modèles. Je voulais venir en aide aux gens et pour moi c’était la meilleure solution qui s’offrait à moi. »

Il était bref, mais a quoi bon s’étaler, alors qu’elle venait d’entendre sa réponse. Mais il s’efforça de garder le sourire pour éviter de repenser à son expérience à la tour des mages de Ferelden.

« - C’est ainsi que j’ai rejoins les templiers »
« - D’ailleurs, pourquoi vous ne portez pas l’armure des templiers ? … En plus, je ne suis pas très au fait des coutumes du Sud, mais il ne me semble pas que Commandant soit un grade approprié, non ? »
« - Non en effet, Commandant n’est pas un grade chez les templiers. »


Il se mit à l’aise dans sa couche en réfléchissant comme lui expliquer pour ne pas que ce soit trop compliquée pour elle.

« - Je ne porte pas l’armure simplement parce qu’après la chute de la chantrie de Kirkwall j’ai quitté l’ordre, avec une poignée d’hommes. »

Il soupira alors, observant les étoiles qui brillaient dans le ciel. En effet, après la guerre civil entre les mages et les templiers de Kirkwall, il avait beau essayé de restaurer l’ordre avec ses hommes et le héraut, cela était impossible.

« - Je ne suis commandant que depuis que j’ai rejoins les forces de l’inquisition. Initialement j’étais Chevalier sous-capitaine. Je pense que ce grade vous parle plus. Je me suis dirigé vers le conclave pour espérer trouver un moyen de rétablir la paix près de la Divine. Mais comme vous devez très certainement le savoir cela ne s’est pas déroulé comme prévu. »

Il n’allait pas raconter à nouveau ce que l’inquisition avait traversé, après tout il en aurait pour la nuit entière et elle devait savoir ces histoires déjà.

« - Enfin, je n’ai pas l’histoire la plus palpitante que cela. »

Il se rassieds alors, regardant Mellissandre qui était toujours assise près de lui

« - Et vous, vous avez étudié dans un cercle ? J'ai entendu dire que ce n'était pas la même chose qu'à Ferelden là-bas. Comment y sont les templiers ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 473
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1243

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: [Terminé] Une langue bien pendue [PV : Mellissandre] Ven 11 Aoû - 21:13

Etant donné que Cullen ne semblait pas intéressé par son breuvage, elle récupéra sa tasse et commença à le boire par petite gorgée le liquide, toujours assise sur sa couche. Pour toute excuse pour le parfum elle lui avait fait un sourire navrée mais cela semblait oublié désormais, effacé par les souvenirs lourds de sens de son engagement chez les templiers.

Alors qu’il lui expliquait ses rêves d’héroïsme et d’efficacité, Mellissandre lui retourna un doux sourire, prenant conscience de l’abysse qui les séparait. Comment pouvait-on dédier sa vie à protéger des gens qu’on ne connaît pas ? Parfois, pour justifier son propre égoïsme elle s’imaginait que les gens comme ça étaient accro à la reconnaissance, qu’ils ne faisaient ça que pour conquérir l’admiration et l’affection des gens, mais étrangement cette description ne collait pas bien à Cullen.

Silencieuse, Mellissandre écouta la suite de son récit bercée par le crépitement des flammes. Manifestement, elle avait eu raison de songer qu’il y avait anguille sous roche étant donné qu’il lui avoua avoir quitter les templiers bien que, manifestement, il en gardait les capacités et un certains nombre de réflexe. En même temps, vu le chaos que les mages et les templiers avaient provoqué, ce n’est pas surprenant qu’il ait décidé de les quitter si son objectif initiale était d’apporter la paix, la sécurité, les papillons et les licornes.

« Chevalier sous-capitaine », répéta-t-elle d’une voix absente, fouillant dans sa mémoire pour resituer le grade. Elle n’allait pas mentir, l’organisation de l’Ordre n’avait jamais été sa priorité, il lui fallut donc de longues secondes de réflexions avant d’avoir une illumination. « Oh, vous étiez un très haut gradé alors non ? », s’exclama-t-elle persuadée que c’était le titre juste en dessous du plus important. Impressionnant.

Toutefois, avant qu’elle ne pu le complimenter, il lui posa une question fort pertinent qui la plongea à nouveau dans une certaine réflexion.

« Hmm… Je ne connais pas assez les templiers du reste du monde pour vous répondre… Mais je pense qu’ils ne sont pas si différent… », admit-elle finalement, en tentant de brosser un portrait de la situation le plus fidèle possible. « Ils s’entraînent, ils lancent des regards suspicieux aux mages durant leurs Confrontations, servent de décoration dans leurs superbes armures rutilantes dans les couloirs au cas où un apprenti ait l’idée de se transformer en démon dans un corridor… Ce genre de choses... », déclara-t-elle débonnaire avec son habituel sourire facétieux, n’ayant pas résister à être légèrement moqueuse. Pour les mages, taquiner les templiers était un sport national, même à Tevinter où ils avaient moins de pouvoir qu’eux. Surtout à Tevinter en fait, vu qu’ils ne pouvaient pas se permettre de représailles.

Toujours plongée dans ses pensées, Mellissandre remit délicatement une mèche derrière ses cheveux alors qu’elle regardait à nouveau Cullen qui s’était allongé sur sa couche.

« La vrai différence je pense, c’est qu’ils n’ont pas d’ambitions aussi nobles que vous », ajouta-t-elle avec un air un peu nostalgique, levant les yeux vers les étoiles. Elles n’avaient pas encore remarqué qu’elles brillaient autant aujourd’hui.

« A Tevinter, les mages ne sont pas perçus comme des menaces ambulantes, ils sont respectés et admirés. Tout le monde rêve d’être un mage et, à défaut, de les côtoyer. La plupart des templiers ne le deviennent pas dans l’espoir de chasser du mage et de rendre le monde plus sûr, non, ils le deviennent pour nous approcher, car quel meilleur moyen de faire connaissance que de vivre avec nous dans le Cercle ? Les templiers les plus célèbres de mon pays sont tous devenus des gardes du corps rapprochés de magister », expliqua-t-elle en jaugeant sa réaction, consciente que ce changement de paradigme pouvait le choquer profondément. Tevinter était presque littéralement au centre du monde, loin et proche de tout à la fois, mais pourtant, y vivre était si différent. Quel n’avait pas été son désarroi en arrivant dans le Sud. Andraste avait fait des ravages aux mages, pas étonnant que leur Chantrie soit si différente.

Ayant achevé son récit, Mellissandre s’étira et sourit à Loron qui venait prendre son tour de garde pour que le Commandant puisse se reposer un peu. Il s’installa un peu plus loin, désireux de ne pas contrarier leur discussion mais la mage avait assez de bon sens pour savoir qu’il était préférable de laisser Cullen tenter de dormir, même si elle même aurait probablement bien du mal à retrouver le sommeil. Elle se sentait plus légère ceci dit.

« Merci de m’avoir réconforté, Cullen », souffla-t-elle néanmoins à son attention, l’emploi de son prénom et non de son titre en disant long sur l’instant de tranquille complicité qu’ils venaient de partager. Du moins, du point de vu de Mellissandre. Malgré ses méthodes peu subtiles de séduction, il ne fallait pas sous-estimer la jeune femme : elle savait tout à fait comment se montrer aimable, douce et gentille quand elle le voulait. Peut-être aurait-elle pu offrir cette image au Commandant dès leur première rencontre, mais à vrai dire, cela aurait probablement était plus louche. On se méfie toujours des gens mielleux, beaucoup moins des séductrices éhontés car on croyait savoir d’où venait le danger.

Fermant les yeux, elle se rallongea à son tour, un tantinet plus sereine, reposant son corps et ses yeux à défaut de son esprit. Ce n’est que de longues heures plus tard qu’elle trouva vraiment le sommeil vide auquel elle était habituée.

Elle dormait encore le lendemain matin quand Elwig sortit de la tente pour commencer les préparatifs. Après un regard dédaigneux à la Tevintide, il vaqua néanmoins à ses occupations, commençant pas détacher le prisonnier pour lui permettre de satisfaire ses besoins naturels et surtout de manger.

« A la première insulte ou commentaire graveleux, je te remets le bâillon », menaça-t-il néanmoins alors qu’il retirait le tissu.

Docile, le prisonnier opina en s’étirant la mâchoire, jetant un regard lubrique sur Mellissandre avec un petit rictus. Il avait très bien compris qu’entre Elwig et elle les choses étaient tendues et il était bien motivé à en tirer profit. Diviser pour mieux régner…

Notant les cernes qui mangeaient le visage du prisonnier, Elwig ne résista pas à se moquer un peu.

« Bonne nuit ? », interrogea-t-il parfaitement conscient que vu ses liens cela n’avait pas dû être aisé de trouver une position confortable pour s’installer.

« Oh, pas aussi bonne que celle de notre cher Commandant », rétorqua néanmoins l’homme avec un rictus particulièrement vicieux et paillard.

Fronçant les sourcils, Elwig qui ne s’attendait pas à de tels allégations, l’interrogea plus avant. Le prisonnier éclata de rire devant cette curiosité malsaine, il savait pertinemment que son surveillant mordrait à l’hameçon.

« Oh, bah, la pauvre petite avait besoin d’un peu de réconfort si vous voyez ce que je veux dire », ajouta-t-il avec un air particulièrement entendu, faisant de moins en moins dans la subtilité.

« De… réconfort ? », répéta Elwig interloqué. Il comprenait très bien ce que sous-entendait son interlocuteur mais c’était tellement saugrenue qu’il cherchait une autre signification.


« Allons mon grand, faut vraiment que je te fasse un dessin ? », rétorqua-t-il avec un rictus en mimant quelques gestes obscènes particulièrement éloquent sur le regard horrifié du pauvre Elwig.

« C’est ridicule », protesta-t-il néanmoins, trop dégoûté par l’idée pour ne serait-ce que l’envisager. Et puis, ils n’auraient pas osé faire ça en plein milieu du campement, devant ce voyeur et juste à côté d’eux…

« Si vous le dites. M’enfin, c’était clairement pas aux échecs qu’ils ont joué sous la tente si vous voulez mon avis », sifflota-t-il toujours aussi lubrique et éloquent.

Tandis qu’Elwig songeait que c’était trop gros mais que tout de même, s’était étrange que le Commandant ait insisté pour que Mellissandre ait une tente pour elle toute seule alors qu’elle dormait au coin du feu, le prisonnier l’acheva.

« Si j’avais su, je serais devenu templier. Profitez des jolies mages en détresse, vous cachez bien votre jeu en fait... », se moqua-t-il avec un rire gras qui mourut dans le bâillon qui lui était remis.

« J’en déduis que tu n’avais plus faim si tu as assez de temps pour déblatérer ses conneries au lieu de manger », grogna-t-il avant de s’éloigner d’un pas vif. Il avait beau ne pas y croire, l’idée dansait quand même dans son esprit. Et puis, si c’était vrai, Mellissandre n’était clairement pas une ‘pauvre mage en détresse’, mais une saleté d’allumeuse.

« Toujours en rogne à ce que je vois », soupira Loron en le voyant s’approcher d’un pas rageur. Pour toute réponse, Elwig grogna et son frère d’arme lui attrapa le bras. « Essai d’être un peu plus aimable quand même. Le Commandant s’est donné beaucoup de mal pour calmer dame Mellissandre après tes exploits hier soir, ne fait pas tout foiré », le prévient-il, très sérieux mais pas agressif. Lui aussi n’avait aucune envie de voir un des membres de leur troupe décédé.

« Qu’est-ce que tu veux dire par là ? », demanda-t-il, plus tendu que jamais. Maintenant que la graine était planté, il voyait le mal partout et la réponse de Loron n’aida pas les choses à s’arranger.

« Ben je sais pas, elle avait l’air de bonne humeur quoi. Tu vas quand même pas recommencé à psychoter juste parce que le commandant l’a réconforté quand même ? »

Réconforter. Le Créateur avait un étrange sens de l’humour pour placer ce même mot dans la bouche de son ami. Le plus drôle, c’est que Mellissandre qui s’était réveillée de sa somnolence à ce moment là minauda le « Bonjour, Commandant », le plus mielleux du monde à Cullen, avec un sourire de jeune fille en fleur, en commençant nonchalamment à préparer ses affaires.

_________________
Reine incontestée du flood et des baignoires  



*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 246
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 780
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: [Terminé] Une langue bien pendue [PV : Mellissandre] Sam 12 Aoû - 1:16

Missive 2
Commandant,
Avant votre départ, je souhaiterais tout de même vous prévenir de rester sur vos gardes, avec ce prisonnier. Il est plutôt fourbe et n'hésitera pas à vous balader durant le trajet pour tenter de s'enfuir. Surveillez-le bien, ne sait-on jamais. Bon retour à Fort Céleste !
Une langue bien pendue



« - Hmm… Je ne connais pas assez les templiers du reste du monde pour vous répondre… Mais je pense qu’ils ne sont pas si différents… »
« - Oh, je vois, vous ne les côtoyez pas plus que cela dans le cercle ? Que font-ils de leur en règle général ? »
« - Ils lancent des regards suspicieux aux mages durant leurs confrontations, servent de décoration dans leur superbes armures rutilantes dans les couloirs au cas où un apprenti ait l’idée de se transformer en démon dans un corridor… Ce genre de choses… »
« - C’est vrai que les templiers ont des règles à respecter et garder ses distances avec les mages est un des points les plus importants. »
« - La vraie différence je pense, c’est qu’ils n’ont pas d’ambition aussi nobles que vous »


Il fut surprit de sa remarque… Il n’avait pas vraiment l’habitude de recevoir un tel compliment. Surtout venant de cette femme qui avait passé le plus clair de son temps à l’allumer. Il baissa les yeux sur le côté, assez gêné.

« - C-ce n’est pas le cas à Tevinter ? »

Elle expliqua alors comment étaient perçus les mages, et la situation des templiers au sein des cercles. En effet, cela était bien différent et Cullen se mit à réfléchir…

« - Je suis assez surpris au fait »

C’est là que Loron arriva pour prendre son tour de garde. Il fit un signe au Commandant et s’en alla à l’autre bout du campement pour chercher son matériel. La discussion semblait close, désormais. D’ailleurs de loin, son coéquipier lui conseilla de se reposer. Mellissandre, qui semblait plus sereine, lui afficha un doux sourire.

« - Merci de m’avoir réconforté, Cullen »
« - J’espère que vous pourrez dormir plus sereinement, désormais »


Suite à cela, les deux personnes se mirent en position pour dormir, ou du moins essayer. Cullen resta les yeux fixés au ciel à se remémorer ce qui lui était arrivé ces deux derniers jours. Il était certain de ne pas réussir à dormir énormément, mais au vu du nombre d’heures de sommeil qu’il avait aligné ces derniers jours, il se résigna.

Le lendemain matin, curieusement, Cullen était encore entrain de dormir paisiblement quand Elwig sorti de sa tente pour préparer le campement au départ, et accessoirement permettre au prisonnier de subvenir à ses besoins. Il avait simplement ouvert lentement les yeux quand il entendit ses deux templiers discuter un poile trop fort derrière lui, puis poussé un énorme soupir en se remettant dans sa position initiale pour dormir quelques instants de plus…

« - Bonjour, Commandant »

Trop tard, on l’avait aperçu. C’était bien une des rares fois où dormir sur le flanc sur une terre plutôt dur lui donnait d’avantage envie de dormir… Pourtant, comme à son habitude, il avait rêvé de la tour du cercle, mais cette fois il ne se faisait pas torturer pour une raison qui l’échappait.

« - Bonjour.. ~ »

Il avait qu’à ouvrir les yeux pour la regarder, étant donné qu’elle était également à côté du feu. Il ne s’était pas rendu compte qu’il était également à moitié dans les bras de Morphée et qu’il avait dit cela avec une douceur déconcertante. Il s’étira et se retourna sur le dos, souffrant de sa position couchée au vu de nombreuses courbatures qui lui tiraient sur le bas du dos.

En ouvrant de-nouveau les yeux il avait Loron et Elwig qui le regardaient de manière très suspicieuse, surtout Elwig au fait. Cullen cligna deux fois des yeux et le regarda étonné.

« - Qu’est-ce qu’il y a ? »
« - J’ai l’habitude de vous voir bien plus matinal, commandant. »
« - J’ai eu de la peine à m’endormir, ne trouvant pas une position adaptée. »


Puis il se leva, profitant pour s’étirer et faire craquer son dos qui lui faisait mal depuis sont réveil.

« - Pff.. j’ai mal partout »

Il passa à côté d’Elwig qui fut alerté par le parfum un peu trop fleuri du commandant qui allait ramasser ses autres vêtements qui reposaient sur la tente. Désormais, tout était clair dans sa tête, il y avait bien eu quelque chose. Il regarda Cullen, puis la jeune mage qui rangeait ses affaires, d’un air surprit plus que mauvais.

Le prisonnier se mit à rire derrière son bâillon, assez fort pour que tout le monde le remarque.

« - Pourquoi il rit ? »
« - Je n’en ai pas la moindre idée Commandant. »


Il leva un sourcil, le regard neutre envers Loron. Puis il continua d’enfiler sa tenue avant de se diriger vers les chevaux pour les détacher. Pendant ce temps, Loron et Elwig le regardaient faire.

« - Je ne peux pas croire qu’ils l’ont fait »
« - Fait quoi ? »
« - Passe près de lui, tu comprendras »


Loron ne comprenait pas vraiment où il voulait en venir, et alla chercher le prisonnier pour le charger sur la charrette. Le Commandant apporta alors un cheval à Elwig et le regarda dubitatif

« - Tout va bien ? On aurait dit que vous auriez aperçu un fantôme »
« - Ha, heu Non, ça va ne vous en faites pas »


Quand le campement fut totalement démonté, Cullen chargea le dernier sac sur son cheval et grimpa dessus, Mellissandre étant cette fois-ci avec Loron.

« - Bon, parfait Allons-y ! »

Et le petit groupe parti en direction de Fort Céleste qui était à une demi-journée de cheval. Cette fois-ci, le Commandant espérait qu’il n’y aurait pas de problèmes en chemin, car ce qui l’attendait sur place ne le lâcherait pas aussi tôt..

---RP CLOT

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Terminé] Une langue bien pendue [PV : Mellissandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» [ Rue Commerçante ] Une Chasse bien embêtante [ Terminée ]
» Quelle PSP choisir... pour Monster Hunter bien sûr!!
» Les BD qu'elles sont bien
» Les Bien-Nés et les Shen'dralar
» Bien Suprême, Aun'shi ou Farsight ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Thédas :: ferelden ;-