— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

[Terminé] Un soupçon de pluie et de charme [PV : Cullen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ MAGES

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 212
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Selenada
— PRESTIGE : 630
— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: [Terminé] Un soupçon de pluie et de charme [PV : Cullen] Mar 1 Aoû - 13:59

Sans grande surprise, Cullen joua le jeu, lui vantant les mérites de son institution avec force de détails et d’emphase. Il n’était pas un bon orateur mais sa passion était sincère à n’en pas douter. Il n’y avait qu’à voir à quel point il devait résister à ne pas la noyer sur des détails inutiles, on sentait qu’il pouvait en parlait pendant des heures…

Souriante, faussement captivée, Mellissandre hochait la tête en notant soigneusement tout ce qui lui semblait intéressant dans un recoin de son esprit. Toutefois, il n’en avait pas dit beaucoup plus que ce qu’elle ne savait déjà. Le contraire aurait été surprenant, il faudrait qu’elle gagne leur confiance et qu’elle glane des détails sur différents interlocuteurs pour ne pas être suspecte.

Si la passion rayonnante du Commandant était belle à voir, elle était presque douloureuse pour Mellissandre. C’est dans les moments comme ça, face à une sincère éloquence qu’elle ressentait tout le vide de sa propre existence. Elle s’imprégnait des émotions des autres, de leur éclats pour pouvoir les resservir et les mimer, mentir au monde et à soi même, mais quelque par la vacuité de son âme pouvait être pesant. C’est bien pour ça que tous ses compliments étaient si superficiel, elle était bien capable de voir que Cullen rentrait dans les critères de beauté sudistes - et nordistes d’ailleurs - mais elle même était désespérément insensible au charmes de tout ce qui l’entourait, et c’est dans ces infimes détails qu’elle se trahissait parfois. Parce que malgré ses flatteries, ses yeux ne glissaient pas naturellement sur les gouttes qui coulaient indolemment le long de ses mèches blondes ou sur les traits virils de son visage. Elle restait simplement concentrée sur ses yeux, restant attentive et souriante, feintant d’être un peu impressionnée parfois, jusqu’à ce qu’il l’invite concrètement à rejoindre l’Inquisition.

Manifestement, le tour était joué, elle avait gagné sa première manche haut la main. Même s’il tentait de retourner la situation en donnant l’illusion que c’est lui qui lui faisait une fleur. Encore une fois, elle n’était pas dupe, mais ça ne la dérangeait pas de sourire bêtement en battant des cils l’air reconnaissant.

S’il y avait des enjeux, là ça serait une autre histoire, elle était capable de défendre bec et ongle tous les bénéfices qu’elle promettait – qu’ils soient vrai ou faux – pour obtenir le mieux pour elle, mais, dénuée d’orgueil, elle voulait bien lui concéder tout le reste.

Elle pensait que cette partie de leur conversation était terminée, mais à sa grande surprise, le Commandant mentionna un nom qu’elle n’aurait jamais cru entendre à nouveau.

« Le fils d’Haward Pavus est à l’Inquisition ? », répéta-t-elle sans dissimuler sa surprise. En fait, sans le savoir, Cullen venait de lui offrir une information de la plus haute importance. Les Alirius et les Pavus étaient des rivaux de longues dates, même si sa famille avait remporté la dernière manche grâce aux frasques de Dorian, les tensions n’étaient pas apaisées pour autant. Vu la mesquinerie dont était capable les magisters entre eux, cette information valait de l’or entre ses dents. Elle s’imaginait déjà en train de narguer le paternel sur le sujet.

« Oui, je le connais », répondit-elle un peu absente puisque la question lui avait été formellement posée. « Nous avons été dans le même Cercle pendant quelques années », commença-t-elle d’une voix neutre qui le resta tout autant alors qu’elle poursuivait : « Honnêtement Commandant, Dorian Pavus n’est pas un bon représentant de ce que l’Empire a à offrir. Je ne remets pas en cause ses capacités mais il n’est pas réputé pour sa fiabilité », expliqua-t-elle en prenant un air légèrement désolé, presque compatissant. Pauvre Inquisition d’avoir été corrompu par le vilain mage Tevintide.

D’ailleurs, elle ne résistait pas à l’envie d’expliquer pourquoi il avait si mauvaise réputation. « Dorian est la honte de Tevinter. Il a couvert d’opprobre toute sa famille en se prélassant dans le stupre et la débauche alors qu’il était promis à un grand avenir. Tout le monde là-bas est persuadé qu’il est mort dans un caniveau depuis longtemps », conclu-t-elle avec un certain mépris, dévoilant pendant un battement de cils sa vrai nature, celle d’une Mellissandre placide, capable d’évoquer sans plaisir ni peine la mort d’un confrère. Un si beau visage ne devrait pas être teinté de ce vide glacé.

Heureusement, cela ne dura qu’une fraction de seconde, un instant indécis où il était facile de méprendre cet absence pour un mépris social et tout à fait commun. Les conflits intestinaux de l’Empire ne regardait pas Cullen après tout.

Et puis, d’une certaine manière, elle le rassurait sur son intérêt : étant donné que à ses yeux Dorian ne représentait nullement l’Empire, sa présence n’en devenait pas superflue ou redondante. Pavus n’aurait jamais la même influence qu’elle.

Sûr de lui, les bras croisés, Cullen l’invita donc à conclure leur accord, reprenant sa métaphore de la Grâce perfide ce qui tira un sourire amusé à Mellissandre. Malgré ses airs grognons, en réalité il aimait leur petit jeu.

Mellissandre se leva, s’asseyant sur le bord de la table à côté de lui dans une posture un tantinet aguicheuse, d’autant plus qu’il ses interminables jambes étaient pratiquement à sa hauteur.

« Pourquoi, vous aimeriez que j’ai d’autres suggestions ? », susurra-t-elle de retour dans son personnage outrageusement charmeur, réussissant encore une fois à donner du sous-texte tendancieux à une réplique aussi anodine.

Elle pencha la tête sur le côté, ses long cheveux désormais sec formant un rideau soyeux qui troublait son champ de vision, l’obligeant à la regarder elle et son sourire taquin.

Ne faisant pas durer son jeu plus longtemps, elle tendit sa main pouvoir la serrer comme il était coutume de le faire quand on concluait un accord, si ce n’est que son geste avait quelque chose de gracieux qui frôlait presque la mignardise.

Mellissandre entrait donc officiellement dans l’Inquisition. Des formalités restaient à faire, notamment pour qu’elle soit acceptée mais le plus dur était fait. D’une certaine façon, on pouvait dire qu’elle avait réussi à séduire le Commandant, pas avec ses charmes mais avec ses promesses, l’un dans l’autre, ça lui convenait.

Se redressant, elle se retourna et se pencha en assurant toujours le spectacle pour fouiller dans sa robe qui séchait soigneusement étendue sur le dos d’une chaise, extirpant d’une doublure, une petite fiole remplie d’un liquide rouge sanguin. Du lyrium rouge.

« Un individu a voulu me forcer à boire ça », dit avec une grimace comme si la fiole ramenait des souvenirs désagréables.

Elle venait de poser une carte, maintenant c’était au Commandant de montrer son jeu. Elle voulait savoir à quel point ils en savaient sur le sujet pour ne pas trop en dire tout en faisant mine de collaborer. En plus, il savait pour les templiers rouges, mais rien ne garantissaient qu'ils avaient pensé que l'équivalent existait pour les mages.

Traître ou pas, Mellissandre n’était pas venue les mains vides. Pour se faire accepter et démontrer toute son utilité, elle avait prévu un certain nombre de dommages collatéraux. Rien de trop important car elle ne souhaitait pas les aider réellement, mais quelque chose d’assez intéressant pour les impressionner. L’avantage de ne pas être investi dans la cause plus que ça, c’est que ses camarades sacrifiés ne l’empêcheraient certainement pas de dormir la nuit.

_________________
*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 96
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 324
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: [Terminé] Un soupçon de pluie et de charme [PV : Cullen] Mar 1 Aoû - 16:49

Missive 1
Commandant,
nous avons finalement pu trouver le campement des mercenaires aux abords de la côte orageuse. La mission fut un brillant succès, leur chef est sous notre contrôle et comme promis nous allons le livrer à l'inquisiteur pour son jugement. Nous vous attendons.
Un soupçon de pluie et de charme



La pluie faisait toujours rage à l’extérieur de la tente, mais le vent avait cessé de souffler, malgré quelques bourrasques ici et là. Les deux templiers étaient encore sous la couverte, en observant les alentours. L’un d’eux jeta un coup de pied dans un caillou qui atterrit dans une flaque d’eau, par ennui.

«  - Cette mage, je ne la sens pas du tout. Je ne comprends pas pourquoi le commandant comptait à ce point s’entretenir avec elle »
«  - Es-tu certain que c’était simplement pour « s’entretenir » ~  ?  »
«  - Je suis allé le voir tout à l’heure pour les chevaux, il n’avait pas l’air d’aller bien. »
«  - Le commandant ? Arrête, jamais il… »
«  - … Je n’étais pas sensé le trouver,  il cache bien son jeu je t’assure. »


Un autre éclair déchira alors le ciel, les deux hommes levant le regard aussitôt. Puis le calme revint, et ils entendirent seulement la pluie tomber et claquer sur le sol.  Pendant ce temps à l’intérieur, la jeune fille avait raconté ses quelques souvenirs de Dorian, au sein de sa patrie. S’ils se connaissaient, peut-être qu’il saurait le renseigner sur elle, sur sa famille et ses manières. Ce n’était pas évident pour Cullen de faire confiance à une mage tévintide, il lui fallait un avis supplémentaire.

Mais malheureusement pour le Commandant, ses mots de tête frappèrent de-nouveau. Il fit mine de ne pas s’en faire alors que la jeune femme s’approcha de lui pour s’installer sur la table.

« - Pourquoi, vous aimeriez que j’aie d’autres suggestions ? »

Il ne lui répondit pas,  mais lui serra la main qu’elle tendait pour officialiser leur accord. Puis, il se leva pour accéder au fond de la pièce prêt à sortir de la tente pour reprendre un bol d’air. Mais Mellisandre se mit à fouiller dans ses affaires qui séchaient sur du mobilier, ce qui attira son attention. Il tourna légèrement la tête par-dessus son épaule pour observer ce qu’elle faisait. Elle sorti une simple fiole, contenant un liquide rouge. Désormais à plusieurs mètres d’elle, il dut plisser les yeux pour deviner qu’il s’agissait de Lyrium, mais pas n’importe lequel le rouge, le plus dangereux de tous.

Cullen se tourna doucement en direction de la tévintide, le souffle coupé par ce qu’il avait devant lui. Bien entendu, cette femme ne se doutait pas du mal qu’elle lui faisait en montrant ouvertement une fiole de ce produit : Peu importe la couleur, cela restait du lyrium. Cela lui rappelait le chevalier-capitaine Mérédith qui possédait une arme forgée complètement dans ce produit, l’ayant amenée à la folie lorsqu’il se trouvait encore à Kirkwall…

«  - Un individu a voulu me forcer à boire ça »

Tentant de garder son calme, il tâtait autour de lui pour trouver un endroit où s’appuyer, sans quitter de yeux  la lumière rouge que reflétait son flacon.

" - O-où avez-vous mit la main sur ça …? ", demanda-t-il la voix tremblante, en détournant le regard sur le côté pour résister à la tentation. Les templiers avaient comme inconvénient d’en devenir dépendant. Cullen ayant arrêté d’en prendre, ses envies étaient décuplées, et le rouge était bien plus puissant ce qui n’arrangeait pas son cas. Bien que dangereux il était très tenté.

Si Mellissandre comptait faire un pas en avant, Cullen comptait reculer en même temps. Il ne pouvait pas être plus mal tombé, mais malgré tout il tentait de garder son calme.

" - Par Andrasté, répondez-moi ! "


Le lyrium rouge était particulièrement difficile à extraire et à part à Kirkwall, Cullen n’en avais jamais vu ailleurs. Il savait pertinemment qu’il était dangereux.  Même en petite dose, personne ne savait quelles pouvaient être les conséquences…

Il releva le regard vers elle, déterminé d’en savoir plus, quitte à le lui forcer la main si elle comptait le balader comme avant. Il ne fallait pas prendre à la légère ce genre de choses… Selon Varric, un minerai de lyrium avait été trouvé lors de leur expédition dans les marches libres. Il n’était pas improbable d’en trouver d’autres au fil du temps.

" - Vous n'avez pas l'air de bien comprendre à quel point il est dangereux. Rester trop longtemps à côté d’un gisement aussi petit soit-il peut mener à la démence voir à la mort ! ôtez cela de ma vue immédiatement. "

Ne souhaitant pas que Mellisandre s’attarde sur ce qui aurait bien pu lui arriver avec le lyrium, il préféra renverser la situation et aller dans le sens de la jeune fille comme s’il s’en inquiétait. Après tout, elle ne semblait pas être le bourreau dans cette histoire.

" - Dans quelles circonstances avez-vous été mise en contact avec ce lyrium ? "

Si quelqu’un voulait soit disant son mal, ce qui pouvait être le cas de toute la noblesse de Tevinter s’ils étaient ennemis à sa famille, il y avait bien une raison quelque part. D’ailleurs vu comment elle avait parlé de Dorian ne le rassurait pas : Ils étaient peut-être imprévisibles et ne reculaient devant rien pour couler une autre maison.

Actuellement, plus que jamais, Cullen était sur ses gardes. Non pas parce que la jeune femme était mage et pouvait s’en servir contre lui, mais parce qu’il ne souhaitait pas être tenté par la présence de ce produit interdit. Après un long soupir il se mit à se masser la tempe, pour calmer les douleurs. Mais il était toujours attentif à ce que lui racontait Mellissandre.

«  - Avez-vous une idée de pourquoi est-ce qu’ils ont voulu utiliser ceci contre vous ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ MAGES

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 212
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Selenada
— PRESTIGE : 630
— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: [Terminé] Un soupçon de pluie et de charme [PV : Cullen] Mer 2 Aoû - 1:37

Cullen s’apprêtait à sortir et, désireuse de capter son attention encore quelques temps, elle avait théâtralement sorti son flacon de lyrium rouge. Intrigué, le Commandant plissa les yeux pour discerner le contenu et il resta quelques instants fascinés par la fiole, la fixant avec tant d’intérêt qu’elle aurait presque pu en être jalouse.

Toutefois, elle ne s’attendait pas à ce qu’il se transforme soudain soudainement en pucelle effarouchée. Où était son timide - mais viril - Commandant qui tentait de garder tout son aplomb avec un certain succès ? Là il semblait plus que méfiant, presque apeuré. Littéralement déstabilisé, il vacillait, tâtonnant dans la tente pour trouver un appui.

Dans un élan de sollicitude non feint – s’il arrivé quelque chose au Commandant en sa présence elle risquait gros – Mellissandre s’approcha de lui pour le soutenir mais il recula ostensiblement et elle s’immobilisa, ne voulant pas aggraver la chose.

Figée, elle l’entendit réclamer des réponses, mais avant même de pouvoir lui déblatérer le mensonge qu’elle avait préparé, il s’énervait, ne lui laissant aucune chance de parler, détournant le regard de la fiole comme si le simple fait de la dévisageait était dangereux. Elle savait bien que cette substance était redoutable mais le flacon n’allait pas lui sauter au visage tout de même.

Les templiers rouges étaient les toutous des venatori, des êtres dépouillés de toute volonté, Mellissandre connaissait bien l’effet addictif que le lyrium avait sur eux. Sinon, ils arrêteraient d’en prendre volontairement tant qu’ils leur restaient un soupçon de lucidité mais non. Même avant d’être si corrompu qu’on ne pouvait plus les considérer comme de vrais êtres humains, les templiers réclamaient avec pertes et fracas leur dose de lyrium. Elle était mage du sang et pourtant, même elle trouvait ça légèrement malsain. Heureusement qu’elle n’avait pas assez de conscience pour en retirer de la culpabilité. Disons simplement que ces méthodes lui semblaient trop barbares malgré leur efficacités : ce n’était pas digne du raffinement tévène.

Toutefois, même si elle avait quelques doutes car il lui avait affirmé avoir compris instinctivement qu’elle était mage, Mellissandre n’était pas certaine que Cullen était un templier, en outre, elle ne s’était jamais souciée des templiers de Tevinter, elle ne savait pas que le lyrium normal provoquait également une addiction. En sommes, elle était encore loin de faire le rapprochement avec l’attitude étrange de Cullen.

De toute façon, avant qu’elle n’ait pu creusé la question, il releva les yeux sur elle en lui expliquant à quel point c’était dangereux. Selon lui, la simple proximité du lyrium pouvait provoquer la folie. Suspicieuse, Mellissandre dévisagea à son tour le flacon. On ne l’avait pas prévu de ce petit effet indésirable… Est-ce que Cullen exagérait, est-ce que la fiole était spéciale ou bien est-ce que la personne qui la lui avait confié était incompétente ? Tant qu’elle ne connaissait pas la vérité, elle préférait se montrer prudente.

Reculant instinctivement d’un pas, elle hocha la tête suite aux questions de Cullen pour lui signaler qu’elle allait y répondre, se montrant pour une fois relativement docile. Le regardant se masser les tempes d’un œil curieux, elle couvrit le flacon sous un bout de tissus, l’enveloppant avec précaution pour le soustraire à la vu du Commandant. Puisque sa présence le troublait tant, autant s’en débarrasser.

« J’ignorais qu’il était si dangereux même non-ingéré », avoua-t-elle en toute sincérité pour une fois en prenant un air contrit. Mellissandre ne faisait jamais les choses à moitié, même sa résipiscence était l’image de la candeur, passant d’un éclair de femme sulfureuse à attendrissante demoiselle repentie.

« L’homme qui a essayé de me le donner, prétendait que cela décuplerait mes pouvoirs », expliqua-t-elle, commençant à lui raconter l’histoire qu’elle s’était forgée sur un ton purement narratif. « A cet époque, je ne me doutais pas encore que c’était l’oeuvre de Corypheus, je pensais juste qu’il s’agissait d’une arnaque douteuse comme cela arrive souvent aux gens qui ont beaucoup d’argent... », poursuivit-elle en croisant les bras, les yeux mis clos comme pour se remémorer la suite des événements.

« Et puis un jour, lors de mon enquête, j’ai rencontré un mage qui n’était plus lui même. Il était particulièrement puissant mais il avait l’air presque fou, sa voix était éraillé, ses yeux rouge sang et il répétait en boucle qu’il devait suivre les ordres… Au début, j’ai cru qu’il s’agissait de magie du sang mais j’ai étudié tous les rituels de dépossessions qu’il existe comme la litanie d’Adralla et cela ne fonctionnait pas », continua-t-elle, glissant subtilement une allusion sur ses vastes connaissances dans le domaine. Après tout, tous les apothicaires connaissent les antidotes à leurs poisons. Quand on connaît les danger de quelque chose, on fait de son mieux pour s’en protéger et c’est exactement pourquoi Mellissandre était si douée dans le domaine.

« Pendant le combat, il a essayé de me faire ingurgiter cette chose, il disait qu'il fallait à tout prix que j'entende 'la musique'. Je m'en suis sortie de justesse et j’ai compris que quelque chose de grave se passait. J’ai mené ma petite enquête jusqu’à comprendre que c’était lié aux venatori : c’est une forme de lyrium qui corrompt l’esprit », expliqua-t-elle en estimant qu’elle en avait dit assez. L’Inquisiteur avait affronté des templiers rouges à Darse et ils étaient tenus en laisse pour protéger la plupart des opérations, ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils ne comprennent ça. Elle préférait donc leur apportait la primeur de l’information et passer pour une personne utile… Mais il ne fallait pas exagérer.

« J’ai une piste », lança-t-elle nonchalamment, préparant son futur appât pour conserver son intérêt et le rendre plus bavard. « Mais j’admets que j’espère que vous pouvez m’en apprendre plus sur le sujet… Vous dites que sa simple présence peu rendre fou ? », renchérit-elle, désormais réellement curieuse de connaître l’étendu du savoir de Cullen.

_________________
*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 96
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 324
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: [Terminé] Un soupçon de pluie et de charme [PV : Cullen] Jeu 3 Aoû - 0:05

Missive 1
Commandant,
nous avons finalement pu trouver le campement des mercenaires aux abords de la côte orageuse. La mission fut un brillant succès, leur chef est sous notre contrôle et comme promis nous allons le livrer à l'inquisiteur pour son jugement. Nous vous attendons.
Un soupçon de pluie et de charme



Curieusement, elle ne semblait pas connaître l’étendu du pouvoir du Lyrium. D’un côté, les mages ne pouvaient pas deviner quels en étaient les effets, vu qu’ils ne les avalaient pas. La jeune femme répondit à chacune des questions du Commandant, sans faire d’histoire.  Elle cacha avant tout la fiole dans un chiffon avant de reprendre :

" - J’ignorais qu’il était dangereux même non-ingéré "
" - Vous n’avez pas vraiment l’air de bien connaître ses effets, visiblement. Que vous-a-t ‘on raconté à son sujet ? "

Maintenant que la fiole était hors de sa vue, sa tension rebaissa, le laissant souffler désormais sans saccade.  Il en profita alors pour appuyer son dos contre la commode qui se trouvait derrière lui, en gardant toujours l’attention sur la demoiselle.

" -  L’homme qui a essayé de me le donner, prétendait que cela décuplerait mes pouvoirs "
“ – Vraiment …? “


Intéressant, de la manipulation pour inciter des mages à le prendre… Mais il allait attendre patiemment qu’elle termine son explication avant de faire des suggestions hâtives.

" - A cet époque, je ne me doutais pas encore que c’était l’oeuvre de Corypheus, je pensais juste qu’il s’agissait d’une arnaque douteuse comme cela arrive souvent aux gens qui ont beaucoup d’argent... "

Corypheus avait une armée puissante,  lors de son attaque à Darse. D’ailleurs, il utilisait bien du lyrium rouge pour renforcer ses troupes. Pas mal de gens le savaient, mais actuellement les informations étaient minimes…

" - Et puis un jour, lors de mon enquête, j’ai rencontré un mage qui n’était plus lui même. Il était particulièrement puissant mais il avait l’air presque fou, sa voix était éraillé, ses yeux rouge sang et il répétait en boucle qu’il devait suivre les ordres… Au début, j’ai cru qu’il s’agissait de magie du sang mais j’ai étudié tous les rituels de dépossessions qu’il existe comme la litanie d’Adralla et cela ne fonctionnait pas "
" – En effet cela était inutile, la Litanie d’Adralla est inefficace sur une personne déjà possédée. Elle ne fait que protéger son possesseur du contrôle mental. "


Il savait tout ça parce qu’il était templier. Il connaissait un minimum de bases, car après tout, il côtoyait des mages. Et bien entendu il avait connaissance de bien diverses manières de se protéger de leurs attaques, surtout après ce qui lui était arrivé à la tour du cercle de Ferelden lors du 5ème enclin.

"  - et ensuite, que s’est-il passé ? "
" - Pendant le combat, il a essayé de me faire ingurgiter cette chose, il disait qu'il fallait à tout prix que j'entende 'la musique'. Je m'en suis sortie de justesse et j’ai compris que quelque chose de grave se passait. J’ai mené ma petite enquête jusqu’à comprendre que c’était lié aux venatori : c’est une forme de lyrium qui corrompt l’esprit "
"  - En effet, c’est le cas. "
"  - J’ai une piste. Mais j’admets que j’espère que vous pouvez m’en apprendre plus sur le sujet… "
"  - Fort bien, que désirez-vous savoir ? Peut-être que mes connaissances peuvent vous apporter de l’aide "
"  - Vous dites que sa simple présence peut rendre fou ? "


Toujours adossé à la paroi, Cullen croisa les bras après un léger soupir. Sa curiosité la perdra, et lui aussi d’ailleurs… Il se redressa et fit quelques pas mitigés dans sa direction, et continua de marcher lentement autour d’elle.

" - Même en petite dose, sa puissance est remarquable… Vous avez bien vu les effets sur ce mage, non ? "

Il s’arrêta net, alors qu’il passait derrière elle, ne l’empêchant pas de se retourner si l’envie lui prenait. Il plaça les mains derrière son dos et continuait de l’observer.

" - .. J’ai connu quelqu’un qui en a subit les douloureuses conséquences. C’était quand j’étais templier, à Kirkwall. Le chevalier-capitaine possédait une arme entièrement conçue de lyrium rouge et d’aussi loin que je la connaissais, elle l’avait toujours eu avec elle. Cependant, malgré les années, elle commençait à devenir violente, et développait une paranoïa immense envers les mages et cela a déclaré une guerre ouverte. Personne ne se doutait de rien, elle avait toujours été une cheffe exemplaire. Mais au bout d’un moment, le lyrium la consommait, et à la fin elle finit par se figer et se changer en statue de lyrium rouge. "

Voyant que la jeune femme devenait d’avantage pâle il se reprit immédiatement histoire de la rassurer tout de même. Ce n'était pas dans son intention de l'effrayer ou quoi que ce soit, mais elle devait se rendre compte qu'elle jouait avec le feu, bien qu'étant mage. Personne ne peut résister à ce produit. Mais, cela amusait Cullen plus qu'autre chose ~

" - Je vous rassure, cette petite fiole ne risque pas de faire autant d’effet qu’une épée entière forgée de Lyrium brut "

Meredith était templière, sa résistance au lyrium n’en était pas moins négligeable. Et à ce moment-là, elle n’en avalait guère…

"  - Une des seules choses que je peux confirmer, c’est que ce type de lyrium est bien plus puissant que le bleu et rend bien plus additif. Peut-être que ses effets sont décuplés, qui sait ? Mais je doute qu’il soit bénéfique d’en prendre régulièrement… Tôt ou tard, les personnes qui en ingèrent risquent de graves effets secondaires, la preuve avec le chevalier-capitaine, qui s’est faite consumer entièrement. "

Si le lyrium pouvait s’attaquer à la chaire, cela serait très dangereux. Malgré les effets « bénéfiques » sur ses propriétés, est-ce que les personnes sous son influence seraient capable de s’en tirer… ? Rien qu’arrêter de prendre du Lyrium bleu était quasi mortel, Cullen n’osait à peine imaginer les résultats pour le rouge.

" - En soit, c’est dangereux, et ce même à proximité d’une dose limitée comme la votre…. Faites juste attention qu’aucune personne, pas même vous, pas même le personnel de l’inquisition, ne tombe dessus. Qui saurait quel désastre cela provoquerait… "

Il était plus que sérieux en le lui disant. Il n’osait pas imaginer si quelqu’un serait en possession de ce lyrium… Ces personnes, inconscientes, pouvaient se procurer un pouvoir immense, mais également une grande dépendance… La moindre personne qui serait tombé sous l’influence de ce produit devra être éliminé si aucune autre solution ne s’offrait à l’inquisition… Un choix difficile en sommes… Mais cette situation était tirée par les cheveux… il fallait vraiment être inconscient pour que cela se produise.

Il continua son tour, en marchant lentement autour de Mellissandre pour lui faire face.

" - Mes réponses ont-elles su vous satisfaire, Dame Mellissandre ? "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ MAGES

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 212
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Selenada
— PRESTIGE : 630
— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: [Terminé] Un soupçon de pluie et de charme [PV : Cullen] Jeu 3 Aoû - 2:02

Comme un rapace à qui on aurait couvert les yeux, le simple fait de couvrir le flacon sembla apaiser Cullen au grand soulagement de Mellissandre. Elle comprenait son inquiétude mais elle trouvait qu’il exagérait un tantinet. Surtout vu les informations qu’il lui donna ensuite : le lyrium mettait des mois voire des années pour corrompre un esprit, pourquoi s’était-il rendu presque malade pour une si petite quantité exposée à sa vue pendant si peu de temps ? A ce niveau là, soit il lui cachait quelque chose, soit il avait une véritable phobie et cela pouvait toujours être utile. Après tout, elle n’était pas venue ici pour les beaux yeux du Commandant mais bien pour réunir un maximum d’information utiles sur l’Inquisition et ses têtes pensantes.

Un peu surprise d’être reprise au sujet de ses connaissances, Mellissandre n’en fut pas le moins du monde vexée, toutefois, elle jugea nécessaire de rétablir la vérité. Elle voulait se forger une image d’experte fiable : elle ne pouvait pas se permettre de laisser une facilité passer pour une erreur.

« J’ignorais que vous étiez si bien renseigné. En effet, la littanie d’Adralla n’inverse pas les effets de possessions, je l’ai pris comme exemple car c’est la plus connu, je doute que vous ayez déjà entendu parlé des obscurs méthodes de Merien l’appliqué », rétorqua-t-elle en citant volontairement le nom le moins célèbre qu’elle avait dans son répertoire. « D’ailleurs, la littanie d’Adralla ne peut certes pas inversé une possession, mais elle peut tout de même affaiblir le contrôle d’un mage du sang sur sa victime, cela peut suffire à lui offrir quelques instant de lucidité, mais passons », déclara-t-elle en reprenant un ton de récit au lieu de sa voix de professeur en train de donner un cours magistral. Pour être aussi bien informé, elle était désormais certaine que le Commandant avait une formation de templier mais elle ne pouvait pas s’empêcher de trouver ça étrange qu’il y ait si peu de signe visible de son appartenance à l’Ordre chez lui. Mais l’heure n’était pas à ce genre d’interrogation, la conversation reprenant naturellement jusqu’à ce qu’elle le pousse à lui en dire plus.

Ironiquement, c’est elle qui avait ramené la substance, et on lui en avait parlé dans des circonstances bien moins sordide mais pourtant, elle devait bien reconnaître que Cullen en savait beaucoup plus qu’elle sur le sujet. Enfin, disons qu’il était mieux au courant de ses effets qu’elle, car il y avait bien des choses qu’il ignorait encore, notamment sur sa provenance.

Perdue dans ses pensées, Mellissandre écouta donc sagement son histoire sans bougée, légèrement perturbée par toutes les allés et venu qu’il faisait, tantôt devant elle, tantôt dans son dos. Heureusement, avant qu’il ne la contamine avec sa bougeotte, il revint lui faire face pour lui demander s’il avait répondu à toute ses questions. Non, pour lui demander si elle était satisfaite. En lui donnant des perches pareils, elle ne pouvait pas s’empêcher de songer qu’il la cherchait. Si ça se trouve, c’est elle qui se faisait mené en bateau. Mais, connaissant sa paranoïa et ne décelant pas de danger immédiat, elle mordit allègrement à l’hameçon.

«  satisfaite ? », releva-t-elle avec sa voix d’ensorceleuse, une main sur la hanche, toujours aussi séduisante et avenante alors que cet indomptable sourire facétieux s’emparait de ses lèvres. « Je pourrais l’être davantage », conclu-t-elle après un léger tant de latence, dévoilant l’incontournable sous-texte salace qui parsemait la majorité de ses phrases depuis leur rencontre.

Toutefois, histoire qu’il n’y ait pas d’ambiguité, elle le rassura aussitôt. « Quoi qu’il en soit, votre histoire est fascinante, il faut en effet faire attention avec cette chose », déclara-t-elle en jetant un regard presque méchant au bout de tissu qui contenait le liquide. « Faut-il s’en débarrasser de manière… définitive ? Ou devrait-on le garder malgré tout pour analyse ? », demanda-t-elle en posant à nouveau ses yeux sur lui, redevenue sérieuse.

Elle même aurait eu tendance à vouloir le conserver malgré tout, mais il avait eu l’air de dire que c’était trop dangereux, surtout si quelqu’un s’en emparait. En ce qui la concernait, elle pensait que si quelqu’un était assez bête pour boire le contenu sans savoir ce dont il s’agissait, il avait bien mérité son sort. A ce degré de bêtise, c’était de la sélection naturelle. Toutefois, consciente de la violence de sa remarque, elle la garda pour elle, ne souhaitant pas dévoiler son insensibilité au Commandant.

« Quoi qu’il en soit, vu à quel point cette substance est dangereuse, j’imagine que cela vous intéresse de savoir qu’il y a des contrebandiers qui projettent d’en livrer dans les autres pays et que je sais comment les arrêter ? »,
demanda-t-elle avec une certaine nonchalance, révélant sa deuxième carte maîtresse de la journée.

Enfin, le commandant allait savoir pourquoi elle passait ses journées sur ce rocher, alignée à la perfection pour entrapercevoir une crique bien dissimulée par les falaises. Elle avait déjà prévu toute l’histoire : la découverte d’un morceau de papier à moitié brûlé qui indiquait le lieu et l’heure mais pas la date précise, les circonstances de cette découverte…

En vérité, elle faisait d’une pierre deux coups car ce lyrium leur avait été volé par des inconscients qui croyait qu’il s’agissait de lyrium normal et qui s’imaginait déjà riche.

Après lui avoir brièvement expliqué l’histoire, lui confiant qu’elle était las d’attendre sur son rocher et qu’elle ne voyait pas d’inconvénient à être remplacée par ses hommes, Mellissandre s’arrêta comme si elle réalisait soudain l’entrain qui avait porté sa voix et ses pas.

En effet, désireuse de profiter de son atout, elle s’était légèrement de Cullen, résistant de justesse à lui toucher les cheveux. Il avait montré une certaine allergie à sa proximité pour l’heure, elle devait donc faire preuve d’un peu plus de subtilité…

L’air soudainement légèrement mélancolique, elle ravala donc la sensualité malicieuse qui animait ses traits en s’éloignant de lui avant qu’il n’ait le temps de le faire. Comme si elle réalisait que sa présence l’indisposée et que cela la peinait. Le contraste était saisissant, le masque de vulnérabilité qu’elle affichait également.

« J’ai conscience que les miens n’ont pas bonne réputation, et je suis contente que vous ayez accepté de collaboré malgré tout, je sens que cette collaboration sera fructueuse », répondit-elle, les miens désignant à la fois les tévintides et les mages. Détournant son regard toujours légèrement voilé de tristesse, elle remit une mèche de cheveux derrière son oreille. « J’espère que vous comprendrez que je ne vous veux aucun mal », ajouta-t-elle avec un sourire forcé mais doux, renouant avec l’innocence plein de candeurs de leur rencontre. « J’espère qu’un jour, vous me ferez confiance », conclut-t-elle avec une certaine emphase en lui tournant le dos pour fouiller dans ses affaires, jugeant que la conversation était terminée.

Oui. Après tout ce qu’elle avait fait, elle osait jouer les femmes blessées mais compréhensives pour titiller sa culpabilité. Toutefois, cette technique n'était que plus efficace et crédible en maintenant l'illusion que l'on souhaitait caché un excès de faiblesse. C'est pour ça que mimant une femme forte, cet instant de mélancolie sembla s’envoler alors qu’elle plaisantait à nouveau d’une voix exagérément enjouée.

« Je crois que je ferais mieux de partir avant que votre camarade ne s’inquiète trop des infâmes choses que j’aurais pu vous faire subir », dit-elle une fois qu’elle eut terminé de tâter sa robe pour voir si elle était suffisamment sèche. « Enfin, je ne peux pas lui en vouloir de protéger son beau Commandant », ajouta-t-elle avec un clin d’oeil facétieux, de retour à la « normal ».

Il n'y avait bien qu'une manipulatrice de son rang pour pouvoir faire volontairement glisser un masque tout en prétendant que cela était involontaire afin d'en montrer un autre. Elle aurait probablement fait une fabuleuse comédienne dans une autre vie.

_________________
*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
The Army's Commander ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Delavan
— MISSIVES : 96
— PRÉSENCE : Je passe le soir en règle général
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : /
— PRESTIGE : 324
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Fereldien
— LIEU D'HABITATION : Les remparts de Fort-Célèste
— ÂGE : 31 ans
— RANG SOCIAL : Commandant de l'armée de l'inquisition
— PROFESSION : Templier
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Cullen se bat à l'épée
— O.SEXUELLE : Hétéro, préférence pour les humaines et les elfes
— AMOUREUSEMENT : Un jour peut-être

MessageSujet: Re: [Terminé] Un soupçon de pluie et de charme [PV : Cullen] Ven 4 Aoû - 2:00

Missive 1
Commandant,
nous avons finalement pu trouver le campement des mercenaires aux abords de la côte orageuse. La mission fut un brillant succès, leur chef est sous notre contrôle et comme promis nous allons le livrer à l'inquisiteur pour son jugement. Nous vous attendons.
Un soupçon de pluie et de charme



Cette femme était vraiment étrange. Elle était physiquement charmante, possédait un regard perçant mais empli de tendresse, mais cachait bien sa véritable identité. Elle se rendait pas compte que son petit jeu de séduction n’était qu’une façade pour espérer mettre le commandant dans sous ses charmes, mais cela ne fonctionnerait pas. Cullen aimait les femmes sincères plus que pour leur beauté, il était donc inutile de faire quoi que ce soit avec elle. Et puis, elle ne se rendait pas compte qu’elle ne gagnait pas des points envers lui, en tant qu’agent de l’inquisition.

Cullen n’avait pas expliqué ce qu’il avait vu à Darse, avec les templiers rouges, et les hommes de Samson. Il ne souhaitait pas envenimer cette situation délicate pour lui. Il faisait mine de ne rien savoir, histoire de ne pas révéler tout ce qu’il savait, ce pourquoi il avait coupé la conversation en espérant une satisfaction de la jeune femme.

" - Satisfaite ? Je pourrais l’être d’avantage "
" - Je crains vous décevoir sur ce point, je n’irai pas plus loin. "
" - Quoi qu’il en soit, votre histoire est fascinante, il faut en effet faire attention avec cette chose. "


Le commandant secoua la tête de droite à gauche, visiblement contrarié. Bien entendu, elle faisait mine de connaître toutes ces informations comme si elle l’avait toujours su… Comment diable Joséphine aimait donc côtoyer des nobles de tous horizons ? Il ne comprenait pas ce qu’elle trouvait de fascinant avec ce genre de personne imbu d’elles-mêmes. Mais passons.

" - Bien évidemment… "
" - Faut-il s’en débarrasser de manière… définitive ? Ou devrait-on le garder malgré tout pour analyse ? "
" - Pour l’heure, je vous conseillerai de le garder avec vous, prenez juste garde à ce qui pourrait vous arriver. Je vous demanderais juste de le fournir à une certaine personne en arrivant à destination. "


Il se remit à marcher, mais cette fois d’un pas un peu plus rapide pour saisir le rapport du capitaine à propos de son prisonnier. Il prit la  feuille sur le bureau et s’appuya contre tout en inspectant les lettres attentivement.

" - Quoi qu’il en soit, vu à quel point cette substance est dangereuse, j’imagine que cela vous intéresse de savoir qu’il y a des contrebandiers qui projettent d’en livrer dans les autres pays et que je sais comment les arrêter ? "
" - Peu importe le temps que cela prendra… Je doute que foncer tête baissée sur ces mercenaires soit une bonne idée.  Nous devons nous montrer prudent, maintenant que vous nous avez donné ces précieuses informations, Dame Mellissandre. "


Elle lui expliqua alors la raison de sa présence sur les lieux, après plusieurs tentatives. En possession d’un papier indiquant le lieu et l’heure, elle avait découvert que des personnes préparaient un trafique de lyrium sur la côte, mais elle ne savait pas quelle jour cela se produirait. Alors qu’elle expliquait toute l’histoire, elle s’approcha de lui, jusqu’à venir très près de lui, mais il ne bougea pas et se contenta de l’écouter dans son explication.

Cullen voulu bouger mais elle le fit avant lui, en reculant de quelques pas après avoir remarqué que sa présence le dérangeait. Il ne prit pas la peine de la regarder d’avantage, elle qui percevait presque une sorte de vulnérabilité chez elle.

" - J’ai conscience que les miens n’ont pas bonne réputation, et je suis contente que vous ayez accepté de collaborer malgré tout, je sens que cette collaboration sera fructueuse. "
" - Je ne doute pas de votre sincérité, noble dame. Nous trouverons une solution rapidement. "


Il garda le support dans les mains, mais ne releva pas les yeux envers cette mage, quand il eut achevé sa lecture. Il se concentrait sur son mal de crâne qui le terrassait depuis le début de la soirée, oubliant presque la présence de Mellissandre.

" - J’espère que vous comprendrez que je ne veux aucun mal "

Cullen ne répondit pas, mais daigna tout de même de lever les yeux envers elle. Cette femme qui se jouait ainsi des sentiments des autres… C’était cela le visage de la noblesse de Tevinter … ?  Malgré les idées qu’il avait reçu concernant l’empire, elle ne faisait que confirmer leur fourberie. Il n’était pas en colère, juste déçu. Cependant, le lui faire remarquer ne mènerait à rien, tant qu’elle était pas officiellement sous son commandement.

" - J’espère qu’un jour, vous me ferez confiance "
" - Dans ce cas prouvez que vous pouvez gagner mon estime "


Elle conclu la discussion et tourna le dos retournant à ses besognes, lui aux siennes. Il se saisit de papier pour pouvoir écrire une lettre adressée à Joséphine afin de la tenir au courant de cette petite interaction avec la jeune Tevintide. Il pensait que Mellissandre était blessée et cela l’arrangeait bien.

Alors qu’il commençait à faire glisser la plume sur le papier, il s’arrêta net quand  elle recommença à lui adresser la parole.

" - Je crois que je ferais mieux de partir avant que votre camarade ne s’inquiète trop des infâmes choses que j’aurais pu vous faire subir "

Cullen continua d’écrire, sans vraiment prendre en compte ses dires… Elle passait tellement rapidement d’un état d’âme à un autre que cela en devenait dérangeant. Se doutait-elle seulement que le Commandant l’avait percée à jour ?

" - Enfin, je ne peux pas lui en vouloir de protéger son beau Commandant "
" - … Il suffit ! Cessez donc votre mascarade."


Finalement il ne contrôlait plus ses pulsions de templiers qui lui hurlaient de faire taire cette sotte. Mais il devait se tenir tranquille surtout envers elle, et vis-à-vis de l’inquisition. Cependant, il avait encore une dernière carte à jouer avant la fin de la partie. Il se redressa, posa ses écrits inachevés, et fit quelques pas pour faire face à la jeune femme.

" - Vous avez maintenant intégré l’inquisition et de ce fait vous êtes sous mon commandement jusqu’à nouvel ordre. Cessez donc de jouer avec moi de la sorte ou vous risquez de me voir beaucoup moins sourire. Ceci, est mon dernier avertissement. "

Il retourna alors en direction du bureau et se remit à sa tâche.

" - L’audience est désormais terminée, nous partons demain à l’aube. Sur ce, noble dame, je vous laisse reprendre vos quartiers. "

Elle ne tarda pas à quitter les lieux, le laissant désormais seul dans la tente. Il continua alors d’écrire son rapport jusqu’à ce que les deux templiers postés devant l’entrée fassent interruption dans la pièce. A leur arrivée, Cullen poussa un léger soupir imperceptible, sachant parfaitement qu’il allait passer à table suite à cet entretient.

" - Je vous ai entendu, Commandant. Vous avez engagé cette femme dans nos rangs ? "
" - Cet acte n’est que purement politique.  "
" - Mais vous êtes fou !! Cette femme, elle… "
" - … Je sais, et c’est pour cela qu’elle vient avec nous "
" - Vous jouez avec le feu, commandant "
" - Aurait-il été préférable que je la laisse s’en aller… ? Au risque que cette dernière nous fasse regretter ce choix ? hmm… Si elle est vraiment une menace pour nous, autant la garder sous surveillance dans nos rangs, en lui faisant croire que nous sommes à sa botte. "
" - Et si… et si elle était une Venatori ? "
" - Dans les deux cas nous avons fait le bon choix. Bien que cela concerne une bonne partie de magisters Tévintides, il nous faut prouver qu’elle en fasse vraiment parti. Et si elle était vraiment maligne, elle n’oserait pas trahir sa couverture. Dans le cas où elle souhaiterait simplement la gloire pour se donner un nom auprès des nobles cela n’est pas un problème non plus. Mage ou pas mage, l’inquisiteur a besoin de toute l’aide que nous pouvons lui apporter. Laissez croire cette fille qu’elle en gagne plus que nous et cessez de vous tourmenter sur des suppositions. "
" - Oui, commandant "
" - Bien, pas besoin de répéter mes ordres, je présume. Allez vous reposer. "


Les deux hommes s’inclinèrent en silence et repartirent aussitôt. Cullen allait veiller toute la nuit de toute manière, il n’avait pas envie de se reposer. De plus, l’un d’eux lui posa une lettre sur le bureau avant de repartir en dehors de la tente. Il s’agissait d’une lettre de Dorian, lui signalant qu’il attendait impatiemment sa venue à Fort Céleste  pour une revanche aux échecs, soulignés de commentaires flatteurs comme à son habitude…

Il prit une autre feuille, et commença à lui écrire, brièvement comme à son habitude, mais lui répondre lui changeait plutôt les idées, et il pourrait aussi le mettre au courant de cette situation… Il reprit sa plume, et recommença à écrire…

Fin du RP.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Terminé] Un soupçon de pluie et de charme [PV : Cullen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Arrivé sous une fine pluie de Cyrus
» Module "pluie / neige"
» help desert miracle de la pluie
» [Didacticiel] Comment faire tomber de la pluie / neige
» [RESOLUE] Faire de la pluie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Thédas :: ferelden ;-