— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

Forgée dans le sang ; Mellissandre Alirius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 472
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1238

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Forgée dans le sang ; Mellissandre Alirius Mer 19 Juil - 13:20



Mellissandre Alirius
Les guerres, la lignée, la magie… tout est histoire de sang.

NOM & PRÉNOM(S) ⊱ Mellissandre Alirius SURNOM ⊱ / AGE ⊱ 22 ans   NATIONALITÉ & LIEU DE NAISSANCE ⊱ Tévintide, née à Minrathie. PROFESSION ⊱ Rentière (fille à papa). Future Magister LIEU DE RÉSIDENCE ⊱ Minrathie, mais voyage beaucoup pour accomplir la volonté de Corypheus. SITUATION AMOUREUSE ⊱ En attente d’un bon parti ? ORIENTATION SEXUELLE ⊱ Hétérosexuelle, rien d'autre n'aurait été acceptable. FACTION & RANG ⊱ Mage, officieusement vénatori, à Tevinter c’est "juste" une altus fille de Magister. ARMES ET/OU MAGIE ⊱ Magie du sang (cf fiche), dans une moindre mesure l'électricité et les barrières comme la plupart des mages. Elle possède un bâton de mage, et surtout un couteau très effilé pour faire couler le sang nécessaire à certains sorts. LANGUE PARLÉE ⊱ Tévène et Universelle.

Tout sur ton personnage !
on veut tout savoir de lui.

Extrêmement dévouée à sa famille ⊱ Désespérément indifférente, vide de passion ⊱ Sensuelle ⊱ Capricieuse ⊱ Calculatrice ⊱ Calme ⊱ Nationaliste ⊱  Orgueilleuse et condescendante vis à vis de son nom ⊱ Aucune fierté personnelle ⊱


Pour Mellissandre, rien n’est plus important que sa famille. Elle a été élevée dans l’idée que ses parents étaient les seules personnes au monde en qui elle pouvait avoir confiance, les seules qui voulaient son bien, les seules qui comptaient. 

Depuis toute petite, Mellissandre a toujours baigné dans le luxe, obtenant tout ce qu’elle voulait sans efforts. Enfant gâtée, la seule chose qu’on a toujours exigé d’elle c’est qu’elle soit sage et présentable. Toute sa vie, la jeune femme s’est donc efforcée de se conformer à cette attente, ne se souciant pas d’être régulièrement reléguée au rang de jolie potiche courtoise et souriante.

Ses parents ont orchestré la moindre minute de son existence jusqu’à ses quatorze ans, de sorte qu’elle n’a pas une passion qui ne soit pas le fruit d’un minutieux calcul. La danse ? Un moyen d’exhiber sa beauté. Sa collection de médailles tévintides ? Un biais pour démontrer son patriotisme. La magie ? Une obligation sociale à tout aristocrate. La lecture ? L'apanage des gens cultivés et sérieux. Tout ce qu'elle aime ou pas n'est pas de son ressort...

A force de renier ses propres inclinaisons pour se conformer à l’image de fille parfaite que ses parents avaient créé, il ne lui reste rien. Rien. Juste un vide lancinant qu’elle se prend parfois à vouloir combler sans réellement comprendre d’où il vient, ni comment faire pour ne plus se sentir si… inconsistante. Ironiquement pour une femme entourée d’esclaves, Mellissandre possède moins de libre-arbitre que beaucoup de ses serviteurs car bien qu’elle en ait la possibilité, on ne lui a jamais appris à choisir, à décider de sa propre existence. Son devoir est si sacré que c’est même impensable pour elle d’imaginer prendre en main son destin.

Si Mellissandre est complètement et totalement dévouée à sa famille et apparaît souvent comme une femme inoffensive, elle n’en reste pas moins capable de beaucoup d’autorité : elle ne se laisse guider sa conduite que par les gens qu’elle doit contenter, et vu son rang, ils sont peu nombreux. Ce n'est guère quelqu'un de très indépendant mais elle n'en reste pas moins capable de prendre les choses en main et d'agir lorsque cela est nécessaire. C'est un animal politique qui sait flairer les embrouilles et les opportunités ayant hérité de ses parents le désir de s'élever dans la société jusqu'à pouvoir la contempler de haut.

Après tout, c’est une Altus, fille de deux Magister puissants et respectés. Par mimétisme, elle possède donc le même mépris que ses pairs pour les classes inférieures, et la même aptitude à commander. A commencer par les nombreux esclaves qui gravitent autour d’elle et qui ne sont ni plus ni moins que des objets de valeurs à ses yeux. 

Digne héritière de ses parents, Mellissandre est orgueilleuse, pour autant, elle n’a aucune fierté personnelle. Ainsi, elle peut se montrer terriblement condescendante envers les soporati ou les laetans et ne souffrira aucun outrage sur sa famille ou sur son nom. En revanche, elle ne possède pas la moindre once d’estime personnelle, les insultes – ou les compliments - à son égard ne l’effleurent même pas, et elle s’avilirait aux pires besognes sans rechigner si cela n’entachait pas la réputation de sa famille. Encore une fois, le vide qui sclérose son existence est en cause, car n’ayant pas choisi ses occupations, elle ne retire presque aucun sentiment d’accomplissement de ce qu’elle fait, juste une vague satisfaction de contenter à ses parents. Un plaisir si ténu et fugace, qu’elle fait preuve de beaucoup de zèle pour toujours se montrer à la hauteur et recevoir leurs félicitations, ne gardant de ses exploits qu'un goût de cendre. Elle a toujours bien porté son nom. 

Dénuée de passions et d’ambitions propres, Mellissandre n’en est pas moins doté d’une volonté d’acier qui la pousse à accomplir ses tâches avec une détermination proche du fanatisme. Quand elle a une mission confiée par sa famille, rien ne saurait l’arrêter, et certainement pas la morale. Cette ténacité est notamment ce qui lui permet de résister sans faillir aux assauts constants des démons. Ça et surtout son éducation. En effet, dès son plus jeune âge, elle a été mis en garde contre leurs promesses fallacieuses et ne leur accorde donc aucun crédit. 

De toute façon, Mellissandre est tellement méfiante que cela relève de la paranoïa. Elle voit le danger et les mauvaises intentions partout, il n’y a qu’au sein de sa famille qu’elle peut relâcher sa garde. A sa décharge, la vie de magister est rude, les complots sont omniprésents et souvent mortels, si ses parents ont grossi le trait pour pourfendre tout velléité de curiosité ou d’influence extérieure, ils ont raison de croire qu’ils sont entourés de serpents. En outre, l’idée qu’elle vit dans un monde d’hypocrites a été renforcée depuis qu’elle pratique sa magie du sang et du désir. Elle est logiquement persuadée que tout l’intérêt qu’on lui porte n’est lié qu’à son nom et à sa sorcellerie. De toute façon, elle est incapable d’imaginer qu’on puisse apprécier sa personne, c’est contre tout ce qu’on a pu lui dire jusque là, et puis, pour laisser quelqu’un l’aimer, il faudrait déjà qu’elle puisse s’aimer elle même. 

Pourtant, dans les tréfonds de son âme, elle est très romantique. Ses parents ne s’aiment pas, mais ils ont une réelle complicité qu’elle jalouse parfois. Ils forment un tout. Le sentiment de plénitude, d’absolu que l’on loue dans les romances, elle l’envie, elle le recherche désespérément pour combler l’abysse dans son corps. Aveugle aux réelles causes de ses problèmes, elle a le sentiment qu’une âme sœur existe quelque part, capable de la faire vibrer, de lui donner l’impression d’être vivante. D'être une personne à part entière. 

Mais elle est bien consciente que ce désir est une affabulation, un vestige de ses lectures d’enfant. Un rêve impossible qu’elle sacrifiera sans sourciller pour se marier avec la personne qu’on aura choisie pour elle et perpétrer l’obsession pour les lignées tévintides. 

Habituée au plus grand luxe et à voir ses requêtes exécutées d’un claquement de doigt, Mellissandre peut se montrer excentrique – surtout aux yeux des étrangers – mais elle est surtout capricieuse. Quand elle exige quelque chose, elle s’attend à l’avoir presque immédiatement et gère très mal la frustration de se voir dire non ou de faire des escales dans des endroits sordides. 

En dehors de ces moments d’agacement profond où elle sera encline à traiter les étrangers de sauvages sans éducation, Mellissandre est une femme extrêmement calme et froide. Ce vide qui la caractérise l’empêche de profiter des petits plaisirs de la vie, la nourriture, les paysages, une jolie toile, rien de tout cela ne l’émeut et cette insensibilité a même tendance à la rendre mélancolique. Elle se rend bien compte que quelque chose est anormal, qu’il y a un manque dans son existence, mais elle n’arrive pas à le combler malgré l’acharnement qu’elle met à accomplir toute mission qui lui est confiée. Tant qu’il sera là, elle restera l’ombre qu’elle est aujourd’hui, placide jusqu’au tréfonds de son âme malgré ses sourires charmeurs et chaleureux. Cette apathie constante qui l'empêche de s'extasier sur ce qu'il entour ou de se sentir concernée par la misère ambiante, la rend peu sensible à l'humour et c'est rare qu'elle rie sincèrement de quelque chose. 

Manipulatrice hypocrite, Mellissandre excelle dans l’art de jouer les cruches gentille et bien sage pour mieux poignarder dans le dos ses interlocuteurs. En outre, elle utilise constamment ses charmes pour s’attirer des faveurs. Son statut la force à prendre extrêmement soin de son apparence et des apparences, la politesse et l’élégance étant des vertues cardinales pour elle. Par ailleurs, si elle est encline à danser au rythmes sensuelle d'un musique orientale, Mellissandre est une personne relativement prude qui conserve précieusement sa pureté en vu de son futur mariage. 

Tevintide dans son cœur malgré les griefs qu’elle entretient contre l’archonte, Mellissandre aime son pays est le porte en haute estime. Comme beaucoup, elle rêve de voir l’Empire retrouver toute sa splendeur et sa grandeur d’antan et c’est bien pour ça que sa famille à rejoint les rangs de Corypheus, devenant des venatori. Par ailleurs, s’il est bien ce qu’il prétend être, Mellissandre éprouve une certaine fascination pour les exploits passés de Corypheus et elle respecte sa puissance, n’ayant pas de problèmes existentiels avec ses méthodes. Les sacrifices sont nécessaires aux grands exploits, leur Histoire a été forgée dans le sang, rien n’a changé depuis. Et puis… si les Qunari pouvaient être les premiers à être rayés de la surface de Thédas, cela serait un plus non négligeable… Des créatures aussi laides et barbare, ça ne devrait même pas exister, à elles seuls, elles sont la preuve que le Créateur n'existe pas, ou qu'il a un très mauvais sens de l'humour. 
 



Mellissandre aime beaucoup les bains parfumés, elle en prend très régulièrement. Pour lutter contre l’anémie, Mellissandre a un régime alimentaire particulier qui privilégie les aliments à base de fer. Elle mange énormément de viandes mais surtout, elle grignote constamment des amandes. Une anecdote, une chose à savoir ou un truc pas banal à ton propos, quoique ce soit sur toi, on veut savoir ! Mellissandre prend particulièrement soin de ses ongles, ils sont assez long et particulièrement limés, de sorte qu’elle puisse griffer au sang en dernier recours. Elle porte toujours beaucoup de bijoux : bracelets, bagues, épingles à cheveux, colliers… Tout ce qui démontre ostensiblement sa richesse et rehausse sa beauté. Elle boit beaucoup de thé car ça aide à se concentrer. Mellissandre n'est pas raciste contrairement à beaucoup de ses compatriotes. Mis à part les Qunari qui sont trop étranges pour être considérée comme des personnes à ses yeux, elle se soucis davantage des talents que de la race des gens qui l'entourent, elle ne méprise donc pas les elfes plus que les humains soporati. La jeune femme considère bien entendu que l'esclavage est une chose tout à fait normale, banale même. Mellissandre a beaucoup de sympathie pour les mages des autres pays, elle pense que c'est injuste qu'ils soient enfermés dans des Cercles et elle est bien contente qu'ils se soient rebellés. La famille Alirius a fait fortune grâce au commerce, notamment avec les alliés ancestraux de Tevinter : les nains. Produits de luxes, notamment des savons et des huiles essentielles qu'ils vendent beaucoup en orlaïs. Toutefois, ce qui a vraiment fait leur renommé c’est le commerce des armes de très grandes qualités, notamment les épées d’apparats richement décorées mais trop fragile pour être réellement utilisées. Ses parents sont tous les deux magister, sa mère s'appelle Marilia Vineon et son père Octavius Lucius Caesare Alirius elle a un demi-frère illégitime Scipio Romulus mais elle ne le sait pas.

⊱ La magie du sang

Mellissandre est mage du sang, avec tout ce que cela implique en terme de pouvoirs et de problèmes. Son répertoire est assez vaste, allant de l’invocation d’ombres ou de cadavre à la possession forcée d’autrui, en passant par la manipulation mentale pure et dure. Le problème c’est qu’à Tevinter, beaucoup de mages savent se prémunir de ce genre d’influence, la magie du sang étant omniprésente chez les magister malgré l’interdiction officielle. Surtout que le meilleur moyen de réellement influencer quelqu’un c’est de briser ses défenses jusqu’à ce qu’il soit désespéré ou consentant. Or sa maison est grande mais ça fait mauvais genre de torturer d’autres mages dans un placard. 

C’est pourquoi, la jeune femme a appris une technique plus insidieuse qui utilise la magie du sang et du désir, pratiquée au fin fond des déserts tévintides. Grâce à un rituel qui a nécessité le sacrifice de plusieurs personnes, elle se rend charmante. Littéralement. Son sort a pour effet de modifier la perception que l’on a d’elle au point d’apparaître aux yeux de ses interlocuteur comme la femme la plus magnifique qu’ils n’aient jamais vu peu importe leurs goûts. Ils la voient bien tel qu’elle est : de délicates courbes voluptueuses, de long cheveux noirs et soyeux, une peau légèrement hâlée et des yeux sombres qui oscillent entre le noisette et l'ambré, mais ils en gardent une impression diffuse de beauté ensorcelante. Techniquement, elle attise le désir mais ses victimes conservent tout leur libre arbitre, rien ne les force à obéir à ses caprices, mais, bien souvent, beaucoup méprennent cette attirance pour de l’amour et se plient en quatre dans l’espoir de la séduire. Ce que ses prétendants font, ils le font donc de leur plein grès. A ce titre, tout n’est pas tout rose, il n’est pas rare que certains hommes se montrent brusques ou désagréablement insistant, n’ayant guère la patience de gagner ses faveurs. Enfin, certains n’ont que faire de cette beauté fascinante qu’ils ont croisés, ils la regarde passer et reprennent simplement leur vie. Fort heureusement pour elle d’ailleurs, marcher dans la rue serait drastiquement plus compliqué autrement. 

Ce sort à néanmoins des limites. Tout d’abord, il agit comme une aura autour d’elle, il faut donc être à quelques mètres de distance pour qu’il fasse effet, et ce dernier est plus efficace si elle regarde la personne dans les yeux. Il s’estompera au fur et à mesure du temps, et si on ne la voit pas régulièrement il est possible que quelques jours plus tard on repense à elle en se demandant pourquoi on l’a trouvé si exceptionnellement jolie. A force de cotoyer la même personne, le sort peut également s'estomper car il finit par s'y habituer.

Ensuite, cette magie fait appel au désir, elle ne peut donc toucher que les personnes qui sont naturellement attirées par les femmes (les asexuels, les femmes hétérosexuels ou les hommes homosexuels sont donc immunisés). 

Enfin, comme toute magie qui touche à l’esprit, elle peut être brisée si l’interlocuteur possède la force mentale nécessaire (surtout les mages et les templiers). Ceci dit, pour rompre le sort, il faut que la personne réalise qu’il y en a un et c’est là toute la beauté de sa magie : elle est vicieuse. Il est bien plus facile de se rendre compte qu’on est manipulé quand on obéit aveuglément à un ordre impensable, mais c’est bien plus dur de réaliser que notre perception est altérée quand on trouve simplement quelqu’un d’une beauté exceptionnelle, car cela n’a rien d’impossible en soit.


Par ailleurs, l’utilisation intensive de la magie du sang a laissé des séquelles sur son esprit et sur son corps. Tout d’abord, elle souffre d’insomnie car son lien avec l’Immatériel s’est étiolé de sorte qu’elle ne rêve presque plus. Ses nuits sont souvent à son image : désespérément vides. Mais le pire, c’est que le plus souvent, quand enfin elle est touchée par l’onirisme, c’est pour subir des cauchemars provoqués par la sarabande de démons qui lorgnent autour d’elle comme des vautours affamés en attendant le moindre signe de faiblesse. 

Par ailleurs, la magie de soin lui est définitivement inaccessible car c’est incompatible avec les sacrifices exigés par le sang, elle a depuis longtemps fait son choix. 

Elle est encore capable d’utiliser la magie plus traditionnelle – elle est d’ailleurs spécialisée dans l’électricité et les barrières – mais il lui faut plus de lyrium qu’une personne lambda pour se recharger. Par ailleurs, si elle veut vraiment faire des choses dantesque, la magie du sang reste incontournable. Il est facile de se laisser tenter quand on sait la puissance qui coule dans nos veines.

Or, elle doit utiliser ses talents avec parcimonie, car si elle n’hésite pas à exsanguiner esclaves et ennemis, elle est bien souvent obligée de se rabattre sur elle-même. Logiquement, une utilisation intensive, lui provoque donc des crises d’anémie, qui renforcées par la fatigue liée à ses insomnies induisent souvent des évanouissements. 

Enfin, son corps lui même peut témoigner des excès qu’elle a parfois commis. Tout d’abord, de fines cicatrices blanches parcourent ses paumes à force de s’être entaillée les mains pour lancer un sort. En soit, les blessures n’étaient pas grave, mais elle n’utilisait pas une lame aussi effilée, et elle a superposé les marques de sortes que certaines n’ont pas bien cicatrisés malgré les soins. Enfin, son manque de sommeil provoque sans surprises des cernes violacés qu’elle résorbe via des maquillage et de baumes hors de prix au moins une fois par semaine. En effet, même si son charme laisse une impression de magnificences aux yeux des autres malgré ses imperfections, elle n’oublie pas que certains y sont insensibles et elle ne peut donc pas se permettre de créer un trop grand fossé entre leurs perceptions.

Son "charme" en résumé :
 



Ton toi derrière l'écran !
on veut tout savoir de toi.






Tout pareil que pour Irisviel














Dernière édition par Mellissandre Alirius le Mar 8 Aoû - 19:08, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 472
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1238

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: Forgée dans le sang ; Mellissandre Alirius Mer 19 Juil - 13:21



this is my story
La magie du sang résout tous les problèmes.


Mellissandre aurait difficilement pu venir au monde dans un contexte plus favorable. Fruit de l’union calculée de deux Magister influents, elle n’a jamais manqué de rien. Baignant dans le luxe, elle a toujours eu les plus incroyables jouets, les plus magnifiques vêtements et les plus beaux bijoux que l’on puisse imaginer. Et, même si c’est ses parents étaient souvent occupés du fait de leur fonction, ils trouvaient toujours un peu de temps à lui consacrer. Souvent, le soir, après avoir été bordée par son esclave elfe préférée, ils venaient lui lire une histoire. Enfoncée dans un confortable oreiller, elle profitait des images du livre, blottie entre ses deux parents penchés contre elle pour pouvoir déchiffrer les lettres. Le parfum des cheveux de sa mère embaumait l’air, la barbe de son père lui chatouillait la joue, au rythme de syllabes qui donnaient petit à petit vie aux histoires de dragons, d’archontes et de mages. 

Quand elle s’enthousiasmait trop sur le fait d’être délivrée par un preux chevalier, son père s’offusquait et boudait d’être ainsi délaissé, alors elle défaisait ses couvertures pour escalader son corps massif et lui faire des bisous sur le nez implorant son pardon car il était évident qu’il serait toujours le seul amour de sa vie et qu’elle l’épouserait plus tard. Sa mère riait, caressait ses cheveux et l’embrassait sur la joue en feintant elle aussi la jalousie. Ils se chamaillaient puis lui chuchotaient que jamais personne ne l’aimerait vraiment à par eux mais qu’ils seraient toujours là pour elle avant de s’en aller. Les réminiscence de leur chaleur rassurante dans les draps, elle ne pouvait pas remettre leur parole en doute, alors elle se recouchait au milieu de son lit qui paraissait tout de même bien trop grand pour elle, sa servante la bordait à nouveau, réinstallait ses peluches pour qu’elle soit entourée et elle s’endormait, sereine. 

Ces moments lui avait manqué quand elle était allée au Cercle après avoir manifesté ses pouvoirs à l’âge de 4 ans. A Tevinter ce n’était pas des prisons, ses parents pouvaient lui rendre visite et elle pouvait repartir quand ils le souhaitaient, mais tant qu’elle ne maîtrisait pas ses pouvoirs, elle ne pouvait pas rentrer chez elle. Combien d’enfants avaient mis le feu à leur maison à cause d’un horrible cauchemar… 

Loin de ses parents pour la première fois de sa vie, elle n’avait qu’une hâte, retourner chez elle, embrasser ses parents et les entre la félicité parce qu’elle deviendrait une mage talentueuse. Alors, même si elle n’aimait pas l’enchanteur de rang qui sentait le parchemin moisi, elle se montrait attentive et aussi docile que lorsqu’elle était chez elle. Contrairement à ses camarades, elle ne s’émerveillait pas tant que ça des démonstrations proposées par leurs aînées, elle étudiait. Elle n’était pas là pour s’amuser mais pour apprendre. Ses parents avaient été très clairs sur le sujet : elle devait devenir une mage exceptionnelle pour mériter son nom, elle ne voulait pas les décevoir. 

Il faut dire, qu’elle n’était pas prête d’oublier, la seule fois où elle avait désobéi à un ordre pour aller jouer avec une de ses esclaves au lieu de rester sagement assise à table pendant un dîner, elle avait été sévèrement punie, mais plus que le désespoir d’être enfermée seule dans sa chambre pendant plusieurs jours et de ne plus jamais revoir son elfe, elle ne s’était jamais remise du regard plein de mépris et de tristesse que sa mère lui avait jeté ce jour là. Elle vivait comme une trahison personnelle le fait qu’elle ait désobéit, et malgré les consolations de son père, la culpabilité rongea la jeune fille pendant des mois après l’incident. Elle ne comprenait pas bien ce qu’ils lui disaient, mais elle avait retenu une chose : ils ne voulaient que son bien, et tant qu’elle serait sage, ils la protégeraient et lui donneraient tout ce qu’elle voulait. 

Un marché très simple, surtout que finalement, ils n’exigeaient pas grand-chose en retour. Etre une bonne mage et se tenir tranquille pendant les soirées. Ce n’était pas facile de rester immobile sur une chaise en attendant qu’on lui adresse la parole, mais au final, quand ses parents la présentait chaleureusement en caressant ses cheveux et que les invités vantaient son calme et ses manières, elle se sentait si fière que cela valait bien ses heures d’immobilisme.

Une fois les bases de la magie acquise alors qu’elle atteignait ses 7 ans, elle avait pu revenir chez elle. Sa vrai éducation commença à ce moment et elle enchaîna plusieurs années d’apprentissage intenses, jonglant entre les sessions au Cercle, l’enseignement de l’étiquette par un précepteur privé et des cours de danse. Mellissandre n’aimait pas la danse. Elle se sentait maladroite quand elle se trémoussait mais sa mère avait beaucoup insisté. Acquérir de la grâce, de l’élégance, savoir supporter les regards braqués sur elle, c’était très important selon elle. 

Comme toujours, elle se plia donc sans rechigner à ses nouvelles exigences, de toute façon trop fatiguée de toutes ses leçons pour envisager de faire quelque chose qui lui plaisait. Et puis, elle n’avait pas à s’en soucier de toute façon, ses parents savaient mieux qu’elle ce qui était bien. 

Au Cercle, elle finit par se faire une amie, elles s’échangeaient leurs poupées et jouaient ensemble pendant les pauses. Heureusement, ses parents lui ouvrirent rapidement les yeux sur cette jeune fille. Bien entendu, elle était trop naïve pour voir que la jeune demoiselle issue d’une famille de laetans n’était gentille que pour pouvoir profiter de ses jouets bien meilleurs et espérait se faire un jour une place dans la société. 

Après ce jour là, elle retint bien la leçon, et s’efforça de toujours se rappeler que derrière les sourires il y avait des serpents désireux de profiter de sa position. Qu’elle devait faire toujours attention car elle avait beaucoup de chance d’être une altus et que tout le monde rêvait de lui voler sa place ou voulait lui faire du mal par jalousie. Une réalité qui ne fut que plus vraie quand elle fut fiancée à l’archonte Radonis vers l’âge de 12 ans.

Personnellement, elle ne l’aimait pas beaucoup car elle trouvait qu’il avait une tête de fouine qui lui faisait peur, mais même à douze ans elle était tout à fait capable de comprendre pourquoi c’était si important pour sa famille. Qu’étaient dix ans de différences d’âges et une odeur d’herbes froides face à la position la plus prestigieuse du pays ? De toute façon, ses parents avaient fait tant d’efforts pour en arriver là qu’elle ne pouvait pas lui décevoir.

Son destin était tracé et accepté, mais juste avant qu’elle n’ait l’âge pour l’épouser, l’archonte annula les fiançailles en prétextant une incompatibilité de lignée. En réalité, tout le monde savait que c’était parce qu’il avait d’autres projets en terme de politique extérieure mais aussi parce qu’il craignait d’être assassiné par les Alirius une fois leur fille sur le trône et qu’il n’avait plus autant besoin de leur soutiens, mais cela n’empêcha pas un immense scandale d’éclater. 

Ses parents, qui avaient tous les deux hérités d’une place au sein du Magisterium tentèrent de le faire changer d’avis en lui prouvant à quel point ils étaient indispensables et une guerre froide éclata dans les hautes sphères de Tevinter. A cause de l’inextricable jeu d’alliances formés par les membres du magisterium, prendre des décisions collégiales devint presque impossible et les fonds pour soutenir la guerre contre les Qunari se tarirent. Ironiquement, cette période fut bien plus douloureuse pour Tevinter que l’Enclin qui avait frappé Thédas quelques années plus tôt et qui était passé tellement inaperçu que certains remettaient son existence même en cause, voyant là une machination du Sud pour s’arroger du prestige. 

Quoi qu’il en soit, les mesquineries de la haute noblesse finirent par rendre la situation suffisamment intenable pour qu’une tentative d’assassinat soit organisée contre les Alirius. Un complot rapidement déjoué mais qui fut exposé aux yeux de Mellissandre alors âgé de 14 ans, comme ultime preuve qu’elle évoluait dans un univers dangereux et qu’elle ne pouvait faire confiance à personne. 


Désireux de l’éloigner de ce conflit, les parents de Mellissandre profitèrent de l’occasion pour l’envoyer parfaire son apprentissage de la magie auprès d’une célébrité qui vivait à Periventium. Elle quitta donc Minrathie la mort dans l’âme et fut confiée aux soins de Shandra, une femme incroyable même selon les critères de Mellissandre. Fille d’esclave, elle était parvenue à se hisser au sein du Magisterium à la seule force de ses talents avant de prendre sa retraite pour couler des jours heureux dans la campagne profonde de Tevinter. On la disait d’une beauté sans pareille malgré les années, mais Mellissandre ne comprit que plus tard pourquoi elle n’était pas de cette avis, lui trouvant la physionomie parfaite pour jouer les sorcières décrépies. 

Malgré sa peine d’être une nouvelle fois séparée de sa famille qui était la seule chose qui lui donnait un peu de joie en ce monde, Mellissandre s’efforça comme toujours d’être à la hauteur de son rang et du souhait de ses parents. Même loin d’elle, leurs ombres planaient sur son épaule, lui rappelant sans cesse ses devoirs. 

Ainsi, Shandra l’initia à la magie du sang, un art interdit mais que tout le monde pratiquait allégrement à Tevinter. Au début, Mellissandre était un peu effrayée à cause de toutes les histoires sordides qu’elle avait pu entendre mais sa professeure avait une façon de présenter les choses qui rendait tout beaucoup plus simple. « Si tu es assez stupide pour faire confiance à un démon alors tu as bien mérité de finir en abomination », disait-elle toujours en haussant les épaules avec nonchalance. Or, Mellissandre avait suffisamment d’orgueil pour penser qu’elle n’était pas stupide et elle s’aventura donc dans cette voie sans crainte, rapidement fascinée par la puissance et les perspectives que cela lui ouvrait. 

Peut-être enfin avait-elle l’opportunité de réellement impressionner ses parents, elle qui était déjà une mage exceptionnelle mais malheureusement entourés d’individus tout aussi exceptionnels. Shandra l’averti que si elle voulait pleinement se consacrer à cette magie, il y aurait un prix à payer, sur son corps, sur son âme, mais la décision de Mellissandre était prise. Elle supporta sans rechigner les douleurs aigûes des petites coupures, s’habituant finalement à la sensation jusqu’à y être indifférente. Elle se persuada que personne ne méritait sa compassion jusqu’à ne plus sourciller alors qu’elle prenait une vie pour accomplir le rituel. De toute façon, depuis toujours, elle voyait bien que le monde était moche, terne, remplis d’individus malintentionnés et qu’il n’y avait rien à en sauver. Elle pouvait bien tout détruire tant que sa famille était heureuse, cela n’avait pas d’importance. On est content de voir les gens qu’on aime heureux n’est-ce pas ? Alors tant que ses parents étaient content, elle n’avait pas de raison d’être triste. La mélancolie qui l’envahissait était une illusion, un caprice de sa part, ça n’avait pas d’importance. 

Plusieurs fois Shandra l’emmena avec elle à des spectacles mais sont esprit était toujours ailleurs, elle n’avait pas le temps de s’amuser, mais surtout, elle n’en avait pas la capacité car tout ce qui n’était pas lié à sa famille, lui semblait morne et sans intérêt. Elle n’avait jamais appris avoir les couleurs dans le monde alors tout était gris désormais. 

Après plus de deux ans d’apprentissage, alors qu’elle fêtait son seizième anniversaire, Shandra l’initia finalement à son plus grand secret, le sort qui lui permettait d’être si belle indépendamment de son âge ou de ses interlocuteurs : la magie du sang et du désir. Mellissandre vit en se rituel l’occasion d’enfin satisfaire les exigences de sa famille, la promesse était alléchante : être une femme divinement belle à laquelle personne ne pourrait résister, devenir le centre de l’attention pendant toutes les soirées mondaines. Portée fièrement le blason de sa famille telle une délicieuse apôtre que l’on ne peut effacer de son esprit. 

Face à ces promesses, les cauchemars qui remplacèrent peu à peu ses rêves lui semblèrent un faible prix à payer. Et puis, si elle dormait moins, cela lui laissait plus de temps pour se perfectionner. La cérémonie fut sanglante et si elle ne sourcilla pas devant ce sacrifice, elle était loin d'imaginer à quel point cela serait pénible d'avoir toujours cette aura autour d'elle, sans pouvoir l'arrêter ou savoir quand le sort s'estomperait.

Quand enfin elle revint à Minrathie, ses parents approuvèrent chaleureusement son choix et ses progrès. Même si une entente cordiale s’était de nouveau installée avec l’archonte, ils n’avaient pas oublié leur ambition. Leur famille gouvernerait Tevinter un jour, quand bien même Mellissandre n’en ressentait pas particulièrement l’envie. 

Devenue assez grande pour les supporter plus activement dans leurs machinations, Mellissandre entama une nouvelle période de sa vie marquée par les mondanités et les paroles venimeuses. Forger des alliances, évaluer le danger, orchestrer un assassinat dans l’ombre en souriant dans la lumière. Il faut dire que maintenant elle ne passait plus inaperçu. Rapidement, le nombre de ses prétendants grandi, flattant l’ego de ses parents alors qu’elle même réalisait à quel point cela pouvait être pénible d’être complimentée sur un mensonge, à quel point certains de ses interlocuteurs pouvaient se montrer indécents et insupportables. Un petit sacrifice cependant, face à tous les avantages que cela lui apportait. Les cadeaux s’entassaient chez elle, et d’un sourire elle pouvait arracher promesses et faveurs qui facilitèrent grandement certaines transactions. Souvent parce que certains hommes étaient prêt à se damner pour gagner son cœur, mais parfois de façon bien plus farfelue, comme la fois où elle avait fait chanté quelqu’un après avoir découvert qu’il était gay parce que justement, il n’était pas touché par son sort. 

Mais Radonis est un homme rusé qui voyait clair dans leur projet et malgré tous leurs efforts leur rêve s’effritait de jour en jour. En dépit leur richesse et leur influence, ce n’était pas assez pour espérer renverser l’archonte avant de nombreuses années…. Jusqu’à ce qu’une opportunité inespérée se présente à eux en la personne de Corypheus. 

Puis Thédas s’enflamma à cause d’un simple mage qui fit exploser une Chantrie au nom de la liberté des mages. Une situation qui amusa beaucoup les Magister, fasciné par tous les problèmes que cet acte presque anodin avait créé. Depuis le temps qu’ils pensaient que le Sud devait prendre exemple sur eux et arrêter de persécuter ses mages. Mais dans cet embryon de chaos une ombre venu des temps anciens commença à murmurer des promesses de grandeur. Ses parents qui guettaient ce genre d’opportunité ne manquèrent pas de se montrer curieux et c’est ainsi qu’ils rejoignirent les rangs de Corypheus alors qu’il n’en était qu’à ses balbutiement. 

Pour Mellissandre, l’Ancien était simplement un mage très puissant, elle ne croyait pas tout le mythe qui l’entourait mais elle n’en avait cure, sa famille exigeait qu’elle collabore, alors elle collaborait. Au vu de ses talents, elle fut chargée de recruter des gens dans ses rangs le plus discrètement possible. Contrairement à d’autres Magister ils ne revendiquèrent jamais leur allégeance et grand bien leur en pris car l’achonte fit assassiné deux hommes qui ne s’étaient pas assez protégés. 

Pour sa part, Mellissandra quitta Minrathie alors que les Cercles du Sud commençaient à se rebeller et que le désordre s’installait durablement. Malgré le ralliement de la grande prêtresse Fiona, les mages esseulés ne manquaient pas et les promesses d’un avenir meilleur convainquirent quelques âmes sans grande peine. 

L’explosion du Conclave donna néanmoins une toute nouvelle dimension à sa mission. A partir de ce moment elle comprit qu’elle avait effectivement rejoint quelque chose de grand et elle commença à prendre davantage au sérieux cet Ancien qui avait su impressionner ses parents. Peut-être qu’effectivement ses promesses d’un avenir meilleur pour Tevinter n’étaient pas vaines. Même Mellissandre était emballée à l’idée de recréer l’Empire d’antan et de se tailler une place de choix dans ce nouveau monde. 

A partir de cet événement, elle commença donc à prendre une part plus active chez les venatori, diversifiant ses activités pour participer à la recherche de reliques ou à du sabotage, perfectionnant également sa magie du sang pour voler des informations. Il faut dire qu’après l’échec cuisant d’Alexius et les événements de Darse, il y a fort à faire… 







Dernière édition par Mellissandre Alirius le Jeu 20 Juil - 21:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Albar/Taïga
— MISSIVES : 69
— PRÉSENCE : A peu près tout le temps
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— CRÉDITS : Fanart par EshiraArt & Nipuni
— PRESTIGE : 296
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Vagabond
— LIEU D'HABITATION : Fort Céleste
— ÂGE : Indéterminé
— RANG SOCIAL : Apostat
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Ruse et magie
— O.SEXUELLE : L'Immatériel

MessageSujet: Re: Forgée dans le sang ; Mellissandre Alirius Jeu 20 Juil - 20:00

Une altus Tévintide, Venatori et mage du sang. On peut dire que c'est un sacré virage entre elle et ton Irisviel ! Re-bienvenue en tout cas, ta fiche est excellente ^^

_________________

~ Mon orbe ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Sanglante beauté ⊱ PARTISAN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 472
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Irisviel Mavias
— CRÉDITS : Yennefer - The Witcher
— PRESTIGE : 1238

— NATIONALITÉ : Tévintide
— LIEU D'HABITATION : Minrathie mais voyage beaucoup.
— ÂGE : 22 ans
— RANG SOCIAL : Altus, fille de Magister
— PROFESSION : Se faire entretenir par sa famille, ça compte ?
— FACTION : Venatori
— ARMES : Magie du sang, bâton de mage et couteau très effilé...
— O.SEXUELLE : Hétéro
— AMOUREUSEMENT : Célibataire en recherche d'un bon parti. Si vous êtes riche, influent, que vous n'avez rien contre les engeances qui veulent dominer le monde, et que vous n'avez pas peur des belle-mère envahissante, n'hésitez pas !

MessageSujet: Re: Forgée dans le sang ; Mellissandre Alirius Jeu 20 Juil - 20:51

Merci ♥ C'est vrai qu'elles sont très différentes, mais dans l'absolu je vois pas trop l'intérêt de jouer le même personnage de toute façon :p

_________________
Reine incontestée du flood et des baignoires  



*frappe à la porte* "Avez vous déjà entendu parler notre seigneur Corypheus ?" *VLAN* ... ....  "Je crois qu'il faut qu'on change de méthodes de recrutement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Fiery and fierce ⊱ MERCENAIRE

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 176
— PRÉSENCE : 4 jours sur 7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Estrid Bellanaris / Achilles Blakemore
— CRÉDITS : Moi et tumblr o/
— PRESTIGE : 204
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Originaire de l'Emprise du Lion
— LIEU D'HABITATION : Aucun. Elle est nomade.
— ÂGE : 22 ans
— PROFESSION : Mercenaire. Épéiste dont on s'arrache à prix d'or les talents.
— FACTION : Elle est sa propre faction. Et celle de son groupe de mercenaires.
— ARMES : Son bouclier et son épée recourbée à double tranchant, aux runes lui permettant d'asséner des coups électriques
— O.SEXUELLE : Inconnue. Elle se garde bien de dire si elle est bi, zoophile, ou fan de Qunari.
— AMOUREUSEMENT : Serindë n'aime personne. Elle ne veut aimer personne. So move bitch, get out the way.

MessageSujet: Re: Forgée dans le sang ; Mellissandre Alirius Sam 22 Juil - 15:31




⊱ Bravo, tu es validé Mellissandre Alirius
bravo, bravo et encore bravo !

⊱ AVIS SUR LA FICHE  — Je t'ai déjà dit ce que je pensais de ta demoiselle. De cette indépendance qu'elle cherche, sans pouvoir autant briser les chaînes imposées par son rang. Puis cette naïveté brisée par les envies de pouvoirs ... breuh. Ensuite, tu as très bien cerné le système de Tevinter. Je n'ai vraiment rien à redire. Pour la magie du sang on a vu ça ensemble, c'est perfect ! Chapeau. Quelques fautes d'inattention mais ce n'est pas grave. J'ai donc le plaisir de t'annoncer que tu es validé, Mellissandre ! Si tu as une question quelconque, ou quelque chose à faire savoir, n'hésites pas à contacter le staff par tout les moyens qui existent : chat box, MP, section questions... Sur ce, je te dis avec amour : Bon jeu et encore la bienvenue parmi nous ! #Serindë Elisung.

⊱ Cool, j'suis validé !
... Mais je fais quoi maintenant moi ?

Maintenant petite recrue, je t'invite à te créer une relationship ici ; c'est obligatoire et conseillé pour te dépatouiller des relations de ton personnage ! Il y a aussi la possibilité de se créer un journal intime ici, pratique si tu veux t'occuper en attendant une réponse de ton coéquipier de RP. Par là, tu pourras lister tes RPs en tout genre, encore une fois pour voir clair dans tous tes faits et gestes ! Quant à cette section, il t'est possible de passer des petites annonces comiques ou autre sur le forum, qui défileront en dessous de la bannière. Ah tien, tant qu'on y pense, ça te dit, un rang ? Va y donc, c'est mieux que de ne rien avoir sous son pseudo ; ça rajoute un petit coté esthétique très fancy.

Plus sérieusement à présent ; va de suite signer le règlement, s'il te plait, c'est obligatoire ! Quand l'envie de RP te prendra, tu pourras alors te diriger par là pour faire une petite demande pour ceux qui pourraient être intéressés ! N'oublie pas d'aller au bottin à avatar pour dire quel est le nom de ton personnage et de quel jeu il vient s'il est inventé, merci ! Cela évitera les doublons, et c'est obligatoire. Pense à créer ta boite aux lettres que tu puisses envoyer et recevoir des missives, c'est super utile et ça permet de commencer ou de finir des Rp d'une manière encore plus amusante. Renseigne toi par ailleurs sur le système des Points de Prestige, ils vont te servir plus tard si tu veux un rang ou un double compte.

Ho tant que j'y pense ! Si tu as une quelconque question sur l'univers de Dragon Age et que tu as besoin d'informations pour tes RP ou juste pour en apprendre plus, il y a le Guide de Thédas à ta disposition. Chose vitale, renseigne toi à propos de l'intrigue en cours et de la chronologie en RP. Vois-tu, comme nous simulons plusieurs époques, ces dernières ont un point de départ bien précis, et tu ne peux pas passer d'un an à un autre sauf en RP flashback ! N'oublie pas non plus de voter sur les top-sites ! Voilà tout pour la partie administrative ultra barbante ! Tu es digne d'un véritable membre de l'Inquisition !

Maintenant, ce sera bien plus drôle qu'avant, car je te convie à faire la teuf dans la taverne la plus proche ! Tu peux jouer un max pour faire vivre le forum ; ça ne prend que quelques secondes par jours/postes, et en plus, ça te fait grimper le nombres de messages pour d'éventuels doubles comptes ! Tout comme tu ne dois surtout pas hésiter à flooder, que ce soit pour dire ce que t'as bouffé à midi ou autre encore, on s'en fiche : on aime le racontage de life et le bla bla trop wtf sur ce forum !

Sur ce, Melissandre... Je te souhaite une bonne aventure parmi nous. Te joindras-tu avec les plus héroiques afin de sauver Thédas, ou au contraire, plongeras-tu le monde dans le chaos ?

Bienvenue sur Dragon Age Inquisition : Infinity !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Forgée dans le sang ; Mellissandre Alirius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» campagne bain de sang dans les terres arides : les règles
» Votre pourcentage d'Otaku dans le sang
» Drazhar + Klaivex avec orgie de sang
» Les meilleures répliques de jeux !
» Event RP-PVP : Du sang dans la neige.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Welcome to Skyhold :: fellows of the inquisition ; :: fiches validées-