— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

Quand les festivités battent leur plein (P.V Anders)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
Fluctuat nec mergitur ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 99
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Serindë Elisung
— CRÉDITS : Tumblr et moi
— PRESTIGE : 311
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Dalatienne
— LIEU D'HABITATION : Férelden et Orlaïs entiers sont ses foyers
— RANG SOCIAL : Aucun. Elle est juste connue et respectée auprès des gens du bas peuple pour ses bons services
— PROFESSION : Ménestrel, Mage, Agent de l'Inquisition
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Son bâton bleu de mage manufacturé
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle
— AMOUREUSEMENT : On la dit mariée à un noble orlésien. Mais elle n'a jamais avoué qui est son époux

MessageSujet: Quand les festivités battent leur plein (P.V Anders) Dim 16 Juil - 22:06

She was thinking "How beautiful this world could be"Anders & EstridSong for a broken heart ( Nightwish →  While your lips are still red   ) En ce jour, les hommes se mettent à danser et chanter, l'on peut même sentir quelques odeurs de viande braisée voletant ici et là jusqu'à vos narines en alerte, si votre ventre se fait creux. On fête la réparation complète de cette ville de campagne malgré les quelques turbulences restantes de la région. Choses qui heureusement s'étaient tassées grâce à l'apparition fortuite d'une troupe venant de l'Inquisition. Tout le monde semble partagé entre remerciements et peur face à la puissance que ce rassemblement d'hommes et femmes insuffle aux nobles de Férelden. Puis, l'on raconte que celui choisi par Andrasté se révèle être un mage et de surcroît une sorte de maléficien. Autant dire que lorsque la troupe composée d'une dizaine de soldats est apparue, l'accueil n'a pas été des plus agréables. Encore plus quand ils ont su qu'une mage, de surcroît elfe, les a accompagnés. Il a suffit d'un regard pour certains de ces pauvres hommes et femmes encore marqués par le Cinquième Enclin; un regard pour rejeter ce qu'ils ont vu : une abomination. De longues oreilles pointaient dessous cette cape, la chose était assise sur le dos d'un monstre à écailles au sifflement aigu. Certains se sont enfuis vers la Chantrie, d'autres vers leurs maisons. C'était il y a de cela une semaine.

Depuis, ils autorisent cette cette à la peau rose et aux cheveux verts à vaquer ça et là dans leur nouvel havre de paix. Cela grâce à sa persévérance et sa patience envers une femme sévèrement blessée lors de ses pérégrinations sur les chemins encore gardés par les fieffés gredins. L'elfe a dû la tenir, bâton de mage en main tandis que la blessée lui a déchiré la peau de ses ongles, griffant les bras et même la joue droite. Ce n'est que quand ce que la femme a appelé au départ rituel de démon s'est mis à lui faire effet, un effet bénéfique où ses plaies se sont refermées sans trop de douleurs qu'elle a compris son erreur. Elle a alors arrêté de crier et regardé sa sauveuse avec un air idiot. Vous savez, cet air que l'on prend quand on est surpris par ses propres à priori. L'elfe nommée Estrid a depuis lors aidé les hommes de l'Inquisition à établir leur camp d'éclaireurs. Ses débuts en temps qu'agent se révèlent éprouvants, surtout en sachant que cette partie de férelden lui était jusque là inconnue.

En regardant ce monde passer ça et là, les paniers emplis de provisions, la mage reste pourtant en retrait, sentant décidément que sa présence n'est pas requise ... sauf quand ces gens ont le "malheur" de se blesser. Elle soupire longuement, tandis qu'un des éclaireurs lui tapote l'épaule en signe de soutien. Tant pis, ils devront faire la fête avec elle dans l'assemblée, que ça leur plaise ou non. C'est donc pleine d'assurance et son fameux instrument en main que la dame se décide à marcher à la suite des femmes amenant le cochard grillé et farcis aux fruits.

◊ ◊ ◊

Ces petits mots brisent ce silence
Et glissent
Alors sur les coeurs purs
Sans les froisser.
Tes cheveux blonds volent dans le vent
Illuminant mes yeux jusqu'à m'en faire pleurer.

Touche, tant que la vie te le permet
Tant que je suis muet face à toi
Reste, tant que la poitrine est encore chaude
Embrasse une autre main,
Tant que ces mains ne sont pas brisées
Noie donc tes yeux tant que je suis aveugle,
Aveugle face au leurre que m'as si souvent tendu

Ce premier jour d'amour sincère
Ne reviendra sans doute jamais
Une passion que je garde en moi
La main, les doigts du musicien
Que je suis chante encore ta sérénade

Touche, tant que la vie te le permet
Tant que je suis muet face à toi
Reste, tant que la poitrine est encore chaude
Embrasse une autre main,
Tant que ces mains ne sont pas brisées
Noie donc tes yeux tant que je suis aveugle,
Aveugle face au leurre que m'as si souvent tendu

...

Touche, tant que la vie te le permet
Tant que je suis muet face à toi
Reste, tant que la poitrine est encore chaude
Embrasse une autre main,
Tant que ces mains ne sont pas brisées
Noie donc tes yeux tant que je suis aveugle,
Aveugle face au leurre que m'as si souvent tendu.


Le son grave de vielle retentit entre les maisons baignées par les premiers feux de joie offerts en l'honneur de ce village se trouvant non loin de la zone où se trouvait Lothering. Mais tous, sans exception se taisent lorsque la voix brisée et grave de la musicienne se met à chanter ce conte d'amour brisé, comme pour prier en souvenir de cette pauvre âme ayant perdu une partie de son coeur. Le son si particulier qu'offre en supplément l'instrument en laissent certains pensifs, le coeur demandant de s'accrocher à son aimé, tandis que quelques personnes sensibles se mettent à pleurer. Cela faisait maintenant trois chansons et deux musiques que la douce Estrid tenait son public entre danses, caresses, rires, mais aussi pleurs. Elle se lève alors, mettant son instrument sur son dos à l'aide de sa lanière de cuir et regardant ces hommes et ces femmes qui malgré les épreuves, arrivent encore à vivre les plus belles choses qui soient à leur échelle.
"Je sais que ma présence trouble quelque peu votre monde. Mais je tenais à dire qu'être parmi vous, malgré nos différences, me rappelle à quel point il est agréable de partager joies et peines, en ces temps troublés. Et que l'Inquisition, quoi que puisse vous dire la Chantrie, ou votre voisin, sera toujours là pour vous aider en cas de besoin."
Sur ces mots, elle s'incline lentement, une main sur sa poitrine et, alors qu'elle tente de s'éclipser, une femme la prend par le bras et lui dit de venir boire et manger avec eux. L'on peut se douter que le sourire de l'elfe s'est vite illuminé de joie, et aussi de rires. La voilà qui danse avec eux, apprenant les pas en duo, tournoyant bras dessus bras dessous, avant de frapper dans ses mains et fléchir les genoux en passant sous le bras de son partenaire. On lui passe un verre d'alcool fort en odeur, et d'autant plus fort en goût dans une énorme chope. Elle boit les reliquats de mousse en s'essuyant les lèvres des doigts quand soudain quelqu'un la tape involontairement au dos, ce qui a pour effet de la faire basculer en avant. Et alors qu'elle essaie de se rattraper, le contenu de la chope vient malencontreusement chuter sur les bottes d'un homme.
"Oh. Oh ! Je suis désolée je ..."
Elle s'accroupit pour récupérer la chope, ses joues roses prenant une teinte plus prononcée sous l'effet de l'euphorie, de l'alcool et la gêne. Malheureusement sa maladresse ne s'arrête pas là car elle se met soudainement à éternuer une fois redressée. Ce qui a évidement pour conséquence qu'elle se mette du breuvage sur les manches marron grisé de son pourpoint bleu vert au buste. Certaines des femmes l'observent en riant de bon coeur, allant même jusque dans les aigus en voyant la tête de l'homme.
"Je n'ai vraiment pas l'habitude de ce genre de breuvages et ... aussi de me faire pousser."
Ses grands yeux bleu pastel rencontrent le visage d'un homme blond légèrement barbu qui l'intimide quelque peu. En même temps, tomber sur un homme aux traits magnifiques malgré les brisures apparentes d'une vie alors que vous êtes à moitié saoule n'est pas chose commune; et encore moins engageant. Et combien elle se sent sotte, la pauvre Bellanaris. Elle se maudit silencieusement et promet que plus jamais elle ne boira quelque chose sans être sûre d'en connaître sa composition.

© 2981 12289 0

_________________
until I find my home
I have walked a thousand miles to find where I belong. Searched the world and all its isles but still I wander on (⚡️) far across the land


Dernière édition par Estrid Bellanaris le Mer 30 Aoû - 22:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
THE LITTLE ANGEL OF JUSTICE ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 133
— PRÉSENCE : 4-5 jours sur 7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— DC&TC : Elian'Ha
— CRÉDITS : Pendra'
— PAIRING & OTP : Reystair ~
— PRESTIGE : 273
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Venant d'Anderfels, dans un petit village à la campagne, le blond est Féréldien
— LIEU D'HABITATION : La rumeur court qu'il vivrait dans un coin reculé des Marches Solitaires, près d'un coin d'eau... Un conseil, Suivez les chats
— ÂGE : Haha quelle grande question que l'âge. Malheureusement pour vous cette information est inconnu. Vous lui donnez quel âge?
— RANG SOCIAL : Ancien membre d'un cercle - contre son gré- notre cher ami est un mage apostat, spécialisé dans les sors de soin.
— PROFESSION : Bonne question... Anders n'a pas de profession à proprement parler. Il se contente d'aider par ci et par là. Si on devait lui en donner une, cela serait gardien et surtout éleveur de chat.
— FACTION : Anders est un peu touche à tout. En effet, il a d'abord été un membre de la garde de l'ombre, avant il était un membre du Cercle de Férélden et désormais c'est un simple apostat.
— ARMES : Comme tout les mages, l'arme principal de ce "jeune" homme est un bâton de mage, qu'il utilise pour lancer ses sorts.
— O.SEXUELLE : Pour lui, on tombe amoureux d'une personne et non d'un corps. De ce fait, Anders ne se préoccupe pas du sexe de son ou sa partenaire.
— AMOUREUSEMENT : Vous voulez savoir? Anders n'a personne pour le moment. Il s'envole de conquête en conquête en attendant le grand amour, sans savoir s'il le trouvera un jour.

MessageSujet: Re: Quand les festivités battent leur plein (P.V Anders) Dim 16 Juil - 23:38


Quand les festivités battent leur plein
ft Estrid


Anders pour vous servir




Anders rentra chez lui, complètement fatigué. Il avait passé sa journée à soigner ceux qui avaient besoin de lui, puis il avait dû fuir un groupe de Grey Warden qui l'avait reconnu et avait dû brouiller les pistes. Passant le pas de la porte et s'appuyant contre en soupirant, Anders regarda le plafond. Oui, il avait voulu tout cela, il le savait, mais parfois cela le pesait. Soupirant un bon coup, il alla se changer avant de décider d'aller se détendre à une fête qu'il y avait ce soir-là. Optant pour une tenue simple et décontracté, il laissa mit son bâton de mage dans son dos, avant de sortir et de se diriger vers les rires et les éclats de voix.

Se mettant dans un coin, Anders regarda les hommes et les femmes rire et sourire en vivant le moment présent. Cela lui fit revenir plusieurs années en arrière lorsqu'il était avec Hawke et la petite troupe, dont Varric, Fenris et les autres. Malgré tout ce qu'il s'était passé, le mage était nostalgique de ces souvenirs. Il se revoyait se disputer avec Fenris dans un bar, combattre les templiers avec Hawke, rigoler avec Varric. Que de bons moments tous partis en fumé avec la Chantrie qu'il avait fait exploser. Pourtant, il ne regrettait pas. Oh non, loin de là et si c'était à refaire, il le referait.

Alors que la fête battait son plein, Anders fut sorti de ses pensées par une femme qui fit tomber un liquide sur ses chaussures et qui éternua par la suite. Cela le fit rire et il se baissa vers la jeune femme avec un sourire tendre et compatissant sur les lèvres, lui tendant un mouchoir propre qu'il avait sorti de sa poche.

« Il n'y a pas de souci ne vous en faites pas, ce ne sont que des vêtements et des chaussures, ils se changent. Vous allez bien ? »

Il se redressa quand elle en fit de même, s'assurant qu'elle aille bien avant de regarder les personnes autour, ce qui le fit soupirer. La cruauté humaine dans toute sa splendeur. Il secoua légèrement la tête, avant de reporter son attention sur l'elfe. Il la fit doucement s'asseoir, étant très prévenant et doux. Etait-ce parce qu'elle était une mage ? Ou une elfe ? Ou les deux ? Anders n'en savait rien et il se moquait de son passé et de ce qu'elle était. C'était un être humain avant tout. Il posa doucement sa main sur l'épaule droite de cette dernière, baissant son regard sur son corps, pour ensuite le relever sur son visage.

« Vous voulez aller vous reposer quelques parts ? Ou que je vous raccompagne chez vous ? »

Puis il se rendit compte qu'il était peut-être trop insistant et il lâcha son épaule en s'excusant légèrement, s'éloignant un peu en même temps tout en restant près si la mage faisait un malaise ou autres, sous la boisson. Le côté soigneur et protecteur ressortait de lui, comme à son habitude en fait. Anders était comme ça : très protecteur, surtout envers ceux qui étaient opprimés ou mis de côté. Car il savait ce que cette personne pouvait ressentir, l'ayant lui-même très bien ressenti. Il s'assit en face de la femme, une jambe en tailleur, l'autre plié, un bras posé sur ce dernier et l'autre appuyé sur l'herbe.

« Mon nom est Anders et le vôtre ? Si vous voulez que je vous laisse n'hésitez pas, je sais que je eut-être assez collant quelquefois »

Il rigola un peu, étudiant les réactions de la personne en face de lui.



_________________

 I followed my heart into the fire
Got burned, got broken down by desire
 I tried, I tried but the smoke in my eyes
Left me blurry, blurry and blind


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Fluctuat nec mergitur ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 99
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Serindë Elisung
— CRÉDITS : Tumblr et moi
— PRESTIGE : 311
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Dalatienne
— LIEU D'HABITATION : Férelden et Orlaïs entiers sont ses foyers
— RANG SOCIAL : Aucun. Elle est juste connue et respectée auprès des gens du bas peuple pour ses bons services
— PROFESSION : Ménestrel, Mage, Agent de l'Inquisition
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Son bâton bleu de mage manufacturé
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle
— AMOUREUSEMENT : On la dit mariée à un noble orlésien. Mais elle n'a jamais avoué qui est son époux

MessageSujet: Re: Quand les festivités battent leur plein (P.V Anders) Lun 17 Juil - 15:44

She was thinking "How beautiful this world could be"Anders & EstridSong for a broken heart ( Nightwish →  While your lips are still red   ) Voilà qu'elle semble étonnée. C'est bien le premier homme qui réagit ainsi en la touchant; au delà de Joscelin et ses anciens camarades. En même temps, elle n'a jamais vraiment pris l'habitude de venir trébucher près d'eux et de souiller leurs bottes avec de l'alcool artisanal. Mais au delà de cette surprise, en vient une autre, d'autant plus étonnante. Elle a l'impression de ressentir sa magie; mais chez cet homme. Ses sourcils se froncent un instant et Estrid doit bien avouer que le spiritueux l'empêche de comprendre parfaitement la situation. Est-ce donc un mage spécialisé en soi comme elle ou bien ressent-elle doublement ses pouvoirs ? C'est légèrement perturbée par la situation que la mage d'origine dalatienne s'agrippe aux bras de son interlocuteur pour chercher un quelconque soutien face à cette information pour le moins choquante pour son corps. Des soubresauts viennent encore s'emparer de ses muscles avec cette fois-ci plus de violence; pour sa tête.

"Ow ow ..."
Lâche-t-elle en se massant instinctivement la tempe, sentant que son esprit se fait violence pour lui permettre de garder une certaine lucidité. Maintenant assise, elle reprend son souffle et relâche sa prise sur les bras de son bien candide soutien.
"Je pense que ... ça va aller. Merci de votre aide malgré ..."
Quand elle sent la main toucher son épaule, ainsi qu'en entendant les diverses propositions. Sur le moment, la ménestrel aurait bien cru qu'il se méprenait, au point qu'elle en écarquille grandement les yeux, interloquée et encore plus troublée qu'auparavant. C'est toujours impressionnant de voir la diversité des réactions de chaque personne; et même dans leur ressemblances, on arrive à trouver des différences quelque peu étonnantes. À vrai dire, si elle avait été à sa place, elle aurait fait de même ... en lui proposant un verre d'eau. Elle ne se serait jamais permise de raccompagner une personne à moitié lucide jusqu'à sa maisonnée. Par les dieux, que l'alcool rend bête !
"Non ! ... non. Restez, vous ne me gênez point."
Estrid essaie de sourire, sauf que malheureusement, la douleur est telle qu'elle en grimace fortement, dans son excès de zèle.
"Vraiment je ... préfère être collée par vous que par un templier ... si vous me permettez la comparaison."
Elle joint ses mains et les pose sur son propre ventre, se redressant doucement du buste pour enfin faire face au regard couleur terre du dit Anders.
"Anders ... ?"
Et cette fois, Estrid reste un long moment muette.

◊ ◊ ◊

Elle se souvient de cette nuit, où les hurlements emplissaient les rues de Kirkwall. De la désolation macabre couvrant d'une teinte rouge les chemins de Sombrerue. Des mages pliant sous le poids des démons pour espérer survivre ne serait-ce que quelques minutes; de la folie pure. Puis, il y avait eu ce tremblement, suivi d'une énorme bruit d'explosion durant laquelle des poutres de soutien avaient craqué. Elle se souvient d'avoir tenu comme elle a pu ses boucliers, jusqu'à s'en rendre malade et fiévreuse. Ce jour là, elle avait sauvé une dizaine de personne, dont Thorne faisait partie. Et la voilà face à celui qui a été l'un des premiers à déclencher la rébellion des mages. De cette chanson qu'elle a écrite, contant le poids des responsabilités prise par ce mage, et de la folie l'habitant. Cette fois, c'est elle qui se permet de venir le toucher. De lui toucher la joue et de la caresser avec une douceur infinie. Ces doigts qui caressent de la pommette à la mâchoire barbue et, dans ces yeux de bleu pâle, on peut y voir l'inquiétude et une certaine compréhension.
C'est si triste de devoir porter seul le poids de tant de frustrations, non ?
Pense-t-elle sans se rendre compte que ces paroles, elle venait de les chuchoter à voix basse. Anders, le mage du Cercle. Anders, le garde des Ombres. Anders, le soigneur et protecteur compagnon de Hawke. Anders, le traître chassé par Sebastian Vaël. Tant de titres pour un seul homme, qui en son sein contient un esprit devenu vengeur. L'elfe comprend que le mage possédé a compris sa gestuelle, alors elle vient apposer son index sur ses lèvres et le regarde avec cette douceur qui se décelait déjà dans ses caresses.

"Ne vous inquiétez pas, je ne dirai rien à mes camarades soldats."
Elle se détache finalement de ses lèvres et tourne légèrement la tête pour inspirer un air plus frais venant de l'ouest.
"Je me nomme Estrid Bellanaris. Ménestrel, Mage de soins et ... plus récemment, agent au service de l'Inquisition."
De nouveau elle le fixe, reprenant peu à peu le contrôle de ses pensées et de son corps, bien que certains remous ont le chic pour refaire surface par intermittences.
"Et c'est pour moi un honneur de vous rencontrer, Anders."
Autour d'eux, les villageois dansent, vont et viennent sans se soucier que deux manipulateurs de magie se jaugent du regard afin d'anticiper la réaction de l'autre. Tout du moins, c'est le cas de l'elfe qui, s'attend à tout moment à un excès imprévisible d'un des deux êtres.
"Ne trouvez vous pas ces fleurs bleues magnifiques ? Vous savez, celles qui sont au bord de la rivière, près du pont de pierre. J'adore les regarder se balancer le matin, quand l'eau ruisselle de son doux chant, et que la brume se fait faiblement balayer par les premiers vents. Cela m'étonne d'ailleurs de ne pas vous avoir croisé jusque là et de ne pas avoir pu partager avec vous cette fascinante scène que nous offre la nature."

© 2981 12289 0

_________________
until I find my home
I have walked a thousand miles to find where I belong. Searched the world and all its isles but still I wander on (⚡️) far across the land
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
THE LITTLE ANGEL OF JUSTICE ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 133
— PRÉSENCE : 4-5 jours sur 7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— DC&TC : Elian'Ha
— CRÉDITS : Pendra'
— PAIRING & OTP : Reystair ~
— PRESTIGE : 273
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Venant d'Anderfels, dans un petit village à la campagne, le blond est Féréldien
— LIEU D'HABITATION : La rumeur court qu'il vivrait dans un coin reculé des Marches Solitaires, près d'un coin d'eau... Un conseil, Suivez les chats
— ÂGE : Haha quelle grande question que l'âge. Malheureusement pour vous cette information est inconnu. Vous lui donnez quel âge?
— RANG SOCIAL : Ancien membre d'un cercle - contre son gré- notre cher ami est un mage apostat, spécialisé dans les sors de soin.
— PROFESSION : Bonne question... Anders n'a pas de profession à proprement parler. Il se contente d'aider par ci et par là. Si on devait lui en donner une, cela serait gardien et surtout éleveur de chat.
— FACTION : Anders est un peu touche à tout. En effet, il a d'abord été un membre de la garde de l'ombre, avant il était un membre du Cercle de Férélden et désormais c'est un simple apostat.
— ARMES : Comme tout les mages, l'arme principal de ce "jeune" homme est un bâton de mage, qu'il utilise pour lancer ses sorts.
— O.SEXUELLE : Pour lui, on tombe amoureux d'une personne et non d'un corps. De ce fait, Anders ne se préoccupe pas du sexe de son ou sa partenaire.
— AMOUREUSEMENT : Vous voulez savoir? Anders n'a personne pour le moment. Il s'envole de conquête en conquête en attendant le grand amour, sans savoir s'il le trouvera un jour.

MessageSujet: Re: Quand les festivités battent leur plein (P.V Anders) Lun 28 Aoû - 15:19


Quand les festivités battent leur plein
ft Estrid


Anders pour vous servir




Anders se permit de détailler avec un peu plus d'insistance l'elfe devant lui. Elle était belle. Pas magnifique non plus -pour ce dernier-, mais un charme certain volait autour d'elle. Léger et fin, mais on pouvait quand même le sentir, telle une caresse sur le bras. Etait-ce par sa voix ? Ou par ses gestes ? Le mage n'aurait sû le dire et il ne voulait, à vrai dire, pas le savoir. Il y avait des choses qu'il valait mieux ne pas connaître. Après tous, le mystère est aussi une bonne chose. Perdu dans ses pensées, il releva néanmoins la tête quand la jeune femme parla, l'écoutant dans un léger sourire, avant de rigoler silencieusement

« Qui préfère les templiers ? Je pense la même chose que vous. »

Il changea de position pour se mettre en tailleur, posant ses mains sur l'herbe visible entre ses jambes, ne quittant pas sa partenaire de conversation du regard. Mais le silence se fit quand il eut annoncé son appellation et il se figea. C'est vrai qu'il était recherché et il l'avait oublié. Sa vie était tellement calme et paisible en ce moment qu'il avait totalement mis de côté le fait qu'on voulait sa capture. Il se prépara à se lever, cherchant une excuse maladroite à sortir pour laisser l'elfe, avant d'arrêter le mouvement qu'il était en train de faire quand elle le toucha à la joue.

Contre toute attente, alors que le blond pensait qu'elle allait lui lancer un sort, elle lui caressa la joue. Avec tendresse. Cela peut paraître banale et anodin pour plusieurs d'entre vous, mais pour Anders c'était beaucoup. Si bien qu'il se laissa retomber contre le sol à genou en la regardant. Lui qui n'avait que très peu connu ce sentiment « d'amour ». Pas un amour tel un couple ou un mari et sa femme, mais un amour paisible, sans haine. Je ne saurais pas vous décrire le sentiment qu'il pouvait ressentir, mais lorsque vous ne connaissez que la haine envers vous, les coups, les brimades, les insultes ; au bout d'un moment vous commencez à vous demander pourquoi vous êtes encore là.

En effet, à plusieurs reprises Anders avait pensé à se livrer afin de faire face à ses actes et surtout pour en finir, mais il ne voulait pas. Non… Il ne pouvait pas. Des personnes avaient encore besoin de lui et de ses soins et pour eux, il devait rester en vie. Le monde pouvait se passer de lui, mais lui ne pouvait se passer du monde : les larmes de joies, les remerciements et les cadeaux qu'il recevait quand il aidait emplissait son cœur de joie et comblait, pendant un temps, le vide qu'il ressentait dans les moments sombres.

Soufflant et se détendant, le mage regarda l'elfe, son sourire de nouveau sur son visage quand elle déclara qu'elle ne le dénoncerait pas. Il soupira de soulagement, la remerciant d'un signe de tête. Puis il haussa un sourcil, ses lèvres formant une légère moue surprise. Un honneur ? De le rencontrer ? Lui ? Celui qui avait détruit la Chantrie ? Qui avait fait des milliers de morts ? Comment ? Pourquoi ? Il ne comprenait pas, fronçant les sourcils, il se repositionna dans une pose plus confortable et allait s'exclamer avant de voir un groupe se rapprocher d'eux, allant à quelques mètres des deux mages.

Les regardant un instant, Anders détourna la tête quand il vit le jeune couple…passer aux choses sérieuses, reportant son attention sur la jeune femme. S'humidifiant les lèvres en passant sa langue délicatement sur ces dernières, il baissa la tête en se passant une main sur la nuque, la relevant ensuite :

« Un honneur ? Puis-je savoir en quoi ? Je veux dire, vous êtes une mage et une elfe donc certes je ne vous ferais rien. Puis, je n'ai aucune raison de vous faire quoi que ce soit. Mais vous pourriez obtenir une belle récompense avec ma capture alors… Pourquoi ? »

Décidément, sa partenaire l'étonnait. Beaucoup aurait fait en sorte de baisser sa garde ou de le neutraliser pour le livrer par la suite. Etait-ce car il était un mage aussi ? Lorsqu'il entendit qu'elle lui posait une question, il acquiesça, avant de regarder ailleurs, au loin. Il faisait nuit noir désormais et à part les torches poster un peu partout autour de la fête, il n'y avait pas de lumière. La lune venant d'être caché par les nuages sombres. Il inspira avant de répondre à sa question, n'aimant pas faire attendre et trouvant impoli de ne pas répondre quand on lui demandait quelque chose :

« Je viens d'arriver. Je ne reste jamais longtemps au même endroits, je vous laisse deviner pourquoi d'ailleurs. J'avais à faire ici. D'où ma présence. Mais je ne compte point rester longtemps. Par contre, pardonnez-moi de couper court à la conversation, mais serait-il possible d'aller un peu plus loin ? Les deux jeunes gens là-bas n'ont pas l'air de nous avoir remarqué et leurs…. Exclamations commencent à me gêner. Surtout en présence d'une aussi jolie femme. »

Il commença à se lever et tendit sa main vers la jeune femme en gentleman pour l'aider à se relever, ne sachant si l'alcool faisait encore son effet ou s'il s'était estompé et même sans cela, il l'aurait quand même aidé.



_________________

 I followed my heart into the fire
Got burned, got broken down by desire
 I tried, I tried but the smoke in my eyes
Left me blurry, blurry and blind


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Fluctuat nec mergitur ⊱ INQUISITION

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 99
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Serindë Elisung
— CRÉDITS : Tumblr et moi
— PRESTIGE : 311
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Dalatienne
— LIEU D'HABITATION : Férelden et Orlaïs entiers sont ses foyers
— RANG SOCIAL : Aucun. Elle est juste connue et respectée auprès des gens du bas peuple pour ses bons services
— PROFESSION : Ménestrel, Mage, Agent de l'Inquisition
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Son bâton bleu de mage manufacturé
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle
— AMOUREUSEMENT : On la dit mariée à un noble orlésien. Mais elle n'a jamais avoué qui est son époux

MessageSujet: Re: Quand les festivités battent leur plein (P.V Anders) Mer 30 Aoû - 23:03

She was thinking "How beautiful this world could be"Anders & Estrid Et la fête continue ( Abel Korzeniowski →  Ariel's Dance   )
Pourquoi ? Pourquoi ne pas l'arrêter ? Estrid semble faire les yeux ronds, à tel point que l'on dirait que ce sont des billes de verre bleu qui se trouvent à la place de ses mirettes. Elle ? Dénoncer Anders ? Peut-être est-ce parce qu'elle est un peu saoule, ce qui baisse un peu sa garde sachant que cet homme avait tout de même tué nombre de gens et même blessé Thorne lors de la mise à sac de Kirkwall. Peut-être qu'elle l'admire pour ce qu'il est au fond : un idéaliste incompris. Ou parce qu'il est encore un mage de soins, malgré cette "faute". Mais est-ce vraiment une faute en soi. Des gens ont pris son parti même si son agissement paraissait extrême, d'autres comme le Prince Vaël se rendent fous au point d'imposer leurs griefs à des gens innocents. Puis qui est vraiment coupable quand l'on a subi des choses horribles ... Estrid passe machinalement son index le long de sa nuque, remontant jusqu'à la mâchoire puis le menton, se détendant un peu en voyant le blond mage sourire.

Puis, vient l'instant ou des protagonistes viennent faire leur entrée de manière sensuelle mais gênante pour qui n'y participe pas. La ménestrel n'en a pas vraiment conscience, encore perdue entre ses pensées et les paroles de cet être aux facettes mystérieuses, mais attendrissantes. Sans doute est-ce un acte, sans doute est-il vrai. Quand on a vécu à Tévinter on apprend à mitiger quand l'on est raisonnable. Et quand on est dans l'empathie, à laisser le bénéfice du doute à l'autre, malgré les premiers aspects et ceux d'après, que laissent entrevoir par la personne. Anders la parole, laissant une Estrid cligner plusieurs fois des yeux qui chasse toutes ces pensées sur la nature humaine et ses aspects infinis. Puis, elle tend la nuque, soudainement prise au dépourvu en jetant un oeil vers le fameux couple qui gémit au point d'en faire frémir ses longues oreilles. Voir s'acoquiner des gens alors que vous êtes un peu ailleurs, et l'on en remercie l'alcool, au delà du fait que votre compagnon de paroles vous le fasse remarquer a le don de rendre les coeurs légers et les joues pourpres; quand l'on a une peau normale. L'elfe dalatienne aurait envie de s'esclaffer, jetant toujours quelques coups d'oeil au couple n'arrêtant point sa petite affaire. Elle se mord la lèvre inférieure, le sourire un peu tordu puis, prend la main de son confrère pour se relever non sans éviter de trébucher ou de le toucher d'une quelconque manière pouvant être mal prise. Il suffit de voir comment elle pose sa main encore libre entre leur buste pour qu'une distance reste de mise. Par pudeur et respect.
"Mon but n'est guère de flatter une quelconque vanité, mais une femme serait de surcroît prise en émoi face à de telles paroles. Une femme dans la définition séductrice du terme. Vous savez manier habilement les mots. L'on en apprend tellement dans les Cercles ..."
Son sourire se fait plus discret et l'on peut sentir à quel point elle fait humble même si beaucoup de personnes prétendent qu'elle fait preuve d'arrogance dans ses mots. Elle retire délicatement sa main de la sienne puis la tend de plus belle, non pas vers le dit fugitif, mais vers un chemin menant vers la limite où se trouve la zone de corruption. Ou si l'on veut, l'ancien chemin menant à Lothering depuis ce paisible village. Quand il prend le pas, elle se met à ses côtés, mains sur le ventre. L'instrument toque parfois sur le bâton enroulé dans son tissu au gré des pas que l'elfe fait, brisant un peu le silence maintenant instauré entre eux, même si ils peuvent entendre une nouvelle musique fuser via des flûtes.

"Je m'excuse de vous avoir fait une telle frayeur tout à l'heure."
Estrid soupire, non sans lui favoriser une ambiance plus cordiale en lui expliquant ce pourquoi qu'il lui a demandé si gentiment.
"Il y a bien des raisons au fait que je ne vous dénonce pas. Tout d'abord, parce que mon devoir est d'aider et protéger l'Inquisition. Or, vous n'avez rien fait contre. Ensuite, parce que vous voulez aussi protéger ce qui vous tient à coeur, un idéal, tout comme moi."
Elle prend une pause dans son discours, soudain interpelée par les rires près de la place du village. Des fois avoir de grandes oreilles et une sensibilité auditive peut se révéler surprenant.
"Parce qu'un mage guérisseur aurait depuis longtemps perdu ses capacités si sa pureté était consummée. En tout cas, c'est ce que l'on m'a appris."
Et peut-être que ceux qui ont écrit ces livres sur cette magie exceptionnelle ont eu tord.
"Car nous avons tous souffert en tant que mage d'une forme d'oppression, même si certains restent aveuglés par celle-ci."
Nouvelle référence à Tévinter.
"Et c'est un honneur de rencontrer un mage guérisseur. Je me sens moins seule. Nous sommes si rares ..."
Portée vers l'horizon et soudain affligée par cette triste constatation, la mage s'arrête non sans tordre sur le côté ses lèvres. Si peu, si rares, alors que cette magie peut permettre de redonner vie à des gens brisés, sauver des enfants qui n'ont pas les sous pour acheter une potion de soins qui de toutes manières a été concoctée par un charlatan.

"Mais si vous le voulez, je peux vous présenter aux soldats que j'ai suivi jusqu'ici. Ils ont l'air d'adorer les beaux mages fugitifs aux cheveux blonds, qui savent manier la langue."
Mains sur les hanches et maintenant plus mutine, Estrid lâche un léger rire avant de renchérir.
"Ne vous inquiétez pas, vu ce qu'ils ont bu, ils seraient capables de vous prendre pour la femme du boulanger. En vrai. Je suis ici pour faire l'état des lieux de la zone Sud concernant certains chemins. Mais aussi pour voir à quel point la zone où se trouvait Lothering est maintenant corrompue. Mais ce soir nous prenons du bon temps."
Tapant dans ses mains vivement, en se retournant vers le lieu du bruit. Elle voit des hommes et femmes tirer une corde d'un côté ou de l'autre, et sur un autre pan d'autres gens en train de s'amuser à faire la course en sautant à pieds joints dans des sacs.
"Je n'ai jamais pu faire ça que ce soit Orlaïs ou ... passons. Cela vous dit ? Ou vous allez regarder de loin moi et ces gens nous ridiculiser ?"
Elle a manqué de parler de Tevinter. Ce pays est tant maudit par les nations du Sud que le mentionner serait comme se mettre soi-même le couteau sous la gorge. Mais tant que la nuit est encore présente et que les festivités battent encore leur plein, autant en profiter ! Oublions le travail et les sombres souvenirs. Buvons et jouons, buvons jusqu'à demain.

© 2981 12289 0

_________________
until I find my home
I have walked a thousand miles to find where I belong. Searched the world and all its isles but still I wander on (⚡️) far across the land
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Quand les festivités battent leur plein (P.V Anders)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand les rats sortent de leurs tunnels...
» Figurez-vous que mon lapin me répond lorsque je lui parle…
» « Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide » (pv)
» Temple des âges - Taverne en plein air.
» PAGAMAS ou comment partager le butin quand on est pirate...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Thédas :: ferelden ; :: Lothering-