— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

La leçon [PV : Irisviel] - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Albar/Taïga
— MISSIVES : 70
— PRÉSENCE : A peu près tout le temps
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— CRÉDITS : Fanart par EshiraArt & Nipuni
— PRESTIGE : 301
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Vagabond
— LIEU D'HABITATION : Fort Céleste
— ÂGE : Indéterminé
— RANG SOCIAL : Apostat
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Ruse et magie
— O.SEXUELLE : L'Immatériel

MessageSujet: La leçon [PV : Irisviel] - Terminé Sam 15 Juil - 10:43

La Dalatie n'était pas l'endroit le plus sûr de tout Thédas actuellement. Rongée par la guerre civile qui déchirait Orlaïs, il était difficile, même pour l'Inquisition, de pouvoir s'y aventurer paisiblement. Il fallait dire que les hordes de démons réveillés par la guerre et toute la souffrance qu'elle engendrait n'arrangeaient rien. C'était pourtant là que Solas avait tenu à emmener son élève pour sa première ruine elfique, pour des raisons évidentes : c'est là qu'il était le plus facile d'en trouver.

Et la guerre avait ça de bon qu'elle rendait une partie du chemin facile : il suffisait de se joindre à une caravane d'approvisionnement, et celles-ci étaient nombreuses, et généralement bien gardées. Solas n'avait en effet pas souhaité demander un effort militaire particulier à l'Inquisition, et n'avait ainsi demandé qu'un laisser passer pour Irisiviel et lui, et aucune escorte. Ce n'était de toute façon pas nécessaire : ils n'allaient pas s'approcher des zones de conflits des plaines dalatiennes, et bifurquer le plus tôt possible vers les Tombes Émeraudes, là où la guerre avait plutôt l'air de parties de chasses entre nobles. Il y avait bien les fameux déserteurs, les « hommes libres », mais une bande de ruffians dans leur genre n'était pas ce qui pouvait inquiéter Solas.

C'est parmi les Tombes Emeraudes que l'on trouvait le plus facilement des temples anciens, peut-être plus encore que ceux que l'on avait tendance à trouver dans les plaines. La plupart dataient bien évidemment de l'époque des fameux Chevaliers d'émeraude, qui avaient inspiré nombre de romans d'ailleurs, l'une de ces ruines avait été repérée par les éclaireurs de l'Inquisition il y a peu. Elle avait été sommairement inspectée car un campement avait été établi juste à côté, et rien n'avait éveillé l'inquiétude des soldats qui l'avaient visité. Cela semblait donc être un endroit sûr, et Solas comptait bien y avancer prudemment malgré tout, veillant à la sécurité d'Irisviel.

Il avait appris à celle-ci, au cours de leur semaine, quelques bases de leur langage et de leur écriture. Il avait d'ailleurs été stupéfait des facilités avec lesquelles Irisviel parvenait à apprendre et à intégrer des concepts parfois assez complexes. En un mot comme en cent, elle était douée pour les langues, que ce soit un talent naturel ou la conséquence de son apprentissage, et Solas avançait plus vite qu'il ne l'aurait imaginé avec elle.

Il avait continué ses leçons avec plus d'insistance lorsqu'ils débutèrent leurs voyages, ayant désormais plus de temps à lui consacrer, tout en se liant d'amitié avec les marchands de la caravane – ou tout du moins, entretenant des relations cordiales avec eux. La grande majorité du voyage qui dura une bonne semaine se fit ainsi en groupe, jusqu'à ce qu'un jour plus tôt, Solas ne décrète qu'il était temps qu'ils continuent leur route seuls : leurs compagnons de voyages, eux, continuaient jusqu'aux plaines.

Après une bonne journée de cheval durant laquelle ils durent éviter quelques ours et géants qui gambadaient au loin, tous deux atteignirent le frêle camp d'éclaireurs de l'Inquisition à qui ils expliquèrent les raisons de leur présence. La nuit était sur le point de tomber et la journée avait été longue, aussi décidèrent-ils d'attendre le lendemain pour s'y rendre.

Ce ne fut cependant pas le cas de Solas qui, lorsqu'il fut sûr que personne ne remarquerait son absence, se glissa seul à l'intérieur des ruines, afin de les explorer plus en détail. Il avait en effet peaufiné son plan durant leur voyage, et, en plus d'inspecter la sécurité de l'endroit, il souhaitait savoir dans quelle mesure il pouvait le mettre en plus, et ainsi dispenser à Irisviel une leçon qu'elle ne serait pas prête d'oublier.

Éclairé par du feu voilé, il détailla les lieux autant que possible, à la recherche de quoi que ce soit pouvant représenter un danger. Il ressentit çà et là quelques échos de magie, et nota ainsi dans son esprit les endroits près desquels il valait mieux que son élève ne s'approche pas. Il repéra aussi les salles dignes d'intérêt, où les gravures étaient les plus lisibles et où le texte était le plus compréhensible, car même lui peinait parfois à saisir le sens des mots et des expressions qu'il découvrait.

Lorsque cela fut fait, il commença enfin à jeter un œil aux divers mécanismes et points d'intérêt qu'il pouvait trouver. Une salle en particulier lui semblait bien adaptée à l'idée qu'il avait eu, et il prit même le temps de la tester, prenant garde à ce que le bruit de la pierre ne se fasse pas entendre. Il bougea des portes, déplaça quelques reliques en se promettant de les remettre à leur place une fois son petit jeu terminé, et finit par inscrire lui même quelques gravures sur les murs, en prenant soin de les user à l'aide sa magie pour qu'ils ne paraissent pas trop récents. En manipulant le Voile, il parvint ainsi à créer une illusion de vieillesse qui serait suffisante pour ce qu'il comptait en faire.

Ce travail lui prit de nombreuses heures, et sans la lumière du soleil pour le renseigner sur le moment où l'aube allait venir, il décida de ne pas en faire plus que nécessaire. Une fois satisfait, il quitta la pièce et retourna subrepticement vers ses quartiers, se fondant dans la nuit avec facilité. Il n'eut que peu d'heures de sommeil, mais ce n'était pas véritablement un soucis. Il regretta seulement de ne pas avoir pu passer plus de temps dans l'Immatériel.

Le matin, il attendit Irisviel devant la porte des ruines, son bâton à la main et le regard avenant. La pauvre petite orlésienne n'avait aucune idée des découvertes qui l'attendaient là bas, mais elle n'en ressortirait que grandie.

« Bien le bonjour Irisviel, la salua-t-il lorsqu'elle s'avança vers lui. Prête pour votre première véritable leçon ? »


Dernière édition par Solas le Ven 28 Juil - 17:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
En ligne
avatar
Linguiste enflammée ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 723
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Mellissandre Alirius
— CRÉDITS : Zhongfeng Lee
— PAIRING & OTP : Solaviel !
— PRESTIGE : 1672
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Orlaïs mais voyage beaucoup
— ÂGE : 28 ans
— RANG SOCIAL : Civil, étudiante-chercheuse à l'Université d'Orlaïs
— PROFESSION : Linguiste & traductrice spécialisée dans les langues anciennes
— FACTION : Aucune pour l'instant
— ARMES : Un stylet empoisonné
— O.SEXUELLE : Bisexuelle
— AMOUREUSEMENT : L'Amour n'existe pas

MessageSujet: Re: La leçon [PV : Irisviel] - Terminé Sam 15 Juil - 14:11

Habituée à voyager, Irisviel ne trouva pas le trajet trop pénible. Ils avaient rejoint une caravane de ravitaillement en direction des plaines exaltées, un convois bien gardé qui dissuada les pillards et qui chassa sans trop de pertes les démons qui avaient fleuri depuis que le chaos s’était installé. Ce n’était pas une promenade de plaisance mais c’était loin d’être désagréable, surtout que les interminables leçons de Solas lui occupait l’esprit. En outre, Irisviel n’aimait pas la solitude, elle avait donc vite sociabilisé avec les autres membres de la caravane. Sans doute aurait-elle été plus réticente si cela avait été des loyalistes à Gaspard de Chalon mais heureusement ce n’était pas le cas et Irisviel pu donc témoigner l’étendue de son admiration à leur impératrice entre deux cours d’elfique.

La proximité inhérente à ce genre d’expédition, lui permis également de se rapprocher de Solas, oscillant entre le respect poli dû à un professeur et des taquineries plus amicales. Disons que leurs conversations étaient toujours passionnante mais qu’elle avait parfois du mal à jauger la distance adéquate qu’elle devait entretenir avec lui. Il n’était pas dénué de sens de l’humour ni beaucoup plus âgé qu’elle, aussi, le traiter avec la froideur courtoise qu’elle employait pour les vieux croûtons de l’Académie ne lui semblait pas adapté. En tout cas, son partenaire ne semblait pas s’offusquer de ses traits d’esprits, aussi avait-elle acquis une certaine spontanéité au fils du temps. Spontanéité qui s’était encore affirmée alors qu’ils avaient quitté la caravane pour partir dans les plaines émeraudes, restant seuls pour la fin du trajet.

Malgré son excitation, une fois en vue des ruines Irisviel ne fit pas de caprices. Effectivement, il se faisait tard et il était plus prudent d’attendre le lendemain pour se rendre dans le temple délabré. Après tout, Irisviel était un tantinet aventureuse mais la prudence faisait parti de ses qualités, elle n’aurait jamais risquée sa vie par empressement.

Les éclaireurs de l’avant-poste étaient très sympathiques et encore une fois elle passa une très bonne soirée en leur compagnie, Solas se montrant plus distant, l’esprit manifestement ailleurs. Sans s’en préoccuper elle partie se coucher tardivement mais son excitation l’empêcha de dormir profondément. Néanmoins, elle n’était pas assez curieuse pour se soucier des mouvements qu’elle entendit la nuit, prenant ça pour une simple patrouille. L’escapade de Solas lui resta donc inconnue, elle ne le retrouva que de bonne heure le lendemain matin.

Coiffée, habillée, cette dernière s’inclina légèrement pour le saluer. Il avait l’air particulièrement enjoué mais elle ne pouvait lui en tenir rigueur : elle serait dans le même état quand les dernières volute oniriques qui embrumaient son esprit à cause de l’heure matinale aurait été chassées.

« Bonjour Solas », répondit-elle poliment à ses salutations, retenant une grimace à son petite commentaire. Elle ne niait pas que le terrain était riche en expérience, mais cela ne faisait pas tout. Et puis, ce genre d’expression toute faite avait tendance à l’agacer. La linguiste en elle sans doute.

« Véritable leçon ? », souligna-t-elle avec son petit sourire malicieux, preuve que c’était une taquinerie qui allait franchir ses lèvres. « Vrai sous-entendrait qu’il y a de fausses leçons, or nous tirons enseignement de tout. », rétorqua-t-elle néanmoins, plus philosophique que son ton ne le laissait penser. « Et, je suis toujours prête à apprendre », répondit-elle enfin à sa question avec une assurance enthousiaste, étrange mélange entre orgueil et humilité.

Pas moins excitée de la visite, Irisviel scruta les colonnes qui se noyait dans l’obscurité. Il était temps d’y aller.

« Honneur aux hommes », sifflota-t-elle avec une révérence exagérée pour lui faire signe de passer en premier. De la lâcheté sans doute, mais surtout du bon sens. C’était lui le mage capable de faire griller toute potentielle araignée géante, il connaissait mieux l’architecture elfique et en plus il était officiellement son guide. Moult de raisons de le précédé en sommes.

C’est ainsi qu’ils pénétrèrent dans l’antre antique, aussitôt à l’abri du vent, Irisviel alluma une torche laissant Solas faire de même. A peine entrée, ses yeux se perdirent sur la pierre, sur la structure rongée par le temps qui la fascinait même si elle n’était guère une spécialiste. La jeune femme avait toujours aimé l’architecture et avant même qu’il n’y ait la moindre fresque ou texte, elle était déjà joyeusement captivée.

Distraite car elle regardait partout sauf ses pieds, elle trébucha sur un morceau de colonne écroulée, se rattrapant de justesse grâce à la célèbre technique de l’albatros ivre : c’est à dire, battre des bras dans l’air en espérant retrouver son équilibre. Stabilisée de justesse elle fit un sourire désolé à Solas qui passa sans doute inaperçu dans l’obscurité. Avec un peu de chance, ses gesticulations maladroites étaient également restées discrètes...

L’écart entre eux s’était agrandit du fait de sa lenteur curieuse, aussi trottina-t-elle pour le rattraper.

« Vous permettez ? », demanda-t-elle sans attendre sa réponse pour poser une main sur son bras, l’agrippant d’une poigne solide mais légère, s’assurant ainsi de ne pas le perdre et de ne pas tomber si elle butait à nouveau sur un obstacle, ce qui lui laissait tout le loisir de continuer à admirer les murs et le plafond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Albar/Taïga
— MISSIVES : 70
— PRÉSENCE : A peu près tout le temps
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— CRÉDITS : Fanart par EshiraArt & Nipuni
— PRESTIGE : 301
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Vagabond
— LIEU D'HABITATION : Fort Céleste
— ÂGE : Indéterminé
— RANG SOCIAL : Apostat
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Ruse et magie
— O.SEXUELLE : L'Immatériel

MessageSujet: Re: La leçon [PV : Irisviel] - Terminé Sam 15 Juil - 21:59

« Nous tirons enseignement de tout, répliqua-t-il avec amusement, mais si le mot « leçon » existe dans toutes les langues, c'est bien qu'il désigne une expérience plus formatrice que d'autres. Mais j'imagine que je n'ai rien à apprendre à ce sujet à une linguiste telle que vous. »

Il s'engagea alors à sa suite après avoir répondu à son petit trait d'esprit, et prit naturellement la tête lorsqu'elle le lui demanda. Il n'avait en effet aucune raison de la faire passer devant, et elle ne pouvait pas savoir qu'il avait déjà visité l'endroit. Il ouvrit ainsi la marche, allumant une torche de feu voilé presque machinalement, tant cet exercice était devenu habituel pour lui ces derniers temps. Il fallait dire qu'il n'en était pas à sa première ruine depuis qu'il avait rejoint l'Inquisition, sans parler de celles qu'il avait pu visiter seul auparavant.

Du coin de l’œil, il la vit s'agiter et regarder partout autour d'elle, détaillant chaque coin et recoin de chaque pièce qu'ils traversaient, comme si elle cherchait à les graver dans son esprit d'un simple regard, de peur qu'elles n'aient disparues lors de son prochain passage. Son attention papillonnait ainsi d'un endroit à l'autre, avec malgré tout une certaine expertise : beaucoup d'explorateurs en herbe, Solas avait pu le remarquer, regardaient avant tout le sol à la recherche d'objets s'y trouvant, tandis qu'Irisviel, elle, détaillait avant tout les murs, les colonnes, tout ce qui pouvait avoir un sens, une signification.

Cette absence de considération pour le plancher manqua néanmoins de lui coûter quelques bleus lorsqu'elle manqua de tomber. Il la regarda à l’œuvre du coin de l’œil, guettant un moment où il allait devoir intervenir qui ne vint pas. Peut-être s'agissait-il là d'une autre de ses compétences, car il ne pouvait pas croire que cela lui arrivait pour la première fois. Décidant de ne pas réagir afin de ne pas la mettre dans l'embarras, Solas reprit sa marche lente silencieusement, creusant légèrement l'écart entre elle et la jeune linguiste jusqu'à ce que celle-ci ne vienne quérir son soutient.

« Faîtes donc », se contenta-t-il de répondre en étendant légèrement le bras qu'elle avait d'ores et déjà saisi.

Il avança ainsi plus lentement, et leva sa torche un peu plus haut afin qu'elle ne manque rien de ce qu'ils pouvaient voir autour d'eux. Sur leur gauche se trouvait l'une des pièces dans laquelle il avait ressentit quelques effluves de magie la veille.

« Continuons tout droit, je sens quelque chose par là bas, la prévint-il en désignant la salle en question. Mieux vaut ne pas nous y aventurer inutilement. »

Ainsi, au fil de quelques répliques et mises en garde, il la guida subtilement jusqu'à la salle qu'il avait brièvement préparée la veille. Son regard se posa sur les écritures qu'il avait lui même inscrites à ce moment là, et il remarqua avec plaisir qu'elles ne semblaient trop jurer avec le reste. En outre, la pièce était petite et pouvait ainsi être entièrement éclairée par leurs deux torches. Il n'y avait en revanche que deux ouvertures qui s'y trouvaient : celle par laquelle ils étaient entrés, et une autre menant dans une autre salle, plus grande.

« Cet endroit me semble approprié, fit-il alors en désignant les murs couverts de textes plus ou moins lisibles. Cela ressemble à une antichambre. »

C'en était bel et bien une : la pièce qui se trouvait au delà était le cœur d'un modeste temple en l'honneur du panthéon elfique. Sur les murs autour d'eux, on pouvait ainsi voir quelques prières usuelles adressées à chacune des divinités, ainsi que quelques détails plus terre à terre : le nom de l'architecte qui avait œuvré à bâtir ces murs, celui des différents prêtres qui s'y étaient succédés, et des dizaines d'autres petits détails.

Le mot qu'il avait rajouté, lui, se trouvait directement au dessus de l'embrasure de la porte menant au temple, et disait, en substance, ceci : « toi qui entre en ce lieu saint, tes mots doivent porter ta foi. Le regard des dieux est posé sur toi, et leur jugement prêt à s'abattre. » Un message bien fataliste comme on pouvait en trouver dans certaines ruines.

« Alors, par où souhaitez-vous commencer ? Quels mots ou bribes de mots reconnaissez-vous ici ? »

_________________

~ Mon orbe ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
En ligne
avatar
Linguiste enflammée ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 723
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Mellissandre Alirius
— CRÉDITS : Zhongfeng Lee
— PAIRING & OTP : Solaviel !
— PRESTIGE : 1672
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Orlaïs mais voyage beaucoup
— ÂGE : 28 ans
— RANG SOCIAL : Civil, étudiante-chercheuse à l'Université d'Orlaïs
— PROFESSION : Linguiste & traductrice spécialisée dans les langues anciennes
— FACTION : Aucune pour l'instant
— ARMES : Un stylet empoisonné
— O.SEXUELLE : Bisexuelle
— AMOUREUSEMENT : L'Amour n'existe pas

MessageSujet: Re: La leçon [PV : Irisviel] - Terminé Mar 18 Juil - 17:10

Sans grande surprise, Solas avait accepté sa requête, et ils avançaient désormais de concert, ralentis par la curiosité de la jeune linguiste. Les flammes vertes du feu voilé se mêlaient aux reflets écarlates de sa propre torche, créant une atmosphère presque irréelle propice à la solennité des lieux. Désormais, bien éveillée malgré le cadre presque fantasmagorique induit par la lumière et leur pas qui raisonnaient dans le silence, Irisviel profita donc du spectacle, des murs et des colonnes sans aucun autre anicroche. Plusieurs fois, elle fut tentée de s’arrêter pour observer de plus près ce qui lui semblait être un gribouillis, mais manifestement son guide avait une idée précise en tête.

Se laissant entraîner, elle opina docilement lorsqu’il lui déconseilla de s’aventurer dans une pièce emprunte de magie. S’il avait s’agit d’une exploration officielle elle n’aurait pas eu le choix, mais en l’occurrence ce n’était pas le cas. En outre, la jeune femme n’était pas du genre à prendre des risques inutiles, d’aucuns l’auraient même traité de lâche, pour sa part, elle préférait le qualificatif de « prudente ».

Finalement, ils s’arrêtèrent dans une pièce aux allures intimes mais couvertes d’écrits remarquablement conservés. Une antichambre avant l’autel sans doute. Enthousiaste, elle accepta l’escale avec entrain, de toute façon, elle n’aurait sans doute pas pu résister s’il n’avait pas souhaiter s’arrêter.

Lâchant Solas, elle commença à voleter d’un coin à l’autre de la pièce pour trouver le sens de la lecture, la logique derrière l’agencement. Son sac posé par terre avait été délesté d’un cahier et d’un crayon et elle s’appliquait déjà à dessiner schématiquement l’agencement du lieu, en maintenant sa torche via les flambeaux prévus. Ce genre de détails étaient souvent omis par les non-professionnels mais Irisviel commençait à avoir suffisamment d’expérience pour ne pas se précipiter sur les mots et oublier que tout avait un sens. Surtout qu’il prétendait que l’elfique était un jeu d’intention, la hauteur, la disposition, cela pouvait avoir d’éventuels significations qu’elle ne négligerait pas.

Perdue dans ses pensées, elle n’entendit pas sa question, marmonnant quelques mots lointain en réponse pour rester concentrée. En fait, elle avait totalement oublié la présence de son interlocuteur jusqu’à ce qu’enfin sa demande atteigne son cerveau.

« Oh désolée, vous avez dit quelque chose ? », demanda-t-elle en toute sincérité en lui faisant un sourire navré mais angélique. L’élève assidue de Fort Celeste qui buvait ses paroles étaient bien loin face à l’excitation d’une découverte et de tant de mystères. D’ailleurs, sans lui laisser réellement le temps de répondre, elle enchaîna elle même avec une myriade de questions.

« Vous avez une estimation de la date de ce temple ? », demanda-t-elle alors qu’elle jetait un regard circulaire. Elle se sentait même stupide de ne pas s’être renseigné plus tôt. D’habitude, elle aurait pris le temps de tout savoir sur le lieu où ils se rendaient mais elle s’était un peu laissé porté par le courant.

« De toute façon, je pense que tout ne date pas de la même époque », releva-t-elle habituée à ce genre de procédés. Il n’était pas rare qu’une vieux temples soit réinvestis et modifié par de nouveaux occupants. Parfois, on trouvait même des ruines Tevintides sur des anciens temples elfiques. Aussi, malgré l’effort de Solas, son œuvre n’était pas assez parfaite pour qu’elle ne remarque pas les subtiles différences. Oh, elle pensait que toutes les écritures étaient anciennes mais…

« Je n’ai pas relevé de différences de styles architecturaux, mais regardez, au dessus de la porte, le texte est différent », dit-elle en s’approchant sur la pointe des pieds pour essayer de mieux voir. « Les arrondis ne sont pas aussi finement dessinés, moins de soin y a été accordé que dans le reste de la salle ce qui est étrange car les liminaires sont généralement fait avec beaucoup d’application à cause de la symbolique. C’est pour ça je pense que ça a été ajouté plus tard », commenta-t-elle sans nullement mentionner la patine du temps qui semblait à peu près similaire. Pour elle peut de centenaire c’étaient écoulés entre le premier écrit et le deuxième mais ils n’étaient pas similaires. Il n’y avait qu’à comparer la forme du mot « dieu » qu’elle avait reconnu et qui revenait régulièrement.

Etant donné que son attention avait été attiré sur ce texte, c’est vers celui là qu’elle se dirigea en premier, les yeux plissés pour mieux voir, torche largement tendue vers le haut.

« Je reconnais le signe des dieux », expliqua-t-elle, reprenant son rôle d’élève pour lui montrer l’étendu de ses connaissances.

Solas ne lui avait pas encore enseigné beaucoup, mais il lui avait appris l’écriture de dieu pour des raisons logiques évidentes quand il s’agissait de temple.

Désignant s’abattre, elle tenta une autre proposition, en devinette cette fois.

« Ce mot là c’est un verbe n’est-ce pas ? », déclara-t-elle, ayant suffisamment d’expérience pour identifier plutôt facilement le rôle des mots dans une phrase. « Et ce symbole a des similitudes avec le mot colère, si on en fait une action, je pense que ça veut dire quelques chose comme ‘frapper’, 'punir' ou pour rester dans le registre du divin ‘subir un courroux’ ? », hésita-t-elle en cherchant dans les yeux de son professeur une confirmation ou une infirmation. S’il prononçait les mots, elle aurait sans doute plus de facilité à les reconnaître, pour l’heure, c’est tout ce qui lui venait en tête.

Sa main gauche tenant toujours la torche, elle se mit machinalement à tortiller une de ses mèches rousse alors que son esprit était déjà occupé.

« Si j’ai raison, alors c’est sûrement un avertissement », ajouta-t-elle, les rouages de son esprit rendus visibles par sa rhétorique. « Peut-être que d’autres elfes sont venus ici et qu’ils ont jugés bon de prévenir les futurs explorateurs d’un danger ? Ou de les mettre en garde contre des velléités de profanation ? », conclu-t-elle, trouvant que cette histoire faisait parfaitement sens.

Ce qui n’était pas du tout rassurant. Le regard inquiet qu’elle jeta à la pièce témoignant de son léger malaise suite à cette spéculation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Albar/Taïga
— MISSIVES : 70
— PRÉSENCE : A peu près tout le temps
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— CRÉDITS : Fanart par EshiraArt & Nipuni
— PRESTIGE : 301
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Vagabond
— LIEU D'HABITATION : Fort Céleste
— ÂGE : Indéterminé
— RANG SOCIAL : Apostat
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Ruse et magie
— O.SEXUELLE : L'Immatériel

MessageSujet: Re: La leçon [PV : Irisviel] - Terminé Ven 21 Juil - 21:36

Solas resta impassible, mais il sentait ses yeux se mettre à sourire subrepticement. L'attention d'Irisviel n'était en rien concentrée sur lui, aussi aurait-il pu se laisser aller à un petit élan d'amusement, mais il préféra ne rien en faire, se contentant d'apprécier secrètement la perspicacité de son élève. Son petit acte de vandalisme n'avait pas passé inaperçu auprès de la jeune elfe, et même si le secret de ses runes tenait toujours – comment aurait-elle pu le deviner de toute façon ? – il n'avait pas tardé à être approché. Ses interprétations avaient beau être fausses, elles ne manquaient pas de pertinence, et dénotaient d'une grande expérience vis-à-vis des ruines en général, et de l'histoire parfois mouvementée de ce genre de tombeau.

Il s'approcha d'elle en feignant la curiosité, et contempla les écritures qu'il avait lui même écrites un peu plus tôt. Là encore, il ne put qu'être impressionné par la facilité avec laquelle elle était parvenu à saisir le sens global du message, alors qu'elle n'avait commencé son apprentissage qu'il y a peu. Il savait – pour le lui avoir enseigné lui même – quels symboles elle connaissait et quels symboles elle ne connaissait pas, et avait volontairement articulé son message de sorte à le rendre difficilement compréhensible sans un minimum de réflexion. C'était une sorte de premier test, et elle l'avait passé avec brio.

« Il s'agit bel et bien d'un avertissement, commenta-t-il sobrement, et je suis d'accord avec vous : il semble plus récent que ce temple, qui a dû être construit aux premiers jours de la Dalatie. On sent un certain espoir dans les textes, qu'on ne trouve à nulle autre période récente chez les elfes. Mais ces mots, eux, ont probablement été inscrits par les fidèles de la divinité vénérée ici, quand le temps n'était plus au fol espoir. Je n'ai encore vu aucune statue ou aucun symbole particulier, mais du peu que j'ai pu lire, je pense qu'il s'agit d'un temple à la gloire de Falon'Din. En cherchant bien, je suis sûr que l'on verra sa chouette quelque part. »

Falon'Din, le dieu des morts qui guidait les esprits dans l'Immatériel. Un réécriture bien commode de l'histoire de l'un des Evanuri les plus vaniteux, qui fut l'un des premiers à semer la guerre dans son sillage, alors qu'il était en quête de toujours plus de fidèles. Solas n'avait que du mépris pour lui et pour son souvenir.

Il ne montra rien de ces émotions, et se contenta de lire l'inscription à voix haute d'un ton pensif, prenant bien soin de la prononcer en elfique sans la traduire. Lorsqu'il prononça le dernier mot, il fit danser les doigts de sa main gauche, dissimulée sous l'un des pans de sa cape, veillant à ce qu'Irisviel n'en voit rien. Faisant appel à sa magie, il fit soudainement briller les inscriptions sur le mur d'une faible lueur verte, et fronça les sourcils, jouant la suspicion.

« Voilà qui est étrange. Je ne ressentais aucune magie, mais maintenant, j'en perçois un mince filet qui s'écoule jusqu'à la salle suivante. Je ne pense pas que l'on puisse se permettre d'ignorer ça. »

Il se saisit de son bâton et jeta un regard déterminé vers l'obscurité de la pièce qui se trouvait en face de lui et qui ne contenait pas la moindre once de magie ou de pièges quelconques.

« Restez ici, lui ordonna-t-il. Si jamais un piège rempli de démons se trouve devant nous, je veux que vous soyez loin derrière, et prête à courir chercher de l'aide. En attendant, ne touchez à rien, nul ne sait ce qui pourrait se déclencher. »

Sans attendre sa réponse, il se mit à avancer et étendit sa perception autour de lui, à la recherche des petites encoches magiques qu'il avait réalisées la nuit précédente. Il fit quelques pas en dehors de la pièce, et regarda autour de lui d'un air inquiet. Il sentait le regard d'Irisviel dans son dos, et, par un tour de passe passe similaire à celui qu'il avait fait juste avant, fit briller une lumière au loin, teintée de vert elle aussi, dans un coin de la pièce que la linguiste ne pouvait pas voir. Il bondit alors sur le côté et se mit en position de combat.

« Des démons ! » Cria-t-il.

Au même moment, il lança un autre sortilège, celui pour lequel il avait du préparer le terrain afin d'être sûr qu'il n'allait causer aucun effondrement : repoussant des pierres qu'il avait placé près des entrées et sorties de la salle dans laquelle Irisviel se trouvait encore, il enferma celle-ci, guidé par les marques qu'il avait laissé la veille.

Feignant la panique, il se tourna brièvement la porte qui se refermait et tenta de rentrer, sans en avoir le temps. La jeune elfe était désormais seule dans une pièce sans issue alors que son mentor et protecteur était hors de sa portée, face à ce qu'elle imaginait être des démons dont elle n'avait aucune idée du nombre. Il ne restait plus à Solas qu'à faire apparaître un faux esprit devant elle afin de lui donner les clefs nécessaires pour sortir, pour peu qu'elle comprenne ce qui lui était demandé.

Il n'y avait rien de mieux que d'apprendre sur le terrain après tout.

_________________

~ Mon orbe ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
En ligne
avatar
Linguiste enflammée ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 723
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Mellissandre Alirius
— CRÉDITS : Zhongfeng Lee
— PAIRING & OTP : Solaviel !
— PRESTIGE : 1672
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Orlaïs mais voyage beaucoup
— ÂGE : 28 ans
— RANG SOCIAL : Civil, étudiante-chercheuse à l'Université d'Orlaïs
— PROFESSION : Linguiste & traductrice spécialisée dans les langues anciennes
— FACTION : Aucune pour l'instant
— ARMES : Un stylet empoisonné
— O.SEXUELLE : Bisexuelle
— AMOUREUSEMENT : L'Amour n'existe pas

MessageSujet: Re: La leçon [PV : Irisviel] - Terminé Ven 21 Juil - 23:43

Avoir raison était un sentiment incroyablement plaisant. Surtout quand on s’appelait Irisviel Mavias et qu’on mettait un point d’honneur à avoir toujours raison. Se rengorgeant de sa spéculation correcte malgré le peu d’éléments qu’elle avait en main, elle écouta sagement Solas commenter ses propos, lui faisant également ses propres déductions vis à vis du lieu. Un temple de Falon’din selon lui. Un léger frisson parcouru l’échine de la jeune elfe alors qu’elle cherchait des yeux la fameux chouette qui aurait pu corroborer ses propos. Quelque part, l’idée d’être dans un temple dédié au dieu de la mort avait quelque chose d’inquiétant. Elle n’avait vu nulle part de caveaux ou de catacombes mais l’idée de tomber sur un cadavre ou une momie n’était pas réjouissante. Irisviel n’était pas croyante, aussi n’y avait-il aucune superstition dans sa crainte, en revanche, elle savait bien que les elfes avaient eu parfois d’étranges pratiques, l’uthenera par exemple, et elle redoutait de trouver quelque chose de totalement non divin mais pas moins sordide.

Heureusement, elle fut rapidement tirée de ses pensées par la voix vibrante de Solas qui lisait le frontispice. Se laissant transporter par la musique de la langue, elle reconnue plusieurs mots supplémentaires dans la mesure où ils avaient surtout travailler l’oral. Ainsi, elle comprit le terme de sacré, et celui de imot, ou du moins l’idée de parole, de langage. Après tout, étant linguiste, la façon de désigner la parole l’intriguait toujours. Cela en disant souvent long sur les perceptions du peuple en question et puis, elle trouvait qu’il y avait quelque chose de drôle à apprendre le terme de langage en le pratiquant.

Répétant soigneusement la phrase de Solas même si elle ne la comprenait pas dans sa globalité, elle ne inaperçue que tardivement de la douce lumière verte qui jaillissait des gravures. Inquiète, elle recula d’un pas en scrutant l’obscurité à la recherche d’autres manifestations étranges. Peut-être la phrase était-elle une sorte de formule magique qui avait déclenché un sort ? Une idée pas si farfelue que ça, surtout alors que Solas déclarait ressentir soudainement de la magie dans la pièce un peu plus loin.

Aussitôt, pris d’une certaine curiosité, celui-ci affirma la nécessité d’aller voir, lui demandant toutefois de rester en arrière par sécurité.

« Ce n’est pas très prudent », tenta-t-elle de le dissuader sans grande conviction dans la mesure où il avait fait son choix. « Dans le doute, on devrait revenir avec plus de monde… Les ruines ne vont pas s’envoler vous savez », essaya-t-elle de le convaincre sans succès.

Bien entendu, elle aussi était curieuse, mais elle était assez lâche pour ne pas trop s’aventurer sur ce genre de terrain. En tout cas, elle ne se fit pas prier pour rester sagement en arrière, le regard fixé sur Solas qui s’éloignait. L’avantage c’est que son crane chauve reflétait bien la lumière des torches, elle était sûre de ne pas le perdre de vu.

Alors qu’il mettait un pied dans l’autre salle, un curieux jeu de lumière ce mit à nouveau en route, suite à ça, il cria paniqué qu’il y avait des démons. Se souvenant de ses indications, Irisviel fit volte-face pour aller chercher de l’aide mais des pierres massives virent bloquer la sortie. Le temps qu’elle se retourne à niveau, Solas avait également disparu de son champ de vision et elle se retrouva là, enfermée dans la presque obscurité, seule.

Frissonnant, elle se recroquevilla sur elle même, se rapprochant instinctivement des torches placées au mur pour mieux voir son environnement. Les ombres lui semblaient soudain menaçantes. Alors qu’elle les voyait comme des trésors recelant milles mystères quelques minutes auparavant, elle avait désormais la vague impression d’y déceler des mouvements, des regards, du danger...

Respirant profondément pour ne pas céder à la panique, elle tira quand même le couteau à sa taille, prête à défendre chèrement sa vie si une quelconque créature profitait du moment pour l’attaquer.

Sans trop y croire car elle n’entendait aucun bruit à l’extérieur, elle cria plusieurs fois le nom de Solas. Il avait dit avoir vu des démons mais elle n’avait pas entendu leurs hurlements proche du gargouillis aussi ne savait-elle pas combien il y en avait. Si un combat était en cours, elle n’avait aucune idée d’à quel point Solas était dans la mouise. Enfin, pour l’heure c’était surtout son propre cas qui l’intéressait. Les autres étaient prévenus de leur expédition, elle savait qu’ils viendraient les chercher s’ils n’avaient pas de nouvelle d’ici cette nuit mais alors il serait sans doute trop tard, ce qui remettait au lendemain les secours…

Solas pouvait-il se permettre d’attendre jusque là ? Le pouvait-elle ? Après tout, elle ne sentait pas le moindre courant d’air, elle n’avait aucune idée de combien de temps elle pouvait tenir dans cette pièce. D’ailleurs rien que l’idée accélérait sa respiration, la rendait plus difficile, l'air qui coulait dans sa gorge semblant soudain moins satisfaisant.

Soufflant plusieurs fois pour retrouver son calme, Irisiviel loua les dieux de ne pas être claustrophobe. Néanmoins, la solitude la pesait déjà, de sorte qu’elle tenta une nouvelle fois d’appeler Solas et de lui demandait comment il allait malgré la vanité de son geste.

C’est alors qu’un esprit apparu devant elle, vague forme verte transparente. Regrettant immédiatement son souhait d’avoir un peu de compagnie, elle se redressa, prenant une posture de défense ridicule, son petit couteau ne pouvant pas faire grand-chose contre un esprit. De toute façon, elle n’avait jamais été une grande guerrière…

Heureusement, l’esprit ne se montra pas agressif, répétant avec gravité quelques mots qu’elle reconnue immédiatement : ceux du frontispice. Heureusement que Solas lui avait lu le texte, sinon elle n’aurait sans doute pas fait le rapprochement. Là, les termes étaient encore suffisamment frais pour qu’elle les reconnaisse.

Hésitante, Irisviel agit par mimétisme et répéta à son tour les mots d’une voix qu’elle voulait douce et agréable. Si elle répétait gentiment le mot de passe, peut-être qu’il la laisserait sortir ? Ce ne fut pas le cas, et un silence pesant s’installa alors que la créature restait là à la regarder dans le blanc des yeux. Avant de répéter une nouvelle fois la phrase.

Soupirant, Irisviel se laissa glisser contre le mur, s’asseyant avant d’extirper à nouveau son carnet de note. Il fallait qu’elle réfléchisse. Ignorant l’esprit qui recommençait inlassablement sa litanie, elle parcouru à la faible lueur des torches quelques notes, essayant de deviner ce que cela pouvait bien pouvoir dire.

Malheureusement, Solas n’avait pas traduit les mots, elle ne savait donc pas grand-chose : lieu sacré, dieux, mots et chatiments… Un avertissement pour ceux qui venaient – pourquoi ne pouvaient-ils tout simplement pas dire « n’entrez-pas dans la pièce ? ». Quoi qu’il en soit, elle savait aussi que c’était un temple dédié à Falon’din, aussi elle retrouva les quelques notes qu'elle avait à son sujet issu du folklore dalatien et une idée finit par germer dans son esprit. Elle soupçonnait que le piège s'était activé quand ils avaient prononcés à voix haute le texte et il y avait une histoire de mots dans l'avertissement... Peut-être fallait-il juste trouver la bonne formule? Demander poliment la sortie ?

Louant les maigres connaissances qu’elle avait amassée durant ses longues années de labeur, elle se redressa et s’inclina respectueusement devant l’esprit. Son pari était risqué, au mieux il marchait, probablement il ne réussissait pas, mais dans le pire des cas il pouvait causer sa mort… Un risque qu’elle n’avait guère envie de prendre mais la présence inconfortable de l’esprit eut raison de sa réticence et elle commença à déclamer quelques mots en elfique d’une voix mal assurée et certainement imparfaite. C’était difficile de prononcer vraiment bien quelque chose qu’elle n’avait entendu que quelques fois mais elle n'avait pas vraiment le choix. Elle n'avait plus qu'à espérer que sa bonne volonté compense ses imperfections.

« Ô Falon'Din, Lethanavir-- Ami des morts, guide mes pas, calme mon âme, et conduit moi au repos. », clama-t-elle en mimant les intonations solennel de cette prière pour les morts qu'elle avait entendu à plusieurs reprises. En l’occurrence s’il pouvait guider ses pas et la conduire vers la sortie, elle en serait très reconnaissante. Tout ce qu’elle espérait c’est que l’esprit ne prenne pas ça pour une invitation à la tuer… Si le royaume des morts existait bel et bien, elle n’avait guère envie de le rejoindre tout de suite.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Albar/Taïga
— MISSIVES : 70
— PRÉSENCE : A peu près tout le temps
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— CRÉDITS : Fanart par EshiraArt & Nipuni
— PRESTIGE : 301
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Vagabond
— LIEU D'HABITATION : Fort Céleste
— ÂGE : Indéterminé
— RANG SOCIAL : Apostat
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Ruse et magie
— O.SEXUELLE : L'Immatériel

MessageSujet: Re: La leçon [PV : Irisviel] - Terminé Sam 22 Juil - 9:24

Adossé contre la porte qu'il avait lui-même refermé, Solas était entièrement concentré sur son illusion. Manipuler ainsi le Voile pour modeler sa lumière et transporter sa voix n'avait rien de facile, sans compter qu'il avait choisi de le faire au delà d'un épais mur de pierre. Totalement immobile, les yeux rendus brillants par le flot de magie qui s'écoulait de son corps, il prononça les mots qu'il avait lui même inscrit sur la porte, modulant jusqu'à sa prononciation pour prendre un accent typiquement dalatien, car son elfique, plus ancien, sonnait parfois légèrement différemment.

Il « vit » l'aura d'Irisviel s'agiter, inquiétée par son soit-disant combat contre des démons ainsi que par son enfermement, et l'apparition de ce qu'elle imaginait être un esprit devant elle n'arrangea pas les choses. Elle se contenta tout d'abord de répéter la phrase qu'il prononça, cherchant visiblement à contenter cette apparition dont elle peinait à deviner les intentions. Ce ne fut bien évidemment pas suffisant, et Solas répéta son injonction alors qu'il la sentait en profonde réflexion. Il y avait toujours une aura de peur qui flottait autour d'elle, mais par les yeux de sa création, il sentit également une certaine détermination.

Après quelques instants de silence durant lesquels il répéta inlassablement son avertissement, en faisant très lentement s'approcher l'esprit d'elle, Irisviel le surprit une nouvelle fois : elle comprit ce qu'il attendait d'elle. Il l'entendit prononcer une prière à Falon'Din avant d'attendre la réaction de l'esprit d'un air angoissé.

Il ne s'était pas attendu à ce qu'elle trouve aussi vite la solution. Le but de ce petit manège était de lui faire comprendre qu'il y avait bel et bien un lien mystique entre les elfes et leur langage ancestral, et il s'était attendu à ce qu'elle comprenne le sens global de sa requête, mais de là à résoudre cette – simple – énigme si rapidement... Cette jeune femme, pensa Solas, avait vraiment un don pour les langues, à moins qu'il ne s'agisse d'un lien plus étroit avec l'Immatériel et se souvenirs qu'il ne l'avait cru. Le premier était une évidence, et le second... Sans doute allait-il devoir vérifier lui même de quoi il retournait dans ses rêves.

En tout les cas, il était impressionné. Et contrarié aussi : tous ces efforts pour ne déboucher que sur un confrontation de moins d'une minute, lui qui avait passé des heures à préparer l'endroit et qui avait imaginé un long dialogue entre elle et l'esprit, la guidant étapes par étapes jusqu'à la conclusion. En un sens, elle venait de gagner son respect, car elle avait ruiné un de ses plans avec brio – et plus simplement dépassé ses attentes, mais il ne pouvait s'empêcher de rester focalisé sur sa frustration – chose dont peu pouvaient se vanter.

A la fois fier et dépité, il referma lentement le lien qu'il avait tissé avec le Voile, faisant lentement disparaître l'esprit face à Irisviel, qui prononça quelques mots d'une voix lointaine.

« Garas da'len. »

Entre mon enfant. La consécration de sa victoire.

Solas s'accorda quelques instants pour reprendre ses esprits et essuya quelques gouttes de sueur qui coulaient sur son front à cause de l'effort fourni. Il décida cependant de ne pas perdre plus de temps et réalisa à la va-vite quelques marques de brûlure sur le sol afin de faire croire qu'un combat avait réellement eu lieu, avant de puiser dans ses forces pour ouvrir les portes qu'il avait fermées il y a peu.

Jouant toujours son rôle, il se tourna vers elle avec surprise lorsqu'elle s'ouvrit, en posture de combat, tandis que ses démons semblaient s'être miraculeusement volatilisés. Inquiet mais aussi – et surtout – curieux, il se dirigea vers Irisviel, son bâton à la main.

« Vous allez bien ? Demanda-t-il d'une voix qui se voulait calme malgré le « combat » qu'il venait de mener. J'ai senti quelque chose dans cette pièce, et quand cette présence s'est volatilisée, les démons ont disparus eux aussi. Que s'est-il passé ? Avez-vous conversé avec un esprit ? »

Elle avait gagné, elle méritait bien de pouvoir s'en vanter après tout.

_________________

~ Mon orbe ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
En ligne
avatar
Linguiste enflammée ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 723
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Mellissandre Alirius
— CRÉDITS : Zhongfeng Lee
— PAIRING & OTP : Solaviel !
— PRESTIGE : 1672
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Orlaïs mais voyage beaucoup
— ÂGE : 28 ans
— RANG SOCIAL : Civil, étudiante-chercheuse à l'Université d'Orlaïs
— PROFESSION : Linguiste & traductrice spécialisée dans les langues anciennes
— FACTION : Aucune pour l'instant
— ARMES : Un stylet empoisonné
— O.SEXUELLE : Bisexuelle
— AMOUREUSEMENT : L'Amour n'existe pas

MessageSujet: Re: La leçon [PV : Irisviel] - Terminé Sam 22 Juil - 12:09

Angoissée, Irisviel resta néanmoins immobile, toujours respectueusement inclinée devant l’esprit. Les battements effrénés de son coeur raisonnaient dans le silence, si violent qu’elle craignait qu’il ne lâche avant que la créature magique ne lui donne sa réponse. Peut-être s’était-elle trompée ? Après ce qu’il lui sembla être une éternité, enfin une réaction se produisit. L’esprit prononça quelques mots – différents – et se dissipa lentement. Elle ne reconnu pas le premier mot, mais le Da’len la rassura quelque peu. C’était une marque d’affection après tout.

Toutefois, la gentillesse d’un esprit pouvait être inattendue aussi resta-t-elle sur ses gardes. L’option « je vais t’entraîner avec moi dans la mort » n’était pas tout à fait à exclure encore.

Toutefois, elle se détendit quand les deux portes s’ouvrirent et que Solas apparu sous ses yeux en posture de combat. Un léger moment de flottement s’installa tandis qu’elle guettait les fameux démons qu’il avait mentionné mais ils semblaient s’être volatilisé. Ou alors son partenaire les avait tous tuer. La deuxième option était nettement plus badass, aussi elle privilégia celle-là. Une fois le danger évalué, elle laissa ses yeux courir sur Solas à la recherche d’une éventuelle blessure mais il allait bien. En tout cas elle ne discerner pas de sang dans l’obscure clarté des torches.

Il avait l’air un peu fatigué – ce qui était plutôt logique après une telle bataille – mais son premier réflexe fut de s’inquiéter pour elle. Touchée par l’attention, elle lui sourit presque naturellement malgré son corps qui trembloter encore un peu d’anxiété.

Démontrant encore une fois l’étendu de ses perception, il déclara avoir sentit de la magie dans cette pièce. Il devina également qu’il s’agissait d’un esprit et qu’elle lui avait parlé. Elle n’avait aucune raison de remettre en doute sa parole mais toutefois elle fut impressionée par la finesse de sa détection et de ses perceptions. Elle avait rencontré plusieurs mages mais aucun n’était capable de sentir la magie avant tant de précisions. Une preuve s’il en fallait que son professeur était quelqu’un d’exceptionnel, en elfique autant qu’en magie.

Après ses angoisses et sa solitude - certes éphémère mais tout de même – sa présence avait quelque chose de naturel, de chaleureux, aussi se rapprocha-t-elle instinctivement de lui sans toutefois se montrer trop envahissante. De toute façon, ce n’était pas nouveau elle détestait être seule.

« Oui en effet », se rengorgea-t-elle en réalisant l’étendu de sa victoire. Elle les avait sauvé quand même. Il y avait de quoi s’enorgueillir tout de même ! Heureusement qu’elle était orlésienne et qu'elle jouait plutôt bien la fausse modestie réussissant à conserver un air digne et presque nonchalant.

« Un esprit répétait les paroles écrits sur le liminaire… Du peu que j’avais compris je me suis dis qu’il fallait que je me montre déférente vis à vis de la divinité de ce temple, que j’implore son aide… Heureusement que vous m’aviez dit que c’était un temple pour Falon’din et que je connaissais la prière des morts ! Ça aurait été Guilan’nain j’aurais été bien ennuyée », plaisanta-t-elle en citant la divinité du panthéon qu’elle connaissait le moins. Pour cause, ses exploits étaient nettement moins intéressants que les autres.

Peu à peu la pression s’évacuait et le danger qui la guettait quelques minutes auparavant s’estompa apparaissant comme une sorte de rêve lointain. Maintenant qu’elle était de nouveau en présence de Solas elle se sentait nettement plus tranquille.

« Mais vous, vous allez bien ? », le questionna-t-elle en scrutant à nouveau son corps en quête de blessure plus subtiles maintenant qu’ils étaient proches et que les torches les éclairait pleinement. Il n’avait pas l’air mal en point mais après tant d’émotion tout ce dont elle avait envie s’était de se prélasser devant un bon repas. Quoi que, peut-être avait-elle tout de même le temps de recopier plus d’écritures pour en parler à l’extérieur et ne pas risquer de déclencher un nouveau problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Albar/Taïga
— MISSIVES : 70
— PRÉSENCE : A peu près tout le temps
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— CRÉDITS : Fanart par EshiraArt & Nipuni
— PRESTIGE : 301
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Vagabond
— LIEU D'HABITATION : Fort Céleste
— ÂGE : Indéterminé
— RANG SOCIAL : Apostat
— FACTION : Inquisition
— ARMES : Ruse et magie
— O.SEXUELLE : L'Immatériel

MessageSujet: Re: La leçon [PV : Irisviel] - Terminé Sam 22 Juil - 17:55

« Rien que je ne puisse gérer, répondit-il sobrement. Sans compter qu'ils ont disparu quand vous avez calmé l'esprit, renvoyés dans l'Immatériel par une magie que j'ai du mal à identifier, sans doute inscrite dans le temple lui même. »

Il était facile d'établir un tel tissus de mensonge face à une personne qui ne connaissait rien ou presque de la magie, et encore moins du Voile ou des esprits, à tel point qu'il se sentait presque coupable de tordre la vérité ainsi. Presque.

« Vous vous êtes admirablement débrouillée, la félicita-t-il en se permettant un bref sourire masquant sa frustration toujours présente. Vos connaissances grandissent de jour en jour, mais ce sont votre esprit aiguisé et vos racines elfiques qui vous ont permis de survivre à cette situation qui aurait pu tourner à l'horreur si vous aviez mal répondu. Encore que, se reprit-il, feignant le doute, peut-être l'esprit aurait-il été plus conciliant. »

Il soupira doucement, et repensa au lien qu'Irisviel avait avec le souvenir de leur peuple, qu'il pensait être particulièrement fort, même si elle n'en savait rien elle même. Si c'était le cas, comme il comptait bien le vérifier plus tard, alors peut-être pourrait-il lui proposer quelque chose. Ses agents s'étaient fait discrets depuis que Corypheus avait survécu, mais ils étaient toujours là, et Solas continuait à recruter.

Ironiquement, il repensa à Sera, et à une discussion qu'il avait eu avec elle, alors qu'ils suivaient l'Inquisiteur dans les Marches solitaires. Dans le simple but – un peu mesquin, mais ô combien amusant – de se venger après qu'elle ait laissé des lézards dans son lit, il avait mentionné qu'il existait parfois des dons qui restaient cachés au sein d'un être, et qui ne se manifestaient pas d'eux même comme le faisait normalement la magie. Il avait fini par la prendre en pitié et par rejeter cette idée, lui faisant croire à une simple plaisanterie vengeresse, mais le fait est que de telles procédures existaient bel et bien, et que, peut-être, Irisviel pouvait en bénéficier. Ce ne serait pas quelque chose qu'il pourrait entreprendre seul, et certainement pas sans le consentement de l'elfe, mais si elle se montrait un jour plus curieuse à l'idée d'apprendre la magie, peut-être pourrait-il y faire quelque chose, si la chance leur souriait.

Une étrange sensation vint cependant troubler le flot de ses pensées. La faible magie qu'il avait ressentie un peu plus tôt, dans une pièce annexe, avait gagné en puissance, tant et si bien qu'il pouvait la ressentir malgré la distance. Une vague de surprise le traversa alors qu'il se demanda ce qui avait bien pu se passer pour que le temple se réveille ainsi. Probablement était-ce là une conséquence de sa propre magie qui avait manipulé le Voile en ces lieux. Les temples entretenaient toujours un lien assez étroit avec l'Immatériel après tout.

« J'ai bien peur que ce ne soit pas fini, mentionna-t-il d'un ton grave. Je ressens quelque chose par là bas, sur le chemin du retour, quelque chose qui ne s'est visiblement pas dissipé. Peut-être est-ce un autre piège, mais dans tous les cas, peu importe, car j'ai une autre mauvaise nouvelle : nous allons devoir sortir. »

Face à de vrais démons – si c'est bien de cela qu'il s'agissait – ils ne pouvaient pas se permettre de se terrer à l'intérieur du temple, au risque de se faire submerger si d'autres venaient à se réveiller. Il fallait sortir et aller chercher des renforts le plus vite possible.

Il tapa de son bâton sur le sol, puisant dans ses réserves de magie déjà bien entamées, mais – il l'espérait – suffisamment fournies pour lui permettre de mener un vrai combat. Un sortilège de barrière se répandit alors autour d'eux, recouvrant leur peau d'un mince filet de lumière qui donnait l'impression qu'ils venaient d'être plongés dans l'eau. Une eau plus légère que l'air, et qui ne les empêchait pas de respirer le moins du monde.

« Je nous ai recouverts d'une barrière, expliqua-t-il à Irisviel qui ne devait pas savoir ce qui se passait. Elle repoussera les assauts magiques des esprits, et amortira la plupart des coups physiques. Il est fort possible que vous en ayez besoin. »

S'il ne s'agissait que de cadavres, ils pourraient passer sans grande difficulté et éviter même de combattre, mais dans le cas de démons tels que ceux de la colère ou du désespoir, ou même plus simplement de terreurs, il risquait d'y avoir des coups qui se perdent.

« Restez derrière moi et faîtes exactement ce que je vous dis, ordonna-t-il en commençant à avancer lentement vers la sortie après s'être saisi de sa torche de feu voilé. Si je vous dis de courir droit devant, vous le faîtes, démons ou pas. Si je vous dis de vous cacher, vous le faîtes sans discuter. Ce ne sont pas les prières qui vont les apaiser cette fois. »

Plus il s'approchait, plus il sentait une énergie corrompue, indiquant qu'il y avait bel et bien au moins un démon qui se trouvait face à eux. Prudemment, il avança, veillant à ce qu'Irisviel soit bien sur ses talons, jusqu'à ce qu'il sente la température baisser légèrement, alors que des grognements de faisaient entendre dans l'obscurité devant eux.

« Un démon du désespoir, souffla-t-il à Irisviel, une créature de glace. Et il y a quelques cadavres autour de lui, je les entends. Je vais les éloigner de votre chemin, et à mon signal, vous allez courir vers la sortie chercher de l'aide. Vous pensez pouvoir le faire ? »

Son plan était simple : lorsqu'il serait suffisamment proche, il jetterai sa torche de feu voilà au milieu des créatures afin d'éclairer l'endroit et de pouvoir viser sa cible. Le démon du désespoir se lancerait alors une barrière, à lui et à ses petits camarades morts-vivants, ce qu'il empêcherait en le mettant au sol à l'aide d'un poing de pierre. C'est à ce moment là qu'Irisviel commencerait à courir, alors qu'il utiliserait ce qui lui reste d'énergie pour lancer une Traction des abysses, les attirant tous dans le même endroit pour qu'elle puisse passer sans difficulté.

De là, il n'aurait plus qu'à s'engouffrer à sa suite et à ralentir les démons du mieux qu'il le pouvait jusqu'à ce que les soldats arrivent. Il préférait éviter de prendre une potion de lyrium, mais ne rejetait pas cette possibilité.

Restait à savoir si Irisviel réussirait à s'acquitter de sa tâche. Ce n'était pas une mise en scène cette fois, même si elle n'en savait rien.

_________________

~ Mon orbe ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
En ligne
avatar
Linguiste enflammée ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 723
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Mellissandre Alirius
— CRÉDITS : Zhongfeng Lee
— PAIRING & OTP : Solaviel !
— PRESTIGE : 1672
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Orlaïs mais voyage beaucoup
— ÂGE : 28 ans
— RANG SOCIAL : Civil, étudiante-chercheuse à l'Université d'Orlaïs
— PROFESSION : Linguiste & traductrice spécialisée dans les langues anciennes
— FACTION : Aucune pour l'instant
— ARMES : Un stylet empoisonné
— O.SEXUELLE : Bisexuelle
— AMOUREUSEMENT : L'Amour n'existe pas

MessageSujet: Re: La leçon [PV : Irisviel] - Terminé Sam 22 Juil - 22:24

S’abreuvant des compliments de son maître, Irisviel garda pour elle la lassitude de voir ses dons ramenés à ses origines elfiques. Sans doute à cause du mépris constant, elle ne se voyait plus vraiment comme une elfe et préférait compter sur ses seuls talents plutôt qu’un lien nébuleux avec arlathan. Il n’en restait pas moins que le ton indéniablement impressionné de Solas flattait son orgueil.

Néanmoins, sans arriver à mettre le doigt dessus, elle trouvait qu’il y avait quelque chose d’étrange dans ses propos. La linguiste en elle ne pouvait pas s’empêcher de tiquer sur le choix du verbe « répondre », plutôt que agir. Répondre lui évoquait plus le fait de trouver la solution à une énigme, passer un examen ou remplir un questionnaire, pas survivre à un esprit plus ou moins bienveillant. Toutefois, consciente que les abus de langages étaient légions, elle ne lui en tint pas rigueur, gardant juste une étrange impression sur le sujet.

Impression qui fut rapidement le cadet de ses soucis. Alors qu’elle s’apprêtait à ressortir ses notes pour griffonner quelques mots, Solas s’alarma. Un afflux de magie et de potentiels nouveaux démons signaient la fin de leur petite exploration. Serrant les poings, elle opina docilement le laissant lancer ses sorts de protections. Pour avoir déjà collaborer avec des mages, elle connaissait la sensation propre aux barrières et lui offrit un nouvel hochement de tête en signe d’approbation. Ce genre de détails pouvaient lui sauver la vie.

S’engageant à nouveau dans les couloirs, elle scruta à nouveau l’obscurité mais cette fois ce n’était pas pour profiter de l’architecture. Tous ses sens étaient en alerte, guettant la moindre manifestation suspecte. Solas avait pris les choses en main, donnant des ordres sans souffrir qu’ils soient discutés. N’ayant pas l’intention de se mettre en danger, de les mettre en danger, elle obtempéra donc avec beaucoup de bonne volonté, restant le plus proche possible de lui de crainte qu’une ombre ne surgisse dans son dos. De toute manière, dans un moment comme ça, la presence d’un autre être vivant capable de combattre les démons étaient suffisamment rassurantes pour qu’elle s’en approche le plus possible tel un papillon attiré par la lumière.

Un cri perçant finis par troubler leur chemin suivis de plusieurs crissements morbides qui indiquaient la présence incontestable de démons. Solas reconnu aussitôt un démon du désespoir et des squelettes, ce qui n’était pas réjouissant. Aucun démon ne l’était, mais Irisviel s’était assez intéressée à ces créatures pour savoir que ces créatures de glaces étaient particulièrement vicieuses et mobiles. De vrai saletés qu’elle n’avait aucune chance de pouvoir affronter.

Prudent et réfléchis, Solas lui exposa sa stratégie : il allait s’arranger pour occuper les démons et elle devait courir à toute allure vers la sortie pour chercher des secours. Un air de déjà vu dans la gorge, Irisviel opina malgré sa bouche sèche. Le fait d’entendre le gargouillis des cadavres lui donnait des sueurs froides mais son instinct de survis l’empêcherait de lambiner. Du moins, il fallait l’espérer.

Prête à réagir, elle attendit donc sagement le fameux signal de Solas. Aussitôt que son premier sort fut lancé, elle se rua vers la sortie en prenant garde à ne pas trébucher sur les débris qui jonchés le sol. Dès qu’elle eut dépasser l’affrontement, elle s’époumona dans l’espoir d’être entendu et c’est au moment où elle tournait à un angle une dizaine de mètres plus loin qu’elle le vit.

Son appel au secours se transforma en un cri strident. Par réflexe, elle se protégea le visage avec les bras et amorça un volte face mais ce ne fut pas suffisant pour empêcher le violent coup de fouet électrique de la frapper de plein fouet. La barrière absorba la magie mais pas le choc de l’impact qui fit trembler les jambes d’Irisviel. Appelant à l’aide – en direction de Solas cette fois – elle fit mine de faire demi tour mais le démon de l’orgueil la frappa à nouveau, la faisant voler plusieurs mètres en arrière, percutant Solas de plein fouet.

A ce moment, elle réalisa l’importance de la mention de « en parti » pour le fait d’absorber les dégâts physiques. La chute qui aurait pu la tuer se contenta de l’assommer, engourdissant ses membres alors qu’elle avait presque l’impression de sentir son squelette vibrer.

Tout son corps lui faisait mal, mais particulièrement son flanc droit qui avait subi l’impact du monstre. Elle avait sans doute une ou deux côtes cassés, possiblement une hémorragie interne mais quelque part elle était trop secouée pour réaliser ce qui se passait. L’adrénaline n’empêchait pas la douleur mais elle la diminuait fortement. Le rire cruellement amusé de leur ennemi la tira de ses songes et avec difficulté, elle roula sur le côté, libérant le corps de Solas pour que au moins il puisse agir.

Elle n’était pas une grande combattante, elle ne pouvait pas l’aider, surtout que ce banal mouvement lui avait déjà arraché un grognement de douleurs. Tout son esprit cherchait la fuite et c’est bien pour ça qu’une idée germa.

« La pièce », souffla-t-elle « Si on réactive le piège, on sera à l’abri au moins un temps », articula-t-elle malgré sa respiration légèrement saccadée, attendant de voir ce qu’il en pensait. Elle ne pouvait pas savoir qu’il n’y avait pas de piège, et elle n’avait aucune idée de la difficulté que représenter ses deux démons pour lui. Une chose était sûre, les deux barrières étaient sur le point cédé et le démon de l’orgueil les avait rejoint, barrant de son corps massif, le chemin vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La leçon [PV : Irisviel] - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» Période d'essai terminée : Gray
» [Terminé] Event # 27 - Nightmare Castle - Astuces
» Lily Evans [Terminée]
» [Indéterminée] [Caco] plus de connexion internet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Thédas :: La Dalatie ; :: Les tombes Émeraudes-