— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

[Terminé] Femmes savantes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
Wild and dangerous Witch ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : So-chan
— MISSIVES : 82
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— PRESTIGE : 274
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Ferelden
— LIEU D'HABITATION : Palais d'Hiver, Orlaïs
— ÂGE : 30 ans
— RANG SOCIAL : La lie de la société en velours
— PROFESSION : Conseillère aux affaires mystiques de l'impératrice Celene Valmont Ière
— FACTION : Mages
— ARMES : Bâton de mage, magie metamorphe
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle (d'après ses dires)

MessageSujet: [Terminé] Femmes savantes Lun 26 Juin - 0:22

L'Université d'Orlaïs était de ces bâtisses qui, unique en leur genre, faisait parler d'elles et dont les dirigeants mettaient tout en œuvre pour accroître leur réputation. Un bal avait été organisé afin de permettre à tout un chacun de profiter de l'ambiance des lieux, de s'en imprégner et, qui sait, éveiller un quelconque intérêt pour les études dans le cœur de potentiels étudiants. Ça ou leur faire miroiter un univers riche en rencontres sentimentales. Riche ou pauvre tous étaient conviés. Bien évidemment une tenue correcte était exigée.

Morrigan s'était invitée d'elle-même, devançant même les missives envoyées par l'Université aux grandes pontes du pays. La sorcière n'avait qu'une vague idée de ce qu'était une Université, n'ayant jamais mis les pieds dans un quelconque système scolaire. Son intérêt ne se portait pas aux jardins occupant le patio, ni même à l'identité des enseignants et étudiants, mais au contenu de certains cours. L'Université avait déjà mené scandale pour ses propos des plus libérés au sujet de la magie, occasionnant plus d'une fois quelques conflits avec la Chantrie.

Morrigan voulait en savoir plus. Entre ces murs de marbre devaient se dissimuler quelques âmes trop fières pour se taire, trop têtues pour dompter leurs propos. Des âmes à la mesure de la sienne. Des âmes qui méritaient son intérêt.

Le bal était fastueux, comme tout événement se déroulant en Orlaïs. Morrigan salua plus d'un visage, évita plus d'un baisemain. Elle ne saurait jamais s'habituer à ces salutations humaines consistant à malaxer la chair de son interlocuteur et le couvrir de sa salive. Écœurant. La sorcière finit par filer entre les danseurs, les pans de sa robe fouettant le marbre du sol. La sorcière plongea, avec délice, au sein de la brise nocturne qui soufflait dans le patio. Un large jardin où glougloutait une fontaine, pris d'assaut par plus d'un visiteur qui, s'il ne profitait pas du buffet, chuchotait en compagnie d'un interlocuteur sous l'ombre des arbres.

Morrigan détourna les yeux d'un couple se bécotant plus que de raison, plus par ennui que véritable gêne. Il y avait des comportements qui ne changeaient jamais, que l'on soit vêtu de lin ou de soie.

Une voix brisa le calme régnant sur le patio, figeant les couples et les bavards. Un homme traversait l'allée, se ruant droit sur Morrigan qui ne put qu'attendre, se permettant un haussement de sourcils. L'homme, grisonnant, accusant bien ses cinquante ans d'âge, s'inclina, la couvrit d'éloges que Morrigan chassa d'un haussement d'épaules comme pour se défaire d'un manteau trop lourd. Derrière lui une silhouette se dessinait, éclairée par les lanternes que l'on avait disposées dans les frondaisons. Les oreilles fines, allongées, qui sortaient de la chevelure titillèrent la curiosité de la sorcière.

Une elfe.

« Qui est cette dame qui vous accompagne ? »

La question de la sorcière avait brisé le monologue de l'homme qui eut un regard rapide, presque courroucé, envers l'elfe comme si elle avait incité la conseillère à l'interrompre.

« Une de nos meilleures étudiantes, conseillère. Irisviel Mavias. Son savoir pourrait vous intéresser, je suppose. Ses travaux portent sur les langues anciennes et barbares. Elle était l'assistante de feu... »
« Les langues barbares. » Les mots roulaient sur la langue de Morrigan, en appréciant la sonorité. Son regard était fixé sur l'elfe. L'homme était oublié, ellipsé même de la scène. « Seriez-vous dispose à me parler plus avant de vos travaux Irisviel ? J'étudie moi-même les magies antiques , celles datant des ères dites barbares. Vos connaissances pourraient m'être fort utiles. »

Et puis cela l'intriguait de voir une elfe à un tel poste, espèce réduite à l'esclavage par les humains, ne trouvant la liberté qu'au sein de terres oubliées, auprès des Dalatiens.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasmagorie.forumactif.org/

hello, my name is...
En ligne
avatar
Linguiste enflammée ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 723
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Mellissandre Alirius
— CRÉDITS : Zhongfeng Lee
— PAIRING & OTP : Solaviel !
— PRESTIGE : 1672
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Orlaïs mais voyage beaucoup
— ÂGE : 28 ans
— RANG SOCIAL : Civil, étudiante-chercheuse à l'Université d'Orlaïs
— PROFESSION : Linguiste & traductrice spécialisée dans les langues anciennes
— FACTION : Aucune pour l'instant
— ARMES : Un stylet empoisonné
— O.SEXUELLE : Bisexuelle
— AMOUREUSEMENT : L'Amour n'existe pas

MessageSujet: Re: [Terminé] Femmes savantes Lun 26 Juin - 11:50

Les mondanités orlésienne. Beaucoup les adoraient, d’autres les abhorraient mais Irisviel ne faisait parti d’aucune de ses catégories. En effet, elle ne s’y rendait ni avec enthousiasme, ni avec dégoût, considérant chaque soirée comme un audacieux défi à relever. Certes, elle aurait préféré poursuivre ses travaux mais elle devait bien reconnaître que si l’on savait éviter les crocs empoisonnés des vipères beaucoup d’opportunités dormaient sous les masques colorés. En s’y rendant, elle ne savait jamais si elle gagnerait un mécène, un admirateur ou un ennemi et c’est bien ce qui rendait ses moments aussi pénibles qu’exaltant. Finalement, les mondanités pour elle était un mal nécessaire auquel elle avait été habitué dès sa plus tendre enfance, son rôle au sein de ses dernières avait simplement évolué.

Quoi que.

Lorsqu’une baronne lui demanda à boire comme si elle était une simple servante, Irisviel eu un désagréable goût de déjà vu sur les lèvres qui menaça d’affadir son sourire. Pourtant, elle le maintint, rayonnante. Clairement, cette requête était une simple provocation d’une noble désireuse de faire glousser ses amis et de se sentir puissante. Après tout, bien que n’ayant pas d’amour particulier pour la mode orlésienne, Irisviel portait une tenue outrancièrement luxueuse justement pour ne pas laisser d’ambiguïté sur son statut : les servantes ne se promenait guère vêtues d’une soie céruléenne et vaporeuse brodée de fils argentés.

Ainsi, il était clair que ses paroles n’étaient mues que par un désir de l’humilier mais aussi frustrant que cela puisse être, Irisviel ne pouvait pas juste les envoyer paître… Au coeur du noble Jeu, la subtilité et les élégantes pirouettes étaient de mises en toute circonstance.

Aussi utilisa-t-elle une stratégie qu’elle aimait beaucoup pour étaler sa supériorité, à savoir demander le plus naturellement du monde quelle boisson elle désirait. En Tevene. Face à l’incompréhension légitime de son interlocutrice, elle répéta sa question, en Antivan cette fois. Son amie qui manifestement le parler gloussa en comprenant de quoi il en retournait mais la solidarité ne faisait pas parti des valeurs orlésiennes, aussi ne fit-elle aucun mouvement pour tirer sa camarade du guêpier dans lequel elle s’était fourrée. Comble de l’ironie, une vrai servante passa près d’elles à ce moment là, transportant un plateau chargée de verres, se servant adroitement, Irisviel en récupéra un et commença à le siroter en fixant son interlocutrice. Laissant encore quelques longues et embarrassantes secondes s’écouler, Irisviel finit par faire une petite révérence de courtoisie.

« Bon, vous informerez un serviteur quand vous vous serez décidé, je voulais vous être agréable mais vous comprendrez que j’ai fort à faire ce soir », conclu-t-elle avant de s’éclipser drapé dans une condescendance impériale. Un jour, elle savait bien qu’elle serait piégé par quelqu’un qui connaissait le tevene, mais en attendant un petit sourire victorieux flottait sur ses lèvres.

Arpentant les couloirs qu’elle connaissait si bien, Irisviel finit par croiser un professeur qui lui était sympathique et elle entama naturellement la conversation. Profitant ainsi de l’aura de son interlocuteur pour avoir la paix : personne n’était assez impoli pour venir la mépriser devant ses yeux, alors qu’elle marchait à ses côtés comme une égale.

Toutefois, alors qu’ils atteignaient le patio, son bouclier de circonstance s’agita soudainement pour saluer avec empressement une dame à l’aura aussi dédaigneuse que vespérale. Restant poliment en retrait pendant qu’il la couvrait de compliments, Irisviel observa les traits de la jeune femme, son titre teintant à ses oreilles comme une vieille chanson. Conseillère... Elle était persuadé d’avoir déjà vu cette personne quelques part mais sans son patronyme, c’était difficile d’en juger. Après tout, il y avait une bonne centaine de « conseillers » en tout genre à Val Royeaux, restait à savoir dans quelle catégorie elle jouait.

La lumière se fit alors qu’elle se perdait dans les reflets obscurs de la robe, leurs ombres lui évoquant avec force le rôle de la demoiselle. Conseillère mystiques de Célène. Le genre de personne à connaître de sombres arcanes bien loin des bonnes paroles de la Chantrie.

Une femme selon son goût.

Alors qu’elle réfléchissait patiemment à un moyen d’engager la conversation, ce fut son interlocutrice qui le fit, demandant à ce que son identité soit déclinée au grand dam du professeur qui aurait sans doute poursuivre sa sérénade de mots mielleux. Ignorant le regard courroucé de l’érudit, Irisviel songea que Morrigan était une personne fort curieuse pour oser ainsi couper la parole à un éminent membre de l’Académie. Au vu de son regard courroucé, c’était elle qui allait payer son manque de politesse mais soit, son propre désir de faire connaissance s’accommodait de cette légère contrariété. Et puis, si le professeur était si fasciné que ça par le conseillère, elle pourrait toujours s’en servir comme levier pour s’attirer ses faveurs, si tenté que la soirée se déroule bien évidemment.

Jouant les modestes alors qu’on énonçait ses talents, Irisviel s’inclina gracieusement, un sourire plus vivace aux lèvres tandis que son interlocutrice parlait de leurs intérêts communs. Ne pratiquant pas la magie, Irisviel devait tout de même reconnaître que cela l’avait toujours enchanté, langues anciennes et arcanes mystiques étant souvent inextricablement liées dans les temples qu’elle étudiait.  

« Cela serait un véritable honneur que de pouvoir collaborer avec vous, Conseillère », répondit-elle donc sobrement en effectuant une énième révérence, son verre à peine entamé toujours dans une main. « Le professeur Louis de Beaupont ne tari pas d’éloge sur l’immensité de votre savoir, je me flatte donc de votre intérêt envers mes modestes travaux », ajouta-t-elle aussitôt, regagnant une partie des faveurs du professeur en question qui s’empressa d’opiner. En réalité, ils n’avaient jamais eu cette conversation, mais Irisviel était passé maîtresse dans l’art de mettre les personnes importantes dans de bonnes dispositions à son égard.

Comprenant que sa présence n’était plus requise, l’érudit eu la politesse de s’excuser et de s’éloigner non sans un dernier regard pour Morrigan.

Comme il était peu élégant de rester planter comme des choux au beau milieu du patio, Irisviel commença à marcher lentement pour en faire le tour, usant l’allure d’une paresseuse promenade propice à la discussion.

« Barbare est un bien vilain mot, je trouve », commença-t-elle avec nonchalance, entamant ainsi leur conversation. « Au delà d’oublier la relativité de la notion de civilité, il est bien trop polysémique à mon sens. En effet, un seul terme pour englober la complexité et l’éclectisme des centaines de cultures qui ont fleuri bien avant me parait hasardeux. Pour ma part, je parle le Ciriane qui est lui même composé d’une quinzaine de dialectes différents et pourtant je suis loin de pouvoir prétendre connaître toutes les langues dites ‘barbares’ d’orlaïs… Alors dites moi madame la Conseillère, quels ‘barbares’ ont su captés votre intérêt ?  », conclu-t-elle désireuse de mieux connaitre le champ d'expertise de son interlocutrice. En effet, elle avait fort à dire sur toutes ses expéditions et articles universitaires mais il aurait été bien impoli de déployer son curriculum vitae dans un interminable monologue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Wild and dangerous Witch ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : So-chan
— MISSIVES : 82
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— PRESTIGE : 274
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Ferelden
— LIEU D'HABITATION : Palais d'Hiver, Orlaïs
— ÂGE : 30 ans
— RANG SOCIAL : La lie de la société en velours
— PROFESSION : Conseillère aux affaires mystiques de l'impératrice Celene Valmont Ière
— FACTION : Mages
— ARMES : Bâton de mage, magie metamorphe
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle (d'après ses dires)

MessageSujet: Re: [Terminé] Femmes savantes Dim 2 Juil - 21:05

Morrigan avait eu à peine une oeillade pour le professeur universitaire qui avait fil, bon chien obligeant, pour laisser le champ libre aux deux femmes. L'une d'elles, voire toutes deux, subiraient les interrogations multiples de cet homme afin d'épancher sa curiosité concernant leur échange. La sorcière n'en avait cure, son attention s'accaparant entièrement l'elfe qui devisait à ses côtés avec des manières orlésiennes. Sa façon de se mouvoir, de parler, d'agiter doucement le verre pour mieux ponctuer une phrase, tout respirait le Jeu – cet art de s'enrouler dans de multiples couches de raffinement et de si bien s'y emprisonner qu'on pourrait se tromper soi-même.

Morrigan le maniait aussi, à petites doses. Son cynisme latent reprenait bien vite le relais, le naturel revenant au galop, chevillé au corps. La sorcière avançait aux côtés de Irisviel attrapant un verre de vin qu'une servante portait, tenant haut son plateau en veillant à ne rien renverser. Une débutante engagée pour remplir les effectifs demandés.

« J'aime la consonance de barbare. Vous le prononcez et tous, sans même savoir de quoi vous parler, plissent la bouche comme si vous veniez de prononcer une insulte. » Morrigan s'humecta la gorge, fit clapoter le vin contre les rebords du verre. « Vous connaissez les terres sauvages de Korcari ? Y faire pousser une laitue relève du miracle... ou de la magie. J'ai grandi là-bas. Autant vous dire que barbare est un adjectif qu'on m'a souvent accolé. Il me plaît. Ça signifie que je ne rentre pas dans le moule qui convient à civilisé. » Morrigan eut un soupir, leva les yeux au ciel. « Je ne supporte pas les petites cases. »

Un banc se profila dans leur champ de vision et un banc miraculeusement dépouillé de toute présence importune comme un couple se bécotant en se pétrissant mutuellement. La sorcière s'y avança à pas comptés mais avec la marche chaloupée qui faisait comprendre à quiconque qu'elle avait jeté son dévolu sur ce siège et qu'elle ne le laisserait à personne. Y prenant place, la sorcière tapota la place demeurée vacante à ses côtés et que ses jupes ne recouvraient pas sous leurs tulles.

Laissant toute latitude à Isriviel sur le fait qu'elle accepta, ou non, cette invitation, la sorcière, pour sa part, prit ses aises. Le banc avait le mérite de permettre d'avoir une vue large des jardins, aussi bien sur le plan visuel que auditif. Demain matin les domestiques auraient fort à faire pour nettoyer ces plans de fleurs transformés, l'espace d'une nuit, par une fête bacchanale – sans compter les invités, encore ivres, retrouvés dans les buissons.

« J'ai une préférence pour les temps anciens concernant mes études. » reprit Morrigan comme si de rien n'était. « Cette époque où votre race vivait encore au sein de Arlathan et a créé ces miroirs qui font la force de plus d'un conte... Les Eluvians. En avez-vous déjà vu Isriviel ? J'ai toujours voulu en approcher un. » disait-elle alors qu'elle l'avait déjà accompli mais, cela, elle ne pouvait pas l'avouer à la première venue et encore moins au sein d'une troupe d'orlesïens. Tout se savait à Orlaïs et le moindre murmure s'il ne se retrouvait pas noir sur blanc le lendemain, finissait déformé et amplifié par le bouche à oreille. « Avez-vous pu en étudier ? »

_________________


Dernière édition par Morrigan le Lun 10 Juil - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasmagorie.forumactif.org/

hello, my name is...
En ligne
avatar
Linguiste enflammée ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 723
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Mellissandre Alirius
— CRÉDITS : Zhongfeng Lee
— PAIRING & OTP : Solaviel !
— PRESTIGE : 1672
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Orlaïs mais voyage beaucoup
— ÂGE : 28 ans
— RANG SOCIAL : Civil, étudiante-chercheuse à l'Université d'Orlaïs
— PROFESSION : Linguiste & traductrice spécialisée dans les langues anciennes
— FACTION : Aucune pour l'instant
— ARMES : Un stylet empoisonné
— O.SEXUELLE : Bisexuelle
— AMOUREUSEMENT : L'Amour n'existe pas

MessageSujet: Re: [Terminé] Femmes savantes Jeu 6 Juil - 0:31

Irisviel n’aurait jamais deviné en ce levant ce matin, qu’elle aurait l’opportunité de disserter sur le mot barbare avec la conseillère de l’occulte de Célène. Pourtant, elles étaient bien là à bavarder indolemment en marchand d’un pas tranquille un verre en main.

Le commentaire de sa comparse lui tira un sourire amusé et policé, un rictus façonné par des années de pratiques plus ou moins assidu du Jeu. Son interlocutrice n’aimait pas les petites cases ? Et pourtant, elle offrait un spectacle d’apostat rebelle et indomptable. Il y avait toujours des petites cases pour schématisé un individu. Elle en faisant les frais chaque jour de sa vie.

Malgré tout, il fallait bien reconnaitre à Morrigan qu'elle s'éloignait des clichés qu'on aurait pu lui prêter. Ses manières étaient bien plus raffinée qu’on ne l’aurait cru, peut-être était-ce là sa méthode pour combattre les préjugés : osciller entre la vulgarité désintéressé et l’élégance de la noblesse.

« S’il vous plait d’entendre le mot ‘barbare’ prononcé avec mépris, vous êtes au bon endroit en effet », déclara-t-elle en réponse, notant dans un coin de son esprit les origines de la sorcière. Il y avait effectivement une tribus de barbares au sens propre du nom, les chasinds, qui avaient autrefois piqué sa curiosité. Peut-être pourrait-elle l’interroger plus avant ? Mais pour l’heure, elle en était toujours à disserter sur cette insulte très prisée par les siens.

« Après tout, Orlaïs est le pays qui se targue d’être le plus civilisé de tout Thedas... Ce mot est tellement galvaudé, même les Fereldiens y ont droit. Et, bien entendu, ce sont les nobles qui l'aiment le plus... », conclu-t-elle consciente que la clairvoyance était une qualité. Personne ne lui causerait d’ennuis pour souligner les traits saillants de son pays, surtout quand ils étaient véridiques. Même si en vérité, Tevinter n'était pas en reste en orgueil. Il était fascinant de voir comme deux cultures si opposées pouvaient clamer la même chose...

Leur périple tranquille les amena jusqu’à un banc miraculeusement vide et donc propice à la discussion. Farouche comme un chien qui défend son os, Morrigan s’assura que la place leur revienne et Irisviel accepta gracieusement son invitation, prenant donc place à ses côtés. Les jambes croisés dans une posture tout à fait élégante – il y avait des yeux partout même si on ne les voyait pas – leur petit discussion pu donc reprendre.

Cette fois, la sorcière l’amena sur un terrain beaucoup plus lointain, et qu’à la réalité, elle ne maitrisait pas bien. Même si son visage de façade resta parfaitement lisse et amène, Irisviel grogna intérieurement. Pourquoi tout le monde s’imaginait qu’elle était une spécialiste de la période d’Arlathan sous prétexte qu’elle était une elfe ? Ne réalisait-il pas le fossé qu’il y avait entre les citadins et les dalatiens ? Sans compter qu’elle n’était pas sûre des connaissances réelles de ces clans des forêts…

« Malheureusement, je n’ai jamais approché un de ses miroirs magique », répondit-elle finalement en tempérant le dédain dans sa voix alors qu’elle prononçait le mot magique. Non pas qu’elle abhorre la magie, mais en l’occurrence elle employait avec subtilité le terme comme synonyme d’affabulation. Elle avait bien du mal à croire que ces choses ne soient pas le fruit d’une légende distordue comme il y en avait tant. Mais enfin, puisque cela semblait tant fasciner la conseillère, elle devait bien reconnaître que sa curiosité était éveillée.

« A vrai dire, je ne suis guère une spécialiste d’Arlathan, les dalatiens conservent bien trop précieusement leurs secrets. Mon domaine de prédilection est davantage le grand Empire Tevintide qui a succédé à cette période, et mes travaux actuels porte sur la fin de ce dernier, peu avant l’avènement d’Andrasté », expliqua-t-elle décidée à bien faire comprendre à son interlocutrice que si elle désirait uniquement parler de cette période.

« Ceci dit, je dois dire que vous m’intriguez, avez-vous découvert quoi que ce soit qui puisse attesté de la réelle existence des éluvians ? Le malheur de l’Histoire est qu’il parfois atrocement difficile de démeler le conte de la réalité, bien que les légendes ont généralement un fond de vérité... », conclu-t-elle avec un soupir aérien, comme pour évacuer le fardeau qui pesait sur ses épaules en tant qu’historienne. Ou du moins assistante d’un historien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Wild and dangerous Witch ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : So-chan
— MISSIVES : 82
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— PRESTIGE : 274
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Ferelden
— LIEU D'HABITATION : Palais d'Hiver, Orlaïs
— ÂGE : 30 ans
— RANG SOCIAL : La lie de la société en velours
— PROFESSION : Conseillère aux affaires mystiques de l'impératrice Celene Valmont Ière
— FACTION : Mages
— ARMES : Bâton de mage, magie metamorphe
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle (d'après ses dires)

MessageSujet: Re: [Terminé] Femmes savantes Lun 10 Juil - 15:48

Oh une sceptique concernant la magie ancienne ? Morrigan crut le déceler en percevant l'elfe prononcer le terme magique avec un cynisme non dissimulé. Au moins n'était-elle pas tombée sur l'un de ces individus qui, gobant la moindre légende, l'avalait toute crue sans même chercher à la décortiquer. Plissant les yeux avec des mines de félin, l'apostate écoutait son interlocutrice, réprima un soupir d’exaspération en constatant que le domaine d'études de la chercheuse était fort éloigné du sien. Mais, qui sait, suite à leur échange, Isriviel s'intéresserait peut-être à quelques éléments échappant à son domaine d'études. C'était là un fin et fol espoir néanmoins il n'était pas à négliger.

Morrigan vida son verre de vin le déposant au pied de son banc, laissant les lanternes jeter leurs lueurs miroitantes sur le verre.

« Qui sait, j'en ai peut-être même un en ma possession. » minauda la magicienne jouant la carte de l'énigme, se faisant pêcheur jetant des appâts afin de ferrer sa prise. « Les largesses de l'impératrice Célène m'ont permis d'acquérir aisément nombre d'objets et d'ouvrages sur les plus anciennes des magies. Oh, je puis vous confier une chose si vous le souhaitez... »

La sorcière se pencha auprès d'Isriviel, son souffle effleurant les oreilles de l'elfe, leurs coudes se touchant.

« J'en ai déjà vu un d'eluvian. Mais je ne vous dirais nullement où il se trouve. C'est mon petit secret. »

Prononcer ces quelques mots revenaient déjà à trop dire. Plus d'un y jetterait sa foi sans même chercher une preuve de ces dires – on ne badinait pas au sujet des eluvians, on les traquait comme d'autres quêtaient les cendres d'Andrasté à jamais disparus. Morrigan reprit sa place, laissa son interlocutrice mijoter avec ces informations.

« Malgré tout vos recherches m'intriguent. Quel est votre avis sur Andrasté ? La Chantrie assure qu'elle est la Protégée du Créateur, son équivalente, pratiquement sa femme. Et les plus prosaïques assènent qu'elle n'aurait été qu'une magicienne, fort douée, mais mortelle comme nous tous et toutes. Je rejoins l'avis des secondes pour tout vous dire. Il faut dire que j'ai pu voir le temple dédié à cette femme. » Une moue sceptique flétrit le visage de l'apostate. « J'ai été particulièrement déçue, je dois vous avouer. Tout cela ne ressemblait qu'à un gigantesque tombeau poussiéreux hanté par un esprit trompant son ennui en jouant avec les visiteurs. Et l'urne funéraire... Un pot de cendres. Je puis en faire autant en rassemblant pendant des jours les résidus de ma cheminée. »

Morrigan accompagna ses paroles d'un haussement d'épaules démontrant là toute sa pensée au sujet d'Andrasté – on en faisait beaucoup de bruit mais les traces qu'elle avait laissé n'étaient guère reluisantes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasmagorie.forumactif.org/

hello, my name is...
En ligne
avatar
Linguiste enflammée ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 723
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Mellissandre Alirius
— CRÉDITS : Zhongfeng Lee
— PAIRING & OTP : Solaviel !
— PRESTIGE : 1672
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Orlaïs mais voyage beaucoup
— ÂGE : 28 ans
— RANG SOCIAL : Civil, étudiante-chercheuse à l'Université d'Orlaïs
— PROFESSION : Linguiste & traductrice spécialisée dans les langues anciennes
— FACTION : Aucune pour l'instant
— ARMES : Un stylet empoisonné
— O.SEXUELLE : Bisexuelle
— AMOUREUSEMENT : L'Amour n'existe pas

MessageSujet: Re: [Terminé] Femmes savantes Mar 11 Juil - 14:28

Courtoise, élégante, souriante. Trois adjectif qui qualifiait parfaitement Irisviel à tout instant de cette conversation. Aucun œil extérieur ne pouvait savoir l’exaspération qui emplissait la jeune demoiselle alors que Morrigan vanter les fonds alloués par Célène. Elle qui était obligé de charmer moult mécènes pour pouvoir s’offrir une expédition, trouvait cela fort injuste qu’une personne n’est qu’à claquer des doigts pour obtenir tout ce qu’elle désirait. Finalement, peut-être qu’elle devrait considérer la carrière de sorcières des terres sauvages puisque le mystique semblait être tant en vogue.

Toutefois, cette jalousie fut rapidement remplacée par une curiosité suspicieuse alors que Morrigan jouait les mystérieuses en soufflant à son oreille qu’elle avait déjà vu un Eluvian mais qu’elle n’en dirait mot. Une annonce ô combien audacieuse qu’elle s’empressa de balayer ensuite en changeant nonchalamment de sujet de conversation.

Honnêtement, la sorcière était difficile à cerner, que voulait-elle exactement de cette conversation ? Croyait-elle qu’elle cachait quelques secrets et que prétendre avoir vu un Eluvian la rendrait bavarde ? Souhaitait-elle juste la rabaisser et se valoriser par la même occasion ? Cela n’aurait pas été la première fois qu’elle aurait assister à ce genre de procédé.

« Ces même Eluvians que vous disiez quelques instants plus tôt rêver de voir ? », rétorqua-t-elle montrant la contradiction de son discours. Mentir était tout à fait normal quand on jouait au Jeu, mais se faire prendre en train de mentir, c’était une maladresse inexcusable. Peut-être Morrigan s’en fichait-elle, peut-être ne pratiquait-t-elle pas au Noble Jeu, mais Irisviel retirait une certaine satisfaction en relevant ce détail. Une de ses deux assertions était fausse.

Buvant délicatement une gorgée de verre – elle faisait toujours très attention à ne pas finir ivre – Irisviel renchérit.

« Les mystères sont bien commodes, mais si je puis me permettre un conseil Madame la Conseillère, évitez d’en abuser, ils ont ça de problématique qu’on ne peut pas en vérifier la véracité. Cela serait dommage de perdre tout crédibilité en passant pour une affabulatrice », conclu-t-elle en reprenant une gorgée de vin, le visage toujours amène malgré le sous-entendu indéniable porté par ses pâroles. Elle ne la croirait pas sans plus de détails. Rien n’obligeait Morrigan à la convaincre – elle devait bien se ficher de l’avis d’une jeune érudite – mais elle finirait par perdre toute crédibilité à évoquer des secrets sans pouvoir en dire plus. Or, c’était sa crédibilité dans les arts occultes qui lui valait sa place près de Célène. Le calcul était simple…

Ceci dit, puisqu’elle voulait changer de sujet, Irisviel fit de même, employant la même indolence pour soudainement se désintéresser des éluvians et parler d’Andraste sans la moindre transition.

« Honnêtement, je laisse à la Chantrie le soin de décider du degrés de divinité d'Andrasté, je ne suis guère la mieux placer pour prétendre comprendre les desseins du Créateur », déclara-t-elle en tout humilité, évitant soigneusement le fait qu’elle ne croyait pas en lui, son jugement était donc fait depuis bien longtemps. « Tout ce que je peux affirmer en tant que linguiste et historienne c'est qu'elle a bel et bien existé », reprit-elle en reprenant un air sérieux, concentré dans son argumentation, car si le sujet n’était pas aussi palpitant que les eluvians, il n’en restait pas moins très intéressant.

« Cependant, je ne crois pas en cette théorie qui fait d’Andraste une mage. Pour moi, les talents incroyables qu’on lui prête sont une parabole, de la propagande pour la glorifier comme on le fait avec tous les chefs. Si elle avait été mage, on peut imaginer qu’elle l’aurait revendiquer pour éviter qu’ils ne soient diaboliser durant sa lutte contre les Magister. Mais admettons qu’elle ait craint que cela n’affaiblisse sa position, dans ce cas elle l’aurait soigneusement dissimuler pour ne pas que l’on se retourne contre elle car cela aurait été une aubaine pour les Magister. Or, tous les miracles qu’on lui prête ne vont pas dans ce sens. En outre, on ne trouve rien à ce sujet dans les archives de l’époque, pas un Tevintide pour tenter de la discréditer dans un pamphlet accusateurs. Certes, ce sont les gagnants qui forment l’Histoire mais l’empire actuel n’a aucun intérêt à étouffer ce fait, or même dans leurs bibliothèques on ne trouve rien », expliqua-t-elle, montrant par la même un esprit rigoureux et passionné. Mais, il y avait plus que les faits qui motivait sa position.

« En outre, je dois admettre que je préfère l’idée qu’Andraste ait été une femme normale mais doté d’une force de caractère suffisante pour inspirer. J’ai envie de penser qu’un individu lambda puisse unir les foules par son charisme, son talent, son autorité, le respect qu’il invoque.  Car cela veut dire que n’importe qui peut marquer l’Histoire. Qu’il n’y a pas besoin d’être un élu ou un mage pour accomplir de grandes choses », ajouta-t-elle d’une voix tout à fait empathique dont l’éloquence de faiblit pas alors qu’elle poursuivait son discours.

« Et je pense que l’Impératrice Celène en est un exemple fascinant, elle qui règne avec autorité mais subtilité, faisant preuve d’une clairvoyance similaire à Andraste sur le rôle que les elfes ont à jouer », conclu-t-elle, consciente qu’elle frôlait le blasphème en citant ainsi Célène comme une héritière mais l’Impératrice avait toujours été la vrai héroïne d’Irisviel.

Bien entendu, elle aimait les exploits du héros de Felreden ou de Hawke, mais c’est leur souverain qui l’impressionnait réellement par son parcours, sa force de caractère et sa volonté de mettre en place des réformes progressistes malgré la pression du Duc de Chalon. Sans elle, jamais Irisviel n’aurait pu être là ou elle était aujourd’hui et c’est bien pour ça qu’elle avait une telle admiration envers Célène qui n’avait rien de chauvain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Wild and dangerous Witch ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : So-chan
— MISSIVES : 82
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— PRESTIGE : 274
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Ferelden
— LIEU D'HABITATION : Palais d'Hiver, Orlaïs
— ÂGE : 30 ans
— RANG SOCIAL : La lie de la société en velours
— PROFESSION : Conseillère aux affaires mystiques de l'impératrice Celene Valmont Ière
— FACTION : Mages
— ARMES : Bâton de mage, magie metamorphe
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle (d'après ses dires)

MessageSujet: Re: [Terminé] Femmes savantes Dim 16 Juil - 23:02

« Ces même Eluvians que vous disiez quelques instants plus tôt rêver de voir ? »
« C'est bien, vous suivez la conversation ! » répliqua Morrigan sans se démonter.

Elle n'était pas aussi versée que l'elfe dans l'art du Noble Jeu, préférant foncer au sein des quilles disposées plutôt que de louvoyer des heures entre elle. La sorcière pouvait faire preuve de patience certes mais elle possédait des limites à ne pas dépasser outre mesure – et les salamalecs dont faisaient preuve les nobles orlésiens avaient la fâcheuse tendance à lui faire bouillir les sangs.

Isriviel avait beau jouer d'un raffinement qui l'aurait fait passer pour une noble dame auprès de n'importe quel Féreldien, elle n'était pas sotte... et semblait vouloir la jauger en lui lançant quelques mots bien sentis, lui soufflant même des conseils. Ne pas s’enrubanner de trop de mystères au risque de perdre toute crédibilité ? Cela, Morrigan ne pourrait jamais cesser de le faire. En son esprit sorcière et mystère n'étaient que des synonymes, deux faces d'une même pièce que tout à chacun confondait. Et si jamais la situation s'envenimait à son désavantage, ma foi, Morrigan savait quel carte jouer – une petite métamorphose surprendrait tant qu'on ne l'embêterait plus.

Dommage tout de même qu'elle n'ait jamais su se transformer en dragon, cela aurait fait sensation. Un secret que Flemeth n'avait jamais voulu partager – fichue mage aigrie et imbue d'elle-même. Sûr que ce n'était pas avec un doux caractère qu'elle était entrée dans les légendes, pas comme Andrasté dont Isriviel tissait un tout autre visage, sa propre vision du personnage. Morrigan approuva cette idée, hochant la tête.

« Vous croyez que la Chantrie approuverait si l'on découvrait, un jour, qu'Andrasté était une simple bergère, gardienne de moutons, et qu'elle a répondu à la voix du Créateur ? Beaucoup apprécieront l'image du dévot simple qui s'élève, touché par la Grâce. Mais d'autres, les hauts placés, ceux qui se sont enrichis, ils craindront pour leurs sièges. Oh, cela donnerait presque envie... » Morrigan avait le sourire aux lèvres. « Cela conduirait peut-être à un bon ménage de l'ordre. Je n'ai rien contre la religion, mais je ne supporte pas les prêtres et prêtresses. Soient leur dévotion leur bouche l'esprit, soit, sous couvert d'adorer le Créateur, ils louent un dieu bien plus... matériel. »

La corruption dans la religion – un chapitre à lui tout seul qui pourrait les occuper des heures – mais là n'était pas le propos. Il y avait sujet bien plus important ce soir-là qui méritait son attention. La sorcière s'était levée, ses atours froufroutant sur le sol de marbre.

« Souhaitez-vous dire ces mêmes mots à l'impératrice elle-même de vive voix ? Je pourrais vous obtenir une audience auprès d'elle. Elle serait probablement ravie d'entendre ces compliments et d'en apprendre plus sur vous et vos recherches. Cet empire a bien besoin de rassembler des femmes de tout bord dotées de talents. »

Une énième serveuse passa prise d'assaut par les clients qui partaient en quête d'un énième verre d'alcool fin. On était là bien loin des beuveries féreldiennes où les verres laissaient place aux chopes, où à cette heure le sol vous collait déjà aux semelles. Cette vision du passée superposée à celle du présent fit prendre une décision à Morrigan qu'une simple soirée à discuter ennuyait déjà.

« Si nous faisions un jeu ? On le pratique beaucoup à Ferelden. Cela implique de l'alcool et du courage. À tour de rôle nous poserons une question à l'autre, et nous nous engageons à y répondre en toute honnêteté. Si nous ne répondons pas, nous devrons boire un verre. Vous vous engagez dans cette manche ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasmagorie.forumactif.org/

hello, my name is...
En ligne
avatar
Linguiste enflammée ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 723
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Mellissandre Alirius
— CRÉDITS : Zhongfeng Lee
— PAIRING & OTP : Solaviel !
— PRESTIGE : 1672
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Orlaïs mais voyage beaucoup
— ÂGE : 28 ans
— RANG SOCIAL : Civil, étudiante-chercheuse à l'Université d'Orlaïs
— PROFESSION : Linguiste & traductrice spécialisée dans les langues anciennes
— FACTION : Aucune pour l'instant
— ARMES : Un stylet empoisonné
— O.SEXUELLE : Bisexuelle
— AMOUREUSEMENT : L'Amour n'existe pas

MessageSujet: Re: [Terminé] Femmes savantes Mer 19 Juil - 17:02

Le petit sourire en coin d’Irisviel en disait long sur son opinion de la chantrie, et de ses séides, mais elle se garda bien tout commentaire. Morrigan pouvait sans doute se permettre ce genre de blasphème – vu l’image d’hérétique qu’elle entretenait avec soin, les prêtresses devaient avoir ben pire à lui reprocher – mais dans sa position, la jeune elfe ne possédait pas ce genre de liberté. Une oreille pointue à l’Université cela faisait suffisamment jaser pour que la moindre incartade lui soit fatale.

Toujours impeccablement aimable, le masque parfait d’Irisviel s’effrita quelque peu quand Morrigan lui proposa l’air de rien de rencontrer l’Impératrice. L’Impératrice. Son idole, la femme à qui elle devait sa position aujourd’hui. Leur dirigeante éclairée qui tentait d’améliorer la situation. L’Impératrice Célène. Pendant quelques seconde, Irisviel cru qu’elle allait défaillir et elle dû respirer profondément pour reprendre ses esprits et son sourire habituel. C’était trop facile, il y avait un piège quelque part, forcément. Peut-être que la conseillère des affaires mystiques souhaitait un moyen de pression ? Il était si facile de réclamer une faveur en échange de ces quelques mots, et la jeune femme ne souhaitait pas être endettée.

« Cela serait un véritable honneur de rencontrer l’Impératrice un jour », répondit-elle donc, restant le plus neutre possible, modérant son enthousiasme pour ne pas trop dévoiler sa faiblesse, s’inclinant néanmoins en guise d’humilité face à cette alléchante proposition. Elle n’allait pas se répandre en supplication et en remerciement, même si elle en mourait d’envie. Ni lui promettre son soutient dans une quelconque affaire.

Toutefois, Morrigan n’en avait pas finis avec elle, et c’est avec désinvolture qu’elle proposa un jeu de beuverie en alpaguant une servante qui passait, le plateau chargé de boisson. Son verre à peine entamé toujours en main, l’elfe se raidit. Elle ne supportait pas l’alcool, un jeu qui impliquait d’en boire beaucoup ne l’inspirait guère…

Très hésitante, elle pesa le pour et le contre avant hocher la tête. C’était une occasion d’en apprendre plus… Et puis, elle n’avait qu’à répondre aux questions pour s’abstenir de boire. Elle était assez douée pour les réponses sibyllines de toute façon.

« Fort bien dans ce cas... », conclu-t-elle alors que Morrigan lui laisser le privilège de débuter leur partie. « Où se trouve ce fameux Eluvian qu’il vous a été donné de voir ? », demanda-t-elle de but en blanc, n’ayant pas besoin de réfléchir longtemps à la question. Elle ne comprenait pas très bien les subtilités de ce jeu, peut-être aurait-elle dû attendre que la conseillère de l’occulte soit pompette avant de se lancer sur ce terrain. Mais Irisviel était ainsi faite qu’elle voulait toujours avoir ce qu’elle ne pouvait pas obtenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Wild and dangerous Witch ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : So-chan
— MISSIVES : 82
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— PRESTIGE : 274
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Ferelden
— LIEU D'HABITATION : Palais d'Hiver, Orlaïs
— ÂGE : 30 ans
— RANG SOCIAL : La lie de la société en velours
— PROFESSION : Conseillère aux affaires mystiques de l'impératrice Celene Valmont Ière
— FACTION : Mages
— ARMES : Bâton de mage, magie metamorphe
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle (d'après ses dires)

MessageSujet: Re: [Terminé] Femmes savantes Mar 25 Juil - 21:59

Isriviel avait accepté le jeu. Morrigan veilla à ce qu'on leur rapporta directement une bouteille de vin – ce serait ainsi plus facile de remplir les verres à convenance sans encourir le risque de finir à sec trop vite. Semblant se prendre au jeu l'elfe lança les hostilités. Il l'intriguait cet eluvian. Mais qui ne le serait pas à sa place ? Morrigan sembla réfléchir, levant les yeux au ciel comme pour mieux faire remonter un souvenir à la surface.

« Je puis vous assurer qu'il ne se trouve pas en Orlaïs. Probablement plus à Férelden. »

Elle n'allait pas lui donner plus de précisions sauf si elle le lui demandait, et encore, Morrigan oserait sûrement choisir la voie du vin plutôt que de la révélation. Autour d'elles la foule continuait de bruisser, de mener sa propre existence. La fête continuait à emplir la nuit de ses échos. Elles semblaient presque hors du temps et de l'espace, quelque part sur une île loin des fastes de Orlaïs.

« C'est à mon tour donc. Voyons... »

Morrigan s'accouda dans le recoin de son banc, menton posé dans le creux de la main. Elle fixait un point au-dessus de l'épaule de Isriviel, cherchait quelque chose du regard. Ses sourcils se fronçaient par intermittences.

« Le chercheur qui vous a introduit a insinué que vous aviez été l'assistante de quelqu'un. Que lui est-il arrivé ? J'ai cru comprendre qu'il était... mort. »

Le professeur avait glissé un feu terme qu'on associait à une personne pour signifier, poliment, qu'elle avait rejoint le Créateur. La sorcière aurait pu poser d'autres questions bien plus intrusives, et instructives, mais elle ne devait pas aller trop loin alors que le jeu débutait à peine. Sinon elle ratait là toutes ses chances. Puis peut-être qu'il se cachait quelque chose de très intéressant derrière cette disparition. Au pire elle serait quitte pour entendre les ultimes instants d'un vieil homme mort de la goutte et grabataire.

_________________


Dernière édition par Morrigan le Mer 2 Aoû - 22:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasmagorie.forumactif.org/

hello, my name is...
En ligne
avatar
Linguiste enflammée ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Ayael
— MISSIVES : 723
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Mellissandre Alirius
— CRÉDITS : Zhongfeng Lee
— PAIRING & OTP : Solaviel !
— PRESTIGE : 1672
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Orlaïs mais voyage beaucoup
— ÂGE : 28 ans
— RANG SOCIAL : Civil, étudiante-chercheuse à l'Université d'Orlaïs
— PROFESSION : Linguiste & traductrice spécialisée dans les langues anciennes
— FACTION : Aucune pour l'instant
— ARMES : Un stylet empoisonné
— O.SEXUELLE : Bisexuelle
— AMOUREUSEMENT : L'Amour n'existe pas

MessageSujet: Re: [Terminé] Femmes savantes Jeu 27 Juil - 23:04

Malgré son manque d’entrain, mais consciente de l’importance de plaire à Morrigan malgré la complexité du personnage, Irisviel s’était donc lancée dans le jeu avec application tandis que sa comparse avait chapardée la bouteille de vin nécessaire. Ouvrant les hostilités sur la première chose qui lui était passé par la tête – et qui titillait son intérêt il fallait bien l’avouer, malgré son affirmation de ne guère se soucier des elfes anciens – elle pu donc voir les subtilités du jeu. Au vu de la réponse ô combien évasive de Morrigan, elle su qu’elle n’aurait probablement aucun problème pour faire des pirouettes si une question gênante venait à lui être posé. Les subtilités du langages étaient une spécialité orlésienne, même pas besoin de mentir.

Son champ de recherche s’étendait maintenant à tout Ferelden, autant dire qu’elle n’allait pas se lancer dans une quête pour le retrouver. Se balader sans plus d’information dans ce pays qui sent le chien mouillé non merci.

Jouant le jeu à son tour, Morrigan s’enquit de son ancien professeur et des conditions de son décès. Malgré le sourire tranquille qui ne quittait pas la jeune elfe, la simple évocation de son ancien amant suffit à la tendre. Non pas de crainte ou de tristesse mais bien de colère. Encore aujourd’hui, elle subissait les conséquences de son vol et il était facile de le blâmer pour tout ce qui n’allait pas dans sa carrière. Autant dire qu’elle n’avait pas finis d’associer son nom avec les pires infamies que le monde est connu. Prise d’un soupçon de paranoïa, Irisviel se demanda si Morrigan savait quelque chose à ce sujet – on ne pouvait que spéculer des pouvoirs d’une sorcière engagée comme conseillère de l’occulte – mais l’air tranquille de la dame l’apaisa. Quelque part, si Morrigan avait été au courant de quoi que ce soit, elle avait été plus franche. C’était du moins son impression. Et puis de toute façon, même face à une preuve accablante de sa culpabilité, elle aurait démentie jusqu’à son dernier souffle.

« J’ai ouïe dire qu’il avait été assassiné mais les autorités ne savent pas par qui ni pourquoi, c’était un éminent spécialiste de l’empire Tevintide, d’aucun prétendent que ses liens avec l’Empire ont poussés quelques extrémistes à vouloir sa mort », déclara-t-elle évitant habilement de s’impliquer de près ou de loin dans l’événement, se contentant de lui redonner la version officielle. Justement, parce qu’il s’agissait de la version officielle elle ne mentait pas : les autorités ne savaient bel et bien pas qui était responsable…

Considérant sa réponse suffisante, elle prit quelques temps pour réfléchir à sa nouvelle question. Songeuse, elle resta silencieuse un petit moment, profitant de l’animation qui les enveloppé malgré la tranquillité du lieu. Si elle s’en plaignait allègrement, Irisviel aimait les fêtes. La musique, les bruits de conversations, les robes extravagante. Si elle n’avait pas été une elfe, sa vie aurait probablement était bien plus simple…

Vu les légendes autour de Morrigan, les questions ne devaient pas tarir, et pourtant la demoiselle peinait à trouver quelque chose d’intéressant à demander. Heureusement, elle finit par avoir une illumination et arborant un sourire courtois elle demanda : « Comment avez-vous rencontré l’Impératrice Célène ? »

Après tout, vu son tempérament, il était certains que ce n’était pas le fruit d’une manipulation dans le Jeu comme avait pu le faire la grande enchanteresse Vivienne. Il devait y avoir quelques histoires fort intéressantes derrière. C’est du moins ce qu’elle espérait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Terminé] Femmes savantes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» vivent les femmes
» L'image des femmes dans Phoenix Wright
» Mariage de Didjulo et de [ Terminé]
» Les femmes au Moyen âge
» [ Aide ] Figurines femmes soldats et bérets rouge .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Thédas :: orlaïs ; :: Val Royeaux-