— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

The Tevinter fugitive - Fenris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Vitalislas
— MISSIVES : 125
— PRÉSENCE : ¯_(ツ)_/¯
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— CRÉDITS : Pendräagon, Gwen
— PRESTIGE : 282
SALTY ELVEN TEARS
— NATIONALITÉ : Tu n'en sais rien. Tu n'as connu que Téviner. On t'a déjà dit que tu viens de Séhéron, mais tu ne sais pas si c'est vrai.
— LIEU D'HABITATION : Tu vagabondes, tu n'as pas de lieu fixe.
— ÂGE : Inconnu. Tu l'as oublié depuis bien longtemps. Mais tu n'es pas tout jeune.
— RANG SOCIAL : Tu es un ancien esclave ayant tué son maître.
— FACTION : Tu es un ancien fugitif Tévintide. Tu as longtemps soutenu la cause des templiers, mais désormais, tu es ta propre faction.
— ARMES : Une lourde épée à deux mains presque aussi large que toi. Et des tatouages de lyrium te conférant d'immenses capacités au combat. Et le fait de pouvoir arracher les cœurs de la poitrine des autres.
— O.SEXUELLE : Tu ne t'es jamais posé la question. Tu ne sembles pas y porter grand intérêt. Sûrement une blessure du passé.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire. L'amour n'est pas ta priorité.

MessageSujet: The Tevinter fugitive - Fenris Sam 17 Juin - 19:06



Fenris
i am not a slave.

NOM & PRÉNOM(S) ⊱ Ton véritable prénom est Leto. Mais il a été remplacé depuis bien longtemps par Fenris, soigneusement donné par ton ancien maître. SURNOM ⊱ Petit loup te parvient encore aux oreilles de nos jours comme si une voix te hantais, mais personne d'autre que Danarius n'a eu l'occasion de t'appeler comme ça. Esclave était également un surnom plutôt commun sortant de la bouche de bon nombre de personnes, dont peu ayant survécus.   NATIONALITÉ & LIEU DE NAISSANCE ⊱ Qui sait d'où tu viens réellement, tu n'as connu que Tévinter. Enfin, c'est ce que tu crois. On t'a déjà dit que tu viens de Séhéron. PROFESSION ⊱ Tu es un mercenaire, enchaînant les contrats pour gagner de quoi manger, et tu te débarrasses avec plaisir des esclavagistes qui croisent ton chemin. LIEU DE RÉSIDENCE ⊱  Cela fait bien longtemps que tu n'as pas connu la chaleur d'un foyer à toi. Tu vagabondes, toujours à la recherche de contrats ; c'est toi qui vas les chercher. SITUATION AMOUREUSE ⊱ Seul. L'amour ne semble pas être ta priorité, il t'es même quasi inconnu.   ORIENTATION SEXUELLE ⊱ En lien avec ton célibat, tu ne t'es jamais posé la question. Tu ne recherches que très peu le contact. On peut te considérer comme bisexuel car tu sais apprécier les courbes des femmes autant que les traits marqués d'un homme.   FACTION & RANG ⊱ Tu es un ancien fugitif Tévintide, tu es désormais un mercenaire n'appréciant que très peu les mages. ARMES ET/OU MAGIE ⊱ Tu sais manier l'épée à deux mains, faisant des dégâts considérables. Les tatouages de lyrium gravés dans ta chair t'ont conférés des pouvoirs différents des mages ; lorsque tes tatouages s'illuminent, ce n'est jamais bon signe. Ces derniers te confèrent une grande force et tu peux te permettre d'aller fouiller dans la poitrine de quiconque te contrarierait pour y serrer son organe vital, un geste bien souvent létal. Un pouvoir qui te dégoûte mais qui ne t'empêche pas d'user et d'abuser au vu de ton tempérament assez difficile. LANGUE PARLÉE ⊱ Tu parles la langue universelle mais rien ne t'empêche de jurer ou de motiver en Tevene. Certains ont pu t'entendre parler le Qun, quelques bases, peut-être pas de quoi te permettre de te faire comprendre tous les jours.

Tout sur ton personnage !
on veut tout savoir de lui.

Radical ⊱ Agressif ⊱ Sensible ⊱ Méfiant ⊱ Loyal ⊱ Franc ⊱ Sarcastique ⊱ Renfermé Tourmenté ⊱ Intrépide ⊱ Rancunier.


Vu de loin, cela ne semble pas difficile de te comprendre. Tu te fais entendre et tu es connu pour tes avis radicaux concernant les mages. Tu ne peux pas le nier, tu éprouves une haine profonde envers eux, mais cela ne s'arrête pas là. Beaucoup te considèrent comme quelqu'un à éviter, voire à fuir comme la peste, surtout si vous êtes un mage, ce qui peut se révéler assez vrai ; tu n'hésites pas à soutenir les manières des templiers, comme quoi ils seraient bien mieux enfermés dans des Cercles. Aux premiers abords, tu n'es pas du tout quelqu'un de chaleureux. Jamais tu n'ouvriras les bras le sourire aux lèvres pour enlacer la personne devant toi. Tu préfères l'accueillir à ta manière. Agressivement. Au moins, on sait à quel personnage s'attendre. Mais on prend vite l'habitude de tes plaintes. Lorsqu'on apprend à te connaître, on ne fait presque plus attention à ce que tu dis, pour ton plus grand malheur.

Tu répètes souvent les mêmes choses, les mêmes avis radicaux liés à ton ancienne vie. Tu n'as pas peur de raconter ce qu'il t'es arrivé sans jamais entrer dans les détails ; la confession est extrêmement dure. Ces marques de lyrium te rappellent ce qu'il t'a fait subir, et tes regrets t'empêchent d'aller plus loin que l'évasif. Tu es un être tourmenté Fenris. Et, quand bien même on cherche à s'intéresser à toi, tu ne peux évoquer plus loin que cette ignoble période où l'on t'a gravé à même la chair des dessins. Tout n'est que néant. Tu ne te souviens de rien, si ce n'est que d'un nom soufflé par ta défunte sœur. Leto. Pas de quoi ravir les oreilles de ceux qui les ont tendues. Tu n'as tout simplement pas assez d'éléments. Et puis ce n'est pas intéressant de parler de moments heureux. Mais en as-tu connu Fenris ?

Mais ça ne s'arrête pas là.

Tu n'es pas qu'un être désagréable au possible. Mais pour trouver de bons côtés, il faut savoir creuser. Et s'armer de beaucoup de patience car tu n'offres ta confiance qu'aux plus méritants. Tu ne t'attaches que très peu mais dès lors que tu rencontres quelqu'un en qui tu as confiance, tu lui offres une loyauté sans faille ; la preuve pour Hawke qui a eu ton soutien malgré le fait qu'il se soit rangé aux côtés des mages et ta haine envers ces derniers. Tu as su lui faire confiance, et ça a payé. Mais tu n'oublies pas le mal qu'on te fait, au contraire, il t'alimente et te permet souvent de lancer un pique quelque temps plus tard. De plus, tu n'éprouves aucun intérêt à ne pas être franc ; franchise que tu ne sais pas utiliser à bon escient, en profitant plus pour blâme quelque chose ou quelqu'un plutôt que de faire avancer les choses. Au moins, avec toi, les mensonges n'ont pas lieu, tout est clair, mais tes paroles ressemblent plus à des lames acérées qu'à de beaux mots dénouant le nœud du doute.

Ta sensibilité, tu la dois à tout ce que tu as vécu avant d'en arriver ici. Non, tu n'es pas le genre de personne à pleurer à chaudes larmes, ni même à montrer ton inquiétude, mais tout ce qui te blesse te pousse à réagir ou à fuir. Bien sûr, tu finis toujours par revenir, mais il te faut souvent du temps pour digérer une nouvelle, un événement ou une parole blessante. Quand tu n'uses pas de la carte de la colère, tu préfères t'isoler, trouvant d'ailleurs un bien meilleur réconfort dans la solitude qu'en crachant ton venin toute la journée. Un rien t'affecte Fenris, et tu t'es construit une carapace pour que personne ne sache jusqu'où les paroles et les gestes peuvent t'atteindre.

Mais encore faut-il réussir à t'apprivoiser, car tu n'es sûrement pas la bête la plus facile à amadouer. De belles paroles ne marchent pas, tu t'adoucis avec le temps, mais le loup qui sommeille en toi peut revenir à tout instant. Pour te protéger. Pour protéger ton cœur en or et ton esprit mutilé. Quand tu as une idée derrière la tête, tu ne te laisses pas faire, et bien souvent tu comptes aller au bout des choses, peu importe les conséquences ; tu fais souvent des mauvais choix, mais tu en fais aussi des bons. Tu n'as pas peur des répercussions, tu braves le danger les yeux fermés.

Ton sens de l'humour est assez spécial. On pourrait croire à ta tête que tu es celui qui ne rit jamais, qui ne connait que l'expression des sourcils froncés, du visage complètement renfrogné et dont les paroles sont extrêmement venimeuses surtout envers les mages. On ne peut pas nier le fait que tu ne souris que très peu, certes, mais tu uses de l'humour bien plus souvent qu'on ne le croit. Le sarcasme résume très bien ce à quoi tu penses. Tu as du mordant, tu es blessant, mais ça te plait ainsi alors pourquoi changerais-tu pour les autres ?

Le tout forme un elfe dont la compagnie est peu agréable sauf lorsqu'on s'intéresse vraiment à toi. Tu as l'air de tout faire pour être repoussant mais il s'avère que tu es bien plus complexe qu'on peut le penser. Un elfe au caractère fort mais si sensible au fond de lui, tu te ferais beaucoup plus d'amis si tu te montrais moins agressif.

Mais un loup, même apprivoisé, demeure une bête sauvage.



En tant qu'ancien esclave, tu ne sais pas lire. Jamais on ne t'a laissé le temps ou le droit d'apprendre, car, qui sait, tu aurais peut-être eu envie de te rebeller envers ton maître si par malheur tu apprenais que ta situation n'était pas si normale que ça. Peut-être qu'un jour quelqu'un te tendra la main, mais, pour le moment, tu fais avec. Cela ne t'a jamais vraiment posé problème. Mais, qui sait, tu serais peut-être un très grand lecteur si seulement tu savais ce que signifiait cet alignement de lettres et de symboles mis bout à bout. Les tatouages marquant ta peau semblent relativement sensibles; un simple contact ne te fait pas du bien. Cela te met mal à l'aise, ou ça te fait mal, personne ne sait ce qui t'arrive lorsque quelqu'un ose entrer en contact avec toi. D'ailleurs, tu ne te confies jamais. Peu de gens connaissent ton ancienne vie, si ce n'est les grandes lignes. Et aussi tes nombreuses plaintes à propos des mages qui remonte à là. Ta haine des mages est, pour toi, bien justifiée. Tu as passé bien trop d'années à subir les tortures de ton ancien maître qui était un mage. Par défaut, tu mets tous les mages dans le même panier bien qu'il y ait des exceptions qui demeurent extrêmement rares. Pour toi, les mages sont dangereux et ont toujours une raison pour excuser le chaos que les mages ont pu causer. Les voir se faire exécuter ne te pose pas de problème, tu t'es ancré dans la tête de mauvaises habitudes. Pour toi, chaque mage n'hésiterait pas à se laisser berner par un démon pour obtenir du pouvoir ou tout autre chose les arrangeant. Et ne parlons pas des mages de sang. Si les cercles ne semblent plus d'actualité, ils mériteraient tous d'y être enfermés, sauf Hawke qui a su te prouver qu'il peut être différent. Tu sembles avoir un dégoût quand il s'agit de poisson. En revanche, tu es un grand amateur de vin. C'est une des rares choses dont tu profites. Tu es encore hanté par le massacre que tu as commis à Séhéron. Tu es rongé par la culpabilité, mais cette dernière t'a poussé à fuir Danarius et par conséquent à briser tes chaînes pour de bon. Mais ces cris résonnent encore dans ta tête. Graver ces tatouages dans ta chair ont eu pour effet de t'effacer la mémoire, de quoi permettre à ton ancien maître de te retirer toute étincelle d'une quelconque liberté pourtant inexistante ; mais cela n'a pas effacé ton caractère d'acier. Les quelques mois passés à Séhéron suite à son abandon ont, en revanche, planté la graine du désir de briser tes chaînes. Tu dis souvent ne pas être intéressé par l'amour ou alors tu n'y montres aucun intérêt et pourtant, certains semblent déjà t'avoir vu flirter avec quelqu'un. Peut-être quelque chose de purement physique, ou pas du tout ; ou bien un grand mensonge bien ficelé et alimenté par quelques personnes. Tu ne connais que très peu la culture Dalatienne, et tu ne sembles pas t'y attacher du tout. Tu as beau être un elfe, tu ne veux pas t'intéresser plus que ça à cette culture. En revanche, tu essayes tant bien que mal de croire au Créateur, même si ce n'est pas gagné. Il ne t'a peut-être pas enchaîné, mais il ne t'a pas aidé non plus.  


Ton toi derrière l'écran !
on veut tout savoir de toi.


NOM & PSEUDO ⊱  Vitalislas (celui qui comprend l'inspiration je l'épouse. C'est un russe :D)
ÂGE ⊱  19½ (très important)
TES PASSIONS ⊱  Modélisation, animation 3D, créer des jeux (souvent pourris), dessiner, écrire, manger, dormir, jouer, troller, adepte de memes en tous genres.  
SÉRIES, FILMS, JEUX VIDÉO ⊱  Hmm... *regarde sa longue liste*
J'aime énormément Dishonored (j'adorerais bosser chez Arkane d'ailleurs :^)), Ass Effect, Dragon Age, Prey, les Zelda, les Elder Scrolls, Thief (4 (me tapez pas)), LoL, Amnesia, Bayonetta, Penumbra, Life is Strange, The Witcher, Assassin's Creed... hum
Mais j'aime aussi les films Marvel, Sherlock, Supernatural, Hannibal... Enfin vous l'aurez compris j'aime beaucoup de choses.
PRÉSENCE ⊱ Au moins une fois par jour. Mais bon on va dire 6/7 au cas où.
TON AVIS SUR LE FORUM ⊱  Génial : D
J'ai juste une suggestion : j'adorerais que la barre de navigation nous suive quand on scroll, c'est assez pénible de devoir remonter tout le forum pour naviguer (ou alors c'est juste moi qui me complique la vie)
COMMENT AS-TU CONNU DA:I ⊱  Je me suis perdue sur internet (et je suis pas déçue)(jvous jure je regardais une vidéo de Rust et j'atterris ici)
TON DERNIER MOT, NIARK ⊱  Google iMAGES
J'espère avoir bien retranscrit Fenris    c'est la première fois que je prends un personnage qui existe déjà







Dernière édition par Fenris le Dim 18 Juin - 20:28, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Vitalislas
— MISSIVES : 125
— PRÉSENCE : ¯_(ツ)_/¯
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— CRÉDITS : Pendräagon, Gwen
— PRESTIGE : 282
SALTY ELVEN TEARS
— NATIONALITÉ : Tu n'en sais rien. Tu n'as connu que Téviner. On t'a déjà dit que tu viens de Séhéron, mais tu ne sais pas si c'est vrai.
— LIEU D'HABITATION : Tu vagabondes, tu n'as pas de lieu fixe.
— ÂGE : Inconnu. Tu l'as oublié depuis bien longtemps. Mais tu n'es pas tout jeune.
— RANG SOCIAL : Tu es un ancien esclave ayant tué son maître.
— FACTION : Tu es un ancien fugitif Tévintide. Tu as longtemps soutenu la cause des templiers, mais désormais, tu es ta propre faction.
— ARMES : Une lourde épée à deux mains presque aussi large que toi. Et des tatouages de lyrium te conférant d'immenses capacités au combat. Et le fait de pouvoir arracher les cœurs de la poitrine des autres.
— O.SEXUELLE : Tu ne t'es jamais posé la question. Tu ne sembles pas y porter grand intérêt. Sûrement une blessure du passé.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire. L'amour n'est pas ta priorité.

MessageSujet: Re: The Tevinter fugitive - Fenris Sam 17 Juin - 19:07



this is my story
Vishante kaffas !


CHAPITRE I ⊱ LETO

Il y en a qui ont de la chance ; qui ont tous leurs souvenirs. Mais les tiens, oubliés depuis bien longtemps, tu n'as aucun souvenir, que quelques bribes inutiles qui ne forment pas tout ce qui s'est passé avant cette horrible expérience. C'est à peine si tu te souviens de ta sœur qui a subi un triste sort avant que tu ne la quittes pour de bon.

Dans ce monde, il n'y a pas beaucoup de choix : il y a ceux qui ont de la chance et ceux à qui on leur a arraché des mains cette dernière. Toi, tu faisais partie des personnes qui n'ont pas eu cette chance de naître du bon côté. À peine né, tu étais condamné à une vie de servitude et de souffrance. On t'a mis des chaînes invisibles dès lors que tu poussas ton premier cri. Un elfe esclave, ce n'était pas rare. Ta génitrice eut au cours de sa vie deux beaux enfants, et elle leur souhaitait sûrement une bien meilleure vie. Malheureusement, elle n'eut jamais l'occasion de la leur donner.

Leto et Varania, deux enfants qui n'étaient pas conscients de la vie qu'ils allaient mener dès lors qu'ils seraient en âge de commencer à servir. Ils n'eurent que très peu d'amour maternel, leur mère qui, malgré l'attachement, ne parvenait tout simplement pas à montrer son amour. Alors le frère et la sœur se serraient les coudes comme ils le pouvaient. Vous passiez votre temps à jouer pendant que votre mère travaillait. Mais parlons plutôt de toi, Leto.

Tu as toujours eu ce fort tempérament, et ce, depuis tout petit. Tu passais ton temps à jouer, à profiter de cette enfance bien trop belle pour ce qu'on te réservait plus tard. Toi-même tu ne t'attendais pas à ça. Tu voyais que ta mère était épuisée, et tu en rajoutais une couche en venant toujours pleurer dans ses jupons. Tu t'es montré comme un enfant presque égoïste malgré toi, car ce manque d'affection qui sommeillait en toi te poussait à te montrer désagréable et parfois encore plus épuisant que les tâches qu'on faisait faire à ta pauvre mère.

Dans la petite pièce qui te servait de salle de repos, tu te perdais souvent dans tes pensées ; de nombreux rêves d'enfants illuminaient tes grands yeux verts, tu t'imaginais protéger ta famille une fois devenu grand. Le jour, tu courais toute la journée dans ce manoir bien trop grand pour toi, manquant de trébucher de nombreuses fois, tout ça pour un stupide jeu ; tu courais soit pour te cacher, soit pour fuir ta sœur qui cherchait à t'attraper pour inverser les rôles. Quelle belle époque, dommage que tu aies fini par l'oublier, de beaux souvenirs arrachés de force par un mage qui s'ennuyait.

Mais tu as fini par grandir, et le maître semblait s'impatienter. Pourquoi ? Ça, tu ne le sauras que bien trop tard. Il était bientôt temps pour toi et ta sœur de vous plier aux volontés du maître comme tout bon serviteur. Cela a, bien évidemment, mal commencé pour toi ; ton caractère bien trempé a amusé Danarius.



CHAPITRE II  ⊱ AGONY

Tu as alors atteint le point de non-retour, subissant le même sort que ta mère ; moqué, mal traité, tout ce qui pouvait te faire souffrir convenait parfaitement à Danarius et son apprentie Hadriana. Jamais tu ne la laissas toucher à ta sœur, Varania. Tu la protégeais, quitte à subir encore et toujours plus de mauvais traitements.

Hadriana, elle, s'amusait avec toi. Elle voulait voir jusqu'où le loup pouvait tenir, en te privant de beaucoup de choses. Combien de nuits ont-elles été écourtées juste pour son bon plaisir ? Tu as cessé de compter. Avec elle, les pires punitions étaient monnaie courante ; elle te privait même de nourriture pour des raisons assez obscures, juste pour voir. Pendant l’heure des repas, elle était là, à manger devant toi. Tu avais pleinement conscience que toi, tu n’aurais rien. Elle se faisait servir de délicieux plats et les dégustaient devant toi. Elle voulait te voir la supplier de lui demander un bout de viande, voire même des os de l’animal, tant tu avais faim. Elle se moquait ouvertement de toi, et ses convives s’amusaient à faire de même. Ils voyaient face à eux un pauvre animal affamé, même plus un esclave.

Et toi, tu finis par trouver ça presque normal, ces nombreuses privations te rendant bien plus docile qu’avant. Tu montrais toujours les crocs, mais ça n’allait jamais plus loin ; tu ravalais avec difficulté tes envies. Mais cela ne te laissa pas indifférent. Tu en tombas presque malade ; dès lors que tu ouvrais les yeux, tu te redressais la boule au ventre, à espérer qu'aujourd'hui on ne t'épuiserait pas davantage qu'hier. Une vie misérable que tu appris à tolérer puis à accepter.

Esclave mais aussi sujet d'expériences douteuses, tu étais tellement terrifié que jamais tu ne levas la main sur Danarius ou Hadriana pour montrer ton mécontentement ; à force, ton statut... Te convenait étrangement. Plus tu vieillissais, plus il était inenvisageable pour toi de contester un ordre. Tu courbais l’échine sans jamais prononcer un mot, seulement lorsque c’était demandé. Tu deviens alors le loup qu’on use, qu’on épuise, qu’on abuse. La bête en toi sommeille, mais souffre tout autant que toi. À son réveil, elle n’en sera que plus féroce, mais elle est bien trop faible pour se réveiller ; il lui manque une chose que tu n’as pas encore goûtée.

Danarius continua ses recherches sur une manière de pouvoir infuser du lyrium sous la peau, et il commençait à chercher un cobaye. Un être vivant en somme, mais personne ne serait assez idiot pour accepter cela. Pas même toi. Tu refusas, montrant les crocs. Mais ça ne t’empêcha pas de devenir le garde du corps de Danarius qui se servait de toi pour éponger tout et n’importe quoi. En plus de le servir, tu devais te salir les mains du sang de ses ennemis, peut-être de beaucoup d’innocents. Tu l’écoutais bêtement, tu te laissais faire, mais un profond sentiment de dégoût refaisait surface à chaque fois qu’il osait s’approcher trop près de toi. Mais tu le laissais faire. Il t’avait apprivoisé avec de beaux mots. Une promesse. Celle de pouvoir libérer sa mère et sa sœur de l’esclavage.
De belles paroles dont tu auras oublié toute existence après que l’on t’ait apposé ces marques infernales. Le mage vint à toi un beau jour pour te donner sa bénédiction. Tu le suivis sans rien dire, tête baissée. Tu te montrais impatient de voir ta famille goûter à une chose dont tu ne connaissais même pas l’existence.



CHAPITRE III ⊱ LITTLE WOLF

Un rituel. Un horrible moment dont tu n’auras aucun souvenir. Tu as eu mal. Tu étais conscient, tu as vu Danarius arriver, puis plus rien. Et quand tu as ouvert les yeux, tu as tout de suite reconnu ce bruit ; des chaînes. Il ne voulait pas que tu t’en ailles, pas si près du but. Il savait pertinemment que ça n’allait pas être agréable pour toi, mais ça semblait l’amuser. Ton corps entier ne répondait plus, tu ne pouvais que l’observer de tes grands yeux émeraudes remplis de terreur. Aucun mot ne sortit de sa bouche, mais il te parlait au travers d’un sourire – semblable à un rictus.

D’un coup, tu sentis le lyrium toucher ta peau. Tu tentas tant bien que mal de te retenir de crier, mais la douleur était insoutenable. Durant les premières secondes, tu crus mourir. Mais au bout d’une minute, tu te fis une raison, tu n’allais pas mourir. Ton corps se tordait de douleur et tes cris accompagnaient ta souffrance. Bien sûr, il n’allait pas s’arrêter pour le bien de son esclave ; il se moquait bien de lui. Les cliquetis des chaînes ne parvenaient pas à couvrir tout le bruit que tu faisais. Tu poussas un dernier cri avant de perdre connaissance.

Cela dura encore longtemps. Combien, exactement ? Tu n’as pas compté, mais la douleur était sûrement bien pire que la mort en elle-même. Et cette peine allait encore te suivre pendant longtemps, désormais accrochée à même ta chair. Tu entendis ensuite des bruits de pas que tu craignais instinctivement. Danarius t’avait laissé pour mort dans cette pièce sombre et froide, et il était revenu pour voir si tu étais encore vivant. Enfin, il s’intéressait plutôt à ces tatouages qu’il t’avait apposés. Du lyrium pur coulait désormais sur ta peau, te conférant des capacités jusqu’alors inconnues.

« Bien dormi, mon petit loup ? » Cette voix si familière et pourtant inconnue résonna dans ta tête jusqu’à te provoquer une migraine. Ton rythme cardiaque s’accéléra soudainement, comme si tu venais de voir la mort approcher. Sa main glaciale alla se poser sur ta joue. « Fenris. » Qu’est-ce donc ? Tu le regardais avec de grands yeux, confus. Tu ne te souvenais de rien, si ce n’est d’une immense douleur, comme si tu t’étais fait piétiner par un troupeau de lourdes créatures.

Elle était telle que tu ne pouvais pas te lever avant un ou deux jours, de quoi également reprendre tes esprits. Tu sentais un vide en toi, tu avais beau essayer de te rappeler des événements passés, c’était impossible. Et tu te sentais si seul. Tu avais beau creuser, le seul mot qui était resté gravé en toi était celui d’esclave. Rien d’autre. Tu te redressas alors non sans difficulté, tête baissée ; et les mèches se mirent alors à te tomber devant les yeux. Des cheveux immaculés. Rien de choquant, puisque tu as oublié depuis longtemps ta véritable couleur.

Le temps s’écoulait lentement et tu continuais à te salir les mains à la place de Danarius. Toi, petit loup, tu restais toujours loyal à ton maître. Il continuait ses mauvais traitements mais ça ne te choquait même pas. Tu t’étais habitué à ça. Mais tu avais conservé ton fort caractère ; tu protégeais farouchement ton maître, en bon animal. Un loup qui se croit chien depuis qu’il en a été décidé ainsi. L’envie de fuir a depuis longtemps quitté ton esprit, et ne l’a même jamais atteint selon les croyances.

C’est alors que Danarius décida de t’emmener avec lui à Séhéron, des terres disputées par les Tévintides et les Qunaris depuis bien trop longtemps. Tu continuais à le protéger tandis qu’il faisait ses petites affaires. Mais étrangement, il se montrait un peu plus inquiet de ton état, une fois de temps en temps. Si tu venais à mourir, ce serait une grosse perte pour lui ; pas comme avant où tu n’étais rien d’autre que de la chair à canon. Mais plus depuis que le lyrium s’est dessiné sur ta peau.

Tout se déroulait bien jusqu’à ce qu’une attaque surgisse et surprenne tous les habitants. La réaction fut immédiate : tout le monde chercha à fuir. Par n’importe quel moyen ; et le seul moyen de trouver un foyer en sécurité était de partir avec les bateaux. Tu observas la populace, silencieux. La bataille fit rage et tu protégeas ton maître à tout prix, laissant derrière toi des corps et du sang, récoltant au passage de nombreuses blessures.

Tu réussis néanmoins à créer un passage pour ton maître qui se rua dans le premier bateau. Tu tentas de le suivre, mais tu fus immédiatement repoussé. Ton regard brûlant croise celui glacé de ton maître, qui t’observe sans même tendre la main. Pour sauver son propre cul, il était prêt à te laisser ici, bien que ça ne semblait pas le laisser indifférent. Le narvire s’éloigna, te laissant seul, à l’abandon. Perdu, tu t’effondras après t’être enfui loin de la bataille dans la végétation dense de l’île dans l’espoir qu’il se passe quelque chose. La mort ou une main tendue, tu t’en fichais : sans Danarius, tu n’étais qu’un animal perdu.



CHAPITRE IV ⊱ FREEDOM : EPHEMERAL INDEPENDENCE

Les heures défilèrent, et tu te pris en charge, te débrouillant pour t’adapter. Lentement, la bête se réveilla, et tu pris bien vite tes marques avant d’être surpris par une brume étrange. Une brume créée par les Guerriers de la Brume qui décidèrent de te recueillir. Ils t’observèrent, ils pansèrent tes blessures, tu pensais que ça allait s’arrêter là mais tu finis par passer du temps avec eux. Ils étaient une agréable compagnie et tu pus goûter pour la première fois à la liberté ; c’était assez étrange pour toi de ne servir personne, d’être le seul maître de tes actions et de tes envies. Mais tu en voulais plus, le loup en toi désirait que cela dure une éternité.

Durant ces quelques mois en leur compagnie, tu appris beaucoup de choses. Tout d’abord, la camaraderie. Tu avais toujours protégé quelqu’un, et cette fois tu soutenais les guerriers comme eux le faisaient avec toi. Des rebelles qui ne courberaient l’échine pour rien au monde, et encore moins devant un maître. Tu appris qu’ils ont toujours été ainsi, à survivre ensemble, grâce à leur propre force. Tu te pris à les admirer et à vouloir faire de même. Mais la crainte que Danarius revienne plus fort que jamais pour te chercher commençait à te ronger les tripes. Parfois, tu te réveillais en pleine nuit en sueur, de peur de te retrouver de nouveau allongé au milieu de cette pièce vide. Et parce que tu lui obéissais aveuglément car… Car il était ton maître, tout simplement. Tu le voyais déjà revenir et tirer sur les chaînes invisibles qui t’entravaient. Tu as voulu les briser de nombreuses fois mais tu n’avais pas assez de cran pour désobéir à Danarius.

Et le jour où il remit les pieds sur Séhéron arriva. Il te chercha partout, jusqu’à ce qu’il te trouve au milieu de la bande des Guerriers de la Brume. Tu t’étais endurci, mais sûrement pas rebellé face à l’autorité de ton maître. Ton corps tout entier se figea lorsque tu croisas à nouveau son regard. Tu savais ce qu’il allait te demander. Tes camarades refusèrent de te rendre tandis que toi, tu ne suivis pas le mouvement. Tu t’étais déjà fait à l’idée d’un futur aux côtés des guerriers. Mais Danarius n’allait pas laisser son petit elfe aux mains de sauvages indéfiniment.

« Tue-les. » L’ordre résonna dans ta tête. Tu ravalas ta salive, hésitant. Tu n’étais tout simplement pas assez fort pour te retourner contre ton maître. Tu relevas les yeux vers lui, comme pour le supplier de les épargner. Le loup à nouveau déguisé en chien implorant son maître, il insiste. « Jusqu’au dernier. C’est un ordre. » Des frissons parcoururent ton échine. Tu savais que si tu refusais, ton retour au manoir se passerait extrêmement mal. Tu pris alors une grande inspiration. Puis tu t’exécutas. Sans te poser de questions. Tu massacras tes camarades sans en épargner un seul.

Dans leurs regards vidés de toute vie, tu te voyais. Tu voyais leur sang maculer ta chevelure si blanche, tu leur arrachais le cœur, tu les observais pousser leur dernier cri avec ta main dans leurs entrailles. Un véritable massacre. Lorsque le dernier tomba, tu repris ton souffle. Et, instinctivement, tu retournas au pied de ton maître qui était amusé de la situation. « C’est bien, mon petit loup. Maintenant rentrons. »

Tu ne réalisas le massacre que bien plus tard. Tu étais complètement brisé Fenris. La prise de conscience fut extrêmement dure, et ne se déclencha que lorsque tu étais sur le point d'embarquer. Danarius retrouva derrière lui un elfe brisé. Les regrets commencent à t’envahir, à te piquer, tu te sens mal, tu te sens sale. Souillé par le sang de tes camarades, et envenimé par les paroles d’un maître à qui tu obéis sans te poser de questions.



CHAPITRE V ⊱ THE GREAT ESCAPE

Mais finalement tu t’en posais beaucoup, des questions. Tu as goûté à la liberté, et tu en voulais encore. Tu passais du temps avec ton maître, mais tu ne le servais plus sans avoir d’arrière-pensées. À mesure que tu te rapprochais du navire, tes desseins se clarifiaient. Tu voulais fuir ton maître pour de bon, briser tes chaînes. Le petit loup voulait prendre son indépendance, et tu commençais à te montrer impatient. Danarius ne se doutait de rien, mais tu savais qu’il serait prêt à remuer ciel et terre à nouveau pour te retrouver. Tu n’avais pas de plan, si ce n’est celui de prendre tes jambes à ton cou, car c’est à peine si tu savais lire une carte. Si tu devais fuir, tu irais donc au gré de tes envies.

Tu n'en pouvais plus d'être aux côtés d'Hadrianna qui passait son temps à t'affaiblir, à t'humilier, à te priver de sommeil et de nourriture juste pour leur bon plaisir. Tu voulais être maître de tes propres actions, faire tes propres choix, et surtout, te servir. Lorsque tu avais massacré tes camarades, ces guerriers de la brume, tu ne t'étais rien dit. Mais dès lors que tu as posé tes yeux sur leur corps, tu étais à bout. L'esprit brisé, torturé, tu te revoyais la main logée dans leur poitrine à serrer leur cœur et le sang sur ta lame. Cette même lame que tu as utilisée pour faire couler encore plus de sang d'innocents pour protéger ton maître avant qu'il ne doive t'abandonner sur cette île.

Alors tu mis ton plan en exécution. En quelques secondes à peine, tu étais parti. Tu étais affaibli, amaigri, mais tes jambes ne voulaient tout simplement pas s’arrêter. Tu t’es enfui sans rien prendre avec toi, de toute façon, tu n’étais attaché à rien si ce n’est à ton maître que tu haïssais de tout ton cœur en même temps ; une étrange sensation. Dès lors que tu quittas la ville, une partie de toi voulait revenir auprès du mage. Mais toute la haine que tu as accumulée au fil des années te servait de carburant, et tu ne pouvais plus faire demi-tour. S’il réussissait à te rattraper, la sanction n’en serait que plus horrible. Finalement, survivre seul dans la nature, c’était bien moins épuisant que de servir une ordure. Les soldats qui l'accompagnaient te poursuivaient sans grand succès. Et s'ensuivit de nombreuses poursuites à la hâte, le maître souhaitant retrouver son petit loup, ou plutôt les tatouages marquant sa peau et sa chair. Tu te retrouvas sur un bateau clandestinement, tu pensais que c'était fini, que tu étais enfin libre.

Trois ans. Trois longues années à fuir et à chercher un refuge qui t’accueillerait sans que tu n’aies à craindre de devoir servir à nouveau quelqu’un. Au début, c’était difficile. C’est là que tu développas ton agressivité et ton côté sauvage. Quand tu n’étais pas en train d’errer, tu te cachais des regards des chasseurs de Danarius qui tentaient de te retrouver pour te rendre au maître. Hors de question de te soumettre à nouveau, surtout pas après tout ce que tu as dû endurer pour en arriver là. La case départ n’était tout simplement pas une option.

Parfois, tu t’arrêtais quelques jours en ville. Pas assez de temps pour qu’on t’atteigne, mais ta présence ne laissait pas indifférent les habitants. Tu te recueillais souvent dans les auberges et les tavernes au coin du feu. Il fallait que tu te construises un royaume tout entier, mais pour cela, il fallait partir de rien. Pour gagner une poignée de sous, tu prenais des contrats que tu t’empressas d’effectuer pour récupérer ton gagne-pain et disparaître. Les marques sur ton corps intriguaient, mais tu refusais de parler de ça. Quiconque t’approchait repartait souvent en courant après avoir goûté à ton caractère fort désagréable, en particulier les mages.

Mais tes arrêts se faisaient de plus en plus longs ; au lieu de rester un ou deux jours dans la même chambre, ton séjour commençait progressivement à s’allonger, jusqu’à durer un peu moins d’une semaine. Assez de temps donné à tes ennemis pour qu’ils se rapprochent de toi et te capturent. Tu avais pris l’habitude de partir par la fenêtre et de laisser ta chambre vide, presque intacte. Tu passais ton temps encapuchonné, ton immense épée bien rangée dans ton dos.

Cette nuit-là, tu savais qu’ils étaient là. Ils attendaient patiemment ta fuite pour se mettre à ta poursuite. Ce petit jeu commençait sérieusement à devenir embêtant, te laisser prendre par le confort d’un lit d’une auberge allait peut-être te coûter ta liberté : c’était bien la dernière fois que tu restas aussi longtemps au même endroit. Enfin, c’est ce que tu croyais.

Naturellement, tu te mis à fuir. Mais quand le combat était inévitable, tu dégainas ton arme. Un simple coup, un chasseur en moins. L’autre goûta au plaisir de mourir le poing traversant le corps. Et tes pas te menèrent jusqu’à la demeure d’une pauvre femme qui venait de recevoir la visite d’un elfe plutôt bien armé. Tu tentas un sourire, mais elle t’accueillit avec des cris. Tu t’emparas alors de ce qui se trouvait à portée de main ; un bout de pain, avant de te remettre à courir. Sauf qu’une mauvaise rencontre t’arrêta net dans ta courte. « Avanna, Fenris. » Un grondement rauque resta coincé au fond de ta gorge. Tu reconnaissais ce visage, un chasseur qui avait gardé un souvenir de votre dernière rencontre. « Je suis surpris, après ce qu’il s’est passé la dernière fois, te voilà à nouveau devant moi. » Ta voix était sèche, tu te voulais menaçant. « Ce n’est plus qu’une question d’argent, esclave. » Il voulait se venger. Tu étais encerclé, condamné. « Abandonne. » Tu baissas la tête, songeur. Tu ne pouvais tout simplement pas laisser tomber, pas maintenant. Il fallait que tu tentes ta chance, peu importe le prix. Un souffle. « Vishante kaffas ! »
Tes tatouages s’illuminèrent.

Une dernière tentative.



CHAPITRE VI ⊱ KIRKWALL

Cette cité ne t’a jamais inspiré confiance, mais elle ferait un foyer idéal pour au moins quelques jours afin d’échapper aux esclavagistes. Tu étais épuisé, et tu en avais assez d’être poursuivi sans cesse par la vermine. Tu savais que Danarius continuerait à envoyer des hommes à tes trousses tant qu’il serait en vie. Alors, cette fois-ci, tu tentas de jouer au plus malin. Tu voulais piéger ses hommes, et tu comptais bien les faire exterminer jusqu’au dernier. Il te fallait des mercenaires, c’est ainsi que tu payas quelqu’un qui appâta Hawke et sa bande. Le mage affronta les hommes à ta place, et tu fus assez surpris de ses capacités. De sa force. Il semblait même être une personne de taille pour t’aider dans ton ultime quête : tuer ton ancien maître.

Pensant que celui-ci était en ville, tu demandas son aide. Tu étais prêt à le payer lui aussi pour la tête de cet odieux mage. Celui-ci accepta, et tu te joignis alors dans son équipe le temps d’une bataille dans le manoir de Danarius. Ce que tu ne savais pas, c’est que le manoir était plutôt bien gardé, non pas par ses hommes mais plus par des démons. Des abominations. Alors tu agitas ton épée, des coups brefs et secs mais diablement puissants. À mesure que vous progressiez dans le manoir, les chances de rencontrer le mage de Tévinter s’évanouissaient. Et cela te contrariait. Pourtant, tu croyais à sa présence jusqu’à ce que la dernière pièce soit fouillée. Une énième abomination, mais aucune trace de ton ancien maître. L’équipe de Hawke préféra sortir du manoir, mais tu mis bien du temps avant de pouvoir les rejoindre. Tu fouillas une, deux, trois fois peut-être avant de finalement partir à ton tour.

Le laisser repartir les mains vides, il en était hors de question. Hawke était un mage, certes, mais tu lui devais beaucoup de choses. Tu lui proposas ton aide jusqu’à régler ta dette, qu’il accepta. Tu fis alors rapidement la rencontre de ses autres acolytes, une bande constituée de multiples têtes aux multiples personnalités. Bien sûr, instinctivement, tu préféras t’éloigner des mages, en particulier de Anders qui ne partageait pas du tout tes points de vue. Très vite, tu pris tes marques, imposant ton point de vue concernant les mages. Au début très réticent, tu eus beaucoup de mal à donner ta confiance au futur héraut de Kirkwall. Sa rencontre fut néanmoins une sorte de baume au cœur. Au fil des jours, tu appris à le connaître, tu pus voir qu’il n’était peut-être pas comme les autres mages ; mais tu restais sur ta vision concernant la magie du sang et surtout ceux la pratiquant. Les mages, toujours à vouloir encore plus de puissance, beaucoup sombraient dans cette magie interdite et repoussante.

Mais Danarius continuait à hanter tes nuits, en plus du massacre que tu as commis à Séhéron. Souvent, tu te réveillais en sueur, presque à hurler dans l’espoir que quelqu’un t’entende. Mais dans la demeure vide de ton ancien maître, il n’y avait personne d’autre que toi, des rats et d’autres petits animaux. Les seuls moments où tu ne te préoccupais pas de lui, c’était lorsque tu étais aux côtés de Hawke, qui t’apportait un soutien moral sans même qu’il ne le sache. Du moins, pas jusqu’à ce que tu te confesses. Mais la confiance commençait à beaucoup tarder ; tu ne tissas vraiment un lien que lorsque tu partis dans les tréfonds avec lui. Il y avait certains de ses choix qui t’embêtaient plus que d’autres, mais tu lui restas loyal jusqu’au bout.

Lorsqu’il n’était pas là, tu errais dans tout Kirkwall, faisant ta petite vie de fugitif. Tu ne pouvais plus fuir, pas tant que tu avais payé ta dette envers Hawke. Danarius ne donnait aucun signe de vie, mais tu continuais à recevoir la visite de chasseurs qui périrent tous de tes mains et de ta lame. Et quand tu venais avec lui, tu l’épaulais comme tu le pouvais. Chaque mission, qu’elle soit petite ou grande, te rapprochait un peu plus du mage, commençait à t’ouvrir les yeux. Vous enchaîniez les aventures jusqu’à être embusqués par des chasseurs venus pour récupérer une propriété désobéissante. Hawke refusa l’offre et s’ensuivit un combat.



CHAPITRE VII ⊱ I WANT THEM DEAD

Encore une fois, tu te retrouvas avec les mains souillées de sang, mais tu n’en avais cure. Tu te dirigeas vers un survivant, lui empoignant fermement la tête avant de la relever sans aucune douceur. « Où est-il ? » Tu étais particulièrement énervé, et cela se voyait ; cela allait beaucoup trop loin. Un coup, puis un autre, tu commençais à perdre patience. « Dis-le-moi ! », craches-tu. Il te suppliait de ne pas le tuer. « Je n’en sais rien, je le jure ! C’est Hadriana qui nous a envoyés. Je peux vous montrer où elle se trouve ! » Encore quelques menaces et le voilà à tout balancer. Faible, il pensait survivre en te disant où se trouvait ton ancien bourreau. Bien sûr, tu ne l’épargnas pas.

Tu quémandas une nouvelle fois l’aide de Hawke. Tu voulais que tout cela se termine. D’horribles souvenirs remontèrent, oh oui, tu te souvenais bien d’elle. Tuer Hadriana, une odieuse personne capable de vendre ses propres enfants pour plaire à Danarius, c’était désormais ton objectif. Sûrement une ultime marche pour pouvoir atteindre la source de tous tes tourments. Tu la retrouvas alors, mais elle s’était bien préparée. Elle avait tué la famille d’une pauvre elfe. Bien évidemment, tu ne restas pas indifférent face à cela.

Hadriana ne se laissa pas faire. Mais elle ne résista pas bien longtemps face à tes assauts et à ceux de tes camarades. Au sol, elle tentait de marchander sa vie. Pas étonnant venant d’elle. Tu étais prêt à la tuer jusqu’à ce que ton sang se glace. « Tu as une sœur. Elle est vivante. » Tu semblas immédiatement bien plus intéressé qu’avant. « Laisse-moi partir et je te dis où elle est. » Pour une fois, tu voulais y croire. Tu… Acceptas le marché. « Elle se nomme Varania. » Ce nom sonna étranger à tes oreilles ; tu ne te souvenais de rien. Mais ces informations ravivèrent une douleur en toi. « Je te crois. » Puis le lyrium s’illumine. Ta main vient se loger dans sa poitrine, serrant avec force son organe vital. Une fois encore, tu uses de ce pouvoir pour "la bonne cause". Une fois morte, tu n’étais pas calmé ; tu étais même fou de rage. Cette douleur te faisait aussi mal que les tatouages décorant ta chair. Tu préféras partir avant tout le monde, pour digérer la nouvelle. Jusqu’à ce que tu ailles t’excuser auprès de Hawke pour avoir agi ainsi.

Cela ne t’empêcha pas de contacter ta sœur, avec beaucoup d’appréhensions. Tu craignais un piège, mais il fallait que tu la voies, peu importe le prix. Si Hadriana disait vrai, alors tu avais peut-être l’espoir de renouer avec ta famille. Ta sœur n’était pas une esclave mais une domestique. Et elle te proposa une entrevue à la Taverne du Pendu. Encore une fois, tu avais besoin de l’aide de Hawke ; tu ne pouvais pas aller la voir seul, car même si elle était ta sœur, tu n’étais jamais à l’abri de croiser des chasseurs en route.

À ton arrivée, tu commenças immédiatement à te souvenir. Quelques bribes de ton passé, douloureuses, notamment ton véritable nom. Leto. Un frisson te parcourut. Et Varania semblait agir bizarrement. Tout cela était un piège. Ton cœur manqua un battement en voyant Danarius arriver et ta sœur s’excuser. La rage prit immédiatement le dessus. Tu n’allais pas rester indifférent face à cela. Ses provocations illuminèrent tes tatouages. Tu devins incontrôlable. Tu dégainas ton arme sans plus attendre.

Danarius, affaibli, n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche que tu étais déjà devant lui. Tu l’agrippas sèchement avant de le soulever. Tu pouvais lire dans ses yeux une certaine panique. Il avait bien raison. Le loup en toi s’était fait une raison, il refusait de se soumettre à nouveau. C’était fini. « Tu n’es plus mon maître. » Tu l’achevas de tes propres mains, du propre mal qu’il t’a infligé pour ses expériences.

Son corps retomba lourdement au sol, et tu te dirigeas vers ta sœur qui allait subir le même sort. Elle t’avait vendu pour pouvoir s’élever et devenir une apprentie. Comment pouvait-elle faire ça à son propre frère ? Hawke ne pouvait pas l’arrêter. C’est ainsi qu’elle subit le même sort que Danarius. Tu n’étais désormais attaché à plus personne. Plus de famille, plus de bourreaux.

Tu étais enfin libre.



CHAPITRE VIII ⊱ RENEWAL

Tu te sentais souillé, une profonde amertume resta au fond de ta gorge et un sentiment de vide dans ton cœur jusqu’à ce que tu sois en état de digérer les événements. Tu décidas néanmoins de te reconstruire une ultime fois, aux côtés de Hawke. Mais les tensions continuaient à monter et tu savais que ça ne pouvait pas finir sans un bain de sang. Tu assistas à l’explosion de la Chantrie, menée par Anders. Tu sautas immédiatement sur l’occasion pour proposer l’exécution du mage. Pour toi, il était à craindre et devait donc mourir. Tu te sentais si différent de lui, et pourtant, vous aviez quelques points communs. Tu ne voulais tout simplement pas l’admettre. Il fut néanmoins chassé, et disparut de ta vue.

Une guerre éclata. Ton cœur te disait de te ranger aux côtés de templiers, mais tu ne pouvais tout simplement pas trahir Hawke comme ça. Tu lui avais offert ta confiance et il avait réussi à te convaincre à te ranger du côté des mages. À combattre à ses côtés. Tu ne pouvais plus faire marche arrière, tu le suivis donc jusqu’au bout. Jusqu’à l’affrontement contre Méredith. Elle s’était laissé corrompre par le lyrium rouge.

Une fois la bataille terminée, tu décidas de fuir la ville sans regarder derrière toi. Tu ne regrettais rien. Tu restas avec eux au début, mais tu te voyais déjà ailleurs, à mener ta propre vie. Et tu n’allais pas échapper à l’appel d’un renouveau ; au fur et à mesure, chacun décida de prendre un chemin différent, de se séparer du groupe. Et tu fis de même après avoir remercié Hawke de tout ce qu’il a fait pour lui. Bien sûr, tu n’allais jamais oublier tes camarades. Tu gardas contact avec eux, et tu étais prêt à revenir s’ils avaient besoin de toi. Tu allais te souvenir encore longtemps de ces aventures, de ces hauts, de ces bas. De ces confessions.

Tu te retrouvas à nouveau sans ami, livré à ton propre sort. Mais cela te convenait ainsi. Tu devins alors un mercenaire, enchaînant les contrats, voyageant dans tout Thédas. Bien sûr, lorsque tu croisais la route d’esclavagistes, tu n’hésitais pas à les anéantir jusqu’au dernier. Tu libérais les esclaves de la servitude entre deux missions.


Aujourd’hui, tu vis au jour le jour. Tu n’as pas peur du danger. Tu restes amer en rencontrant des mages, mais tu leur donnes parfois une chance. Qui sait, certains sont peut-être comme le héraut de Kirkwall.





Dernière édition par Fenris le Mar 20 Juin - 16:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Fiery and fierce ⊱ MERCENAIRE

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 176
— PRÉSENCE : 4 jours sur 7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Estrid Bellanaris / Achilles Blakemore
— CRÉDITS : Moi et tumblr o/
— PRESTIGE : 204
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Originaire de l'Emprise du Lion
— LIEU D'HABITATION : Aucun. Elle est nomade.
— ÂGE : 22 ans
— PROFESSION : Mercenaire. Épéiste dont on s'arrache à prix d'or les talents.
— FACTION : Elle est sa propre faction. Et celle de son groupe de mercenaires.
— ARMES : Son bouclier et son épée recourbée à double tranchant, aux runes lui permettant d'asséner des coups électriques
— O.SEXUELLE : Inconnue. Elle se garde bien de dire si elle est bi, zoophile, ou fan de Qunari.
— AMOUREUSEMENT : Serindë n'aime personne. Elle ne veut aimer personne. So move bitch, get out the way.

MessageSujet: Re: The Tevinter fugitive - Fenris Sam 17 Juin - 19:54

Quand tu vois Tevinter fugitive en titre
Spoiler:
 

Puis que tu cliques et que tu vois ..... la lumière
Spoiler:
 

Quand Fenris arrive avec cette qualité de style en tu qui te tu-e
Spoiler:
 

Voilà. J'ai résumé tout ce qu'il fallait en BEAUCOUP DE GIFS. Mais il y a juste une chose que je ne vais pas résumer en gif. C'est :

BIENVENUE FENRIS OMFG TOI MOI UN RP ON VA FAIRE UNE RAZZIA OÙ TU VEUX QUAND TU VEUX. Salut.
En fait si.


Dernière édition par Serindë Elisung le Sam 17 Juin - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Wild and dangerous Witch ⊱ CIVIL

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : So-chan
— MISSIVES : 82
— PRÉSENCE : 7/7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— PRESTIGE : 274
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Ferelden
— LIEU D'HABITATION : Palais d'Hiver, Orlaïs
— ÂGE : 30 ans
— RANG SOCIAL : La lie de la société en velours
— PROFESSION : Conseillère aux affaires mystiques de l'impératrice Celene Valmont Ière
— FACTION : Mages
— ARMES : Bâton de mage, magie metamorphe
— O.SEXUELLE : Hétérosexuelle (d'après ses dires)

MessageSujet: Re: The Tevinter fugitive - Fenris Sam 17 Juin - 20:08

Bienvenue Fenris ! Et wah quelle fiche, ça se lit d'une traite, le souffle court, happé par l'histoire. Franchement tu as su totalement reprendre le personnage c'est fou.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasmagorie.forumactif.org/

hello, my name is...
avatar
the hell on thedas ⊱ PNJ

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 181
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRESTIGE : 295


MessageSujet: Re: The Tevinter fugitive - Fenris Sam 17 Juin - 20:39




⊱ Bravo, tu es validé Fenris !
bravo, bravo et encore bravo !

⊱ AVIS SUR LA FICHE — Woha, bienvenue déjà -car les doubles poste je fais éviter uhuh-. Quelle belle fiche que voilà, c'est impressionnant ! Tu as vraiment fait un travail de fou dessus, je suis bluffé pour tout te dire ! J'espère sincèrement que tu te plairas chez nous, vu ta fiche, je ne veux pas l'archiver c'est trop beau pour qu'elle aille là bas heh ! J'ai donc le plaisir de t'annoncer que tu es validé, Fenris ! Si tu as une question quelconque, ou quelque chose à faire savoir, n'hésites pas à contacter le staff par tout les moyens qui existent : chat box, MP, section questions... Sur ce, je te dis avec amour : Bon jeu et encore la bienvenue parmi nous ! #ZEVRAN.

⊱ Cool, j'suis validé !
... Mais je fais quoi maintenant moi ?

Maintenant petite recrue, je t'invite à te créer une relationship ici ; c'est obligatoire et conseillé pour te dépatouiller des relations de ton personnage ! Il y a aussi la possibilité de se créer un journal intime ici, pratique si tu veux t'occuper en attendant une réponse de ton coéquipier de RP. Par là, tu pourras lister tes RPs en tout genre, encore une fois pour voir clair dans tous tes faits et gestes ! Quant à cette section, il t'est possible de passer des petites annonces comiques ou autre sur le forum, qui défileront en dessous de la bannière. Ah tien, tant qu'on y pense, ça te dit, un rang ? Va y donc, c'est mieux que de ne rien avoir sous son pseudo ; ça rajoute un petit coté esthétique très fancy.

Plus sérieusement à présent ; va de suite signer le règlement, s'il te plait, c'est obligatoire ! Quand l'envie de RP te prendra, tu pourras alors te diriger par là pour faire une petite demande pour ceux qui pourraient être intéressés ! N'oublie pas d'aller au bottin à avatar pour dire quel est le nom de ton personnage et de quel jeu il vient s'il est inventé, merci ! Cela évitera les doublons, et c'est obligatoire. Pense à créer ta boite aux lettres que tu puisses envoyer et recevoir des missives, c'est super utile et ça permet de commencer ou de finir des Rp d'une manière encore plus amusante. Renseigne toi par ailleurs sur le système des Points de Prestige, ils vont te servir plus tard si tu veux un rang ou un double compte.

Ho tant que j'y pense ! Si tu as une quelconque question sur l'univers de Dragon Age et que tu as besoin d'informations pour tes RP ou juste pour en apprendre plus, il y a le Guide de Thédas à ta disposition. Chose vitale, renseigne toi à propos de l'intrigue en cours et de la chronologie en RP. Vois-tu, comme nous simulons plusieurs époques, ces dernières ont un point de départ bien précis, et tu ne peux pas passer d'un an à un autre sauf en RP flashback ! N'oublie pas non plus de voter sur les top-sites ! Voilà tout pour la partie administrative ultra barbante ! Tu es digne d'un véritable membre de l'Inquisition !

Maintenant, ce sera bien plus drôle qu'avant, car je te convie à faire la teuf dans la taverne la plus proche ! Tu peux jouer un max pour faire vivre le forum ; ça ne prend que quelques secondes par jours/postes, et en plus, ça te fait grimper le nombres de messages pour d'éventuels doubles comptes ! Tout comme tu ne dois surtout pas hésiter à flooder, que ce soit pour dire ce que t'as bouffé à midi ou autre encore, on s'en fiche : on aime le racontage de life et le bla bla trop wtf sur ce forum !

Sur ce, Fenris... Je te souhaite une bonne aventure parmi nous. Te joindras-tu avec les plus héroiques afin de sauver Thédas, ou au contraire, plongeras-tu le monde dans le chaos ?

Bienvenue sur Dragon Age Inquisition : Infinity !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
THE CHEESE LORD ⊱ GARDE OMBRE

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 114
— PRÉSENCE : Dispo
— PAIRING & OTP : I SHIP IT ALL. ALL THE SHIPS MUST SAIL.
— PRESTIGE : 58
Say cheeeeese
— NATIONALITÉ : Féreldien.
— LIEU D'HABITATION : Il n'a pas de résidence à proprement parler. Son foyer, sa famille... c'est là où se trouvent ses frères et soeurs Gardes des ombres. Là où le mène sa lutte contre l'engeance. Oh, il y a bien Weisshaupt et d'autres forteresses érigées par l'ordre — une par-ci, une par-là — mais de nos jours, ses représentants passent plus de nuits sur la route ou dans un bivouac qu'au fond d'un nid douillet.
— ÂGE : 32 ans. Né en 9:10 du dragon.
— RANG SOCIAL : Il est le bâtard du roi Maric Theirin. Cailan Theirin était donc son demi-frère. Voilà qui est dit. On peut passer à autre chose maintenant? ...non?
— PROFESSION : Grey Warden
— FACTION : ...Grey Warden?
— ARMES : Une épée à une main et un bouclier orné du blason de la Garde des Ombres. Il appartenait à son ancien mentor Duncan et lui a été offert pendant le 5ème enclin par Reyner. Sa formation de templier, bien qu'incomplète, lui offrit de précieuses capacités auxquelles il se refuse de recourir.
— O.SEXUELLE : Demisexuel. Alistair manque d'expérience et n'a pas souvent eu l'occasion de euh... ranger l'épée dans son fourreau? Entre l'enclin, son passé chez les templiers et la chantrie... et il attend l'âme sœur... la personne adéquate, celle qui fera battre son cœur? Comment, trop cul-cul? Ok. Faites comme si je n'avais rien dit.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.

MessageSujet: Re: The Tevinter fugitive - Fenris Sam 17 Juin - 20:46

Bienvenue Fenris o/

Bravo pour ta validation, j'espère que tu te plairas ici

_________________
ϟ Alistair ϟ
Theirin

we could go to orlais, live in sin and eat cake until the darkspawn finally catch up to us ✶ ✶ ✶

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Vitalislas
— MISSIVES : 125
— PRÉSENCE : ¯_(ツ)_/¯
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— CRÉDITS : Pendräagon, Gwen
— PRESTIGE : 282
SALTY ELVEN TEARS
— NATIONALITÉ : Tu n'en sais rien. Tu n'as connu que Téviner. On t'a déjà dit que tu viens de Séhéron, mais tu ne sais pas si c'est vrai.
— LIEU D'HABITATION : Tu vagabondes, tu n'as pas de lieu fixe.
— ÂGE : Inconnu. Tu l'as oublié depuis bien longtemps. Mais tu n'es pas tout jeune.
— RANG SOCIAL : Tu es un ancien esclave ayant tué son maître.
— FACTION : Tu es un ancien fugitif Tévintide. Tu as longtemps soutenu la cause des templiers, mais désormais, tu es ta propre faction.
— ARMES : Une lourde épée à deux mains presque aussi large que toi. Et des tatouages de lyrium te conférant d'immenses capacités au combat. Et le fait de pouvoir arracher les cœurs de la poitrine des autres.
— O.SEXUELLE : Tu ne t'es jamais posé la question. Tu ne sembles pas y porter grand intérêt. Sûrement une blessure du passé.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire. L'amour n'est pas ta priorité.

MessageSujet: Re: The Tevinter fugitive - Fenris Dim 18 Juin - 20:30

Merci beaucoup pour l'accueil ! Je suis contente que ça plaise, j'avais un peu peur haha XD

Serindë ; Woah, tous ces gifs on se fera ça très bientôt

_________________
"Avant je faisais peur aux gens, maintenant ils me font chier"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Tevinter fugitive - Fenris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les Loups de Fenris
» [SW][3500Pts] Fenris Fangs
» Procès ayant opposé Fenris au Comté de Flandres-Coupable
» [Vente] Guide de peinture companies of fenris
» Mini rapport de bataille (suite)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Welcome to Skyhold :: fellows of the inquisition ; :: fiches validées-