— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

Flashback — Quand la mort revêt ses plus beaux atours [ft. Jill]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

hello, my name is...
Invité
Invité

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY

MessageSujet: Flashback — Quand la mort revêt ses plus beaux atours [ft. Jill] Dim 11 Juin - 15:31

Il s’enfonça dans l’une des rues sombres de la capitale, un goût de sang dans la bouche. Il n’avait jamais été tendre en affaire. Ses phalanges étaient encore blanchies par un combat récent, quelques tâches rouges parsemant la jointure de ses os. Difficile de croire que cinq ans plus tôt, Nil était encore prisonnier dans une arène clandestine. Désormais âgé de vingt-deux ans, il avait tout du parfait mercenaire. À l’exception peut-être de son sens de la finesse, pour le moins déplorable. Néanmoins, il avait gagné un nom dans la ville. Mais en dépit de sa récente renommée, il ne s’était jamais vraiment habitué à Minrathie. Il lui suffisait de mettre un pied dans la capitale pour que cette atmosphère si particulière lui saute à la gorge, comme une toile humide de violence, de haine et de débauche. Pour lui, ce grotesque empire n’était pas un endroit où il faisait bon vivre. Mais à défaut d’une raison valable pour prendre la route, il n’avait pas quitté la ville.

Ses bottes crevèrent la surface lisse d’une flaque d’eau. Il n’avait jamais été homme à vivre dans les quartiers chics, menant une vie aux plaisirs discutables. Et alors que les odeurs d’alcool se mélangeaient aux éclats de voix, Nil continua sa route dans les petites ruelles de la ville. Si certains esquivaient avec minutie ces voies à la réputation sordide, c’était précisément car des hommes tels que Nil rôdaient dans les parages. Pourtant, il ignorait encore que dans l’ombre, une entité plus dangereuse encore avait décidé de faire de lui sa proie. Il franchit quelques mètres supplémentaires, et sans réelle raison, jeta un regard par-dessus son épaule. Ce fut ce geste irréfléchi qui lui sauva la vie. Pendant une fraction de seconde, il découvrit l’ombre qui filait dans sa direction, l’éclat argenté d’une lame au poing. Dès lors, seul son instinct guida ses gestes. Ses doigts s’enroulèrent autour du pommeau et de son épée, et alors que le souffle froid de la mort chatouillait son échine, il pivota sur lui-même. Sa lame décrivit un arc de cercle argent, et le fracas du métal déchira le silence de la ruelle. Dans le regard de Nil brillait un instinct féroce, pareil à celui d’une bête sauvage.

« Ça va être amusant. »

Sa voix était teintée d’une violence tacite, trahissant son penchant naturel pour la destruction. Dans de telles circonstances, Nil ne s’encombrait pas de subtilité. Il n’avait pas encore accordé la moindre importance au visage de son opposant, tant l’adrénaline déferlait dans ses veines. Il avait déjà son idée sur le commanditaire de son meurtre. Mais s’il avait toujours lutté pour sa survie, Nil avait pendant bien longtemps ignoré les assassins, et autres tueurs de l’ombre. Il avait toujours survécu, porté par cette confiance arrogante en ses talents. Mais ce jour-là, il sentait encore le frisson glacé de la mort sur son échine. Même s’il ne doutait pas de sa victoire en combat à armes égales, il réalisa pour la première fois combien la vie d’un combattant – aussi fort soit-il – devenait fragile quand elle devenait le solde d’un assassin terré dans l’obscurité. Et depuis cette rencontre, jamais plus il n’avait négligé ses arrières. Mais à ce moment précis, il était davantage intéressé par le duel qui s’offrait à lui. Et sa lame siffla, alors que son regard découvrait enfin l’apparence de son assaillant.
Revenir en haut Aller en bas

hello, my name is...
Invité
Invité

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY

MessageSujet: Re: Flashback — Quand la mort revêt ses plus beaux atours [ft. Jill] Sam 24 Juin - 17:18





Que danse les lames.



Ce contrat n’était pas des plus original, ni des plus stimulant, pourtant, le jour où Jill avait reçu celui-ci, elle s’était retrouvée quelques instants sceptiques, presque hésitante, chose qui ne lui arrivait que très rarement. La prime était plutôt bonne, voir même très conséquente pour un simple assassinat. Ses clients semblaient juste souhaiter une mort sans plus de cérémonie sûrement pour se débarrasser d’un nuisible qui en savait trop. Ce contrat puait tout simplement à des kilomètres à la ronde et tout en fronçant les sourcils, Jill se douterait que cela ne serait pas une partie de plaisirs. Acceptant celle-ci après une intense réflexion, elle se permit néanmoins d’imposer des conditions, empochant la moitié de la prime tout en promettant de ramener un souvenir du mort en preuve de réussite. En parallèles, elle avait envoyé quelqu’un de ses sbires en éclaireur, de façon à recueillir des informations complémentaires sur l’objet de sa mission. La victime s’appelait Nil — chose dont elle se moquait bien — il était un épéiste chevronné, qui avait passé le plus clair de son temps dans une arène à jouer les gladiateurs. Un adversaire de taille en somme qui ne permettait pas d’envoyer des bleus sur le terrain. Il fallait un assassin douée dans son domaine, sachant user de la discrétion et de sa lame comme jamais et bien qu’elle avait plusieurs cordes à son arc, Jill préféra s’occuper d’elle-même de cette mission périlleuse. Non pas que son orgueilleux l’avait poussée à agir seule, mais plus pour constater d’elle-même de quoi ce mort en sursis pouvait valoir. Ce soir-là, elle l’avait donc discrètement suivi de loin, son visage cachée sous une pèlerine qui ne laissait qu’entrevoir son menton et ses lèvres. Elle avait longtemps attendue qu’il sorte de son combat, suivant la scène dans l’ombre, constatant de plus en plus, qu’il n’était pas homme à sous-estimer. Elle devait donc agir avec la plus grande des discrétions, jouer sur la surprise pour ne lui laisser le temps d’agir et l’abattre aussitôt sans demander son reste, sans déclencher de combat. Car même si la lame silencieuse savait se battre, elle doutait tenir éternellement contre un monstre de foire de son gabarit.

Profitant de la naïveté de sa victime pour se faufiler tel son ombre, elle n’avait pus rêver mieux comme décor morbide pour accomplir son méfaits. Les ruelles étaient sombres, très peu fréquentes sauf par les simples d’esprits qui le regrettaient amèrement après avoir goûté aux affres de la malice humaine. Se déplaçant tel un félin silencieux, Jill régularisât sa respiration pour que celle-ci se fasse presque inexistante, attendant de se rapprocher encore un peu de sa proie, pour laisser sa fine lame glisser silencieusement le long de son fourreau, mais comme elle se doutait, l’instinct de cet homme n’était pas à sous-estimer, et très vite, elle vit le regard en coin de ce dominateur glisser sur elle, marquant la fin de sa réussite. Tentant le tout pour le temps, elle s’élança alors telle une panthère chassant sa proie, sa lame déchirant l’air avant de s’entrechoquer contre la lame de ce gladiateur chevronné. Elle avait faillit, le combat était à présent inévitable. Reculant aussitôt, la lame silencieuse pesta alors entre ses dents, maudissant ses hommes qui se montraient toujours aussi tenace à buter. « Fais-moi plaisirs. Crève rapidement. » Une phrase froide qui laissait comprendre, qu’elle n’avait pas que cela à faire de sa soirée, et si elle pouvait s’en sortir vivante ça serait mieux. Mais au vu de cette flamme qui brillait dans les yeux de ce combattant, elle savait qu’elle y risquait sa peau. La lame de son opposant siffla à nouveau, l’obligeant à esquiver celle-ci à la dernière minute. Un frisson avait parcourus sa peau à ce moment précis, sa peau ayant ressentit la vivacité de cette attaque meurtrière et dans sa course de l’esquive, elle en oublia sa capuche qui s’était alors rabattue, laissant découvrir ses longs cheveux roux flamboyants et ses traits féminins. Sans attendre un nouvel assaut, Jill empoigna aussitôt son autre lame qui jusqu’ici dormait tranquillement dans son fourreau croisant aussitôt ses lames pour réceptionner de nouveau la lame du gladiateur. Essayant de le désarmer, elle en profita alors pour donner un coup de pied dans le ventre de façon à le faire reculer et à l’éloigner de sa personne. Elle devait jouer sur la fatigue qu’il avait accumulée du combat d’avant. Le faire s’essouffler et esquiver ses attaques du mieux que possible. Elle ne pouvait pas se permettre de mourir, pas maintenant. Après tout, la lame silencieuse n’avait pas encore profité pleinement de son rôle de chef auprès de sa bande, aussi, elle comptait bien revenir victorieuse de cet assassinat.


Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas

hello, my name is...
Invité
Invité

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY

MessageSujet: Re: Flashback — Quand la mort revêt ses plus beaux atours [ft. Jill] Mer 28 Juin - 23:29

Un frisson. Pendant une fraction seconde, il sentit la caresse froide de la mort contre sa peau. Un glas funeste, comme un tendre murmure minaudé à son oreille. Et cette violence… Cette explosion de vie qui le secoua n’avait pas son pareille dans le monde des vivants. Elle était le privilège de ceux qui dansaient au bord du gouffre, savourant la vie dans les bras d’une mort langoureuse. Durant cette seconde trop éphémère, il goûta à cette sensation d’entièreté, mordit à pleine dents dans cette incomparable pulsion de vie. Comme une vague, ce sentiment se brisa sur les récifs tièdes de son âme, le transperçant de gouttelettes froides et vivifiantes. Pendant ce bref instant, il était pleinement vivant. Il sentait le sang chaud qui battait dans ses veines, les muscles impatients qui se contractaient sous sa peau. Puis, comme un orage, toute la violence contenue dans son corps éclata. Elle le submergea avec véhémence, s’épanchant en flots tumultueux dans la moindre parcelle de son corps. Quand son regard se posa sur l’assassin, une étincelle bestiale et dangereuse brillait dans son regard. Il avait suffit d’un battement de cœur. Et déjà, Nil sombrait dans cette exaltation impétueuse qui l’engloutissait.

Une voix s’éleva hors du capuchon de son assassin, lui intimant de ne pas faire de résistance. Une phrase qui arracha un sourire à Nil. Cette voix n’était pas celle d’un homme. Mais même s’il avait un faible pour les femmes de caractère, il n’avait jamais été un homme très docile. Sa lame siffla à nouveau. Mais s’il ne toucha pas sa cible, il en découvrit le visage. Une longue chevelure pareille à une crinière de flamme. Un regard vif et pénétrant. Il la toisa un moment, puis laissa son attention descendre le long de sa silhouette. Il avait connu des tueurs moins agréable à l’œil. Son regard glissa sur elle avec une certaine convoitise. Mais déjà, sa tueuse tirait une seconde lame. Un sourire aux lèvres, Nil frappa à nouveau. Leurs lames se heurtèrent dans un fracas sinistre, et la tueuse tenta de le désarmer. Mais ce ne fut pas suffisant. Il accompagna le mouvement imposé à son arme, puis banda violement ses muscles pour l’abattre vers son adversaire. Mais le coup de pied qui s’enfonça dans son abdomen stoppa son mouvement, et accusant le coup, Nil recula pour prendre de la distance. Son sourire s’étira. « Belle et sauvage… J’aurais bien une idée ou deux pour occuper la soirée. » il la défia du regard, et ramena lentement son épée devant lui. Malgré ses paroles, il n’aurait esquivé ce combat pour rien au monde. Puis, il se cambra sur ses jambes. Et en un instant à peine, il s’élança sur sa tueuse.

Il frappa. Une fois. Deux fois. Trois fois. Pourtant, il ne cherchait pas à atteindre sa cible. Pas encore. Puis, il changea légèrement son jeu de jambe. Son pied s’enracina dans le sol, et d’un mouvement de hanche, il lança tout son corps sur le côté. Sa lame siffla, comme un prolongement de son bras, assénant une puissante frappe circulaire. Son corps décrivit un cercle parfait, mais Nil avait suffisamment combattu pour connaître le contrecoup d’une telle technique. Quand il termina son mouvement, Nil bascula tout son poids sur sa seconde jambe. Son muscle se raidit, et il s’appuya lourdement contre le sol. Son corps ralentit brutalement, et profitant de l’élan, il envoya d’un geste sec son pommeau droit au visage de l’assassin. À défaut d’autre chose, il était certain que ce petit supplément lui éviterait une lame plantée entre les côtes. Mais il savait que ces petits tours ne suffiraient pas à abattre une tueuse de son acabit. Il recula, et l’observa. « J’espère que la prime est généreuse. » il la défia du regard, un sourire arrogant aux lèvres. « Mais tu aurais dû faire doubler la mise. » il fit un bref moulinet du poignet, puis penchant la tête sur le côté. « Un nom, tant que tu peux encore parler ? » il était confiant. Certainement trop. Mais pour le moment, cela lui était parfaitement égal.
Revenir en haut Aller en bas

hello, my name is...
Invité
Invité

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY

MessageSujet: Re: Flashback — Quand la mort revêt ses plus beaux atours [ft. Jill] Sam 8 Juil - 17:28






Il fallait toujours que les choses se compliquent au plus mauvais moment. Rien ne se passait jamais selon les plans programmés. Ce genre de situation avait tendance à agacée fortement la tueuse sanguinaire, mais au fond, c’était aussi ce qui lui plaisait et l’excitait fortement. L’excitation de l’adrénaline qui battait dans son corps tout entier, ce frisson morbide qui laissait sous-entendre qu’elle jouait sa vie à pile ou face. La mort avait de bien nombreux visages et ce soir, elle avait revêtu les habits d’un homme fringuant certes, mais à la lueur meurtrière d’une bête assoiffée de violence. Un défi presque impossible à révéler, tant cette faucheuse paraissait plus que mortelle, pourtant, Jill comptait bien triompher à nouveau d’elle ne serait-ce que par pure provocation. Après tout, ce n’était pas la première fois qu’elle se côtoyait et encore moins la dernière. Car ce soir, elle n’allait pas mourir et le coup qu’elle assigna en disait long sur cette intention.  Voyant son opposant reculer, elle observa ce sourire qui semblait égayer ce visage dangereux, mais à son tour, un sourire se dessina  sur ses lèvres assassines et au tac au tac, elle usa à son tour de provocation, la gêne n’ayant aucune place dans ce monde qui était le sien. « Je ne serai pas contre de voir ce que tes hanches me réservent, mais il faut croire que tu as une drôle de façon de jouer les préliminaires. » Si cette proie se montrait aussi virulente au lit qu’au combat, il promettait d’être un partenaire de choix. Mais la flamme dans son regard semblait plus vouloir l’éventrer dans cette rue que vouloir la contenter contre l’un de ses murs. Ce qui était bien dommage, il fallait bien l’avouer, mais ce n’était pas pour autant qu’elle comptait baisser sa garde et en voyant le fauve se jeter à son encontre, elle se prépara.

Elle esquiva le premier coup, laissa sa lame rencontrer la sienne au second et faillit se prendre le troisième assaut. Elle le sentait, son but premier n’était pas de la toucher directement. Il comptait la fatiguer elle aussi. L’acculer, pour lui faire perdre toute résistance et pouvoir frapper plus facilement. Une technique qu’elle ne connaissait que trop bien, mais qui l’allait pas marcher avec elle. Observant judicieusement la position de son ennemi, ses techniques et ses gestes, la lame silencieuse devina qu’il était prêt à effectuer une technique périlleuse, mais astucieuse. Dès qu’il planta son pied dans le sol et qu’il pris son élan, Jill plongea vers le sol, laissant la lame s’approcher dangereusement de son dos qui sentit le frisson glacial de la mort l’envahir. Usant de la force de ses bras pour se relever plus vite, elle serra fortement son arme dans sa main directrice et s’élança à son tour pour profiter du contrecoup d’une telle technique, mais sa brusquerie, fut ralentis par un coup violent venant d’un pommeau d’une épée qui frappa fortement sa joue, l’obligeant à s’éloigner au plus vite de sa proie, pour éviter d’être emprisonné entre ses griffes. La douleur fit battre plus fortement son cœur, son pouls s’accéléra, se faisant plus virulent, plus saccadé. Le dos de sa main contre sa joue meurtrie, Jill constata qu’une gerbe de sang s’écoulait d’une quelconque plaie — du moins de l’extérieur —, mais sa douleur lancinante semblait lui rappeler que son adversaire n’était pas à sous-estimer. Elle avait fait une erreur, elle ne l’a referait plus et cette souffrance était là pour le lui rappeler. Crachant de la salive mêlée à du sang, son regard toisa la bête de foire sans baisser sa garde. Bien qu’il semble bien plus causant que certaines de ses victimes, elle devait avouer qu’elle n’était pas insensible à son sarcasme et un rire se déploya de sa gorge. « Comme c’est mignon, tu sembles t’inquiéter pour ma bourse, mais je n’ai pas besoin de tes conseils pour négocier. Je suis plutôt douée dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autre. » Son regard verre bouteille était marqué d’une confiance extrême en sa personne, une prétention dont elle ne s’était jamais cachée tant elle était consciente de ses acquis. Mais elle avait sûrement moins la grosse tête que ce gladiateur beaucoup trop arrogant. « Tu comptes me faire taire ? Je pensais que tu voulais me faire crier au vu de tes dires. Il est rare qu’on demande le nom de son futur tueur, mais si jamais tu veux crier mon nom… Je suis Jill.  » Faisant tournoyer ses lames dans ses mains, la lame silencieuse s’approcha de quelques pas, mais pas assez pour être touché ou agir. Son regard semblait toiser de nouveau son opposant, mais cette fois, elle prit le temps de le regarder sous toutes les coutures, admirant ce physique qui était bien à son goût. C’était presque du gâchis de tuer pareille créature, car en plus d’être plutôt charmant, il semblait être un digne combattant. « Alors mon cher Nil, Tu décides de m’approcher, où je dois venir de moi-même ? » Espérant que cette nouvelle déstabilise sa victime, elle s’élança de nouveau droit vers son opposant, mais au lieu d’attaquer, elle laissa échapper un objet qui explosa au contact du sol, laissant échapper un écran de fumée opaque, à l’odeur plus qu’insoutenable. Ayant profité de cette surprise, la lame silencieuse s’était dirigé vers le côté gauche de sa future paye. D’un geste fluide et rapide, ses lames se présentèrent, le tranchant contre la peau. L’une était prête à déchiqueter l’épiderme entre les côtes, tandis que l’autre, semblait viser la cuisse, pour procurer une douce douleur meurtrière, tout en ralentissant les mouvements. Son instinct était-il aussi puissant pour éviter cette attaque perfide à revers ?
Revenir en haut Aller en bas

Flashback — Quand la mort revêt ses plus beaux atours [ft. Jill]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» "quand le Lion est mort les chacals se partagent l'empire"
» [résolu] script A-RPG (VX) probleme d''activation d''interrupteur quand mort du monstre
» Mon Nabu est-il mort?
» Battle est-il mort ??
» [accepté] Mes parents sont morts quand j'étais enfant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Hors RPG - flood time :: cemetery of warriors ; :: Rps abandonnés-