— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

Le corbeau et la hahl égarée [PV Zevran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
Elfe curieuse ⊱ MAGES

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 88
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Scipio Romulus
— CRÉDITS : Serindë
— PRESTIGE : 40
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Sans domicile fixe, là où ses songes la porte
— ÂGE : 18 ans
— RANG SOCIAL : Dalatienne
— FACTION : Mages
— ARMES : une petite lame cachée et de la magie
— O.SEXUELLE : Bi
— AMOUREUSEMENT : Célibtaire

MessageSujet: Le corbeau et la hahl égarée [PV Zevran] Mer 7 Juin - 18:50

Les villes humaines sont immenses, immenses et surpeuplées. Et surtout totalement inédites. Mon clan a tendance à soigneusement éviter les trop grosses agglomérations urbaines humaines, quelques villages et petites villes de temps à autres. Mais rien de comparable à Val Royeaux. Jamais. Et c’est sans doute pour celà que je me suis dirigé vers la capitale orlaïsienne, comme un papillon de nuit  se dirige vers une lampe recouverte de miel. J’ai profité de l’occasion de n’être pas “si loin” de la cité, pas si loin étant quand même quelques jours de voyage à pied, je me suis approchée plus que jamais des habitations humaines.  Et je me suis éloignée plus que jamais de mon clan. De ma couche dans l’aravel, de ma place autour du feu, de la tutelle de l’Archiviste. De papae. Il me manque… Pourtant je ne regrette pas d’être partie, j’ai tant de choses à voir, de questions auxquelles répondre et à faire naître. Je dors à la belle étoile, le climat s’y prête sans que je risque d’attraper une pneumonie ou autre. La curiosité ne fait que grandir au fur et à mesure que je m’approche de la capitale, il y a de plus en plus de voyageurs sur la route. Et même si je suis plus vulnérable je suis contente de ne pas avoir pris de bâton. Un jour si j’en trouve un assez discret et qui puisse passer pour un bâton de marche… Mais pour le moment mieux vaut s’en passer.
Je reste bouche-bée. Je n’ai jamais rien vu de tel avant, enfin si un peu il y a beaucoup de choses qui rappelle les ruines de mon peuple, seulement les constructions que je vois là sont bien debout et entières. Je suis sous la Porte de la Nuit, il parait que la Porte du Jour est bien plus imposante encore, plus imposante que ça ? Je dois avouer que ça me parait un peu ardu… Il faut que je vois aussi cette porte. Je suis un peu déroutée par le flot de personnes qui s'engouffrent dans la cité et en sortent. Et dans toutes sortes de moyen de locomotions, je fais un écart pour éviter d’être percutée par un cheval dont le cavalier semble faire peu de cas des gens qui l’entoure, pour me cogner le nez contre le dos d’un shemlen (je sais que je ne devrais pas employer ce mot, mais les vieilles habitudes ont la vie dure. Surtout après dix-huit ans à la voir appliquée)  qui me semble particulièrement grand. Je m’excuse platement tout en cherchant un moyen de continuer à progresser dans la foule sous le regard noir du Goliath. Je percute un nain en grande conversation avec un humain et un elfe que je devine citadin, je ne peux que demander encore une fois son pardon, il faut dire qu’une sculpture peinte a particulièrement attiré mon oeil.  Il y a tellement de choses à voir ! Rien que l’hétéroclité de la foule est passionante, j’entends aussi différentes langues en dehors de l'Universelle et de l’Orlaïsien, des langues dont je ne reconnais pas la provenance et dont je serais bien incapable de donner le nom. De même que les accents. Les tenues aussi, les coiffures… J’en ai la tête qui tourne.
Les rues de la capitale sont elles aussi très belles et remplies d’activités. Ici une taverne avec terrasse bondée, là une mercerie prise d'assaut suite à un arrivage de rubans. Un vendeur ambulant de colifichets brillants et de verroterie colorée. Je ne sais pas trop où je vais, je laisse mes pas me porter. Mon esprit vagabonde lui aussi, enchanté et enivré par toutes les nouvelles source de rêveries et de questionnements que je lui offre.
Je traverse un petit pont en pierre blanche et peint de bleue enjambant un canal d’une eau turquoise sur laquelle vogue de petites embarcations étranges, rouge et or. Je m’arrête me penchant plus en avant pour mieux voir les sortes de canots  glisser sur l’onde. Et ce jusqu’à qu’ils disparaissent au loin. Il faudra que je me renseigne sur ces curieux objets.  Une petite brise souffle ridant la surface du canal. Je m’éloigne de la rambarde du pont, il est temps de poursuivre mon errance volontaire. Si je croise quelques arbres je ne peux m’empêcher de me dire que cet endroit manque cruellement de verdure, Mon nez se plisse soudain agressé par une forte odeur, ouche c’est fort ! Il me faut quelques secondes pour reconnaître l’odeur si caractéristique des produits pour teindre le cuir. C’est la première fois que je le sens dans de telles quantités. Je dois être dans le quartier des tanneurs, ce qui explique la profusion d’articles en cuir présentés devant les échoppes. Je suis tellement absorbée par leur contemplation tout en continuant à marcher que j’en ai oublié le reste du monde autour de moi. Et bien évidement je finis par percuter quelqu’un (encore), le choc me tire de ma rêverie.

-Abelas, je ne vous avez pas vu. Je ne vous ai pas fait fait mal ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
the hell on thedas ⊱ PNJ

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 187
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRESTIGE : 290


MessageSujet: Re: Le corbeau et la hahl égarée [PV Zevran] Jeu 8 Juin - 18:05

D'un oeil distrait et le sourire marqué aux lèvres, il vérifia rapidement si son couteau qu'il cachait habituellement dans sa botte était à sa place. Mieux valait jouer la sécurité, surtout lorsqu'on se préparait à accomplir une mission d'assassina. Cela faisait un bon bout de temps qu'il n'avait pas eu une telle tâche à accomplir, et dans un sens, il ne s'en plaignait pas, loin de là. Même si Zevran était un assassin de formation, élevé par les Crows d'Antiva et éduqué de manière à ne rien ressentir, il avait réussi à comprendre beaucoup de choses en voyageant aux cotés de Reyner Cousland, le Héro de Férelden. Il avait même accepté de rester chez la Garde des Ombres, non pas en tant que garde mais en tant que mercenaire opérant à leur compte. Titre privilégié offert par son très cher Warden Commander.
Beaucoup avaient protestés en apprenant la nouvelle : Zevran avait pourtant tant appris au cours de ces dix dernières années. Il avait trouvé sa place, et même s'il était pareil à un oiseau, volant de ci de là et changeant souvent de nid ; il s'était finalement stabilisé et s'était trouvé un foyer. L'esprit des Gardes était quelque chose qu'il n'avait jamais réellement goûté. Chez eux, il y avait la notion de respect, et surtout, ; la notion de famille. A défaut de ne jamais en avoir réellement eu, l'elfe s'était laissé allé à se faire bercer par cette douce sensation pendant dix ans maintenant. Cela l'émerveillait, dans un sens, de voir tant de frère et sœurs d'arme veiller les uns sur les autres. Il lui avait fallut beaucoup de temps avant de s'y accommoder, et d'ailleurs, l'assassin ne changerait jamais réellement, mais cette compagnie de joyeux guerriers l'avait légèrement adoucit.

Zevran se redressa une fois qu'il eu terminé de vérifier qu'il était équipé de tout ce dont il avait besoin. Aujourd'hui, il tenterait d'empoisonner sa cible à l'instar de la tuer pendant son sommeil comme il le faisait en général. Dommage, il aurait aimé passer une nuit frivole en compagnie de sa victime ; mais ce serait pour une autre fois.
Sortant de la chambre qu'il avait loué — car le voyage entre Férelden et Val Royaux avait été épuisant et qu'il valait mieux se reposer avant de travailler —, il se mit à marcher doucement dans la ville. Habillé d'une tunique simple aux couleurs vibrantes pour ne pas se détacher des vêtements des Orlésiens, Zevran se rendit dans une petite boutique d'armements. Sa cible était la gérante et vendeuse de ce magasin ; Reyner lui avait informé qu'elle faisait du trafique d'armes avec les anciens — nous pourrions plutôt dire survivants, car le héro avait quand même presque démantelé et tué tout ce groupe de vaux rien durant son voyage — hommes d'Howe, le scélérat qui avait trahis la confiance du père de son cher Warden, mais surtout, qui en avait assassiné la famille entière : la famille du Commandant Cousland. Ce n'était pas sans un certain amusement que Zevran avait accepté cette mission en échange d'une récompense en... Nature. Ce qui dérangea bien entendu le Commandant, car il regrettait déjà la première nuit passée avec l'elfe : mais la tâche qu'il lui demandait était si importante à ses yeux qu'il n'avait pas pu refuser la requête de l'assassin.

Prenant ses marques, il repéra sa cible. Cette dernière était assise à son comptoir, buvant ce qui semblait être du vin. Ce que les Orlésiens étaient exubérants, nom du Créateur. Boire de l'alcool par cette chaleur ? Soit, comme elle voulait. De toute façon, cela arrangeait l'elfe. Saisissant un petit cailloux qui se trouvait à l'entrée de l'échoppe, il s'approcha doucement en se faufilant, vérifiant que personne ne le regardait — il avait été obligé de faire le client qui était indécis car d'autre personnes étaient entrées en même temps que lui pour ressortir bredouille — et, visant correctement — tout du moins du mieux qu'il le pu —, il balança le cailloux de façon à faire tomber un casque qui était derrière le comptoir. La vendeuse sursauta et, se retournant afin d'aller voir ce qu'était ce raffut, Zevran s'élança tout en sortant le petit flacon de sa poche de tunique. Il versa alors quatre goûte de ce liquide translucide et mortel ; pour finalement se volatiliser au dessus du bâtiment.

《 — Voilà qui devrait faire l'affaire, ma jolie.  》

Observant par la suite sa cible revenir au comptoir et vaquer à ses occupations, il attendit une bonne demi heure à se tourner les pouces jusqu'à ce que sa victime se mette à boire de nouveau de sa boisson : le sourire aux lèvres, Zevran se redressa en lâchant un 《 — Et une nuit avec le Commandant, une.  》. Il regarda la ville bouger à son rythme, satisfait, jusqu'à entendre un bruit sourd : celui d'un corps sans vie qui tombe au sol. Voilà qui devait empêcher le peu du restants des hommes d'Howe de se fournir illégalement en armement.

Il descendit alors du bâtiment, toujours guilleret : Comme personne n'avait vu la vendeuse tomber, il en profita pour aller vérifier vite fait qu'elle ne respire plus et bien entendu, vola l'argent qu'elle avait sur elle. Une belle petite somme en soi. Il n'allait pas la laisser à la portée de n'importe qui, sans défense, quand même !
Avant de repartir, il comptait bien se faire plaisir en faisant un petit tour du côté des quartiers des tanneur. Le cuir, son amour de toujours : à Antiva City, il vivait près des tanneurs de la ville et, cette odeur si agréable et si enchanteresse l'avait toujours marqué. N'ayant jamais pu s'offrir cette fameuse paire de bottes, il se dit que l'occasion était peut être venue de s'en acheter, même si elles ne venait pas de sa chère ville natale.
C'est ainsi qu'il se mit à parcourir avec un regard amusé les rayons des vendeurs de bottes, sacs, fourreaux, bijoux et autres articles fantaisistes tous faits de cuir. Son attention était tellement captivée par toutes ces petites merveilles qu'il ne vit pas que quelqu'un devant lui s'était stoppé : il rentra dans une jeune femme,
sursautant en s'en rendant compte. Ses yeux se posèrent sur la demoiselle et, haussant les sourcils, il remarqua qu'il avait à faire à une magnifique Dalatienne à la peau ivoire et aux cheveux blonds comme les blés.

《 — Ne vous excusez pas, la faute me reviens de droit car je ne vous avait pas vu... Bien que cela soit compliqué de rater une femme aussi ravissante que vous lorsqu'elle passe devant soit.  》

Il appuya ses paroles d'un sourire charmeur, tel qu'il savait les faire. Ses yeux ambrés ne lâchait pas la jeune créature qui semblait sans défenses, et surtout : perdue. C'était l'occasion pour Zevran de se rendre utile et, qui sait, se faire récompenser pour cela. Mêler l'utile à l'agréable : voilà sa phrase favorite.

《 — De par vos vêtements et vos pas chancelants, j'en déduis que c'est votre première visite à Val Royaux. Si vous désirez un guide, je me propose avec grand plaisir. Son accent trahissais ses affirmations de bien connaitre Val Royaux car il n'y était allé que deux ou trois fois à tout casser.  Mais, dites-moi, comment vous appelez vous ? 》

Cela faisait beaucoup d'information pour une jeune Dalatienne qui venait tout juste d'arriver dans une ville telle que Val Royaux. Zevran le savait et comptait jouer sur ça afin de lui mettre le grappin dessus. Il espérait en tout cas que cela fonctionne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Elfe curieuse ⊱ MAGES

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 88
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Scipio Romulus
— CRÉDITS : Serindë
— PRESTIGE : 40
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Sans domicile fixe, là où ses songes la porte
— ÂGE : 18 ans
— RANG SOCIAL : Dalatienne
— FACTION : Mages
— ARMES : une petite lame cachée et de la magie
— O.SEXUELLE : Bi
— AMOUREUSEMENT : Célibtaire

MessageSujet: Re: Le corbeau et la hahl égarée [PV Zevran] Jeu 8 Juin - 23:57

D’habitude je percute plus les arbres que les gens. Encore moins les elfes à la peau dorée comme du pain d’épices, aux cheveux d’or et aux yeux d’ambre perçants. Tout est doré chez lui, dégradé de la teinte du métal noble. La Nature semble s’être amusée à ne le faire quand dans ces nuances, caprice d’artiste donnant naissance à une oeuvre des plus réussie. Pas seulement à cause du parti pris artistique, qui ne gâche absolument rien, mais aussi des traits harmonieux et charmeurs. Décidément Dame Nature peut se montrer très généreuse et esthète avec ses enfants. Tiens je ne connaissais pas ce symbole, courbes noires qui coulent sur la joue de l’homme sans la dévorer pour autant. Seraient ce des vallasins ? Je ne pense pas. J’aurais reconnu le symbole sinon. Est-ce que ce tatouage a une signification particulière ? Ou alors est-ce juste purement esthétique ?  Peut-être est il les deux à la fois, ne revêtant un sens que pour son porteur et une valeur purement esthétique pour le reste du monde. J’aime bien cette idée. Au fond les branches de Mythal qui ornent depuis peu mes joues ont-elles exactement la même signification pour moi que pour ceux que je croise ?
Sans doute que non. Similaire voir à côté de la plaque, mais identique je ne pense pas.  
Je suis soulagée ne pas m’être attiré ses foudres, Mythal soit louée… Euh j’ai bien entendu ? “Femme ravissante”, est ce bien à moins qu’il s’adresse ? Euh, oui c’est vrai qu’il n’y a pas non plus d’autres options. Et si confusion il pouvait y avoir son regard d’ambre qui ne me quitte pas et son sourire diablement charmeur (j’ignorais que l’on pouvait rendre un sourire à ce point éclatant et séducteur). Son accent aussi n’est pas en reste, chantant et riant, qui fleure bon l’inconnu. Je me demande d’où il vient. Et à quoi ressemble cet endroit ?
Mes vêtements ? Il est vrai que je me démarque grandement du reste de la populace, mes habits sont certes bien moins distingués et élégants, le tissus en lui même ne suit pas ce qui semble être les exigences de la foule. Mais que mon passage puisse changer à jamais ma façon de me vêtir… Val Royeaux a-t-elle réellement ce genre de pouvoir sur les gens qui la traverse ? Ou alors n’est ce qu’une simple expression et vais-je chercher trop loin ? Cette ville est si… Si… Elle. Je ne peux continuer plus avant mes pensées.
Mon pas chancelant ? Oh, je vois ! Ce n’est pas totalement la faute de mon inexpérience de la capitale…
Un guide ? Ce serait une chose très intéressante, une excellente source de réponses à mes questions. Comme sur la nature exacte de ces drôles d'embarcations tout à l’heure.  Et puis cette ville est tentaculaire, s’y perdre semble être d’une facilité déconcertante (et sans me vanter j’ai plutôt un bon sens de l’orientation). Mais…
Mon nom ? Ah ça je peux y répondre ! Trop de questions d’un coup, trop d’informations aussi. Je dois avouer que j’ai un peu de mal à ne pas perdre pied, je suis si loin de chez moi. Les codes et les lieux que je connais sont si loins, je suis dans l’inconnu. Et j’ai peur de m’y perdre?

-Ewie, Ewie Ralafërin. Et vous ? Bon le plus ardu reste à faire, avancer dans les eaux troubles et brumeuses. Et oui, il s’agit de ma toute première visite.

Reste désormais le plus délicat:guide ou pas guide ? Je ne perds pas grand chose à accepter non ? Mais ne serait-il pas plus prudent de refuser ? Je ne sais rien de cet homme, et on fait rarement les choses par pur altruisme en ce bas monde, on attends souvent une contrepartie. Papae et l’Archiviste ont bien réussis à me l’ancrer dans le crâne. Bon ce n’était pas comme si j’étais sans défenses.Et puis… Je me vois mal refuser.

-Et je vous remercie pour votre proposition que j’accepte avec plaisir.

En espérant ne pas le regretter plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
the hell on thedas ⊱ PNJ

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 187
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— PRESTIGE : 290


MessageSujet: Re: Le corbeau et la hahl égarée [PV Zevran] Sam 10 Juin - 21:58

Voyant que la belle demoiselle accepta sa proposition de guide, Zevran lui offrit alors un magnifique sourire charmeur. Ainsi donc, son petit prénom était Ewie. Cela confirmait d'autant plus le fait qu'elle était Dalatienne : mais il était difficile de se tromper sur ses origines lorsque l'on voyait que la jeune fille se baladait pieds nu en Orlaïs, avec des Vallaslin sur le visage. Alalah, les Vallaslin... Zevran n'aura jamais eu besoin d'en avoir. Il s'était déjà demandé à quoi aurait ressemblé les siennes s'il était resté avec sa mère, dans le clan Dalatien auquel elle devait — peut-être, car il ne savait rien d'elle si ce n'est qu'elle était prostituée — appartenir. enfin bon, de plus, le panthéon des dieux Elfiques ne l'intéressait guère, donc son questionnement était stupide au final.

D'un geste naturel et emprunt de douceur, Zevran saisit délicatement la main de l'elfe afin de l'apporter à son visage, déposant un baiser sur le dos de celle-ci. Il la relâcha sans trop attendre, ne voulant ni la mettre mal à l'aise, ni la gêner : juste flirter.

《 — En voilà, un nom ravissant. Il vous va à la perfection, mademoiselle.  》

Ainsi continuait-il avec les galanteries, flatteries et autre parades de coq pour séduire la jeune demoiselle en face de lui. Cela partait d'un bon sentiment — pouvait-on réellement, après tout, dire que Zevran était foncièrement mauvais ? —. Sur le moment, il ne savait pas trop quoi dire pour ne pas se répéter : il aurait pu chanter des louanges sur la beauté d'Ewie avec une grande éloquence, mais cela le réduirait au rang de dragueur des rues. Il n'aimait pas donner cet aspect là de lui même si, dans un sens, cela n'était pas faux du tout. Il y avait l'art et la manière de présenter les choses, après tout !
Son regard ambré regarda de droite à gauche et, alors qu'il cherchait exactement où se trouvait la place principale, il regarda Ewie avec un grand sourire — aussi charmeur que le tout premier, en tout cas. Même si Zevran semblait chercher son chemin, il tentait de rester sûr de lui.

《 — Vous cherchez un endroit précis dans Val Royeaux ? Je peux vous y emmener pour que vous puissiez y être plus à l'aise. Peut-être qu'être en compagnie d'un autre elfe vous permettra de vous sentir plus en confiance sur ces terres qui ne sont pas les vôtres. Et puis, une telle beauté se doit d'être bien accompagnée. N'ai-je pas raison, hm ?  》

Ses mots, doux comme un alcool sucré et subtil, glissait dans les airs jusqu’aux oreilles d'Ewie. Même s'il ne comptait pas forcément faire de la jeune dalatienne sa conquête d'une nuit, Zevran adorait par dessus tout draguer, flirter, plaire et arracher des frissons aux belles et beaux qui se présentaient à lui. Et puis, elle semblait si innocente et si naïve qu'il ne pouvait se retenir d'essayer de lui arracher des couleurs rougeâtres sur ces joues si pâles.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
Elfe curieuse ⊱ MAGES

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 88
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Scipio Romulus
— CRÉDITS : Serindë
— PRESTIGE : 40
hey i'm new
— NATIONALITÉ : Orlésienne
— LIEU D'HABITATION : Sans domicile fixe, là où ses songes la porte
— ÂGE : 18 ans
— RANG SOCIAL : Dalatienne
— FACTION : Mages
— ARMES : une petite lame cachée et de la magie
— O.SEXUELLE : Bi
— AMOUREUSEMENT : Célibtaire

MessageSujet: Re: Le corbeau et la hahl égarée [PV Zevran] Mar 13 Juin - 20:49

Oh par Dirthamen ! Le sourire de l’instant précédent n’est rien face à l’éclat du dernier. Est-ce qu’il va littéralement se mettre à briller de mille-feux à un moment ? Y-a-t’il beaucoup de personnes comme lui dans le monde ? Est-ce une norme de là d’où il vient ? D’ailleurs y-a-t’il seulement d’autres personnages comme lui dans Thédas ou est-ce un modèle unique ?
Je ne comprends pas. Pourquoi me prend-t-il la pour y porter ses lèvres ? De quoi s’agit il ? D’une coutume propre aux Citadins ? Aux she... humains ?Tous les humains ou juste une partie ? Toute à mes questionnements je ne donne pas grand sens ni poids à ce que cet intriguant individus me dit. Ravissant ? Oui oui, Papae a fait un très bon choix je trouve. J’aime beaucoup mon prénom, même si il peut être sujet à des jeux de mots vaseux. Eh oui. Ahahaha !
Mais que signifie cet acte ? Ce n’est pas désagréable, non loin de là. Et le contact a été trop bref pour que je puisse ressentir un quelconque malaise. Mais son absence complète de sens à mes yeux m’empêche d’en profiter, mon esprit cherche bien trop une réponse dans la gamme d'hypothèses plus ou moins délirantes qu’il génère. Il va falloir que je me renseigne. Sinon cela risque de me travailler sans relâche pendant un moment. Et j’ai quelqu’un de très bien placé pour me donner des réponses juste en face de moi. D’ailleurs est-ce moi qui délire ou est ce qu’il semble chercher son chemin ? Pour quelqu’un censé connaître Val Royeaux c’est étrange. J’ai grandi dans un environnement propice pour repérer ce genre de choses (dix-huit années sur les routes avec un clan dalatien permet d’apprendre deux ou trois petites choses). Et ce n’est pas parce que je suis loin de la “maison” et dans un lieu bien différent que je suis aveugle. Ou totalement idiote. Faut pas pousser Sylaise dans l’âtre non plus. bon progressons par ordre de priorités.

-Je ne comprends pas le sens votre geste. C’est une coutume particulière à un clan ? aux humains ?

Voilà, j’aurais ma réponse. J’espère. C’est vraiment très curieux comme pratique. Si quelques indices ont pû me conduirent plus tôt à une certaine suspicion quant au fait de sa réelle connaissance des lieux, rien dans son attitude actuelle ne tend pas à me conforter dedans. Très assuré, même si son sourire charmeur et éclatant ne m'atteint plus de la même façon. Je suis un peu refroidie, peut être à tort, peut être à raison mais il me faut du temps pour réchauffer un peu. Si réchauffer est envisageable. Je vais lui laisser le bénéfice du doute pour le moment, et puis il n’a pas forcément de mauvaises intentions.

-Pas vraiment non. Tout dépend de la qualité de la compagnie. C’est dit sans agressivité et j’accompagne la chose d’un gentil sourire, autant éviter qu’il prenne la mouche. Par contre je ne trouve rien à répondre à la suite de sa phrase, je ne suis pas vraiment habituée à cela… Je sens même mes joues se rosirent légèrement.

_________________




Ewie Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le corbeau et la hahl égarée [PV Zevran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un jeune garçon nommé Dylan...
» Avis sur : " La dernière plume du corbeau"
» Fille ou garçon IRL ?
» [La parole au Corbeau] Myssen.
» [HISTOIRE] Nouvelle d'un corbeau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Hors RPG - flood time :: cemetery of warriors ; :: Rps abandonnés-