— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

Le prélude d'une longue amitié. [FEAT. Alistair]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
THE HERO OF FERELDEN ⊱ GREY WARDEN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Pendräagon.
— MISSIVES : 298
— PRÉSENCE : Présent.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Ragnar Warvrick.
— CRÉDITS : Moi pour les gifs, edits (+) noobito
— PAIRING & OTP : OTP OF ALL TIME = REYLISTAIR mwala.
— PRESTIGE : 357

— NATIONALITÉ : Il est Alamarri, né au château Cousland durant une nuit agitée par une tempête de neige plutôt violente.
— LIEU D'HABITATION : Sa demeure principale reste le château Cousland qu'il a fait reconstruire ; mais sinon, il se contente d'auberges et de nuits à la belle étoile.
— ÂGE : Reyner possède vingt-sept ans ; hé oui, très jeune pour un Grey Warden qui a sauvé Ferelden d'un Enclin. Que voulez-vous, les années ne font pas le talent !
— RANG SOCIAL : Noble de la lignée des Cousland, Reyner a très tôt subi une éducation adéquate à son titre de noblesse.
— PROFESSION : Il reste et restera toujours un Grey Warden, quelqu'en soit l'enjeux.
— FACTION : Comme dit plus haut, Reyner fait partie des Grey Warden - autrement dit la Garde des Ombres.
— ARMES : Il est armé d'une très belle épée Orlésïenne et d'un bouclier comportant l'écusson des Cousland dont il ne se séparerais pour rien au monde.
— O.SEXUELLE : Notre héro de Ferelden est homosexuel et donc est attiré par les hommes, ce qui a rendu le rituel de Morrigan assez difficile pour lui en y repensant.
— AMOUREUSEMENT : Reyner est célibataire, bien qu'il entretient une flamme inavouée pour l'un de ses confrères et éternel ami : Alistair Theirin.

MessageSujet: Le prélude d'une longue amitié. [FEAT. Alistair] Mer 17 Mai - 18:59


le prélude d'une longue amitié
pv. Alistair


Vingt et un an plus tôt...


《 — Voilà une bien belle journée qui s'annonce !

Des paroles qui, accompagnées d'un rayon de soleil gracieux, révélait Bryce Cousland avec un air des plus sereins. Aux côtés de lui se trouvaient sa petite famille : Eleanor, sa femme, Fergus, son aîné et bien entendu Reyner, le petit dernier de la fratrie. Tous assis dans un fiacre, ils se rendaient à Golefalois pour une visite diplomatique. En effet, le Iarl Eamon Guerrin était un bon ami du Tyern. Il leur arrivait de se rendre visite mutuellement, mais actuellement, cela faisait plus de cinq ans qu'ils ne s'étaient pas vu. La dernière fois qu'ils s'étaient revu, c'était afin de présenter le jeune Fergus au Iarl et à sa femme.

Âgé alors de six ans, Reyner était un petit garçon plutôt calme lorsqu'il n'avait rien à faire, mais qui débordait d'une énergie inhumaine en temps normal. Ses cheveux blonds comme les blés, presque platine, étaient courts et coiffés par sa mère, qui avait eu beaucoup de mal — car le jeune homme avait certes, une crinière plutôt fine et lisse ; ses cheveux faisaient quand même souvent ce qu'ils voulaient et il n'était pas rare de le voir avec des épis sur le crâne. Cette fois ci, il n'avait aucun épis : Eleanor voulait que son petit dernier soit parfait pour la présentation de ce dernier au Iarl et à sa femme.

《 — Père, où allons-nous déjà ?
Ça fait cinq fois qu'on te le dit, tête de linotte. Arrête de faire l'intéressant !
Fergus, allons ! 》

Il n'était pas rare non plus de voir Fergus et Reyner avoir des rapports belliqueux. Cela n'empêchait pas les deux frères de s'aimer énormément néanmoins ; mais Fergus adorait embêter son jeune frère dès qu'il en avait l'occasion car il savait très bien qu'il était quelqu'un de distrait par nature et qui avait tendance à être dans sa bulle.

《 — A Golefalois, Reyner. Nous allons à Golefalois.

Reyner baissa la tête en écoutant son père, ouvrant la bouche pour mimer le nom de la ville quand Bryce le prononça comme pour le faire rentrer dans sa petite caboche. Ceci fait, il hocha la tête en regardant par la fenêtre du fiacre, sûr de lui quant à retenir le nom de leur destination cette fois ci. Amusé, le chef de famille commença à parler avec sa femme 《 du bon vieux temps à Golefalois 》comme il le disait si bien. Perdu dans ses pensées, le petit blond commença à observer un papillon voler près de sa main, avant de l'attraper doucement. Il le relâcha dans un sourire, lui faisant même signe de la main en passant par dessus la fenêtre du fiacre pour lui dire "au revoir", alors qu'Elenaor avait bien vite fait de le saisir afin de le replacer sur la banquette, effrayée qu'il ne tombe.



Quelques heures plus tard, la famille Cousland était déjà arrivée et les retrouvailles commencèrent. Reyner rencontra ainsi le Iarl Eamon, d'abord intimidé par cet homme grand et imposant, puis finalement apprit à se détendre. Il fini par aller marcher dans Golefalois en compagnie de son grand frère Fergus qui avait promis à sa mère de faire attention et de revenir rapidement. Enfin... Il disait ça, mais Fergus était un enfant. Donc un enfant, ça faisait des bêtises.
Les deux frères se mirent à jouer à un jeu qui n'était pas recommandé dans une ville que l'on ne connaissait pas : cache-cache. Fergus se mit donc à compter, tandis que Reyner, soudainement animé d'une énergie débordante, se mit à courir un peu partout pour se dénicher une cachette. Il alla d'abord vers les grandes portes du château, demandant aux gardes de ne pas dire à son frère qu'il était passé par ici — qui eux étaient bêtement là à regarder ce petit bonhomme courir partout sans comprendre —. Par on ne sait quel moyen, Reyner avait finalement atterrit dans les écuries du château. Se stoppant donc dans sa course, il regarda les grands destriers avec admiration — Reyner adorait grandement les chevaux —, pour finalement se mettre à courir vers un Mabari qui faisait sa sieste sur de la paille.

Se penchant vers la bébête, le jeune garçon tendis ses mains pour le papouiller vigoureusement, souriant jusqu'aux oreilles.

《 — T'es beauuuuu ! Tu ressembles à mon Barkspawn !  》

Il entendit alors des pas, et par réflexe — rappelons qu'il jouait quand même à cache-cache et qu'il s'attendait à voir son frère Fergus surgir de nul part à n'importe quel moment — alla se cacher derrière une porte de box à cheval vide : regardant par le trou devant lui, il vit un jeune homme plus âgé que lui entrer. par la porte d'à coté. Curieux, il posa ses mains sur la porte pour mieux regarder à travers le trou de sa cachette mais oubliant qu'elle n'était pas fermée, il la poussa simplement et n'ayant rien à quoi se rattraper, tomba bêtement contre le sol dans un nuage de paille et de poussière, rétorquant un gémissement de surprise lorsqu'il heurta le sol. Il redressa la tête, couvert de saleté de la tête aux pieds et regarda le garçon plus loin, faisant de grands yeux, ayant eu peu de temps pour comprendre ce qu'il venait de se passer — mais vraisemblablement, il était visible aux yeux du jeune homme désormais. Il ne pu s'empêcher de rougir fortement de honte d'ailleurs, n'osant ni rien faire, ni rien dire.



_________________
the heir of a lost legacy ◄
the weaknessYou'll find soon, my lord, that your love is heavy as much as the stones of the earth. Maybe you'll suffer, oh, yes, but you are fearless, aren't you ? indeed, you are the hero of ferelden. the hero who saved us all, but who can't even save himself from his demons.


Dernière édition par Reyner Cousland le Sam 3 Juin - 19:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
THE CHEESE LORD ⊱ GREY WARDEN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 108
— PRÉSENCE : Dispo
— PAIRING & OTP : I SHIP IT ALL. ALL THE SHIPS MUST SAIL.
— PRESTIGE : 44
Say cheeeeese
— NATIONALITÉ : Féreldien.
— LIEU D'HABITATION : Il n'a pas de résidence à proprement parler. Son foyer, sa famille... c'est là où se trouvent ses frères et soeurs Gardes des ombres. Là où le mène sa lutte contre l'engeance. Oh, il y a bien Weisshaupt et d'autres forteresses érigées par l'ordre — une par-ci, une par-là — mais de nos jours, ses représentants passent plus de nuits sur la route ou dans un bivouac qu'au fond d'un nid douillet.
— ÂGE : 32 ans. Né en 9:10 du dragon.
— RANG SOCIAL : Il est le bâtard du roi Maric Theirin. Cailan Theirin était donc son demi-frère. Voilà qui est dit. On peut passer à autre chose maintenant? ...non?
— PROFESSION : Grey Warden
— FACTION : ...Grey Warden?
— ARMES : Une épée à une main et un bouclier orné du blason de la Garde des Ombres. Il appartenait à son ancien mentor Duncan et lui a été offert pendant le 5ème enclin par Reyner. Sa formation de templier, bien qu'incomplète, lui offrit de précieuses capacités auxquelles il se refuse de recourir.
— O.SEXUELLE : Demisexuel. Alistair manque d'expérience et n'a pas souvent eu l'occasion de euh... ranger l'épée dans son fourreau? Entre l'enclin, son passé chez les templiers et la chantrie... et il attend l'âme sœur... la personne adéquate, celle qui fera battre son cœur? Comment, trop cul-cul? Ok. Faites comme si je n'avais rien dit.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.

MessageSujet: Re: Le prélude d'une longue amitié. [FEAT. Alistair] Ven 19 Mai - 18:06


le prélude d'une longue amitié
pv. Reyner

C'était une journée prometteuse, douce et ensoleillée qui débutait pour le garçon de chenil; avec un ciel bleu magnifique et dégagé, aucun nuage ne se profilant à l'horizon. Quelle sombre perspective que celle de rester cloîtré entre quatre murs lorsqu'une météo aussi favorable s'annonçait! Mais surtout, quelle grave erreur de la part du Iarl que celle d'espérer pouvoir consigner Alistair au château jusqu'à l'arrivée de ses invités... alors que celui-ci ne rêvait que de liberté, de sillonner les champs et les vergers en marge du village et piquer une tête dans la rivière.
Mais, pour sa défense, l'enfant ne sécha pas délibérément les présentations. Si Eamon l'avait bien informé de la visite imminente des Cousland, la nouvelle était complètement passée à la trappe. Elle était rentrée par une oreille pour aussitôt ressortir par l'autre... et il avait oublié. Il n'avait pas vraiment écouté, d'ailleurs. Vous comprenez, les grandes personnes, ça parlait trop — tout le temps! — ils ne pouvaient pas attendre de lui qu'il retienne toutes leurs consignes. Faut quand même pas pousser la Divine dans les orties. La seule chose que le blondinet ait mémorisé à la perfection, à ce jour, c'était les horaires des cuisines. Déjeuner. Souper. Réglé comme une horloge, il ne ratait aucun repas de la journée.

Le garçon se leva à l'aube, alors que le soleil pointait tout juste le bout de son nez. Après une toilette hâtive, il enfila une chemise à la propreté discutable et imprégnée d'une forte odeur de mabari. Il en retroussa les manches et rentra les pans dans son pantalon pour cacher quelques tâches aux origines suspectes. Ses doigts se glissèrent entre ses boucles blondes pour retirer les brins de pailles qui s'y étaient logés avant d'essayer (sans grande conviction) d’aplatir le tout. Puis, par automatisme, ses jambes le menèrent jusqu'aux cuisines du château.
Le blondinet s'y faufila sous les yeux des domestiques qui, déjà, s'adonnaient aux fourneaux. Il contourna discrètement la cuisinière et se hissa sur la pointe des pieds pour atteindre la corbeille à pain, où s'alignaient une dizaine de petits pains, dorés et encore chauds. Les yeux brillants de malice, il tendit le bras et déroba la miche la plus grosse qu'il fourra illico dans sa poche avant de déguerpir comme un voleur. Ce qui n'empêcha pas l'enfant de s'arrêter à mi-chemin, face à la petite table d'appoint où trônait une magnifique tome de fromage, laissée en évidence et à son intention par la maîtresse de cuisine — ce qu'il ignorait, bien entendu. Alistair observa les alentours; un coup d’œil à droite, puis à gauche pour s'assurer de son invisibilité à toute épreuve. Il ne remarqua pas les deux servantes complices qui s'esclaffaient en s'efforçant de ne pas regarder dans sa direction. Satisfait, il se précipita jusqu'à la sortie avec son butin.

Une fois tiré d'affaire, il quitta l'enceinte du château pour se réfugier en haut du moulin de Golefalois. Le petit singe grimpa le long des pierres desserties jusqu'au sommet où il prit place, s'installant tranquillement dans son repaire pour dévorer son casse-croûte. De son perchoir, il vit le fiacre des Cousland traverser le pont en bois et ce spectacle le frappa d'une étrange impression. Celle d'avoir manqué un truc. Quelque chose d'important. Hum... quel jour était-on, déjà? Alistair se gratta le menton en signe de réflexion mais la mémoire ne lui revint pas pour autant. Il délaissa son perchoir, repu, le ventre plein. Connaissant le blond, son estomac ne tarderait pas à gronder pour en réclamer plus... aussi décida-t-il de visiter les vergers en amont du village pour cueillir des pommes. Pour lui, bien sûr, mais aussi pour les chevaux dont il devrait bientôt s'occuper.
Après avoir rempli à ras bord un grand panier en osier, le garçon de chenil s'en retourna gaiement aux écuries. Il longea les box en s'arrêtant devant chacune des portes. Les têtes de ses amis émergeaient, les naseaux frétillants, appâtés par les friandises. La main tendue à plat, le blondinet laissa une jument dévorer goulûment un fruit et pouffa de rire lorsqu'elle chatouilla sa paume. Puis, tandis qu'il progressait dans le bâtiment, une porte s'ouvrit brusquement et un petit bonhomme vint s'écraser contre le sol dans un bruit sourd. La surprise l'étouffa pendant un instant avant qu'il n'éclate de rire devant sa mine déconfite.

« Ah ah, c'est ce qui s'appelle mordre la poussière! »

S'écria Alistair sans cacher son hilarité. Il s'avança et se pencha doucement vers lui avec un sourire goguenard sur les lèvres. Si son rire s'était estompé, ses yeux ambres pétillaient encore d'amusement. Il déposa son panier à terre et tendit une main au garçon pour l'aider à se remettre sur pieds. Lorsqu'ils furent tous deux debout, le plus âgé préleva deux pommes de sa corbeille en osier. Il les frotta contre sa manche, lança au gamin un fruit dont la peau se révéla aussi rouge que sa frimousse et croqua à pleines dents dans la deuxième pomme.

« Tiens! Ch'est pour les chevaux normalement, mais bon, ch'est pas grave. J'en cueille toujours deux fois pluch parche que je chais que je vais en manger la moitié. Oh. Mais le dis pas au maître d'écurie. »

Marmonna-t-il en mastiquant bruyamment. Les bonnes manières, ça n'était pas son fort... Lorsqu'il ne lui resta que le trognon dans la main, Alistair le jeta dans un tonneau à proximité, au dessus d'un tas de fumier. Il ajouta ensuite, tout en s'essuyant les mains contre son pantalon :

« Tu fais quoi là, en fait? »


_________________
ϟ Alistair ϟ
Theirin

we could go to orlais, live in sin and eat cake until the darkspawn finally catch up to us ✶ ✶ ✶



Dernière édition par Alistair Theirin le Mar 6 Juin - 12:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
THE HERO OF FERELDEN ⊱ GREY WARDEN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Pendräagon.
— MISSIVES : 298
— PRÉSENCE : Présent.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Ragnar Warvrick.
— CRÉDITS : Moi pour les gifs, edits (+) noobito
— PAIRING & OTP : OTP OF ALL TIME = REYLISTAIR mwala.
— PRESTIGE : 357

— NATIONALITÉ : Il est Alamarri, né au château Cousland durant une nuit agitée par une tempête de neige plutôt violente.
— LIEU D'HABITATION : Sa demeure principale reste le château Cousland qu'il a fait reconstruire ; mais sinon, il se contente d'auberges et de nuits à la belle étoile.
— ÂGE : Reyner possède vingt-sept ans ; hé oui, très jeune pour un Grey Warden qui a sauvé Ferelden d'un Enclin. Que voulez-vous, les années ne font pas le talent !
— RANG SOCIAL : Noble de la lignée des Cousland, Reyner a très tôt subi une éducation adéquate à son titre de noblesse.
— PROFESSION : Il reste et restera toujours un Grey Warden, quelqu'en soit l'enjeux.
— FACTION : Comme dit plus haut, Reyner fait partie des Grey Warden - autrement dit la Garde des Ombres.
— ARMES : Il est armé d'une très belle épée Orlésïenne et d'un bouclier comportant l'écusson des Cousland dont il ne se séparerais pour rien au monde.
— O.SEXUELLE : Notre héro de Ferelden est homosexuel et donc est attiré par les hommes, ce qui a rendu le rituel de Morrigan assez difficile pour lui en y repensant.
— AMOUREUSEMENT : Reyner est célibataire, bien qu'il entretient une flamme inavouée pour l'un de ses confrères et éternel ami : Alistair Theirin.

MessageSujet: Re: Le prélude d'une longue amitié. [FEAT. Alistair] Sam 3 Juin - 20:08

Reyner avait envie de s'enterrer six pieds sous terre tant il se sentait terriblement mal. Se donner en spectacle, il avait horreur de ça : tout du moins, il n'aimait pas ça quand le contexte était identique à celui-ci. Il ne connaissait pas qui était le mystérieux garçon plus loin qui riait aux éclats de sa stupidité, mais une chose était sûre : il n'avait pas envie de se faire des amis lorsqu'il se rendait ridicule au préalable devant eux.
Pensant que le jeune homme allait le laisser dans la poussière pour retourner vaquer à ses occupations, Reyner se redressa doucement sur les genoux, des bouts de paille dans ses cheveux dorés. Ses lèvres étaient presque tremblante tant il s'en voulait d'être aussi maladroit.

Mais, contrairement à ce que pensait le petit Cousland, sa nouvelle connaissance vint doucement vers lui afin de lui tendre une main amicale. Quand les yeux de Reyner se posèrent sur le visage angélique de son vis à vis, il eu comme une certaine interrogation face à la beauté du regard de ce dernier. Innocent, il se dit sur le moment que le jeune garçon qui l'aidait actuellement avait de très jolis yeux.

《 — M-merci, heu...  》

A peine eut-il fini de remercier l'autre blondinet en face de lui que ce dernier commença à parler. Il était allé chercher sa corbeille remplie de pommes — Des pommes qui, d'ailleurs, avaient l'air tout à fait succulentes— et il revint vers le jeune Cousland, lui en donnant une tout en croquant à pleine dents dans la sienne.
D'après les dire du garçon, il prenait des "risques" en donnant des pommes à des chevaux. Quelle maître d'écurie farfelu ! Reyner avait toujours été autorisé à nourrir les chevaux de la cour, à Hautecîme ; il ne comprenait pas en quoi cela était un problème, mais trouva toutefois Alistair courageux. Il n'aimait pas braver les règles et était bien trop sincère pour cela ; il ne pouvait s'empêcher d'admirer les personnes qui, à l'instar de lui, y arrivaient aisément.

《 — Wouha, tu es vachement courageux en plus d'être gentils. Mon frère, lui, il est pas comme ça. Tu es plus gentils qu'il ne l'est, c'est pas juste.  》

Il astiqua vigoureusement la pomme qu'il tenait contre sa manche, espérant enlever les possibles saleté car il ne pouvait pas la laver — de par son éducation, on lui avait appris à toujours laver ce qu'il allait consommer, notamment en sachant qu'il avait une santé fragile ; on ne pouvait pas être trop sûr— puis croqua dedans, appréciant grandement le goût qu'il avait dans la bouche. Ses yeux bleus se levèrent vers son aîné et il tilta à sa question, finissant ce qu'il avait dans la bouche afin de parler.

《 — Ben, justement, je jouais à cache cache avec mon frère. Mais je crois que je suis parti trop loin. Puis tu m'as fait peur et je me suis caché.  》

Il croqua de nouveau dans sa pomme, continuant de regarder avec attention son interlocuteur. Même si Alistair faisait garçon de chenil aux manières qui se faisaient désireuses, Reyner le trouvait très marrant et ne le jugeait pas. Il était totalement inapte à juger qui que ce soit, bien trop gentils de nature pour cela. Et puis, à cet âge, il ne portait pas encore de jugement sur quiconque car on ne lui avait jamais appris à ranger les gens dans des boites.

《 — Elles sont bonne tes pommes ! Tu les as eu où dit ? Je pourrais en ravoir une autre quand j'aurais fini elle ?  》

Il avait désigné sa pomme à moitié mangée dans sa main, tout en souriant grandement, les lèvres brillantes à cause du jus et du sucre que le fruit contenait.



_________________
the heir of a lost legacy ◄
the weaknessYou'll find soon, my lord, that your love is heavy as much as the stones of the earth. Maybe you'll suffer, oh, yes, but you are fearless, aren't you ? indeed, you are the hero of ferelden. the hero who saved us all, but who can't even save himself from his demons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
THE CHEESE LORD ⊱ GREY WARDEN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 108
— PRÉSENCE : Dispo
— PAIRING & OTP : I SHIP IT ALL. ALL THE SHIPS MUST SAIL.
— PRESTIGE : 44
Say cheeeeese
— NATIONALITÉ : Féreldien.
— LIEU D'HABITATION : Il n'a pas de résidence à proprement parler. Son foyer, sa famille... c'est là où se trouvent ses frères et soeurs Gardes des ombres. Là où le mène sa lutte contre l'engeance. Oh, il y a bien Weisshaupt et d'autres forteresses érigées par l'ordre — une par-ci, une par-là — mais de nos jours, ses représentants passent plus de nuits sur la route ou dans un bivouac qu'au fond d'un nid douillet.
— ÂGE : 32 ans. Né en 9:10 du dragon.
— RANG SOCIAL : Il est le bâtard du roi Maric Theirin. Cailan Theirin était donc son demi-frère. Voilà qui est dit. On peut passer à autre chose maintenant? ...non?
— PROFESSION : Grey Warden
— FACTION : ...Grey Warden?
— ARMES : Une épée à une main et un bouclier orné du blason de la Garde des Ombres. Il appartenait à son ancien mentor Duncan et lui a été offert pendant le 5ème enclin par Reyner. Sa formation de templier, bien qu'incomplète, lui offrit de précieuses capacités auxquelles il se refuse de recourir.
— O.SEXUELLE : Demisexuel. Alistair manque d'expérience et n'a pas souvent eu l'occasion de euh... ranger l'épée dans son fourreau? Entre l'enclin, son passé chez les templiers et la chantrie... et il attend l'âme sœur... la personne adéquate, celle qui fera battre son cœur? Comment, trop cul-cul? Ok. Faites comme si je n'avais rien dit.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.

MessageSujet: Re: Le prélude d'une longue amitié. [FEAT. Alistair] Dim 11 Juin - 21:49


le prélude d'une longue amitié
pv. Reyner

Lorsque le petit garçon loua son courage, avec un peu trop d'admiration dans la voix — bien plus que la situation ne le requérait en tout cas — Alistair bomba le torse, ravi de la soudaine attention dirigée à son égard. Son menton s'inclina vers le haut tandis qu'il affichait un large sourire qui découvrait toutes ses dents, victorieux et guilleret, et ses yeux ambrés rayonnaient d'un bonheur non feint. Chez un autre que lui, cet élan de fierté aurait pu sembler orgueilleux et déplacé. Pour un adulte, une telle assurance faisait mauvais genre... mais pas dans le cas présent. Qui l'en aurait blâmé? Ce n'était encore qu'un enfant. Innocent. Un peu simplet. Sa jeunesse rendait la chose mignonne et tout à fait excusable.
N'ayant jamais côtoyé de garçon de son âge ou en très peu d'occasions, il ne connaissait pas le plaisir de grandir au sein d'une fratrie. Il aurait aimé, pourtant. Alistair n'en appréciait que davantage la compagnie du blondinet — bien qu'il ait près du double de son âge — et puis, être comparé au frère de ce dernier et cela de manière favorable avait quelque chose de très flatteur. Savoir qu'en d'autres circonstances, le garçon de chenil aurait fait un excellent grand frère l'emplissait de joie. Il aurait pu. C'est vrai! Si on lui avait donné cette chance, il aurait pu.

« T'as vu! Mais c'est normal ça, c'est parce que je suis plus grand. Quand tu seras grand, toi aussi t'auras pas peur. Quand on est grand on a peur de rien. C'est mon oncle qui me l'a dit. »

Au fond, du courage, Alistair s'en trouvait plutôt démuni. Le terme impliquait qu'en son fort intérieur, la personne « brave » comprenait les dangers encourus dans sa situation — périlleuse, donc — et optait volontairement pour la prise de risques, agissant en connaissance de cause. Mais Alistair...?
Eh bien, comment dire... le garçon manquait de recul. Il n'avait pas conscience des interdits et n'en faisait qu'à sa tête, bravant les règles sans se préoccuper des conséquences de ses actes. Il enchaînait les boulettes, toujours, tout le temps; au grand dam des domestiques qui devaient réparer ses bêtises tout en accomplissant leurs tâches quotidiennes, et tenir le château en ordre quand dans leur dos, la petite terreur réduisait tous leurs efforts à néant. Aussi pénible soit-il, le blondinet n'agissait jamais par malveillance. Toutefois l'extrême maladresse et l'attitude casse-cou dont il pouvait faire preuve le rendaient aussi incontrôlable. Ainsi, si l'on cumulait ses méfaits des derniers jours, Alistair avait déjà cassé trois fenêtres, deux vases, une bouteille d'un vin millésime (et hors de prix) que le Iarl avait mis de côté pour ses invités les plus prestigieux, renversé le vaisselier, brûlé une tapisserie, déchiré trois pantalons et deux chemises neuves.
Il avait aussi vandalisé — plus ou moins — le panneau du cantor qui jouxtait la chantrie en remplaçant les petites annonces épinglées par des messages bidons, mais cette action là ne saurait être incluse dans notre inventaire puisqu'elle était parfaitement intentionnelle. Et exécutée en dehors du château. S'il nous fallait énumérer toutes les sottises perpétrées par Alistair dans le cadre du village, cela prendrait plusieurs heures. Mais le pire dans ce bilan déjà alarmant, était que la semaine n'avait pas encore touché à sa fin. Quelles drôles de surprises réservait-il à Golefalois pour la suite? Seul le Créateur savait à quoi s'en tenir.

« Désolé, je voulais pas te faire tomber. Tu t'es pas fait mal hein? »

Répondit le garçon de chenil, soucieux, lorsque son nouvel ami lui raconta les conditions qui avaient propulsé leur rencontre. Il n'avait pas voulu lui faire peur et encore moins le blesser... à cet âge là, les enfants n'étaient-ils pas d'une grande fragilité? Il se pencha vers Reyner avec un air préoccupé sur le visage, observant attentivement son front, ses coudes et ses genoux pour vérifier qu'il n'avait pas d'hématomes ou de coupures apparentes. Ne constatant aucune blessure, il se contenta de lui tapoter les épaules pour en ôter la poussière.

« Je les ai cueillies dans les vergers du village. »

Expliqua-t-il alors pour satisfaire la curiosité de son cadet. Il sourit en voyant du jus de pomme dégouliner sur ses joues et le long de son menton. Alistair piocha d'ailleurs un mouchoir dans sa poche, un carré de tissu blanc, brodé de ses initiales et d'un griffon, qu'il lui tendit avec un sourire pour qu'il puisse essuyer son visage — il était trop, trop trognon — et, accompagnant ses propos de gestes amples, il entreprit de lui décrire le verger en question :

« Y'a plein de pommiers. Pleiiiiin! Y'en a tellement que quand tu rentres dedans, t'en vois pas la fin! Tu peux en prendre autant que tu veux, j'en ai encore plein dans mon panier! »

Il désigna d'un signe de tête le panier en osier, encore rempli jusqu'à la moitié. Il s'inclina ensuite pour le ramasser et le passer sous son bras et s'approcha des box des chevaux restants pour les nourrir — ce en quoi consistait sa tâche, à la base — il ne savait pas ce que comptait faire la mini portion de son après midi, mais lui, devrait au moins mener à bien sa mission initiale avant d'envisager de s'amuser. Une autre preuve que son courage était tout relatif.

« Tu veux les nourrir? Elle, c'est Eleanor. Elle a six ans, je crois. »

Ajouta Alistair à l'intention du blondinet; la main à plat, il tendit la plus grosse pomme à la jument blanche qui leur faisait face. Il s'arrêta alors pour lui flatter l'encolure, et Eleanor répondit à ses encouragements par un hennissement de satisfaction, avant de secouer sa tête de haut en bas... pour essayer d'attraper la hanse de son panier avec les dents. Le garçon de chenil esquissa un nouveau sourire en s'apercevant de la supercherie. Il éloigna son panier en riant.

_________________
ϟ Alistair ϟ
Theirin

we could go to orlais, live in sin and eat cake until the darkspawn finally catch up to us ✶ ✶ ✶



Dernière édition par Alistair Theirin le Jeu 20 Juil - 17:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
THE HERO OF FERELDEN ⊱ GREY WARDEN

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— PSEUDOs : Pendräagon.
— MISSIVES : 298
— PRÉSENCE : Présent.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Ragnar Warvrick.
— CRÉDITS : Moi pour les gifs, edits (+) noobito
— PAIRING & OTP : OTP OF ALL TIME = REYLISTAIR mwala.
— PRESTIGE : 357

— NATIONALITÉ : Il est Alamarri, né au château Cousland durant une nuit agitée par une tempête de neige plutôt violente.
— LIEU D'HABITATION : Sa demeure principale reste le château Cousland qu'il a fait reconstruire ; mais sinon, il se contente d'auberges et de nuits à la belle étoile.
— ÂGE : Reyner possède vingt-sept ans ; hé oui, très jeune pour un Grey Warden qui a sauvé Ferelden d'un Enclin. Que voulez-vous, les années ne font pas le talent !
— RANG SOCIAL : Noble de la lignée des Cousland, Reyner a très tôt subi une éducation adéquate à son titre de noblesse.
— PROFESSION : Il reste et restera toujours un Grey Warden, quelqu'en soit l'enjeux.
— FACTION : Comme dit plus haut, Reyner fait partie des Grey Warden - autrement dit la Garde des Ombres.
— ARMES : Il est armé d'une très belle épée Orlésïenne et d'un bouclier comportant l'écusson des Cousland dont il ne se séparerais pour rien au monde.
— O.SEXUELLE : Notre héro de Ferelden est homosexuel et donc est attiré par les hommes, ce qui a rendu le rituel de Morrigan assez difficile pour lui en y repensant.
— AMOUREUSEMENT : Reyner est célibataire, bien qu'il entretient une flamme inavouée pour l'un de ses confrères et éternel ami : Alistair Theirin.

MessageSujet: Re: Le prélude d'une longue amitié. [FEAT. Alistair] Lun 12 Juin - 14:19

Le petit bonhomme qu'était Reyner continuait de savourer la pomme qu'il détenait dans sa main, ses joues se mouvant sous sa mastication intensive tandis qu'il souriait d'un air guilleret, se sentant heureux d'avoir reçu un cadeau du jeune homme en face de lui. Il observait avec attention son aîné, et lorsque ce dernier vint se pencher vers lui afin de l'examiner sous toute les coutures, le jeune blondinet se mit à rougir comme une pivoine. Timide de nature quand il s'agissait des interaction sociales avec des personnes du même âge, il se sentit extrêmement gêné de se faire regarder ainsi, de haut en bas. Toutefois, l'attention du petit inconnu lui procura une satisfaction toute particulière : se sentir protégé, c'était toujours très agréable.
Reyner secoua énergiquement sa tête de gauche à droite afin de répondre à la phrase du blond en face, le regardant avec ses grands yeux bleus interrogateurs. Il prit alors un air sûr de lui en fronçant les sourcils, arrêtant de manger sa pomme tout en se redressant avec fierté. Ses petites joues roses s'habillèrent d'un sourire rayonnant et affirmé.

《 — N-non j'ai pas mal moi !  》

Inconsciemment, il s'était inspiré de la réaction qu'avait eu son aîné tantôt lorsqu'il avait bombé fièrement le torse. Les enfants étaient comme ça : ils imitaient ceux qu'ils admiraient. Pour le moment, Reyner était fasciné et à la fois admiratif de la personne qu'il venait de rencontrer. Après, il lui en fallait que peu pour s'émerveiller : Reyner avait un caractère imprégné de naïveté et de curiosité. Il n'avait pas froid aux yeux, aussi. Un vrai petit électron libre. D'ailleurs, la dernière fois qu'il était sorti seul du château dans le dos de ses parents, c'était pour poursuivre un papillon durant toute une après-midi d'été. Imaginez un petit bout de chou de 6 ans, pieds nus, riant aux éclats, courir après une horde de papillons colorés tels que le sont les tenues Orlésiennes tout en tenant un bout de bois plein de terre dans les mains afin de tenter de les avoir avec. Son seul argument une fois qu'il eu été retrouvé et grondé, fut celui-ci : 《 — Mais, mère, je voulais jouer avec eux !  》. Comment voulez vous réussir à vous énerver ou être ferme avec un enfant aussi adorable que Reyner l'était ? Heureusement que son père le Tyern, Bryce, était bien plus stoïque et sévère que l'était Eleanor, la Tyerna et mère du petit enfant.
Lorsqu'il entendit la description de son aîné quant aux vergers de son village, Reyner ouvrit ses yeux en grands ; admiratif et émerveillé, il imaginait à quoi pouvait ressembler ce décors de rêve. Oui, de rêve : le petit Cousland adorait la nature. Les arabes, les plantes, les fleurs, les fruits... A croire qu'il avait des origines dalatiennes dans le sang.

《 — Waaaah, ça a l'air tellement joli ! J'aimerais bien y aller, dit, tu voudrais bien m'y emmener ? Car je sais pas comment y aller.  》

Croquant ensuite dans sa pomme —il en avait mangé les trois quart désormais—, Reyner continuait de se mettre du jus de partout sur le visage. Il regarda autour de lui afin de trouver une source d'eau car sentir ses mains coller ainsi que sa trogne le dérangeait grandement. C'est alors qu'il fit son nouvel ami sortir un magnifique petit mouchoir de poche ; deux lettres en majuscule étaient brodées, ainsi qu'un griffon. Reyner imprégna cette image dans son esprit, mais qui sait si cela lui servirais un jour ou l'autre ? Surement pas, non. Ce n'était qu'un nom, après tout. Il ne reverrait surement jamais son vis à vis de toute manière, alors aucun intérêt. Mais voilà un exemple sur la force des enfants : trouver des intérêts là où il n'y en avait pas.

《 — Ouha, c'est tellement joli... Non, garde le je ne veux pas le tâcher c'est trop trop beau.  》

Il garda quand même le mouchoir un instant, avant de s'approcher gentiment de son aîné. Il glissa avec une petite moue le tissus brodé dans la poche du blond afin de le lui rendre, puis redirigea son attention sur la jument à la robe blanche. Il avait alors fini sa pomme et, copiant son ami, balança le trognon dans le tonneau qui avait déjà vécu cette scène plus tôt. Il alla rapidement vers un autre tonneau qui lui était rempli d'eau afin de faire barboter ses mains dedans, puis s’aspergea le visage pour se nettoyer.
Lorsqu'il eu fini sa petite toilette, Reyner tourna son visage vers l'autre blond : le voyant nourrir la jument d'une pomme grosse et juteuse, il tilta alors au prénom de l'animal. Un immense sourire illumina ses lèvres et il bondit presque vers son ami, ses yeux grands ouverts sous la surprise. Il s’exclama avec une voix éclatante ;

《 — Eleanor ?! C'est le nom de ma maman !! Ma maman s'appelle Eleanor aussi !  》

Et voilà. Le sujet fatidique pour Reyner : sa très chère mère. Le jeune garçon était éperdument amoureux de sa génitrice — comme beaucoup de jeune garçon à cet âge — : c'était un symbole très fort pour lui. La personne la plus importante de sa vie, pour tout vous dire. Elle qui l'aidait quand son asthme le faisait souffrir le martyr, elle qui l'encourageait dans tous ses projets et dans tout ce qu'il faisait — même si c'était très.. disgracieux pour ne pas être blessant, comme les dessins que produisait le blondinet —, elle qui le berçait la nuit venue pour l'endormir... Elle qui lui offrait les câlin les plus doux, qui lui embrassait le front dans une douce étreinte. Sa maman.

《 — Elle est très très très belle ma maman. C'est la plus belle de toute les dame du château. De tout Thédas même !! Ses yeux brillaient d'une telle lueur qu'on aurait pu croire qu'ils étaient faits de diamants. Mon Papa me dit toujours que j'ai la plus belle de toute les maman. Moi je suis sûr que c'est un ange qui est tombé du ciel et qui a rencontré mon papa et que vu qu'elle était très très amoureuse elle est resté avec lui. Comme un ange gardien !  》

Il s'était élancé sur le sujet et, si personne ne l'arrêtais, il aurait été capable de parler d'Eleanor durant des heures et des heures. L'admiration du jeune garçon pour sa mère était sans limite, tel l'univers : elle n'avait pas de fin.
Tiltant alors, il s'arrêta dans sa longue tirade et se posa plusieurs questions sur son ami en face de lui. C'est pour cela qu'il les posa de manière innocente et sans mauvaises intention, l'admirant avec une curiosité visible sur son visage.

《 — Et toi, elle est belle ta maman dit ? Elle s'appelle comment ? Je suis sûr qu'elle est belle aussi, toute les mamans elles sont belle de toute façon, pas vrai ?!  》

Regardant son aîné avec attention, Reyner aurait voulu en savoir plus sur la mère de son nouvel ami. Comment était-elle ? Souriait-elle comme souriait Eleanor ? Avait elle l'air d'un ange tombé sur terre, elle aussi ? Car oui ; pour Reyner, toute les maman étaient jolies.



_________________
the heir of a lost legacy ◄
the weaknessYou'll find soon, my lord, that your love is heavy as much as the stones of the earth. Maybe you'll suffer, oh, yes, but you are fearless, aren't you ? indeed, you are the hero of ferelden. the hero who saved us all, but who can't even save himself from his demons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le prélude d'une longue amitié. [FEAT. Alistair]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un discours sur l'amitié
» Une nouvelle amitié(libre)
» [MANUSCRIT] L'art chevaleresque de l'espée longue
» Joueur de longue date !!!
» Salle de déclarations... d''amour, d''amitié ou autres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Thédas :: free marches ; :: golefalois-