PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 7 Mar - 21:01


Augusta Regina de Valmont
With age comes wisdom

NOM & PRÉNOM(S) ⊱ Je suis Augusta Regina de la maison Valmont. Ne me demandez pas d'où viennent ces prénoms, je les tiens d'une arrière grand-mère, qui elle-même les devait à une ancêtre Tévintide au pedigree irréprochable SURNOM ⊱ Impératrice des Ronces, Princesse Araignée, Majesté vipérine, et tant d'autres, certains morts avec leurs inventeurs, ou qui sont rentré dans la Légende... AGE ⊱ 86 ans   NATIONALITÉ & LIEU DE NAISSANCE ⊱ Je suis une fière Orlésienne, née au Palais Impériale de Val Royeaux PROFESSION ⊱ Allons, une dame de ma condition ne travail pas voyons! LIEU DE RÉSIDENCE ⊱ Là où la Couronne se trouve, ainsi que dans mes divers possetions SITUATION AMOUREUSE ⊱ Mère célibataire, trois fois veuve ORIENTATION SEXUELLE ⊱ Si la sexualité humaine reste un sujet dont on ne parle pas ouvertement, ce n'est pas pour rien. Apprenez à ne pas dépasser les limites du tact et de la décence. FACTION & RANG ⊱ Civil ou Inquisition (à vous de voir le plus cohérent), Son Altesse Impériale et Royale ARMES ET/OU MAGIE ⊱ Dagues, flèches, aiguilles, un éventails avec des lames cachées, une ombrelles dotées d'une seringue rétractable, et il m'est même arrivé d'user de la hache, plusieurs fois, bien que je préfère ma canne-rapière. Dans tout les cas, un file conducteur lie le tout, le poison et toutes ses application. Je suis autant douée pour en fabriquer que pour en administrer.  En dehors de cela, peut-on considérer les espions comme des armes? LANGUE PARLÉE ⊱ Maîtrisant toutes les règles de bienséances de chaque peuple, et aillant eu recours à la meilleure des éducations, je me dois tout naturellement de savoir parler le plus de langues possible. Hélas rien est parfait, ainsi, mon Qunalt soit empreint d'un accent très prononcé, encore plus qu'avec la langue naine, elle-même pire que mon elfique, ce dernier étant pire que mes notions de Tévine Ancien.

Tout sur ton personnage !
on veut tout savoir de lui.

Avare ⊱ Farouche ⊱ Acerbe ⊱ Acide ⊱ Exigeante ⊱ Fourbe ⊱ Fine ⊱ Rusée ⊱ Lucide ⊱ Perfide ⊱ Clairvoyante ⊱ Ambitieuse ⊱ Manipulatrice⊱ ⊱ Respectable ⊱ Passionnée ⊱ Menteuse ⊱ Très attachée à ses privilèges ⊱ Mondaine ⊱ Conventionnelle ⊱ Commère ⊱ Charmante ⊱ Intrigante ⊱ Admirable ⊱ Indépendante ⊱ Brillante ⊱ Élégante ⊱ Traditionnelle ⊱  Valeureuse ⊱ Fière ⊱  Cruelle ⊱ Abusive ⊱  Esprit libre ⊱ Conservatrice






  Aux premiers abords, sa très officielle Altesse Impériale semble incarner de part sa rigidité toutes les valeurs d'une vielle Orlais. Mais la vérité est autrement plus complexe. En effet, chez elle, l'officieux est au moins aussi important que l'officiel, si ce n'est plus. Maîtrisant toute les facettes de la dissimulation doucereuse et de l'hypocrisie feutrée à un niveau telle, que l'on pourrait aisément croire qu'elle est à l'origine de ces notions. Ajouté à  son très fort besoin d’indépendance, elle en devient la femme d'affaire la plus redoutable du monde, intrépide et audacieuse, aucune nuance ne lui échappe. Il faut dire qu'elle est prête à tout pour parvenir à ses fins. Et l'emploi de moyens drastiques ne lui fait absolument pas peur. En particulier lorsque cela touche sa principale faiblesse, sa famille. Cette dernière est l'une des rares choses qui puisse tenir Augusta dans le statut d'être humain. Ces membres, et  son entourage le plus proche sont les seuls à recevoir le privilège des bons sentiments d'Augusta, et elle n'hésiterais pas à envoyer tout le monde au feu si cela peut les aider, et est tel un véritable mur de diamant sur lequel viennent s'écraser tout ceux qui vont à l'encontre des siens. Très séductrice, elle sait comment obtenir le contrôle absolu des personnes, et donc des différentes situations qui se présentent à elle. Usant d'une grâce, d'une élégance, et d'une délicatesse innées, telle une rose, elle cache sublimement ses épines toxiques, composées de réparties aussi dures que tranchantes, et de secrets qui choqueraient le Créateur lui-même. Pleinement consciente de ses devoirs et obligations dynastiques, elle s’acquitte de ces derniers avec dignité et sévérité, mais n'hésite pas à outrepasser ses droits lorsqu’elle le juge nécessaire. Et comme toute dame Orlaisienne qui se respecte,  l'extravagance et excentricité ne lui font absolument pas peur, loin de là.



Sa maîtrise des poisons à atteint un niveau légendaire. Ses armes sont de véritables dards de scorpions. Ses bijoux, des fioles précieuses. Ses parfums, aussi doux que mortels. Voilà en partie ce que le côté vénéneux d'Augusta peut prendre comme forme. En effet, non contente de rendre jaloux les plus fins alchimiste, la dame s’habitue et s'immunises à toutes les toxines qui passent entre ses mains. Ainsi, même son maquillage et ses vêtement sont importables pour une personne lambda. Et n'essayez pas de retourner son arme favorites contre sa descendance, ils subissent le même traitement depuis leurs naissance.Ne vous laissez pas avoir! Certes, Augusta subit tout les stigmates de la vieillesse, mais son corps et son esprit restent toujours aussi habile, agile, fort, et robuste que lors de la création de sa Légende Noire.En raison de son réseau personnel, le concept de vie privée lui très fortement étranger .Véritable mécène des Arts et des Lettres, elle peut être intarissable sur les sujets culturels.Il en va de même pour la mode et les apparence, où ici sa paroles, ses faits, et ses gestes tiennent lieux de lois.Ne s’arrêtant pas là, de part son tact mondain, et sa vivacité et sa vigueur d'esprit et de corps, ainsi que son sens inné et particulier du bon goût, Augusta est devenue la première arbitre en terme de bon ton, et son autorité sur le chapitre de la famille n'est jamais discutée ou contestée. Ainsi, pour savoir se qu'il faut faire, dire, porter, ou même penser, suivre son Altesse Impériale est une nécessité. Et pas une seule branchette, même bâtarde de chaque famille noble de Thédas ne peut échapper à l'analyse de celle qui connait toutes les ramification nobiliaires du monde depuis son commencent, ainsi que leurs scandales, hauts-faits, et autres mystères de chaque parentelles. D'ailleurs, toutes les familles connues, respectables, et respectées lui étaient apparentées, le reste, elle les connaissait par alliance, ou du moins de nom et de réputation.À l’instar de sa famille, Augusta est fascinée par la mystique l'occulte, et les antiquités.Durant l'ensemble de sa formation scolastique et bardique, Augusta se lia d'amitié avec divers dames du grand monde. Avec le temps, elles se réunirent en une puissante cabale politique, la Loge de la Sororité une société secret. Parmi les fondatrice, nous retrouvons Dame Lucille Trevelyan, Dame Montilyet, les Mantillon etc... Pour y rentrer il faut remplir quelques conditions. En premier lieux, il faut connaitre et maîtriser toutes les formes d'intrigues, de convenances, et de bienséances, sans distinction de race et de culture, montrer des prédispositions exceptionnelles pour l'observation et la prise de notes. Ensuite, il faut exercer ou vouloir exercer un mécénat ou du patronage, disposer d'une fortune familiale et/ou personnelle conséquente, ou montrer que l'on est très clairement capable d'obtenir un telle quantité d'argent, de la conserver, et de la faire fructifier, et finalement, être féru de savoir, avec un plus si vous avez accès à une bibliothèque d'une impressionnante richesse. Puis, il faut être parrainé par au moins une personne déjà membre, mais pour cela il faut accepter de voir sa vie passée au peine fin par toute la Loge, ainsi que celle de tout ses proches. De là, vous aurez à intervalle plus ou moins régulier la visite de chaque membre, sans être prévenu, et sous la forme que ce dernier voudra. À ce moment, c'est à vous d'être assez intelligent pour savoir à qui vous avez à faire, pour ensuite argumenter dans votre sens. Plus vous aviez de parrains au commencement, plus votre adhésion sera facile, assurée, et courte.Nombreux sont ceux qui vous affirmeront que les fondatrices de la Loge étaient liées par quelque chose de bien plus profond et complexe que l’amitié.De plus, ces dernières se sont attirées les bonnes grâces et l'amitié de Xenon l'Antiquaire. Et reçurent chacune une ou plusieurs antiquités magiques, qu'elles ont l'habitude de se partager.


Ton toi derrière l'écran !
on veut tout savoir de toi.


NOM & PSEUDO ⊱  Paul.
ÂGE ⊱  18 ans.
TES PASSIONS ⊱  Lecture, écriture, théâtre, tire à l'arc...
SÉRIES, FILMS, JEUX VIDÉO ⊱  Game Of Thrones, Versailles, Harry Potter, Le Seigneur Des Anneaux Dragon Age, The Witcher, The Elder Scrolls...
PRÉSENCE ⊱ Je ne promet absolument rien, mais je vais essayer de me tenir à deux fois par semaines.
TON AVIS SUR LE FORUM ⊱  Je l'a-dore, il est gé-niale!!! Mais, j'ai un peu de mal avec le franglais (sûrement mon côté chauvin), et les erreurs sur le (Sacro-saint) Lore par exemple. Du coup, si vous avez une place dans le staff pour un LoreKeeper/Chaqgé de communication, je suis à votre entière disposition!
COMMENT AS-TU CONNU DA:I ⊱  J'étais là lorsque c'était un Trevelyan comme Seigneur Inquisiteur.
TON DERNIER MOT, NIARK ⊱  N'esseyez pas d'argumenter, toutes les bonnes personnes de condition savent qu'il faut dire chocolatine.





PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 7 Mar - 21:01


this is my story
No man really knows about other human beings. The best he can do is to suppose that they are like himself.






  Comment parler de l’Histoire de la princesse la plus titrée de Thédas sans mentionner son ascendance, au moins la plus directe? (c'est une question rhétorique, s'il vous plais, veuillez ne pas avoir la stupidité de répondre.)

  Sa mère, était la Grande Duchesse Maxima Béatrice Campana, fille d'un Prince Royale d'Antiva, et d'une Princesse Impériale d'Orlais. Cette dernière apportât à notre héroïne les duchés de Florence et de Milan, et le comté de Montijo, de part sa propre mère, ainsi que les comtés de Périgord, Sade, mais aussi les baronnie de Biron, Mareuil, Bourdeilles, et Beynac, grâce à son propre père.
Puis vient son père, le Prince Impériale Florian Charles de Valmont, fils d'un autre Prince Impéraile d'Orlais, et d'une Princesse Royale du Nevarra. Ce dernier transmit en héritage à sa fille le marquisat de Merteuil, le comté de Gercourt, et la vicomté de Valmont qu'il tenait de son propre père, ainsi que le duché de Limbourg, et les comtés de Namur et de Flandre, venant de sa propre mère.

  Et si ce genre de mariage consanguins, peut vous rebuter, attendez donc la suite! Et au pire, dite vous qu'il n'est ni le premier, ni le dernier. Mais dans l'immédiat, ce n'est plus la question (chacun à son type de transition  écoutez...). Sachez juste que ce genre de mariage arrangés ne sont pas tous si froid que le voudrait une étrange coutume venue de je ne sais ou. En effet, les deux eurent, de part le liens de filiation, tout le loisir de se côtoyer bien souvent, et furent pour ainsi dire élevés ensemble (mais nan pas comme frères et sœurs!). Ainsi, leurs mariage partait sur la base d'une entente commune, et leurs véritable relation de couple et de parents se construisit pierres par pierres. Dans tout les sens Orlaisiens du terme, naturellement...

  Ainsi, de part leurs naissances respectives, ils projetaient une ombre immense sur les prétendant aux trônes qu'ils pouvaient eux aussi obtenir, et conjointement, devenaient même un danger. Nombreux sont ceux qui entamèrent des complots à leurs encontre pour les manipuler et les placer subtilement dans leurs camps. Tous furent déjoués, et les instigateurs s'en prirent de violents retours de bâtons. Il en va de même pour les tentatives assassinas, et autres vaines démarches d'opprobres. Où ici, les retours de bâtons furent sanglants.
C'est donc dans cette atmosphère perpétuellement mouvementé que grandissait paisiblement le fruit de ce mariage au lignage parfait, lui aussi cible des efforts désespérés de ce que l'on nomme communément des "jaloux" dans le jargon populaire. Unique enfant de ses parents, Augusta bénéficiait de toute leurs attention (et d'une armée de serviteurs et autres domestiques à son service accessoirement), et se retrouvait donc ballottée entre l'amour et les douces cajoleries familiales, et la violence extérieur très (trop diraient certains) endurcissante. Dés son plus jeunes âge, elle fut initiée à l'art du Noble Jeu (d'aucun disent qu'elle savait conspirer avant de marcher et parler), et une prés formation de barde lui fut fournie par l'Aspic Bicéphale, un duo mortel composée de deux de ces grandes-tantes, les Maîtresses Bard et Princesses Impériales, Marie-Thérèse et Marie-Antoinette.Toutes deux plus sévères et rigides l'une que l'autre, mais d'une efficacité hors-pairs.
Dés qu'elle eu l'âge requis, Augusta fut envoyé à l'Université Markham, où elle fit ses premiers rencontres. Ensuite, une fois ces études pleinement terminées, elle passa à l'Université d'Orlais, pour finaliser le tout. Une fois son parcoure scolastiques entièrement terminé, elle reprit sa formation de bard, en parallèle de ses activités personnelles, jusqu'à devenir elle-même capable de rivaliser avec les deux Grandes Mademoiselle.

  Très vite, la nécessité du mariage et des alliances se fit sentir.
Pour consolider son pouvoir impériale, et calmer les dissensions au sein de sa famille étendue, Augusta choisi d'amener dans sa toile son cousin, l'ambitieux et stratégique Grand Duc François Bastien de Hautefort, Marquis de Hautefort, Comte de Montignac, Vicomte de Segur et Beaufort, lui apportant ainsi un ajout conséquent dans dans la base de son pouvoir et de son influence. Mais elle devait pour conforter cela, s'approprier les possessions de son nouveau mari. Pour se faire elle employa tout ses stratagème de séduction et d'ensorcellement pour affaiblir sont esprit et le rendre plus enclin à la manipulation. Durant cette périodes leurs domaines respectifs prirent un essor considérable, chacun de leurs territoires profitant aux autres.
Hélas, l'homme s'avérait être bien plus véreux et résistant que prévu. Il y a 45 ans, 13 ans après la naissance de leurs enfant Amara Théodora (nommée ainsi en l'honneur de la Divine Amara III), la mort des parents d'Augusta se fit retentissante dans tout Thédas. Les circonstances n'étaient pas claires, mais tout semblait porter vers un homicide volontaire. Après une enquête forte approfondie de la part de la principale sinistrée, cette dernière eu enfin la réponse. C'était son trop gourmand mari qui, aillant des vues sur les possessions des Valmont, avait assassiné les parents d'Augusta, et comptait s'en prendre à cette dernière, pour hériter de sa femme.
Malgré sa conscience de l'évidence du danger, Augusta pris le pari de prendre son temps avant d'éliminer cet obstacle. Ainsi, en attendant la naissance de son deuxième enfant, Maxima Victoria, trois ans après l'assacina de ses parents, pour agir. Durant cette période, où elle fut la cible de plusieurs tentatives de son époux, Augusta rassembla toutes les preuves pour faire porter le chapeau et accuser ses autres ennemis et adversaires, empochant ains aux termes des procés, l'ensemble de leurs fortunes, des biens, des  posséssions, des proriétés, des rentes, des héritages, des titres, et des domaines des victimes. Après cette période, Augusta décida qu'il était temps pour son mari d'avoir un malheureux accident de chasse, et empoisonna son vin. Un poison lent et indétectable, qui en premier lieux accélère la monté de l'ivresse, la fait durer plus longtemps, et augmente son intensité. Un fois l'esprit et le corps complètement engourdis, la toxine devenait une sorte de psychotrope,
qui rendait sa victime complètement hyper active, lui faisant prendre des risques complètements inconsidérés, ce qui est fatal, lors d'une chasse à la wyvern lorsque l'on est complètement ivre, avec les sens bien trop détraqués. Naturellment, le testament léguant l'ensemble des biens meubles et immeubles, matériels et immatériels à Augusta et sa descendance légitime fut écrit avant, assurant ainsi à ses deux filles, d'hériter de fortunes plus qu'enviables, et des droits de succestions au Trône Impériale d'Orlais, autant de leurs père que de leurs mère, en plus des deux courrones auxquel Augusta peut encore prétendre.

   Le deuil ne fut pas long pour Augusta et ses enfants, qui avaient eu tout le loisir d'êtres montées contre leurs père par leurs mère bien aimée. En effet, c'est sous quinzaine que la Prncesse se remaria, avec cette fois si, avec le Prince Royale des Anderfels, Comte d'Hosberg, Marquis des Collines-Foudroyées et du Col Erodé, et Duc de la Dent Cassée, actroyant ainsi une certaine nfluence sur la Grade des Ombres à Augusta. Ce mariage, purement polyique, devaient juste permettre à Augusta de gaggner en influence et en héritier. Elle séduisit l'ensemble de la nomblesse et du clergé du pays, mais aussi le peuple qui vivait sur ses nouvelles terres. Pendant qu'elle se méttait en avant avec ses filles, elle plaçait de plus en plus dans l'ombre son mari, le sortant comme une poupée lors de ses devoirs de représentation. Avec 5 ans de vie commune, Augusta accouche d'un garçon, Louis Philippe. Cette naissance signa l'arrêt de mort du père, et du testament par la même occasion. Augusta attendit encore 7 ans, empoisonnant quitidiennement son époux durant toutes ses années. Un poison très spcéliale, qui s'emmagasine et s'accumule pendant très longtemps dans le corps, et ne s'active qu'après l'absobtion d'une autre substance. C'est donc au terme des 7 années, par un hiver particulièrement rude et violent, que le mari d'Augusta mourru, d'une fin qui ressemblait à si m'éprendre à une pneumonie.


  Comme l'on dit "jamais deux sans trois", c'est à Ferelden qu'Augusta alla cherche son ultime victime quelques mois après avoir quitté la Cour Royale d'Anderfels. Suivant sa politique de se marier avec des princes du sang, assez proche de leurs couronnes pour être favorables à Augusta, tout en étant assez éloignée pour ne pas être en danger, elle se choisit un prince du sang d'une branche cadette de la dynastie Theirnin, un prince de la maison Kendells, Jarl de Denerim et Ban de la Coline Occientale. Ici, il fut moins aisée de se faire accepter par la Cour de Ferelden, même avec l'Occupation d'Orlais. Mais les talents de commédienne de son Altesse Impériale et Royale n'étaient plus à démontrer, et avec du temps et de la patience, elle réussi avec se faire passer pour une véritable noble dame Fereldienne. La naissance Charles Henri élevé en publique comme un véritable prince de Ferelden lui permi de se faire remarquer dans le bon sens. Cette fois-ci Augusta profita des querelles au sien de la noblesse du royaume, et des tension liée à l'occupation. Et c'est en montant subtilement les diférents partis entre eux, et en centrant leurs conflict autour de son époux qu'elle se débarassa de lui aisémment. Car malgrés son jeu de dupe auprés de tous, nombreux restaient contre cette "Vipère d'Orlais", et ces derniers reportaient leurs colères sur le mari dans leurs qurelles face aux pr-orlaisiens. Ce fut donc après deux ans de conflicts, que le Jarl fut assassiné par un autre prince cabo. La Justice et les procés condomnèrent se dernier, au profit d'Augusta qui récupérat tout de sa personne.

  Retournant au plus vite à la Cour Impériale, Augusta termina seul l'éducation de ses quatre enfant, seuls êtres encore en vi qu'elle aime réellement. E parallèle, elle s'occupa de l'ensemble de ses territoire avec sagesse et panache. Applicant une raison d'état inébranlable, elle vit en sorte de les rendre tous de plus en plus indépendant des couronnes auxquelles ses terres étaient liée, mais toujours indipsensable pour garder une imprise sur les pays où elle avait imosée sa marque. Mellant ses enfants à ses affaires, continuat à s'investir publiquement dans la vie d'Orlais et des autres pays de Thédas. Essayant au mieux que maintenir une certaine stabilité, même aux vues des évènements de ses dernières années.

  Lorsque ses espions lui rapportèrent la renaissance de l'Inquisition, elle fut la première à se présenter à Darse pour accorder son soutient privé et officieux à la nouvelle institution, voyant en cette dernière le seul organe possible de paix et d'ordre à Thédas. Elle attendit que l'Inquisitient ait les effectifs, le dirigeant, et les soutiens nécessaire pour s'annoncer publiqment comme première alliée offcielle de l'Inquisition.



PROCHAIN NIV. :
avatar
avatar
The hell on thedas ⊱ Pnj
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— MISSIVES : 181
— PRESTIGE : 284

Posté Mar 7 Mar - 21:08
Bienvenue sur le forum, ma lady !

Si tu as besoin d'une quelconque assistance, que ce soit pour la fiche ou pour ce qui est avatar/images/ect, il ne faut pas hésiter à me contacter moi ou Hawke !

Bon courage pour ta fiche en tout cas, en espérant que tu arrives à faire ce que tu souhaites !
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mar 7 Mar - 21:51
Bienvenue sur le forum :) Comme Cullen l'a dit plus haut, il ne faut pas hésiter à nous contacter pour de l'aide !
& Bon courage pour ta fiche ~
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 8 Mar - 22:57
Héhé merci à vous deux!!!
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 13 Mar - 20:41
Bienvenue mémé!
J'espère que ça va aller avec ta hanche en titane, dis moi si tu as besoin d'aide pour que je te pousse dans les escaliers
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Lun 13 Mar - 22:03
Touche moi une seconde de plus, et je déclare la guerre à la Grade des Ombres.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Sam 24 Juin - 0:29
Bonsoir et bienvenue Augusta !

Je ne sais pas si tu as signalé ta fiche terminée, et si c'est le cas my bad.
Je viens donc pour savoir si la fiche est bouclée et avoir de tes nouvelles !

On te laisse encore trois jours !

PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Sam 24 Juin - 14:07
Hélas, je n'ai as encore fini l'histoire.
PROCHAIN NIV. :
Invité
Invité
Posté Mer 28 Juin - 21:08
Malheureusement, nous sommes au regret de refuser ta fiche.


Pour plusieurs raisons que je vais me permettre d'édicter points par points :
- Une femme à cet âge sachant manier autant de choses qui demandent un certain coup de poignet n'a rien de plausible. En soi, c'est cheaté;
- Augusta est la fille de Florian de Chalons ? L'empereur n'a eu qu'une fille légitime : Evangéline. Quoi faire ? Regarder l'arbre généalogique -> http://dragonage.wikia.com/wiki/House_Valmont (ce wikia est fait par des fans de dragon age, donc aucune réfutation n'est possible) alors elle ne peut pas être une princesse légitime. Juste bâtarde et moquée de ses pairs au vu de son caractère;
- Florence ? Milan ? Boureuil ? Orlaïs s'inspire de la culture européenne certes, mais il ne faut pas aller trop loin. Et non, Orlaïs n'est pas aussi étendu en termes de provinces pouvant avoir des noms ... aussi réalistes carte de la VRAIE Orlaïs;
- Des fautes. Il y en a beaucoup. Et je n'ai pas envie de les dérouler parce que là, au vu de tout ce qui est marqué avant .... meh;
- Temps de rendu de fiche long, et vraiment, ce personnage ne tient pas la route
- Dernier point, pas de réponse au mp envoyé par Ragnar concernant ta fiche.  

Voici tous les arguments qui poussent le staff à te dire non. Nous allons donc supprimer ton compte. Si tu veux revenir, je te demande de venir à nouveau avec un personnage qui entre dans l'univers de Dragon Age et son côté Heroic Fantasy.

Bonne soirée et continuation !
PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
Posté
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum