— Event N.1 : La Chute

— 9:31 DU DRAGON (Dragon Age Origins)
Depuis la nuit des temps, les Gardes des Ombres ont protégé Thédas du mal. Gardiens de la paix et des habitants de ce monde, ils ont toujours combattu d'un aplomb et d'une croyance infaillibles. Néanmoins, le cinquième Enclin signa l'arrêt de mort de la quasi totalité de ces guerriers à la force de fer. La trahison de Loghain coûta entre autre la vie du Roi Cailan et plongea la Garde dans un état quasi soporifique.Reyner Cousland fut l'homme qui redressa la situation. Armé de ses compagnons et de la rancœur qui l'accablait, le jeune homme avait vécu la tragédie d'Ostagar. Sa famille fut assassinée, son château brûlé, son amant décapité : Loghain venait de faire une regrettable erreur. Il s'était créé l'ennemi dont personne n'aurait jamais souhaité avoir un jour.L'Enclin fut anéanti. L'Archidémon mourut et Loghain trépassa de la main de Reyner. Ferelden fut libéré du joug du faux Roi. Tout était à construire désormais : nommé Commandant de la Garde, il devint le dirigeant des Gardes des Ombres de Férelden et une très forte influence parmi le groupe. Deux, quatre, puis seize grands campements furent construits et une vague de recrutement fut lancée. En dix ans, les rangs des gardes gonflèrent comme jamais. Symbole de courage et de persévérance, le jeune Commandant ne se doutait toutefois pas que les choses allaient dégénérer à nouveau... Et aussi violemment.

— 9:42 DU DRAGON (actuellement)
Corypheus rallia les templiers à sa cause. L'Inquisition en fit les frais et, prévenant ainsi Thédas et la majorité des grands groupes des alentours, aucun accepta de croire cette funeste nouvelle : C'est dans un espoir vain que Ragnar Warvrick, l'Inquisiteur, décida de lancer une demande d'alliance entre la Garde des Ombres et l'Inquisition. Les dirigeants de la Garde refusèrent sans prendre le temps de reconsidérer cette offre précieuse : pour eux, le vrai problème était l'influence et le pouvoir que continuait d'accroître l'Inquisition et ce, sans aucun cadre de bonne conduite et sans aucune limite.Néanmoins, une attaque se prépare et les Gardes ne se doutent pas une seule seconde que leur forteresse, Fort Bastiel, en Amaranthine, est sur le point de se faire assiéger par Corypheus qui après un échec cuisant chez l'Inquisition, décida d'attaquer un des autres groupes les plus puissants de Thédas en ayant appris que Reyner était sur les sentiers à la recherche d'informations capable de stopper l'appel : en soit, un pouvoir illimité pour les Gardes. Sur son chemin, le Commandant acquis des informations capitales et qui pourraient changer le destin de l'alliance entre Inquisition et Gardes.Le souhait de Corypheus est à présent de réduire au silence Fort Bastiel et son leader avec, coûte que coûte. Une bataille sanglante se prépare, et ce sera peut-être la chute de la Garde de Ferelden... Définitivement.

Combattez aux cotés de la Garde des Ombre afin de leur laisser la chance de s'en sortir vivant !
Sauvez ceux qui jadis vous ont offert gracieusement le privilège rester à l'abri du cinquième Enclin !
Lire plus

〖LES SOIRÉES TWITCH〗



prochaine session le 06.07.17 à 14h00
en savoir plus

Petites annonces

13/08/2017 — Des nouveautées ont été postées sur le forum ! Pour vous renseigner, c'est par ici !
09/08/2017 — Le groupe MAGES est désormais CLOS pour cause de surpopulation !
09/08/2017 — Le Fondateur est revenu de son absence indéterminée !
09/08/2017 — Irisviel est désormais administratrice du forum. Bienvenue dans la team, miss !

Le Discord du forum

©linus pour Epicode
⊱ En bref





Partagez|

⊱ CHAPITRE II : LES RACES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

hello, my name is...
avatar
the holy creator of all on thédas ⊱ PNJ

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 100
— PRESTIGE : 257


MessageSujet: ⊱ CHAPITRE II : LES RACES Lun 27 Fév - 19:00




⊱ les races
les différentes ethnies de thédas


LES RACES DE THEDAS ⊱  Sur ce sujet seront répertoriées les différentes races connues dans tout Thédas. Leur religions et autre informations culturelles y seront aussi expliquées et détaillées. Vous trouverez un petit récapitulatif de l'évolution de chacune des races, notamment pour les Dalatiens qui ont souffert de racisme durant très longtemps —et en souffrent encore—.

Afin de faciliter la navigation vers le sujet souhaité, vous pouvez simplement cliquer ci-dessous sur la race que vous souhaitez consulter et vous serez redirigé automatiquement sur le bon emplacement.

Humains
Dalatiens
Qunaris
Nains

Pour toutes questions, n'hésitez pas à MPotter le Staff.




Un très grand merci au site Dragon Age Univers
pour ces informations utiles.




Dernière édition par The Maker le Jeu 2 Mar - 15:27, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
the holy creator of all on thédas ⊱ PNJ

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 100
— PRESTIGE : 257


MessageSujet: Re: ⊱ CHAPITRE II : LES RACES Lun 27 Fév - 19:12




⊱ les humains
humans


De toutes les races de Thédas, les humains sont les plus nombreux. On raconte qu'ils seraient d'abord apparu dans le Nord et qu'à l'origine ils ne formaient qu'une seule tribu, les Neromenians. Ils entrèrent en contact avec les Elfes qui commencèrent alors à vieillir et à perdre leur immortalité. Pensant que les humains étaient responsables de ce fait, les elfes s'éloignèrent pour se protéger, abandonnant leurs terres. Cet exil permit aux humains d'exploiter ces nouveaux territoires et contribua à leur développement rapide.

Les Neromenians se divisèrent ensuite en différentes tribus pour devenir les ancêtres de plusieurs nations dans Thédas. L'une de ces tribus, Tevinter, est progressivement devenue le puissant Empire Tevintide, accroissant son pouvoir grâce au commerce lucratif avec les nains.
Le litige avec les elfes persista dans le temps et conduisit à la destruction de la première patrie des elfes, Arlathan, par Tévinter. Ce coup dur porté aux elfes permit aux humains de devenir la race la plus influente de Thédas.

Malgré leur développement et leur prospérité, les humains sont aussi les plus divisés. Ils ne se sont alliés que quatre fois au cours de leur histoire et cela remonte à plusieurs siècles.

LA RELIGION CHEZ LES HUMAINS ⊱ La religion occupe une place centrale dans la société humaine. Autrefois, les humains vénéraient les Anciens dieux, des dragons qui auraient régné sur Thédas et qui dormiraient maintenant sous terre. Pendant longtemps, les hommes vécurent sous le joug de l'Empire tévintide et de ses seigneurs, des mages noirs appelés inquisiteurs. Ce règne de terreur prit fin lorsqu'une armée barbare venue du sud, menée par Maférath et sa femme, la prophétesse Andrasté, se dressa contre l'Empire.

Andrasté prêcha la parole d'un nouveau dieu unique, le Créateur. Le peuple opprimé finit par se soulever contre ses souverains et le sud de l'Empire tomba entre les mains des envahisseurs. Il fallut la trahison de son propre mari pour stopper Andrasté dans sa Marche exaltée : jaloux de son pouvoir, Maférath la livra au chef de l'Empire qui la condamna au bûcher.
Après la mort d'Andrasté, ses disciples reprirent ses préceptes et répandirent son dogme, jusqu'à donner naissance au Cantique de la lumière. Il est dit que le Créateur reviendra parmi les hommes lorsque cet évangile sera chanté depuis les quatre coins du monde - ce qui a valu au culte d'Andrasté le nom de Chantrie. Les Andrastéens furent persécutés jusqu'à la conversion de l'empereur Drakan d'Orlaïs, qui se lança dans sa guerre de conquête pour imposer sa nouvelle religion. Aujourd'hui, la Chantrie s'est propagée à l'ensemble des hommes sur le continent.

L'EDUCTAION CHEZ LES HUMAINS ⊱ L'enseignement dispensé par la Chantrie est comparable à celui de la noblesse. Les recrues templiers apprennent la lecture et l'histoire. La Chantrie produit également un grand nombre d'érudits et de chercheurs, l'érudit le plus connu étant le frère Ferdinand Genitivi. L'éducation d'un mage est aussi complète que celle d'un noble, si ce n'est plus. En plus d'apprendre à contrôler sa magie, un mage étudie les différentes écoles de magie ainsi que les langues, la lecture, l'écriture, la divination, etc. Tout comme la Chantrie, le Cercle des Mages encourage le savoir et publie les recherches effectuées.

Les Roturiers semblent recevoir peu d'éducation dans la plupart des pays de Thédas, beaucoup sont illettrés. Les Elfes citadins reçoivent encore moins d'éducation que les roturiers humaines. Dans la noblesse Féreldenne, l'éducation est généralement dispensée par un précepteur, comme on peut le voir dans le prologue Noble humain de DA:O. Les familles nobles Andrastéènnes peuvent accueillir une Mère Chantriste à domicile pour l'éducation religieuse des jeunes.


LES PRINCIPALES NATIONS HUMAINES DE THÉDAS ⊱

— Les Anderfels
— Antiva
— Qunaris
— Férelden
— Les Marches libres
— Le Névarra
— Orlaïs
— Riveïn
— L'Empire Tévintide



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
the holy creator of all on thédas ⊱ PNJ

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 100
— PRESTIGE : 257


MessageSujet: Re: ⊱ CHAPITRE II : LES RACES Lun 27 Fév - 19:38




⊱ les dalatiens
elves


Les elfes —ou Dalatiens— sont les premiers habitants de Thédas. Ils étaient alors immortels et vivaient en harmonie avec la nature. Leur cité, la légendaire Arlathan, fut fondée 3000 ans avant l'arrivée des humains sur le continent. La rencontre avec les hommes, les shemlens ("êtres vifs") en langage elfique, bouleversa l'ordre des choses : à leur contact, les elfes contractèrent des maladies, commencèrent à vieillir et à mourir. Ils se replièrent alors loin des humains pour se préserver, leur laissant leurs terres et contribuant involontairement à leur expansion.

L'Empire Tévintide se développa et prit comme prétexte l'isolationnisme des elfes pour leur déclarer la guerre. Ils assiégèrent Arlathan et l'engloutir sous terre en utilisant un puissant rituel de magie du sang. Les survivants furent réduits en esclavage. Après la chute de l'Empire, les elfes recouvrèrent leur liberté et reçurent une terre, la Dalatie. Ils partirent alors de Tévinter pour gagner leur nouvelle patrie, entamant La Longue Marche pendant laquelle de nombreux elfes moururent, victimes de maladies et de voleurs.

Ils tentèrent de reconstruire leur civilisation en Dalatie, mais leurs cultes religieux et leur manque d'enthousiasme à s'intégrer et à collaborer avec les humains leur valut les foudres de la Chantrie, qui lança une Marche exaltée sur la Dalatie. A nouveau vaincus, les elfes se divisèrent. Les Dalatiens choisirent l'exil, ils vivent depuis ce temps en nomades et tentent de préserver leurs traditions. Les elfes citadins se résignèrent à vivre parmi les humains en tant que citoyens de seconde classe, renonçant à leurs dieux et oubliant peu à peu leurs coutumes.

LES DEUX SORTES D'ELFES  ⊱ Même si les elfes restent une seule et même race, il y a deux appellations différentes pour ce peuple.

— Les elfes Dalatiens Les Elfes Dalatiens se considèrent comme les derniers descendants des vrais Elfes, ou "elvhen", dans leur propre langue. S'accrochant désespérément à d'anciennes traditions dont ils se souviennent à peine, ils vivent à la périphérie des terres humaines et sont constamment en mouvement. Les clans sont séparés les uns des autres comme ils le sont de la société humaine. Tous les dix ans ils se rassemblent pour l'Arlathvhen, un évènement où on se raconte à nouveau les histoires antiques, perpétuant ainsi les traditions de leur peuple.


Prenant le nom de leur seconde terre la Dalatie, accordée après la Croisade d'Andrasté contre l'Empire Tévintide, les Dalatiens gardent un profond ressentiment envers les humains qui les oppriment. Au final, ils protègent farouchement leurs camps, et bien qu'ils marchandent, les interactions sont toujours tendues des deux côtés. Un fossé religieux existe entre les humains adeptes de la Chantrie et les clans Dalatiens. Alors que la Chantrie enseigne que tout ce qui vit a été fait par le Créateur, les Dalatiens croient aux dieux anciens du Panthéon. Bien que leurs dieux sont restés silencieux depuis longtemps, Les Dalatiens poursuivent leurs observations dans l'espoir qu'un jour ceux qui ont maintenu l'ancienne croyance soient de nouveau entendu.

L'Archiviste qui dirige chaque clan attise aussi les tensions avec la Chantrie. Formés dès leur plus jeune âge, les Archivistes maintiennent les traditions de la magie elfique et se transmettent leurs connaissances. La Chantrie considère tous les Archivistes comme des apostats, des mages qui opèrent en dehors du Cercle des Mages, mais à la différence des mages renégats humains qui sont rapidement arrêtés par l'ordre des templiers, les Archivistes ne sont pas si facilement attrapés. Pitié pour le templier qui espère traquer les Dalatiens dans les forêts, pensant attraper le chef d'un clan prisonnier.

— Les elfes Citadins Les elfes citadins vivent dans des Bascloitres. Ce sont des zones souvent murées et situées dans les endroits les plus pauvres de la ville, avec une forte criminalité. Leurs habitants sont généralement pauvres et survivent en mendiant ou en acceptant des tâches pénibles ou ingrates et dans les cas les plus désespérés, quittent le Bascloitre pour voler ou assassiner. Ils peuvent aussi rejoindre la Chantrie ou devenir Templier, mais cela est rare à cause des préjugés raciaux.


Bien que le traitement global varie selon les royaumes, les elfes citadins sont universellement des citoyens de seconde classe. Ils n'ont pas le droit de rejoindre la plupart des organisations ou d'avoir des emplois décents, et la loi ferme souvent les yeux sur les abus dont ils sont victimes. L'esclavage des elfes est toujours légal dans l'Empire tévintide, la demande d'esclaves elfes pour servir les nobles est lucrative. Discriminés par les humains, la plupart des elfes citadins tentent de rassembler les restes de leur patrimoine. Les Artefacts d'Arlathan comme le vhenadahl (littéralement, "l'arbre du peuple") ainsi qu'une profonde fierté dans leurs communautés très soudées soutiennent les elfes citadins dans un monde hostile.

CHRONOLOGIE CHEZ LES ELFES ⊱ Même si une chronologie complète existe dans un autre sujet, il est bon de rappeler les événements déterminants chez les elfes.

1 FA ou -6404 TE ⊱ La ville légendaire elfique Arlathan est fondée environ trois mille ans avant l'arrivée des humains sur le continent.
4750 FA ou -1655 TE ⊱ Les elfes remarquent pour la première fois le «quickening», le fait pour une femme enceinte de percevoir les mouvements du fœtus dans l'utérus, ce qui met fin à leur immortalité et les forcent à se replier loin du contact avec les humains. On pense que ceci est une simple légende.
214 TE ou -981 des anciens ⊱ L'hostilité entre les elfes et l'Empire Tévintide va finalement tourner en guerre ouverte. Les armées de l'Empire encerclent la cité elfe d'Arlathan.
220 TE ou -975 des anciens ⊱ Les Inquisiteurs ont recours à un rituel effroyable avec la magie du sang qui enfonce Arlathan dans le sol et la détruit complètement, faisant ainsi pencher la guerre en leur faveur. La conquête du royaume elfique est totale. Tous ceux qui n'ont pas péri avec la cité sont asservis, leur esprit écrasé et leur culture antique détruite pour toujours.
1015 TE ou -180 des anciens ⊱  les troupes du seigneur de guerre Maférath et d'Andrasté libèrent les elfes, asservis depuis des siècles par Tévinter. Parallèlement, l'elfe Shartan lance une rébellion massive des esclaves. Les inquisiteurs de Tévinter sont forcés de s'unir pour combattre cette nouvelle menace.
1024 TE ou -171 des anciens ⊱ Lors de cette bataille, l'esclave elfe Shartan rejoint le camp de Maférath et mène la lutte des autres elfes contre leurs oppresseurs tévintides. Il se convertit plus tard et devient un disciple, mais ses écrits seront détruits suite à la Marche Exaltée sur la Dalatie.
1030 TE ou -165 des anciens ⊱ La terre située entre la Mer d'écume et les Montagnes de Givre est donnée aux elfes libérés par Maférath en tant que patrie et est nommée la Dalatie. La Longue Marche débute lorsque les elfes commencent à voyager de Tévinter vers la Dalatie, principalement à pied, et sont victimes de maladies et de voleurs, ce qui cause un chaos massif.
1:33 de la Divine ⊱ Pendant le 2ème Enclin, les elfes de Dalatie restent neutres et n'aident pas les humains.
2:05 des Gloires ⊱ L'hostilité croissante entre les elfes et les humains conduit à de nombreuses escarmouches à la frontière qui sépare la Dalatie d'Orlaïs.
2:9 des Gloires ⊱ Les forces elfes attaquent le village sans défense d'Aunevermes et en viennent rapidement à bout. Les atrocités qu'ils auraient commises contre les villageois et leur chantrie provoquent la colère des humains dans tout le pays.
2:10 des Gloires ⊱ Les elfes capturent Montsimmard, un lieu stratégique d'Orlaïs et marchent sur ​​Val Royeaux.
2:20 des Gloires ⊱ Alors que les elfes saccagent Val Royeaux et s'enfoncent dans les terres humaines, les Orlésiens prennent leur capitale, Halamshiral. Les elfes sont vaincus et leur terre est annexée par Orlaïs, qui déracine les colonies elfiques et interdit le culte de leurs Dieux. Beaucoup d'elfes deviennent alors nomades ou sont contraints de se soumettre aux règles humaines. Divine Renata I met en place les premiers Bascloîtres.

les vallaslin


Lorsque les enfants de notre peuple atteignent un certain âge, ils gagnent le privilège de porter les vallaslin, l'écriture du sang. Elle nous distingue des Shemlen et des elfes qui ont accepté de suivre ces derniers. Les vallaslin nous rappellent que nous ne renoncerons jamais de nouveau à nos traditions et nos croyances.

— Entrée Codex: Vallaslin.



LES VALLASLIN ⊱ Vallaslin, parfois appelé l'écriture du sang, est ce que les Dalaciens appellent les tatouages faciaux portés par tous les membres du clan qui sont adultes. L'encre utilisée pour les faire est considéré comme sacrée. Beaucoup de jeunes Dalatiens reçoivent leur vallaslin quand ils ont environ 18 ans ou plus. Quand un elfe Dalatiens arrivent à l'âge propice, ils se préparent à recevoir leur vallaslin en méditant sur les dieux de son peuple tout en purifiant leur corps et leur peau. Une fois le moment venu, le gardien du clan applique l'écriture du sang sur l'elfe. Cela se fait dans le silence complet. Des cris de douleur sont considérés comme des signes de faiblesse. Si un jeune elfe ne peut pas tolérer la douleur de l'écriture du sang, ils sont considérés comme n'étant pas prêt à assumer les responsabilités d'un adulte. Le gardien peut arrêter le rituel s'il décide que le jeune elfe qui reçoit les vallaslin n'est pas prêt. L'écriture du sang est à moitié une pratique religieuse, et il y a des conceptions différentes représentant des divinités du Panthéon des Elfes. Il n'y a pas de conception de vallaslin pour Fen'Harel.

Selon Solas, l'utilisation des vallaslin pendant le temps des Evanuris est un concept beaucoup plus controversé que ce que les Dalatiens croient. Il révèle que, durant la période des Arlathan, les tatouages ne sont pas des signes d'hommage aux différents dieux elfiques, mais, en fait, des marques d'esclavage -signes de propriété- quand les elfes nobles avaient asservis les elfes d'ascendance pauvre; ils étaient des représentations des dieux que les nobles favorisaient. Abelas et les Sentinelles du Temple de Mythal ont des vallaslin dédié à Mythal tatoués sur leurs visages.
Grâce à la réappropriation culturelle, les vallaslin sont maintenant quelque chose de complètement différent pour les Dalatiens, qui utilisent les marques comme quelque chose de positif pour leur peuple.

Pendant le temps des Evanuris, le dieu rebelle Fen'Harel, qui était opposé à la pratique de l'esclavage, appelait les esclaves en fuite jusqu'à lui avant de leur enlever leur vallaslin à l'aide de ses pouvoirs, rompant ainsi ce qui les asservissait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
the holy creator of all on thédas ⊱ PNJ

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 100
— PRESTIGE : 257


MessageSujet: Re: ⊱ CHAPITRE II : LES RACES Lun 27 Fév - 21:00




⊱ les qunaris
qunaris


Qunari (littéralement "peuple du Qun") est le nom le plus connu dans Thédas pour décrire ces êtres grands et puissants, avec pour la plupart des cornes qui leur poussent sur leur tête.
Cependant, le terme Qunari décrit avant tout un disciple suivant un culte appelé le Qun, indépendamment de son origine. L'ancien nom pour décrire cette race à cornes est kossith, un mot archaïque utilisé il y a très longtemps, avant que la plupart d'entre eux se convertissent au Qun. Ce mot n'est plus guère utilisé de nos jours, pour tout le monde dans Thédas ils sont les Qunari ou les Tal-Vashoth.

De tout Thédas, les fidèles du Qun sont probablement le groupe qui donne naissance au plus grand nombre de malentendus. Certes, les guerres qunari furent toujours brutales, mais pas plus que ne le fut le Schisme de la Chantrie. Ni la chute de l'empire, d'ailleurs. Certains de ces malentendus relèvent de leur nature même : la race que l'on nomme "qunari" est tout bonnement impressionnante. La nature en dota les individus de cornes menaçantes, plantant d'étranges yeux sur leur face, si bien que les ignorants ne voient en eux guère plus que des monstres.
D'autres malentendus résultent d'un problème de langue : parmi les adeptes du Qun, ils ne sont que peu à parler la langue commune, et encore moins à la parler correctement. Dans une culture qui prône la domination pour imposer le respect, il est peu dire que les connaissances bancales des Qunari ne les mettent pas à leur avantage. Parmi des étrangers, la plupart préfère garder le silence pour ne pas s'exposer à l'opprobre public.

Mais les principales incompréhensions résultent de leur culture en elle-même. Pour les Qunari, la société est un tout. Une entité vivante unique dont la santé et le bien-être relèvent de la responsabilité de chacun. Chaque individu qui la compose ne représente qu'une infime partie d'un tout, une goutte de sang dans une artère. Chaque individu n'est pas important en tant que tel, mais pour ce qu'il représente par rapport à la créature dans son ensemble. C'est en partie pour cela que la plupart des Qunari que l'on peut rencontrer sont engagés dans l'armée, considérée par le Qun comme l'incarnation physique du corps : des bras, des jambes, des yeux, et des oreilles... Tout ce dont une créature a besoin pour interagir avec le monde. Tout comme l'on ne peut apprendre à connaître autrui par le simple fait d'étudier un échantillon de lui, sa main ou son pied ; il est impossible de rencontrer "réellement" un Qunari tant qu'on n'a pas vu leurs cités. Car c'est là qu'évoluent l'esprit, l'âme de tout Qunari.

A Séhéron et Par Vollen, on peut observer les Qunari dans leur ensemble. Là, l'union des Qunari en tant qu'entité vivante unique, qu'être unique, saute aux yeux. Les travailleurs, que le Qun désigne comme l'esprit, produisent tout ce dont a besoin un Qunari. L'âme, sorte de clergé, est en perpétuelle recherche d'une meilleure compréhension de l'être, du monde, et exhorte le corps et l'esprit à lutter sans relâche pour atteindre la perfection. Chaque individu a une place, qui lui est attribuée par le Qun, une place à partir de laquelle il doit constamment oeuvrer pour le bien de la collectivité. Cette vie est une vie de certitudes, d'égalité, et non d'individualité.

— Les Ben-Hassrath "Les buffles ne tuent pas leurs prisonniers. Le Qun a horreur du gâchis, et une personne représente de la valeur. Au lieu d'être exécutés, nous nous sommes retrouvés placés dans un camp de travail dirigé par les Ben-Hassrath. Ils nous appelaient "kabethari", les simples. C'était là que nous devions être initiés au Qun.

L'hébergement n'était pas à la hauteur de la Taverne d'État de Minrathie, mais nous n'en demandions pas tant. Notre dortoir était très bien entretenu, et on nous donnait trois repas par jour, constitués de bouillie insipide mais nourrissante. De l'eau et une infusion forte et amère étaient également toujours à notre disposition."

"Les Ben-Hassrath comptent autant d'hommes que de femmes, ce qui m'a d'abord paru curieux. J'avais toujours entendu dire que les Qunari faisaient la distinction entre ce qu'ils considéraient être un travail pour les hommes et un travail pour les femmes. Mais en y repensant, il y a peut-être une certaine logique. Les Ben-Hassrath sont chargés de la "rééducation" et de l'assimilation des peuples conquis. D'après mon expérience, chacun comprend mieux les membres de son propre sexe. Il est donc sage de choisir des femmes pour la rééducation des femmes et des enfants, et des hommes pour celle des hommes.

À leur décharge, les Ben-Hassrath ne se sont jamais montrés cruels. Ils ont toujours été raisonnables. Fermes, mais raisonnables. J'ai joué le jeu. J'ai répété ce qu'ils m'ont appris, tout en gardant au plus profond de moi les vérités avec lesquelles j'ai grandi.

Certains n'ont pas été aussi malins. Des membres de ma section ont résisté à l'endoctrinement ; ils ne voulaient même pas faire semblant. Les Ben-Hassrath voient la rébellion et le mécontentement comme une maladie qui peut être guérie, aussi ont-ils emmené ces hommes aux "viddathlok", des temples consacrés à la guérison et à la convalescence. J'ignore ce qu'il s'est passé là-bas. Ceux qui en sont revenus avaient profondément changé.

Les autres, nous ne les avons jamais revus. Je suppose que le "remède" n'a pas fonctionné."

— Extrait des mémoires d'un soldat impérial capturé en mer.

— Les Tal-Vashoth Ceux qui abandonnent le Qun ne sont plus considérés comme des Qunari. Ils deviennent des Vashoth, "les gris", bien que ces parias préfèrent le nom de Tal-Vashoth, "les véritables gris". La plupart des Tal-Vashoth sont d'anciens soldats et deviennent des mercenaires. Ils sont méprisés par les Qunaris.

Les gris en question sont condamnés à l'exil, car ils n'ont pas leur place parmi les Qunari. Hélas, ils sont nombreux à se retourner contre la société qui les a bannis."
Ces parias s'autoproclament Tal-Vashoff, "les véritables gris". Bien souvent, il leur manque les compétences nécessaires pour gagner leur vie honnêtement, alors ils louent leurs services au plus offrant en tant que mercenaires. Chez les Qunari, même le guerrier le plus médiocre possède une taille prodigieuse et un visage peu amène.
Les Tal-Vashoff livrent une guerre sans merci au Qun, aux Qunari et parfois à l'ordre établi lui-même. Comme ils ne font pas le poids contre l'armée qunari, ils s'attaquent généralement aux fermes, aux voyageurs et aux imprudents qui s'éloignent un peu trop de la protection des Qunari.

— Extrait de A la recherche du savoir : carnets de voyage d'un érudit de la Chantrie, par frère Génitivi


CHRONOLOGIE CHEZ LES QUNARI ⊱ Même si une chronologie complète existe dans un autre sujet, il est bon de rappeler les événements déterminants chez les qunari.

785 TE ou -410 des anciens ⊱ On pense qu'un groupe de Kossith a débarqué au sud des terres sauvages de Korcari et a fondé une colonie. Ils ont probablement été tués lors du Premier Enclin, donnant naissance aux premiers ogres sur le continent.
6:30 de l'acier ⊱ Les Qunari débarquent à Par Vollen, jusque là vaguement contrôlé par l'Empire Tévintide, et conquiert rapidement les lieux à l'insu du reste du continent.
6:32 de l'acier ⊱Les navires Qunari arrivent en masse sur les côtes de Seheron et au nord de Riveïn. La 1ère guerre Qunari commence.
6:35 de l'acier ⊱ Trévise, une ville d'Antivan, est prise par les Qunari.
6:42 de l'acier ⊱Les Qunari conquièrent une grande partie de l'Empire Tévintide, Riveïn, Antiva et commencent l'assaut des Marches libres. Ils les obligent à se convertir au Qun. Minrathie, bien qu'assiégée, reste invaincue dans le nord.
6:85 de l'acier ⊱ La résistance humaine parvient finalement à s'attaquer aux lignes Qunari à Tévinter.
7:23 des tempêtes ⊱ les Qunari sont repoussés à Séhéron et à Riveïn, mais ils se sont bien retranchés. La bataille de la Mer de Nocen est la plus grande bataille navale de l'histoire et conduit à la destruction de la plupart des navires.
Les deux partis opposants sont épuisés et le conflit tombe dans une impasse.
7:54 des tempêtes ⊱ Les Qunari prennent Estwatch et l'utilise comme base de lancement pour leur flotte de cuirassés.
7:56 des tempêtes ⊱ Les Qunari frappent durement les Marches Libres. Osterburg et Ostwick parviennent à les repousser, mais Kirkwall est envahie.
7:84 des tempêtes ⊱ Une réunion entre les Qunari et les émissaires de toutes les régions de Thédas, à l'exception de Tévinter, est organisée à Llomerryn. Les Accords de Llomerryn sont signés, instaurant une paix fragile.
La paix n'est pas établie entre l'Empire tévintide et les Qunari, mais les escarmouches sont rares, les Qunari retournent à Par Vollen pour reconstruire.
8:10 des Bontés ⊱ Les Qunari de Par Vollen accueillent un groupe de diplomates Riveïns. La visite dissipe de nombreux mythes sur la société Qunari.
8:55 des Bontés ⊱ Les Qunari reprennent Séheron. Tévinter se retrouve seul dans sa guerre avec les Qunari. Les quelques tentatives des Qunari pour envahir le continent et attaquer Tévinter échouent.
9:31 du dragon ⊱ Les Qunari partent rencontrer des Orlesiens qui ont accepté de leur rendre les écrits de Koslun. Cependant, le livre est interceptée par une pirate Riveïnne.
Suite à une tempête, un cuirassé Qunari fait naufrage au large de Kirkwall. L'Arishak et les survivants de son armée sont contraints de rester dans un camp Qunari jusqu'à ce qu'ils récupèrent les écrits de Koslun qui leur ont été volés.
9:34 du dragon ⊱ L'Arishak décide d'attaquer la ville, déclenchant La Première Bataille de Kirkwall et la Seconde Invasion Qunari de Kirkwall. Le vicomte Marlowe Dumar est tué par les Qunari. Hawke réussit à mettre un terme à ce conflit et les Qunari quittent Kirkwall.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hello, my name is...
avatar
the holy creator of all on thédas ⊱ PNJ

MY IDENTITY CARD ⊱ BABY
— MISSIVES : 100
— PRESTIGE : 257


MessageSujet: Re: ⊱ CHAPITRE II : LES RACES Jeu 2 Mar - 15:56




⊱ les nains
dwarves


Les nains sont courageux et fiers de leurs traditions guerrières. Ils se caractérisent par leur petite taille, leur corpulence trapue et leur constitution robuste qui leur épargne les épidémies et les maladies. ils sont également de grands bâtisseurs.

Malgré cela, ils sont sur le déclin. Ils possédaient jadis un énorme empire formé d'une douzaine de cités souterraines, les thaigs, reliées par de vastes réseaux de tunnels, les Tréfonds, qui parcouraient tout le sous-sol de Thédas, mais leur monde fut presque entièrement dévasté par les Enclins. A présent, la quasi-totalité de leurs thaigs est vide et les Tréfonds sont scellés, envahis par les engeances même lorsqu'il n'y a pas d'Enclin. Il ne reste à présent que deux thaigs habités par les nain, Orzammar et Kal-Sharok, ainsi que Kal'Hirol qui a récemment été repris aux engeances, le reste de la population vit en exil à la surface.
De plus, la stérilité chez les nains a augmenté en raison de la proximité des engeances et de la souillure.

A force de vivre près du lyrium qui recouvre les parois des cavernes, les nains ont développé une immunité naturelle à la magie, mais cette exposition les empêche également d'exercer la magie. Les nains qui vivent en surface perdent peu à peu cette immunité, mais malgré cela, aucun d'entre eux à ce jour n'a jamais réussi à lancer le moindre sort.


LA CITÉ D'ORZAMMAR ⊱ Orzammar est la capitale des nains. Autrefois, C'était Kal-Sharok qui remplissait ce rôle jusqu'à ce qu'en -1170 des anciens le Roi Endrin Rocmartel et le Roi Orseck Garal la déplace pour favoriser le commerce.

Orzammar est nichée au coeur des Dorsales de givre, qui forment une frontière naturelle entre Orlaïs et Férelden. Elle est bâtie autour du palais royal, lui-même construit sur une cheminée volcanique dont la roche en fusion illumine et chauffe en permanence toute la caverne. Cette énorme cité abrite plus de 100 000 nains.

— La société naine Orzammar est gouverné par un roi. Il est élu à l'assemblée par les Dashyrs, les représentants des maisons nobles. Bien que ce soit lui qui exerce le pouvoir, le roi veille en permanence à conserver leur soutien, tant leur influence est grande. Un roi impopulaire auprès de l'Assemblée n'a que peu de chances de voir son fils lui succéder, le trône est alors confié à une autre maison.

La hiérarchie sociale naine est régie par un système de castes complexe et rigide, où la place de chacun est déterminée à la naissance. Ainsi, seul quelqu'un né dans la caste des forgerons peut devenir forgeron. De même, un serviteur qui épouse une noble ne deviendra jamais noble ; ses filles naîtront nobles, mais ses fils serviteurs, car la caste d'un enfant est déterminée par celle du parent de même sexe.
Tout en bas de l'échelle, on trouve les "sans caste". Considérés comme des parias, ils n'ont pas le droit de travailler parmi les castes supérieures, ni de défendre leur honneur dans les Lices où combattre les engeances pour protéger la ville. Poussés à vivre dans des ruines croulantes à l'orée économique et sociale de la puissante capitale naine, nombreux sont ceux qui se tournent vers la mendicité, la prostitution ou le crime. Tout nain qui se rend en surface est immédiatement destitué de son statut social et devient lui aussi un "sans caste".
Juste au-dessus il y a les castes des serviteurs.
Un peu plus haut on trouve les castes des marchands, des mineurs, des forgerons, considérées comme les classes supérieures.
Viennent ensuite les guerriers et les nobles.

Au-dessus des castes il y a les Hauts, des nains qui ont atteint un tel mérite de leur vivant qu'ils sont élevés à un statut quasi divin. Tout nain auteur d'un acte de grande valeur peut devenir Haut, ce qui le place au-dessus de tous. Un Haut est considéré comme un ancêtre vivant. Ses paroles passent pour ineffables, son être relève du divin. Sa famille, qui l'accompagne dans son élévation, fonde une nouvelle lignée noble. Des statues de ces Hauts sont placée dans le Panthéon des héros, une gigantesque salle qu'il faut traverser pour entrer dans Orzammar.
Ce moyen d'accéder au sommet de la hiérarchie reste toutefois extrêmement rare.

Les échanges commerciaux entre Orzammar et les surfaciens sont monnaie courante, ils sont même devenus essentiels pour la survie et la prospérité de la capitale naine souterraine. Les surfaciens l'approvisionnent en vivres ainsi qu'en biens de toutes sortes et vendent les produits nains dans le monde humain. Les nains sous terre dépendent de cette relation durable avec les nains de la surface, alors même qu'ils les ont effacé de leur société et condamnés à l'exil ! Tous ces échanges avec des personnes qui ne sont pas sensées exister se font dans l'ombre, bien que personne ne soit dupe.


— Les croyances naines Le concept de culte est étranger aux nains. En lieu et place, ils vénèrent la Pierre, nom par lequel ils désignent la terre elle-même, et se surnomment les enfants de la Pierre. A leur mort, les nains vertueux sont rappelés à elle pour devenir les ancêtres, tandis que les autres sont chassés et ne trouveront jamais le repos.
Pour les affaires spirituelles, les nains s'en remettent à leurs ancêtres. Ces derniers font connaître leur volonté aux vivants par l'entremise de la Lice, une arène sacrée où les nains, en vertu d'une ancienne tradition, règlent leurs différends.
Le savoir collectif des ancêtres est consigné par le Façonnat, qui tient les archives dans le lyrium.

Le nain moyen ne verra jamais la surface et aura souvent des croyances superstitieuses concernant la vie à la surface, comme la crainte de tomber dans le ciel ou que le soleil tombe.


— La légion des morts Il existe un ordre guerrier parmi les nains qui combat les engeances jusqu'à son dernier souffle : la Légion des morts.
Quiconque s'enrôle dans la légion abandonne tout ce qu'il possède et est considéré comme mort. Un rite funéraire est alors organisé en sa présence pendant lequel l'on répartit les biens du "défunt" entre les héritiers, il fait ses adieux à sa famille puis s'engouffre dans les Tréfonds pour ne plus jamais en ressortir.
Chacun est libre de rejoindre la Légion, elle accepte tout le monde, les criminels voulant échapper à leur châtiment, les déshonorés souhaitant que leur famille ne pâtisse pas de leur faute, les ruinés désirant éponger leurs dettes, ceux qui veulent mourir glorieusement...Il n'y a pas de retour possible, seulement une mort honorable dans les Tréfonds.


— Les Golems Par le passé, le Haut Caridin fabriqua d'énormes golems de pierre et de métal, à l'aide d'un processus magique et de l'enclume du néant. Ces créatures servaient de machines de guerre pour les armées naines, elles étaient contrôlées à l'aide d'une barre de commande.
Animés par une étincelle de lyrium, le golem est un être vivant et conserve son libre arbitre sans cette barre.
Après de nombreux abus, l'art controversé de la fabrication de nouveaux golems a été perdu.


KAL-SHAROK ⊱ Niché au creux des montagnes de Hunterhorn entre Orlaïs et les Anderfels, le royaume de Kal-sharok était autrefois la capitale des nains. Proche de Minrathie, la capitale Tévintide, les nains ont tissé un lien fort avec l'Empire tévintide, contribuant à l'infrastructure militaire de la nation humaine en plein essor.

Lorsque l'humanité étendit son influence et que l'Empire tévintide s'affaiblit, la capitale naine fut déplacé vers Orzammar, un thaig au sud. Ce fut le premier des coups portés aux nains de Kal-Sharok.
Quand l'Enclin frappa, ils furent parmi les plus touchés. Leur robustesse leur permis néanmoins de survivre, jusqu'à ce que les dirigeants d'Orzammar, pour sauver le plus grand nombre, firent le choix de les abandonner et scellèrent les Tréfonds qui rattachait les 2 thaigs.

Au début de l’Ère du Dragon, Kal-Sharok fut redécouvert. Les habitants avaient survécu pendant des années dans un isolement total. Le roi d'Orzammar Endrin Aeducan ainsi que son successeur ont rétabli le contact, mais les relations entre les 2 thaigs sont très tendues, les dirigeants de Kal-Sharok n'ont toujours pas pardonné publiquement à Orzammar.

LES NAINS SURFACIENS ⊱ Après un temps à la surface, un nain commence à perdre le sens de la Pierre, une sensibilité à la pierre qui lui permet de naviguer dans les Tréfonds.

Bien que les nains de la surface soient officiellement destitués de leur caste, plusieurs conservent une hiérarchie similaire à celle en vigueur dans leur ancienne caste. On accorde plus de respect aux maisons autrefois nobles qu'aux parias qui arrivent, en quête d'une égalité des chances. Le plus pauvre des nains nobles surfaciens considère le plus riche des nains de la caste inférieure avec mépris. Les surfaciens de la classe supérieure sont composés de deux groupes distincts :

— Les kalnas, qui insistent pour le maintien des castes et des rangs, ce sont surtout ceux issus des castes Nobles ou Marchandes
— Les ascendants, qui croient en l'abandon des traditions souterraines d'Orzammar et à la vie sur terre sous un ciel nouveau.

Les nains à la surface sont souvent des marchands et des commerçants, occasionnellement des forgerons, mais ils peuvent aussi devenir des voleurs, des assassins ou bien pire.
La plupart rejoignent la Guilde des marchands, une organisation puissante et influente qui gère les échanges commerciaux. Elle est constituée de nains surfaciens, certains des membres de la Guilde ont volontairement quitté la cité naine d'Orzammar afin de continuer leurs activités commerciales à la surface tandis que d'autres l'ont rejointe après avoir été exilé de la ville souterraine.

Pendant des générations, les surfaciens ont maintenu des liens avec Orzammar. Approvisionner leurs familles de marchandises de la surface contre des métaux et du lyrium des souterrains d'Orzammar était non seulement le moyen le plus lucratif de gagner sa vie, mais aussi une sorte de devoir sacré. Plusieurs nains de la surface ont volontairement accepté l'exil et la perte de leur caste pour mieux servir leur maison ou leur patron.
Ces dernières années, beaucoup de nains de surface, particulièrement les ascendants, ont étendu leurs activités. Ils ont créé des banques, des compagnies de mercenaires et des caravanes de commerces ambulantes. Ils sont devenus des investisseurs et des spéculateurs dans le commerce de surface. Ces nouvelles industries ont prouvé leur énorme source de richesse, bien qu'elles soient toujours regardées avec mépris par les familles plus conservatrices.

Le Carta est un puissant syndicat du crime. Après que le héros de Férelden ait décimé cet ancien cartel établi dans les Taudis d'Orzammar, l'organisation a investi la surface et a étendu son influence dans la ville humaine de Kirkwall. Bien qu'il n'agisse pas aussi ouvertement qu'à Orzammar, le Carta est toujours l'une des organisations criminelles les plus puissantes de la ville.
Alors que de nombreux nains surfaciens entretiennent des liens -officieux mais respectables- avec leurs maisons issues des castes nobles et marchandes et peuvent ainsi traiter avec Orzammar, ceux qui ne bénéficient d'aucune relation finissent par se tourner vers le Carta pour obtenir de l'aide. Cette organisation vend leurs marchandises au marché noir à Orzammar, tout en se gardant une part. L'essentiel de son personnel vient des laissés-pour-compte du système des castes naines, des parias qui n'ont souvent aucun autre choix pour survivre.
Le carta s'est infiltré partout, il a de nombreux visages à la surface et sous terre, des honnêtes marchands, des seigneurs de la caste des nobles ainsi que des membres respectables de la Guilde Marchande - une couverture pour les milliers de contrebandiers, voleurs et meurtriers qui officient dans l'ombre.

CHRONOLOGIE CHEZ LES NAINS ⊱ Même si une chronologie complète existe dans un autre sujet, il est bon de rappeler les événements déterminants chez les nains.

3000 FA ou -3405 TE ⊱ Date approximative où les elfes entrent en contact avec les nains pour la première fois.
25 TE ou -1170 des anciens ⊱ Comme le commerce avec la surface devient vital pour la prospérité des nains, la capitale de l'Empire nain est déplacée de Kal-Sharok à Orzammar sous le règne du Roi Endrin Rocmartel et du Roi Orseck Garal.
Rocmartel ordonne la construction du légendaire Panthéon des Héros à Orzammar.
Les Lices d'Orzammar se transforment en Grandes Lices, comme celles autrefois organisées à Kal-Sharok. Les vainqueurs de ces tournois deviennent les premiers Hauts d'Orzammar. Rocmartel construit une salle pour accueillir les énormes statues taillées en leur honneur.
35 TE ou -1160 des anciens ⊱ Les taxes collectées par Orzammar sur les bénéfices commerciaux de Kal-Sharok s'alourdissent.
64 TE ou -1131 des anciens ⊱  Le Roi Rocmartel devient un Haut sur son lit de mort et est connu comme le «Premier Haut», probablement parce qu'il est considéré comme "le Premier parmi les Hauts" pour ses grandes réalisations pour son peuple.
940 TE ou -255 des anciens ⊱ Le Haut nain Caridin crée le premier golem avec l'Enclume du néant pour combattre les engeances dans les Tréfonds. Les nains commencent à reprendre les thaigs perdus et récupèrent des parties des Tréfonds.
947 TE ou -248 des anciens ⊱ Caridin disparaît et emporte avec lui le secret de la création des golems. Les royaumes nains sombrent peu à peu dans l'oubli.
1000 TE ou -195 des anciens ⊱ Comme les Tréfonds se ferment, les lignes de communications entre les royaumes nains rescapés faiblissent. Chaque thaig élit son propre roi tout en gardant allégeance au haut-roi d'Orzammar.
1155 TE ou -40 des anciens ⊱  Les nains d'Orzammar scellent les Tréfonds qui menaient à Kal-Sharok, à Gundaar et à Hormak par ordre du haut-roi Threestone. En l'espace de dix ans, les royaumes d'Hormak et de Gundaar tombent sous les attaques des engeances.
1180 TE ou -25 des anciens ⊱ Les dernières routes des Tréfonds sont scellées, coupant tout lien avec le Royaume Kal-Sharok, considéré comme perdu aux mains des engeances. Cependant les nains de Kal-Sharok survivent, ils ne pardonneront jamais aux nains d'Orzammar.
1:95 de la Divine ⊱ Astyth la Grise est faite Haute après s'être sacrifiée pour son roi. Les Soeurs Silence sont créées en souvenir.
8:96 des Bontés ⊱ Endrin Aeducan monte sur le trône d'Orzammar.
8:98 des Bontés ⊱ La maison Tethras est exhilée à la surface pour avoir refusé la voix des ancêtres et délibérément manipulé la Lice sacrée.
9:10 du dragon ⊱ Une jeune femme forgeron nommée Branka est faite Haute grâce à son invention d'un combustible de charbon sans fumée.
9:12 du dragon ⊱ Longtemps supposé aux mains des engeances par les nains d'Orzammar, le royaume nain de Kal-Sharok, situé dans les profondeurs des montagnes Hunterhorn, est redécouvert. Les nains là bas éprouvent toujours du ressentiment envers Orzammar et refusent de se plier à l'autorité du roi des nains.
9:13 du dragon ⊱ Bownammar, la forteresse de la Légion des Morts, tombe aux mains des engeances.
9:28 du dragon ⊱ La Haute Branka emmène toute sa maison dans les Tréfonds, à l'exception d'Oghren, dans l'espoir de trouver l'Enclume du Néant de Caridin et le secret de la création des golems.
9:30 du dragon ⊱ Le Prince héritier Trian Aeducan d'Orzammar est assassiné, son frère cadet est accusé et banni dans les Tréfonds à cause des machinations de son plus jeune frère, Bhelen. Anéanti, le Roi Endrin Aeducan tombe malade.
9:31 du dragon  ⊱ Les nains d'Orzammar réussissent à récupérer le grand thaig de Kal'Hirol.Le Thaig Amgarrak est envahie par des créatures difformes suite à des tentatives infructueuses pour recréer les travaux de Caridin sur les golems. Le Commandeur-Garde de Férelden tue l'un d'eux et détruit les travaux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

⊱ CHAPITRE II : LES RACES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Wacky Races
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ DRAGON AGE ✶ INFINITY :: Welcome to Skyhold :: the maker's rules ; :: Le guide de Thédas-